Banniere publicitaire 550x120

Les Maîtres du Monde : Le Pouvoir Mondial

29/07/2014

Face aux faiseurs de guerre, nous, l’armée des ombres, nous vaincrons !

Contre les faiseurs de guerres Illuminati/sionistes/reptiliens/satanistes, grands promoteurs du Nouvel Ordre Mondial et de l'Unique Gouvernement Mondial de dictature, NOUS L'ARMEE DES OMBRES en révélant au grand public leurs projets criminels et cyniques,  NOUS VAINCRONS en éveillant les consciences en mettant TOUT EN LUMIERE !


Si vous lisez ceci, c'est que vous êtes la résistance !

VOUS ETES L'ARMEE DES OMBRES ! AGISSEZ AVEC NOUS ! 

28 Juillet 2014

Face aux faiseurs de guerre, nous, l’armée des ombres, nous vaincrons

 

Face aux faiseurs de guerre, nous, l’armée des ombres, nous vaincrons

 

Ce titre fait  bien évidemment référence à ce merveilleux film de Melville, d’après un roman de Kessel, décrivant ces « soldats inconnus » de la résistance, qui ont donné leur vie, pour  la liberté et qui ont combattu l’occupation.

Aujourd’hui, la France et l’Europe ne sont pas officiellement en guerre.  La Guerre au sens conventionnel du terme se trouve ailleurs: guerres civiles en Irak, en Lybie, en Syrie,en Ukraine, guerre d’Israël contre les Palestiniens.

Mais il y a d’autres formes de guerre: monétaires, économiques, énergétiques et bien souvent les motifs des secondes se transforment en guerres conventionnelles par ceux qui veulent conquérir, coloniser, contrôler, garder le pouvoir: ceux que l’on peut appeler « les faiseurs de guerre ».

Pour pouvoir passer d’une guerre non conventionnelle à une guerre conventionnelle, il  faut un prétexte et il faut que ce prétexte soit crédible dans les opinions publiques; et là, nous entrons dans la Guerre de l’information. Il faut un mensonge, et plus le mensonge est gros, plus l’exploitation de ce mensonge est rapide, plus il a de chances d’être crû. Nos démocraties essayant encore de passer  pour des démocraties, tiennent compte de leur opinion publique. Il est donc essentiel que ces opinions publiques soient convaincues de la nécessité de la guerre, et c’est  le prétexte, bien souvent mensonger qui doit servir de déclencheur.

C’est ce qui s’est passé avec l’Irak en particulier, ou l’invasion de l’Irak s’est faite  sur un mensonge, avoué par la suite,  mensonge dont on attend toujours la sanction, car question de violation du droit international, celui-là était quand même énorme (armes de destruction massives qui n’existaient pas) avec le film malheureusement réel  et devenu célèbre d’une fiole agitée à l’ONU Pour prouver la nécessité absolue d’envahir l’Irak de toute urgence, ce qui fut fait)(1) .

Depuis il y a eu des  prétextes, comme celui du massacre de Ghouta (Syrie), sur lesquels curieusement, les médias occidentaux se sont tus soudainement, lorsqu’il est apparu que les soi-disant preuves de culpabilité n’étaient pas aussi évidentes que le prétendaient les « faiseurs de guerre ». 

1°) Un retour sur l’Ukraine

Quand le Gouvernement actuel de l’Ukraine a pris le pouvoir à la suite d’un putsch organisé avec le soutien des Européens et des Américains, en faisant en sorte qu’un Président élu soit destitué avec un début de guerre civile (Maidan),  les médias occidentaux se sont félicités du résultat de cette révolution  contre des oligarques corrompus en essayant de dissimuler le fait que le nouveau gouvernement n’avait vraiment rien de très modéré et encore moins de démocratique vu les partis qui avaient accédé au pouvoir.

Lorsque l’or de la Banque Centrale Ukrainienne a pris un avion pour les US, les médias se sont tus ( 2)

Lorsque le Russe a été interdit comme langue officielle en Ukraine, les médias se sont tus.

Lorsque de nombreux Ukrainiens ont réclamé une consultation démocratique, permettant aux régions de conserver une certaine autonomie, et se sont vus refuser cette consultation électorale sur la fédéralisation, les médias se sont tus.

Lorsqu’une centaine de personne se sont fait brûler dans des conditions inimaginables dans la ville d’Odessa, les médias se sont encore tus. Bien que cet épisode puisse être tout à fait comparé à un autre massacre, en France, du nom d’Oradour Sur Glane.

