26/03/2014

La vérité sur Maidan Kiev, les faits passés sous silence des médias!!!

Est-ce que c'est Poutine et la Russie qui ont financé les nazis et qui leur ont donné l'ordre d'attaquer les forces de police et de sécurité ?

La vérité sur Maidan Kiev, les faits passés sous silence des médias!!!

https://www.youtube.com/watch?v=z2qvf6lugWI&feature=youtu.be

Michel Collon : Ukraine et médiamensonges,
comment ne pas se faire manipuler ?

https://www.youtube.com/watch?v=uTp6CIHh4qs

 

La réponse des Pays des BRICS aux US/UE,Sionistes à La Haye : l'avenir est à nous !

Voici pourquoi Poutine était serein face aux menaces des US/UE/Sionistes qui prennent une nouvelle humiliation de la part de la Russie, du Brésil, de l’Inde de la Chine et de l’Afrique du Sud.

Ukraine: les BRICS condamnent les sanctions
http://fr.ria.ru/world/20140325/200805806.html

Voilà à quoi ont mené les menaces de sanctions contre la Russie par les US/UE/Sionistes : A LA LIBERATION DES PAYS DU BRICS (Russie, Brésil, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud) qui ont déjà leur banque mondiale.

À Durban, les Brics lancent leur propre banque mondiale
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/03/26/20002-20130...

Il ne leur reste plus qu’à exiger que les US et les pays occidentaux paient dans la monnaie des pays du BRICS pour que le dollar soit définitivement enterré et les USA avec !

Que voulez-vous qu’ils fassent de leur G8 ?

Pays des BRICS : l’avenir est à nous !

Pays des BRICS : l’avenir est à nous !

© Collage: La Voix de la Russie

Par La Voix de la Russie | A l’heure où les pays occidentaux menacent (encore) la Russie de sanctions (bien que de moins en moins ardemment), le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a ouvertement donné le ton lors du sommet sur la sécurité nucléaire à La Haye.

Ce forum a été une occasion supplémentaire de discuter avec le secrétaire d’Etat étasunien John Kerry, ainsi que d’une rencontre avec le ministre ukrainien par intérim des Affaires étrangères Andreï Dechtchitsa (la rencontre a eu lieu à la demande de la partie ukrainienne). Mais nous n’allons pas nous focaliser sur ces deux rencontres, mais bien sur celle qui s’est déroulée en tout premier lieu à La Haye : celle des ministres des Affaires étrangères des pays des BRICS.

D’ailleurs le fait même que la première rencontre de Lavrov à La Haye ait été consacrée aux BRICS est tout un symbole. A l’heure où les leaders occidentaux ne savent plus à quoi s’en tenir, notamment en affirmant que la Russie « ne ferait plus partie du G8 », le ministre russe des Affaires étrangères a une nouvelle fois montré la priorité de la Russie. Sergueï Lavrov a dit une chose importante durant son passage à La Haye, qui concerne justement le G8 : « Le G8 est un club informel, il ne distribue pas de cartes de membre et personne ne peut en exclure qui que ce soit. Si nos partenaires occidentaux estiment que ce format est dépassé, la Russie ne s’y accrochera pas ».

Quant aux pays des BRICS, et c’est effectivement une grande nouvelle, les quatre pays autres que la Russie (à savoir le Brésil, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud) ont condamné dans une déclaration commune les sanctions occidentales contre la Russie en tant qu’instrument de règlement de la situation en Ukraine, rapporte le quotidien canadien The Globe and Mail. Sergueï Lavrov a quant à lui exprimé la reconnaissance de la Russie envers les autres pays membres des BRICS pour leur « compréhension de la position russe au sujet de la Crimée ».

« En ce qui concerne la rencontre des ministres des Affaires étrangères des pays des BRICS ici à La Haye, nous avons entendu la compréhension de la situation, ainsi que la compréhension des aspects historiques de toute cette situation, et nous sommes reconnaissants à cet effet à nos partenaires », a déclaré Sergueï Lavrov durant la conférence de presse qui a suivi ses rencontres à La Haye.

Pour revenir aux BRICS, faut-il rappeler ce qu’ils représentent ? 25% du Produit Intérieur Brut (PIB) mondial, 42% de la population mondiale et plus de 25% du territoire terrestre mondial. Faut-il également rappeler que d’ici 2015, les pays des BRICS devraient assurer 61% de la croissance mondiale (selon le FMI) ? Les BRICS constituent déjà un véritable contrepoids au G7. Ils partagent une vision commune sur la plupart des aspects d’ordre économique, notamment en vue de réformer le système économique du monde. La création décidée par les pays des BRICS d’une nouvelle banque de développement dont le capital devra atteindre 100 milliards de dollars en est une preuve supplémentaire. Un projet il faut le dire grandiose et qui représentera une véritable alternative à la Banque mondiale et au Fonds monétaire international.

Mis à part l’aspect économique, faut-il rappeler que les BRICS sont de plus en plus unis sur les questions de politique internationale ? L’aspect sur lequel au départ de ce grand projet ambitieux un certain nombre de spécialistes occidentaux doutaient (concernant l’unité politique) aujourd’hui prend véritablement forme et l’on voit un point de vue commun sur la plupart des questions politiques internationales. Politique d’indépendance vis-à-vis des USA et globalement de l’Occident, respect de l’ONU et critique commune du diktat étasunien, non-reconnaissance du Kosovo en tant qu’Etat indépendant, opposition aux interventions armées en Côte d’Ivoire, Libye et Syrie pour ne citer que cela. Et maintenant un soutien pratiquement déclaré à la position russe en Crimée et face à la crise en Ukraine. D’ailleurs les précédents ivoirien et libyen ont permis aux BRICS d’avoir désormais une approche beaucoup plus efficace face aux « partenaires » occidentaux.

