Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2016

Syrie: fin de l'alliance Russie/Israël?

 

Voir aussi :

Le plan diabolique du « Grand Israël » s’ensable en Syrie

Le Nouvel Ordre Mondial passe par Damas ou l'obligation de résultat de réussite pour Poutine en Syrie !

Qui approvisionne l’Etat Islamique?

 

Syrie: fin de l'alliance Russie/Israël?

 

Le porte-avions russe déployé en Méditerranée contre les opérations israéliennes

Le porte-avions Amiral Kuznetsov. ©AFP #russie #porte-avions

 

La Russie a-t-elle décidé de ne plus se soucier des états d'âme de son allié israélien? 

Toujours est-il que les hauts responsables militaires du régime israélien se disent inquiets du déploiement du porte-avions russe en Méditerranée et demandent à ce que le champ d'action de ce mastodonte soit bien réduit.

"Le déploiement du porte-avions Amiral Kuznetsov dans l'est de la Méditerranée limiterait la puissance militaire israélienne dans les opérations à la fois secrètes et manifestes qu'Israël mènent en Syrie et au Liban.", affirme le site israélien Walla, citant les hauts responsables israéliens.

 

Vladimir Poutine et Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 25 juin 2012. ©AFP #Israël

 

"Israël a mené, ces derniers années, des raids aériens contre la Syrie pour empêcher l'acheminement des armes via l'Iran à destination du Hezbollah et le fait que le porte-avions Amiral Kuznetsov opère aux portes d'Israël n'arrange pas les choses. Surtout que le navire a à son bord des avions de chasse MiG-29, des hélicoptères de combat et quelques 2000 fusiliers marins et qu'il arrivera dans une semaine en Syrie", font remarquer ces responsables se référant aux informations communiquées par la flotte russe.

Le website israélien Walla relève aussi un autre point : "l'affaiblissement, ces derniers mois, du mécanisme de coordination entre Moscou et Tel-Aviv au sujet de la Syrie" : " Les contacts entre la Russie et Israël se sont réduits à tel point  qu'un drone russe a pu récemment pénétrer l'espace aérien israélien au risque d'être abattu par la DCA israélienne. L'appareil a réussi toutefois à quitter le ciel israélien et à regagner la Syrie avant d'être visé".  

"Au moment où la Russie projette des programmes militaires pour une présence stratégique de longue durée au Moyen-Orient, en équipant l'armée syrienne de systèmes défensifs les plus modernes, Israël n'a d'autre choix que de revoir sa stratégie sur ses frontières nord." conclut Walla.

 

 

28/11/2015

Crise migratoire: le grand remplacement n'est pas une vue de l'esprit mais un plan de l'ONU !

Ce document provient du département des affaires sociales et économiques de l'ONU.

Après nous avoir tannés sur le fait que nous serions trop nombreux sur terre pour ouvrir largement les vannes des guerres génocidaires tous azimuts dans le monde, sous couvert de l'escroquerie universelle du "réchauffement climatique", voilà que désormais nous ne sommes finalement pas assez nombreux en Europe notamment et la solution mondialiste au problème de natalité de la vieille Europe est toute trouvée: une immigration massive qui favorisera le métissage, la perte d'identité des peuples, la montée du racisme afin de provoquer des guerres civiles qui doivent servir les plans des promoteurs du Nouvel Ordre Mondial, les Illuminati !

Et surtout que l'ONU continue à faire la promotion de l'avortement et à financer ses guerres génocidaires, et ses mercenaires terroristes pour permettre de n'instaurer en finalité qu'UNE UNIQUE POPULATION MONDIALE au profil de son Nouvel Ordre Mondial et de ses vaillants promoteurs, Illuminati  !

Voir aussi :

ONU.JPG


Extrait:

"La Migration de remplacement:
Est-elle une solution au déclin et au vieillissement des populations?

Les projections des Nations Unies indiquent qu'au cours des 50 prochaines années, les populations de presque tous les pays d'Europe ainsi que le Japon devront faire face à un déclin démographique et au vieillissement de la population. Les nouveaux défis que constituent le déclin et le vieillissement des populations vont nécessiter de nouvelles évaluations de nombreuses politiques et programmes mis en place, y compris celles relatives à la migration internationale.


Mettant l'accent sur ces deux tendances démographiques frappantes et critiques, le rapport considère une migration de remplacement pour les huit pays à basse fécondité (l'Allemagne, la France, l'Italie, le Japon, la République de Corée, la Fédération de Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis) et deux régions (Europe et l'Union européenne). La migration de remplacement se réfère à la migration internationale qu'un pays aurait besoin pour compenser le déclin démographique et le vieillissement de la population résultant de taux de fécondité et de mortalité faibles."


