Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2014

L'eau des océans serait venue de l'espace

Et L'UNIVERS-DIEU, créa la Terre, l'eau, les hommes et la biodiversité !

Cet article scientifique date de 2009, et en 2014 on voudrait encore nous faire croire qu'un Dieu Unique dénommé EL pour Abraham aurait créé la fable d'Adam et Eve ? 

 

L'eau des océans serait venue de l'espace

D'où vient l'eau des océans ? La réponse est incertaine et le débat dure depuis des décennies. Pendant longtemps, on a pensé qu’elle provenait du dégazage du manteau de la Terre primitive. Les indications s’accumulent pourtant en faveur d’une origine extraterrestre, comme Francis Albarède vient de le réaffirmer récemment dans Nature.

Les fumerolles s'élevant du cratère de Vulcano Fossa sont riches en eau. Crédit : Laurent sacco/Futura-Sciences

Les fumerolles s'élevant du cratère de Vulcano Fossa sont riches en eau. Crédit : Laurent sacco/Futura-Sciences Les gaz qu’émettent les volcans, comme par exemple les fumerolles que l’on peut admirer au sommet du cratère de Vulcano Fossa dans l’une des îles éoliennes, sont riches en eau. De là à penser que l’eau de la Terre tire son origine de l’activité volcanique il n’y a qu’un pas qui a été franchi depuis longtemps par les géochimistes et les géologues.

L’analyse des météorites et les informations fournies par le programme Apollo ont montré sans l’ombre d’un doute que les planètes telluriques se formaient par un processus d’accrétion à partir de planétésimaux. C’est en effet ce que l’on déduit de la ressemblance entre la composition chimique et minéralogique du manteau terrestre avec celle des chondrites et l’omniprésence de cratères d’impacts sur des planètes comme Mars ou Mercure. Ainsi, les chondrites sont-elles composées d'olivine, de pyroxène et de fer et l’on sait que l'olivine et le pyroxène sont les constituants principaux des péridotites, les roches du manteau.

Or, certaines chondrites sont riches en eau, contrairement au manteau terrestre. D’autres mesures concernant la chimie des roches du manteau montrent aussi un appauvrissement en éléments volatils par rapport aux chondrites. L’idée d’un dégazage du manteau pendant la période de l’Hadéen, conduisant à la formation de l’atmosphère et des océans de la Terre, apparaît comme un scénario très probable. Bien des livres de géologie et de volcanologie écrits pendant les années 1970 expliquaient alors de cette manière l’apparition de l’eau sur Terre en faisant des volcans tueurs le prix nécessaire à payer pour l’apparition de la vie elle-même.

Pourtant, les modèles de formation du système solaire s’affinant et la théorie faisant de la Lune la conséquence de la collision entre la Terre et une planète de la taille de Mars, baptisée Théia, prenant du poids, il devenait de plus en plus probable que l’eau ne puisse pas provenir d’un processus de dégazage. Ainsi, l’eau contenue dans le manteau serait partie dans l’espace bien avant qu’une croûte solide et une tectonique des plaques ne puissent s’enclencher. L’hypothèse d’une origine volcanique de l’eau des océans a donc graduellement mais sûrement perdu beaucoup de terrain.

 

 

Cliquer pour agrandir. Tentative de reconstruction chronologique de l'accrétion de la Terre. Les éléments indiqués en brun (U symbolise l'uranium, Pb le plomb, Hf l'hafnium, W le tungstène, I l'iode et Xe le xenon) sont utilisés pour dater précisément les événements. Une première phase (T Tauri phase) correspond à un épisode de fortes radiations électromagnétiques qui a interrompu l'accrétion des matériaux planétaires. Puis, l'arrivée de matière planétaire a permis l'accrétion de protoplanètes. Collisions après collisions, les planètes se sont ainsi formées avec leurs masses actuelles ; la dernière collision a donné naissance à la Terre et à la Lune (30 millions d'années après la formation du Système Solaire). Le chronomètre Hf-W date la séparation métal-silicate, c'est-à-dire la séparation noyau-manteau. Un apport tardif et lointain (au-delà de 2,5 Unités astronomiques) d'astéroïdes chondritiques, entre 80 et 130 millions d'années après la formation du Système solaire, aurait notamment véhiculé des matériaux contenant de l'eau et des éléments volatils à partir desquels se seraient formés les océans. © CNRS-Insu-Albarède-Nature 2009

