Banniere publicitaire 550x120

Les Cartels : Le Pouvoir Mondial

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2014

La ruine du Mexique par le traité nord-américain préfigure les effets du futur traité transatlantique

En d'autres termes, là ou les US/Nazisionistes passent, soit par des traités par des guerres incessantes pour s'accaparer leurs richesses, les peuples trépassent !

La ruine du Mexique par le traité nord-américain préfigure les effets du futur traité transatlantique

16 décembre, 2014

Selon les affirmations de ses élites, relayant celles des États-Unis, le Mexique devrait jouir des bienfaits de l’Accord de libre-échange nord-américain (Nafta ou Alena) [1], qu’il a signé il y a 20 ans avec les États-Unis et le Canada. Mais la réalité, c’est que le Mexique est devenu un État failli, dont les autres pays d’Amérique centrale et d’Amérique du sud fuient l’exemple. Les administrations centrales et locales sont inefficaces et souvent corrompues, les inégalités ont explosé et les gangs omniprésents font près de 2 000 victimes chaque mois [2]. Au point que la population mexicaine cherche depuis longtemps à émigrer, principalement vers les États-Unis, rencontrant la mort à la frontière, dans le désert, sous les coups de la garde nationale américaine et des narco-trafiquants mexicains et américains bien établis aux États-Unis même [3]. Mais le gouvernement mexicain essaie de maintenir le cap, soumis en permanence aux pressions de Washington.

nafta

Les Républicains veulent fermer la frontière, et le Mexicain pense « Il veut me voler mon job aux USA ». Les Démocrates veulent mettre fin au traité Nafta, et le Mexicain pense « Ils veulent me voler mon job au Mexique ».

A l’occasion de ce vingtième anniversaire du Nafta, des bilans peuvent être tirés. Loin d’évoluer vers la prospérité, la société mexicaine compte encore 45 % de pauvres, soit 53 millions de personnes [4]. En une vingtaine d’années, le pourcentage de pauvres  a baissé de 2 %. Ce n’est pas le signe d’une amélioration foudroyante du niveau de vie de la population, comme le laissent entendre les protagonistes du traité, pour en vanter les bienfaits.

Le mic mac de l’import-export avec les États-Unis…

Un deuxième argument en faveur du Nafta est l’explosion des exportations mexicaines, qui ont doublé, alors que celles du Canada et des États-Unis n’ont augmenté que de 30 % durant cette même période. Le traité aurait donc été beaucoup plus favorable au Mexique qu’à ses deux partenaires. Mais, comme l’explique un article publié par Marianne hier 15 décembre [5], de telles statistiques doivent être examinées en détail. Elles montrent bien leur caractère trompeur.

Lire la suite

22/10/2014

Quand le PDG de Total, Christophe de Margerie s'attaquait au dollar ! Offensive mondiale contre la suprématie du dollar

Quand le PDG de Total, Christophe de Margerie s'attaquait au dollar : « bien que le cours d’un baril de pétrole soit donné en dollars, rien n’interdit aux raffineries de prendre ce cours et en utilisant la parité de l’euro/dollar du jour donné, et de s’entendre pour effectuer le paiement en euro ».

Il était aussi un grand ami de la Russie et de Poutine, et il a fallu que son accident arrive en Russie !

La France devrait participer à l'enquête sur le décès accidentel? de Christophe de Margerie en Russie. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour homicide involontaire.

En revanche, la France n'a jamais dit qu'elle voulait participer à l'enquête sur le crash du MH 17 qui s'est écrasé en Ukraine et dont les criminels nazis veulent faire supporter la responsabilité à la Russie ! Personne ne veut savoir la vérité qui dérangerait sans doute au plus haut niveau de la connivence !

Offensive mondiale contre la suprématie du dollar

juillet 8th, 2014 | by Mickael - Fondateur de News360x
Offensive mondiale contre la suprématie du dollar

Economie


Dans une interview avec le Financial Times, le ministre français des Finances, Michel Sapin, a appelé à un rééquilibrage des monnaies utilisées pour les règlements dans les transactions internationales. Sapin a fait les déclarations en marge des rencontres du Cercle des Economistes à Aix-en-Provence, où se sont réunies des grandes personnalités du monde des affaires français.

Il faisait allusion à l’amende à laquelle la plus grande banque française, BNP Paribas, a été condamnée par les autorités américaines parce qu’elle avait effectué des transactions pour le compte de pays qui faisaient l’objet d’un embargo américain.