En plus de cette introduction, le rapport indique que de façon a éviter d'avoir à élever l'age de départ en retraite entre 71 et 76 ans (sans rire) dû au manque de dynamisme démographique en se projetant en 2050, l'objectif serait...de tripler au minimum les d'habitants en Europe. Le trois-quart de la population européenne serait alors composée d'immigrés. 


Extrait:


"Le nombre annuel d'immigrés nécessaires pour maintenir le ratio de soutien potentiel constant par rapport à celui de 1995 serait 15 fois plus élevé que le niveau de migration nette des années 1990. Vers la fin de la période, c'est à dire vers l'horizon 2040-2050, le nombre annuel net de migrants requis par l'Union européenne serait l'équivalent de la moitié de la croissance annuelle de la population de la planète.


 Ainsi, si la migration de remplacement devait être utilisée en tant que mécanisme pour consolider le potentiel rapport de soutien au sein de l'Union européenne à son niveau actuel, d'ici 2050, la population totale de l'Union Européenne augmenterait à plus de trois fois son niveau actuel. Dans ce processus, la part de la population mondiale de l'Union européenne aurait plus que doublé, passant de 6,6 pour cent en 1995 à 13,8 pour cent en 2050. En outre, les trois-quarts de la population totale en 2050 seraient constitués de migrants post-1995 en provenance de l'extérieure des frontières actuelles de l'Union et de leurs descendants.

 

Immigrationnisme : Une Europe sans Européens selon la recette Coudenhove-Kalergi, un Plan vieux de 90 ans (Vidéos)

Les buts des Illuminati étant ceux de faire perdre leur identité, non seulement aux européens, mais aussi aux populations émigrées notamment par le métissage pour "les soumettre tous ensemble" aux dictats des Illuminati qui prônent le racisme qui peut générer des guerres civiles en Europe !

Ce qui fait partie du plan des Illuminati promoteurs du Nouvel Ordre Mondial !

Nouvel Ordre Mondial = 1 UNIQUE GOUVERNEMENT MONDIAL
(ONU avec siège déplacé à Jérusalem)
= 1 UNIQUE RELIGION MONDIALE (VATICAN)
= 1 UNIQUE POPULATION MONDIALE

 

Une Europe sans Européens selon la recette Coudenhove-Kalergi

Tatiana Filiatcheva
 
25 octobre 2014, 00:41
 Une Europe sans Européens selon la recette Coudenhove-Kalergi
 

On s’accorde à dire que les Pères Fondateurs de l’Europe d’aujourd’hui, celle de Maastricht, sont Robert Schumann et Jean Monet. Ce n’est pas faux mais c’est inexact. Bien qu’il ait donné son nom à un Prix extrêmement prestigieux dont Herman Van Rompuy est entre autres le détenteur, Richard Coudenhove-Kalergi est curieusement resté dans l’ombre. Or, ce dernier conçut l’idée même du paneuropéisme en décrivant avec une précision troublante ses principes civilisationnels.

Lorsque Kalergi est cité, il est surtout cité comme l’auteur d’un essai monumental intitulé « Pan Europe » et paru en 1923. Il y décrit le continent européen comme un ensemble sans frontières appelé à s’affranchir de ses limites culturelles et à communier dans un esprit mondialiste et notamment anti-nationiste (enfin, il emploie le terme nationaliste pour sous-entendre nationiste). Le continent eurasiatique, la Russie en premier lieu, a vocation à être absorbée par les Etats-Unis d’Europe en s’adaptant au modèle étatique qui les unit et à leur conception des mœurs. La Grande-Bretagne est appelée à faire partie intégrante de cette structure homogène mais en tant qu’Etat-observateur doué d’une plus grande autonomie politique que les autres Etats de la Pan Europa. Jusqu’ici, rien de nouveau. On croirait lire un bref descriptif de ce qu’est l’Europe sous l’égide bruxelloise.