Lorsque les Populations Ukrainiennes ont voté pour leur sécession et leur indépendance, et en particulier le rattachement de la Crimée à  la Russie , les médias se sont indignés de cette  outrecuidance du peuple Ukrainien, dont certaines régions refusaient d’être rattachées au  Gouvernement de Kiev et à ses nouvelles manières de gouverner, imposant des mesures D’austérité décidées par le FMI,  et mettant les populations à la merci de groupuscules sanguinaires et incontrôlables.

Les médias ont juste oublié  qu’un peuple pouvait et devait se révolter contre la dictature, même si cette dictature prenait le masque d’une fausse démocratie. 

Tous les médias ? Non, justement, pas tous…  Les blogs de réinformation ont commencé à surgir, ce qu’on appelle les médias alternatifs, qui s’étaient déjà montré très actifs lors de l’épisode Syrien sur le massacre de  Ghouta, évoqué  précédemment. Ils ont réagi, apporté des informations, diffusé, relayé une multiplicité de déclarations, meurtres, exactions en tous genres,  en provenance de toute l’Europe, de tous les pays  et bien sûr de l’Ukraine elle-même, montrant que les séparatistes  aujourd’hui dénommé Terroristes étaient des gens comme vous, comme moi, civils pour la plupart,   et qu’ils n’avaient aucune confiance dans le nouveau gouvernement pour leur assurer le développement, la prospérité et la paix civile indispensable à un pays.

2°) Le plan Bzrezinski

Ce qu’il y a d’encore plus extraordinaire dans cette guerre de l’information, c’est que les plans des faiseurs de guerre étaient déjà connus et écrits. Ecrits non pas par des « conspirationnistes »  mais par ceux-là même qui les avaient conçus. Et là, il faut arriver au livre de Bzrezinski Le  Grand Echiquier  écrit en 1997 (3)(4).

Dans son livre, Bzrezsinki, fasciné par le concept d’empire, explique la stratégie de la nouvelle Rome impériale américaine, les moyens qu’elle s’est donnée pour  parvenir au contrôle,  et ceux qu’elle a l’intention de déployer pour conserver son hégémonie  sur toute la planète.

Et en particulier la conquête et le contrôle de l’Eurasie. Mais pour cela, il faut  absolument neutraliser le développement de la Russie  et de la Chine.

« Le but de ce livre est donc de formuler une politique géostratégique cohérente pour l’Amérique sur le Continent Eurasien . (page 25) »

Pour l’auteur, L’Amérique est le seul pays capable d’assumer le rôle de super puissance Globale  pour le bien de l’humanité  et son modèle  de culture et de développement économique doit se déverser  partout. Il n’y a point d’autre vérité que le libre-échange et la concurrence sans limites et sans entraves.

Ce qu’il y a d’ailleurs d’assez intéressant dans cet écrit, c’est également son obsession pour la notion d’élite supérieure: « L’empire britannique puise une bonne part de sa stabilité dans l’acceptation de la supériorité culturelle britannique »  (page 45)

Les outils de domination  de l’Empire Américain sont économiques,  monétaires,  militaires,  énergétiques,  et idéologiques. Et c’est là où nous en arrivons à quelque chose de fascinant: La notion de supériorité culturelle, raciale ou religieuse, qui est assez mal vue en Europe pour des raisons historiques qui tiennent autant aux guerres de religion ou à l’impérialisme religieux qu’à l’idéologie politique qui peut produire les pires des totalitarismes. Les Européens sont assez réfractaires aux dogmatismes d’empire, qu’ils soient religieux ou politiques. Et quelque part, ils sont encore plus réfractaires aux totalitarismes car ils en ont vécu un certain nombre. Les Etats Unis n’ont pas cette histoire.

Il est donc indispensable  pour la doctrine Bzrezinski ou ceux qui l’appliquent de trouver des arguments ailleurs que dans cette supériorité  « révélée ». 

L’inféodation de l’Ukraine est un passage incontournable pour contrer le développement de la  Russie ainsi que pour le contrôle de l’Eurasie. Et la guerre de la communication est l’OUTIL  par lequel cette prise de contrôle doit se faire, puisqu’il est hors de question compte tenu de l’histoire des Européens de faire référence aux vraies motivations  écrites par Bzrezinski: la supériorité culturelle et politique du modèle américain !

J’ai parlé au début de l’article de contrôle énergétique. L’Ukraine est également un endroit stratégique par sa situation géographique et son statut de distributeur de gaz en provenance de Russie. Nous en arrivons à une situation bien plus  vaste  également évoquée  par Bzrezinski dans sa volonté de nouvel ordre mondial et planétaire sous l’égide de l’empire…  Il s’agit bien sûr des pays du Proche Orient.