Nous autres, Européens, effectuons des transactions en dollars, par exemple lorsque nous vendons des avions. Est ce que cela est nécessaire ? Je ne pense pas »

Sapin pense que ce rééquilibrage devrait se faire non seulement pour l’euro, mais aussi pour les monnaies des économies émergentes, qui sont de plus en plus impliquées dans le commerce mondial. Le PDG de Total, Christophe de Margerie, a abondé dans son sens, notant que « bien que le cours d’un baril de pétrole soit donné en dollars, rien n’interdit aux raffineries de prendre ce cours et en utilisant la parité de l’euro/dollar du jour donné, et de s’entendre pour effectuer le paiement en euro ».

D’autres dirigeants du monde des affaires français s’interrogent sur la condamnation de la BNP, estimant qu’elle n’a pas violé de lois européennes. Sapin a promis de discuter de cette affaire avec ses collègues européens à l’occasion d’un futur sommet. Mais il n’a donné aucun détail de la façon dont il veut mettre fin à l’hégémonie du dollar.

Les Français ne sont pas seuls. La semaine dernière, on a appris que les BRICS cherchaient à établir une alliance anti-dollar. En plus de l’accord qu’ils ont conclu avec la Chine pour régler les échanges commerciaux mutuels en yuan et en roubles, les Russes veulent aussi créer un partenariat avec les autres BRICS pour établir un système multilatéral faisant appel à leurs monnaies respectives pour échapper au dollar.

Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, s’était déjà demandé au cours du mois de juin s’il était nécessaire d’utiliser le dollar pour les transactions entre l’Europe et la Chine. Il avait spéculé que les sanctions contre la BNP risquaient d’encourager les entreprises à cesser d’utiliser systématiquement le dollar. Enfin, la Chine et la Corée du Sud ont récemment conclu un accord pour effectuer les paiements de leurs échanges commerciaux dans leurs monnaies respectives.

Plus de la moitié des prêts et dépôts dans le monde sont effectués en dollars, et une récente enquête sur les 5.000 milliards de dollars de valeurs qui sont échangés sur les marchés des changes a montré que le dollar était utilisé dans 87% des transactions. Malgré tous les efforts qu’elles font pour diversifier leurs avoirs, les banques centrales du monde détiennent encore plus de 60% de leurs réserves en dollars en moyenne.

Source : Express

 

 

28/09/2014

Hassan Nasrallah sur l’EIIL : « L’Amérique est la mère du terrorisme »

Comme il a raison ! Ils se créent des ennemis qu'ils font semblant de combattre pour aller s'accaparer les pays qu'ils convoitent pour créer notamment avec les pays arabes le Grand Moyen Orient ou le Grand Israël  !

Quand le dollar aura été rayé de la carte des monnaies ainsi que les BANSKTERS de la FED et de ceux qui ne vivent que des guerres, tel le complexe militaro-industriel US/Sioniste, nous aurons la paix !Surtout que les US/Sionistes ne sont pas en train de bombarder les soi-disant terroristes de l'EIL ou de Daech, mais ils ont pour cible l'armée du Hezbollah dont l'état sioniste a une peur bleue ! Les US/Sionistes sont donc bien en train de préparer les Grand Israël pour l'état sioniste terroriste ! 

Voyons aussi ce que pense des crimes commis par Israël en Palestine, un ex militaire de l'armée "la plus morale du monde", l'armée d'occupation TSAHAL !

Lundi, 22 septembre 2014 08:05

Irak: les avions US bombardent le Hezbollah!!!

 

IRIB-Les brigades du Hezbollah d'Irak déchirent le voile sur la vraie nature de la mission des avions de combat et des drones US en Irak : " l'aviation américaine bombardent , en lieu et place des positions de Daech, celles appartenant à l'armée nationale irakienne et aux forces volontaires dont le Hezbollah" !!

C'est le site Al Massala qui rapporte cette information : " les chasseurs et les drones us ont pris d'assaut les positions des forces irakiennes et des forces volontaires dans le nord de Babylone. Ces raids témoignent de la vraie intention des Etats Unis dans la prétendue guerre qu'ils disent avoir déclenchée contre le terrorisme de Daech!!, affirme une source proche du Hezbollah qui appelle les irakiens et tous les peuples de la région à être vigilants vis-à-vis des politiques à double standard et extrêmement ambiguës des Américains, politiques à géométrie variable surtout dans le dossier de lutte contre le terrorisme. " Les objectifs recherchés par les Etats-Unis et leurs alliés arabes sont parfaitement clairs : ils veulent une emprise totale sur tous les Etats souverains de la région, leur démembrement, l'affaiblissement de leur armée.

