Banniere publicitaire 550x120

Eruptions solaires : Le Pouvoir Mondial

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2012

Australie: Une plaque près de la Barrière de corail en voie d'effondrement

Si le 21 décembre 2012 est passé et que nous n'avons pas vu la fin du monde annoncée par les religieux et non pas par les Mayas, et maintenant que la peur est passée, il ne va pas falloir compter sur le fait que les cataclysmes cessent.

Les énergies cosmiques que nous traversons vont faire travailler la Terre pour la purifier et la remodeler, sans compter les cataclysmes qui seront fabriqués par les élites avec le Réseau Haarp et l'arme électromagnétique que représente le LHC, avant que ces armes ne soient détruites par les nouvelles énergies et nos alliés cosmiques.


Il va falloir nous attendre encore à de grands changements à venir, notamment avec le Soleil qui devrait parfaire notre évolution en générant de nouvelles explosions solaires au cours de l'année 2013.


Comme vous l'aurez compris, ce n'est pas le soi-disant progrès de la science qui nous fait évoluer ni qui active notre ADN, mais les énergies solaires et cosmiques qui nous arrivent du centre de la Galaxie.  Nous avons donc encore du travail sur la planche à accomplir si nous voulons gagner nos galons et notre examen de passage vers la 4D et la 5D.


Ne nous endormons donc pas.

 

Australie: Une plaque près de la Barrière de corail en voie d'effondrement


Australie: Une plaque près de la Barrière de corail en voie d'effondrement
 

SYDNEY, 21 déc 2012 (AFP) - Une immense plaque sous-marine près de la Grande barrière de corail, au large de l'Australie, montre les premiers signes d'effondrement, ce qui pourrait provoquer un tsunami lorsqu'elle lâchera, ont indiqué des scientifiques vendredi.

Des géologistes marins de l'université James Cook en Australie utilisent depuis 2007 des techniques de pointe pour cartographier en 3D les endroits les plus profonds et les plus inaccessibles de la Barrière. Ils ont ainsi découvert des dizaines de canyons sous-marins.

Lors d'une récente expédition, ils ont repéré une plaque d'environ un kilomètre cube, reste d'un très ancien glissement de terrain sous-marin, perchée sur le plateau continental.

"Les glissements de terrain sous-marins sont un phénomène géologique connu et bien documenté mais nous ne savions pas s'il y en avait près de la Barrière de corail", a indiqué à l'AFP le géologiste Robin Beaman.

"Nous avons trouvé ce bloc énorme, qui ressort. Il est posé en haut d'un canyon sous-marin, il va vers la pente et il est au début du processus d'effondrement", a ajouté le scientifique.

Personne ne peut prévoir quand cela se produira, "demain" ou dans des dizaines d'années, "mais il est important de savoir que c'est là", a-t-il dit. "Il est absolument certain que cela va s'effondrer et lorsque ça tombera, ce sera une chute d'un kilomètre dans le bassin au-dessous".

"Cela provoquera un tsunami localisé qui affectera la côte de l'Etat (australien) du Queensland, à environ 70 km de là", a déclaré le géologiste. "Nous ne voulons pas angoisser les gens mais nous devons savoir que c'est là et ce qui se passera quand ça tombera".

Les scientifiques ont effectué cette découverte alors qu'ils étaient en mission sur le Southern Surveyor, un vaisseau de la marine scientifique australienne.


Document ressource : texte complet de l’article publié dans « Natural Hazards » (en Anglais) accessible à l’adresse suivante

http://link.springer.com/article/10.1007/s11069-012-0502-0/fulltext.html


Australie: Une plaque près de la Barrière de corail en voie d'effondrement
 


Rédigé par AFP le Jeudi 20 Décembre 2012 à 18:10

http://www.tahiti-infos.com/Australie-Une-plaque-pres-de-...

30/11/2012

Tempêtes solaires : un danger sous-estimé

 Une piqûre de rappel pour la NASA qui semble souffrir d'amnésie !

Le 11 Mai 2012 à 13h50

Tempêtes solaires : un danger sous-estimé 

Un orage géomagnétique géant pourrait provoquer des milliards de dollars de dégâts. Dans un article publié cette semaine dans Nature, l'astronome Mike Hapgood appelle le monde à s'y préparer.

Il peut arriver que le ciel nous tombe sur la tête. Cela s'est déjà produit en mars 1989, en mai 1921 ou encore en 1859 et cela peut recommencer... demain... sans crier gare.