Si l’hégémonie américaine peut  se conserver par les armes ou par la monnaie, l’un de ses plus fidèles alliés au Proche Orient doit bénéficier d’une autre moyen de contrôle: les politiques et les ressources énergétiques. Les choses deviennent claires, les pays du Proche Orient   et cette partie du bassin Méditerranéen sont d’une richesse  extraordinaire  en gisements de gaz et de pétrole.

Le JSS NEWS nous dit (5): Grâce aux gisements gaziers Tamar et Léviathan, la real politique conduira les Etats vers une voie encore trop peu explorée, l’israélisme.

Quel regard portera le monde sur le minuscule état israélien, lorsque celui-ci fera son entrée dans « la cour des grands », en tant qu’état producteur/exportateur de gaz et de pétrole ?

En effet, au-delà de cette indépendance non négligeable, tant espérée de surcroit, se trouve un autre filon à exploiter, et non des moindres, un filon politique et stratégique, véritable levier contre l’anti-israélisme.

On peut rajouter depuis l’écriture de cet article du Jss news, un autre gisement d’une extrême importance, exploitée par une société Palestinienne du  nom de Gaza Marine. L’état palestinien, Gaza Marine devaient signer un contrat avec Gazprom  en Juin 2014. (6)

 

3°)  Les Mensonges et les Manipulations de L’opinion publique

La violence trouve son seul refuge dans le mensonge et le mensonge, son seul soutien dans la violence. Tout homme qui a choisi la violence comme moyen doit inexorablement choisir le mensonge comme règle 

Alexandre Soljenytzine 

Le Cri. Le discours du prix Nobel - L'Express, septembre 1972.

Ces stratégies de domination  et de contrôle absolu ne peuvent être efficaces dans des pays  ayant l’histoire des pays Européens dans lesquels un Torqueimada, pas plus qu’un Hitler ou Pol Pot, n’auraient à nouveau beaucoup de  chances de  faire recette. Il faut  donc impérativement fabriquer des prétextes et des motifs, et passer par un manichéisme binaire dont les américains sont très friands : la désignation d’un bouc émissaire.

Ce bouc émissaire ne peut être aujourd’hui personne d’autre que Vladimir Poutine.

Le modèle américain  qui doit être imposé à l’Ukraine, comporte trois aspects particulièrement importants:

A)La possibilité de masser des troupes dans le Pays alors qu’il ne fait pas partie de l’Otan (possibilité prévue par une surprenante autorisation en cours devant le Congrès des USA. Cette loi allant même jusqu’à  s’ingérer dans les politiques d’autres pays limitrophes de la Russie comme la Georgie et la Moldavie, même si ces derniers n’appartiennent pas à l’Otan 

 Possibilité confirmée par une invraisemblable résolution du Parlement Européen déclarant que  l’annexion de la Crimée  est une  violation du droit international, résolution sans doute destinée à éviter tout procès démocratique pour s’engager dans une guerre contre la Russie  à la demande des Américains, sous prétexte bien sûr de protéger l’Ukraine, ou la Pologne par exemple. On peut d’ailleurs se demander au nom de quelle inégalité une telle résolution n’a pas été votée pour Israël.

B)La privatisation de ses secteurs stratégiques  et leur braderie totale dans la pire des situations qui soient (7), le plan  venant d’être enclenché et le fils du Vice-Président Américain Joe Biden, semble en être un des heureux bénéficiaires (8)

 

C)La mise sous coupe par le FMI dont le prêt ne sera accordé que si l’Ukraine récupère les territoires de l’Est dont les Séparatistes ont voté l’indépendance.

 

Nous sommes totalement dans le concept de guerre préventive, inaugurée par les USA, mais qui n’est destinée qu’à  s’assurer du contrôle sur des ressources énergétiques et des territoires, ainsi que le maintien de l’hégémonie américaine mise en péril par des décisions très récentes des Brics, sur la création d’une nouvelle architecture financière indépendante du système financier occidental,  et ce fameux réseau de maillage décrit par Bzrezinski destiné à contrôler le bon comportement des vassaux, le FMI étant l’un des fer de lance  de ces organisations.

 

4°) L’armée des Ombres

Et c’est là où j’en viens  à la quatrième partie  de cet article: l’armée des ombres.

