Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2016

« Gouvernement, t'es foutu, ta police est dans la rue !! » L'édito de Charles SANNAT

En route vers la révolution du Peuple Français !

Il ne manque plus que l’armée pour nous mettre en place un coup d’état militaire pour nous débarrasser de toute cette vermine qui a pris la France en otage au profit des représentants des Banksters !

Hollande et sa clique n’auront plus bientôt leurs gardes du corps et ni leurs cortèges de policiers et gendarmes !

 

« Gouvernement, t’es foutu, ta police est dans la rue !! » L’édito de Charles SANNAT

voiture-police-incendiee

 

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,
 
Ma femme me lance un regard noir en me disant de ne pas aborder ce sujet car c’est trop polémique, et puis pas assez économique !
 
Oui, sauf que vous connaissez mon point de vue.
 
L’économie, pour se développer, a impérativement besoin d’un climat de sérénité et d’une sécurité absolue assurée à l’ensemble des agents économiques.
 
Cette sécurité économique c’est une sécurité fiscale, une sécurité sociale, une sécurité juridique, mais aussi évidemment la première de toutes les sécurités, la sécurité physique de chacun de nous.Donc malgré les mises en garde de ma moitié, je vais partager avec vous mon exaspération intellectuelle de ces derniers temps face aux monceaux d’âneries qu’il nous faut encaisser chaque jour.
 
L’instant Bouazizi de la France, c’est peut-être maintenant !Pour ceux qui l’ont oublié, Bouazizi était un « papillon ». Je m’explique. Mohamed Bouazizi, de son vrai nom Tarek Bouazizi, est né le 29 mars 1984 à Sidi Bouzid et mort le 4 janvier 2011 à Ben Arous.Bouazizi était un vendeur ambulant tunisien dont la tentative de suicide par immolation le 17 décembre 2010, et qui conduit à son décès deux semaines plus tard, est à l’origine des émeutes qui concourent au déclenchement de la révolution tunisienne évinçant le président Zine el-Abidine Ben Ali du pouvoir, et sans doute, par extension, aux protestations et révolutions dans d’autres pays arabes connues sous le nom de « Printemps arabe ».
 
Un petit vendeur de fruits et légumes révolté par l’injustice de l’ordre social qu’il subit va déclencher un vent de fureur sur le monde arabe et dont nous voyons encore, 6 ans plus tard, les conséquences dramatiques de toutes nos inconséquences.
 
Vous remarquerez que nous parlons ici d’une immolation.Vous remarquerez aussi que, là encore, nous parlons pour nos policiers d’une immolation, puisque c’est bien de cela dont il s’agit sauf que dans ce cas, cette immolation n’a pas été voulue, elle a été imposée dans un acte de violence et de barbarie rarement atteint.
 
Nos deux policiers brûlés sont en train de déclencher un instant Bouazizi, et ce qui se passe est de nature à pouvoir bouleverser totalement les équilibres et ce n’est pas la promesse d’un petit extincteur dans les véhicules, ou encore des treillis qui tiennent mieux au feu (et sans doute « made in china » en synthétique bien pourri) qui seront des mesures de nature à calmer les troupes.
 
Pire, c’est évidemment des mesurettes qui sonnent comme un véritable provocation.Si vous regardez cette vidéo, vous ne verrez pas une « manifestation », mais bien une véritable mutinerie. Le palais peut donner des ordres. Le terrain ne répond plus. C’est de cette façon là que s’effondre tous les régimes.

Vidéo : Directeur Police Nationale pris à partie par des policiers / Evry (91) - France 19 octobre 2016

https://i.ytimg.com/vi/l5TISOYyoFs/mqdefault.jpg
 
 
Là, ils appellent les Gendarmes à les rejoindre !
Ils scandent : Policiers, Gendarmes : même combat !
 

