Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2010

La visite en Afghanistan du président iranien



Mercredi, 10 Mars 2010 20:53

IRIB - A la tête d’une haute délégation, le Président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, s’est rendu, aujourd’hui, à Kaboul, où il a rencontré son homologue afghan, Hamid Karzaï.

L’objectif de cette visite de 24 heures était d’accroître les relations entre l’Iran et l’Afghanistan. Dans la nouvelle conjoncture régionale, l’Iran a des solutions à proposer, pour résoudre les problèmes de l’Afghanistan. Les deux nations, iranienne et afghane, partagent des affinités historiques, culturelles, linguistiques et religieuses, des affinités qui ont créé des liens très profonds entre les deux pays voisins. Ceci étant dit, les relations entre l’Iran et l’Afghanistan sont d’une importance primordiale, pour diverses raisons; des relations qui ont connu, d’ailleurs, des hauts et des bas, du fait des ingérences des puissances étrangères.

 

Depuis des années, l’Afghanistan fait l’objet de la convoitise des puissances étrangères, un phénomène colonial qui a abouti, après l’événement suspect du 11 septembre 2001, à l’attaque américaine et à l’occupation de ce pays. Des phénomènes néfastes, tels que la culture du pavot, la production et le trafic de drogue, la misère chronique due à l’insécurité et à l’instabilité politiques, ainsi que la présence des forces étrangères, ont abouti au terrorisme, aux violences et au massacre impitoyable des femmes et des enfants afghans. Ceci dit, l’expérience a démontré que le peuple afghan ne tolère guère la présence des forces étrangères dans son pays. Aujourd’hui, en dépit de toutes les difficultés, le peuple afghan garde bon espoir pour l’avenir.

 

La politique de l’actuel gouvernement de Karzaï est d’entretenir de meilleures relations avec les pays voisins, et l’Iran occupe une place de choix, dans la politique étrangère de Kaboul. Au cours de ces 30 dernières années, la République islamique d’Iran n’a ménagé aucun effort, pour contribuer à la résolution des problèmes et des difficultés auxquels est confronté le peuple afghan. L’Iran a apporté son soutien au gouvernement afghan, issu de l’expression de la volonté du peuple, tout en apportant ses contributions à la reconstruction et à la stabilisation de l’Afghanistan.

 

En outre, l’Iran et l’Afghanistan sont deux pays membres de l’Organisation de la Conférence islamique et de l’Organisation de la coopération économique, l’ECO, et ils sont avec le Tadjikistan, les trois pays persanophones de la région. L’Iran et l’Afghanistan sont résolus à promouvoir leur coopération, notamment, dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et le rejet de la domination et de l’hégémonie étrangères, et c’est exactement dans le cadre d’une telle logique, que doit être évaluée la visite du président iranien, en Afghanistan.


http://french.irib.ir/index.php/commentaires/32123-la-vis...

Petite banniere 400x50

 

03:12 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

Ahmadinejad accuse les Etats-Unis du « plus important vol de l’Histoire »



Intervenant devant les représentants du D8 (un groupe de 8 Etats en développement composé du Bangladesh, de l’Indonésie, de l’Iran, de la Malaisie, du Pakistan et de la Turquie), le président iranien a dénoncé le système financier mondial.

Pour Mahmoud Ahmadinejad, les Etats-Unis ont imprimé au cours des 30 dernières années pour 29 000 milliards de dollars en bons du Trésor et en billets, sans contrepartie réelle. Avec cette monnaie fictive, ils se sont emparés des principales richesses mondiales, réalisant le « plus important vol de l’Histoire humaine ».


Petite banniere 400x50

 

03:02 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

21/02/2010

Les Chinois sont-il en train de lâcher les Etats-Unis?

Article placé le 18 fév 2010, par Mecanopolis

Les Chinois, très critiques depuis un an à l’encontre de la politique d’endettement de Barack Obama, qui pèse sur la valeur de leurs actifs en dollars, ont mis leurs menaces à exécution. Les dernières données du département du Trésor montrent en effet que la Chine a nettement réduit, en décembre dernier, ses détentions d’obligations d’Etat américaines. La panique pourrait très vite gagner les marchés.

Obama-Dalai-Lama-62970

Selon les statistiques de Washington, les investisseurs chinois auraient réduit de 4,3 % la valeur de leur portefeuille sur le dernier mois de 2009 pour ne plus détenir que 755,4 milliards de dollars de bons du Trésor. Depuis juillet dernier, la Chine a même vendu au total 45,1 milliards de bons du Trésor et ainsi logiquement laissé le Japon retrouver le titre de premier créancier des Etats-Unis.

Capacité de nuisance

Commentant ces variations, plusieurs économistes ont cru déceler le début d’une tendance de fond qui risque de peser dangereusement sur la stratégie de reprise dessinée par le gouvernement américain. Pour les analystes les plus catastrophistes, les autorités chinoises auraient profité d’une dégradation de leurs relations politiques avec Washington pour confirmer leur méfiance à l’égard de la dette américaine et faire sentir leur capacité de nuisance à l’administration Obama, qui ose les défier sur les dossiers taïwanais et tibétain.