 


Tentative de reconstruction chronologique de l'accrétion de la Terre. Les éléments indiqués en brun (U symbolise l'uranium, Pb le plomb, Hf l'hafnium, W le tungstène, I l'iode et Xe le xenon) sont utilisés pour dater précisément les événements. Une première phase (T Tauri phase) correspond à un épisode de fortes radiations électromagnétiques qui a interrompu l'accrétion des matériaux planétaires. Puis, l'arrivée de matière planétaire a permis l'accrétion de protoplanètes. Collisions après collisions, les planètes se sont ainsi formées avec leurs masses actuelles ; la dernière collision a donné naissance à la Terre et à la Lune (30 millions d'années après la formation du Système Solaire). Le chronomètre Hf-W date la séparation métal-silicate, c'est-à-dire la séparation noyau-manteau. Un apport tardif et lointain (au-delà de 2,5 Unités astronomiques) d'astéroïdes chondritiques, entre 80 et 130 millions d'années après la formation du Système solaire, aurait notamment véhiculé des matériaux contenant de l'eau et des éléments volatils à partir desquels se seraient formés les océans. © CNRS-Insu-Albarède-Nature 2009

Si l’on en croit les travaux publiés par Francis Albarède du Laboratoire des sciences de la Terre (INSU-CNRS / ENS Lyon / Université Claude Bernard) les traceurs isotopiques et les modèles de formation des planètes conduisent même aujourd’hui à la conclusion que la Terre était à l'origine pauvre en eau. La température dans le disque protoplanétaire et le flux intense de radiation dans la phase dite T Tauri du jeune Soleil aurait conduit à la formation de planètes telluriques sèches.

L’eau des océans ne pourrait alors pas être d’origine terrestre. Elle aurait été amenée plusieurs dizaines de millions d’années après la formation de la Terre par le bombardement de comètes et d’astéroïdes formés au-delà de la ceinture d’astéroïdes actuelle. Dans ces régions éloignées du Soleil primitif, la température et le flux de radiation lumineuse autorisaient alors la formation de chondrites riches en eau.

On ne peut qu’être songeur devant les conclusions atteintes depuis quelques années par différents auteurs au sujet de la présence de plusieurs matières précieuses sur Terre. Ainsi, l’or, le platine et jusqu’aux diamants noirs sont probablement d’origine extraterrestre...

http://www.futura-sciences.com/magazines/terre/infos/actu/d/geologie-eau-oceans-serait-venue-espace-21167/

 

Petite banniere 400x50

 

04:04 Publié dans Astrologie - Astronomie, Découvertes Astronomie, Découvertes Scientifiques | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

Une super-civilisation existait sur la Terre avant l'humanité (scientifiques)

A cause de la matrice reptilienne qui nous entretient dans l'arriération mentale, il semblerait que nous soyons la civilisation la plus ignorante de notre galaxie !

Il serait temps de vivre à l'ère de la physique quantique et non pas au règne du monothéisme, soit 4000 ans en arrière !


Alors qu'une super-civilisation vivait sur Terre avant l'humanité, il faut toujours nous faire croire à la théorie Darwinienne de l'évolution, et cela en arrange plus d'uns apparemment, de nous entretenir dans l'ignorance. Voilà ce qu'il faut croire et qu'il faut faire croire à nos enfants !

South Park - et la théorie de l'évolution (VF)


 

25 novembre, 16:49

Une super-civilisation existait sur la Terre avant l'humanité (scientifiques)

Par La Voix de la Russie | Des scientifiques russes ont fait une déclaration sensationnelle : une civilisation surdéveloppée existait sur la Terre avant l’humanité. Cette conclusion a été faite par des chercheurs des régions de Rostov et de Krasnodar après qu’un habitant de Labinsk ait fait une découverte unique.