Ce qui en revanche mériterait qu’on s’y attarde, c’est la conception assez particulière qu’à Kalergi du nationisme. Selon lui, Erasme de Rotterdam, Goethe, Dante, Giordano Bruno et les Lumières étaient des antinationistes convaincus dans la mesure où ils étaient instruits. L’attachement à la nation est le propre de la plèbe obscurantiste obsédée par son sentiment d’exclusivité culturelle. Ce raisonnement, irréprochable à la surface, ne tient aucunement la route. De un, bien qu’universaliste, Dante était un poète parfaitement ancré dans la civilisation romano-chrétienne dont il chantait l’excellence. De deux, la question du nationisme en tant que tel (ou nationalisme, par extension) n’était pas d’actualité à l’époque. Enfin, s’il faut un contrexemple, pensons à Machiavel, un nationiste assumé, aussi instruit que les personnalités précitées.

La critique que fait Kalergi du sentiment national à son tour connectée à la question identitaire et à la notion, bien plus récente, de préférence nationale, introduit un autre essai faisant véritablement office de mode d’emploi. Très peu connu ou du moins très peu cité, il s’intitule Praktisher Idealismus, littéralement, idéalisme pratique. Paru en 1925, ce livre au titre aussi charmeur qu’abstrait renverrait presque l’image d’une utopie sociale semblable à celle d’un Thomas More.

Or, si arrière-goût d’utopie il y a, celui-ci ne s’adresse qu’à une seule caste. Celle de la « noble race » ou des élites supranationales appelées à régir un monde homogénéisé, abêti et métissé. Selon Kalergi, s’il est une « race » susceptible de faire concurrence aux USA, c’est bien la race européenne ou … « Blanche ». Le politiquement correct n’était pas encore de mise à l’époque, surtout de la part d’un philosophe revendiquant une approche purement et durement raciste. Raciste, pas raciale, puisque le système hiérarchique qu’elle préconise sous-entend la supériorité fort aberrante de la race blanche (européenne) sur les « Noirs » pour ne citer qu’un exemple.

S’il faut donc neutraliser la puissance européenne en fracturant son identité et ses valeurs, le métissage forcé est une solution efficace et radicale. Il sera à ce moment-là question d’un génocide ethnique et civilisationnel progressif, indolore et surtout définitif. Dans un premier temps, Kalergi appelle à la destruction de la famille en tant qu’institut caduc et donc bon à croupir dans les oubliettes de l’Histoire. Les déviations sexuelles les plus osées seront banalisées. D’une manière générale, le strict contrôle des naissances devra devenir une priorité pour l’ensemble des pays membres de la Pan Europe, cela dans une optique purement malthusienne mettant en garde contre les effets catastrophiques de la surpopulation. Faudrait-il préciser que ce problème n’a jamais été celui de l’Europe ?

La deuxième partie du Plan Kalergi prévoie la suppression tout aussi progressive du principe de démocratie et d’égalité devant la loi. On continuera bien entendu à sacraliser ces deux notions mais dans le seul but d’en faire des instruments de pression sur les masses. La démocratie sans le peuple et l’égalité de type orwellien, si l’on veut une analogie plus moderne, seront complétés par la suppression du principe d’autodétermination des peuples. N’est-ce pas ce que l’on constate aujourd’hui ?

Pour ce qui est du métissage, on s’aperçoit que cette idée obsessionnelle s’appuie sur une thèse aussi raciste qu’infondée. S’appuyant sur des observations dont nul ne semble connaitre l’origine, Kalergi affirme que la cruauté des métisses n’a d’égal que leur servilité. Par conséquent, cette nouvelle « race » serait facile à manipuler. Elle ne se révoltera jamais, en tout cas tant que les mangeoires seront pleines.

Les bizarreries de la politique immigrationniste que l’on relève ces dernières décennies, les atteintes portées à la famille, notamment à la famille nombreuse, l’introduction absurde de la théorie du genre, l’allègement sélectif des programmes d’Histoire et la diabolisation systématique de tout ce qui a trait au sentiment patriotique sont autant de faits démontrant la réalisation, point par point, de l’alpha à l’omega, d’un Plan vieux de 90 ans. Alors avant de crier au racisme comme les Inquisiteurs aimaient en leur temps crier au diable, les technocrates de Bruxelles devraient d’abord relire le Praktisher Idealismus du Père de l’UE.

Un peu de cohérence, voyons !


 

Croyez-vous encore que cet afflux massif de migrants soit le fruit du hasard?




17/04/2015

L’empire invisible : qu’est-ce que le Nouvel Ordre Mondial ?

Tout n'est pas exact mais cela donne une bonne idée quand même !

Jason Bermas, réalisateur du film « L’empire invisible », analyse l’évolution des Etats-Unis, pays qui transite peu à peu d’une démocratie républicaine à un empire autoritaire, voire même totalitaire, sous le contrôle total d’une « oligarchie financière mondialisée ». Le CFR, le Groupe Bilderberg, la Commission Trilatérale, Obama, Bush, JFK, Roosevelt, Gordon Brown, Barroso, Kissinger, Brezinski, Sarkozy et bien plus encore, sont évoqués durant ce documentaire.