Inconnus du grand public, ces cataclysmes naturels qui, contrairement aux séismes, aux éruptions volcaniques ou aux inondations, n'engendrent aucune perte en vies humaines, peuvent provoquer un véritable désastre en mettant hors service les réseaux de distributions électriques sur de larges portions du territoire pendant un temps indéterminé. Privée d'ordinateurs, d'Internet, de GPS (indispensable pour dater les transactions bancaires), de satellites de télécommunications, notre économie, de plus en plus dépendante de ces nouvelles technologies, serait quasiment à l'arrêt.

Brutales sautes d'humeur

Les responsables de ces scénarios d'apocalypse sont bien connus des astronomes. Il s'agit d'orages géomagnétiques provoqués par des éruptions solaires d'une violence inhabituelle. Lors de ces brutales sautes d'humeur, le Soleil relargue d'énormes quantités de particules ionisées à haute énergie capables de traverser la magnétosphère terrestre, le bouclier qui protège notre planète de ces rayons cosmiques particulièrement délétères. Lesquels sont également à l'origine du magnifique spectacle des aurores boréales visibles près des pôles.

Les 13 et 14 mars 1989, au Québec, le plus violent orage magnétique, ou tempête solaire, survenu depuis des décennies a privé d'électricité 5 millions de personnes pendant neuf heures et provoqué des dégâts évalués à 2 milliards de dollars. Aux États-Unis, un important transformateur électrique fut entièrement détruit. Même chose au Royaume-Uni, où deux grosses installations de ce type furent endommagées.

consequence_tempete_magnetique.gif

Des régions entières privées d'électricité

Pourtant, « nous devrions être préparés à bien pire, écrit Mike Hapgood, chercheur au Rutherford Appleton Laboratory (Angleterre), dans un commentaire publié ce jeudi 19 avril dans la revue scientifique Nature. Des orages géomagnétiques beaucoup plus violents ont été enregistrés par le passé, à une époque où la société était moins dépendante des systèmes électriques et donc moins vulnérable. »

Membre d'un groupe d'experts auprès du gouvernement britannique sur ces questions de «météorologie spatiale», l'auteur avance que des tempêtes solaires d'une intensité équivalente à celles de 1859 et 1921 «pourraient priver des régions entières d'électricité pendant plusieurs mois». Et de citer des études américaines prédisant un black-out géant dont les effets pourraient se faire sentir pendant des années et coûter, au final, plusieurs milliers de milliards de dollars, au titre des réparations et du manque à gagner. Sans parler du risque d'irradiation des pilotes d'avion et de leurs passagers ou encore des astronautes en mission à bord d'un vaisseau spatial.

Des modèles de prévision embryonnaires

Pour l'heure, les satellites sont capables de prévoir l'arrivée des orages magnétiques avec six heures d'avance. C'est notamment le cas des deux satellites Stereo de la Nasa, lancés en 2006. Mais cette marge est insuffisante, comme l'a prouvé la récente éjection de masse coronale survenue le mois dernier qui, par chance, est passée à côté de la Terre. «La météorologie spatiale en est au stade où se trouvait la météo classique il y a quarante à cinquante ans avec des points d'observation limités et des modèles de prévision embryonnaires», explique au Figaro Jean-Yves Prado, responsable des relations Soleil-Terre, au Centre national d'études spatiales (Cnes). Lancé il y a deux ans, le satellite américain SDO, successeur de l'européen Soho, toujours en activité, devrait permettre d'améliorer sensiblement le dispositif.

shema_tempete_magnetique.jpg

Big One cosmique

Une autre question soulevée par Mike Hapgood est de déterminer l'intensité de l'événement maximum auquel l'humanité doit se préparer. «Beaucoup de systèmes électriques à risques sont conçus pour résister à des événements comparables à ceux des quarante dernières années», écrit-il. Mais le tremblement de terre et le tsunami survenus l'an passé au Japon, d'une magnitude très supérieure à ce qui avait été anticipé, montre les dangers d'une vision trop restrictive. «Nous devrions plutôt nous préparer à des orages magnétiques susceptibles de ne se produire qu'une fois tous les 1000 ans.» Autrement dit le Big One cosmique. «Ce changement d'approche est en cours mais pas assez vite», déplore l'auteur.