Pendant la pêche, Viktor Morozov a découvert une pierre inconnue, à l'intérieur de laquelle se trouvait une «puce», a déclaré l’édition Mir Novosteï (Monde de nouvelles). Après une analyse de l’«artefact» trouvé, les experts ont conclu qu'elle appartenait à une civilisation plus avancée que l'humanité, celle qui a vécu sur la Terre avant nous. La découverte unique a été conservée depuis les temps anciens grâce à l’«immersion» dans la pierre, expliquent les chercheurs.

La veille, le laboratoire du Département de géologie de l’Institut polytechnique de Novotcherkassk dans la région de Rostov a établi l'âge de la découverte. Il s’est avéré que la pierre inhabituelle avait environ 250 millions d'années. Ce fait est la preuve de l'existence sur la Terre d’une civilisation sur-développée longtemps avant l'apparition de l'homme antique. Probablement, nous pourrons atteindre leur niveau de technologie seulement dans un avenir lointain.



Le Dr. Konstantin Korotkov et la bioélectrophotographie. L'énergie et la conscience

Les corps énergétiques de l'Homme

Le Dr. Konstantin Korotkov et la bioélectrophotographie

(Source : Joe Martino, Collective Evolution)

L’énergie de la conscience, par le Dr. Konstantin Korotkov.

Un scientifique russe qui étudie le champ d’énergie du corps humain prétend que les gens peuvent changer le monde en utilisant simplement leur propre énergie. Bien que cette idée ne soit pas nouvelle, rares sont ceux qui ont pris le temps de la prouver scientifiquement. Cela dit, la physique quantique a considérablement éclairci ce sujet au fil des ans. Le Dr. Konstantin Korotkov, professeur de physique à l’Université Technique d’Etat de Saint-Pétersbourg, affirme que nos pensées ont une influence sur notre environnement.

« Nous développons l’idée que notre conscience fait partie du monde matériel et que notre conscience peut directement influencer le monde, » dit le Dr. Konstantin Korotkov.

Il est difficile de voir l’énergie à l’œil nu, il est donc difficile de comprendre le monde énergétique invisible sans les observations des mesures scientifiques. C’est peut-être pour cela que l’étude de l’influence de la conscience sur la réalité est aussi peu développée. La bioélectrophotographie permet de construire un pont entre le monde physique et invisible. Dans ces expériences, on part du principe que le corps humain et la conscience émettent constamment de l’énergie. La bioélectrophotographie cherche à identifier ces champs d’énergie en terme de lumière autour du corps. En métaphysique, on appelle « aura » cette émission d’énergie, mais en science, on parle de « champ d’énergie ».

Mind over Matter: Secrets of human aura revealed by Russian scientists

Recherches à Princeton

Le Dr. Korotkov n’est pas le seul à étudier les effets de l’esprit humain, de ses pensées et de son énergie sur notre environnement. Le laboratoire de Princeton Engineering Anomalies Research (PEAR) a également cherché à comprendre le sujet et a conclu que l’esprit peut effectivement influencer de manière subtile les résultats d’appareils connus sous le nom de Générateurs d’Evénements Aléatoires (REG).

Plus d’informations sur Psyleron.com et le New York Times.

Le projet a commencé lorsqu’une étudiante souhaitait déterminer les effets de l’esprit et de l’intention sur l’environnement. Cette idée s’est transformée en un laboratoire d’essais rigoureux où le Dr. Robert Jahn et Brenda Dunne, son assistante de laboratoire, ont passé de nombreuses heures à déterminer si oui ou non l’esprit avait une incidence sur le monde physique. Jahn et son assistante ont pu déterminer que les interactions entre l’esprit humain et la machine prouvaient que la relation n’était pas de nature physique. L’esprit pouvait influencer et changer les résultats de la machine d’une manière inexplicable. Autrement dit, la conscience pouvait influencer le monde physique.