Jason Bermas se base sur l’histoire, le discours et les actes de ces hommes affamés de pouvoir qui semblent n’avoir aucun scrupule, ni aucune limite pour forger le monde selon leurs visions et celles des élites. Il est évident qu’aucunes chaînes de télévision telles que TF1, CANAL+, M6, n’aborderont ce point de vue pourtant fondamental pour comprendre le système dans le lequel nous nous noyons.


L’empire invisible démontre sans aucun doute possible, la façon dont les élites ont ouvertement conspiré, pour insidieusement modeler le monde à leur convenance via d’influents groupes tel que le CFR, l’Organisation des Nations Unies, la Commission Trilatérale, et le groupe Bilderberg.


L’empire invisible dévoile plusieurs aberrations et manipulations au niveau étatique dans un but d’asservissement de la population mondiale telles que : la gestion des finances, la drogue, le terrorisme sous fausse bannière, les escroqueries bancaires, les assassinats commandités, l’hostilité totale à la notion de vraie liberté, le mouvement écologiste bidon qui est entraîné par la fraude du réchauffement climatique, les populations micropucées, les réseaux de prostitution dirigés par et pour l’élite, les pratiques occultes, etc.

L’empire invisible est plus qu’un film, il est l’aboutissement de nombreuses années de recherche par Jason Bermas sur le fonctionnement interne de cette mise en place du nouvel ordre mondial à travers de nombreuses déclarations et révélations publiques faites par ses sombres promoteurs. Invisible Empire dévoile l’ordre de ce programme de contrôle du monde.


10/01/2015

2015 sera l'année de la confrontation finale entre l'Empire du chaos et l'Eurasie

Voilà pourquoi il faut créer le chaos en France, en Europe et dans le monde !

Ils ont la rage !

Pris dans l'échec de partout, la faillite, il ne leur reste que la politique de la terre brûlée face à une population dont ils n'ont que faire à présent ! Autant éliminer les 2/3 de la population mondiale comme prévu dans leurs plans machiavéliques !

Si ça na pas marché contre la Russie attaquons-nous à la France, aux pays européens et à tous les  autres ! La 3ème guerre mondiale serait donc la bienvenue pour eux !

2015 sera l'année de la confrontation finale entre l'Empire du chaos et l'Eurasie

 

 

 

Les petites lueurs démocratiques surgies en Europe (Podemos, Syriza) suffiront-elles à illuminer une année 2015 menacée par la périlleuse confrontation entre un vieil empire occidental décadent et des forces émergentes qui ne s'en laissent plus conter ?
 

Les petites lueurs démocratiques surgies en Europe (Podemos, Syriza) suffiront-elles à illuminer une année 2015 menacée par la périlleuse confrontation entre un vieil empire occidental décadent et des forces émergentes qui ne s’en laissent plus conter ?

L’année 2014 aura été marquée par la brutale aggravation de la crise économique et financière mondiale et par la fuite en avant de l’Otan vers un dangereux chaos guerrier dont les métastases touchent désormais le continent européen.

  • Les masques statistiques euphoriques n’abusent plus que les gogos. La prétendue "reprise" continue à être financée par de la dette pour « une période considérable ». Les banques sont incapables de satisfaire à des stress-tests édulcorés. Les chiffres du chômage sont trafiqués par des radiations massives. La distribution de "food stamps" (tickets d’alimentation) bat des records aux États-Unis. Et plus alarmant encore, la courbe de la mortalité infantile US vient de repartir à la hausse [1].

  • L’État islamique en héritage : aux confins orientaux de leur empire, les maîtres du monde, venus semer à les entendre le Bien et la Démocratie, n’ont récolté que le chaos. Aux potentats régionaux détrônés succèdent les ravagés de l’État islamique qui sont aux États-Unis ce que Mr Hyde était au Dr Jekyll. Les atrocités médiatisées des uns ne valent-elles pas les bombardements à l’aveugle ou les pratiques tortionnaires enfin révélées des autres ?

  • Le cancer de la guerre frappe désormais aux portes du vieux continent européen : venue faire la nique à la Russie du vilain Poutine, l’Otan s’est pris les pieds dans le bourbier ukrainien après y avoir fomenté un coup d’État, sans manifestement maîtriser les moyens de le pérenniser.

