Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2016

Journal US: «Le TTIP est mort vendredi dernier»

Tant mieux !

Place au protectionnisme des pays souverains !

 

Suite à la victoire de Donald Trump, l’Union européenne craint que les négociations sur le TTIP ne s’enlisent pour une période indéfinie.
 
 
 
 
TTIP 
 
Dans la foulée de l’élection présidentielle américaine, l’administration de Barack Obama jette l’éponge et renvoie la ratification du TTIP aux calendes grecques.
 
L'administration de Barack Obama a définitivement abandonné les tentatives de persuader le Congrès de ratifier l'accord de partenariat transatlantique sur le commerce et l'investissement (TTIP), écrit The Wall Street Journal.

Les députés républicains et démocrates siégeant au Congrès, poursuit le quotidien, ont clairement fait savoir qu'ils n'envisageaient pas de débattre de cet accord dans le sillage immédiat des élections présidentielles:
 
« Le TTIP est mort vendredi dernier, les députés démocrates et les républicains ayant refusé de le promouvoir dans la foulée des élections. En outre, l'administration de Barack Obama a officiellement déclaré que pour le moment, il n'y avait aucune possibilité de faire avancer la ratification », écrit le WSJ.
 
Rappelons que la Commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, a indiqué vendredi s'attendre à une « pause » dans les négociations sur le TTIP, accord de libre-échange très contesté entre l'UE et les États-Unis, avec l'élection de Donald Trump à la Maison Blanche.

Pendant la campagne électorale américaine, le candidat républicain n'a eu de cesse de fustiger le libre-échange qui a tué, selon lui, l'industrie et les emplois américains.

Donald Trump a notamment promis de renégocier, voire d'abroger l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna, étendu au Mexique en 1994 à partir d'un précédent traité conclu par le Canada et les États-Unis en 1989). Entamées en 2013, les négociations sur le TTIP, accord commercial qui vise à supprimer les barrières douanières et règlementaires entre les États-Unis et l'UE, piétinent. Fin septembre, l'UE a renoncé à conclure ce dossier sous l'administration de Barack Obama.
 
 
 

Hillary Clinton exige que Trump retire cette vidéo. Les discours de Donald Trump sans filtre

Les vérités révélées par Trump qui ne concernent pas que l’Amérique.

Interrogeons-nous pour savoir pour qui travaillent les Hollande, Sarkozy, Juppé, Merkel, BHL, Attali, la Commission Européenne et tous les VRP des Banksters, des multinationales, du complexe industrialo/militaire, des lobbies de la propagande Illuminati, Grand Promoteurs du Nouvel Ordre Mondial ?

Travaillent-ils pour les intérêts des Peuples ?

Trump révèle Hillary comme jamais auparavant

On est loin des diatribes qu’on lui a attribuées tout au long de la campagne. Le mensonge par omission est encore plus grave que le mensonge grossier.

Écoutons plutôt. Byblos

Hillary Clinton exige que Trump retire cette vidéo

 

https://www.youtube.com/watch?v=6JMB9GKB8jw


 

Les discours de Donald Trump que vous ne verrez pas dans le petit journal.

https://www.youtube.com/watch?v=4bEFgINxi7k


ZOOM : Donald Trump sans filtre

https://www.youtube.com/watch?v=Tnu9QCv0oFI


 

31/10/2016

USA : Coup de tonnerre, le FBI lance la procédure RICO contre Hillary Clinton

Le FBI a activé la procédure RICO contre le crime organisé pour rouvrir l’enquête sur Hillary Clinton.

Ils vont encore nous inventer que c’est de la FAUTE DE POUTINE !

Les choses semblent avancer dans le bon sens pour faire le ménage. Mois de novembre et fin d’année 2016 difficiles à vivre en vue. Ce qui va bien dans le sens d’une année 2016 en 9 en numérologie sacrée, chiffre qui symbolise la fin d’un cycle et le renouveau !  

Nous devons remercier chaleureusement Julian Assange de WikiLeaks et tous ses soutiens pour toutes leurs révélations et il n’en est pas terminé de celles-ci, car au total sa structure devait révéler initialement la teneur de 50 000 mails avant les élections présidentiellesdu 8 novembre 2016.

