Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/12/2014

Un bouclier invisible protège la Terre des "électrons tueurs". L'invention des électrons tueurs !

Voilà que maintenant on nous invente l'existence "d'électrons Tueurs "!

Il faut bien nous faire peur de l'UNIVERS-DIEU dont nous sommes tous issus ! C'est faire abstraction que l'UNIVERS est électrique, que la Terre est électrique et que l'Homme est électrique ainsi que toutes ses cellules qui participent grâce à leurs électrons à favoriser notamment, la fonction respiratoire des cellules.

Voir la Mitochondrie, l'appareil respiratoire de la cellule : ICI

Et la chaîne respiratoire de la cellule avec les Réactions d'oxydo-réduction - Relation de Nernst - NAD(P)+

Chaîne respiratoire - Théorie chimio-osmotique - Synthèse d'ATP : ICI 

Schema de la respiration cellulaire

On vous parle bien d'examens médicaux tels que : l'électro-encéphalogramme, d'électro-myogramme, d'électro-cardiogramme, et de l'IRMN, Investigation à la résonance magnétique nucléaire (noyau des atomes). C'est bien que nous sommes tous des êtres électriques animés par les électrons.

En revanche, il faudrait surtout que la NASA nous explique comment elle fait depuis des décennies pour passer les ceintures de radiation de VAN ALLEN sans cramer les astronautes et leurs engins spatiaux lorsqu'ils traversent ces ceintures de radiations solaires et comment ils font pour voyager durant des années et pour propulser leurs engins dans l'espace durant 10 ans, comme nous en avons eu un exemple dernièrement avec le robot Philae !

 

* - Espace : L'homme peut-il franchir les ceintures de Van Allen ?

Et à ce propos, depuis le temps qu'ils vont dans l'espace, ils découvrent ce bouclier invisible, juste maintenant ?

Un bouclier invisible protège la Terre des "électrons tueurs". L'invention des électrons tueurs !

Publié le 2 Décembre 2014

Un bouclier invisible protège la Terre des "électrons tueurs"

Des physiciens ont découvert l'existence d'une nouvelle barrière de particules située à quelques 11 000 km d'altitude, qui protège la planète des électrons à haute énergie venus de l'espace.

A plus de 11 000 km au-dessus de nos têtes, un bouclier invisible nous protège des électrons à haute énergie, des particules très énergétiques surnommées "électrons tueurs" en provenance de l'espace, et qui se déplacent à des vitesses proches de celle de la lumière.Telle est la conclusion d'une étude publiée le 26 novembre 2014 dans la revue Nature.

Pour comprendre, il faut d'abord savoir que la Terre possède un bouclier naturel extrêmement efficace contre les particules à haute énergie en provenance de l'espace : la ceinture de Van Allen (du nom de son découvreur James Van Allen, qui a montré leur existence en 1958). La ceinture de Van Allen est une zone contenant une grande densité de particules très énergétiques, et dont la forme ressemble de fait à une ceinture, entourant la Terre autour de l'équateur magnétique.

Or, la Ceinture de Van Allen est en réalité composée de deux parties distinctes : la ceinture intérieure, située entre 700 km et 10 000 km d'altitude, et la ceinture extérieure, qui se trouve entre 13 000 km et 65 000 km.

Et c'est précisément sur la composition de la ceinture extérieure de Van Allen que porte la découverte réalisée par les auteurs de cette nouvelle étude. En effet, ces derniers se sont aperçus que la ceinture extérieure de Van Allen possède une bordure interne qui est une sorte de barrière totalement infranchissable pour les électrons à haute énergie.

En quoi est-ce une surprise ? C'est que jusqu'ici, les chercheurs pensaient que les électrons à haute énergie étaient capable d'entrer dans la haute atmosphère, pour ensuite être détruits par leurs interactions avec les molécules présente dans l'air terrestre. En réalité, tel n'est donc pas le cas : la bordure interne de la ceinture extérieure de Van Allen empêche totalement les électrons à haute d'énergie d'entrer dans la haute atmosphère terrestre.

