Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2015

Nibiru, 2ème signe de son arrivée : Les morts massives d'animaux dans le monde !

On ouvre les yeux ou on continue à dormir ?

 

Les animaux ne devraient-ils pas nous servir de baromètres pour nous alerter de certains dangers que nous pourrions encourir ?

 

 
 
Quand les morts massives d'animaux dans le monde, la disparition d'espèces animales et végétales, nous alertent depuis plus de 5 ans, sur des phénomènes cosmiques, des réactions chimiques qui se produisent dans l'air et dans l'eau, et des impulsions électromagnétiques qui se produisent entre le Cosmos et la Terre et que l'on nous cache savamment et que l'on impute systématiquement à l'homme, sans que jamais les élites criminelles ne tiennent compte dans le réchauffement global, du gaz méthane libéré par le dégel du pergélisol, ni de la déforestation intempestive des forêts tropicales et autres, ni de leurs bombes au phosphore blanc et autres armes chimiques, électromagnétiques ou climatiques et nucléaires, ni des chemtrails, et ni de l'arrivée de Nibiru dans notre système solaire, etc..
 
Et ce, sans jamais tenir compte de l'arrivée de météorites sur Terre ni d'un astre étranger causant à chaque fois qu'il revient dans notre système solaire, d'importantes perturbations électromagnétiques et destructrices, une combinaison de facteurs aux effets dramatiques : séismestsunami, éruptions volcaniques, basculement de l'axe des pôles, terres englouties, changements climatiques, disparitions de certaines espèces animales, végétales et communautés humaines.
 
Bien sûr l'homme qui subit de la part des élites divers empoissonnements de son environnement naturel, ne peut qu'être responsable que du fait de ne les avoir jamais arrêtées !

 
Voici de quoi nous sommes accablés !

La sixième extinction de masse menace un quart des mammifères

http://www.lepouvoirmondial.com/media/02/00/4270826060.jpg

 

* - Est-ce que c'est le CO2 qui affecte grandement l'ensemble de notre système solaire, notre Soleil compris ?

* - Est-ce que c'est le CO2 qui participe à l'inversion des pôles magnétiques terrestres , confirmée par la NASA en novembre 2011?

* - Est-ce que c'est le CO2 qui participe à faire augmenter la Résonance de Schuman ou les battements ou signaux rythmiques de la Terre dont la fréquence serait passée de 7,8 Htz à 12, 9 Htz ? Résonance de Schumann et signaux rythmiques de la Terre. Les effets de la résonance magnétique de la Terre sur notre ADN et sur nos ondes cérébrales.


La résonance Schuman aurait augmentée de 7,8 Htz à 12,9 Htz en sachant que la fréquence de 13 Htz, est appelée le point zéro de la résonance, et que cette fréquence peut correspondre à l'arrêt de la rotation de la Terre durant 3 jours (les 3 nuits jours d'obscurité) et à l'inversion des pôles magnétiques terrestres. La Terre reprenant sa rotation à l'envers après les 3 jours de stase et le soleil se lèverait à l'Ouest au lieu de l'Est.

 

* - Est-ce que c'est le CO2 qui participe à faire faiblir le champ magnétique terrestre ?


« Gregg Braden a trouvé des données recueillies par des chercheurs norvégiens et Russes à ce sujet, une information qui n’'est pas diffusée largement aux Etats Unis. (La seule référence à la RS trouvée dans la Bibliothèque de Seattle est liée à la météo ». Nous pouvons donc en venir au fait que la force magnétique diminue grâce au phénomène suivant : l'’opposition entre la diminution du champ magnétique terrestre et l’'augmentation en vitesse des pulsations Terrestres. Le professeur BanerJee de l’'Université du Nouveau Mexique :  « le champ aurait perdu la moitié de son intensité durant les 4000 dernières années. » Selon lui, il faut s'’attendre à un autre renversement polaire magnétique comme il y en a déjà eu dans le passé.