Une course poursuite entre deux chaos

C’est donc une course contre la montre entre deux chaos, l’un "civil" (économique, financier, social), l’autre guerrier, qui se jouera en 2015. Une chose est sûre, aucune solution acceptable n’est à attendre des autorités politiques de l’empire. Paul Craig Roberts, qui connaît bien ce monde interlope pour l’avoir servi [2], est catégorique : les États-Unis sont plus que jamais aux mains d’un complexe militaro-industriel US va-t-en-guerre agissant dans l’ombre d’un président de comédie.

Le président Obama a perdu ce qui lui restait de pouvoir lors des dernières élections de mi-mandat le 4 novembre dernier. Les faucons néoconservateurs de Washington règnent en maîtres au sein de l’empire. Et ce ne sont pas leurs pâles vassaux européens, à l’image d’un Hollande déjanté et d’une Merkel ne sachant plus vraiment sur quels intérêts allemands danser, qui risquent de contrarier cette folle fuite en avant suicidaire.

Au point, juge Paul Craig Roberts, que le seul "espoir" restant est que le chaos économico-financier soit suffisamment rapide et retentissant pour couper court aux velléités de chaos guerrier.

« L’espoir vient de l’extérieur du système politique. L’espoir est que le château de cartes ainsi que les marchés truqués érigés par les décideurs politiques pour le bénéfice des 1% [de riches, ndlr] s’effondrent. »

La recomposition géopolitique du monde

« Attachez vos ceintures ; 2015 sera un tourbillon opposant la Chine, la Russie et l’Iran contre ce que j’ai décrit comme l’empire du Chaos. »

Selon le journaliste brésilien Pepe Escobar, l’année qui s’annonce renforcera sans aucun doute une recomposition géopolitique houleuse du monde autour d’un nouveau bloc : l’Eurasie.

La politique de sanctions occidentales n’aura rien réussi de mieux que de ressouder les liens entre les pays émergents des BRICS et pourrait même être en train de conduire à un rapprochement entre ces derniers et un autre "puni" : l’Iran. Pour Pablo Escobar, le chaos est en passe de se retourner contre l’empire qui l’a propagé.


Une si fragile lueur démocratique en Europe

Face à ce paysage dévasté, on assiste en Europe à la montée en puissance de mouvements alternatifs portés par des opinions publiques exténuées après des années d’austérité destructrice. Podemos et Syriza paraissent en mesure de profiter en 2015 de scrutins opportuns dans leurs pays respectifs, l’Espagne et la Grèce.

Mais la tâche s’annonce ardue :

  • Les "amicales" pressions des "démocrates" officiels de Bruxelles contre ces empêcheurs de capitaliser entre soi sont rien moins qu’agressives et intrusives. On imagine sans peine ce que seront ces pressions si d’aventure les "indésirables" viennent à s’emparer du pouvoir. Angela Merkel a d’ores et déjà prévenu Alexis Tsipras que ce serait la rigueur budgétaire (allemande) ou la porte (de la zone euro).

  • Les vieux partis (communistes) de gauche du siècle dernier s’échinent à défendre les derniers lambeaux de leurs prés carrés électoraux contre ces nouveaux venus qui leur font de l’ombre. En Espagne comme en Grèce, Izqierda Unida et le KKE passent au moins autant de temps à cogner sur Podemos et Syriza que sur leurs gouvernants de droite.

Reste qu’en ces temps ténébreux, il me semble préférable de s’accrocher aux petites lueurs démocratiques qui passent, MÊME AU RISQUE DE SE TROMPER, plutôt que d’essayer de les éteindre prématurément comme s’y emploient avec un zèle mauvais les inévitables pisse-vinaigre. Allez, santé à tous les autres. M’est avis que cette année 2015 va être chaude bouillante.

Notes

[1] Lorsqu’il écrivit en 1976 son essai sur la décomposition de la sphère soviétique, "La Chute finale" (éd. Robert Laffont), Emmanuel Todd fonda sa prédiction sur le constat de l’inversion à la hausse de la courbe de mortalité infantile en URSS, considérant cet élément comme fondamental de la réelle santé d’une puissance. Or en 2014, la mortalité infantile US est passée de 5,90‰ à 6,17 (rappel France : 3,31 - source : Statistiques mondiales.com).

[2] Paul Craig Roberts, économiste et journaliste américain, fut sous-secrétaire au Trésor dans l’administration Reagan et est un des pères fondateurs des Reaganomics.

 

http://www.politis.fr/2015-chaud-bouillant-le-monde-d,29515