Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2016

Trump dévoile ses plans concernant la Syrie

 
 
10:31 12.11.2016
 
Donald Trump


Le président fraîchement élu des États-Unis déclare vouloir donner la priorité à la lutte contre l’État islamique en Syrie.

La destitution de Bachar el-Assad n'est pas une priorité pour Donald Trump, l'essentiel étant à ses yeux de combattre le groupe terroriste État islamique, a déclaré l'intéressé dans une interview au quotidien The Wall Street Journal.

M. Trump a indiqué ne pas vouloir poursuivre la politique actuelle de l'administration Obama en Syrie, qui consiste à soutenir les insurgés syriens.

« La Syrie mène une lutte contre l'EI, et nous voulons nous débarrasser de l'EI. La Russie forme actuellement une union étroite avec la Syrie, et maintenant nous avons l'Iran, qui devient encore plus fort grâce à nous et qui est un allié de la Syrie (…). Nous soutenons des insurgés contre la Syrie et nous ne comprenons pas qui sont ces individus. Si les États-Unis attaquent Assad, cela mènera à une lutte contre la Russie », a déclaré M. Trump.

Le milliardaire élu président américain lors du vote du 8 novembre avait également annoncé vouloir téléphoner prochainement au président russe Vladimir Poutine.
 

23/12/2015

Dialogue avec Vladimir Poutine. (extrait de" L'Ordre mondial"). Vidéo censurée par Youtube

Dialogue avec Vladimir Poutine. (extrait de" L'Ordre mondial")

Dans un documentaire du célèbre journaliste russe Vladimir Soloviev intitulé "L’ordre mondial" et diffusé le 20 décembre 2015, Vladimir Poutine évoque certaines questions concernant les relations internationales. Vidéo censurée par youtube. Publiée sur un réseau social elle a été visionnée 60 000 fois en une demi-journée.

23/11/2015

Vers une commission d'enquête sur la politique du gouvernement socialiste français en Syrie ?

Nous sommes en droit d'avoir des comptes sur la gestion occulte du gouvernement vis-à-vis de la Syrie, à cause de tous ces corrompus que nous avons au gouvernement qui font la politique des USA et d'Israël !

Ils ne font pas leur travail pour assurer la sécurité des français au profil de leur idéologie criminelle, mettant en danger les français, ensuite ils se permettent soi-disant pour nous protéger de nous instaurer la Loi Martiale !

C'est inacceptable pour le peuple français et notamment pour les familles des victimes !

Vers une commission d'enquête sur la politique du gouvernement socialiste français en Syrie ?

par SLT 22 Novembre 2015, 09:36

http://img.over-blog-kiwi.com/0/78/07/19/20151122/ob_c8ea98_assemblee-nationale.jpg

"L'union sacrée" a fait long feu, la droite républicaine demande déjà des comptes sur les failles des services de renseignement français quant à la lutte contre le terrorisme sur le territoire français, non sans avoir au préalable pointé les ambigüités de la politique étrangère française envers la Syrie. Certes il est peu probable que la commission d'enquête porte sur la politique étrangère de la France tant celle-ci relève du domaine réservé du "Monarque" de la République sous le régime de la Vème République.

En effet, il n'y a pas eu de commission d'enquête sur les responsabilités de Nicolas Sarkozy et de son gouvernement dans le chaos libyen et les crimes contre l'humanité commis par les forces françaises en Libye, ni sur le présupposé financement de l'UMP (qui depuis a changé de nom) par Kadhafi ni sur l'assassinat présumé du Guide libyen par les services français, il est donc fort peu probable qu'il y en ait une sur la politique de François Hollande en Syrie.


Toutefois Manuel Valls semble accepter les principes d'une commission d'enquête concernant la gestion par les services français de la menace terroriste en France depuis le 7 janvier 2015. La contestation par l'opposition de la politique française a été relancée au lendemain des attentats du 13 novembre par les déclarations de l'ancien patron du renseignement intérieur, Bernard squarcini, au journal très à droite qu'est Valeurs Actuelles. Selon Squarcini, le gouvernement français aurait refusé en 2012 une liste de djihadistes français fournie par Bachar al-Assad.


Si l'on revient sur le soutien de la France aux forces rebelles en Syrie et nommément au groupe terroriste tel qu'Al-Nosra affilié à Al-Quaïda en Syrie, cela fait longtemps que l'opposition dénonce cette sombre politique.

Ainsi Alain Marsaud, député UMP, avait déclaré non sans argument en septembre 2014 sur BFM TV : "Ce sont nos alliés (proches d'Al-Quaïda,ndlr) qui ont enlevé nos journalistes en Syrie".


Plus récemment, Claude Goasguen, député de l'UMP, accusait explicitement l'Etat français de soutenir Al-Quaïda en Syrie sur l'antenne de la chaîne parlementaire (LCP)


Enfin Olivier Marleix, député des "Républicains" (ex-UMP) a déclaré à Paris Match en novembre 2015 :
Selon "Squarcini, le Premier ministre aurait refusé une liste de djihadistes français en Syrie proposée par les services de Bachar el-Assad. Ce refus est d’une extrême gravité. Quoi qu’on pense de Bachar el-Assad, puisque nous sommes en guerre, on ne refuse pas des informations aussi vitales ! Nos services se sont privés de contact indirect avec les services syriens. Ajoutons à cela que la Turquie et les Etats-Unis disent nous avoir avertis. Tout cela justifie une commission d’enquête."