…

Nous pourrions imputer ces morts massives d'animaux dans le monde à plusieurs facteurs :
 
3 - Les Eruptions volcaniques y compris sous-marines qui peuvent aussi libérer des gaz toxiques et des éléments chimiques qui en grosse quantité peuvent devenir toxiques aussi bien pour les humains que pour les animaux,
4 - les océans qui se réchauffent suite à la libération de méthane et d'éléments chimiques voire toxiques en quantité importante - des produits chimiques libérés dans les airs et les eaux,  
7 - Les chemtrails ou le réseau Haarp,
8 - L'arrivée dans notre système solaire d'un astre causant à chaque fois qu'il revient dans notre système solaire, d'importantes perturbations électromagnétiques et destructrices, une combinaison de facteurs aux effets dramatiques : séismestsunami, éruptions volcaniques, basculement de l'axe des pôles, terres englouties, changements climatiques, disparitions de certaines espèces animales, végétales et communautés humaines. Une espèce animale ou de plante disparaît toutes les 20 minutes soit 26280 espèces disparues chaque année. Près d'un quart des espèces animales et végétales pourrait disparaître d'ici le milieu du siècle.
 
En effet, vous remarquerez dans certains articles ci-dessous, que des poissons sont morts parce que les eaux ou les rivières devenaient soit oranges, soit rouges, soit vertes, etc... La neige ayant pris certains endroits de la planète diverses couleurs ces dernières années.
 
 
Rappelons-nous ce qu'écrivait Immanuel Velikosky dans son livre Les Mondes en Collision : Nibiru, l'un des signes de son arrivée : Le monde et les eaux rouges
 


Les impressionnantes listes de morts massives d'animaux dans le monde depuis décembre 2010 à nos jours:

 

2010/2011 : Morts massives d'animaux dans le monde - Décembre 2010 - Février 2011

2011 : Morts massives d'animaux dans le monde

2012 : Morts massives d'animaux dans le monde

2013 : Morts massives d'animaux dans le monde

2014 : Morts massives d'animaux dans le monde

2015 (1) : Morts massives d'animaux dans le monde

2015 (2) : Morts massives d'animaux dans le monde

 

Source des listes des animaux morts en masse dans le monde :

 

28/11/2012

ONU: 2012 l'année des extrêmes climatiques

En enlevant du texte de l'article, la bouffonnerie du réchauffement climatique qui serait soi-disant dû à l'homme et en attendant l'année 2013/2014 qui selon les scientifiques de la NASA devrait nous faire connaître d'autres extrêmes climatiques avec l'intensité des explosions et des tempêtes solaires et les conséquences que cela induira sur nos infrastructures actuelles, notamment sur les réseaux électriques et électromagnétiques.


Quelques intempéries et éruption de volcans en cours :

28/11/2012..;Italie , une tornade s’abat sur la ville de Tarente, il y a d'importants dégâts

Vidéo : MEGA TROMBA D'ARIA A TARANTO 28/11/2012


L’éruption du volcan Ploski Tabaltchik, qui fait partie du groupe de volcans Kliutchevskaïa a commencé sur la presqu’île du Kamtchatka ( Extrême-Orient de Russie) .

 
ONU: records de chaleur et fonte extrême de la banquise en 2012

Créé le 28/11/2012 à 12h54 -- Mis à jour le 28/11/2012 à 13h18
Vue d'un iceberg dans un fjord norvégien

Vue d'un iceberg dans un fjord norvégien Martin Bureau afp.com

Des phénomènes extrêmes sont survenus partout dans le monde en 2012, en particulier dans l'hémisphère Nord, entraînant de très nombreux records de chaleur, une fonte record de la banquise arctique et des périodes de froid extrême, a indiqué mercredi l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

"La variabilité naturelle du climat est due à des phénomènes comme El Niño et La Niña qui ont une incidence sur les températures et les précipitations aux échelles saisonnières et annuelles mais ne remettent pas en cause la tendance générale au réchauffement sur le long terme imputable aux changements climatiques anthropiques", soit ceux qui sont liés à l'action humaine, affirme le Secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud, dans sa déclaration annuelle sur le climat.