Le prétexte  du Crash de l’avion Malaysien  n’a visiblement pas fonctionné comme il aurait dû.  La culpabilité de la Russie, ni même celle des séparatistes Ukrainiens étant impossible à établir,  il devient essentiel dans le discours médiatique Européen de désigner le mal absolu,  lui donner forme  et visage, et nous sommes en train d’assister à une diabolisation médiatique de Vladimir Poutine comme rarement vue, sans doute également destinée à  influencer l’opinion publique Russe pour chercher une déstabilisation de l’intérieur.

Sur le crash en lui-même, comme sur Ghouta, nous n’aurons sans doute jamais de vérité officielle.

Il s’est produit  là aussi quelque chose de très important.

Une armée de fourmis internautes, dans tous les pays,  Ukraine incluse, se sont mises à se poser des questions, ont cherché ensemble, échangé sur les blogs participatifs, se sont envoyées des informations,  les ont fait traduire. Cette gigantesque intelligence collective qui n’a que faire d’une quelconque supériorité culturelle, raciale ou religieuse, d’un clivage politique ou confessionnel, s’est mise à  essayer par tous les moyens d’apporter sa brindille à la recherche de la vérité.  Et elle a tellement bien réussi ce formidable enjeu médiatique, que malgré  la paresse (pour ne pas parler de veulerie des médias mainstream habituels),  elle a  réussi à mobiliser l’opinion publique et à attirer son attention sur le fait que la vérité était peut être très éloignée de la version officielle.

En France, le site qu’il faut absolument signaler pour sa couverture des évènements Ukrainiens depuis la destitution de Ianoukovitch jusqu’au crash du Boeing MH17, est celui d’Olivier Berruyer qui a fourni  un travail de titan sur ces sujets.

http://www.les-crises.fr/

Ces relais multiples ont permis à quelques personnalités médiatiques en vue, de chercher une autre vérité et de le clamer haut et fort.  Je pense notamment à Oliver Stone ou aux articles de Robert Parry, journaliste d’investigation très renommé aux USA, ou encore Paul Craig Roberts, ancien sous-secrétaire d’état au Trésor américain.

Ces fourmis permettent d’établir des liens, de s’étonner de la synchronicité d’un bon nombre d’évènements, d’apporter de nouvelles informations, de les relier entre elles, de faire ressortir celles qui devraient rester cachées.

Les réseaux sociaux  et les médias alternatifs  deviennent des acteurs majeurs de cette guerre de l’information, par leur recherche de la vérité, de la compréhension du pourquoi, devant ces avalanches de mensonges et de désinformations.

Ils sont cette armée des ombres, armée de fourmis résistantes, qui en permettant  de démasquer les mensonges feront peut-être en sorte que cette nouvelle guerre voulue par les USA  n’ait pas lieu.

Et leur (notre) action est d’autant plus importante et d’autant plus urgente que les récentes déclarations du Président Obama (10), comme celle de son chef d’état-major (9) , le Général Dempsey, montrent que ces faiseurs de guerre sont plus que pressés (11 et 12).

« “Les attaques russes transforment le paysage politique de la sécurité en Europe”

Nous sommes l’armée des ombres et je pense que pour beaucoup d’entre nous, nous ne voulons pas de cette guerre, alors sachons faire en sorte qu’elle n’ait pas lieu par la réinformation que nous pouvons apporter.

Sachons à nouveau susciter cette prise de conscience des masses Européennes que déplorait Bzrezinski à la conférence de l'EFNI en 2012, car elle les avait empêché d'atteindre les objectifs qui étaient les leurs! (13) 

Une fourmi anonyme 

 

---------------------

NOTES:

(1)http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/20130308.OBS1260/l-incroyable-histoire-du-mensonge-qui-a-permis-la-guerre-en-irak.html

(2)http://egotusum.wordpress.com/2014/03/10/alerte-les-usa-font-main-basse-sur-lor-ukrainien-355-tonnes/

(3) Le Grand échiquier version PDF https://docs.google.com/file/d/0B2_kPhcc1PYdTVJ5dURnenk0MFU/edit?pli=1

(4) http://ae-editions.eklablog.com/brzezinski-le-grand-echiquier-a58273885

(5)http://jssnews.com/2012/05/25/les-hydrocarbures-israeliens-seront-le-plus-puissant-des-leviers-diplomatiques/

(6)http://blogs.mediapart.fr/blog/ivan-villa/240714/gaza-le-gaz-dans-le-viseur

(7)Ukraine à vendre : http://french.ruvr.ru/2014_07_21/LUkraine-a-vendre-5150/

(8)http://www.zerohedge.com/news/2014-07-25/company-which-joe-bidens-son-director-prepares-drill-shale-gas-east-ukraine