Pour parvenir à ce résultat, le physicien américain Daniel Baker (Université du Colorado (Etats-Unis) et ses collègues ont utilisé les données fournies par les deux sondes Van Allen, lancées par la NASA en 2012 dans l'objectif d'étudier l'environnement spatial situé autour de la Terre.

Ces travaux ont été publiés le 26 novembre 2014 dans la revue Nature, sous le titre "An impenetrable barrier to ultrarelativistic electrons in the Van Allen radiation belts" .

 

 

 

 

 

Les preuves que la vie sur Terre provient du Cosmos, des comètes, des astéroïdes, des étoiles et de la Voie lactée.

Est-ce qu'ils vont nous emmerder encore longtemps avec leurs baptêmes forcés, leurs religions reptiliennes et leur monothéisme qui sont  des insultes à l'intelligence humaine ?

Faites votre révolution spirituelle et larguez les amarres avec près de 4000 ans d'emprisonnement dans la matrice reptilienne !

Encore des preuves que la vie sur Terre provient de l'UNI-VERS, ce qui n'a rien à voir avec la religion, et l'invention d'un Dieu Unique ou le monothéisme reptilien !

Tournez vos yeux vers la science et vers l'UNI-VERS dont nous sommes tous issus, au lieu d'aller chercher Dieu dans les églises alors que vous l'avez en VOUS et tout autour de VOUS !

DIEU = l'UNI-VERS GLOBAL ou le TOUT !

RECREEZ l'UNITE avec l'UNI-VERS et avec le TOUT !

Le dossier à télécharger : ICI

 

1  - La nature et la composition des queues des comètes et ICI 

2  - Les Molécules des Comètes

3  - Composition chimique de la comète Hale-Bopp

4  - Découverte de deux nouvelles molécules dans la Voie Lactée

5  - Des molécules indispensables à la vie produites par une étoile super géante

6 - Des acides aminés d'origine extra-terrestre découverts sur une comète

7 - Des acides aminés découverts dans des échantillons de comète

8 - Des morceaux d’ADN dans les météorites - Vidéo ICI

9 - Du sucre détecté autour d'étoiles en formation !

10 - L'adénine du premier ADN : une origine extraterrestre ?

11 - Comètes: des corps "chevelus" de mieux en mieux compris

12 - Une molécule inattendue découverte dans l'espace interstellaire

 

18/11/2014

La vie : origine et distribution possible dans l'univers par André Brack - Astrobiologiste

BRACK André

Astrobiologiste

Spécialiste en exobiologie

 

Sa biographie sur Futura Sciences : ICI

 

Il y a environ 4 milliards d'années, se développèrent dans l'eau terrestre des structures capables de se reproduire et d'évoluer. L'omniprésence de la cellule dans tous les systèmes vivants suggère un ancêtre commun de type cellulaire. Dans la mesure où la formation des ARN/ADN porteurs de la mémoire cellulaire apparaît comme peu probable dans l'eau de la Terre primitive, on peut penser que la vie primitive émergea de structures plus simples que la cellule et l'ARN. La simplicité de ces structures suggère qu'elles ont de réelles chances d'apparaître et de se développer chaque fois que sont réunies les conditions qui ont contribué à l'apparition de la vie terrestre : eau liquide, atmosphère, micrométéorites et/ou sources hydrothermales sous-marines. Ces conditions existaient vraisemblablement sur Mars il y a 4 milliards d'années et existent peut-être encore aujourd'hui sous la calotte glaciaire d'Europe, l'une des lunes de Jupiter. Les 83 molécules organiques détectées dans le milieu interstellaire par radioastronomie et la découverte d'une vingtaine de planètes extrasolaires permettent d'envisager la présence de vie au-delà du système solaire.
 