Les années 2001 à 2011 font ainsi partie des plus chaudes jamais enregistrées et les dix premiers mois de 2012 donnent à penser que cette année ne fera pas exception, pointent les experts de l'agence spécialisée de l'ONU basée à Genève.

La période janvier-octobre 2012 se classe ainsi "au 9e rang des plus chaudes jamais observées depuis le début des relevés en 1850", selon l'OMM. La température moyenne à la surface du globe (terres émergées et océans confondus) pour cette période présente une anomalie estimée à environ 0,45° Celsius au-dessus de la normale calculée pour les années 1961 à 1990 (14,2° Celsius).

Les informations et chiffres définitifs pour 2012 seront publiés en mars 2013. En outre, l'OMM publiera le 4 décembre un rapport décennal sur l'état du climat mondial.

Conséquence de ce réchauffement climatique, la banquise de l'Arctique a atteint le 16 septembre son minimum saisonnier - 3,41 millions de km2, soit l'étendue la plus réduite qui ait été constatée depuis le début des observations par satellite, indique l'OMM, confirmant des données publiées en septembre par le Centre national américain de la neige et de la glace (NSIDC).

La banquise de l'Arctique a ainsi perdu quelque 11,83 millions de km2 entre mars et septembre.

"L'étendue des glaces de l'Arctique a atteint un nouveau minimum record. La banquise a fondu cette année à un rythme alarmant qui met en lumière les profonds bouleversements survenant dans les océans et la biosphère", s'inquiète M. Jarraud.

Son constat est sans appel: "le climat évolue sous nos yeux et continuera de le faire à cause des gaz à effet de serre dont la concentration dans l'atmosphère ne cesse d'augmenter, atteignant une fois encore des niveaux records".

Cette alerte de l'ONU intervient alors que les diplomates de plus de 190 pays sont réunis depuis lundi (jusqu'au 7 décembre) à Doha pour le grand rendez-vous climat annuel qui devra décider de l'avenir du protocole de Kyoto et esquisser les bases d'un vaste accord prévu en 2015, auquel participeraient cette fois-ci tous les grands pollueurs de la planète.

Signé en 1997, le protocole de Kyoto est le seul traité légalement contraignant fixant des objectifs chiffrés de réduction d'émissions de GES aux pays industrialisés.

Car si l'année 2012 a débuté par un épisode La Niña d'intensité faible à modérée, qui a pour conséquence de refroidir le climat, depuis avril "la température moyenne à la surface des terres et des océans a continué d'augmenter mois après mois", souligne l'OMM.

Ainsi, la moyenne semestrielle pour les mois de mai à octobre 2012 se classe parmi les quatre plus élevées jamais enregistrées pour cette période de l'année.

Des températures supérieures à la moyenne ont été enregistrées sur la majeure partie de la planète, plus particulièrement en Amérique du Nord (à l'exception de l'Alaska), en Europe méridionale, dans l'ouest et le centre de la Russie et dans le nord-ouest de l'Asie.

Ces vagues de chaleur ont provoqué de nombreuses sécheresses, mais aussi des inondations en raison des fortes pluies provoquées par une atmosphère plus chaude donc plus humide.

En outre, le bassin de l'Atlantique a connu pour la troisième année consécutive une période des ouragans plus active que la normale, avec 19 tempêtes dont 10 ouragans dont Sandy. L'Asie orientale a aussi été frappée par de puissants typhons, déversant des pluies torrentielles.

L'année 2012 aura été aussi marquée par des chutes de neige et un froid extrême de fin janvier à mi-février, notamment en Russie et en Europe, avec des températures inférieures allant jusqu'à -50° Celsius.

© 2012 AFP
 

31/01/2012

La NASA prise en flagrant délit de mensonge. Oubliez le réchauffement !