Pour finir sur notre projet commun des BRICS, il serait bon de reprendre une citation de Sudhir Vyas, secrétaire aux Affaires économiques du ministère des Affaires étrangères de l’Inde : « Au-delà de leur rôle de moteur de la croissance mondiale, nos cinq pays sont unis dans leur volonté de chercher des solutions durables face aux défis mondiaux. Nous en avons les moyens ». Autre aspect qui pourrait surprendre certains et pourtant, celui de la lutte et résistance face à l’impérialisme occidental tout au long de leurs histoires respectives. En marge donc des réflexions sur les BRICS, il serait également plus qu’intéressant de reprendre un commentaire d’un camarade chinois : « Je suis très heureux du fait que nos pays s'unissent ensemble pour un monde meilleur. D'une manière ou d'une autre tous nos pays ont été la cible de l'impérialisme occidental. Le Brésil a dû se libérer du colonialisme portugais. L'Inde du colonialisme britannique. Qui peut oublier les sacrifices de la Russie, de son peuple et de tous les peuples frères pour abattre la peste brune nazie d’Hitler ? Qui peut oublier la lutte du peuple de l'Afrique du Sud contre le régime raciste antihumain d'apartheid soutenu par les gouvernements occidentaux ? Et enfin en ce qui concerne mon pays, la Chine, nous avons très longtemps dû résister aux interférences néfastes occidentales, que ce soit celles des Britanniques, des Etasuniens ou d'autres pays occidentaux et ayant également perdu des dizaines de millions de vies humaines !". Un résumé pratiquement parfait.

L’avenir est à nous, l’avenir est aux BRICS !
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_03_26/Pays-des-BRICS-l-avenir-...

 

Les États-Unis ont installé un gouvernement néonazi en Ukraine

Et voilà qui sont les amis de Fabius, de BHL, de Hollande, du CRIF et CIE ! Ensuite les nazis qui nous gouvernent à partir de l’UESA/Sioniste feront porter la faute sur Poutine et la Russie qu’ils accusent d’avoir provoqué les troubles en Ukraine et de violer le droit international !


Et le pire c’est que ce sont les Européens, c’est-à-dire nous tous qui allons payer pour entretenir la corruption, les crimes  et tous ces nazis en Ukraine que l’UESA s’est engagée à aider financièrement pour les sortir de leurs dettes colossales engendrées par la corruption !

 

Alors que les Peuples européens veulent sortir de la prison de l’UESA/Sioniste, et bien non, il faut continuer à jouer de l’expansionnisme vers les pays européens pour encercler et isoler la Russie avec l’OTAN.

Si ce n’est pas de la provocation pour déclencher la 3ème guerre mondiale contre la Russie et la Chine, on peut se demander ce que c’est ?  

N’est-ce pas SARKOZY et Hollande qui veulent faire rentrer la Turquie qui s’attaque à la Syrie dans l’Union Européenne ?

Jusqu’à quand allons-nous les laisser faire, commettre des crimes en notre nom, avec notre argent et nous ruiner ?

Comme vous l’aurez aussi compris, ils sont en train d’organiser l’épuration ethnique des Russes et des Juifs qui vivent en Ukraine, car ces néonazis sont en prime racistes et antisémites !

Et là, personne ne s’offusque du geste nazi fait par les nazis d’Ukraine, c’est le geste de la Quenelle de Dieudonné qui était un geste antisémite, bien que la caste sioniste qui dirige la France ait pris le soin de préciser qu’il s’agissait du "geste nazi inversé" ! C’est donc le monde inversé et les accusations inversées contre Poutine et la Russie !

 

Les États-Unis ont installé un gouvernement néonazi en Ukraine

Mondialisation.ca, 25 mars 2014


Selon le New York Times, « Les États-Unis et l’Union européenne ont épousé la révolution ici comme un autre essor de la démocratie, un coup contre l’autoritarisme et la cleptocratie dans l’ancien espace soviétique ». (After Initial Triumph, Ukraine’s Leaders Face Battle for Credibility, NYTimes.com, 1er mars 2014. C’est l’auteur qui souligne.)

« Essor de la démocratie »? « Révolution »? La dure réalité est tout autre. Il s’agit d’un coup d’État appuyé par les États-Unis, l’Union européenne et l’OTAN en violation flagrante du droit international.

La vérité interdite est que l’Occident, grâce à une opération clandestine soigneusement mise en scène, a conçu un régime par procuration intégré par des néonazis.

Les principales organisations en Ukraine, y compris le parti néonazi Svoboda, ont été généreusement soutenues par Washington, ce qu’a confirmé la secrétaire d’État adjoint, Mme Victoria Nuland : « Nous avons investi plus de 5 milliards de dollars pour aider l’Ukraine à atteindre, entre autres, ces objectifs [...] Nous allons continuer à faire avancer l’Ukraine vers l’avenir qu’elle mérite. »

Les médias occidentaux ont tout simplement évité d’analyser la composition et les fondements idéologiques de la coalition gouvernementale. Le terme « néonazi » est tabou. Il a été exclu du vocabulaire des chroniqueurs des médias de masse. Il n’apparaîtra pas dans les pages du New York Times, du Washington Post ou de l’Independent. Les journalistes ont reçu comme consigne de ne pas utiliser le terme « néonazi » pour désigner les partis Svoboda (Liberté) et Pravy Sektor (Secteur de droite).

Composition du gouvernement de coalition

Il n’est pas question d’un gouvernement de transition au sein duquel des éléments néonazis ont intégré la frange de la coalition, officiellement dirigée par le parti Batkivschina (la Patrie).