En novembre dernier, à la veille de la première visite officielle de Barack Obama en Chine, beaucoup d’observateurs occidentaux avaient cru pouvoir louer l’émergence d’un « G2 » associant Pékin et Washington dans un dialogue apaisé portant sur les grands enjeux internationaux. Depuis, la relation entre la Chine et les Etats-Unis s’est considérablement tendue et la rencontre, aujourd’hui, entre le président américain et le dalaï-lama devrait attiser encore les frictions bilatérales entre la première et la troisième puissance économique mondiale.

Risque de Faillite

L’agence de notation Moody’s a prévenu hier qu’en cas de croissance trop faible aux États-Unis, la note « AAA » de la dette du pays pourrait être menacée. Même si elle n’a aujourd’hui pris aucune mesure concrète, c’est-à-dire pas de dégradation de note ni de mise sous perspective négative, il s’agit d’une première alerte qui pourrait en entraîner d’autres plus sérieuses.

Le gouvernement américain prévoit un déficit public de 1.565 milliards de dollars soit 10,6% du PIB à la fin de septembre 2010, son plus haut niveau depuis la seconde guerre mondiale.

Mecanopolis

Avec les informations du quotidien Le Temps (Suisse)

Petite banniere 400x50

 

03:57 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

Mahmoud Al-Mabhouh, torturé et assassiné par le Mossad

Article placé le 19 fév 2010, par Mecanopolis

Mahmoud Al-Mabhouh, torturé a l’électricité pendant des heures avant d’être achevé par les agents du Mossad.

mahmoud_5-58878

Les photographies et noms utilisés par le Mossad :

mossad

(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Peter Ilevenger – passeport français
Kevin Davron – passeport irlandais
Gael Voallard (femme) – passeport irlandais
Ivan Diningz – passeport irlandais
Paul John Keely – passeport britannique
Melvin Adam Mildainer – passeport britannique
Steven Daniel Hodge – passeport britannique
Michael Lawrence Barney – passeport britannique
James Leonard Clark – passeport britannique
Jonathan Lewis Graham – passeport britannique

Les médias israéliens, mais aussi d’anciens hauts responsables du Mossad, se sont dits inquiet de l’embarras que le meurtre de Mahmoud al-Mabhouh, le 20 janvier, risque de causer après qu’il s’est avéré que sept membres du commando de tueurs se sont servis de noms d’emprunts d’Israéliens détenteurs de nationalité étrangère.

Le quotidien Haaretz réclame carrément la démission du chef du Mossad Méir Dagan, réputé partisan de l’action directe et des « opérations de liquidation« .

Le correspondant militaire du journal reproche au Premier ministre Benjamin Netanyahu de « n’avoir pas écouté les avertissements de ceux qui le mettaient en garde contre la prolongation de son mandat » alors que Méir Dagan est en poste depuis octobre 2002.

« Une opération réussie? Pas si sûr« , titre le quotidien Yediot Aharonot, selon lequel « des failles sont révélées de plus en plus dans cette opération qui apparaissait au début comme un grand succès« . S’abstenant d’incriminer directement le Mossad, le journal relève toutefois que « ceux qui ont monté cette opération n’ont pas pris en considération le professionalisme de la police de Dubaï » qui a pu identifier des suspects en examinant les images de caméras de surveillance.

« Grave embarras », titre le quotidien Maariv. « Nous ne savons pas qui a fait cette opération, mais nul doute que si cela avait concerné la Grande-Bretagne ou les Etats-Unis, quelqu’un aurait réclamé des comptes devant les parlements de ces deux pays », écrit le quotidien.

Selon des spécialistes du renseignement, il devient de plus en plus nécessaire pour des services secrets d’user d’identités authentiques pour la fabrication de faux passeports, vu les moyens informatiques sophistiqués dont disposent les polices de frontières.

Le passeport français qui a servi à un membre du commando ayant assassiné en janvier un responsable du Hamas à Dubaï « est un faux », c’est ce qu’a indiqué mardi le porte-parole du Quai d’Orsay, Bernard Valero.

Selon Ma’an News Agency, le français qui se nommerait Peter Ilevenger, âgé de 49 ans, serait le commanditaire du meurtre.

Londres et Dublin ont, pour leur part, indiqué mardi considérer comme « des faux » les passeports britanniques et irlandais utilisés par d’autres membres du commando.

Les faux passeports britanniques ont été fabriqués avec l’identité de quatre Israéliens, selon la deuxième chaîne de télévision israélienne.

Lundi soir, le chef de la police de Dubaï avait annoncé que onze personnes munies de passeports européens, dont une femme, étaient impliquées dans l’assassinat le 20 janvier de Mahmoud al-Mabhouh.