Article 3 : Et hop 4 jours après il faut oublier le réchauffement climatique car ils nous annoncent que nous rentrerions dans une nouvelle ère glacière !

Où est passé le CO2 qui provoquait le réchauffement dit planétaire ?

Ils se moquent de qui ?

Acte 1 : Mensonge 1
2011, année la plus chaude dans l'Arctique depuis 50 ans, selon un expert

Article 2 : Mensonge 2 et fabrication d'une fausse vidéo  par la NASA pour nous impressionner
La NASA retrace l'histoire du réchauffement climatique
entre les années 1880-2011


Et maintenant on fait quoi du CO2 et de la culpabilisation de l'homme qui serait soi-disant responsable du réchauffement planétaire ?


Vous remarquerez dans l'article ci-dessous qu'ils parlent du fait que les aurores boréales dues aux dernières explosions solaires et aux derniers orages magnétiques, ne se seraient pas produites aux endroits habituels.

Et alors ? Cela n'attire pas leur attention sur une possible inversion des pôles magnétiques terrestres en cours ?

Cela n'attire pas non plus leur attention sur le fait que le soleil et l'anneau d'Alcyone ou bande photonique que nous sommes en train de traverser en ce moment, sont les uniques causes du réchauffement planétaire qui est cosmique de toute façon, et que tous ces processus attestent que l'ensemble de notre système solaire est bien en train d'ascensionner vers le centre de la Galaxie pour se préparer à notre prochain saut quantique prévu pour le 21 décembre 2012 ?

Cela n'attire pas non plus leur attention sur le fait que les vibrations de l'anneau d'Alcyone ou bande photonique ou encore ceinture de photon, dégagent des vibrations tellement puissantes qu'elles transforment la matière en profondeur et qu'elles sont aussi la cause de la fonte des banquises. Ce dernière phénomène pouvant produire une inversion des pôles magnétiques terrestres dès que le niveau des mers et des océans s'élèvera ?

Ils le savent, sauf qu'il ne faut pas nous le dire pour nous permettre de nous préparer, mais il faut aussi selon eux que la population mondiale soit réduite des 2/3 avant le 21 décembre 2012. Plus qu'ils ont la peur que nous puissions nous retourner contre eux après nous avoir menti non seulement depuis des millénaires mais aussi sur les réelles causes du réchauffement cosmiques.



 Oubliez le réchauffement !

Voici l'article évoqué par Ultraman ce matin. Il semblerait que dans les médias de masse, on parle de plus en plus de l'imminence d'un retour à un mini-âge glaciaire, et surtout en prenant en compte le rôle joué par le soleil.
 
Oubliez le réchauffement climatique – c'est le cycle 25 dont il faut s'inquiéter (et si les scientifiques de la NASA ont raison, la Tamise sera à nouveau prise par les glaces)

L'office météorologique publie de nouveaux chiffres qui ne montrent aucun réchauffement depuis 15 ans


Par David Rose, Mail Online


29 janvier 2012


Le supposé 'consensus' sur un réchauffement climatique causé par l'homme se retrouve face à un défi gênant après la publication de nouvelles données de températures montrant que la planète ne s'est pas réchauffée pendant les 15 dernières années.


Les chiffres suggèrent qu'on pourrait même aller vers un mini-âge glaciaire qui rivaliserait avec la chute de température qui a duré 70 ans et avait permis au 17ème siècle des kermesses sur la Tamise gelée.


Basées sur des lectures de plus de 30.000 stations de mesure, les données ont été publiées sans fanfare par l'office météorologique et l'unité de recherche climatique de l'université d'East Anglia. Elles confirment que la tendance à une élévation des températures mondiales s'est terminée en 1997.

Une peinture de 1684 dépeint une des  kermesses les plus glacées sur la Tamise pendant le petit âge glaciaire




Pendant ce temps des scientifiques climatiques de premier plan ont déclaré dimanche au Mail qu'après avoir émis inhabituellement des niveaux élevés d'énergie au cours du 20ème siècle, le soleil se dirige aujourd'hui vers un 'grand minimum' de production, menaçant d'étés froids, d'hivers plus rudes et d'un raccourcissement de saison disponible pour les cultures.