En espérant que WikLleaks nous fasse aussi le ménage en France avant les prochaines élections présidentielles pour nous débarrasser de tous ces corrompus que nous avons au pouvoir à commencer par SARKOZY et toute sa clique de mafieux.

 

USA : Coup de tonnerre, le FBI lance la procédure RICO contre Hillary Clinton

31 Octobre 2016

 

USA : Coup de tonnerre, le FBI lance la procédure RICO contre Hillary Clinton

 

Énorme! Ce pourrait être le plus grand scandale politique depuis le Watergate, c'est vous dire l'ampleur des dégâts que pourraient occasionner les résultats de cette nouvelle enquête dans laquelle sont impliquées des personnes très proches de l'ancienne première dame américaine, Hillary Clinton, mais qui pourrait également ternir l'image du FBI.

La procédure RICO (pour Racketeer Influenced and Corrupt Organizations Act) est tout sauf anodine, puisqu'il s'agit d'une Loi sur les organisations mafieuses et la corruption. A seulement quelques jours des élections présidentielles américaines, ce pourrait être un coup fatal pour la candidate qui, contrairement à ce que nous raconte la presse atlantiste, est au coude à coude avec un Donald Trump qui ne va pas manquer de saisir l'occasion pour lui asséner le coup de grâce.

Comme le souligne un article de OuestFrance, l'ampleur du travail pour étudier des milliers de messages rend peu probable que le FBI parvienne à de nouvelles conclusions d'ici au 8 novembre, mais pour autant, quel que soit le résultat des élections, l'enquête en cours ne s'arrêtera pas pour autant, et ce pourrait être alors un mandat de courte durée pour Hillary.

Le businessmen Trump déclare sans surprise (et à juste titre) de son coté que « Hillary aurait dû être condamnée il y a bien longtemps », et de plus en plus d'éléments tendent à le prouver. Quand on voit chez nous en France se représenter aux élections un Nicolas Sarkozy, dont la responsabilité est mise en cause dans de nombreuses affaires malhonnêtes, peut-t-on espérer voir la justice faire enfin son travail correctement ?

J'aimerais pouvoir vous affirmer que oui, mais les grands mécènes qui tirent les ficelles de ces marionnettes ne sont certainement pas décidés à voir leurs plans échouer, et feront une fois encore tout ce qui est en leur pouvoir pour continuer en toute impunité. Que voulez-vous, on ne change pas le monde en signant des pétitions, et pour reprendre un autre passage de Ouestfrance citant une déclaration de Sean Spicer :

On les a vus faire pendant 30 ans. Le zèbre ne va pas changer ses rayures...

Le Veilleur

 

Le FBI a activé la procédure RICO contre le crime organisé, pour rouvrir l’enquête sur Hillary Clinton

1477854295_hillary-clinton-corruption-foundation-was-key.jpg

Coup de tonnerre, revirement spectaculaire, à 11 jours de l’élection présidentielle, le FBI rouvre son enquête sur le scandale des emails d’Hillary Clinton.

Selon les premières informations disponibles, des milliers d’emails assez préoccupants pour rouvrir l’enquête — alors que James Comey a décidé de ne pas faire inculper Hillary Clinton en juillet dernier malgré les charges accablantes — ont fait surface sur les ordinateurs et smartphone d’Anthony Weiner et de sa femme Huma Abedin.

Huma Abedin, la personne la plus proche d’Hillary Clinton, son bras droit, sa confidente, sa conseillère, sa collaboratrice politique, est sérieusement mise en cause. Lors de l’enquête du FBI sur les emails, Abedin a été entendue sous serment, et a été amenée à fournir aux enquêteurs l’ensemble des appareils sur lesquels elle avait pu échanger des mails avec Clinton.

Il semble maintenant confirmé qu’elle a menti aux enquêteurs, puisque des milliers d’emails ont été découverts, lors de l’enquête du FBI sur le second scandale sexuel qui implique son mari, Anthony Weiner.

Quatre appareils : un ordinateur partagé avec son mari pédophile visé par une enquête du FBI pour s’être engagé dans des activités sexuelles avec une mineure, deux smartphones de Weiner, et un smartphone appartenant à Huma Abedin contenant des milliers d’emails ont été découverts.