En Irak, ils cherchent surtout la disparition de l'armée nationale et de tous les corps mobilisés de volontaires comme le Hezbollah, Saraya al Islam, et les forces populaires "  " si les Etats-Unis avaient été sincères dans leur prétention de lutte contre Daech, ils n'auraient jamais bombardé la localité de Al  Awissat dans le nord de Babylone. Cette  localité a été frappée mercredi dernier  alors que les chasseurs américains ont laissé intacts les positions de Daech à Jaraf al Sakhar, à Fallouja et dans d'autres localités. ces localités avaient d'ailleurs été identifiées par nos forces . . pour la seconde fois en l'espace d'un mois, les Etats-Unis ont frappé à coup de missiles intelligents les positions conjointes des forces armées et du Hezbollah et des forces volontaires. Ce n'est pas par inadvertance car les équipements utilisés par les USQ sont extrêmement complexes et ne laissent aucune place à l'erreur !! La réalité est que l'axe de la Résistance est la seule partie qui s'oppose effectivement au complot terroriste et qui est capable de sauver l'espace géographique et géostratégique de la région" !!

Hassan Nasrallah sur l’EIIL : « L’Amérique est la mère du terrorisme »

28 septembre 2014

Après avoir expliqué que le Hezbollah, quelle que soit la situation, serait toujours contre une intervention des États-Unis, il a déclaré que l’Amérique était la mère du terrorisme et a expliqué en quoi elle n’était pas légitime pour prendre part au combat qu’elle prétend mener. Il a mis en évidence le double jeu de ces nations qui soutenaient cet été encore l’État israélien ou certains courants takfiris, et qui viennent mettre fin aujourd’hui à la menace qu’ils ont eux-même créée. Il a conclu en appelant les pays de la coalition à cesser leur soutien sous diverses formes aux courants terroristes, et a précisé que le Liban comme les autres pays de la région n’avaient pas besoin de cette coalition internationale pour régler le problème takfiri au Moyen-Orient.

http://www.youtube.com/watch?v=0n-mhEnALIs#t=478

Clips, documentaires, articles sur l'actualité du Moyen Orient :
http://axedelaresistance.com/

Un ancien militaire dénonce les crimes de guerre de l'armée israélienne

http://www.dailymotion.com/video/x26pv0c_un-ancien-militaire-denonce-les-crimes-de-guerre-de-l-armee-israelienne_news?utm_source=alert&utm_medium=notifications&utm_campaign=subscriptiondigestusers

Eran Efrati est un ancien militaire israélien qui a participé à l'opération "Bordure protectrice" cet été sur la bande de Gaza. Interviewé par Abby Martin, il dénonce les crimes de guerre de l'armée israélienne ainsi que l'omerta entourant les actions de l'armée. Interview choc.


Un ancien militaire dénonce les crimes de... par Super_Resistence

 

Les Etats-Unis accusés d'avoir déclenché l'épidémie d'EBOLA...

Ils ne savent plus quoi faire pour empoisonner et décimer les peuples, quand ils n'utilisent les guerres génocidaires inventées de toutes pièces, ils fabriquent des vaccins comme armes biologiques ainsi que des virus qu'ils font muter dans les laboratoires militaires.

Il faut bien réduire la population mondiale à 500 000 personnes non ? selon les instructions portées sur les pierres de Goergia Guidestones sur lesquelles il a porté l'année 2014 ces derniers mois !

Surtout que nous savons que ce sont SOROS et Bill Gates qui financent soi-disant la recherche sur les vaccins et les virus.

Un docteur, et directeur de recherches, en phytopathologie accuse les Etats-Unis de faire des tests bactériologiques sur la population en Afrique de l'ouest.

https://www.youtube.com/watch?v=9ObPD-WwDck

 

 

26/09/2014

Le dollar bientôt détrôné par le rouble et le yuan?

Pour qui sonne le glas ? Les US et ses alliés sionistes !