(9)http://defence.pk/threads/stepping-on-the-path-of-open-hostility-%E2%80%93-us-to-create-new-military-alliance-against-russia.325330/

http://www.lalibre.be/actu/international/washington-publie-des-images-prouvant-que-la-russie-tire-sur-l-ukraine-53d5206d3570667a638e61d0

(10)http://www.defense.gov/news/newsarticle.aspx?id=122751

déclaration du chef d’état major américain  sur le nouvel environnement sécuritaire européen , traduite par Olivier Berruyer dans cet article :

(11)http://www.les-crises.fr/le-chef-detat-major-des-armees-us-les-attaques-russes-transforment-le-paysage-politique-de-la-securite-en-europe/#comment-155761

(12)Déclaration du Président Obama sur  les tirs Russes sur l’Ukraine .

http://www.lalibre.be/actu/international/washington-publie-des-images-prouvant-que-la-russie-tire-sur-l-ukraine-53d5206d3570667a638e61d0

       (13)  http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=bHknL5z8f6k

Source : http://www.wikistrike.com/2014/07/face-aux-faiseurs-de-guerre-nous-l-armee-des-ombres-nous-vaincrons.html

28/07/2014

LISTE des 110 parlementaire français opposés à la reconnaissance d’un Etat Palestinien !

Avec Hollande et ses sbires sionistes, francs-maçons, du CRIF et autres malfaisants du genre, voici la liste des parle-menteurs qui créent le racisme en France et transportent les intérêts capitaux de l'état sioniste, criminel, terroriste en France, en Europe et de partout dans le monde, là,  où les Francs-maçons sionistes  passent !

Là où le sionisme passe, la paix trépasse !

Il serait temps de préparer un charter et de les envoyer au chaud à Cayenne !

Nous osons rappeler à ces ignorants qu'il ne peut pas s'agir de la reconnaissance d'un état Palestinien puisque cet état existe depuis des millénaires, mais que la question qui se pose ici, elle celle de savoir, ce qu'il faut faire pour virer les sionistes de l'état de Palestine qu'ils ont colonisé depuis 66 ans !

Ce qui au demeurant n'est pas la même chose !

LISTE des 110 parlementaire français opposés à la reconnaissance d’un Etat Palestinien !

32783-palestine.jpg

[Les clubs « Penser la France » sont profondément choqués par l’attitude de ces parlementaires, dignes des membres de l’AIPAC qui menacent le Président Obama. Qui sont ces gens ? Une honte pour la France.]

 ***

110 parlementaires français : “nous nous opposons à la reconnaissance unilatérale palestinienne”

Initié par les présidents des groupes d’amitié France-Israël à l’Assemblée nationale et au Sénat, Claude Goasguen (UMP) et Jean-Pierre Plancade (RDSE), le texte réunit des élus de droite, du centre et de gauche.

Monsieur le Président de la République,

Nous, parlementaires français issus de la majorité présidentielle et des rangs de l’opposition, réaffirmons notre engagement en faveur d’une résolution pacifique et négociée du conflit israélo-palestinien reposant sur le principe de deux Etats pour deux peuples.

Nous sommes convaincus que seule la voie du dialogue peut garantir l’établissement d’une paix juste et durable. Aussi, nous appelons Israéliens et Palestiniens à reprendre sans plus tarder le chemin des pourparlers et les exhortons à s’abstenir de toute démarche unilatérale. C’est la raison pour laquelle, nous nous opposons à la stratégie de contournement des négociations visant à imposer la reconnaissance unilatérale d’un Etat palestinien lors de la session de septembre de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Certes, le chemin qui mène à la paix est parsemé d’obstacles et le blocage actuel des pourparlers pourrait conduire un certain nombre d’entre nous à estimer qu’une telle démarche est frappée au coin du bon sens.

Elle est en réalité dangereuse, contreproductive et illusoire. Dangereuse, car loin de résoudre le conflit, elle ne fera que le perpétuer et l’exacerber en suscitant des attentes au sein de la population palestinienne que la réalité du terrain ne saurait combler. La frustration générée par ces attentes déçues pourrait alors rapidement déboucher sur un nouveau cycle de violences. Cette démarche est également contreproductive et illusoire, car aucune « solution miracle » ne soustraira les parties à la laborieuse mais nécessaire négociation des dossiers relatifs au statut permanent (Jérusalem, les frontières, la sécurité, les implantations, les réfugiés, l’eau) sans laquelle aucune paix n’est envisageable.

