Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2016

Hillary Clinton exige que Trump retire cette vidéo. Les discours de Donald Trump sans filtre

Les vérités révélées par Trump qui ne concernent pas que l’Amérique.

Interrogeons-nous pour savoir pour qui travaillent les Hollande, Sarkozy, Juppé, Merkel, BHL, Attali, la Commission Européenne et tous les VRP des Banksters, des multinationales, du complexe industrialo/militaire, des lobbies de la propagande Illuminati, Grand Promoteurs du Nouvel Ordre Mondial ?

Travaillent-ils pour les intérêts des Peuples ?

Trump révèle Hillary comme jamais auparavant

On est loin des diatribes qu’on lui a attribuées tout au long de la campagne. Le mensonge par omission est encore plus grave que le mensonge grossier.

Écoutons plutôt. Byblos

Hillary Clinton exige que Trump retire cette vidéo

 

https://www.youtube.com/watch?v=6JMB9GKB8jw


 

Les discours de Donald Trump que vous ne verrez pas dans le petit journal.

https://www.youtube.com/watch?v=4bEFgINxi7k


ZOOM : Donald Trump sans filtre

https://www.youtube.com/watch?v=Tnu9QCv0oFI


 

06/11/2016

Hillary, ses courriels, son scandale, en 5 actes

Un bon résumé de l’affaire Clinton en 5 actes parJacques Sapir.


Hillary, ses courriels, son scandale

Le scandale de ce que l’on appelle l’emailgate est en train d’interférer de manière spectaculaire avec la campagne présidentielle américaine. Il met en lumières les pratiques, pour le moins douteuses, d’Hillary Clinton. Quel que soit le résultat de l’élection du 8 novembre, cette affaire hantera dans les années à venir Mme Clinton.

Il y a, en réalité, plusieurs « affaires » dans l’affaire. On est en présence d’un mélange de négligence sur les questions de sécurité nationale de la part d’Hillary Clinton, d’arrogance de sa part (équivalente il faut le dire aux « révélations » de notre Président à des journalistes sur les opérations illégales qu’il aurait ordonné), mais aussi d’obstruction à la justice et – potentiellement – de corruption aggravée. C’est un « drame » en cinq actes, qui se déroule donc depuis 2009 et qu’il faut retracer précisément pour en comprendre l’importance et les implications potentielles.

Premier acte : Hillary Clinton se croit au-dessus des lois

Reprenons ; en janvier 2009 Hillary Clinton est nommée par Barack Obama au poste de Ministre des affaires étrangères (State Secretary). Dans le même temps, les époux Clinton mettent en place une messagerie privée (adresse électronique pour Hillary Clinton : hdr22@clintonemail.com). Sur la recommandation d’Huma Abedin, alors épouse d’Anthony Weiner politicie démocrate de New York, et que Hillary Clinton considère comme sa fille adoptive, Justin Cooper, un des assistants de Bill Clinton contacte Brian Pagliano pour mettre en place un serveur. Brian Pagliano récupère du matériel informatique de la campagne des primaires d’Hillary Clinton pour l’installer à la résidence des Clinton et transfère alors le serveur de mails sur cet équipement, qui devient connu comme le « serveur Pagliano ». Au printemps 2013, le serveur installé par Brian Pagliano se fait vieux, et Pagliano change d’horizon professionnel. L’acquisition et l’installation d’un nouveau système est alors demandée à une société de services, la PRN ou Platte River Networks, société qui est choisie par Hillary Clinton. Un système de sécurité avait été demandé à PRN, mais la société décida finalement de ne pas trop durcir le serveur mail pour permettre une administration-système plus facile.

Mme Hillary Clinton utilise de 2009 à 2013 dans ses fonctions officielles cette messagerie installée sur le serveur Pagliano, et ce en parfaite violation du Federal Records Act. Cette loi impose en effet une copie pour archivage des communications officielles des élus et hauts fonctionnaires pour des activités liées à leur mandat (obligation liée la loi sur la liberté d’information ou Freedom of Information Act). Aux Etats-Unis, en effet, l’ensemble des communications gouvernementales, y compris les courriels, sont supposés être enregistrés par le Ministère de la Justice pour archivage[1]. Mais surtout elle le fait en parfaite violation des règles de sécurité et de confidentialité de sa fonction.

Elle ne pouvait ignorer qu’elle violait la loi, ayant en 2007 comme sénatrice reproché à des élus républicains leur utilisation de mails privés dans le cadre de leurs fonctions. De plus, en 2011 elle envoya, depuis sa messagerie privée un message enjoignant aux ambassadeurs américains de ne pas utiliser des adresses privées. Elle ne pouvait donc ignorer que ce qu’elle faisait – elle – était contraire aux lois et règlements. Fin du premier acte.