 

http://www.canal-u.tv/video/universite_de_tous_les_savoir...

 

06/11/2014

Vivons-nous dans un Univers ou un multivers ?

Comme nos Zélites/reptiliennes cherchent à nous ramener perpétuellement vers le plancher des vaches pour entraver notre expansion de conscience vers notre être supérieur, notre évolution neurologique et spirituelle, voyons ce qui passe dans les Univers dont celui de l'Homme qui est un Univers dans un grand Univers, comme pour tout ce qui nait et vit dans l'UNI-VERS où tout est lié, revenons à nos sources cosmiques avec Aurélien Barrau qui nous fait un brillant exposé sur les Multivers.

 

Aurélien BARRAU

Enseignant-chercheur
Professeur à l'UJF, membre de l'IUF

Laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie (CNRS-IN2P3)

53, avenue des Martyrs
F-38026 Grenoble cedex

Vivons-nous dans un Univers ou un multivers ?


 

 

03/11/2014

L'énergie vitale, un début de preuve ?

Cette énergie vitale, faite de pure lumière/énergie est connue depuis plus de 4000 ans par la médecine énergétique chinoise, en acupuncture ainsi que dans le Tao, elle s'appelle aussi l'énergie du Chi ou Tchi.

L'énergie vitale, un début de preuve ?

Cette énergie est bien connue des praticiens qui pratiquent les soins énergétiques ou les magnétiseurs, et notamment des Naturopathes pour lesquels elle constitue l'énergie vitale ou force directrice dont l'une des sources est contenue dans le Système nerveux et les glandes endocrines (endo=dedans, des glandes qui libèrent des hormones dans le sang). 

Cette énergie est aussi connue comme constituant les corps énergétiques de l'homme et de tout être vivant. Pour ne parler que d'un corps énergétique le plus connu, l'aura, qui est constituée de particules lumineuses que l'on appelle les Tachyons (énergie libre) pour lesquels l'espace temps n'existe pas qui sont issus de l'espace supra-lumineux et qui se trouvent toujours près des corps au temps présent. L'aura a été mise en évidence par les travaux réalisés par le couple russe Kirlan qui a donné à sa découverte, le nom : d'effet Kirlan.

L'énergie vitale, un début de preuve ?


Cette vidéo de 50 minutes 16 fait partie d'une série de documentaires intitulée « le pouvoir de l'esprit ». À la morgue de Saint-Pétersbourg, le docteur Konstantin Korotkov a fait une découverte étonnante. Il existerait une énergie mystérieuse qui émanerait du corps humain et cela même après sa mort.

Il aurait réussi à prouver ce résultat en utilisant un procédé scientifique découvert en 1939 par un technicien russe nommé Semyon Kirlian. Ce procédé, la photographie de Kirlian, consiste à prendre une photographie sur une plaque électronique qui émet un champ électrique à haute fréquence.

Ici, le docteur Korotkov place les doigts d'une main d'un cadavre sur une plaque électronique, sur laquelle a été placée une feuille de papier photographique. Il fait ensuite passé du courant électrique et cette interaction parvient à créer une image sur le papier.

De la main de chaque cadavre il prend une photographie par heure pendant une semaine après la mort clinique du sujet. Ainsi, il a obtenu des centaines de clichés qu'il a ensuite stocké dans son ordinateur afin de pouvoir les analyser ultérieurement et s'en servir de preuves.

Grâce à l'analyse de ces clichés, le docteur Korotkov est capable de définir, sans autopsie préalable ni informations sur le patient, la manière dont celui-ci est mort.

Il reconnait une mort naturelle, par une perte de luminosité régulière et équilibrée pendant 36 heures. Il a remarqué qu'une mort violente retarde la désintégration d'énergie avec un changement rapide autour de 72 heures et qu'un suicide provoque une perte d'énergie prolongée qui ne se termine qu'une semaine après la mort.

