Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2012

Mécanique Quantique : 2012/2063 la fin d'un cycle solaire de dédoublement des temps ?

Une proposition de compréhension de ce qui passe dans le cosmos en ce moment par Jean-Pierre GARNIER-MALET - Scientifique Français

La fin d'un cycle galactique qui s'étalerait entre 2012 et 2063.

Début du cycle galactique donc, en 2012.


http://www.lepouvoirmondial.com/media/00/01/3709384467.gif


Ne serions-nous pas en train de vivre la fin d'’un cycle solaire de dédoublement des temps ?

C’'est ce que nous démontre la théorie du dédoublement de Jean-Pierre Garnier Malet [1].

Inutile d’'être savant pour utiliser cette fin

Le dédoublement des temps (passé, présent, futur) est à notre service. Très efficace, son application dans le quotidien est à la portée de tous.

La fin d’'un cycle solaire de 25 920 ans entraîne l'’arrivée des planétoïdes1 près de Pluton.

Il coïncide [2] avec un cycle galactique de 324 000 ans.

Les articles

 

Les conférences en vidéo

Les livres

                    

[1] Publication par referrees : J.P. Garnier-Malet, 2006, The Doubling Theory Corrects the Titius-Bode Law and Defines the Fine Structure Constant in the Solar System.  Computing Anticipatory Systems, AIP (American Institute of Physics) New-York, Vol 839, pp. 236-249.
[2]Cycle solaire : 25920 ans = 24840 ans (100 années de Pluton) + 1080 ans (transition). 
     Cycle galactique : 2× 324000 ans = 25× 25920 ans.

http://www.garnier-malet.com/accueil_038.htm

 

13/12/2012

Énergie solaire : la cellule photovoltaïque en fibre est née ! Et nous et nous ?

Quand vont-ils nous dire que nous sommes tous des êtres de lumière, capables de capter les énergies solaires et lumineuses à partir de notre épiphyse et de notre hypophyse (la petite glande endocrine qui repose sur la selle turcique qui se trouve au centre du cerveau dans le prolongement du chakra frontal ou du 3ème œil).

Epiphyse et Hypophyse qui sont composées essentiellement de Silice qui est un minéral taillé comme un diamant qui permet de capter le large spectre de la lumière et les couleurs de l'arc en ciel, pour alimenter tous nos chakras ou centres énergétiques en couleurs et réfracter toute cette lumière capturée vers toutes les cellules de notre corps. Cette lumière constitue le corps énergétique et lumineux de toutes nos cellules et champ lumineux appelé aussi l'aura des cellules ou du corps ou encore corps lumineux. La combinaison de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel donne la couleur blanche.

Ainsi nous sommes à nous tout seul, une véritable centrale énergétique capable d'emmagasiner la lumière et l'énergie, et de la restituer en permanence.

Questions :


1 - Est-ce un hasard que pour nous priver de recharger nos batteries naturelles l'usage du Silicium Organique a été réglementé ?
2 - Est-ce un hasard si les cellules photovoltaïques capables de capter les rayonnements solaires et d'emmagasiner l'énergie sont composées de Silicium ?

 


 

Le 7 décembre 2012 à 16h37

Énergie solaire : la cellule photovoltaïque en fibre est née !

Par Quentin Mauguit, Futura-Sciences

Nos vêtements produiront-ils bientôt de l’énergie solaire ? Possible ! Des chercheurs viennent de créer des fibres optiques partiellement composées de silicium... et qui présentent des capacités photovoltaïques. Souples, ces fibres peuvent être tissées !

Les appareils électroniques portables ont envahi notre quotidien. Pour preuve, près de 3,4 millions de tablettes devraient être vendues en France en 2012. Si les avantages qu’ils procurent sont nombreux, de leur utilisation peut parfois naître un profond sentiment d’agacement… notamment lorsque l’écran reste désespérément noir, faute d’avoir rechargé les batteries. Eh oui, tous ces appareils dépendent de réserves énergétiques limitées !

Des travaux sont constamment menés afin de réduire cette contrainte. Parmi les solutions envisagées, le recours à l’énergie solaire pour alimenter ou recharger nos outils électroniques occupe une place de choix. Problème : les cellules photovoltaïques actuelles, composées notamment de silicium amorphe, sont relativement plates et surtout rigides. Difficile donc de les intégrer dans nos objets du quotidien.