Effets d'une explosion solaire cataclysmique

 

USM épisode No 58 (TEMPETES MAGNETIQUES)

 http://www.dailymotion.com/video/xkj9kd_usm-episode-no-58...

Un orage magnétique (tempête magnétique) provoque des fluctuations brusques et intenses du magnétisme terrestre liées aux variations de l'activité solaire. Les couches électriques dans l’ionosphère feraient varier l’intensité du champ magnétique terrestre entraînant de nombreux orages magnétiques. La surveillance de l'activité solaire peut aider à prédire certaines perturbations dans la propagation des ondes dont les conséquences peuvent être graves pour les télécommunications, ainsi que l'incidence de ces orages sur la distribution de l'énergie électrique. En 1965, une énorme panne de courant avait plongé les habitants du continent Nord-Américain dans l’obscurité, soit 30 millions de personnes sur 200 000 km2. En 1989, c’est une panne de même origine qui a touché 6 millions de personnes au Québec ; de plus les aurores polaires produites par cet orage furent visibles jusqu'au Texas . (univers espace cosmos mystères voyage documentaire apocalypse 2011 2012 2036 planète


28/11/2012

ONU: 2012 l'année des extrêmes climatiques

En enlevant du texte de l'article, la bouffonnerie du réchauffement climatique qui serait soi-disant dû à l'homme et en attendant l'année 2013/2014 qui selon les scientifiques de la NASA devrait nous faire connaître d'autres extrêmes climatiques avec l'intensité des explosions et des tempêtes solaires et les conséquences que cela induira sur nos infrastructures actuelles, notamment sur les réseaux électriques et électromagnétiques.


Quelques intempéries et éruption de volcans en cours :

28/11/2012..;Italie , une tornade s’abat sur la ville de Tarente, il y a d'importants dégâts

Vidéo : MEGA TROMBA D'ARIA A TARANTO 28/11/2012


L’éruption du volcan Ploski Tabaltchik, qui fait partie du groupe de volcans Kliutchevskaïa a commencé sur la presqu’île du Kamtchatka ( Extrême-Orient de Russie) .

 
ONU: records de chaleur et fonte extrême de la banquise en 2012

Créé le 28/11/2012 à 12h54 -- Mis à jour le 28/11/2012 à 13h18
Vue d'un iceberg dans un fjord norvégien

Vue d'un iceberg dans un fjord norvégien Martin Bureau afp.com

Des phénomènes extrêmes sont survenus partout dans le monde en 2012, en particulier dans l'hémisphère Nord, entraînant de très nombreux records de chaleur, une fonte record de la banquise arctique et des périodes de froid extrême, a indiqué mercredi l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

"La variabilité naturelle du climat est due à des phénomènes comme El Niño et La Niña qui ont une incidence sur les températures et les précipitations aux échelles saisonnières et annuelles mais ne remettent pas en cause la tendance générale au réchauffement sur le long terme imputable aux changements climatiques anthropiques", soit ceux qui sont liés à l'action humaine, affirme le Secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud, dans sa déclaration annuelle sur le climat.

Les années 2001 à 2011 font ainsi partie des plus chaudes jamais enregistrées et les dix premiers mois de 2012 donnent à penser que cette année ne fera pas exception, pointent les experts de l'agence spécialisée de l'ONU basée à Genève.

La période janvier-octobre 2012 se classe ainsi "au 9e rang des plus chaudes jamais observées depuis le début des relevés en 1850", selon l'OMM. La température moyenne à la surface du globe (terres émergées et océans confondus) pour cette période présente une anomalie estimée à environ 0,45° Celsius au-dessus de la normale calculée pour les années 1961 à 1990 (14,2° Celsius).

Les informations et chiffres définitifs pour 2012 seront publiés en mars 2013. En outre, l'OMM publiera le 4 décembre un rapport décennal sur l'état du climat mondial.

Conséquence de ce réchauffement climatique, la banquise de l'Arctique a atteint le 16 septembre son minimum saisonnier - 3,41 millions de km2, soit l'étendue la plus réduite qui ait été constatée depuis le début des observations par satellite, indique l'OMM, confirmant des données publiées en septembre par le Centre national américain de la neige et de la glace (NSIDC).

La banquise de l'Arctique a ainsi perdu quelque 11,83 millions de km2 entre mars et septembre.

