Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2012

Communiqué de presse de l'association : EDF DOIT REMBOURSER !

Très intéressant pour les consommateurs pour qu'ils s'associent et réclament leur remboursement et des indemnités.

 

COMMUNIQUE DE PRESSE - CREATION DE L'ASSOCIATION : EDF DOIT REMBOURSER !

 

AUX CODES, CITOYENS

VOUS LES PETITS, LES SANS GRADE


Soyez au courant, l’électricité est moins chère que ce qu'on vous avait dit.

Mais si les pigeons peuvent rester sur les fils électriques sans risque, vous, ne prenez pas le risque de vous priver de ce qui arrive.

Ne soyez pas les pigeons de l’EDF. Etes-vous au courant ?

 

La plus haute juridiction française le Conseil d’Etat vient de condamner EDF car les factures EDF étaient illégales.

Vous ne rêvez pas. Dans ce monde de brutes il y a des gens courageux qui rendent le droit et leur dignité aux pauvres.

Les magistrats du Conseil d’Etat ont rendu une décision qui va marquer dans les annales puisque'on voit un grand, EDF, mordre la poussière et tout nu : on apprend et on sait maintenant que les factures du 15 août 2009 au 13 août 2010 n’étaient pas normales et que 30 millions de personnes sont concernées.

On pense aux pauvres gens qui avaient froid dans leurs maisons, à ceux qui ne pouvaient pas payer les factures de chauffage, d’eau chaude, on pense aux sociétés qui ont risqué ou eu des redressements ou liquidations judiciaires car elles ne pouvaient pas payer leurs factures ….ILLEGALES.

Réjouissons-nous à l’approche de Noël de cette nouvelle mais essayons de voir plus loin, et faisons en sorte, tous unis, que les victimes soient vite remboursées et indemnisées.

Nous disons remboursées ET INDEMNISEES car le remboursement ne suffit pas, les personnes qui ont payé ce qu’exigeait EDF sous la menace de coupure de courant se sont appauvries de leurs maigres ressources – les pauvres, mais aussi la classe moyenne savent qu’un sou est un sou et que le sac de la ménagère est cher, très cher et que ni les supermarchés ni les banques ne font pas de crédit gratuit – doivent recevoir une indemnisation en plus du remboursement pour cet argent qui leur a été bloqué illégalement par EDF.

 

Cette indemnisation ne se fera pas facilement et sans effort, il faudra se battre juridiquement car EDF, qui a de l’argent, pense encore plus que nous sans doute qu’un sou est un sou. Alors après avoir gagné une bataille, il faut gagner la guerre, qui ne peut être que juridique, mais aussi médiatique.

C’est la raison d’être de notre association, EDF DOIT REMBOURSER, la première en France à s’être créée pour obtenir remboursement et indemnisation.

Nous avons de plus autour de nous un pool d’avocats excellents pour faire gagner enfin les petits les sans grade.

Alors :

« Aux codes, citoyens, formez vos avocats

«  Gagnons, gagnons

« Que nos euros

« Nous reviennent bien vite _ »

ASSOCIATION « EDF DOIT REMBOURSER »

http://edfdoitrembourser.hautetfort.com/

 

N'hésitez pas à nous contacter et à vous inscrire à la newsletter du blog qui a été créé dans l'urgence pour la circonstance, afin de vous faire défendre et d'être informés du suivi de nos actions.

 

Les factures EDF 2009 à 2010 recalculées

http://lci.tf1.fr/economie/consommation/electricite-les-tarifs-de-la-periode-2009-a-2010-juges-illegaux-7599982.html

 

Electricité : EDF forcé de revoir 30 millions de factures

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-envir...

 

Le Bureau de l'association. 

 

 

22/05/2010

Et maintenant, l’euro-dollar ?


Article placé le 21 mai 2010, par Julian Diesdorf (Zürich)

 

Pour se maintenir, le projet mondialiste pourrait précipiter son calendrier et utiliser la crise actuelle pour « fusionner » l’euro et le dollar en une monnaie unique, écrit en substance Clovis Casadue, collaborateur de la revue Flash, dans l’article que nous plaçons ci-après. Cette perspective est plus que plausible, et la chute incessante de la devise européenne, qui se retrouvera bientôt a parité avec le dollar, l’accrédite. Comme l’indiquait le banquier Alexandre Wohlwend il y a quelques jours, la seule issue pour les pays de la zone euro passe par « un retour à leur souveraineté monétaire et territoriale », ce qui est inenvisageable pour les tenants de l’ordre mondial, qui, n’en doutons pas, utiliseront tous les moyens pour interrompre les velléités secessionnistes. De nouvelles informations, pour le moins surprenantes, nous parviennent ce soir sur les manipulations en cours. Nous les publierons dès que nous aurons pu effectuer les vérifications d’usage.

