Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2018

Prism, Snowden, surveillance mondiale NSA/USA : 7 questions pour tout comprendre

Voilà comment les USA surveillent le monde entier en mettant à notre disposition des outils soi-disant destinés à communiquer entre amis sur le net, mais qui se révèlent être des outils d'espionnage destinés au citoyen lambda pour porter atteinte à sa vie privée, entraver ses opinions et ses moyens de défense et d'expression, et pour perfuser la propagande à tous les niveaux pour manipuler les naïfs et les moutons !

Prism, Snowden, surveillance : 7 questions pour tout comprendre

Vous n'avez pas tout suivi sur le scandale de surveillance américain et la fuite d'Edward Snowden ? Tour d'horizon des principaux points de cette affaire.

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Michaël Szadkowski et Damien Leloup

 

Les services de renseignement américains espionnent l'ambassade de France à Washington, mais aussi les institutions européennes, et ont même mis en place un système de surveillance des utilisateurs de Google, Facebook ou Skype. Pendant ce temps-là, Edward Snowden est en cavale, mis en examen pour espionnage et vol d'informations confidentielles.

Vous n'avez pas tout suivi ? Le Monde.fr vous explique les principaux points de cette affaire :

  1. Qu'est-ce que la NSA ?

  2. Que reproche-t-on à la NSA aujourd'hui ?

  3. Qu'est-ce que Prism ?

  4. Qu'est-ce que XKeyscore ?

  5. La NSA a-t-elle le droit de mettre en place un programme de surveillance d'Internet tel que Prism ?

  6. Qui est Edward Snowden ?

  7. Pourquoi Edward Snowden est-il à Moscou ?

 1. Qu'est-ce que la NSA ?

La NSA, pour National Security Agency (agence nationale de sécurité américaine), est l'une des quinze agences de renseignement des Etats-Unis. Elle se consacre à la surveillance et à la protection des communications. Ses agents sont chargés du chiffrement et de la sécurité des informations de nature confidentielle échangées par les Américains dans le monde, mais aussi d'intercepter et de décrypter tous types de messages émanant des puissances étrangères.

Les effectifs et les moyens de la NSA ne sont pas connus précisément. Mais ils sont colossaux : les dernières évaluations évoquent des dizaines de milliers d'employés, et un budget de 10 milliards de dollars pour la seule année 2013. En plus de son siège à Fort Meade, près de Washington, l'agence doit inaugurer un nouveau centre géant en septembre dans l'Utah, dont la construction est évaluée à 2 milliards de dollars, ce qui donne une idée des moyens qu'elle consacre à l'interception et à l'analyse des communications passées dans le monde.

Le siège de la NSA à Fort Meade, dans le Maryland.

Historiquement, les objectifs de la NSA ont toujours été de nature militaire. L'agence a été créée en 1952 sur la base de l'AFSA (Armed Secret Forces Service) dans le but d'en étendre et d'en améliorer les pouvoirs après d'importants dysfonctionnements pendant la guerre de Corée. Le général Keith B. Alexander, actuellement le directeur de la NSA, est également à la tête du Central Security Service (CSS), créé en 1972 afin d'encadrer la coopération des agents de la NSA et des différentes branches du renseignement de l'armée américaine (Navy, Air Force...).

Mais les activités de la NSA sont suspectées d'avoir régulièrement dépassé ce cadre. L'un des programmes les plus connus impliquant l'agence, le programme Echelon (un large système de surveillance internationale des télécommunications par satellite) a, par exemple, été suspecté – jusque dans l'enceinte du Parlement européen en 1999 – d'être utilisé par les Américains pour des raisons économiques.

2. Que reproche-t-on à la NSA aujourd'hui ?

Le 6 et 7 juin, le Guardian et le Washington Post ont révélé l'existence d'une surveillance très poussée des moyens de communication numériques (liés à Internet ou aux réseaux de téléphonie mobile). Ces informations, issues d'une fuite à la NSA, lèvent une partie du voile sur les nouvelles méthodes de l'agence de renseignement.