Il n’y a en effet pas d’alternative aux négociations qui implique de part et d’autre des concessions douloureuses. Comme l’a rappelé le Président américain Barack Obama lors de son allocution du 19 mai 2011 devant le Département d’Etat, une paix durable et équitable n’est possible qu’au moyen d’une approche reposant sur une démarche de type bilatérale. “Les actes symboliques destinés à isoler Israël aux Nations unies en septembre ne créeront pas un Etat indépendant”, a-t-il ajouté.

Cette position a été récemment réaffirmée par le Président du Parlement européen, Jerzy Busek, qui a estimé pour sa part lors d’une conférence de presse le 15 juin 2011 à Ramallah, que la reconnaissance unilatérale d’un Etat palestinien serait « … inutile et dangereuse ».

De même, au sein de l’Autorité palestinienne, cette stratégie de contournement des négociations est loin de faire l’unanimité. Le Premier ministre palestinien Salam Fayyad a publiquement fait part de ses doutes quant au bien fondé d’une telle démarche. Elle ne fera, selon lui, pas avancer la cause palestinienne et risquerait au contraire d’éloigner son peuple de la réalisation de sa légitime aspiration.

En outre, cette manœuvre politique sape les fondements juridiques sur lesquels repose le processus de paix et viole les accords conclus entre Israël et l’Autorité palestinienne, accords dont la France et avec elle, l’ensemble de la communauté internationale, se sont portées garantes. En effet, les résolutions 242 (1967) et 338 (1973) du Conseil de Sécurité de l’ONU, les accords d’Oslo (1993) et la Feuille de route adoptée par le Quartet (Nations-Unies, Etats-Unis, Russie, Union Européenne), rejettent toute démarche unilatérale et invitent les parties à négocier ensemble une résolution du conflit reposant sur le principe de « deux Etats pour deux peuples vivant côte à côte dans la paix et la sécurité ». Ce principe à été rappelé à de maintes reprises, notamment en Février 2011 par le Quartet qui « …réaffirme qu’une action unilatérale de l’une ou de l’autre des parties en présence ne peut anticiper sur les négociations à venir et ne serait pas reconnue par la communauté internationale. »

Par ailleurs, la reconnaissance unilatérale d’un Etat palestinien conduira les parties dans une impasse et condamnera le processus de paix à une mort certaine. Elle limitera inévitablement les marges de manœuvre de la direction palestinienne et sa capacité à faire des compromis. Toute concession sera à l’avenir interprétée et vécue par la population palestinienne comme un renoncement et un recul inacceptable.

De même, elle enterrera définitivement les espoirs des partisans Israéliens et Palestiniens de la paix qui n’ont cessé d’œuvrer en faveur d’une solution négociée depuis l’inauguration du processus de paix à Madrid en 1991. Elle les marginalisera au profit des extrémistes qui refusent toute concession et n’hésitent pas à recourir à la violence.

Enfin, cette démarche unilatérale mettra en péril la coopération israélo-palestinienne dans les domaines de l’économie et de la sécurité qui a permis une croissance sans précédent en Cisjordanie et l’instauration d’un calme relatif dans les Territoires placés sous le contrôle de l’Autorité palestinienne. Elle conduira les parties à durcir leurs positions et risquerait de précipiter un nouvel affrontement à l’heure où les incertitudes planent sur l’avenir d’une région instable qui connaît de profonds bouleversements. Nous savons toute l’attention que votre gouvernement porte au processus de paix au Proche-Orient et partageons avec vous le souhait que la France et ses partenaires européens jouent un rôle plus actif dans les pourparlers israélo-palestiniens.

C’est pourquoi nous vous demandons solennellement, Monsieur le Président de la République, de réaffirmer l’engagement de la France en faveur d’une solution négociée au conflit en vous opposant à la résolution visant à imposer de manière unilatérale la reconnaissance d’un Etat palestinien. Seul un retour à la table des négociations et des concessions réciproques reposant sur le principe d’une reconnaissance mutuelle garantira l’établissement d’une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens. Nous vous prions de croire, Monsieur le Président de la République, en l’assurance de notre plus haute considération.