Deuxième acte : Hilary Clinton se moque de la loi

C’est la commission d’enquête parlementaire sur Benghazi (soit l’attaque du bâtiment consulaire des USA à Benghazi qui conduisit à la mort de l’ambassadeur Stevens et de quatre autres personnes) à la découverte de cette pratique. En demandant la communication des courriels concernant cette attaque, les parlementaires s’aperçoivent que les archives du Ministère de la Justice sont quasiment vides sur cette affaire. D’où questions posées, et bientôt réponses trouvées : Madame le Secrétaire d’Etat passait par un serveur privé. Le New York Times révèle alors, en 2015, l’utilisation par Hillary Clinton de sa messagerie privée[2].

Or, lors de la « migration » du système du « serveur Pagliano » vers celui de PRN, les possibilités de piratage ont été énormes. Actuellement (novembre 2016) le FBI estime que 5 pays au moins ont piraté des données sur ce serveur. Bref, c’est open-bar pour tous…En fait, un pirate diffuse des messages de l’un des aides d’Hillary à Hillary au printemps 2013, et le Département d’Etat considèrera que ces messages contiennent des informations de nature « confidentielle ».

Hillary Clinton, qui avait démissionné de sa fonction de Ministre des affaires étrangères en février 2013 est alors rattrapée par ce qu’elle qualifie « d’imprudence » mais que l’on peut considérer comme une faute professionnelle grave. Il semble bien qu’elle en soit consciente. En effet, en décembre 2014 un membre de son équipe demande à Paul Combetta, un employé de la société PRN, de supprimer les archives courriels. Mais, ce dernier oublie de le faire.

Suite à la commission d’enquête sur Benghazi, le 4 mars 2015, une subpoena ou requête officielle et contraignante émise par un juge est délivrée par la commission parlementaire au cabinet Williams & Connolly, les principaux avocats d’Hillary Clinton, demandant la communication des emails personnels de Clinton. Elle déclare alors «j’ai décidé de ne pas inclure mes emails personnels, des emails sur la préparation du mariage de Chelsea (la fille de Bill et Hillary), des funérailles de ma mère, des lettres de condoléances, des exercices de yoga, l’organisation des vacances familiales et toutes ces choses qu’on trouve dans toutes les boîtes de réception. Personne ne voudrait voir ces emails publiés, et je pense que la plupart des gens le comprennent et respectent cette intimité». Mais, le 25 mars 2015, soir après l’émission de la subpoena, Paul Combetta est à nouveau contacté par l’équipe d’Hillary Clinton. Il réalise alors qu’il a oublié de supprimer les archives courriels. Il supprime ces archives fin mars 2015 avec Bleachbit, qui est un programme de nettoyage de disque dur. Interrogé par la justice, le 18 février 2016, Combetta niera avoir eu connaissance d’une subpoena au moment où il a supprimé les courriels. Mais, le 3 mai 2016, Combetta admet qu’il était au courant d’une demande d’archivage et du fait qu’il n’aurait pas du toucher au serveur PRN. Il y a donc ici un délit constitué, et un « donneur d’ordre ». Car Paul Combetta n’est pas intervenu de sa seule autorité sur le serveur. Fin du deuxième acte.

Troisième acte : ce bon James Comey…

Il manque donc 33000 courriels dans ce qui est remis par Hillary Clinton à la justice dans le cadre de l’enquête. Le scandale dit « emailgate » commence alors. Cependant, même dans les courriels fournis à la justice, on trouve des éléments de nature « confidentielle ». Le FBI mène l’enquête et décide de l’interrompre au printemps 2016 (mais sans la clore officiellement, simplement en retirant les agents chargés de l’enquête). On est en pleine campagne électorale et Hillary est au coude à coude avec Bernie Sanders pour le choix de la primaire démocrate. En juillet 2016, le directeur du FBI, James Comey, annonce que l’enquête est close (sans que rien n’ait changé juridiquement au FBI) et tout le petit monde politique de Washington salue l’impartialité de ce Républicain, lui tressant des lauriers. Hillary Clinton peut alors penser que le scandale est derrière elle. Fin du troisième acte.