La production solaire traverse des cycles de 11 ans, avec un nombre élevé de taches solaires au moment des pics.


Nous sommes maintenant à ce qui devrait être le pic du dénommé 'cycle 24' – qui a donné la semaine dernière une tempête solaire avec des aurores boréales plus au sud que d'habitude. Mais le nombre des taches solaires diminue de moitié par rapport à celles observées pendant le pics des cycles du 20ème siècle.


Les analyses des experts de la NASA et de l'université d'Arizona – dérivées de mesures du champ magnétique à plus de 220.000 km sous la surface du soleil – suggèrent que le cycle 25, dont le pic est attendu en 2022, sera encore beaucoup plus faible.


Selon l'article publié la semaine dernière par l'office météorologique, il y a 92% de chance qu'aussi bien le cycle 25 et ceux qui suivront les décennies suivantes seront aussi faibles, ou plus faibles que ceux de la période du ''Minimum de Dalton'' entre 1790 et 1830. A cette époque, nommée d'après le météorologue John Dalton, les températures moyennes d'Europe ont chuté de 2°C.


Il est cependant possible également que la nouvelle chute de l'énergie solaire puisse être aussi importante que le ''minimum de Maunder'' (d'après l'astronome Edward Maunder), entre 1645 et 1715 au moment le plus froid du 'petit âge glaciaire' quand on donnait des fêtes sur la Tamise gelée et que les canaux en Hollande avaient gelé.


Moyenne des températures mondiales entre 1997 et 2012

Cependant, dans son article, l'office météorologique a déclaré que les conséquences aujourd'hui seraient  négligeables – parce que l'impact du soleil sur le climat est largement inférieur à celui du dioxyde de carbone d'origine humaine. Bien que la production solaire est supposée décroître jusqu'en 2100, ''Cela ne causerait une réduction des températures mondiales que de 0,08°C.'' Peter Scott, l'un des auteurs, a dit :''nos découvertes suggèrent qu'une réduction de l'activité solaire à des niveaux inconnus depuis des centaines d'années serait insuffisante pour compenser l'influence dominante des gaz à effet de serre.''

Ces découvertes sont farouchement discutées par d'autres experts solaires.

''Les températures mondiales peuvent se retrouver plus froides qu'aujourd'hui pendant 50 ans ou plus'', a dit Henrik Svensmark, directeur du centre de recherche climatique à l'institut spatial du Danemark. '' Ce sera une longue bataille pour convaincre certains scientifiques en climat que le soleil est important. Il est possible que le soleil en fasse lui-même la démonstration sans l'aide de quiconque.''

Il a souligné que, en déclarant l'effet d'un minimum solaire faible, l'office météorologique se reposait sur les mêmes modèles informatiques infirmés par l'actuel pause du réchauffement climatique.




Les niveaux de CO2 ont continué à augmenté sans interruption et, en 2007, l'office météorologique a déclaré que le réchauffement climatique allait revenir en force. Il disait qu'entre 2004 et 2014 il y aurait un accroissement général de 0,3°C. En 2009 il a prédit qu'au moins trois années entre 2009 et 2014 battraient les précédents records de température de 1998.
 

Cycles d'activité solaire entre 1749 et 2040

Pour l'instant il n'y a aucun signe de l'imminence de tout cela. Mais hier un porte-paroles de l'office météorologique a insisté que ses modèles étaient toujours valables.

''Une projection à 10 ans reste une science d'avant-garde. La période annoncée pour la projection n'est pas encore terminée'', a-t-il dit.


Le Dr Nicola Scafetta, de l'université Duke en Californie du nord, est l'auteur de plusieurs articles qui discutent des modèles climatiques de l'office météorologique concernant un 'réchauffement constant depuis 2000 jusqu'à aujourd'hui'.