Pour déterminer l’influence de l’intention sur le monde physique, ils ont construit plusieurs machines appelés générateurs de nombres aléatoires. Les opérations de la machine ressemblaient à des « pile ou face » et les résultats étaient enregistrés au fur et à mesure. La machine faisait 200 « pile ou face » par seconde et produisait une moyenne de 100. Les résultats obtenus sans surveillance étaient donc de 50/50. Mais quand il y avait une interaction entre l’esprit humain et la machine, les choses prirent une tournure intéressante. Les résultats de 50/50 se sont mis à changer selon les attentes de l’observateur. Bien que cette influence de l’esprit sur la machine n’était pas très importante, elle est incompréhensible pour la physique contemporaine. Peut-être que le monde quantique peut nous éclairer ?

Les implications possibles de ces recherches sur l’humanité sont fascinantes car elles pourraient permettre de mieux comprendre la nature de l’intention. Si les intentions et les pensées influent de cette manière sur le monde, pourquoi ne pas explorer jusqu’au bout ce processus ? La science permettra peut-être de démontrer le vrai pouvoir de nos esprits et de nos intentions.

La vidéo ci-dessous est un brève présentation du laboratoire de recherche sur les anomalies de l’Université de Princeton, dont les recherches sur l’interaction matière-esprit ont été à l’origine de Psyleron Technology.http://vimeo.com/4359545

Psyleron - Princeton Mind-Matter Interaction Research from Psyleron on Vimeo.

 

Note :

Les livres du Dr. Konstantin Korotkov sont disponibles au format PDF dans la boutique de Korotkov.org.

Ci-dessous, la transcription d’une vidéo de Quantique Planète, dont l’intégralité est disponible sur le DVD 2012 :

« C’est un grand homme que vous avez là, qui vient de Russie, qui fait une étude systémique depuis… environ 40 ans… 40 ans d’étude systémique.

Konstantin G. Korotkov : Nous avons beaucoup de contacts et partageons beaucoup de nos travaux avec des médecins. Donc nous pouvons identifier plusieurs branches de médecine. La première branche nous aide à surpasser des troubles sévères. C’est pour cela que la chirurgie et la médecine pharmaceutique bénéficient d’un développement extrêmement importants de nos jours. En même temps, nous avons besoin de développer une approche intégrative. Une approche qui considère la personne comme un tout : avec un corps physique, un esprit, une conscience, une âme. Et bien sûr c’est un développement nouveau pour la médecine occidentale. De plus en plus de médecins s’intéressent à cette branche. En Russie, nous n’avons pas une telle division entre ce que j’appelle la médecine classique et la médecine intégrative. Ce ne sont que deux parties différentes d’un même processus. Un processus qui cherche à faire que les gens soient en bonne santé.

[Extrait de la conférence :] Maintenant, nous allons discuter de plusieurs thèmes importants. Tout d’abord, nous allons parler du champ d’énergie humain, de la mémoire de l’eau et des études sur l’eau. Nous allons aussi évoquer l’étude de la conscience, des lieux d’énergie, et des différentes modalités thérapeutiques.

Résumons rapidement ce qu’est l’énergie. Nous nous basons sur une approche strictement scientifique de l’idée d’énergie. L’énergie est la principale mesure quantitative de tout type de mouvement et d’activité. L’énergie est omniprésente autour de nous.

Et qu’est-ce que la matière ? La matière est de l’énergie condensée pour maintenir une structure. Einstein a montré, avec son équation E=MC² que cette relation est littéralement vraie. La matière et l’énergie sont interchangeables. La première implication est la bombe atomique. Mais cela signifie qu’il faut beaucoup d’énergie pour maintenir une structure. Nous avons donc beaucoup d’énergie dans notre corps.