 

Tremblement de terre constitutionnel

L’enquête va se prolonger bien au-delà de l’élection, ce qui fait qu’en cas d’élection, une présidente élue sera sous les projecteurs d’une enquête du FBI, et pourra être mise en accusation à tout moment. Quid de la validité des décisions qu’elle prendra ? Quid de sa légitimité ? Quid de l’image de l’Amérique, un nouveau Vénézuéla ?

 

Hypocrisie et mensonge

1477854861_hillary-clinton-en-difficulte-apres-l-annonce-surprise-du-fbi_01.jpg

Après avoir appris que le FBI rouvre son enquête, Hillary Clinton a demandé que le policier fédéral rende publics les emails concernés.

Étrange demande de transparence venant d’une femme qui a détruit plus de 30 000 emails, a chargé une société informatique d’effacer le contenu des disques dur des serveurs de mail, a fait détruire à coups de marteau, certains de ses BlackBerry, et a refusé pendant des mois de rendre public le contenu de ses emails, au prétexte qu’il s’agissait de mails de yoga ou d’organisation du mariage de Chelsea.

Hypocrisie également de la gauche américaine en panique, qui maintenant accuse James Comey d’être vendu aux républicains, après avoir, en juillet dernier, déclaré qu’il est un grand homme, intègre, que l’Amérique doit être fière d’avoir à la tête du FBI.

Hillary Clinton, qui n’est pas à un mensonge près, a déclaré que toute l’affaire était suspecte, car seuls les députés républicains ont été informés par le courrier de James Comey de la réouverture de l’enquête. En réalité, démocrates et républicains ont reçu sa lettre.

 

Spéculations

Au point où nous en sommes, avec le peu d’informations disponibles, on ne peut que faire des spéculations sur ce qui a pu motiver Comey de reprendre l’enquête. En voici quelques-unes :

  • * Il est sous une formidable pression de la part des agents du FBI dégoûtés qu’à lui seul il ait pu détruire la réputation de l’agence.
  • * Anthony Weiner, l’ex-député démocrate et mari d’Huma Abedin qui fait l’objet d’une enquête du FBI, et risque 15 à 20 ans de prison pour cette nouvelle affaire de pédophilie, a peut-être passé un accord avec le FBI : sa liberté ou une réduction très substantielle de peine contre les ordinateurs et smartphone qu’Huma Abedin a dissimulées aux enquêteurs. Ce peut être aussi, en partie, une vengeance contre Abedin qui l’a quitté en plein scandale.
  • * D’un autre côté, les emails peuvent n’être que des doublons de ce que le FBI a déjà découvert. Comey ne lâcherait pas une telle bombe atomique à 11 jours de l’élection. Mais que peuvent-ils bien contenir d’éléments nouveaux, alors que des dizaines de milliers sont passés entre les mains des enquêteurs sans que Clinton ne soit mise en accusation.
  • * Wikileaks s’apprête peut-être à publier des emails qui accusent Hillary Clinton si lourdement, qu’ils mettent directement en cause la probité de James Comey, déjà extrêmement fortement entamée par la légèreté avec laquelle il a conduit l’enquête, bafouant tous les standards de rigueur de l’agence.
  • * Les agents qui enquêtent dans le dossier Weiner ont peut-être trouvé des emails si compromettants que James Comey a craint qu’en refusant de rouvrir l’enquête, les documents fuiteraient à la presse, et ruinerait non seulement sa carrière, mais son futur, voire pire si Trump est élu.
  • * Beaucoup ont suggéré que James Comey n’a pas voulu recommander l’inculpation d’Hillary Clinton, car il ne voulait pas être celui qui influence une élection présidentielle. Son annonce, à 11 jours de l’élection, rend caduque cette hypothèse.

 

Procédure de la loi RICO

La Loi sur les organisations mafieuses et la corruption (RICO), votée en 1970, offre aux différentes agences chargées d’enquêter, un outil pour lutter contre le crime organisé, et permet de poursuivre et faire condamner toute personne impliquée dans une affaire de corruption ou de racket à propos d’une enquête en cours.