Quatrième acte : coup de théâtre à Washington

Sauf que, les fuites se multiplient. On cite en particulier par Wikileaks mais pas seulement. Signalons que Wikileaks publie aussi les courriels du directeur de campagne d’Hillary, John Podesta[3]. Dans ces courriels, Podesta met en garde Hillary Clinton contre l’utilisation de son serveur personnel pour traiter des affaires confidentielles. On découvre aussi que la direction du parti démocrate et Hillary Clinton ont manipulé le choix de la primaire démocrate pour écarter son adversaire de l’époque, Bernie Sanders.

Le FBI enquête sur l’ex-mari de la conseillère d’Hillary Clinton, Huma Abedin, qui est soupçonné de harcèlement sexuel sur une mineure. Or, fouillant l’ordinateur d’Anthony Weiner, on découvre des dizaines de milliers de courriels envoyés par Hillary. James Comey doit faire face à une véritable révolte au sein de son administration et annonce, spectaculairement, que l’enquête est reprise (elle n’avait jamais été officiellement close, mais il semble que plus aucun agent n’y était affecté). Hillary Clinton maintient sa position selon laquelle ces courriels sont d’ordre privé. Mais, cela semble assez douteux. Il semble bien qu’Huma Abedin ait utilisé l’ordinateur de celui qui était à l’époque son mari, pour communiquer avec Hillary Clinton.

Mais, dans le cadre de la réouverture de l’enquête par le FBI, on commence à s’intéresser à l’ensemble des collaborateurs d’Hillary Clinton et surtout à la Fondation Clinton, machine créée par les époux Clinton pour collecter des fonds (ce qui est légal) mais qui aurait pu être utilisée pour monnayer l’influence de Bill et Hillary Clinton, ce qui constituerait un délit. C’est dans ce cadre que l’on parle de la procédure « RICO »[4], une procédure utilisée contre la mafia.

Cinquième acte : Quo Vadis America ?

Le cinquième acte est encore à écrire. Il ne fait plus de doute aujourd’hui que les 33 000 courriels qu’Hillary Clinton a souhaité ne pas divulguer sont en possession des agences de sécurité américaines. On peut penser qu’elle y a des ennemis acharnés, en raison de ses négligences sur les questions de sécurité qui ont pu causer de graves préjudices à des agents, et qui ont peut-être été responsables de la mort de l’ambassadeur américain à Benghazi.

Selon Wikileaks, dont les informations ont sur ce point toujours pu être vérifiées, elle était au courant des sources de financement de l’organisation « Etat Islamique » et elle a reçu des sommes d’argent, via la Fondation, provenant de sources associées. La dimension « financière » ne doit donc pas être sous-estimée, surtout si la procédure « RICO » est effectivement déclenchée.

Quel que soit le résultat de l’élection du 8 novembre, il est aujourd’hui certain que l’enquête va prendre de l’importance et va probablement aboutir, si Hillary devait être élue, à l’engagement d’une procédure de destitution (impeachment). Cette procédure est lourde et longue à mettre en œuvre. Mais, elle va paralyser une potentielle « présidence Hillary Clinton » pour au moins les deux années qui viennent…La possibilité qu’elle finisse en prison, et sans doute avec Bill Clinton, n’est plus aujourd’hui négligeable.

Où en sommes-nous en ce 5 novembre ?

La négligence d’Hillary Clinton concernant l’usage d’un serveur privé est avérée.

Si l’analyse des 33 000 courriels soi-disant « détruits » et retrouvés montre qu’un seul porte sur la sécurité des Etats-Unis, le délit d’obstruction à la justice, crime fédéral aux Etats-Unis, est avéré. Or, Wikileaks cite de nombreux courriels concernant les activités d’Hillary Clinton en tant que Secrétaire d’Etat. Hillary Clinton devra démontrer qu’elle n’est pas le « donneur d’ordre » dans cette obstruction.

Potentiellement, une procédure portant sur des affaires de corruption pourrait être engagée dans les jours qui viennent.

On le voit, ce que l’on appelle l’emailgate n’est as une simple « boule puante » de campagne électorale, mais bien un scandale majeur.

                      

Notes

[1] https://www.justice.gov/archive/

[2] (http://web.archive.org/web/20150310190317/http://www.nyti...

[3] https://wikileaks.org/podesta-emails/

[4] Le Racketeer Influenced and Corrupt Organizations Act voir aussi, United States. Congress. House. Committee on the Judiciary. Subcommittee No. 5. Organized Crime Control. Hearings … Ninety-first Congress, Second Session on S.30, and Related Proposals, Relating to the Control of Organized Crime in the U.S. [held] May 20, 21, 27; June 10, 11, 17; July 23, and August 5, 1970. Washington, D.C.: U.S. Government Printing Office, 1970.