Il y a toujours eu cette notion d’énergie en Orient. Il y a toujours eu des personnes qui pouvaient sentir cette énergie. Dans les anciennes images religieuses, on représentait de la lumière autour du corps. Nous avons désormais de nombreuses approches scientifiques pour étudier ces champs autour du corps. Nous utilisons dans ce but de nombreuses fréquences électromagnétiques. Nous pouvons parler de mesure de l’énergie vitale.

Nous appelons cela l’imagerie électrophotonique, qui est une branche de la bioélectrographie. Nous avons une longue tradition historique, qui remonte aux 17 et 18ème siècles. Puis il y eut des progrès significatifs aux 19 et 20ème siècles. Les Kirlian sont bien connus pour avoir découvert la photographie Kirlian. Mais ce n’est qu’à la fin du 20ème siècle que avons pu passer de la photographie Kirlian au traitement par ordinateur. Nous en avons désormais une bonne compréhension physique. Ce sont des procédés quantiques. Nous analysons la lumière venant des sujets, car nous sommes tous des êtres de lumière, et nous émettons de la lumière. »

Docteur Konstantin G. Korotkov. Photographie d’une âme quittant le corps

Quand un scientifique Russe nous démontre que la mort n'est que la renaissance ou la résurrection de l'âme vers le monde de Lumière dont nous sommes tous issus, et que les hommes sont tous des êtres de lumière qui captent et émettent de la lumière.

Nous sommes bien loin, du purgatoire et de l'enfer, n'est-ce pas ?

Voir aussi : * - Docteur Konstantin G. Korotkov - Le Photon en Image

 

Conscience de l'homme 

 

Photographie d’une âme quittant le corps

 

L’instant de la décorporation astrale, durant lequel l’esprit quitte le corps, a été photographié par le scientifique russe Konstantin Korotkov à l’aide d’une caméra bioélectrographique

 

PHOTOGRAPHIE D'AMES

L’image a été prise par visualisation de décharge gazeuse (« Gas Discharge Visualization ») une technique avancée de photographie Kirlian qui montre la force vitale de la personne quitter peu à peu son corps. 

 

Le Dr. Konstantin Korotkov et la bioélectrophotographie

L’énergie de la conscience

Un scientifique russe qui étudie le champ d’énergie du corps humain prétend que les gens peuvent changer le monde en utilisant simplement leur propre énergie. Bien que cette idée ne soit pas nouvelle, rares sont ceux qui ont pris le temps de la prouver scientifiquement. Cela dit, la physique quantique a considérablement éclairci ce sujet au fil des ans. Le Dr. Konstantin Korotkov, professeur de physique à l’Université Technique d’Etat de Saint-Pétersbourg, affirme que nos pensées ont une influence sur notre environnement.


L'aura humaine révélée par la science par le Docteur Konstantin G. Korotkov.

 

« Nous développons l’idée que notre conscience fait partie du monde matériel et que notre conscience peut directement influencer le monde, » dit le Dr. Konstantin Korotkov.

Il est difficile de voir l’énergie à l’œil nu, il est donc difficile de comprendre le monde énergétique invisible sans les observations des mesures scientifiques. C’est peut-être pour cela que l’étude de l’influence de la conscience sur la réalité est aussi peu développée. La bioélectrophotographie permet de construire un pont entre le monde physique et invisible. Dans ces expériences, on part du principe que le corps humain et la conscience émettent constamment de l’énergie. La bioélectrophotographie cherche à identifier ces champs d’énergie en terme de lumière autour du corps. En métaphysique, on appelle « aura » cette émission d’énergie, mais en science, on parle de « champ d’énergie ».

 

Recherches à Princeton

Le Dr. Korotkov n’est pas le seul à étudier les effets de l’esprit humain, de ses pensées et de son énergie sur notre environnement. Le laboratoire de Princeton Engineering Anomalies Research (PEAR) a également cherché à comprendre le sujet et a conclu que l’esprit peut effectivement influencer de manière subtile les résultats d’appareils connus sous le nom de Générateurs d’Evénements Aléatoires (REG).

Psyleron - Princeton Mind-Matter Interaction Research from Psyleron on Vimeo.

Plus d’informations sur Psyleron.com et le New York Times.