Signataires :

1. Claude Goasguen, Union pour un Mouvement Populaire, Député, ancien ministre

2. Jean-Pierre Plancade, Rassemblement Démocratique et Social Européen, sénateur

3. Jean-Michel Baylet, Président du Parti Radical de gauche, sénateur, ancien ministre

4. Patrick Beaudoin, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire

5. Herve Mariton, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire, ancien ministre

6. Yvon Collin, Président du groupe du Rassemblement démocratique et social européen(RDSE), Sénateur

7. Michel Hunault, Nouveau Centre, Député

8. Didier Quentin, Union pour un Mouvement Populaire, Vice-président de la commission des Affaires européennes, ministre plénipotentiaire, Député-maire

9. Stéphane Demilly, Nouveau Centre, Vice-président de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire, Député-maire

10. Monique Iborra, membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Vice- président du conseil régional de Midi-Pyrénées, Députée

11. Jean-Marie Le Guen, Membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche,adjoint au maire de Paris, Député

12. Sylvie Desmarescaux, non affiliée, sénatrice-maire

13. Jean Lasalle, Vice-président du Modem, Député

14. Raymond Couderc, Union pour un Mouvement Populaire, sénateur-maire

15. Jean-Marie Bockel, Rassemblement Démocratique et Social Européen, sénateur, ancien ministre

16. Serge Blisko, Membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Député

17. Emile Blessig, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire

18. Paul Giaccobi, Apparenté groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Président du Conseil exécutif de l’Assemblée de Corse, secrétaire de l’Assemblée nationale, Député

19. Eric Raoult, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire, ancien ministre20)

20. Madec Roger, Membre du groupe socialiste, sénateur-maire

21. Jacques Remiller, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire

22. Jean-Pierre Leleux, Union pour un Mouvement Populaire, sénateur-maire

23. Faucaunier Alain, Membre du groupe socialiste, Sénateur-Maire

24. Herbillon, Union pour un Mouvement Populaire, Vice-président de la commission des affaires culturelles et de l’éducation, Député-maire

25. Yves Dauges, Membre du groupe socialiste, sénateur

26. Marie-Louise Fort, Union pour un Mouvement Populaire, Députée

27. Yvan Lachaud, Président du groupe Nouveau Centre, à l’Assemblée Nationale, Député

28. Jean-Luc Préel, Nouveau Centre, Vice-président de la commission des affaires sociales,Député

29. Étienne Mourrut, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire

30. George Paul-Langevin, Vice-présidente du Groupe socialiste, radical, citoyen et diversgauche, Députée

31. Jacques Gautier, Union pour un Mouvement Populaire, sénateur-maire

32. Philippe Gosselin, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire

33. Nicole Bricq, membre du groupe socialiste, Vice-présidente de la commission des finances, sénatrice

34. Philippe Vitel, Union pour un Mouvement Populaire, Vice-président de la commission de ladéfense nationale et des forces armées, Député

35. Jean-Claude Frécon, Membre du groupe socialiste, sénateur-maire

36. Joëlle Garriaud-Maylam, Union pour un Mouvement Populaire, secrétaire de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, Vice-présidente de la commission sur la dimension civile de la sécurité au sein de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, sénatrice

37. Daniel Mach, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire

38. Jean-François Mancel Union pour un Mouvement Populaire, Député

39. Valéry Boyer, Union pour un Mouvement Populaire, Députée

40. Michel Voisin, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire, Vice-président de la commission de la défense nationale et des forces armées, Député

41. Paul Jeanneteau, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire

42. Mélot Colette, Union pour un Mouvement Populaire, Vice-présidente de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication, sénatrice

43. Simon Sutour, Membre du groupe socialiste, Vice-président de la commission des Affaires européennes, sénateur

44. Arlette Grosskost, Union pour un Mouvement Populaire, Députée

45. Rudy Salles, Vice-président du Nouveau Centre, Vice-président de l’Assemblée nationale, Député

46. Anne Grommerch, Union pour un Mouvement Populaire, Députée

47. Herve Maurey, Union centriste, sénateur-maire

48. Bernard Debré, Union pour un Mouvement Populaire, Député, ancien ministre

49. Isabelle Vasseur, Union pour un Mouvement Populaire, Députée-maire

50. Jean-François Humbert, Union pour un Mouvement Populaire, sénateur

51. Dominique Tian, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire

52. Françoise Branget, Union pour un Mouvement Populaire, Députée

53. Éric Straumann, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire

54. Richard Dell’Agnola, Union pour un Mouvement Populaire, Député

55. Marcel Bonnot, Union pour un Mouvement Populaire, Député

56. Jacques Grosperrin, Union pour un Mouvement Populaire, Député

57. Gilbert Barbier, Rassemblement Démocratique et Social Européen, Vice-président de lacommission des affaires sociales, sénateur