 

 

Asma Al-Assad s'exprime pour la première fois sur la guerre en Syrie (Anglais)

 

Bashar Al-Assad's wife Asma Al-Assad speaks for the first time since the Syrian Civil War 



 

 

Donald Trump : pourquoi fait-il trembler les dirigeants français actuels ?

 

Donald Trump : pourquoi fait-il trembler les dirigeants français actuels ?


 

 

04/11/2016

Pour Julian Assange, Clinton et Daesh sont financés par le même argent et Trump ne gagnera jamais

S'il fallait encore des preuves pour attester que les USA, l'UE, la France et leurs lobbies criminels sont des menaces pour l'humanité, en voici encore d'autres.

Ensuite ils iront clamer partout que la Russie représente une menace pour le monde !

Petit rappel, sans compter le génocide des peuples Amérindiens !

Les Etats-Unis ont été en guerre 222 des 239 années de leur existence

 

Pour Julian Assange, Clinton et Daesh sont financés par le même argent et Trump ne gagnera jamais

4 nov. 2016, 06:01

Julian Assange

Le fondateur de WikiLeaks a accordé un entretien exclusif au journaliste australien John Pilger, revenant sur les fuites d’emails d’Hillary Clinton qui s’invitent dans la campagne de la présidentielle américaine.

Julian Assange a abordé les relations qu’entretient Hillary Clinton avec des pays comme l’Arabie saoudite ainsi que les chances de victoire de Donald Trump.

«Les Saoudiens, les Qataris, les Marocains, les Bahreïniens, surtout les deux premiers, donnaient tout cet argent à la fondation Clinton, alors qu’Hillary Clinton était secrétaire d’Etat et le département d’Etat approuvait des ventes d’armes massives, en particulier à l’Arabie saoudite», a ainsi rappelé Julian Assange, ajoutant que durant le mandat de Hillary Clinton en tant que secrétaire d'Etat, le plus grand contrat de vente d'armement jamais signé dans le monde, d'une valeur de 80 milliards de dollars, a été conclu avec l'Arabie saoudite. Par ailleurs, durant son mandat, le montant des exportations totales d'armes des Etats-Unis a doublé. Toutes ces informations sont prouvées par les récents mails d'Hillary Clinton rendus publics.

Sur le financement de Daesh et de la fondation Clinton


 

Dans son interview à John Pilger, Julian Assange accuse Hillary Clinton d'induire en erreur les Américains sur la véritable portée du soutien de l'Etat islamique par les alliés de Washington au Moyen-Orient.

Dans un mail de Hillary Clinton rendu public par Wikileaks, dont Assange est le fondateur, l’actuelle candidate démocrate qui était alors secrétaire d’Etat, exhorte John Podesta, alors conseiller de Barack Obama, à «faire pression» sur le Qatar et l'Arabie saoudite […] qui fournissent un soutien financier et logistique clandestin à l'Etat islamique ainsi qu’à d’autres groupes sunnites radicaux», rappelle Julian Assange.  

«Selon moi, c’est le courriel le plus important de toute la série», a déclaré Assange, dont le site lanceur d’alerte Wikileaks a publié trois tranches de courriers électroniques liés à Clinton au cours de l'année écoulée.  

«Tous les analystes dignes de ce nom et même le gouvernement américain lui-même, savent que certains responsables saoudiens ont soutenu et financé l’Etat islamique. Même si le royaume continue officiellement de le nier, assurant qu’il s’agirait de quelques princes "voyous" qui font ce qu’ils veulent avec l’argent du pétrole, le courriel d’Hillary Clinton indique clairement que c'est le gouvernement de l'Arabie saoudite et celui du Qatar qui ont financé Daesh», ajoute Julian Assange.

Une victoire de Trump est quasi impossible

Par ailleurs, selon le fondateur de Wikileaks, Donald Trump n’a que peu de chances de s’imposer à la présidentielle américaine car il ne reçoit le soutien d’aucune partie de l’establishment, au contraire d’Hillary : «Personne de l’establishment ne le soutient, peut-être à l’exception des évangélistes, si on peut les considérer comme faisant partie de l’establishment. Mais les banques, les renseignements, les fabricants d’armes, les puissances financières étrangères, ils sont tous réunis derrière Hillary Clinton».

 

WikiLeaks, essaie-t-il de pousser Donald Trump dans la Maison Blanche ?

Cliquez sur l'image pour voir la vidéo

Assange 1.jpg

 

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Julian Assange le 6 novembre en exclusivité sur RT.

En savoir plus : Hillary Clinton «dévorée vivante par ses ambitions», Julian Assange s’exprime en exclusivité sur RT

 

Voir aussi :