Les guerres déclenchées tous azimuts par les nazis/Illuminati/Sionistes, rapportent la preuve de leur économie moribonde et de leur endettement colossal qu'ils essaient de combler en relançant le business de la guerre tout en endettant les USA et les pays contre lesquels ils entrent en guerre ! Les grands gagnants dans l'affaire ce sont toujours les BANSKSTERS qui financent les deux parties en guerre pour s'enrichir sur le dos des innocents, victimes de leurs guerres génocidaires couvertes sous le vocable de guerres humanitaires !

Ils l'ont voulu, ils l'ont eu le revers de bâton ! Et en prime ils craignent l'armement Russo/Chinois !

 
Le dollar bientôt détrôné par le rouble et le yuan?
20:00 24/09/2014
Par Nikolaï Malichevski, RIA Novosti

Moscou est Pékin font savoir à Washington que son statut de "superpuissance numéro un" arrive à son terme. La "transaction gazière du siècle" entre la Russie et la Chine et l'éventuel passage au rouble et au yuan comme monnaies de réserve sont des attaques écrasantes contre les Etats-Unis, déjà noyés dans leur dette extérieure démesurée.

Le 20 septembre, le Washington Times annonçait que l'amitié entre la Russie et la Chine était bien pire pour les USA que la Guerre froide et représentait une menace à la sécurité nationale des Etats-Unis, à cause de la coopération active de Moscou et de Pékin dans "pratiquement tous les domaines possibles". Le journal n'a toutefois souligné que l'aspect militaro-politique: la préparation par les Russes et les Chinois d'une arme "capable de contrer les principaux avantages du matériel militaire américain".

Les journalistes ont toutefois laissé entre parenthèses un autre aspect bien plus substantiel pour Washington, dans le domaine financier et économique. Passer sous silence un tel fait signifie que les USA ont vraiment peur de la réaction de l'alliance Moscou-Pékin face aux sanctions antirusses "à cause de l'Ukraine". Les raisons sont plus que suffisantes car après tout, ces démarches pourraient enterrer le dollar.

La Russie et la Chine ont affiché leur position commune sur l'Ukraine début mars déjà.
A l'époque, Pékin avait promis de soutenir Moscou par son veto en cas de décision antirusse au Conseil de sécurité des Nations unies. Les autorités chinoises ont également exigé, à la Cour d'arbitrage internationale de Londres, que Kiev rembourse sa dette de 3 milliards de dollars; et l'état-major de l'armée chinoise a appelé le gouvernement ukrainien à stopper l'opération punitive contre la population civile.

L'an dernier, les échanges commerciaux de la Chine ont dépassé 4 000 milliards de dollars, soit plus que ceux des USA. En février 2014, au moment du coup d'Etat en Ukraine, elle a vendu pour plus de 48 milliards d'obligations américaines à court terme. Les analystes financiers occidentaux prédisent qu'en 2015, 30% du commerce chinois devrait passer aux opérations en yuans, se débarrassant ainsi du dollar. Les experts occidentaux ont noté que jusqu'en 2013, un tel reflux des investissements des USA, ne s'était pratiquement jamais produit.

Pour éviter une vente hystérique des obligations du gouvernement américain, ce qui entraînerait la hausse des taux d'intérêt, du coût de financement de la dette des USA et conduirait à l'effondrement de leur marché des titres, la Réserve fédérale américaine (Fed) a dû rapidement prendre des risques et racheter secrètement – par la Belgique – des obligations.

La gravité de la situation du dollar est confirmée par les analystes de la banque HSBC, qui rapportent qu'en 2014 les compagnies mondiales ont subitement augmenté leur recours au yuan pour leurs transactions commerciales. Sachant que 22% de ces compagnies sont déjà passées à la monnaie chinoise et que la "locomotive économique" de l'UE, l'Allemagne, mais aussi Hong Kong et les USA sont devenus ses utilisateurs les plus actifs. Comme l'écrit le Wall Street Journal, rien que l'an dernier les transactions en yuans réalisées par les compagnies américaines ont quadruplé. La réunion spéciale du gouvernement russe présidée par le vice-premier ministre Igor Chouvalov en avril 2014 a également préoccupé les maîtres du dollar: il y était question d'une solution pour renoncer au dollar dans les opérations d'exportations.