18/10/2016

Donald Trump : "Les Clinton sont des criminels, rappelez-vous de cela, ce sont des criminels"

Donald Trump : "Les Clinton sont des criminels, rappelez-vous de cela, ce sont des criminels"

Dans un discours à West Palm Beach en Floride, Donald Trump, attaqué comme jamais dans les médias US mais aussi à travers le monde, se lâche : "Les Clinton sont des criminels et l'establishment fera tout pour faire en sorte de les maintenir au pouvoir".

Retrouvez notre article : "La clique Clinton de retour à la Maison Blanche" dans la lettre AIL n°15 (septembre 2016) que vous pouvez vous procurer sur la boutique de l'Agence Info Libre.


 

 

 

WikiLeaks, John Podesta et Hillary Clinton : les cinq révélations choc à retenir

 

WikiLeaks, John Podesta et Hillary Clinton : les cinq révélations choc à retenir

14 oct. 2016, 22:37

Hillary Clinton en campagne ©Lucy Nicholson/Reuters

 

De la stratégie vis-à-vis des médias jusqu'aux extra-terrestres, les révélations parfois ahurissantes contenues dans les milliers de mails du directeur de campagne de la candidate démocrate continuent de s'accumuler avec cette septième livraison.

Comme l'a promis WikiLeaks, les publications de mails piratés se succèdent et se succèderont sans doute jusqu'au jour de l'élection présidentielle américaine. A l'heure du septième envoi, les mails permettent de se plonger dans l'intimité de l'équipe de campagne d'Hillary Clinton.

Manipulation des médias et de l'opinion publique

Les mails attestent de l'intention de tromper l'opinion publique et de la perdre dans la complexité des différentes affaires. 

«Je pense que nous devons vraiment déterminer si les électeurs vont y croire et si nous pouvons de façon crédible confondre Benghazi et les emails», écrit ainsi Oren Shur, directeur des médias payants dans le cadre de la campagne de la candidate démocrate à John Podesta, le directeur de campagne, quelques semaines avant qu'Hillary Clinton ne soit auditionnée par le Congrès américain au sujet de l'attentat terroriste contre le consulat américain de la ville libyenne en septembre 2012, alors qu'Hillary Clinton était secrétaire d'Etat. Après des tests sur des groupes témoins, Hillary Clinton décide alors de constamment se référer à ses réponses données au sujet de Benghazi, les faisant passer pour des réponses sur le piratage de ses mails.

 

 

Daesh soutenu par l'Arabie saoudite et le Qatar

Selon un autre des emails piratés, Hillary Clinton savait pertinemment que l'organisation terroriste Etat islamique bénéficiait du soutien de l'Arabie saoudite et du Qatar, des alliés privilégiés des Etats-Unis au Moyen Orient. Le courrier électronique vient de la candidate démocrate elle-même : «Alors que les opérations militaires et paramilitaires progressent, nous devons utiliser la diplomatie et des moyens de renseignement plus classiques afin d'accentuer la pression sur le Qatar et l'Arabie saoudite, lesquels fournissent clandestinement un soutien à la fois financier et logistique à Daesh et autres groupes radicaux sunnites de la région».

Les vraies décisions politiques doivent rester secrètes

Les mails contiennent aussi des fragments des discours payés qu'Hillary Clinton a prononcés pour le compte d'entreprises privées (485 000 dollars pour Deutsche Bank, 675 000 dollars pour Goldman Sachs). Dans l'un de ces discours destinés à l'élite de la finance, et non pas aux électeurs, Hillary Clinton estime que les processus de prise de décision doivent rester en coulisses au risque de rendre les citoyens «nerveux».

 

 

«Si tout le monde regarde, vous savez, toutes les discussions en coulisse, les marchés conclus, vous savez, ça rendrait les gens un peu nerveux, pour dire le moins. Aussi est-il nécessaire d'avoir une posture pour le grand public et une autre, plus privée», concédait la candidate. Ce discours en particulier lui a rapporté 225 000 dollars.