''Si les températures continuent de rester stationnaires ou repartent vers un nouveau refroidissement, la différence entre les modèles et les données enregistrées deviendra finalement si importante que la communauté scientifique tout entière remettra en question les théories actuelles'', a-t-il dit.


Il pense que comme le modèle de l'office météo attache une plus grande signification au CO2 qu'au soleil, il est tenu de conclure qu'il n'y aurait pas de refroidissement. ''la vraie question est de savoir si le modèle lui-même est précis'', a dit le Dr Scafetta. Par ailleurs, l'un des plus éminents experts en  climatologie, le Pr Judith Curry de l'institut de technologie de Géorgie, a déclaré penser que la prédiction confiante de l'office météo d'un impact négligeable était difficile à comprendre.

''Ce qu'il serait responsable de faire serait d'accepter le fait que les modèles peuvent avoir de sérieux défauts en parlant de l'influence du soleil'', a dit le Pr Curry. Quant à l'interruption du réchauffement, elle a dit que de nombreux scientifiques ''ne sont pas surpris.''
 
 

400 ans d'observation des taches solaires

Elle a fait remarquer qu'il devenait manifeste que des facteurs autres que le CO2 jouent un rôle important dans l'élévation ou la diminution de la chaleur, comme les cycles de 60 ans de température de l'eau du Pacifique et de l'Atlantique.

''Ils ont été insuffisamment appréciés en terme de climat mondial'', a-t-elle dit. Quand ces deux océans étaient froids dans le passé, comme entre 1940 et 1970, le climat s'est refroidi. Le cycle du Pacifique est repassé du chaud au froid en 2008 et l'Atlantique est supposé s'inverser aussi dans les prochaines années.


Pal Brekke, conseiller du centre spatial norvégien, a dit que des scientifiques ont trouvé difficile à accepter l'importance des cycles de l'eau, parce que le faire c'est admettre que ce sont les océans – et non le CO2 – qui ont été la cause du réchauffement climatique entre 1970 et 1997.


Même chose pour l'impact solaire – qui était très actif pour la plus grande partie du 20ème siècle.
''La nature est sur le point de réaliser une très intéressante expérience, d'ici 10 ou 15 ans nous pourrons beaucoup mieux déterminer si le réchauffement du siècle dernier était vraiment causé par le CO2 humain ou par des variations naturelles.''


Pendant ce temps, depuis la fin de l'année dernière, les températures mondiales ont chuté de plus d'un demi-degré par la ré-émergence de l'effet de refroidissement de 'La Nina' dans le Pacifique sud.


''Nous sommes bien dans la deuxième décennie de pause,'' a dit Benny Peiser, directeur de la fondation politique de réchauffement climatique. ''Si nous ne voyons pas de preuve évidente d'un réchauffement climatique d'ici 2015, il deviendra clair que les modèles sont ratés. Et s'ils le sont,  certains scientifiques pensent que ces implications pourraient être très sérieuses.''


SOURCE
Traduit par Hélios

28/01/2012

Une grande piscine d'eau douce dans l'Océan Arctique pourrait refroidir l'Europe et faire monter le niveau des mers

Retenez de cet article que ce phénomène risque de provoquer la montée du niveau des mers et des océans.

Et ce qu'ils oublient de dire, c'est que la montée du niveau des mers et des océans et l'un des facteurs qui peut provoquer l'inversion des pôles magnétiques terrestres.
 

Une grande piscine d’eau douce dans l’Océan Arctique pourrait refroidir l’Europe
Une grande piscine d'eau douce dans l'Océan Arctique pourrait refroidir l'Europe
 
L'eau douce qui s'accumule dans l'Océan Arctique pourrait bien finir par refroidir l'Europe et annuler les effets du courant océanique du Gulf Stream, qui permet à l'Europe de maintenir des températures relativement douces.