Le Cabinet est non seulement intégré par les deux principales entités néonazies, Svoboda et Pravy Sektor (sans compter les anciens membres de la défunte organisation fasciste UNA-UNSO), on leur a également confié des postes clés qui leur donnent de facto le contrôle sur les forces armées, la police, la justice et la sécurité nationale.

Bien que le parti Batkivschina de Yatsenuyk contrôle la majorité des portefeuilles et que le chef néonazi de Svoboda Oleh Tyahnybok n’ait pas obtenu de poste ministériel important (apparemment à la demande de la secrétaire d’État adjoint Victoria Nuland), les membres de Svoboda et de Pravy Sektor occupent des postes clés dans les domaines de la défense, de l’application de la loi, de l’éducation et des affaires économiques.

Le chef néonazi de Svoboda Oleh Tyahnybok

La secrétaire d’État étasunienne Victoria Nuland avec le chef néonazi de Svoboda Oleh Tyahnybok (à gauche)

Andriy Parubiy [à droite], co-fondateur du Parti national-socialiste de l’Ukraine (parti néonazi rebaptisé Svoboda), a été nommé secrétaire de la Commission de la sécurité et de la défense nationale (RNBOU) (Рада національної безпеки і оборони України), un poste clé chargé de superviser le ministère de la Défense, les Forces armées, l’application de la loi, la Sécurité nationale et le renseignement. Le RNBOU est l’organe de décision central. Bien qu’il soit formellement dirigé par le président, il est géré par le secrétariat avec un personnel de 180 membres, incluant la défense, le renseignement et des experts de la sécurité nationale.

Parubiy a été l’un des principaux dirigeants de la révolution orange en 2004. Son organisation a été financée par l’Occident. Les médias occidentaux le surnomment le « kommandant » du mouvement EuroMaidan. Andriy Parubiy, tout conmme le chef du parti Oleh Tyahnybok, est un adepte du nazi ukrainien Stepan Bandera, qui a collaboré au massacre des juifs et des Polonais durant la Seconde Guerre mondiale.

Marche en l’honneur du néonazi Stepan Bandera

Pour sa part, Dmytro Yarosh, chef de la délégation de Pravy Sektor au parlement, a été nommé secrétaire adjoint de Parubiy à la RNBOU.

Yarosh était le chef du groupe paramilitaire des chemises brunes néonazies durant les « manifestations » du mouvement EuroMaidan. Il a appelé à dissocier le parti des régions et du parti communiste.

Discours de Dmytro Yarosh à Euromaidan (Centre)

Le parti néonazi contrôle également le processus judiciaire avec la nomination d’Oleh Makhnitsky du parti Svoboda au poste de procureur général de l’Ukraine. Quelle sorte de justice prévaudra avec un néonazi renommé en charge du Bureau du Procureur de l’Ukraine?

Des postes au Cabinet ont également été attribués à d’anciens membres de l’Assemblée nationale ukrainienne – Autodéfense  nationale ukrainienne (UNA-UNSO), une organisation néonazie marginale:

« Tetyana Chernovol, que la presse occidentale dépeint comme une journaliste d’enquête militante sans faire référence à son implication passée dans l’organisation antisémite UNA-UNSO, a été nommée présidente du comité gouvernemental anticorruption. Dmytro Bulatov, connu pour son enlèvement présumé par la police, mais aussi pour ses liens avec UNA-UNSO, a été nommé ministre de la jeunesse et des sports.

Yegor Sobolev, chef d’un groupe de citoyens de la place de l’Indépendance et politiquement proche Iatseniouk, a été nommé président de la Commission d’épuration, chargée de purger du gouvernement et de la vie publique les adeptes du président Ianoukovitch. (Voir Ukraine Transition Government: Neo-Nazis in Control of Armed Forces, National Security, Economy, Justice and Education, Global Research, 2 mars 2014)

Le Comité d’épuration organisera la chasse aux sorcières contre tous les adversaires du nouveau régime néonazi. Les cibles de la campagne de purges sont des personnes en position d’autorité au sein de la fonction publique, des gouvernements régionaux et municipaux, de l’éducation, de la recherche, etc. Le terme « épuration » fait référence à la « disqualification massive » des personnes associées à l’ancien gouvernement. Il a également des connotations raciales. Selon toute probabilité, l’épuration sera dirigée contre les communistes, les Russes et les membres de la communauté juive.

Il est important de réfléchir sur le fait que l’Occident, officiellement dévoué aux valeurs démocratiques, a non seulement orchestré la chute d’un président élu, mais il a également instauré un régime politique intégré par les néonazis.

C’est un gouvernement par procuration permettant aux États-Unis, à l’OTAN et à l’UE d’interférer dans les affaires intérieures de l’Ukraine et de démanteler ses relations bilatérales avec la Fédération de Russie. Il faut cependant comprendre que ce ne sont pas les néonazis qui mènent le bal. La composition du Cabinet coïncide largement avec les « recommandations » qu’avait faites la secrétaire d’État adjoint des États-Unis, Victoria Nuland, à l’ambassadeur américain en Ukraine lors d’un appel ayant fait l’objet d’une fuite.

Washington a choisi de mettre les néonazis dans des positions d’autorité. En vertu d’un « régime de gouvernance indirecte », ces derniers prennent toutefois leurs ordres du département d’État étasunien, du Pentagone et de l’OTAN en ce qui concerne les décisions cruciales en matière de politique étrangère et militaire, dont le déploiement de troupes contre la Fédération de Russie.

Le monde est à un carrefour dangereux: Les structures et la composition de ce gouvernement par procuration installé par l’Occident ne favorisent pas le dialogue avec le gouvernement et l’armée russes.