Selon les articles publiés par les deux journaux, la NSA, de même que le FBI, collecte et analyse depuis des années les données laissées en ligne par des millions de personnes aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde. Les révélations portent plus précisément sur les utilisateurs de l'opérateur téléphonique Verizon, mais aussi d'AOL, Apple, Facebook, Google, YouTube, Microsoft, Skype, Paltalk et Yahoo!.

Ces premières révélations ont été suivies d'autres mises en cause dans des affaires plus classiques. Le 17 juin, le Guardian a décrit comment les services secrets britanniques ont également mis en place leur propre système de surveillance numérique, en collaboration avec le renseignement américain.

Le 30 juin, le Spiegel et le Guardian ont affirmé que la NSA s'était livrée à des opérations d'espionnage sur leurs alliés, notamment les Européens. Les ambassades de France ou d'Italie aux Etats-Unis ainsi que plusieurs sites protégés de l'Union européenne ont ainsi été mis sur écoute, selon des documents que se sont procurés les deux quotidiens.

Lire : "Espionnage américain, le point sur les dernières révélations"

3. Qu'est-ce que Prism ?

Prism est le nom du programme informatique mis en place par la NSA pour scanner les communications numériques échangées sur plusieurs services en ligne très appréciés du grand public (AOL, Apple, Facebook, Google, YouTube, Microsoft, Skype, Paltalk et Yahoo!). Son existence a été révélée par le Washington Post et le Guardian puis confirmée par l'administration américaine, qui a cherché à en minimiser la portée.

Le fonctionnement précis de Prism, créé en 2007, n'est pas complètement connu, le Washington Post et le Guardian ne publiant qu'au compte-gouttes les documents sur le sujet en leur possession (la dernière mise à jour sur le site du quotidien américain date du 29 juin).

Capture écran de la présentation Powerpoint de Prism diffusée par le "Washington Post".

Malgré tout, les premières informations suffisent pour définir Prism comme un moteur de recherche très performant, permettant à la NSA d'interroger des masses de données très importantes issues de ces services, et ce quasiment en temps réel, afin de rechercher un nom, un lieu, une date, etc., dans les mails, messages instantanés, communications vidéo ou autres documents. Selon le Washington Post, ce sont plus de 117 000 "cibles" qui étaient visées par le programme dans la journée du 5 avril.

 Lire notre infographie : "Comprendre le programme Prism"

Les premiers articles sur Prism faisaient état d'un "accès direct" de la NSA aux serveurs des entreprises concernées, qui aurait permis à ses agents d'y rechercher ce qu'ils voulaient quand ils voulaient. Google, Facebook et les autres ont immédiatement démenti en bloc – sans toutefois nier leur collaboration avec la NSA en cas de demande de renseignements ou d'accès aux données accompagnés d'un mandat.

Lire : "Bataille d'informations autour de l'outil de surveillance Prism"

L'enjeu est de taille pour ces services, qui ont toujours communiqué sur leur "transparence" et le droit à la liberté numérique. En réponse à ces révélations, le débat s'engage pour leurs millions d'utilisateurs, tant sur la portée réelle du programme que pour savoir à quel point leurs activités sont surveillées.

Lire : "Pourquoi la NSA espionne aussi votre papa"

Lire : "Se faire espionner sur Facebook et Google est-il si grave ?"

Lire : "Pourquoi stocker toutes nos vies sur des serveurs aux Etats-Unis ?"

4. Qu'est-ce que XKeyscore ?

Le Guardian a révélé l’existence d’un autre outil en plus de Prism, XKeyscore, à la finalité différente. A l'aide d'une interface très simple d'utilisation, les personnes habilitées peuvent rechercher dans les données amassées par la NSA, dont, très probablement les données collectées à l'aide du programme Prism, une somme considérable d'informations et y effectuer des croisements afin de "détecter des activités dont nous n'avions aucune idée auparavant".

Lire : "L'outil qui permet à la NSA d'examiner "quasiment tout ce que fait un individu sur Internet""

XKeyscore permet, par exemple, de lire les messages privés échangés sur Facebook et les courriels, mais aussi de retrouver l'historique de navigation d'un utilisateur. Enfin, l'outil permet de cibler des internautes en fonction des technologies utilisées, comme la cryptographie, ou d'avoir accès à des fichiers échangés ou stockés sur Internet.