Le projet a commencé lorsqu’une étudiante souhaitait déterminer les effets de l’esprit et de l’intention sur l’environnement. Cette idée s’est transformée en un laboratoire d’essais rigoureux où le Dr. Robert Jahn et Brenda Dunne, son assistante de laboratoire, ont passé de nombreuses heures à déterminer si oui ou non l’esprit avait une incidence sur le monde physique. Jahn et son assistante ont pu déterminer que les interactions entre l’esprit humain et la machine prouvaient que la relation n’était pas de nature physique. L’esprit pouvait influencer et changer les résultats de la machine d’une manière inexplicable. Autrement dit, la conscience pouvait influencer le monde physique.

Pour déterminer l’influence de l’intention sur le monde physique, ils ont construit plusieurs machines appelés générateurs de nombres aléatoires. Les opérations de la machine ressemblaient à des « pile ou face » et les résultats étaient enregistrés au fur et à mesure. La machine faisait 200 « pile ou face » par seconde et produisait une moyenne de 100. Les résultats obtenus sans surveillance étaient donc de 50/50. Mais quand il y avait une interaction entre l’esprit humain et la machine, les choses prirent une tournure intéressante. Les résultats de 50/50 se sont mis à changer selon les attentes de l’observateur. Bien que cette influence de l’esprit sur la machine n’était pas très importante, elle est incompréhensible pour la physique contemporaine. Peut-être que le monde quantique peut nous éclairer ?

Les implications possibles de ces recherches sur l’humanité sont fascinantes car elles pourraient permettre de mieux comprendre la nature de l’intention. Si les intentions et les pensées influent de cette manière sur le monde, pourquoi ne pas explorer jusqu’au bout ce processus ? La science permettra peut-être de démontrer le vrai pouvoir de nos esprits et de nos intentions.

La vidéo ci-dessous est un brève présentation du laboratoire de recherche sur les anomalies de l’Université de Princeton, dont les recherches sur l’interaction matière-esprit ont été à l’origine de Psyleron Technology. 

« C’est un grand homme que vous avez là, qui vient de Russie, qui fait une étude systémique depuis… environ 40 ans… 40 ans d’étude systémique.

(Source : Joe Martino, Collective Evolution et (Source : adguk)



Le champ d’énergie humain

Konstantin G. Korotkov : Nous avons beaucoup de contacts et partageons beaucoup de nos travaux avec des médecins. Donc nous pouvons identifier plusieurs branches de médecine. La première branche nous aide à surpasser des troubles sévères. C’est pour cela que la chirurgie et la médecine pharmaceutique bénéficient d’un développement extrêmement importants de nos jours. En même temps, nous avons besoin de développer une approche intégrative. Une approche qui considère la personne comme un tout :

avec un corps physique, un esprit, une conscience, une âme.

Et bien sûr c’est un développement nouveau pour la médecine occidentale. De plus en plus de médecins s’intéressent à cette branche. En Russie, nous n’avons pas une telle division entre ce que j’appelle la médecine classique et la médecine intégrative. Ce ne sont que deux parties différentes d’un même processus. Un processus qui cherche à faire que les gens soient en bonne santé.

Maintenant, nous allons discuter de plusieurs thèmes importants. Tout d’abord, nous allons parler du champ d’énergie humain, de la mémoire de l’eau et des études sur l’eau. Nous allons aussi évoquer l’étude de la conscience, des lieux d’énergie, et des différentes modalités thérapeutiques.

Résumons rapidement ce qu’est l’énergie. Nous nous basons sur une approche strictement scientifique de l’idée d’énergie. L’énergie est la principale mesure quantitative de tout type de mouvement et d’activité.

L’énergie est omniprésente autour de nous.

Et qu’est-ce que la matière ?

La matière est de l’énergie condensée pour maintenir une structure. Einstein a montré, avec son équation E=MC² que cette relation est littéralement vraie. La matière et l’énergie sont interchangeables. La première implication est la bombe atomique. Mais cela signifie qu’il faut beaucoup d’énergie pour maintenir une structure. Nous avons donc beaucoup d’énergie dans notre corps.