 

Un scénario d’escalade militaire menant à la confrontation entre la Russie et l’OTAN est tout à fait possible. Le RNBOU, contrôlé par les néonazis, joue un rôle central dans les affaires militaires. Dans la confrontation avec Moscou, le RNBOU, dirigé par le néonazi Parubiy et son adjoint chemise brune Dmytro Yarosh, pourrait prendre des décisions, en consultation avec Washington et Bruxelles, pouvant avoir des conséquences dévastatrices.

Cependant, il va sans dire que l’« appui » des États-Unis à la formation d’un gouvernement néonazi n’implique aucunement le développement de « tendances fascistes » au sein de la Maison Blanche, du département d’État et du Congrès.

« L’essor de la démocratie » en Ukraine, pour reprendre les termes du New York Times, est approuvé par les républicains et les démocrates. Il s’agit d’un projet bipartisan. Rappelons-nous que le sénateur John McCain est un fervent partisan et ami du chef néonazi de Svoboda, Oleh Tyahnybok (image à droite).

Michel Chossudovsky

Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur émérite de sciences économiques à l’Université d’Ottawa. Il est l’auteur de Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre et de la Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial (best-seller international publié en plus de 20 langues).

 


Guerre et mondialisation


Mondialisation de la pauvreté.

 

Article original : The U.S. has Installed a Neo-Nazi Government in Ukraine

Traduction : Julie Lévesque pour Mondialisation.ca

25/03/2014

EXCLUSIF – UKRAINE. Face au bellicisme occidental, la Russie fait sortir son joker: l’Iran.

Une manoeuvre de Poutine pour empêcher Israël et ses complices US/UE, Sionistes d'attaquer l'Iran ? Juste un petit avertissement du genre nous nous battrons aux côtés de l'Iran !

Mieux Poutine a fait  prévenir les USA que : "Si l’Ouest poursuit ses provocations, notamment les Etats-Unis, nous allons nous tourner vers le marché iranien et casser l’embargo imposé par les Etats-Unis que nous respectons simplement pour ne pas les mettre en difficulté. Nous participons, entre autres, aux négociations sur le nucléaire iranien". Crainte de Washington, qui croyait qu’il était le seul capable de proférer des menaces. Les experts sont maintenant préoccupés par la possibilité de nouvelles ventes d’armes russes, sans contrôle, à la Syrie ou à l’Iran, en particulier, le système de missile de défense aérienne le plus puissant du monde, le S-300. En effet, en 2010, sous la pression américaine, la Russie avait annulé la livraison à l’Iran.

 

EXCLUSIF – UKRAINE. Face au bellicisme occidental, la Russie fait sortir son joker: l’Iran.

Publié le mar 24, 2014 @ 23:54

 

Rouhani et Poutine

Rouhani et Poutine

Comme le dit le proverbe africain: "Quand deux éléphants se battent, c’est l’herbe qui souffre." En effet, ceux qui essayent tant bien que mal d’exister auprès des Etats-Unis, la belle France et les autres comme l’Allemagne ou la Grande Bretagne, point de salut en s’opposant à la Russie. En réalité, les pro-Maïdan ont surestimé la puissance occidentale face à la Russie qui a encore de nombreuses armes, la Chine notamment, et surtout, l’Iran. Ambiance.

 

Lors de la rencontre entre le président américain Barack Obama et son homologue chinois Xi Jinping lundi à La Haye, ce dernier a été clair. Pour lui, il faut d’entrer oublier les questions concernant Taiwan et le Tibet. En d’autres termes, le Chinois a voulu dire à l’Américain que, quand il claironne sur l’intégrité territoriole de l’Ukraine, il faut qu’il pense aussi à celle de la Chine car, la Chine considère que Taïwan c’est la Chine, le Tibet aussi.

Piégés sur ce coup-là, les Etats-Unis ont dit leur volonté de traiter de manière constructive leurs divergences et désaccords avec la Chine, et de travailler avec Beijing à envoyer des signaux positifs montrant que les deux parties sont engagées à promouvoir leurs relations, a déclaré M. Obama. Conscient que les perspectives russes et chinoises ont le vent en poupe, ne pouvant sanctionner durablement la Russie économiquement, l’Occident a préféré sanctionner des individus. A cette folie, la Russie a répondu aussi fermement, aux Etats-Unis et au Canada. Moquée par les Américains, les autorités russes, critiquant leur arrogance ont donc sorti du chapeau, l’Iran.

Un fonctionnaire russe du ministère de la Défense, sous couvert d’anonymat, précisant que Moscou n’avait aucun intérêt que l’Iran obtienne une bombe nucléaire ou qu’une escalade des tensions dans le Golfe augmente, a déclaré: "Si l’Ouest poursuit ses provocations, notamment les Etats-Unis, nous allons nous tourner vers le marché iranien et casser l’embargo imposé par les Etats-Unis que nous respectons simplement pour ne pas les mettre en difficulté. Nous participons, entre autres, aux négociations sur le nucléaire iranien". Crainte de Washington, qui croyait qu’il était le seul capable de proférer des menaces. Les experts sont maintenant préoccupés par le possibilité de nouvelles ventes d’armes russes, sans contrôle, à la Syrie ou à l’Iran, en particulier, le système de missile de défense aérienne le plus puissant du monde, le S-300. En effet, en 2010, sous la pression américaine, la Russie avait annulé la livraison à l’Iran.

Ainsi, selon Cliff Kupchan, analyste chez Eurasia Group, ce serait une grande catastrophe et l’Iran aura son nucléaire coûte que coûte: «C’est la seule carte qu’ils [les Russes], ont, le S-300. Ceci peut véritablement changer la donne. Ce serait, primo, réduire la capacité d’Israël d’attaquer l’Iran, deusio, il pourrait développer aisément son nucléaire sans que personne ne soit capable de l’attaquer". Les analystes de pacotille occidentaux, estampillés "experts", n’avaient sans doute pas vu cette carte que Moscou vient de faire sortir de son chapeau de magicien.

http://allainjules.com/2014/03/24/exclusif-ukraine-face-au-bellicisme-occidental-la-russie-fait-sortir-son-joker-liran/

 

24/03/2014

Alerte ! Israël/Iran : Attaque atomique chimique imminente sur l'Iran ?