"L'étendue des glaces de l'Arctique a atteint un nouveau minimum record. La banquise a fondu cette année à un rythme alarmant qui met en lumière les profonds bouleversements survenant dans les océans et la biosphère", s'inquiète M. Jarraud.

Son constat est sans appel: "le climat évolue sous nos yeux et continuera de le faire à cause des gaz à effet de serre dont la concentration dans l'atmosphère ne cesse d'augmenter, atteignant une fois encore des niveaux records".

Cette alerte de l'ONU intervient alors que les diplomates de plus de 190 pays sont réunis depuis lundi (jusqu'au 7 décembre) à Doha pour le grand rendez-vous climat annuel qui devra décider de l'avenir du protocole de Kyoto et esquisser les bases d'un vaste accord prévu en 2015, auquel participeraient cette fois-ci tous les grands pollueurs de la planète.

Signé en 1997, le protocole de Kyoto est le seul traité légalement contraignant fixant des objectifs chiffrés de réduction d'émissions de GES aux pays industrialisés.

Car si l'année 2012 a débuté par un épisode La Niña d'intensité faible à modérée, qui a pour conséquence de refroidir le climat, depuis avril "la température moyenne à la surface des terres et des océans a continué d'augmenter mois après mois", souligne l'OMM.

Ainsi, la moyenne semestrielle pour les mois de mai à octobre 2012 se classe parmi les quatre plus élevées jamais enregistrées pour cette période de l'année.

Des températures supérieures à la moyenne ont été enregistrées sur la majeure partie de la planète, plus particulièrement en Amérique du Nord (à l'exception de l'Alaska), en Europe méridionale, dans l'ouest et le centre de la Russie et dans le nord-ouest de l'Asie.

Ces vagues de chaleur ont provoqué de nombreuses sécheresses, mais aussi des inondations en raison des fortes pluies provoquées par une atmosphère plus chaude donc plus humide.

En outre, le bassin de l'Atlantique a connu pour la troisième année consécutive une période des ouragans plus active que la normale, avec 19 tempêtes dont 10 ouragans dont Sandy. L'Asie orientale a aussi été frappée par de puissants typhons, déversant des pluies torrentielles.

L'année 2012 aura été aussi marquée par des chutes de neige et un froid extrême de fin janvier à mi-février, notamment en Russie et en Europe, avec des températures inférieures allant jusqu'à -50° Celsius.

© 2012 AFP
 

31/10/2012

Alignements planétaires: les effets sur notre planète..

Et oui, les alignements planétaires nous influencent directement !

mardi 30 octobre 2012

Les cataclysmes de ces derniers jours sont les conséquences d'un alignement planétaire avec Saturne.


La question de savoir si les alignements planétaires peuvent avoir des effets sur notre planète est débattue du bout des lèvres par les autorités scientifiques. Et pour cause, c'est la clé majeure de la compréhension des cycles cosmiques et si jamais le public venait à s'en rendre compte, le plus secret de notre temps serait découvert, à savoir que notre soleil possède un compagnon sombre qui lui rend périodiquement visite tous les 3240 ans comme l'atteste les données traditionnelles relatives à la doctrine des yugas et les anciens textes comme le Kolbrin ou l'Oréa Linda.

C'est cet astre mystérieux qui serait responsable de certains gros séismes comme celui du 11 Mars 2011 au Japon, du 27 Février 2010 au Chili mais également du tsunami du 26 décembre 2004, tous espacés de 1 an et 12 jours, une durée correspondant à l'intervalle de temps entre 2 alignements directs.


Si le public est maintenu dans l'ignorance, ce n'est pas le cas de certains observateurs qui ont remarqué que lorsque notre planète se trouvait dans le même alignement que des corps massifs tels que Jupiter ou Saturne et le soleil, elle était secouée par divers cataclysmes tels que des séismes, des ouragans ou des éruptions volcaniques.

Ils en ont déduit que ces phénomènes servent à dissiper une énergie transmise par les astres à travers le vide spatial. Les astres jouent alors le rôle des condensateurs électroniques déchargeant un flux énergétique une fois un certain seuil atteint. On peut également se les représenter comme des lentilles optiques concentrant une forme de lumière spectrale. Les anciens l'appelaient "Ether', et selon eux elle inonde le cosmos. Entre parenthéses,  c'est de la faute d'Einstein si cette notion est tombée en décrépitude au début du XX iéme siècle et si nous sommes contraints de payer une énergie polluante à la place de cette énergie gratuite que Tesla avait trouvé le moyen d'exploiter.