Julian Diesdorf, Mecanopolis

euro-dollar

 

La ratification du Traité de Lisbonne par les 27 États a donné le pouvoir de rompre avec les méthodes de la démocratie et d’imposer une mise sous “bonne gouvernance” des pays de la zone euro, au mépris des droits fondamentaux du Parlement européen et de la volonté des peuples.


Dans son discours du 13 mai dernier, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso propose de placer l’ensemble des pays de la zone euro sous tutelle budgétaire. L’objectif : réduire le déficit public à 3 % du PIB en 2013, en les soumettant à des mesures d’austérité semblables à celles imposées à la Grèce. La mesure est en effet peu démocratique, puisque le Parlement européen n’entrera pas dans les décisions. Pas de problème pour la chancelière allemande, parlant d’un “pas important dans la bonne direction”. Même son de cloche du côté de la France, le secrétaire d’État aux Affaires européennes, Pierre Lellouche déclarant : “C’est la contrepartie du plan européen de sauvetage. La discipline de chacun devient l’affaire de tous. Bruxelles aura le droit de surveiller tous les comptes.” Résultat, cette aide de 750 milliards, votée lors du sommet européen des 8 et 9 mai. Son message : “Nous vous soutenons, mais vous devez abandonner votre souveraineté économique.”

Malgré ce qui a été annoncé, cette manœuvre n’a pas pour but de soutenir l’euro. C’est même le contraire qui devrait se passer, et la monnaie unique a déjà perdu plus de 7 % depuis sa mise en place. La nouvelle politique monétaire de la BCE devrait encore contribuer à son affaiblissement, puisqu’elle est maintenant autorisée à recourir à la “planche à billets”, de manière à émettre elle-même des Bons du Trésor sur les marchés financiers.

Plutôt que soutenir l’euro, sauver les banques…

En fait, ce dispositif permet surtout de soutenir en amont les banques européennes impliquées dans la dette grecque. Ce qui permet encore de

suggérer aux investisseurs ayant acquis des obligations qu’ils ne risquent rien. Ce sont donc les banques que l’on sauve, une fois de plus, et avec l’argent du contribuable. Ces 750 milliards n’existant pas dans les caisses européennes, il faudra donc les emprunter sur les marchés financiers pour les offrir aux États qui les offriront ensuite aux banques, tandis que les populations seront après mises à contribution…

Si l’on avait voulu aider la Grèce, et faire “la guerre aux spéculateurs”, comme l’a annoncé fièrement Nicolas Sarkozy, il aurait été préférable de restructurer sa dette. On aurait ainsi placé les

investisseurs devant leurs responsabilités et leur aurait fait assumer une partie des risques liés à leurs investissements. Mais pour cela, il aurait fallu sortir la Grèce de monnaie unique. En revanche, l’affaiblissement de l’euro bénéficie à l’Allemagne, et dans une moins large mesure à la France.

Cette crise est donc utilisée, comme le laissait récemment entendre le patron de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker(1), afin de rendre l’Europe plus compétitive.

Les dégâts d’une construction européenne anarchique

Pour les élites européennes, le problème majeur de la zone euro tient à sa construction anarchique et à la disparité des règles économiques, politiques et sociales qui régissent les pays membres. La crise peut leur permettre de reconfigurer l’économie de l’ensemble du bloc européen et le rendre plus concurrentiel, tout en élargissant la monnaie unique aux autres pays de l’Union, ce qui a d’ailleurs été proposé à l’Estonie la semaine dernière. La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) conseille d’avancer l’adhésion à la zone euro de la Lettonie, de la Pologne et de la Hongrie au 1er janvier 2011 au lieu de 2015. On joue donc à nous faire peur quand on nous indique que la monnaie unique est menacée. Elle en réalité en pleine expansion.

Bien sûr, cette unification se fera par le bas, et va nécessiter partout des mesures d’austérité qu’aucune résolution démocratique n’aurait permises, et qui finiront d’enterrer la souveraineté des nations et des peuples d’Europe au profit d’un régime central lié à une oligarchie financière. Toutes choses qui ont été rendues possibles par la ratification du traité de Lisbonne.

