Banniere publicitaire 550x120

Médecine : Le Pouvoir Mondial

26/01/2012

Un nouveau virus frappe les ruminants en Europe

Les élites seraient-elles en train de tester de nouveaux vaccins, des médicaments et de la nourriture frelatée sur les bovidés pour provoquer des avortements et des malformation en série sur les nouveaux-nés ?

Un test qui pourrait être reproduit grandeur nature sur l'homme dans l'objectif d'atteindre les 2/3 de la dépopulation de la planète avant le 21 décembre 2012 ?

Un moucheron capable de provoquer des avortements et des malformations sur les nouveaux-nés des bovidés, aurait bon dos, dans la mesure où les "scientifiques du diable" tirent des conclusions trop hâtives qui semblent avoir été préparées par avance.
 
Combien de pourcentage de chances avaient-ils pour trouver la source de ce soi-disant virus ?

Ils sont trop rapides pour tirer leurs conclusions pour une fois.
Cherchons à qui profiterait le crime ?

Une raison de plus pour ne plus manger de  viande et  faire attention aux aliments préparés et aux croquettes pour chats et chiens et autres animaux domestiques.


Un nouveau virus frappe les ruminants en Europe

Par Yves Miserey Publié le 25/01/2012 à 20:02

Les bovidés sont une des espèces les plus touchées par le virus «Schmallenberg».
Les bovidés sont une des espèces les plus touchées par le virus «Schmallenberg». Crédits photo : ODD ANDERSEN/AFP

 

Souvent mortelle pour les jeunes animaux, l'épidémie sévit aux Pays-Bas et en Allemagne.

Un nouveau virus touchant les moutons, les chèvres et les bovins est apparu depuis l'automne dernier en Europe du Nord. Près de 300 élevages ont été frappés à ce jour en Allemagne et aux Pays-Bas. Appelé «virus Schmallenberg», du nom de la ville allemande, située près de Cologne, où il a été détecté pour la première fois, il a été identifié sur plusieurs animaux malades. Ce nouvel agent pathogène provoque des avortements ou des malformations ainsi que de graves atteintes au système nerveux central chez les jeunes animaux infectés au cours de la gestation, des fièvres et diarrhées chez les adultes, ainsi qu'une forte diminution de la production de lait.

«Beaucoup d'agneaux sont mort-nés et ont de graves malformations. C'est une sérieuse menace pour la santé animale en Europe», affirme, à la revue Science,Wim Van der Poel, du Centre vétérinaire hollandais. «Dans certains élevages, entre 20% et 50% des agneaux sont mal formés, et la plupart d'entre eux sont morts», déclare de son côté Thomas Mettenleiter, de l'Institut Friedrich-Loeffler, en Allemagne. Les conséquences commerciales n'ont pas tardé: la Russie a déjà interdit l'importation de viande des Pays-Bas, d'Allemagne et de Belgique, et la Chine étudierait elle aussi cette éventualité.

L'épidémie gagne du terrain: pas loin d'une centaine d'élevages de moutons ont été touchés en Belgique depuis le début du mois, et le microbe est déjà présent outre-Manche dans trois élevages. En France, où aucune contamination n'a encore été rapportée, un plan de surveillance a été mis en place par la Direction générale de l'alimentation (DGAL). La trentaine d'échantillons prélevés sur des cas suspects et analysés par le laboratoire lyonnais de l'Agence de sécurité sanitaire (Anses) se sont révélés négatifs. «Il est vraisemblable que le virus va s'étendre sur toute l'Europe», confie Wim Van der Poel. «Il y a peu de chance qu'il s'arrête à la frontière belge», admet Didier Calavas, de l'Anses.

Diffusé par un moucheron

Jamais encore décrit, le virus Schmallenberg est apparenté aux orthobunyavirus, un groupe jusque-là encore très peu étudié. Selon le Centre européen de contrôle et de prévention des maladies, il ne devrait pas présenter de risques pour la santé humaine. Si à ce jour aucun problème n'a été signalé, la prudence reste quand même de mise, car une trentaine de virus de ce groupe, présents en Amérique latine, peuvent provoquer des maladies chez l'homme avec des symptômes proches de ceux de la grippe. C'est pour cette raison que le centre européen recommande un suivi épidémiologique des éleveurs et des vétérinaires en contact avec des animaux malades.

Il n'existe actuellement aucun traitement vétérinaire ni vaccin pour lutter contre ce nouvel agent pathogène. Théoriquement, les ruminants ne devraient pas pouvoir se contaminer entre eux. En revanche, le virus peut traverser le placenta comme le montrent les nombreux cas de jeunes veaux ou d'agneaux contaminés par leur mère au cours de la gestation. «La diffusion se fait par les insectes, mais on est loin d'avoir identifié le vecteur avec précision. On pense à un moucheron de la famille des Culicoides, mais c'est seulement par analogie avec les virus du même groupe», souligne Didier Calavas.

Dès le mois dernier, les chercheurs de l'Institut Friedrich-Loeffler ont identifié des séquences génétiques du virus, ce qui permet maintenant de faire des tests de dépistage. Ils sont parvenus aussi à isoler le virus et à le cultiver en laboratoire. Ils ont pu contaminer expérimentalement trois bovins et ont observé les mêmes symptômes caractéristiques: fièvre et diarrhées.

Avec l'hiver, l'épidémie est en phase de dormance. Les jeunes animaux malades qui naissent actuellement sont le fruit des contaminations de leurs mères, survenues au cours de l'automne précédent. L'arrivée du printemps, avec le retour des insectes, est attendue avec perplexité.

http://www.lefigaro.fr/sciences/2012/01/25/01008-20120125ARTFIG00674-un-nouveau-virus-frappe-les-ruminants-en-europe.php