Mi-mai, on annonçait que l'Iran et la Chine étaient prêts à renoncer au dollar dans leurs transactions bilatérales. Le 22 mai, le président de Gazprom neft Alexandre Dioukov a déclaré que ses sous-traitants étaient prêts à abandonner le dollar au profit du rouble, du yuan et de l'euro. Le 16 juillet, le Pakistan a refusé d'échanger ses réserves de change contre des billets de banque américains en annonçant au monde entier que le dollar représentait une menace à la sécurité nationale. Le 25 juin la Chine a annoncé la création de la Banque asiatique pour l'investissement dans l'infrastructure comme une alternative à la Banque mondiale et à la Banque asiatique de développement, jugeant ces dernières "trop dépendantes des USA". Plus de 20 pays ont immédiatement témoigné de l'intérêt pour cette initiative, y compris au Moyen-Orient. Le 9 septembre, les banques centrales d'Argentine et de Chine ont initié l'abandon des opérations en dollars dans leurs échanges commerciaux.

Par ailleurs, le président chinois Xi Jinping a suggéré de créer une nouvelle structure de sécurité en Eurasie avec la participation des puissances régionales, de la Russie et de l'Iran -mais sans les USA – lors de la Conférence pour l'interaction et les mesures de confiance en Asie à Shanghaï, en présence du président russe et des dirigeants d'Asie centrale. L'appel de Pékin a été entendu par Téhéran qui a officiellement annoncé son intention de fournir son gaz en Europe sans faire concurrence à la Russie. Il a également été entendu par Moscou, qui a organisé avec la Chine des exercices navals en mer de Chine orientale.

Début septembre la presse asiatique et occidentale constatait pratiquement à l'unanimité que la Russie et la Chine créaient un contrepoids face à l'Otan, une alliance militaro-politique sans rivale dans le monde. Quelques jours plus tard, on apprenait que ce n'étaient pas de simples métaphores journalistiques: à l'issue du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Douchanbé en septembre a été annoncée la création d'une structure commune de lutte contre le terrorisme, le trafic de stupéfiants et d'autres menaces à la sécurité nationale par les membres de l'OCS. Il s'agit de constituer, sous un commandement commun, des contingents interarmées et d'utiliser conjointement toutes les ressources étatiques contre un ennemi commun.

Les Etats-Unis cherchent par tous les moyens à empêcher le rapprochement de Moscou et Pékin. Après la signature de la "transaction du siècle" russo-chinoise le camp de l'opposition, les "séparatistes sibériens" et les représentations diplomatiques américaines se sont soudainement activés à Moscou, en Sibérie et dans l'Oural. Plusieurs attentats se sont produits en mai dans le Xinjiang, faisant des dizaines de victimes. En parallèle, Washington a accéléré la création de "l'axe du mal" antichinois en Asie-Pacifique: les Etats-Unis considèrent le Japon, l'Australie, Singapour, la Thaïlande, la Malaisie, les Philippines et le Viêt Nam comme leurs partenaires stratégiques dans la région.

Tout en essayant de créer une "Otan asiatique", Washington cherche à imposer l'idée d'une "Otan économique" euro-atlantique – un pacte commercial transatlantique qui devrait soumettre les marchés européen, puis eurasiatique et asiatique aux Américains. Si le premier projet vise la Chine et ses ambitions en Asie-Pacifique, le second est dirigé contre la Russie et l'intégration eurasiatique.

Aujourd'hui, Washington ne cache plus qu'il mène une guerre économique contre la Russie. "Notre objectif initial était d'isoler la Russie et la forcer à payer un prix économique pour ses actions en Ukraine", a déclaré le porte-parole de la Maison blanche Josh Earnest sur la chute du taux de change du rouble. Cependant, selon les experts américains, Barack Obama n'a pas choisi le meilleur moment pour ouvrir les hostilités avec la Russie. Le fait est que les sanctions antirusses enterrent toute perspective de soutien de la position américaine par Moscou au Conseil de sécurité des Nations unies, notamment sur la question moyen-orientale existentielle pour Washington.

De plus, comme l'a déploré le membre de la Chambre des représentants du congrès américain Walter Johns, les Etats-Unis n'ont plus la capacité de maintenir l'ordre mondial car "nous sommes un pays débiteur, nous ne pouvons pas rembourser sans relever le plafond de la dette publique et nous ne pouvons tout simplement plus dicter à d'autres pays ce qu'ils doivent faire".

Il se pourrait que dans un avenir prévisible on demande à Washington de rembourser ses dettes en roubles ou en yuans.

http://fr.ria.ru/discussion/20140924/202520055.html