Sont considérées comme activité de racket par la loi : la corruption, la contrefaçon, le blanchiment d’argent, le détournement de fonds, etc.

Le chercheur Frank Huguenard, un chroniqueur et supporter de Bernie Sanders, a publié un papier dans le Huffington Post expliquant que « Hillary Clinton va être mise en accusation selon la procédure RICO ». Son article a été supprimé du site et son compte a été fermé par le HuffPost sans explication.

Huguenard affirme que selon ses sources au sein du FBI, l’agence envisage de se servir de la procédure RICO contre Hillary Clinton.

Carl Bernstein, l’un des journalistes du Washington Post qui a fait éclater l’affaire du Watergate contre Nixon dans les années 70, pense que le FBI ne rouvrirait pas l’enquête à moins que les documents qu’il a découverts sur les smartphones et l’ordinateur d’Anthony Weiner ne fussent pas « nucléaires ».

Andrew C. McCarthy, l’ex procureur général en charge du dossier de l’attentat contre le World Trade Center en 1993 dans article publié dans la National Review, affirme que :

Mme Clinton semble avoir transformé le bureau du Secrétariat d’Etat en une entreprise de racket. Il s’agit d’une violation de la loi RICO — la Loi sur les organisations mafieuses et la corruption de 1971 — Code pénal sections 1961 et suivantes

McCarthy poursuit :

Sous la loi RICO, une «entreprise» peut être une association formelle ou informelle, légitime ou illégitime, entre plusieurs personnes —ce peut être une famille mafieuse, une fondation caritative, ou un département du gouvernement. Il y a racket [au sens de RICO] si ses affaires montrent une répétition d’activités de racket.

On entend par « répétition » le fait d’avoir violé deux lois fédérales ou plus, quand elles s’ajoutent à la liste des délits répertoriés dans l’enquête.

Dans le cas présent, la liste des délits comprend la corruption, la fraude et l’obstruction de la justice.


La fraude consiste par exemple à avoir levé des fonds sous de fausses raisons (la fondation Clinton par exemple, qui aurait camouflé des dons ayant des retombées politiques illégales) et des comportements destinés à priver les Américains de leur droit d’obtenir un service honnête de la part d’un employé de l’Etat (par exemple en offrant des avantages à des personnes en échange de sommes d’argent).



La fraude et l’obstruction envers la justice peuvent être démontrées par de faux témoignages —qui peuvent être des déclarations publiques (par exemple «j’ai remis l’ensemble de mes emails professionnels au Département d’Etat») ou des mensonges proférés à des employés du gouvernement (par exemple dissimuler des dons «humanitaires» reçus de pays étrangers après avoir promis de les divulguer, ou prétendre ne pas savoir que le symbole «» dans un document du gouvernement veut dire que le document est classé confidentiel).


Les révélations de WikiLeaks au travers des emails piratés sur le compte email de John Podesta, le président de la campagne électorale de Clinton, accumulent les preuves que la fondation Clinton était organisée dans le but d’enrichir personnellement les Clinton en utilisant les pouvoirs dont disposait alors la Secrétaire d’Etat Clinton. Hillary a systématiquement conduit ses affaires sur un serveur email extérieur au gouvernement. Elle a fait de faux témoignages devant le public, devant la Maison-Blanche, devant le Congrès, devant les tribunaux, et devant le FBI.


Elle a détruit des milliers d’emails —alors qu’ils faisaient l’objet d’une demande du Congrès, et d’une demande au nom de la loi sur la liberté de l’information — et ce dans le but de dissimuler (entre autres) les interactions choquantes entre le Département d’Etat et la fondation Clinton.


Selon la loi fédérale, ce sont les caractéristiques d’une entreprise de fraude, de corruption et d’obstruction prévues par la loi RICO.

En cas de confirmation, l’obligation d’appointer un juge indépendant qui mène une enquête criminelle crédible est criante.

Par Jean-Patrick Grumberg - Dreuz.info

Note

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Par Le-veilleur - Article libre de reproduction à condition de laisser le lien pointant vers cette page.