Une grande piscine d'eau douce dans l'Océan Arctique s'étend de plus en plus et pourrait faire diminuer les températures en Europe en faisant ralentir les courants océaniques, d'après ce qu'ont indiqué des scientifiques britanniques dimanche.

 

En utilisant des satellites pour mesurer la hauteur de la surface de la mer entre 1995 et 2010, des scientifiques de l'University College London et du Centre National d'Océanographie de Grande-Bretagne ont découvert que la surface de la mer Arctique avait augmenté de 15 centimètres depuis 2002.

 

Le volume d'eau douce a augmenté d'au moins 8000 km3, ce qui représente 10% de l'ensemble de l'eau douce contenue dans l'Océan Arctique. L'eau douce vient principalement de la fonte de la glace et du flux des fleuves et cours d'eau qui se jettent dans l'océan.

 

 
 
Le volume d'eau douce a augmenté d'au moins 8000 km3, ce qui représente 10% de l'ensemble de l'eau douce contenue dans l'Océan Arctique.

 

Cette augmentation pourrait être liée aux vents Arctique forts qui font augmenter un courant océanique appelé gyre de beaufort, qui pousse la surface de la mer vers le haut.

 

Un gyre océanique est un grand tourbillon d'eau océanique formé d'un ensemble de courants marins. Les gyres sont provoqués par la force de Coriolis.

 

Le Gyre de Beaufort est l'un des corps d'eau les moins connus de la planète. Il s'agit d'un corps de glace et d'eau qui tourbillonne lentement au nord de l'Alaska, et qui est 10 fois plus grand que le Lac Michigan aux Etats-Unis.

 

Certains scientifiques pensent que les rythmes naturels du gyre pourraient être affectés par le réchauffement climatique, ce qui pourrait avoir en retour des implications graves pour la circulation océanique et l'augmentation du niveau des mers.

 

Les modèles climatiques ont suggéré que le vent soufflant à la surface de la mer a formé un dôme au milieu du gyre de Beaufort, mais il existe à ce jour très peu d'études pour confirmer cette hypothèse.

 

Si le vent change de direction, ce qui a eu lieu entre le milieu des années 1980 et le milieu des années 1990, la piscine d'eau douce pourrait se répandre dans le reste de l'Océan Arctique et même jusqu'au nord de l'Océan Atlantique, d'après l'étude.

 

Cela pourrait refroidir l'Europe en ralentissant un courant océanique provenant du Gulf Stream, qui maintient des températures relativement douces en Europe, par rapport à des pays ayant des latitudes similaires.

 

« Nos découvertes suggèrent qu'un retournement des vents pourrait résulter sur le rejet de cette eau douce dans le reste de l'Océan Arctique et même au-delà » a déclaré Katharine Giles du Centre pour l'Observation Polaire et la Modélisation de l'UCL, et principale auteur de l'étude, publiée dans le journal Nature Geoscience.

 

L'équipe prévoit d'enquêter davantage sur la relation qui existe entre la couverture de mer de glace et les changements des vents.

 

http://www.actualites-news-environnement.com/27816-eau-douce-Arctique-Europe.html

 

26/11/2011

Relier les points : Changements cosmiques, instabilité planétaire et météo extrême

Pour ceux qui nous écrivent en nous disant qu'il ne se passe rien sur la planète, ni dans le cosmos, et que nous raconterions des histoires, notamment sur la comète Elenin. Parce qu'il ne se serait rien passé et qu'il ne se passe rien selon eux.

Comme si Elenin était le seul élément cosmique à nous intéresser.

Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois.

Ils feraient mieux de demander des obligations de résultats à leurs gouvernants, leurs scientifiques et leurs curés qu'ils paient et rémunèrent sur leurs propres deniers. Parce que nous voudrions voir des résultats sur toutes les belles théories qu'ils nous enseignent depuis des millénaires et non pas d'avoir à essayer de décoder tous leurs mensonges et manipulations pour tromper l'humanité par le biais de leur propagande merdiatique et leur soi-disant enseignement.