Si l'on en croit ce document de présentation, daté de 2008, XKeyscore est capable de répondre à des requêtes extrêmement précises. Il est possible de trouver le ou les utilisateurs parlant allemand et se trouvant actuellement au Pakistan, ou tous les documents texte mentionnant Oussama Ben Laden. Le document donne également des conseils afin de "trouver une cellule terroriste" : rechercher "des activités anormales, par exemple quelqu'un dont le langage ne correspond pas à la région où il est situé, quelqu'un qui utilise la cryptographie ou quelqu'un qui fait des recherches suspectes sur Internet".

La quantité faramineuse de données concernées par ce programme oblige la NSA à faire du tri : seuls trois à cinq jours de données sont conservés. En revanche, l'agence stocke pour une durée plus longue des contenus qu'elle estime importants. Selon le document, qui semble être avant tout destiné à promouvoir les capacités de l'outil auprès des analystes et des sous-traitants de l'agence, 300 terroristes auraient été arrêtés grâce à XKeyscore.

Dans un communiqué, la NSA a mollement démenti la collecte "arbitraire et sans contrainte" de données personnelles : "Il existe de nombreux contrôles techniques, manuels et hiérarchiques pour éviter les abus." De son côté, Facebook France a affirmé que la NSA ne pouvait accéder qu'"aux données que Facebook transmet aux autorités dans un cadre légal strict ou aux données publiques".

5. La NSA a-t-elle le droit de mettre en place un programme de surveillance d'Internet tel que Prism ?

Selon le cadre législatif actuellement en vigueur aux Etats-Unis, oui. Le gouvernement américain a décrit Prism comme un programme de "collecte autorisée statutairement d'informations des renseignements étrangers" sur des personnes "raisonnablement considérées comme vivant hors des Etats-Unis" et "à partir de fournisseurs de services électroniques sous supervision judiciaire, comme autorisé par la section 702 du Foreign Intelligence Surveillance Act".

De telles dispositions légales ont pu voir le jour après le 11 septembre 2001, alors que les attentats du World Trade Center ont symbolisé l'échec des services de renseignement à prévoir et empêcher une telle opération terroriste sur le sol américain (voir sur ce sujet le documentaire NSA, l'agence de l'ombre, diffusé sur Arte en 2008).

La section 215 du Patriot Act, un texte voté le 26 octobre 2001 pour définir les cadres législatifs de la guerre contre le terrorisme, a pour un temps établi que la collecte et la surveillance des communications pouvaient se faire sans mandat ni ordonnance judiciaire. Ces dispositions ont été votées sous la forme d'un amendement à la loi FISA, initialement adoptée en 1978 pour encadrer l'espionnage des communications privées.

Elles ont ouvert la voie à l'actuelle surveillance à grande échelle des communications mondiales par les Etats-Unis, dont les objectifs initiaux de "lutte contre le terrorisme" ont été ensuite dépassés. En 2005, le New York Times a révélé que des opérations de surveillance qui devaient se concentrer sur les agents liés à Al-Qaida en dehors des Etats-Unis ont conduit à la surveillance de communications passées sur le sol américain. En 2008, un ancien employé d'AT&T évoquait une surveillance directe des serveurs de l'opérateur téléphonique par la NSA.

En 2012, le prolongement de la loi FISA dans sa forme actuelle (après des modifications en 2007 et en 2008) a été voté à 73 voix contre 23. Il permet toujours aux services de renseignement de surveiller les Américains qui communiquent avec des étrangers soupçonnés de terrorisme ou d'espionnage. La plupart des mandats judiciaires fournis en guise de justification ont été acceptés par la cour juridique de la FISA, qui supervise l'application des règles juridiques de surveillance aux agences de renseignement.

6. Qui est Edward Snowden ?

Edward Snowden est un citoyen américain de 30 ans, à l'origine de toutes les révélations sur les pratiques d'espionnage numérique de la NSA (voir ci-dessus). Il s'est exposé au grand jour dans une vidéo et une interview publiées sur le site du Guardian – un entretien filmé à Hongkong, région administrative de Chine où il s'est réfugié après avoir quitté, le 20 mai, sa compagne et sa vie à Hawaï.