 

Sources :

À partir du mois de Novembre, va s'ouvrir la période la plus calamiteuse de l'Histoire - MOINS de BIENS PLUS de LIENS

À partir du mois de Novembre, va s'ouvrir la période la plus calamiteuse de l'Histoire - MOINS de BIENS PLUS de LIENS

Elections américaines, Crise financière, conflits, guerre civile, séismes : Comment une conjonction d'événements géopolitiques et cataclysmiques va bouleverser le monde tel que nous le connai...

 

La Démocratie Bananière des États-Unis ! Après les machines à voter qui refusent de voter pour Trump, voici des bulletins de vote sans Trump comme candidat pour les Présidentielles ! - MOINS de BIENS PLUS de LIENS

La Démocratie Bananière des États-Unis ! Après les machines à voter qui refusent de voter pour Trump, voici des bulletins de vote sans Trump comme candidat pour les Présidentielles ! - MOINS de BIENS PLUS de LIENS

Filibert : Les États-Unis, qui se targuaient d'être la plus grande Démocratie du monde, montrent aujourd'hui son vrai visage de République Bananière avec son lot de corruption et de compromissions...

 

 

 

 

30/10/2016

Vladimir Poutine à la 13ème rencontre du club Valdaï (Vidéo)

 

Vladimir Poutine à la 13ème rencontre du club Valdaï

Vladimir Poutine à la 13ème rencontre du club Valdaï

 

Le Club de Discussion Valdaï « est un forum international annuel qui vise à rassembler des experts pour débattre de la Russie et de son rôle dans le monde.

La mission du club est de créer une plateforme internationale pour permettre aux élites russes de débattre du développement du pays et de son rôle dans le monde, avec des experts étrangers issus du monde académique, de la politique et des médias.

Le club Valdaï défend la vision d’un monde multipolaire, par opposition à un monde unipolaire dominé par les États-Unis d’Amérique. »

La présence annuelle du Président Poutine à ces rencontres annuelles permet de mieux comprendre les enjeux qui se présentent au monde dans lequel nous vivons et de mieux saisir l’esprit de celui qui est à la tête, non seulement d’un grand pays, mais aussi promoteur d’un monde multipolaire susceptible d’apporter plus de paix, de prospérité et de sécurité dans le monde. Pour lui, les Nations Unies sont une référence incontournable pour avancer sur cette voie du fait qu’en elle se trouve consigné l’ensemble des droits des personnes et des peuples.

En cette période, plus que trouble, que nous traversons, je mets à votre disposition la version française de l’intervention de Vladimir Poutine. Ce documentaire en français ne reproduit pas les échanges, questions et réponses, qui ont suivi. Ils existent évidemment en russe et si vous mettez la main sur une version française, faites-le-nous savoir. La version anglaise de l’ensemble de cette intervention est ici.

Une intervention qui prend d’autant plus de sens que nos médias et nos politiciens le présentent comme un ennemi à abattre. Les sanctions contre la Russie se font toujours plus persistantes et la désinformation sur le personnage ne cesse de le noircir aux yeux des Occidentaux. À vous, maintenant d’apprécier.

Intervention intégrale de Vladimir Poutine au forum de discussions du Club Valdaï à Sotchi

https://www.youtube.com/watch?v=I1UFswNVq_E


 

 

 

Un discours cinglant de Bachar al-Jaafari à l’ONU : Assez d’hypocrisie, les puissances occidentales et l es monarchies arabes violent le droit international en Syrie

Quand la vérité dérange les criminels de guerre !

Un discours cinglant de Bachar al-Jaafari à l’ONU : Assez d’hypocrisie, les puissances occidentales et les monarchies arabes violent le droit international en Syrie

29 octobre 2016

sortie_delegation

Sortie des délégations occidentales de la réunion du Conseil de sécurité, le 26 octobre 2016, lorsque le représentant de la Syrie a pris la parole.

 

 Bachar Jaafari montrant les nouvelles armes livrées aux terroristes d’Alep ( 26 oct 2016)

 

Réponse du Délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies à ses homologues qui ont pris l’habitude tenace de s’esquiver, avec tous leurs diplomates émérites, dès qu’il prend la parole. Il s’agit de la dernière réunion du Conseil de sécurité sur la situation au Moyen-Orient en ce 26 octobre 2016. 