Comme par hasard tout semble être coordonné avec l'Algérie, la France, les US/UE et Tel Aviv qui s'apprêteraient à aller attaquer l'Iran ! On détourne notre attention sur Poutine et la Crimée et pendant ce temps là l'état sioniste et ses complices préparent leurs plans d'attaque contre l'Iran sur fond d’élections présidentielles en France et en Algérie.

Militarisation accrue du Sahel, déstabilisation de l’Algérie

Hollande a réuni un conseil de Défense sur la menace djihadiste !

La CIA suspend son directeur des opérations en Iran

Pour la première fois dans l'histoire Israël ferme toutes ses ambassades et ses consulats dans le monde entier

For the First Time in History, Israel Suspiciously Closes All Embassies & Consulates World Wide!
Read more at http://investmentwatchblog.com/for-the-first-time-in-hist...

For the First Time in History, Israel Suspiciously
Closes All Embassies & Consulates World Wide!

http://www.youtube.com/watch?v=bJVtLdLouKU

 

All Israeli embassies and consulates closed worldwide first time, FM stops its work due to strikes – trade union

http://israelforeignaffairs.com/all-israeli-embassies-and-consulates-closed-worldwide-first-time-fm-stops-its-work-due-to-strikes-trade-union

 

Israel to further destroy those who plan and carry out attacks against Jewish state - Netanyahu

 

http://voiceofrussia.com/news/2014_03_23/Israel-to-furthe...

All Israeli embassies and consulates closed worldwide first time, FM stops its work due to strikes – trade union

http://voiceofrussia.com/news/2014_03_23/All-Israeli-emba...


For the First Time in History, Israel Suspiciously Closes All Embassies & Consulates World Wide!
Read more at http://investmentwatchblog.com/for-the-first-time-in-hist...
For the First Time in History, Israel Suspiciously Closes All Embassies & Consulates World Wide!
Read more at http://investmentwatchblog.com/for-the-first-time-in-hist...
For the First Time in History, Israel Suspiciously Closes All Embassies & Consulates World Wide!
Read more at http://investmentwatchblog.com/for-the-first-time-in-hist...
For the First Time in History, Israel Suspiciously Closes All Embassies & Consulates World Wide!
Read more at http://investmentwatchblog.com/for-the-first-time-in-hist...
For the First Time in History, Israel Suspiciously Closes All Embassies & Consulates World Wide!
Read more at http://investmentwatchblog.com/for-the-first-time-in-hist...

Voir les alertes ci-dessous : Sur le site d’Islamic Intelligence !

 

MISE A JOUR LUNDI 24 MARS 2014, 17H56 GMT:


http://1.bp.blogspot.com/-PtI3bPr-P7k/UqSMuHLfIhI/AAAAAAAAAUo/HhYc11fxpbE/s1600/972_israeli-mossad+cowards+and+assassins.....jpg

  PAX TALMUDICA: URGENT

NOUS VENONS D'APPRENDRE QUE TOUTES LES AMBASSADES US EN EUROPE SONT EN ETAT D'ALERTE ET QUE LES MARINES US EN SARDAIGNE SONT PASSES EN MODE COMBAT ACTIF DEPUIS HIER SOIR... NOUS AVONS EGALEMENT ETE INFORMES DE LA PRESENCE DE SOUS-MARINS D'ATTAQUES NUCLEAIRES CHINOIS ET RUSSES EN MEDITERANEE. IL SEMBLE QUE LE MONDE SE PREPARE A UNE GUERRE ISRAELIENNE AU MOYEN ORIENT, PRECEDEE D'UN FALSE FLAG DE TYPE 11 SEPTEMBRE POUVANT DECLENCHER LE CHAOS GENERAL ...

TEL AVIV A ENCLENCHE SON 11 SEPTEMBRE NUCLEAIRE-CHIMIQUE ET ANNONCE QUE TOUTES SES AMBASSADES ET CONSULATS FERMENT SUR TOUTE LA PLANETE!  LIRE ICI

- Pax talmudica: La sale race corrompue a saboté le blog une nouvelle fois! Le gouvernement malaisien affirme que l'avion détourné par les israéliens s'est crashé en mer, mais toujours aucune preuve matérielle ne vient confirmer cela. Il apparait que la Malaisie ne veut pas être accusée à la place de Tel Aviv si un avion détourné percutait une cible... Confirmation que le gouvernement français est partie prenante dans le 11 septembre nucléaire-chimique. Les Musulmans disposent d'un savoir faire technologique inégalé sur toute la planète! Lire ici

- Pax Talmudica; Des sources militaires US confirment que le Boeing 777 MH-370 a été détourné et a été ravitaillé à Diego Garcia. Nos sources affirment que l'avion est reparti de Diego Garcia vers le Moyen Orient. Les ingénieurs de Rolls Royce qui monitorent les moteurs de l'appareil en live refusent de communiquer sa position mais nous savions que les français, anglais et allemands participaient à ce nouvel 11 septembre 2001. Notre étonnement vint de Pékin qui a immédiatement pris les dispositions ignorant les américains, anglais, français, australiens, allemands.  Les preuves sont suffisamment convaincantes, mais cela nous a valu quelques nuits blanches ces derniers temps. Des sources US non militaires travaillant dans l'aviation civile pour des compagnies asiatiques, volant sur le même type d'appareil, confirment également ce que nous disions, elles affirment savoir pouvoir accéder aux données anglaises de Rolls Royce et les communiquer au grand public très rapidement afin de localiser l'avion. Lire ici

http://islamic-intelligence.blogspot.fr/

 

22/03/2014

Dossier Ukraine/Crimée : Les médias censurent Poutine. La trouille ? - Armand Lafevre

Quand Poutine a purement et simplement ridiculisé et renvoyé d’un revers de main l’Occident et que les merdias aux ordres du lobby sioniste nous le cache !