Il y a toujours eu cette notion d’énergie en Orient. Il y a toujours eu des personnes qui pouvaient sentir cette énergie. Dans les anciennes images religieuses, on représentait de la lumière autour du corps. Nous avons désormais de nombreuses approches scientifiques pour étudier ces champs autour du corps. Nous utilisons dans ce but de nombreuses fréquences électromagnétiques. Nous pouvons parler de mesure de l’énergie vitale.

Nous appelons cela l’imagerie électrophotonique, qui est une branche de la bioélectrographie. Nous avons une longue tradition historique, qui remonte aux 17 et 18ème siècles. Puis il y eut des progrès significatifs aux 19 et 20ème siècles. Les Kirlian sont bien connus pour avoir découvert la photographie Kirlian. Mais ce n’est qu’à la fin du 20ème siècle que avons pu passer de la photographie Kirlian au traitement par ordinateur. Nous en avons désormais une bonne compréhension physique. Ce sont des procédés quantiques. Nous analysons la lumière venant des sujets, car nous sommes tous des êtres de lumière, et nous émettons de la lumière. »

Selon Korotkov, avant que l’esprit ne surfe sur la fantasmagorie de l’infini, le nombril et la tête sont les premières parties du corps à perdre leur force vitale (qui serait l’âme), et l’aine et le cœur sont les dernières parties.

Dans d’autres cas, Korotkov a remarqué que « l’âme » des personnes qui souffrent d’une mort violente et inattendue apparaissent généralement dans un état de confusion dans ses mesures avant de retourner à leur corps dans les jours qui suivent la mort. Ce pourrait être à cause d’un surplus d’énergie inutilisée.

 

 (source : newsoftomorrow.org)









Voir aussi :

L'expérience incroyable du Dr Eben Alexander 

 Dr J.J. Charbonier

NDE, expérience de mort imminente

Notre demeure 

NDE, expérience de mort imminente 

Photographie d'une âme quittant le corps

http://messagesdelanature.ek.la/photographie-d-une-ame-quittant-le-corps-p674939

 

Docteur Konstantin G. Korotkov Le Photon en Image - Quantiqueplanète Reims 2012

Encore des preuves scientifiques que l'Homme est électrique, relié à l'UNIVERS et à la Terre électriques et un être de lumière, notamment par le biais de ses chakras et de ses cellules électriques. 

Vous connaissez l'effet Kirlian, ces images sombres entourées d'un halo électrisé. Les recherches menées depuis plus de dix ans par le Pr Korotkov ont démontré que cet effet de « couronne » est provoqué par une excitation électrique des gaz diffusés par la peau humaine, ce qui ouvre la voie à un procédé scientifique d'imagerie électro-photonique (EPI). L'équipe du Dr Korotkov à Saint-Pétersbourg a ainsi démontré que les « flammèches » fournissent, par leur forme et leur localisation, des informations importantes à propos de l'état de santé physique et psychologique de la personne testée.

le Pr Korotkov se base sur les récentes théories issues de l'évolution de la physique et de la cosmologie pour montrer que l'univers est de nature non physique et que son émergence peut se faire à partir d'un champ de potentialité plus subtil que l'énergie elle-même, un champ immatériel qui ressemble davantage à un champ de conscience qu'à de la matière.

cliquez ici pour plus d'informations concernant cette image

Le photo ou la particule de lumière

Docteur Konstantin G. Korotkov Le Photon en Image
Quantiqueplanète Reims 2012


International Union of Medical and Applied Bioelectrography

Human Light System

http://iumab.org/index.php/human-light-s-system

http://korotkov.tv/images/stories/74780_421425157891768_812222946_n.jpg

 

http://www.korotkov.eu/

http://korotkov.tv/

http://korotkov.tv/index.php/productions/human-lights-sys...

GDV CAMERA by DrK & Kirlian Techniques

http://gdvcamera.com/