Selon Dhahi Khalfan, les 11 membres du commando avaient loué une chambre dans le même couloir qu’al-Mabhouh peu de temps avant de l’assassiner, et ils ont quitté Dubaï dans les heures ayant suivi le meurtre. Il avait indiqué que les noms figurant sur ces passeports —trois irlandais, six britanniques, un français et un allemand— avaient été transmis à Interpol.

Khalfan a aussi déclaré que deux Palestiniens soupçonnés d’avoir fourni un soutien logistique dans l’assassinat de Mabhouh ont été interpellés par la police. Les deux hommes avaient été livrés par la Jordanie. Selon Ma’an News Agency, l’un des deux Palestiniens est un officier des services de sécurité de l’Autorité de Ramallah.

Développement suite

Mecanopolis


Petite banniere 400x50

 

03:38 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

Le Mossad n’est décidément plus à la hauteur de sa réputation

le 21/02/2010 à 02:30

Espionnage

Le cercle rouge identifie la victime des espions israéliens, devant la réception de l’hôtel où a été commis le meurtre. AFP

Les services secrets israéliens, longtemps réputés pour être les meilleurs au monde, sont accusés de s’être fait piéger comme des amateurs dans l’opération qui a mené à l’élimination d’un cadre du Hama

Cinquante ans après avoir réussi la capture spectaculaire d’Adolf Eichmann, l’un des artisans de la « solution finale », les services secrets israéliens semblent avoir mal vieilli. L’opération qui a conduit à l’élimination de Mahmoud al-Mabhouh, à Dubaï, tourne à la confusion.

Le Mossad n’avait pourtant pas lésiné sur les moyens pour abattre Al-Mabhouh. L’homme était un gros gibier, puisqu’il supervisait les trafics d’armes entre l’Iran et le Hamas. Les Israéliens savaient aussi qu’il avait dirigé l’enlèvement et l’exécution de deux de leurs soldats. C’est dire l’importance de la cible.

Le 18 janvier, ce ne sont pas moins de onze espions israéliens qui arrivent à Dubaï. Ils ont pris des avions différents et sont porteurs de passeports britanniques, irlandais ou français. Leurs tenues vestimentaires sont tout aussi différentes, mais leur but est le même : l’hôtel où est descendu l’armurier du Hamas.

Une fois dans la place, le commando attend l’arrivée de Mahmoud al-Mabhouh. Il est exécuté dans sa chambre de façon à faire croire à une mort naturelle. Puis les espions s’en vont tranquillement, sûrs que leur opération a été un succès. Il n’en est rien.

Les autorités de Dubaï interrogent les enregistrements vidéo de l’hôtel, recoupent avec leurs fichiers. Très vite, elles accusent les Israéliens. Les enregistrements montrent plusieurs hommes et une femme qui vont et viennent dans le hall de l’hôtel.

Double nationalité

Le gouvernement hébreu garde le silence, mais sans vraiment cacher sa satisfaction.

L’opération tourne à la catastrophe quand la presse israélienne révèle que les passeports des espions ont été établis au nom d’Israéliens possédant une double nationalité, mais totalement étrangers aux services secrets. Puis les autorités de Dubaï, qui ont arrêté deux Palestiniens, apparemment complices des espions du Mossad, avancent de nouveaux éléments à charge. Les deux hommes, qui s’étaient enfuis en Jordanie, ont été extradés par le royaume. Le chef de la police de l’émirat se fait plus précis : « Le commando était composé d’une personne munie d’un passeport français, d’une autre avec un passeport allemand, de trois munies de passeports irlandais et de six détenteurs de passeports britanniques. »

Cet élément déclenche une tempête diplomatique. Les pays qui pourraient être mis en cause par ces faux passeports demandent des explications aux ambassadeurs israéliens. Ceux-ci assurent ne rien connaître de l’affaire. Ils le font d’autant mieux que le gouvernement israélien se mure dans le silence le plus complet.

Avis de recherche d’Interpol

Saisi de l’affaire, Interpol a émis, jeudi, une « notice rouge » à l’encontre de onze personnes suspectées du crime. Cet avis de recherche court désormais dans 188 pays. Le service international de police précise que « les noms sur les passeports découverts lors de l’enquête de la police de Dubaï sont très probablement ceux d’innocents dont les identités ont été usurpées ». Une précision utile à l’égard des malheureux transformés, bien malgré eux, en espions.

Vendredi, un haut responsable israélien a, de manière anonyme, rejeté les accusations. Mais il n’a guère convaincu. En Israël même, la presse, déchaînée, demande la tête du chef du Mossad, qui avait, avant même cette opération, une réputation d’adepte des liquidations des ennemis d’Israël. Dans ce milieu de l’ombre, un échec est souvent synonyme de fin de carrière, plus ou moins douce.

http://www.lepays.fr/fr/article/2736001/Le-Mossad-n-est-d...

Petite banniere 400x50

 

03:34 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!