Les spéculations sur les dettes grecque, portugaise et espagnole vont donc se poursuivre et s’étendre à d’autres pays, sans que rien ne puisse enrayer le processus en cours. Dans le même temps, l’euro va continuer sa chute, pour arriver à parité avec le dollar, sans doute d’ici le mois de septembre – décembre au plus tard. La monnaie canadienne suit le même mouvement et aura sans doute atteint le niveau du dollar US au moment où vous lirez cette chronique. Car bien sûr, le projet de ce nouvel ordre économique est, in fine, de fusionner l’ensemble des monnaies, en commençant par celles de l’Europe et l’Amérique du Nord. En effet, l’Union européenne n’est qu’une composante d’un vaste plan conduisant à l’émergence de blocs économiques dotés chacun d’une monnaie, d’une citoyenneté, d’un parlement unique, etc ; l’ensemble de ces blocs étant éventuellement appelé à constituer une gouvernance mondiale.

Bien sûr, certains nous reprocherons d’avoir ici une vision “conspirationniste” des événements. Mais force est de constater qu’on ne conspirait autrefois que contre un ordre établi. Aujourd’hui, conspirer pour son maintien et son expansion est une activité en grand développement. Et à regarder la marche du monde, on doit reconnaître que cette conspiration fait partie de son fonctionnement même.

Clovis Casadue

Publié en exclusivité sur Mecanopolis avec l’aimable autorisation de Jean-Emile Néaumet, directeur de la rédaction du bimestriel Flash


21/02/2010

Ne restez pas dans la précarité financière !


header.gif


Créez votre association de services en 48 H !

La crise financière qui s'est installée durablement depuis 2008, risque de se prolonger et de précipiter nombre d'entre-nous vers la précarité financière, l'exclusion sociale et économique, et le déni de droits sociaux.

Il vous faut trouver des solutions et les moyens de contourner ces difficultés, dès à présent !

Nous n'accepterons pas que les nôtres soient ruinés et jetés à la rue !

Ne soyez pas les victimes de la crise économique en cours et à venir !

Pensez-y dès maintenant !

Développer votre activité à domicile, faire connaître vos talents, proposer vos services, vendre vos compétences, vos services et votre savoir-faire, créer des emplois, en créant votre association de services.

Chômeurs, Handicapés, Etudiants, Seniors, Créatifs et Développeurs de projets, vous êtes tous concernés !

Vous n'avez pas de trésorerie d'avance pour créer une Société ?
Vous n'avez pas de structures pour exploiter vos talents et votre savoir-faire ?
Vous ne voulez pas entrer dans la gestion lourde d'une Société
et des frais afférants à toute création d'entreprise ?

Vous voulez développer un projet et bénéficier de subventions ?

NOUS AVONS PENSE A VOUS ET NOUS AVONS LA SOLUTION POUR VOUS !

Créer votre association de services en 48 H !

La gestion des associations de services est méconnue du grand public.

Nous vous proposons de la découvrir avec nous.

Une association de services se gère comme une société, avec les frais d'enregistrement au Greffe, de
constitution et de dépôt de capital en moins.

Elle représente une opportunité à moindres frais, de révéler vos talents, de vous faire sortir de la précarité et/ou de générer des revenus complémentaires pour vous, tout en étant solidaires des autres.

Une fiscalité allégée, moins de contraintes administratives et fiscales, la création d'emplois.

Nous avons créé pour vous en 2006, la Fédération Française des Associations de Services Multicartes.

Venez la découvrir par ce lien : http://www.ffasm.com

Sos Justice & Droits de l'Homme assure l'assistance juridique pour la constitution de votre association de services et durant les 15 premiers jours qui suivent la constitution de votre association.

N'attendez pas d'être à la rue et sans moyens financiers pour penser à votre avenir, prenez les devants !

Créez votre association de services dès maintenant à moindres frais !

Choisissez votre pack de création d'association de services : Exemple du Pack Plus Affilié F1

Image Pack Plus affilié F1.jpg

Les autres Packs : ICI

Vous voulez créer votre association sans adhérer à la F.F.A.S.M. ?

Commandez vos documents : ICI

Vous connaissez des personnes qui vivent ou risquent de se retrouver dans la précarité ?

Faites-leur connaître la Fédération Française des Associations de Services :
http://www.ffasm.com

Nous serons heureux de vous ou de les assister pour créer votre ou leur association de services.

http://www.dossiers-sos-justice.com/archive/2010/02/21/ne...

 

 

Petite banniere 400x50

 

14:59 Publié dans Associations de services | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!