Merci de me donner la parole, Monsieur le Président,

Nous entendons parler d’Alep-Est et d’Alep-Ouest. Nous ne permettrons pas que se répète le triste et douloureux scénario de Beyrouth-Est et de Beyrouth-Ouest, car il n’y a qu’une seule Alep, comme il n’y a qu’une seule Syrie. Et quiconque complote contre n’importe quelle partie de notre territoire ne sera pas en paix avec nous.

Un blocus injuste est imposé à toute la Syrie, non seulement à Alep ou plus particulièrement à Alep-Est. Nous l’avons dit, puis redit des milliers de fois et nous continuerons à le répéter, comprendra qui voudra.

Certains représentants d’États qui, aujourd’hui encore, ont fait mine de pleurer sur Alep selon le même mode théâtral précédemment adopté pour Daraya, Al-Waer [quartier de Homs] et ailleurs, ignorent délibérément les vérités suivantes :

Premièrement : Ces représentants ignorent l’actuel paysage géopolitique de la région, lequel a été engendré par les violations des règles les plus élémentaires du droit international par les gouvernements qu’ils représentent.

Telle la Turquie qui rêve de ressusciter ses gloires ottomanes passées, lesquelles ne reviendront pas, par des agressions à répétition visant la souveraineté de la Syrie et de l’Irak.

Telle l’Arabie Saoudite qui œuvre pour soutenir le terrorisme dans la région et le monde entier, au nom d’une religion qui ne lui correspond en rien, en plus de prononcer ses fatwas wahhabites d’un prétendu jihad, lequel autoriserait l’effusion du sang des Syriens, des Irakiens, des Libyens, des Yéménites etc.

Tels les États-Unis, la Grande Bretagne et la France qui ont envahi et détruisent la Libye, alors que les deux premiers États cités avaient précédemment envahi et détruit l’Irak, tuant des millions d’Irakiens.

Tel le Qatar qui consacre l’argent du pétrole et du gaz pour offrir aux terroristes toutes sortes d’armes meurtrières.

Tel Israël qui fait alliance avec le Front al-Nosra dans le Golan syrien occupé.

Tout ceci n’a aucunement suscité l’ire de M. O’Brien, de M. Feltman, de M. Ladsous, ou du Secrétaire général. Tous ces faits outrepassant le droit international n’ont suscité la colère de personne. Jamais. C’est normal : business as usual !

Deuxièmement : Les représentants de ces États, qui viennent juste de quitter cette salle pour fuir leurs responsabilités, ont fait mine d’ignorer la principale raison de la douloureuse détérioration de la situation en Syrie en général et à Alep, en particulier. Ils font mine d’ignorer comment s’est opérée la transformation de cette capitale économique de la Syrie, où il faisait bon vivre et dont les habitants jouissaient d’un niveau de services élevé, en une ville qui souffre et dont la population endure le manque de sécurité, de soins médicaux, d’établissements scolaires et des nécessités du quotidien.

La responsabilité de ce qui est arrivé à cette ville martyre incombe aux agissements des groupes terroristes armés et des terroristes armés étrangers, recrutés dans le monde entier, de la Nouvelle Zélande au canada, pour venir en Syrie via le territoire turc ; le régime de Erdogan étant chargé de faciliter leur traversée, les régimes qatari et saoudien de les financer. Quant aux gouvernements des États-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne et d’autres pays, ils se sont chargés de leur fournir leurs armes meurtrières diverses et variées.

Voici des photos de quelques nouvelles armes envoyées à la soi-disant « opposition modérée » dans Alep-Est : des missiles de fabrication américaine pour bombarder Alep-Ouest ! En voici une autre photo montrant ces terroristes, génétiquement modifiés en opposition modérée, en train de mettre en place une batterie de missiles à lancer sur Alep-Ouest. Et en voici une autre où l’un de ces missiles est tombé dans une église d’Alep-Ouest. Des milliers de photos que nous gardons à la disposition de qui voudrait en savoir plus.


Troisièmement : Les représentants de ces États qui viennent de quitter cette salle, pour fuir leurs responsabilités envers la paix et la sécurité internationales, ont fait mine d’ignorer le fait que les terroristes demeurés à Alep-Est utilisent les civils comme boucliers humains, de la même manière que les terroristes de Daesh utilisent la population innocente de Mossoul en Irak.