Avant cela, cet informaticien avait travaillé pour l'Agence centrale du renseignement (CIA), et collaboré pendant quatre ans avec la NSA en tant qu'employé de divers sous-traitants, dont Dell ou Booz Allen Hamilton. Parmi les postes qu'il a occupés, celui d'administrateur système lui a permis d'avoir un accès privilégié aux serveurs et aux réseaux de la NSA, dont il a extrait (grâce à une simple clé USB) les documents et les informations publiées ensuite par les médias américains et britanniques. 

"Mon unique objectif est d'informer les gens de ce qui est fait en leur nom et de ce qui est fait contre eux, a-t-il expliqué au Guardian. Je suis prêt à sacrifier tout cela parce que je ne peux, en mon âme et conscience, laisser le gouvernement américain détruire la vie privée, la liberté d'Internet et les libertés essentielles pour les gens tout autour du monde avec ce système énorme de surveillance qu'il est en train de bâtir secrètement."

Ce faisant, il a rejoint le panthéon des défenseurs des libertés numériques, aux côtés de Bradley Manning, Aaron Schwartz ou Julian Assange. Le Web se mobilise en faveur de celui que Kim Dotcom, Michael Moore, Daniel Ellsberg et les Anonymous célèbrent en nouveau "héros" (lire sur le  sujet : "Pourquoi Edward Snowden est un héros", sur le site du New Yorker, ou sur la génération des "geeks lanceurs d'alerte").

7. Pourquoi Edward Snowden s'est-il réfugié à Moscou ?

Sitôt son identité connue, le 9 juin, Edward Snowden devient l'objet de toutes les attentions. Les internautes se lancent à la recherche de toutes les traces de sa vie privée qu'il a pu laisser en ligne tandis que la diplomatie américaine étudie les pistes pour obtenir son extradition. Le 22 juin, l'étau se resserre : la justice américaine le met formellement en examen, pour espionnage et vol.

Le 23 juin, il s'envole à bord d'un avion de la compagnie russe Aeroflot. Il est censé se rendre à Cuba, après une escale à Moscou. Des dizaines de journalistes de la presse internationale s'empressent de réserver des places à bord du premier vol Moscou-La Havane, mais, lorsque les portes de l'avion se referment, ils doivent se rendre à l'évidence : Snowden n'est pas à bord. Il n'aurait en réalité jamais quitté la zone internationale de l'aéroport Cheremetievo, où il aurait brièvement rencontré un diplomate équatorien.

Le siège vide du vol Moscou-La Havane qui aurait été réservé au nom d'Edward Snowden, le 24 juin.

Edward Snowden effectue alors une demande d'asile politique auprès du gouvernement équatorien : "Face au risque de persécution de la part du gouvernement américain et de ses agents en relation avec ma décision de rendre publiques de graves violations de la part du gouvernement des Etats-Unis d'Amérique de leur Constitution [...], je crois qu'il est improbable que je reçoive un traitement humain avant le procès, et je cours en plus le risque d'une condamnation à la perpétuité ou à mort", écrit-il dans sa lettre de demande. 

Après plusieurs jours d'attente, le gouvernement équatorien, qui a déjà offert l'accueil au cofondateur de WikiLeaks Julian Assange, a indirectement rejeté sa demande d'asile. Dans l'intervalle, Edward Snowden serait resté confiné dans la zone internationale de l'aéroport de Moscou. A la suite des révélations du Guardian faisant état de la mise sur écoute de plusieurs ambassades européennes aux Etats-Unis, des voix se sont fait entendre, en Europe et en France, pour demander que l'Union européenne offre l'asile politique à M. Snowden. Ce dernier a déposé une vingtaine de demandes d'asile politique, dont une auprès de la France, qui ont été rejetées pour la plupart.

>> Lire : "Prism : Edward Snowden, un mois de demandes d'asile"

Le 1er août, cinq semaines après l'arrivée de M. Snowden dans l'aéroport moscovite, l'avocat russe de ce dernier a annoncé que la Russie avait accordé un asile temporaire d'une durée d'un an à l'Américain, qui a ensuite quitté l'aéroport. L'avocat a refusé de dévoiler la localisation précise d'Edward Snowden, se contentant de préciser qu'il était dans un "lieu sûr".