Sur ce dernier point, de nombreuses sources attestent que les services de renseignement français avaient été prévenus début novembre de l'imminence d'un attentat dans la capitale par les services israéliens, les services irakiens et algériens. A tel point que selon Mondafrique, les services de renseignement algériens de la DRS auraient déclaré que quelque chose ne tournait pas rond à la DGSE :


Le DRS s’était procuré, "grâce à ces agents infiltrés des informations très précieuses sur les plans de l’organisation terroriste. « C’est ce qui explique, d’ailleurs, pourquoi nous n’avons pas subi d’attaques d’une aussi grande cruauté que celles de Paris », se targue un officier du DRS qui ne comprend pas le manque de réactivité de la DGSE face aux informations qui leur ont été transmises".

Il est clair que si une commission d'enquête devait avoir lieu, on s'intéressera au volet débattant de la politique étrangère française en Syrie même si celui-ci pourrait s'avérer très limité.

Affaire à suivre...

 

16/11/2015

Clinton: la Russie et la Chine principaux adversaires des USA

L’aveu de faiblesse des USA face à l’armement Russe et Chinois !

Heureusement qu’ils ne peuvent pas toujours s’attaquer à tous les pays impunément.

Clinton: la Russie et la Chine principaux adversaires des USA

12:48 15.11.2015 (mis à jour 13:32 15.11.2015)

Former US Secretary of State Hillary Clinton

La candidate à la présidentielle américaine Hillary Clinton estime que la Russie et la Chine constituent les principaux défis militaires auxquels les Etats-Unis sont confrontés.

"Certains différends persistent toujours. Notamment, en mer de Chine méridionale où la Chine poursuit la construction de bases à des fins militaires. De même, la Russie présente des problèmes. Récemment, Moscou s'est lancé dans la construction d'un sous-marin sans pilote, susceptible de transporter des armes nucléaires tactiques, ce qui a été d'ailleurs capté par nos caméras", a-t-elle martelé lors de débats du Parti démocrate.

Soulignant la nécessité de "décisions pondérées" et d'une "approche plus souple et bien ciblée", Mme Clinton s'est toutefois abstenue de tout commentaire sur les mesures à prendre pour relever ces défis.

Les débats en question, impliquant l'ex-secrétaire d'Etat Hillary Clinton, le sénateur du Vermont Bernie Sanders et l'ex-gouverneur du Maryland Martin O'Malley, se sont tenus le 14 novembre à Des Moines, en Iowa.

 

28/10/2015

Fidel Castro affirme que le Mossad a créé ‘’Daesh’’

 Un ancien article mais toujours d'actualité.

Fidel Castro affirme que le Mossad a créé ‘’Daesh’’

 Dimanche 7 Septembre 2014 - 18:17

L’ancien dirigeant cubain affirme que le sénateur américain John McCain a collaboré avec le Mossad pour créer le groupe terroriste Etat islamique. L’ancien dirigeant cubain Fidel Castro s’est exprimé en disant que l’agence de renseignement israélienne Mossad était derrière l’État islamique (Daesh), un groupe terroriste, selon l’AFP.

Les allégations de Castro ont été faites dans une colonne publiée dans les médias cubains dans laquelle il a fustigé les États-Unis et l’Europe, et les a accusés de bellicisme. Il a aussi comparé les représentants de l’alliance militaire de l’OTAN aux SS nazis.

Castro a également attaqué le sénateur américain John Mc Cain sur la politique des États-Unis au Moyen -Orient, l’appelant «l’allié le plus inconditionnel d’Israël. »

Il a choisi Mc Cain, le candidat républicain à la présidentielle de 2008, disant qu’il avait soutenu l’agence de renseignement du Mossad  et «participé avec ce service dans la création de l’Etat islamique, qui contrôle aujourd’hui une partie importante et vitale de l’Irak et aurait un tiers de la Syrie  » Il a accusé l’Occident de « cynisme », et a déclaré qu’il était devenu «un symbole de la politique impérialiste», selon l’AFP.

En ce qui concerne l’OTAN, Castro a déclaré que les représentants de l’alliance rappelaient  l’Allemagne nazie : « Beaucoup de gens sont surpris quand ils entendent les déclarations faites par certains porte-paroles d’Europe pour l’OTAN quand ils parlent avec le style et le visage de la SS nazie, »« L’empire basé sur la cupidité d’Adolf Hitler est entré dans l’histoire avec pas plus de gloire que l’encouragement fourni aux gouvernements agressifs et bourgeois de l’OTAN, ce qui les rend la risée de l’Europe et du monde», a ajouté Castro. Le mois dernier, Castro a comparé l’opération militaire israélienne dans la bande de Gaza à une «forme dégoûtante de fascisme ».Il a signé plus tard un manifeste international « soutenir la Palestine »  demandant à Israël de respecter les résolutions des Nations Unies et de se retirer de «Gaza, la Cisjordanie et Jérusalem-Est. »