 

Les médias censurent Poutine. La trouille ? - Armand Lafevre

21 mars 2014

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

iTélé, BFM TV ou France 24 étaient bien préparés avec chacun un traducteur « live » du discours...

 
 
Ce sont des tweets commentant le discours de Vladimir Poutine en direct qui me donnèrent envie de le regarder, certes un peu sur le tard. J’allume la télévision en pensant qu’il allait falloir faire du zapping afin de trouver la retransmission en direct. A vrai dire, je n’ai pas eu à chercher très loin : iTélé, BFM TV ou France 24 étaient bien préparés avec chacun un traducteur live du discours. Je n’ai pu assister qu’au dernier ¼ d’heure du discours qui me fit hérisser les poils tant son contenu était anti-occidental tout en étant empreint de non-violence. Les spectateurs, représentants du milieu politique (la douma + représentants des provinces Russes) et religieux (Orthodoxes, Juifs, Musulmans) ont tous fait une standing ovation à la fin du discours.

Cherchant à revoir le début du discours, je laissais passer quelques heures en pensant qu’un internaute allait bien mettre à disposition ce discours sur YouTube ou Dailymotion. A mon grand étonnement, rien jusqu'à la fin de la journée. Sur les sites replay des grands medias (qui l’ont retransmis en direct) rien non plus, si ce n’est une vidéo résumé d’1 à 2 min. max.
 
Captures-3jp1cf0-62eda.jpg
 
 

Le soir, seule l’image (ou presque) de Vladimir Poutine signant le traité rattachant la Crimée à la Russie est diffusée.

Le soir même, je scrute les mass medias (France 2, CANAL+ et M6) et je suis stupéfait de voir que l’on diffuse seulement l’image de Vladimir Poutine signant le traité rattachant la Crimée à la Russie plus une allusion au fait qu’il ne s’attaquera pas au reste de l’Ukraine. Evidemment, je ne m’attendais pas à ce qu’il passe l’intégralité du discours à 20h mais ils sont allés très vite, trop vite à mon goût sachant que la veille (17 mars) David Pujadas était en Crimée pour une édition Spéciale pendant le JT de 20h, et là plus rien. Stop on remballe, circulez y a plus rien à voir.

Poutine a purement et simplement ridiculisé et renvoyé d’un revers de main l’Occident.

Le lendemain matin, je continue mes recherches, et enfin un internaute avait pu mettre l’intégralité du discours sur YouTube. Je lance la page et, étant donné la longueur (49 min), je laisse l’onglet de côté et n’y pense plus jusqu’au déjeuner ou je décide de la regarder sur mon téléphone. Etrange, plus rien du tout. Je file sur mon PC de bureau, la vidéo est toujours là, mais je lance l’url sur un autre onglet et là : « l’utilisateur a supprimé cette vidéo ».
 
 

Cette vidéo n’aura eu pour durée de vie sur YouTube que quelques heures qu’il ne fallait pas rater. En revenant sur le premier onglet, je vois que la barre de chargement s’est arrêtée au 1/3. Tant pis, j’appuie sur le bouton, je verrai ce ce que je verrai. Mais grâce au cache de l’ordinateur, j’ai pu voir l’intégralité du discours. Et c’est là que j’ai compris que Vladimir Poutine avait purement et simplement ridiculisé et renvoyé d’un revers de main l’Occident et ses pratiques « grossières » pendant les événements de Maidan tout en les renvoyant au droit international . Il m’apparut donc évident que la presse occidentale n’allait pas s’étaler dessus (même s’ils s’étaient tous empressés de diffuser le direct). C’est juste que, pour la France en tout cas, ce discours, à l’heure où j’écris cet article, n’est pas/plus disponible. Pourquoi ? Nos chers dirigeants éprouveraient-ils un quelconque sentiment honte à l’approche d’échéances électorales faisant office de test d’opinion ? 

Il apparait donc clairement que quand un Capitaine a de grosses faiblesses, les rendre publiques au reste de l’équipage risquerait de susciter une mutinerie. Hier ce Capitaine, c’était l’U(E)SA. 

Discours entier disponible ici (Capturer sur BFM TV) :

 
 
 

19/03/2014

Alexeï Pouchkov, président de la Commission des Affaires Étrangères de la Douma

Pour faire cesser la propagande sioniste et atlantiste contre la Russie.

 

Durée : 24min 51sec | Postée : Il y a 4 jours | Chaîne : Paroles d'élus

Paroles d'élus :

Alexeï Pouchkov :

  • Président de la Commission des Affaires Étrangères de la Douma
  • Journaliste, politologue, historien
  • Prix Bounine 2009, membre du Comité éditorial de la revue Foreign Policy
  • Membre de l'Institut International de Recherche Stratégique de Londres

http://www.prorussia.tv/Alexei-Pouchkov-president-de-la-Commission-des-Affaires-Etrangeres-de-la-Douma_v815.html

18/03/2014

Kosovo-Crimée : deux poids, deux mesures ?

Kosovo-Crimée : deux poids, deux mesures ?

La place Lénine à Simferopol, en Crimée, le 16 mars 2014.