Si la vérité nous avait été toujours été dite, ce blog n'aurait pas lieu d'exister.
Or, s'il existe, c'est qu'il y a un réel problème avec les informations.

Pour voir s'il ne se passe rien du tout, nous vous invitons à prendre connaissance de cet article, très bien fait qui date du 23 juillet 2011, écrit par Sott Net.

Bien entendu il s'est passé beaucoup de choses depuis. mais cela donnera une idée plus précise à celles et ceux qui prétendent qu'il ne se passe toujours rien, ni dans le cosmos, ni sur notre belle planète.

L'article étant très long et comportant des vidéos, nous n'en mettons qu'un extrait, ici.

La suite sera à consulter sur le site de Sott Net.

Alarm Clock

Relier les points : Changements cosmiques, instabilité planétaire et météo extrême

© NASA / SDO
Vue de l’éjection de masse coronale depuis le Solar Dynamics Observatory le 7 juin 2011.

Avec les changements terrestres qui se produisent maintenant clairement et le temps qui presse, les éditeurs de Sott.net font face à l'urgence de se mettre à jour submergés par une avalanche de nouvelles importantes et d'essayer de donner un sens aux choses ! Les événements climatiques récents ont été sans précédent : le printemps et le début de l'été ont été, pour le moins, bizarres sur tout le globe.

Vous parlez de météo ou d'un type géologique de phénomène ; quelqu'un dans le monde y a eu droit : volcans, séismes, pluies torrentielles, inondations, trous terrestres, tornades, sécheresses, incendies... même de la neige en été ! Passons-les tous en revue du mieux que nous pouvons en commençant par le haut : le facteur cosmique.

Solar Activity
© Mike Borman
Image prise le 4 juin 2011
Lieu : Evansville en Indiana (États-Unis)


Les changements cosmiques sont en route

Les changements sur la planète Terre englobent une telle diversité de phénomènes, depuis les anomalies de météo extrême jusqu'aux volcans et séismes, que c'est peut-être une bonne idée de prendre du recul et de voir si nous pouvons donner un sens à tous ces changements dans le climat cosmique qui peuvent nous affecter. Oui, nous sommes conscients que cette approche va à l'encontre du discours officiel qui prétend que ces changements sont causés par les hommes brûlant du carbone qui vivent dans une bulle isolée qui ne peut que se réchauffer. Mais les pièces du casse-tête sur la table pointent vers une image différente et plus grande.

Une pièce centrale énorme est notre Soleil, ce qui n'est pas surprenant, puisque cette explosion permanente dans l'espace est ce qui donne de l'ordre dans notre coin de l'univers et la vie sur Terre. Ces deux dernières années, on s'attendait à ce que le Soleil entre en haute activité selon son cycle habituel de taches solaires de 11 ans. Mais les scientifiques se sont retrouvés à se gratter la tête lorsque notre étoile locale est restée tranquille. Maintenant elle délivre un tel spectacle d'éruptions que les scientifiques disent « ooh et ahh ».

Commentaire : Une énorme tempête solaire s'est déchaînée la semaine dernière. Certains l'ont appelée l'éruption solaire de plasma la plus massive jamais observée. Les astronomes de la NASA ont déclaré que l'énorme éruption solaire du 7 juin, appelée éjection de masse coronale, n'était probablement pas la plus grande jamais arrivée, mais elle est notable à la fois pour sa taille et son comportement étrange : des vagues massives de plasma furent éjectées du Soleil pour retomber sur la surface solaire.

« Nous voyons des choses que nous n'avons jamais vues auparavant, » a déclaré Phillip Chamberlin, un astrophysicien du Goddard Spaceflight Center de la NASA et scientifique de projet adjoint sur le satellite Solar Dynamics Observatory (SDO) de l'agence. « C'est un événement vraiment excitant. On s'attend à beaucoup de choses. »

Juste un jour ou deux avant l'éruption, le Soleil faisait ces vagues spectaculaires :

La suite : ICI