Ceci, en sachant que les terroristes sévissant en Irak sont les mêmes que ceux qui sévissent à Alep-Est, d’où ils continuent à envoyer, quotidiennement, une pluie d’obus sur Alep-Ouest. Des obus qui ont fait des milliers de morts et de blessés dans le silence suspect de ladite communauté internationale, notamment les États dont les représentants sont sortis de cette salle. Il est donc déplorable qu’ils continuent à désigner ces terroristes par « opposition armée modérée », une arnaque flagrante contraire aux dispositions du droit international.

Quatrièmement : Les représentants de ces États qui viennent de quitter cette salle, pour fuir leurs responsabilités envers la paix et de la sécurité internationales, ont fait mine d’ignorer pourquoi l’accord russo-américain concernant l’arrêt des combats à Alep, conclu le 9 Septembre dernier et respecté par le gouvernement de la République arabe syrienne, n’a pas tenu.

Lequel accord a été exploité par les groupes armés terroristes pour se regrouper, importer encore plus de combattants armés, recevoir encore plus d’équipements militaires de la part de ces États versant des larmes généreuses sur les souffrances de notre peuple à Alep, pour affronter le gouvernement syrien.

Ces États ont fermé les yeux sur le fait que ce sont les groupes terroristes armés qui ont violé et sapé l’accord russo-américain ; 27 factions terroristes ayant déclaré, immédiatement après sa signature, qu’elles ne le respecteront pas. Vingt-sept factions ! Mais c’est quelque chose qui n’est pas arrivé jusqu’aux oreilles de M. Obrien ; comme pour le convoi d’aides humanitaires dans le quartier d’Orem al-Kubra.

Ces États ont fait mine d’ignorer que la raison principale de l’effondrement de cet accord est dû au fait que la partie américaine n’a pas respecté son engagement concernant la séparation de la prétendue « opposition armée modérée » des organisations terroristes, alors que le 17 septembre elle frappait les positions de l’Armée arabe syrienne à Deir ez-Zor ; ce qui a permis aux terroristes de Daech de renforcer leur mainmise sur plus de 300 000 civils habitant cette ville.

Cinquièmement : Les représentants de ces États qui viennent de quitter cette salle, pour fuir leurs responsabilités envers la paix et de la sécurité internationales, ont fait mine d’ignorer la décision unilatérale d’arrêt des combats à Alep-Est, prise dans le cadre de la coordination russo-syrienne à des fins humanitaires, dont l’évacuation des blessés, des malades et des infirmes, avec mise en place de couloirs de sortie, destinés à faciliter l’arrivée de l’équipe formée par des organisations de l’ONU œuvrant à Damas sous la direction d’un coordinateur onusien, par le Comité international de la Croix-Rouge et par le Croissant-Rouge syrien, afin d’accompagner le processus d’évacuation des civils et des individus armés ; ces derniers étant sommés de déposer leurs armes et de régulariser leur situation pour bénéficier de l’amnistie et, sinon, de quitter la ville.

Ces États ont fait mine d’ignorer que les groupes terroristes, usant de la population d’Alep-Est comme boucliers humains, ont sapé ce processus, puisque huit couloirs d’évacuation ont été aménagés, six pour les civils et deux pour les individus armés, contrairement à ce qu’ont prétendu les délégués américain et britannique.

Sixièmement : Les représentants de ces États qui viennent de quitter cette salle, pour fuir leurs responsabilités envers la paix et de la sécurité internationales, ont fait mine d’ignorer les véritables responsables des souffrances de tous les habitants d’Alep du fait des pénuries d’eau, de nourriture, de médicaments, et notamment d’électricité coupée par les terroristes, la station de pompage étant sous leur contrôle.

C’est là une autre vérité sur laquelle j’attire votre attention à tous : à Alep, la station de pompage de l’eau est sous le contrôle des terroristes. Ce sont eux qui ont assoiffé les civils de cette ville en plus d’avoir volé l’aide alimentaire et les médicaments qui leur étaient destinés ; ceci, sans oublier la responsabilité partagée par les terroristes et ladite Coalition internationale dans la destruction de la centrale hydraulique de Souleiman al-Halabi ainsi que d’autres centrales et usines de traitement des eaux.