VOX-HUMEUR- L'écrivain et journaliste au Figaro Magazine Jean-Christophe Buisson compare les réactions des pays occidentaux aux deux référendums qui ont eu lieu en 2008 au Kosovo et dimanche en Crimée. Il pointe quelques pertes de mémoire médiatique.

 

http://www.lefigaro.fr/medias/2014/03/17/PHO644ff5de-ada8-11e3-b601-d8522e57f5f4-100x100.jpg

J ean-Christophe Buisson est journaliste et écrivain. Il dirige les pages culture et art de vivre du Figaro Magazine. Il est notamment l'auteur d'Assassinés (Perrin, 2013).


C'était hier mais tout le monde semble l'avoir oublié. Le 17 février 2008, les parlementaires kosovars albanais votent par proclamation une déclaration d'indépendance du Kosovo, province méridionale d'un État souverain reconnu par l'ONU: la Serbie. Une décision unilatérale approuvée par certains membres de l'Union européenne, rejetée par d'autres comme l'Espagne, la Slovaquie, la Grèce, la Roumanie et Chypre - c'est encore le cas en 2014. Sur place, ce jour-là, des journalistes du monde entier multiplient les reportages sur une population qui «pleure d'émotion dans la liesse de l'indépendance proclamée». Partout, ce sont des visages d'hommes, de femmes et d'enfants heureux, soulagés, bonhommes, affables: la liberté en marche. Qui, alors, songe à interroger les quelques milliers de Serbes retranchés depuis 1999 dans des villages entourés de barbelés et de véhicules blindés de la force de protection internationale, la KFOR? Personne ou presque. Qui donne la parole aux moines et aux moniales des églises et des monastères orthodoxes locaux qui n'ont pas encore été attaqués ou brûlés par les extrémistes albanais rêvant de purification ethnique et religieuse? Personne ou presque. Qui s'intéresse à cette population minoritaire du Kosovo albanais? Personne ou presque.

Cette fois, il est décrété que le droit du peuple de Crimée à disposer de lui-même (en l'espèce : de demander son rattachement à la Russie) est « illégal » (Laurent Fabius) et qu'il ne saurait être identique à celui du peuple kosovar

Six ans plus tard, la Crimée, province méridionale de l'Ukraine, proclame, à l'issue d'un référendum populaire, son vœu de se détacher de la mère patrie, comme le Kosovo d'avec la Serbie. Va-t-on, dans les Chancelleries occidentales, saluer cette sympathique démarche démocratique approuvée par 96,6 % des électeurs? Va-t-on, sur les chaînes de télévision, montrer les mêmes images d'effusion de joie à Sébastopol et Simferopol comme naguère à Pristina et Prizren? Pas exactement. Cette fois, il est décrété que le droit du peuple de Crimée à disposer de lui-même (en l'espèce: de demander son rattachement à la Russie) est «illégal» (Laurent Fabius) et qu'il ne saurait être identique à celui du peuple kosovar (pas plus qu'à celui des peuples slovène et croate en 1991, bosniaque en 1992 et écossais, sans doute, en septembre prochain). Jamais évoqué en 2008, rejaillit même dans la bouche de certains commentateurs le principe d'intangibilité des frontières héritées de 1945 - comme si, depuis 1989, ce principe n'avait pas perdu toute pertinence avec la désintégration de l'empire soviétique et la naissance de dizaines de nouvelles nations sur ses décombres! Quant aux reporters dépêchés en Crimée ce funeste 16 mars 2014, entre deux interviews de babouchkas caricaturales se réjouissant de voir leur région revenir sous la protection de «saint Poutine», ils n'ont de cesse d'interroger ceux qu'ils considèrent comme les plus purs des Criméens: les Tatars. Ah, les opportuns Tatars! Si présentables, si attachants, si éloignés des horribles Serbes du Kosovo! Ils sont minoritaires dans la péninsule depuis son repeuplement russe au XIXe siècle puis leur déportation massive en Asie centrale sur ordre de Staline en 1944 ; on les plaint d'avance, on leur prédit un destin à l'abkhaze, on les suppose destinés demain aux pires pogroms. Et si on rappelle à l'envi qu'ils furent les premiers à habiter la Crimée (ce qu'on se gardait de souligner à propos des Serbes, qui avaient pourtant fait du Kosovo le cœur de leur empire médiéval dès le XIIIe siècle quand aucun chroniqueur byzantin ne mentionne la présence d'Albanais dans la région à cette époque), on oublie volontiers de noter combien ces musulmans sunnites aux mœurs aussi sauvages que violentes étaient considérés, jusqu'au XVIIIe siècle, comme des monstres absolus: pillards de villages chrétiens, marchands d'esclaves, ils avaient même brûlé Moscou en 1571. Seuls les Cosaques parvenaient alors à leur tenir tête - et encore.

Ainsi va la mémoire médiatique occidentale: à circulation alternée.

Dernier détail: l'Ukraine n'a jamais reconnu l'indépendance du Kosovo, donnant à son hostilité de principe à l'initiative unilatérale du Parlement de Crimée une certaine cohérence. Ce n'est pas le cas de la France et des États-Unis, qui, eux, furent les premiers pays à reconnaître le Kosovo comme un nouvel État dès février 2008. En même temps que l'Albanie, la Turquie et l'Afghanistan…

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2014/03/17/31002-20140317ARTFIG00067-kosovo-crimee-deux-poids-deux-mesures.php

 

 

Vive les émeutiers réacs à l’est, mais à bas les manifs populaires chez nous !

La démocratie à géométrie variable selon les US/UE/Sionistes !