>> Lire : "Edward Snowden 'remercie' la Russie, où il veut refaire sa vie"

L'Américain a, depuis, reçu plusieurs offres d'emploi en Russie, où il dit vouloir "refaire sa vie". De leur côté, les Etats-Unis se sont dits "extrêmement déçus" par la décision russe. Quelques jours plus tard, la Maison Blanche invoquait l'accord de l'asile à Edward Snowden, comme une des raisons de l'annulation de la rencontre entre Barack Obama et Vladimir Poutine. 

 

 

 

29/11/2014

Sur le site des Illuminati.org déclaré en Arizona !

Article en lien avec le précédent :

* - ATTENTION DANGER ! Les ILLUMINATI sortent de l'Ombre !!! La panique à bord ?

Nous avons fait des recherches pour voir à qui appartenait le nom de domaine de illuminati.org et vous pourrez en prendre connaissance en fin d'article.

Le nom de domaine a été retenu à partir de l'Arizona. Comme par hasard la Capitale de l'Arizona est Phoenix, celui que l'on retrouve sur le billet de 1 dollar. L'état  est appelé « l'État du Grand Canyon » et sa devise est : Ditat Deus (
latin
) « Dieu enrichit ».

Voir l'article précédent :

* - FED/Illuminati/ROTHSCHILD/Sionistes/Reptiliens/Satanistes ou LA SECTE DU DOLLAR au service du Nouvel Ordre Mondial


Cet état encore comme par hasard fait partie des états qui font partie de la ceinture du Soleil. Quand on sait que les Illuminati/reptiliens adorent le Soleil Noir, Nibiru, nous avons compris. Encore un pur hasard, le drapeau de cet état représente les rayons du Soleil avec en plein au milieu l'étoile de David.

 

Etat de l'Arizona


Voici quels sont les états voisins à l'Arizona, dont nous n'en avons retenu que 3 d'entre-eux.


L'Arizona est un État de l'ouest des États-Unis. Il est bordé par la Californie, le Nevada, l'Utah, le Nouveau-Mexique et les États mexicains de la Basse-Californie et du Sonora. Situé dans le Sud-Ouest du pays, il est l'un des quatre États des Four Corners et fait partie de la Sun Belt (ou « ceinture du soleil ») qui connaît une forte croissance démographique.

 

1 - En Utah se trouve le Temple des Mormons de Salt Lake City qui contient la plus grande base de données généalogiques au monde sur microfiches. Les mormons pratiquent le baptême des morts, il est donc nécessaire de remonter aux ancêtres pour les baptiser. Quoi de mieux pour fliquer tout le monde !

2 - Le Nevada est l'état dans lequel se trouve la Base secrète de l'Aréa 51 réputée pour être une base militaire qui travaille avec les ET et leurs technologies.

* - OVNI : L'incroyable vérité le document qui dérange + Zone 51, Nevada

3 - Le nouveau Mexique est l'état dans lequel se trouve la Base souterraine du Nouvel Ordre Mondial à DULCE, selon les révélations qui ont été faites par l'ingénieur qui a participé à construire cette base, Phil SCHNEIDER.

* - La base de Dulce - Un laboratoire extraterrestre infernal ?

C'est un point stratégique qui a été choisi par les Illuminati pour s'y installer et y déclarer leur site internet.

 

Le drapeau représente les rayons solaires et l'étoile de David

 

Les informations sur les propriétaires du Site illuminati.org  

Reste à savoir ce que veut dire Illuminati.am avec la terminaison en AM ? Je suis Illuminati ?