Par conséquent, ce sont les terroristes et ladite Coalition internationale qui privent les habitants d’Alep d’eau et d’électricité !

Monsieur le Président,

Le gouvernement de mon pays refuse l’approche biaisée de la situation à Alep-Est ou d’autres régions de son territoire, car toute la Syrie, du nord au sud et de l’est à l’ouest, souffre du terrorisme wahhabite soutenu par des régimes connus de tous avec, en premier lieu, l’Arabie Saoudite, la Turquie le Qatar, Israël, eux-mêmes soutenus par les frappes aériennes de ladite Coalition internationale et par les mesures économiques coercitives décrétées par les Américains et les Européens.

Le gouvernement syrien réaffirme sa ferme détermination à ce que la résolution de la crise passe par une solution politique fondée sur le dialogue entre Syriens, mené par les Syriens, sans ingérence ni conditions préalables américaine, britannique, française, etc, et que le processus politique doit avancer parallèlement à la lutte contre le terrorisme ; une lutte qui ne saurait s’arrêter tant que tous les groupes terroristes armés actifs, sévissant et se déployant en Syrie, n’auront pas été éliminés. Et c’est dans ce contexte qu’il réaffirme l’importance des missions confiées à l’Envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU.

Monsieur le Président,

Comment se fait-il que certains représentants d’États soutenant le terrorisme puissent, dans cette enceinte, prétendre le combattre et répandre, comme des perroquets, des informations erronées et trompeuses sur les opérations militaires actuellement menées par l’Armée arabe syrienne et l’allié russe ? Comment lutter contre le terrorisme en comptant sur les terroristes comme seules sources d’informations ?

Par conséquent, un certain lien existe entre ces gouvernements et le terrorisme !

Pour conclure, Monsieur le Président,

La bataille pour la libération de Mossoul et de tout l’Irak de la souillure terroriste est la bataille du gouvernement syrien et de son armée. Le gouvernement de ce pays frère a le droit absolu de libérer Mossoul de cette souillure, comme le gouvernement syrien a le droit absolu d’en libérer Alep, car la Syrie et l’Irak combattent le même terrorisme.

Nombre de similitudes existent entre les opérations militaires en cours à Mossoul et à Alep. Pourquoi soutenir l’opération de Mossoul et faire obstacle à l’opération d’Alep ? Pourquoi ouvrir des couloirs humanitaires aux terroristes de Daech fuyant de Mossoul en direction de Raqqa, en Syrie ? Pourquoi ne pas frapper leurs convois sur le trajet Mossoul-Raqqa ? Pourquoi sont-ils dispensés des frappes aériennes de ladite Coalition internationale ? Pourquoi refuse-telle la proposition russo-syrienne d’ouverture de couloirs pour évacuer les mêmes terroristes sévissant à Alep-Est ?

À croire que les pays soutenant le terrorisme nous disent que les terroristes en Irak sont du sexe des démons, tandis que les terroristes en Syrie sont du sexe des anges!

J’aurais bien aimé demander à la représentante des États-Unis pourquoi son gouvernement n’a pas ouvert un couloir humanitaire au terroriste qui s’en est pris à une boîte de nuit en Floride ? Pourquoi ce terroriste n’a-t-il pas reçu nourriture et médicaments afin de continuer à terroriser pour des raisons humanitaires que M. O’Brien doit connaître ? Et pourquoi le gouvernement français n’a-t-il pas fourni aux terroristes qui ont attaqué le Bataclan aide alimentaire et couloir de sortie de Paris, pour des raisons humanitaires que, là aussi, M. Obrien doit connaître ? De même, pour d’autres questions concernant la Grande-Bretagne et d’autres lieux.

Assez de cette hypocrisie ! Le peuple syrien en paye le prix. Cette mise en scène doit s’arrêter et tous les membres de ce conseil doivent s’élever au niveau des responsabilités qui sont les leurs et non régler leurs comptes, entre eux, aux dépens de notre peuple ! 

Par Dr Bachar al-Jaafari : délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies.

Transcription et traduction de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal

Source : Al-Fadaiya TV syrienne