En approfondissant ses recherches avec l'autopsie de certains sujets, il s'est également rendu compte que le retrait des organes internes par le médecin légiste avait une influence sur les images de Kirlian. Par exemple, il avait remarqué une excroissance lumineuse sur les photographies de Kirlian d'une personne morte d'un empoisonnement du foie. À son grand étonnement, lorsqu'il a ensuite retiré le foie de ce patient et prit une nouvelle photographie, il a pu apercevoir que l'excroissance avait laissé place à un trou dans l'énergie.

Ses découvertes confortent donc l'idée selon laquelle les photographies de Kirlian sont le reflet de quelque chose de bien réel et prouveraient l'existence d'une énergie qui semblerait ne pas mourir en même temps que le corps.

Par le passé et même encore de nos jours, de nombreuses personnes ont affirmés pouvoir manipuler une énergie qui semblerait similaire à celle décrite par le docteur Korotkov.

C'est le cas aujourd'hui encore, d'un groupe de guérisseurs anglais qui sont convaincus de pouvoir mener une sorte de combat électrique avec le corps humain en utilisant leurs mains comme des senseurs relevant des informations sur les champs d'énergie qui entourent leurs patients.

Il y a 5000, des érudits chinois décrivirent également une mystérieuse force vitale qui selon eux circulerait dans chaque être vivant. Ils la nommèrent le chi. Eux aussi prétendirent et leurs disciples prétendent encore, pouvoir « travailler » cette force en utilisant une forme de relaxation appelé qi gong.

Cette pratique consiste à inhaler et expirer lentement en se concentrant sur le point vital qui est situé au centre du corps et en effectuant une série de mouvements fluides très stylisés. Certains maîtres parviendraient même à projeter cette énergie bien au-delà des limites du corps.

C'est la pratique de cet art ancestral qui aurait donné naissance à l'acuponcture que nous connaissons aujourd'hui. Vous l'ignorez peut-être mais le travail de l'acuponcteur est de vérifier l'équilibre de l'énergie chi de son patient. Il y parvient en ayant préalablement pris connaissance de son dossier médical, puis en en palpant le pouls, en examinant l'abdomen, la langue et plusieurs autres parties du corps. C'est ainsi qu'il parvient à être informé sur le corps de son patient dans son intégralité et sur son flux d'énergie chi. Il ne traitera ce dernier que s'il trouve une erreur dans son flux d'énergie et c'est l'endroit où il trouvera cette erreur qui lui indiquera où placer les aiguilles. Traitant ainsi le corps dans sa globalité plutôt qu'un symptôme en particulier. L'un des points forts de l'acuponcture est qu'elle peut traiter une maladie générale sans avoir besoin d'un diagnostic spécifique.

C'est sur la base de cette approche de la maladie, que certains docteurs occidentaux ont commencé à travailler, tel le docteur Julian Jessel Kenyon qui en Angleterre, utilise l'image de Kirlian pour l'aider à poser son diagnostic. Il lui suffit de trois minutes pour relever une empreinte énergique, la visionner et la stocker pour suivre l'évolution du traitement de son patient. Pour lui chaque zone de la photographie de Kirlian correspond à un organe particulier. Ces photographies lui permettent donc de connaître l'organe responsable du problème et même de savoir si le traitement pris par le patient est le plus approprié. Grâce à cette méthode, il affirme avoir obtenu beaucoup plus de résultat clinique en faisant beaucoup moins de mal au patient et affirme qu'elle a beaucoup à apporter à la médecine conventionnelle.

Malgré toutes ces preuves, l'idée d'un système d'énergie invisible reste un concept que la plupart des scientifiques occidentaux ont du mal à accepter. Beaucoup de temps et d'autres preuves seront probablement nécessaires pour parvenir à faire évoluer les mentalités.

L'énergie vitale, un début de preuve ? a été vue 19473 fois.

Complément : chi