Vive les émeutiers réacs à l’est, mais à bas les manifs populaires chez nous !

par Floréal

Jusqu’ici, quand un million de personnes manifestait à Paris pour défendre les retraites, notre libre presse et nos médias hyper-démocratiques déclaraient le lendemain « mobilisation en demi-teinte »… C’est fini, désormais, de TF1 à France Inter et de Libé au Figaro, on nous explique que 50 000 personnes à Kiev, encadrées par des paramilitaires, arborant les drapeaux européens et chantant des chants nazis, cela représente l’ « espoir de tout un peuple ». Bon à rappeler en temps utiles quand nous tenterons ici de manifester sur les Champs-Elysées, interdits depuis toujours aux manifs de prolos (faut pas rire, quand même !)…

Jusqu’ici, quand vous étiez chargés par les CRS à l’issue d’une manif de défense de l’emploi ou de la Sécu, ou quand vous affrontiez les flics dans les rues de Nantes parce que vous contestez l’Ayrault-port, vous étiez de la graine d’émeutier pratiquant la « violence urbaine ». C’est fini. Désormais, pourvu que votre but soit de frapper des communistes ou de réclamer – en anglais comme il se doit – « plus d’Europe ! », vous aurez le droit d’occuper des préfectures, de tirer sur les policiers, de renverser le gouvernement légal, d’incendier le mobilier urbain, d’abattre les statues qui vous déplaisent, d’interdire les partis que vous désapprouvez (en Ukraine, les « démocrates européens » ont interdit le PC ukrainien et le « parti des régions »). Si vous procédez ainsi, non seulement vous serez encensés par nos médias rose pâle et bleu-marial, mais vous recevrez la visite de Kerry, le soutien enthousiaste de Fabius, les déclarations urbi et orbi de BHL, l’homme qui à lui seul (ou presque…) a semé le chaos en Libye et en Afrique occidentale ; et tous ces hérauts de la Liberté trouveront tout naturel que vous disposiez de kalachs et que vous pilliez des dépôts d’armes puisque vous agissez « pour l’Europe » et pour l’ « Union transatlantique ». « Lebensraum », disait quelqu’un dans les années 30, « besoin d’aire » répond en écho le MEDEF, « élargissement de l’UE », pense en sourdine la Commission de Bruxelles… Car, voyez-vous, quand le sang coule pour l’U.E. atlantique, que ce soit à Belgrade, à Tbilissi ou à Kiev, demain à Minsk, cela s’appelle la  PAIX.

Les militants franchement communistes que nous sommes appelleront-ils pour autant à l’insurrection populaire immédiate en France contre cette « construction » européenne qui tue notre pays à petit feu avec la Kollaboration zélée du Parti Maastrichtien Unique ? Certes non ! car nous irions aussitôt en taule : l’appel à l’insurrection est en effet interdit par notre belle loi « républicaine » qui a oublié l’article 35 de la Constitution française de l’An I, inspirée par le « tyran » Robespierre : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour toute portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

Pour nos médias, cette phrase ne vaut que si on peut s’y référer pour faire tomber le Venezuela bolivarien, renforcer la tenaille militaro-politique contre la Russie, créer des troubles à Cuba, déstabiliser la Syrie, diviser la Bolivie et, prochainement sans doute, s’attaquer à la Biélorussie : qu’importent alors les « formes » démocratiques, on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, que diable !

En réalité, s’agissant de la Franceurope, vous l’aurez compris, il faut inverser la phrase de Robespierre et la réécrire ainsi :

« quand le peuple conteste le gouvernement, la censure la plus totale et la répression la plus brutale sont, pour les eurogouvernants, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs »…

http://www.initiative-communiste.fr/billet-rouge-2/vive-les-meutiers-racs-lest-mais-bas-les-manifs-populaires-chez-nous/

 

16/03/2014

Crimée: la requête d'adhésion présentée lundi (officiel)

Une belle gifle pour les nazis qui mènent le monde à sa ruine !

 

Dossier: L’avenir de la Crimée

Crimée: la requête d'adhésion présentée lundi (officiel)
23:19 16/03/2014
SIMFEROPOL, 16 mars - RIA Novosti
La requête officielle d'adhésion à la Russie sera présentée lundi après l'énoncé des résultats officiels du référendum sur le statut de la Crimée, a fait savoir dimanche le vice-premier ministre criméen Roustam Temirgaliëv, cité par l'agence Kryminfo. 

"Demain à 10h00 (08h00 UTC), débutera une session du Conseil suprême de Crimée (parlement), lors de laquelle sera annoncé le résultat du référendum et adressé une demande d'adhésion à la Russie", a indiqué le responsable. 

Selon les sondages effectués à la sortie des urnes, près de 93% des électeurs ont voté pour l'adhésion de la Crimée à la Russie.  L'étude a été menée dans 150 bureaux de vote de la Crimée et dans 50 bureaux de Sébastopol auprès de 59.111 personnes.  

D'après le premier ministre criméen, Sergueï Aksenov, 85% des électeurs ont participé au référendum.

© REUTERS/ Vasily Fedosenko

Les Criméens ont été invités à répondre à deux questions: "Souhaitez-vous le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie en qualité de sujet fédéral?" et "Etes-vous pour le rétablissement de la Constitution de la République de Crimée de 1992 et du statut de la Crimée au sein de l'Ukraine?". 

Peuplée principalement de russophones, la Crimée a été rattachée en 1954 à l'Ukraine qui faisait alors partie de l'Union soviétique. Il s'agissait d'une décision purement formelle, car le transfert de ce territoire a été effectué à l'intérieur du même Etat. Après la chute de l'URSS en 1991, la Crimée est restée au sein de l'Ukraine, mais a reçu le statut de république autonome. Conformément à sa première Constitution de 1992, la Crimée définissait ses relations avec l'Etat ukrainien sur la base d'accords bilatéraux .

http://fr.ria.ru/world/20140316/200735798.html