Une taupe pour mieux combattre Bernie Sanders

Le candidat malheureux à l'investiture démocrate jouait avec des dés pipés. En janvier 2015, Donna Brazile, haut responsable du Comité national démocrate, communiquait des documents détaillant la stratégie électorale de Bernie Sanders envers la communauté afro-américaine, notamment sur les réseaux sociaux. «Merci tout particulièrement pour ça, Donna», répond Adrienne Elrod, une dirigeante de l'équipe de campagne d'Hillary Clinton pour cette fuite dévoilant la stratégie du camp adverse.

 


Une fuite de grande valeur, visiblement puisque cette trahison vaut à Donna Brazile de remplacer la confidente d'Hillary Clinton, Debbie Wasserman-Schultz, obligée de démissionner après la publication par WikiLeaks des courriels du Comité national démocrate.

Les extra-terrestres, forme la plus évoluée d'intelligence

Les aliens veulent aider les hommes mais ils sont effrayés par la violence de la planète Terre, écrit l'astronaute Edgar Mitchell à John Podesta, faisant par ailleurs référence à une guerre intergalactique tout en soutenant que le Vatican serait au courant de l'existence d'une vie extra-terrestre : «La guerre de l'espace prend de l'ampleur et je voulais vous informer de plusieurs paramètres en amont de notre rendez-vous Skype», écrit ainsi l'astronaute, citant par ailleurs un certain Terri Mansfield, «un collègue catholique», lequel décrit les extraterrestres comme «la plus haute forme d'intelligence en relation directe avec Dieu».

Lire aussi : WikiLeaks démasque Hillary Clinton : «Je suis détachée de la lutte de la classe moyenne»

 

 

19/11/2015

En plein Paris, un musulman à bras ouverts, «Je vous fais confiance, et vous ? Faites-moi un câlin»

Un retour à la Paix et à l'Amour pour l'ensemble de l'Humanité est-ce possible ?

En plein Paris, un musulman à bras ouverts, «Je vous fais confiance, et vous ? Faites-moi un câlin»

Ce lundi, un homme musulman, est apparu avec les yeux bandés sur la place de la République, prêt à serrer dans les bras toute personne venant rendre hommage aux victimes.

«Je suis musulman et on dit de moi que je suis terroriste», voici ce qu’on pouvait lire sur la pancarte posée à ses pieds.

30/10/2015

Pour la députée Véronique Besse, "la France aide l’Etat islamique" (Vidéo)

Enfin des députés indépendants de l'idéologie politique criminelle ambiante !

A la question de savoir si les députés se devaient d'aller se rendre compte sur place de la situation et de rencontrer Bachar Al-Assad ?

Heureusement que les députés qui sont mis en place par les citoyens français et payés sur les deniers du peuple ont encore la possibilité de se libérer de la pensée unique, de la propagande criminelle du gouvernement, pour reprendre contact avec un Président légitime et se rendre compte sur place de la situation en dehors de la propagande qui nous servie par les merdias aux ordres des lobbies. 

A la question posée par la journaliste à la députée : avez-vous des preuves que la France aide les mercenaires criminels ?

Est-ce que la France n'est pas l'alliée d'une coalition US, illégale qui n'a aucun mandat de l'ONU ni l'aval pour intervenir en Syrie de son président légitime, Bachar Al-Assad, et qui viole le Droit international ?

Qui insiste depuis des années pour rabâcher à qui veut l'entendre que le préalable au règlement de la soi-disant crise en Syrie qui a été fabriquée de toutes de pièces par les US/CIA/MOSSAD et Cie, c'est le départ de Bachar Al-Assad ? Hollande et Fabius, notamment.

Qui insiste pour rabâcher à la Russie qu'il ne faut pas tirer sur l'Armée modérée liée à Al-Qaïda et liée à Daesh, qui est armée par les US et la France, et qui coupe des têtes modérément ?

