Banniere publicitaire 550x120

Mondialisation : Le Pouvoir Mondial

25/10/2014

Sotchi : Poutine rencontre les membres du Club Valdaï (SYNTHESE)

Les 4 vérités de Poutine au cours de la rencontre à Sotchi, des membres du Club Valdaï.

Poutine rencontre les membres du Club Valdaï (SYNTHESE)

Dossier: 11e réunion du club de discussion Valdaï

 

Le président russe Vladimir Poutine

21:45 24/10/2014

MOSCOU, 24 octobre - RIA Novosti

Le président russe Vladimir Poutine a rencontré vendredi les membres du Club de discussion international Valdaï qui s'est réuni cette année à Sotchi, haut lieu des Jeux Olympiques d'hiver 2014. Les questions évoquées ont porté sur la place de la Russie sur la scène internationale, la crise en Ukraine, la sécurité en Europe et dans le reste du monde, les sanctions économiques décrétées par l'Occident contre Moscou.

Institué en septembre 2004, le Club de discussion Valdaï rassemble chaque année près de trois cents analystes politiques de différents pays et aborde des thèmes dont la discussion permet aux participants étrangers de mieux comprendre la Russie. Cette année, les sessions du Club ont réuni 108 experts, historiens et analystes politiques de 25 pays.

La Russie et le monde

La politique extérieure de la Russie a été évoquée par de nombreux membres du Club Valdaï.

"La Russie ne prétend à aucun leadership mondial", a indiqué Vladimir Poutine, soulignant que "la thèse selon laquelle la Russie prétendrait à l'exclusivité était complètement fausse".

"Nous ne réclamons pas de place particulière au soleil, mais estimons que tous les participants de la communication internationale doivent respecter les intérêts mutuels. Nous sommes prêts à respecter les intérêts de nos partenaires et comptons sur une attitude tout aussi respectueuse envers nos propres intérêts", a affirmé le chef de l'Etat russe.

Politique internationale

Selon le président, "le monde s'est engagé dans une époque de changements et de mutations profondes, époque où nous devons tous faire preuve d'un degré élevé de prudence et d'une capacité à éviter les démarches irréfléchies".

Le chef de l'Etat russe a appelé à mettre en place un "système explicite d'engagements et d'accords mutuels" afin de prévenir l'anarchie mondiale.

Pour Vladimir Poutine, le système des relations internationales a besoin d'être repensé. Or, "les Etats-Unis, qui se sont proclamés vainqueurs de la guerre froide, ce que je trouve assez présomptueux de leur part, ont estimé qu'aucune réforme n'était nécessaire", a constaté le président russe.

Selon lui, l'Occident donne l'impression d'être en perpétuelle lutte contre les résultats de sa propre politique.

"On a parfois l'impression que nos collègues et amis ne cessent de lutter contre les résultats de leur propre politique. Ils lancent toute leur puissance pour éliminer les risques qu'ils créent eux-mêmes, en le payant de plus en plus cher", a déclaré le chef de l'Etat à Sotchi.

D'après Vladimir Poutine, "il n'y a, malheureusement, plus de garanties ni de certitude que le système actuel de sécurité mondiale et régionale soit capable de nous épargner des bouleversements".

"Ce système est sérieusement affaibli, morcelé et déformé. Les institutions internationales et régionales de coopération politique, économique et culturelle traversent une période difficile", affirme le chef de l'Etat.

Bouleversements économiques

Les sanctions sapent les fondements du commerce international et les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), le caractère immuable de la propriété privée et le modèle libéral de la mondialisation reposant sur le marché, la liberté et la concurrence, estime le président russe.

Il a par ailleurs rappelé que le bien-être des Etats-Unis dépendait pour beaucoup de la confiance des investisseurs, des détenteurs étrangers de dollars et de bons du Trésor américain.

L'UE et l'Union économique eurasiatique (UEEA) devraient mener un dialogue sur la création d'un espace économique unique s'étendant de l'Atlantique au Pacifique, estime Vladimir Poutine.

"Nous saluerions le lancement d'un dialogue substantiel entre l'Union eurasiatique et l'Union européenne qu'on nous a toujours refusé. Et je ne comprends pas pourquoi, où est le problème?", a demandé le président russe.

Problèmes militaires

La Russie appelle à poursuivre les entretiens sur la réduction des arsenaux nucléaires, a fait savoir Vladimir Poutine.

"Nous insistons sur des entretiens portant sur la réduction des arsenaux nucléaires. Moins il y a d'armes nucléaires dans le monde, mieux c'est. Nous sommes prêts à une discussion sérieuse et substantielle sur le désarmement nucléaire", a-t-il déclaré.

Cependant, les actions des Etats-Unis risquent de provoquer la destruction du système de contrôle des armements, affirme le président

Il estime que "les Etats-Unis ont lancé ce processus dangereux en se retirant unilatéralement du Traité sur la limitation des systèmes antimissiles balistiques (Traité ABM) en 2002".

Les Etats-Unis "ont ensuite procédé à la création de leur système global de défense antimissile. Chers amis et collègues, je tiens à attirer votre attention sur le fait que ce n'est pas la Russie qui a initié ce processus", a déclaré M. Poutine.

"L'éventualité de toute une série de conflits impliquant directement ou indirectement des grandes puissances monte en flèche. Non seulement des contradictions traditionnelles entre Etats, mais aussi l'instabilité intérieure de certains pays constituent un facteur de risque", a fait savoir le chef de l'Etat.

Selon lui, cela concerne particulièrement les pays situés à la jonction d'intérêts géopolitiques des grandes puissances ou à la frontière des continents culturels, historiques, économiques ou civilisationnels.

Ukraine

Il est capital pour l'Ukraine d'arrêter immédiatement la guerre, après quoi un dialogue sera envisageable, estime Vladimir Poutine.

"Quant à ma position sur l'Ukraine en tant qu'Etat souverain, je n'ai jamais mis en doute que l'Ukraine est un Etat européen souverain et moderne. Or, il en va autrement pour l'histoire de la formation de l'Ukraine dans ses frontières actuelles, qui a été un processus assez compliqué", a indiqué le président russe.

Il a fait savoir que Moscou avait aidé le président Viktor Ianoukovitch à fuir en Crimée après le coup d'Etat à Kiev, avant de le transférer en Russie à sa demande.

"Je ne vous cacherai pas que nous l'avons aidé à se réfugier en Crimée, où il a passé plusieurs jours. A cette époque, la Crimée faisait encore partie de l'Ukraine, mais puisque les événements à Kiev évoluaient très vite et de manière tumultueuse, il n'avait aucun intérêt à rentrer à Kiev", a raconté M. Poutine.

Selon lui, il était extrêmement dangereux pour Viktor Ianoukovitch de revenir à Kiev, où les putschistes tuaient des activistes du Parti des régions restés fidèles à l'ancien président ukrainien.

En voyant l'évolution des événements, les habitants de la Crimée ont demandé à la Russie de les aider à organiser un référendum.

Ce dernier s'est déroulé en bonne et due forme. Près de 97% des participants au scrutin ont voté pour l'adhésion de la péninsule à la Fédération de Russie.

 

http://fr.ria.ru/world/20141024/202812261.html