 

Informations sur le nom de domaine : 'illuminati.org'

 

Configuration du domaine illuminati.org

 

Adresse IP de 'www.illuminati.org' : aucun trouvé
Serveurs DNS : ns1.easydns.com
ns2.easydns.com
ns3.easydns.org
ns6.easydns.net
remote1.easydns.com
remote2.easydns.com
Serveur(s) mail : jnet.jolokianetworks.com
 

 

Serveur web de illuminati.org

 

Logiciel serveur : pas de réponse du serveur HTTP
Date serveur : pas de réponse du serveur HTTP

 

Propriétaire du site illuminati.org

 

Domain Name:ILLUMINATI.ORG
Domain ID: D719004-LROR
Creation Date: 1995-04-21T04:00:00Z
Updated Date: 2014-04-02T00:31:37Z
Registry Expiry Date: 2015-04-22T04:00:00Z
Sponsoring Registrar:GoDaddy.com, LLC (R91-LROR)
Sponsoring Registrar IANA ID: 146
WHOIS Server:
Referral URL:
Domain Status: clientDeleteProhibited
Domain Status: clientRenewProhibited
Domain Status: clientTransferProhibited
Domain Status: clientUpdateProhibited
Registrant ID:CR95534085
Registrant Name:Registration Private
Registrant Organization:Domains By Proxy, LLC
Registrant Street: DomainsByProxy.com
Registrant Street: 14747 N Northsight Blvd Suite 111, PMB 309
Registrant City:Scottsdale
Registrant State/Province:Arizona
Registrant Postal Code:85260
Registrant Country:US
Registrant Phone:+1.4806242599
Registrant Phone Ext:
Registrant Fax: +1.4806242598
Registrant Fax Ext:
Registrant Email:ILLUMINATI.ORG@domainsbyproxy.com
Admin ID:CR95534091
Admin Name:Registration Private
Admin Organization:Domains By Proxy, LLC
Admin Street: DomainsByProxy.com
Admin Street: 14747 N Northsight Blvd Suite 111, PMB 309
Admin City:Scottsdale
Admin State/Province:Arizona
Admin Postal Code:85260
Admin Country:US
Admin Phone:+1.4806242599
Admin Phone Ext:
Admin Fax: +1.4806242598
Admin Fax Ext:
Admin Email:ILLUMINATI.ORG@domainsbyproxy.com
Tech ID:CR95534087
Tech Name:Registration Private
Tech Organization:Domains By Proxy, LLC
Tech Street: DomainsByProxy.com
Tech Street: 14747 N Northsight Blvd Suite 111, PMB 309
Tech City:Scottsdale
Tech State/Province:Arizona
Tech Postal Code:85260
Tech Country:US
Tech Phone:+1.4806242599
Tech Phone Ext:
Tech Fax: +1.4806242598
Tech Fax Ext:
Tech Email:ILLUMINATI.ORG@domainsbyproxy.com
Name Server:NS1.EASYDNS.COM
Name Server:NS2.EASYDNS.COM
Name Server:REMOTE1.EASYDNS.COM
Name Server:REMOTE2.EASYDNS.COM
Name Server:NS6.EASYDNS.NET
Name Server:NS3.EASYDNS.ORG
Name Server:
Name Server:
Name Server:
Name Server:
Name Server:
Name Server:
Name Server:
DNSSEC:Unsigned

Access to Public Interest Registry WHOIS information is provided to assist persons in determining the contents of a domain name registration record in the Public Interest Registry registry database. The data in this record is provided by Public Interest Registry for informational purposes only, and Public Interest Registry does not guarantee its accuracy. This service is intended only for query-based access. You agree that you will use this data only for lawful purposes and that, under no circumstances will you use this data to(a) allow, enable, or otherwise support the transmission by e-mail, telephone, or facsimile of mass unsolicited, commercial advertising or solicitations to entities other than the data recipient's own existing customers; or (b) enable high volume, automated, electronic processes that send queries or data to the systems of Registry Operator, a Registrar, or Afilias except as reasonably necessary to register domain names or modify existing registrations. All rights reserved. Public Interest Registry reserves the right to modify these terms at any time. By submitting this query, you agree to abide by this policy.

http://www.whois-raynette.fr/whois/illuminati.org

07/04/2013

Aldous Huxley : Le meilleur des Mondes !

Voilà le joli monde qu'ont déjà mis en place les Illuminati-sionistes-reptiliens pour nous et pour nos enfants !

Aldous Huxley : Le meilleur des Mondes !