A cause de sa position criminelle, la France a été écartée tout simplement des débats qui se tiennent à Vienne aujourd'hui, sous la houlette du Ministre des affaires étrangères Russe, Lavrov.

Après l'affaire des Mistrals refusés à la Russie une autre HONTE pour le Peuple Français !

 EN DIRECT : les négociations sur la Syrie se poursuivent à Vienne

Pour la députée Véronique Besse, "la France aide l’Etat islamique"

29/10/2015 à 09h37

Bachar al-Assad et Jean-Frederic Poisson, le 28 octobre 2015, à Damas.

Véronique Besse, accompagnée de deux autres élus, s'est rendue en Syrie en début de semaine pour rencontrer Bachar al-Assad. La députée de Vendée et membre du Mouvement pour la France était l’invitée de RMC ce jeudi matin.

Bien que le gouvernement français désapprouve ce genre d’initiatives, les visites de parlementaires français en Syrie se multiplient. En début de semaine, le député et président du Parti Chrétien-démocrate Jean-Frédéric Poisson, ainsi que les élus Véronique Besse et Xavier Breton se sont rendus en Syrie pour rencontrer Bachar el-Assad.

Véronique Besse, députée (non inscrite) de Vendée et membre du Mouvement pour la France, était l’invitée de RMC ce jeudi matin.

"Nous voulions voir la réalité", a-t-elle expliqué. "Nous voulions voir si ce qu’on nous dit en France est celle que nous voyons sur le terrain. La situation politique, économique et humanitaire, ne correspond pas à ce qu’on nous dit en France. Nous avons vu toutes sortes de personnes: le président du parlement syrien, le président, le grand mufti, des chefs d’entreprise... La réalité politique, c’est que l’Etat et les institutions fonctionnent."

"La France manque son rendez-vous"

Interrogée sur la violence dont ferait preuve el-Assad et les 250.000 morts depuis le début du conflit, Véronique Besse estime qu’il "faut rencontrer tout le monde. La position du gouvernement français n’est pas la bonne. La Syrie est un pays qui est en guerre. La France manque son rendez-vous alors qu’elle est attendue en Syrie. C’est une grosse faute de ne pas collaborer avec l’Etat syrien. On nous a dit là-bas : pourquoi la France nous a lâchés, pourquoi elle nous tourne le dos ?"

"Nous n’avons même plus de représentation diplomatique en Syrie", a-t-elle déploré. "Bachar al-Assad nous a dit qu’il souhaitait que la France retisse des liens avec la Syrie, compte tenu de son rôle culturel qu’elle a eu pendant des siècles. Il voudrait que les liens soient beaucoup plus forts."

"Le choix est simple : c’est Bachar ou Daesh, et mon choix est fait", a martelé la députée. "Il est président d’un Etat et la France devrait être aux côtés de l’armée syrienne."

"Le peuple syrien estime Assad"

Véronique Besse a également déclaré que "la France aide l’Etat islamique en fournissant des armes à des groupes soi-disant modérés proches d’al-Qaïda, et donc proche de l’Etat islamique, comme al-Nostra. C’est ce qu’un certain nombre de personnes bien informées nous ont dit", a-t-elle indiqué, admettant ne pas avoir de preuves. 

Alors que Laurent Fabius va participer en fin de semaine aux discussions sur la Syrie à Vienne avec plusieurs ministres des affaires étrangères, le patron du quai d’Orsay souhaite négocier un départ du président syrien avec les partenaires européens, occidentaux et arabes.

Mais Valérie Besse a estimé que "le peuple syrien estime beaucoup al-Assad" et affirme que le rôle de la Russie "est primordiale. Depuis que Moscou est arrivé aux cotés des Syriens. Bachar al-Assad nous a dit qu’il était très heureux que la Russie l’ait rejoint. La position française devrait être beaucoup plus claire autour de la Syrie."