 
Position des planètes au 30 Octobre 2012

Ces derniers jours, Saturne se trouvait alignée à la fois avec le soleil et la Terre (en opposition héliocentrique) , voici un bref aperçu des perturbations qui ont eu lieu à cette période :

Éruption solaire :
Le 23 Octobre, une éruption classée X (la plus forte catégorie) explosait à la surface du soleil,  48 heures plus tard, on enregistrait un sursaut de l'indice Kp qui mesure la magnétosphère terrestre.

Séismes :
20 Octobre, Mag 5,3 Californie
24 Octobre, Mag 6,6 Costa Rica
28 Octobre, Mag 7,7 Colombie Britannique (alerte au tsunami)
29 Octobre, les sismographes du monde entier s'affolent.

Ouragan :
 La supertempéte Sandy ravage les bahamas, Cuba,Haiti (26/10) et la côte est (30/10) causant des dizaines de morts et des dizaines de milliards de dégâts. Pour les américains, c'est l'ouragan du siècle.

Phenoménes géologiques :
21 Octobre, une fissure de 1,5 km se forme spontanément dans le sud de l'espagne.
21 Octobre,  le parc de Yellowstone est parcouru par un essaim de séismes (remontée de magma).
26 Octobre, le sinkhole de Louisiane s'agrandit, on enregistre des explosions et un tremblement de terre sur le site.

Est ce un hasard si au moment où culminait cet alignement, on enregistrait autant de cataclysmes ? Il faut être vraiment naïf pour le croire. Mais ce n'est pas tout, il y a chaque année 2 types d'alignements, ceux où la Terre se trouve entre l'astre en question et le soleil (alignement direct) et les alignements indirects où le soleil s'interpose entre l'astre et notre planète. Celui de ces derniers jours rentre dans la deuxième catégorie, celle qui est moins dangereuse.
 

Mais, il y a 6 mois,  le 11 Avril, lorsque Saturne était directement alignée avec nous, on enregistrait un séisme de magnitude 8,9 fracturant littéralement la croûte terrestre au niveau de l'océan indien et causant une intense panique parmi la population, heureusement, dans ce cas précis, la forme de la fracture tectonique fit qu'il n'y eu aucune victime à déplorer.

Fin Aout, ce fut Neptune, autre géante gazeuse mais plus éloignée, qui causa un nombre record de séismes de magnitude égale ou supérieure à 5.


Et enfin, on se souvient tous que l'année dernière, à la date du 27 Septembre, le président Obama a effectué une curieuse visite à Denver qui est réputée pour être la capitale alternative des USA en cas de guerre ou de gros cataclysme. Est ce un hasard si ce jour correspondait à un alignement avec Uranus et Mercure? Encore une fois , en fonction de ce que nous savons, ce serait faire preuve de naïveté que de le croire. Cette fois ci il n'y eut pas de gros séismes, seulement d'intenses secousses volcaniques aux îles canaries qui auraient pu entraîner un gigantesque tsunami capable d'annihiler la côte est des états unis.


Tout ceci illustre une fois de plus que certains alignements planétaires entraînent d'importantes répercussions climatiques et géologiques sur notre . Si  la communauté scientifique pratique une forme de censure sur ce sujet, cela n'empêche pas les autorités d'anticiper de tels évènements et de se préparer en conséquence. La supertempéte Sandy était donc forcément attendue. Après un bref retour en arrière dans le fil des actualités, on sait désormais pourquoi l'armée américaine s'est entraînée à faire face à des situations d'émeutes en milieu urbain justifiant l'emploi d'hélicoptères (fin août 2012).
Et on comprend mieux pourquoi ces derniers temps, des organisations telles que
la FEMA ou les francs maçons américains semblaient se préparer à une mortalité de masse.

L'ouragan Sandy est peut être le plus puissant qui ai déferlé sur la côte est des états unis, les dégâts se chiffrent en dizaines de milliards de dollars mais le nombre de victimes reste peu élevé. Le système pourra absorber le choc et d'ici quelques semaines, il ne restera plus de traces de son passage hormis dans la mémoire collective.

Position des planètes au 30 Novembre 2012
 
Mais tout danger n'est pas pour autant écarté. Un autre alignement planétaire majeur est inscrit dans la course des astres. A partir du 30 Novembre prochain Jupiter sera sur la même ligne que la Terre et le soleil. Cette fois, ce sera un alignement direct donc potentiellement plus dangereux.