58. Laurent Béteille, Union pour un Mouvement Populaire, sénateur-maire

59. Serge Lagauche, Membre du groupe socialiste, Vice-président de la culture, de l’éducationet de la communication, sénateur

60. Bernadette Dupont, Union pour un Mouvement Populaire, sénatrice

61. Olivier Dassault, Union pour un Mouvement Populaire, Député

62. Armand Jung, membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Député

63. Pierre-Christophe Baguet, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire

64. Jacques Kossowski, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire

65. Geneviève Lévy, Union pour un Mouvement Populaire, Députée

66. Brigitte Baragès, Union pour un Mouvement Populaire, Députée-maire

67. Françoise Hostalier, Union pour un Mouvement Populaire, Députée

68. Marc Bernier, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire

69. Michel Sordi, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire

70. André Schneider, Union pour un Mouvement Populaire, Vice-Président de la délégation française à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, Député

71. Lionnel Luca, Union pour un Mouvement Populaire, Co-président de la Droite populaire Député

72. Roland Blum, Union pour un Mouvement Populaire, Premier Adjoint au Maire de Marseille, Député

73. Bruno Gilles, Union pour un Mouvement Populaire, sénateur-maire

74. Richard Mallié, Union pour un Mouvement Populaire, Questeur de l’Assemblée nationale, Député

75. Hoffman-Rispal Danièle, Membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Députée

76. Jean-Claude Guibal, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire7

77. Colette Giudicelli, Union pour un Mouvement Populaire, sénatrice

78. Marie-Françoise Pérol-Dumont, Membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Présidente du conseil général de Haute-Vienne, Députée

79. Georges Mothron, Union pour un Mouvement Populaire, Premier Vice-président du conseilgénéral du Val d’Oise, Député-maire

80. Paul Durieu, Union pour un Mouvement Populaire, Député

81. Jean-Christophe Lagarde, Président exécutif du Nouveau centre, Vice-président de l’Assemblée nationale, Député-maire

82. Dino Cinieri, Union pour un Mouvement Populaire, Député

83. Daniel Spagnou, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire

84. Francis Grignon, Union pour un Mouvement Populaire, sénateur

85. René Beaumont, Union pour un Mouvement Populaire, sénateur

86. Jean-Marc Lefranc, Union pour un Mouvement Populaire, Député

87. Guy Teissier, Union pour un Mouvement Populaire, Président de la commission de ladéfense et des forces armées, Député-maire

88. Jean-Jacques Urvoas, Membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Vice- président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, Député

89. Jean-Marie Sermier, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire

90. Christiane Demontès, Membre du groupe socialiste, Secrétaire du Sénat, Sénatrice-maire

91. Bernard Deflesselles, Union pour un Mouvement Populaire, Député

92. Christian Kert, Union pour un Mouvement Populaire, Vice-président de la commission des affaires culturelles et de l’éducation, Député

93. Jérôme Chartier,Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire

94. Claude Gatignol, Union pour un Mouvement Populaire, Député

95. Nicolas Forissier, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire, ancien ministre

96. Jean-Marc Roubaud, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire

97. David Habib, Membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Député-maire

98. Henriette Martinez, Union pour un Mouvement Populaire, Présidente déléguée de la section française de l’Assemblée parlementaire de la francophonie, Députée

99. Françoise de Panafieu, Union pour un Mouvement Populaire, Conseillère de Paris, Vice- président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, ancienne ministre, Députée

100. Michèle Tabarot, Union pour un Mouvement Populaire,Présidente de la commission des affaires culturelles de l’Assemblée Nationale, Députée-maire

101. Jean René Lecerf , Union pour un Mouvement Populaire,Vice-Président de la commission des lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du Règlement et d’administration générale, Vice-Président du conseil général du Nord, sénateur-maire

102. Patrick Bloche, Membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Conseiller de Paris, Député-maire du 11ème arrondissement de Paris

103. Jean-Luc Bennahmias, Vice-président du Modem, Député européen

104. Alain Moyne-Bressand, Union pour un Mouvement Populaire, Député-maire

105. Christophe-André Frassa, Union pour un Mouvement Populaire, sénateur

106. Valérie Rosso-Debord, Union pour un Mouvement Populaire, Députée

107. André Vallini, Membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Conseiller de Paris, Porte-parole du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, Député-maire

108. Guénhaël Huet, Union pour un Mouvement Populaire, Député

109. François Pupponi , Membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche,Conseiller de Paris, Député-maire.

CAPJPO-EuroPalestine

http://www.ep-mir.com/spip.php ?article6455