 A télécharger en PDF : ICI

MeilleurDesMondes.jpg

Dans ce livre visionnaire écrit dès 1932, Aldous Huxley imagine une société qui utiliserait la génétique et le clonage pour le conditionnement et le contrôle des individus. Dans cette société future, tous les enfants sont conçus dans des éprouvettes. Ils sont génétiquement conditionnés pour appartenir à l'une des 5 catégories de population. De la plus intelligente à la plus stupide: les Alpha (l'élite), les Bétas (les exécutants), les Gammas (les employés subalternes), les Deltas et les Epsilons (destinés aux travaux pénibles). Le "meilleur des mondes" décrit aussi ce que serait la dictature parfaite: une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s'évader. Un système d'esclavage où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves "auraient l'amour de leur servitude"...

 


 


24/11/2012

Une puce électronique se cache dans notre carte d'identité

Et voici, comment l'on nous manipule et que l'on met nos énergies en l'air !

 

Une puce électronique se cache dans notre carte d'identité
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Petite banniere 400x50

 

02:47 Publié dans Puce RFID, Traçage des populations | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

29/01/2012

Virus H5N1: Face à la polémique, deux scientifiques suspendent leurs recherches

Voilà comment on fabrique les virus dans les laboratoires pour enrichir les laboratoires pharmaceutiques qui ensuite fabriqueront des vaccins pour s'en servir en tant qu'armes de destruction massive contre les hommes qui devront supporter en prime les effets secondaires des vaccins tueurs.
 
Il faut bien créer les  problèmes pour ensuite trouver les solutions pour enrichir les laboratoires pharmaceutiques et faire avancer leurs plans diaboliques, non ?
 
Les Illuminati-reptiliens-sionistes-satanistes ne savent plus quoi inventer pour s'accaparer la Terre et ses richesses après avoir détruit les 2/3 de la population mondiale.
Pour ensuite imposer aux survivants, avec la complicité active du Vatican leur Unique Religion Mondiale ou l'Unique Religion du "New Age" qui est la base même du Nouvel Ordre Mondial.
 
Ce sont eux qui veulent nous instaurer l'Unique Religion Mondiale du "New Age", et ensuite ils qualifieront de sectaires, les personnes qui veulent se libérer de leurs religions-inventions pour se tourner vers la vraie spirituelle et les énergies cosmiques Divines.
 
"Il faut prévenir les hommes qu'ils sont en danger de mort... la science devient criminelle."
{Citation, , 1946, Albert Einstein}
 

Virus H5N1: Face à la polémique, deux scientifiques suspendent leurs recherches

Mis à jour le 23.01.12 à 20h20

Deux chercheurs renommés ont décidé de suspendre leurs travaux sur le virus H5N1 pour deux mois en réponse à l'inquiétude suscitée par leur sujet de recherche, rapporte le Figaro ce lundi.

Fin novembre, l'agence de biosécurité américaine avait recommandé de bloquer la publication de leur étude, initialement prévue dans le magazine Science.

En cause: la présence dans leurs laboratoires "aux Pays-Bas et aux Etats-Unis- d"une mutation du virus de la grippe aviaire extrêmement dangereuse car transmissible d'homme à homme, contrairement au H5N1 classique, uniquement transmissible à l'homme par les animaux. L'éventualité d'une libération accidentelle ou terroriste du virus a suffi à hérisser l'agence américaine "il faut dire que le H5N1 tue la moitié des personnes qui le contractent. Mais la mutation du virus par les scientifiques ne sert pas qu'à apeurer les foules: elle est censée démontrer que, dans la nature, le virus peut évoluer de lui-même pour devenir, à terme, transmissible d'homme à homme par voie aérienne.

«Expliquer clairement les bénéfices de ces recherches»

Refusant dans un premier temps toute suspension de leurs travaux, les deux scientifiques ont donc annoncé dans une lettre, mercredi dernier, un moratoire de deux mois sur leurs travaux. «Nous comprenons qu'il nous faut, avec le reste de la communauté scientifique, expliquer clairement les bénéfices à tirer de ces recherches importantes et présenter les mesures qui sont prises pour minimiser les risques possibles», y écrivent-ils.

Les chercheurs proposent de profiter de ce moratoire pour organiser un forum international, qui devrait avoir lieu à Genève en février et accueillir des participants sélectionnés par l'Organisation mondiale de la santé.

N. Bg.