Comme d'habitude, il faudra prévoir d'importants risques de séismes et de cataclysmes divers. Peut être que cette fois les cercueils de la FEMA finiront par servir...


http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/

30/10/2012

Rappel: Basculement des pôles magnétiques en cours !

Une conséquence malgré tout positive de l'approche de Nibiru.

La Terre tout comme les autres planètes ne pourront pas ascensionner vers la 4D et la 5D si elles n'ont pas été purifiées de tous leurs déchets et notamment les pollutions liées à l'atome, aux centrales atomiques et à tous les déchets libérés dans l'atmosphère et stockés dans les mers ou enterrés. 

Comme vous devez le savoir, la bombe atomique a été créée sur la base de l'électromagnétisme terrestre tout comme tout ce qui est électrique, électromagnétique, et électronique. Tout a donc été construit en fonction des polarités électriques actuelles que connaît l'électromagnétisme terrestre.

Et pour purifier la Terre que faut-il ?

Inverser ses polarités électriques et électromagnétiques actuelles !

Qui peut le faire ?

Seulement, l'inversion des pôles magnétiques Terrestres qui annuleront toutes les pollutions y compris atomiques. Le processus étant voulu pour nous protéger de tous ces dangers.


Dimanche 14 octobre 2012

Selon des chercheurs de la British Geological Survey, les pôles magnétiques ont commené à s’inverser !

NASA-Science-Predicts-2012-Sun-Pole-Shift-Pole-Reversal.jpg

Des chercheurs de la British Geological Survey soutiennent à travers une étude scientifique que les pôles magnétiques de la terre seraient sur le point de s'inverser ou auraient déjà commencé à s'inverser. Ils livrent leurs conclusions sur le site même de la British Survey.

 Les chercheurs ont adopté des mesures de contrôle afin de surveiller en permanence le processus de basculement en cours grâce à l'installation d'un observatoire magnétique dans le sud de l'Etat de Géorgie, aux États-Unis, qui surveille l'ASA, l'anomalie de l'Atlantique Sud, et  tente d’y apporter des réponses.

Dans cette anomalie, le rayonnement de l'espace profond pénètre directement dans l'atmosphère de la Terre, et selon Jean-Pierre Valet, superviseur sur l'inversion géomagnétique à l'Institut de Physique du Globe de Paris: «L'un des changements les plus spectaculaires qui puisse se produire avec une inversion des pôles serait l'affaiblissement de l'intensité du bouclier. »

L'Observatoire magnétique a détecté une preuve que les pôles magnétiques se déplacent : L’ASA est en extension et se propage en particulier vers l'ouest. Pour les chercheurs, cette « BGS » pourrait être la preuve que le champ magnétique de la Terre s’inverse, malheureusement, ces chercheurs ne savent pas encore le scénario possible. (WS: Une inversion se produit actuellement, on peut facilement deviner le pourquoi ces scientifiques ne parlent pas sur le scénario… à voir le film 2012)

Les indices proviennent du lointain passé de notre planète. La dernière inversion qui s'est produite il y a 800.000 ans a provoqué sur terre un brusque changement climatique ainsi que l'extinction de diverses espèces animales. Mais après un certain temps le champ magnétique s’est re-stabilisé. Il est celui que nous connaissons aujourd'hui.

"Même si le champ devenait très faible, la surface de la terre serait protégée contre les intempéries. De même que, comme nous le voyons et percevons la présence du champ magnétique terrestre maintenant, il est possible que nous ne pourrions pas voir un quelconque changement significatif après le renversement" (WS: Mais bien sûr, dormez tranquille), explique Monika Korte, directeur scientifique de l’Observatoire géomagnétique Niemegk au GFZ de Potsdam, en Allemagne.

Les scientifiques de « bgs » continuent leurs efforts de recherche sur l'anomalie de l'Atlantique Sud, conscients qu’elle peut apporter des réponses importantes et significatives sur l'interprétation du processus d'inversion magnétique des pôles de la Terre et son impact sur l'écosystème.

http://noiegliextraterrestri.blogspot.com/2012/03/ricerca...

Traduction Ghisham Doyle pour WIkiStrike

http://www.wikistrike.com/article-basculement-des-poles-m...