Des fibres photovoltaïques souples au silicium

Une équipe internationale de chimistes, de physiciens et d’ingénieurs menée par John Badding de l’université de l’État de Pennsylvanie (États-Unis) a trouvé la solution pour rendre la technologie au silicium plus flexible. Ils sont parvenus à construire des fibres optiques possédant des capacités photovoltaïques, et qui peuvent être tissées ! Cette invention vient d’être dévoilée dans la revue Advanced Materials.

Cette coupe a été réalisée dans la fibre optique possédant des capacités photovoltaïques. Les trois couches, respectivement nommées n+, i et p+, ont été chimiquement déposées à l’intérieur du pore situé au centre de la fibre. Elles se composent entre autres de matériaux semi-conducteurs.
Cette coupe a été réalisée dans la fibre optique aux propriétés photovoltaïques. Les trois couches, respectivement nommées n+, i et p+, ont été chimiquement déposées à l’intérieur du pore situé au centre de la fibre. Elles se composent entre autres de matériaux semi-conducteurs. © Badding Lab, université de l’État de Pennsylvanie

Cette équipe s’était déjà fait remarquer dans le passé en construisant des circuits intégrés à l’intérieur de telles structures. Ces scientifiques ont donc réédité l’exploit en y enchâssant un autre dispositif électronique : la cellule photovoltaïque. Les différentes couches requises, notamment un silicium cristallin semi-conducteur, ont été injectées une à une dans le centre d’une fibre optique dont le diamètre est inférieur à celui d’un cheveu. Le secret du succès reposerait sur la technique de dépôt, avec l’utilisation de hautes pressions.

Des vêtements qui convertissent l’énergie solaire en électricité !

Actuellement, seul un brin long de 1 m a déjà été réalisé. Cependant, les chercheurs assurent qu’il est d’ores et déjà possible de produire des faisceaux de plus de 10 m de long. Un chiffre qui devrait augmenter dans le futur, tout comme les performances des circuits intégrés précédemment évoqués. Les fibres étant souples, elles pourraient être utilisées dans la confection de tissus légers pouvant prendre différentes formes, se plier et surtout produire du courant. Ainsi, nos téléphones portables et tablettes seront peut-être un jour alimentés ou rechargés par nos vestes ou nos tee-shirts. Plusieurs applications militaires seraient déjà envisagées.

Un dernier avantage mérite d’être souligné. Grâce à une mise en forme tridimensionnelle, par exemple s’ils sont intégrés dans une veste, les tissus photovoltaïques auront toujours une surface exposée au soleil, ce qui garantit une production d'électricité continue. Les cellules photovoltaïques au silicium viennent de gagner en légèreté et en flexibilité.

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/developpement-durable-1/d/energie-solaire-la-cellule-photovoltaique-en-fibre-est-nee_43227/

 

 

Petite banniere 400x50

 

23:04 Publié dans Découvertes Scientifiques, Energies libres, électricité gratuite | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

11/12/2012

LHC et le 21 décembre 2012 : Apocalypse sur commande ?

Imaginons un seul instant que les organismes top-secrets qui se seraient emparé du LHC au CERN en 2009, aient la volonté sous couvert de recherches scientifiques de détruire les 2/3 de la population mondiale et d'accélérer ou de provoquer artificiellement l'Apocalypse, le 21 décembre 2012, avec une machine infernale, le LHC,  qui est une véritable arme électromagnétique qui pourrait bouleverser notre environnement électromagnétique.

Croyez-vous qu'ils se gêneraient pour utiliser cette arme contre nous ?

Voir nos précédents articles sur le LHC : ICI et ICI

Rappel du livre de Ken Follet, intitulé : Apocalypse sur commande.

 

Apocalypse sur commande
http://img534.imageshack.us/img534/8483/follettkenapocalypsesur.jpg

 

Quatrième de couverture :

Une catastrophe naturelle peut-elle être fabriquée volontairement ? Lorsqu’un groupe terroriste, Les soldats du paradis, menace de provoquer un tremblement de terre dans un coin bien précis de Californie, personne ne le prend au sérieux. Et pourtant, le cataclysme a bien lieu… La police et le FBI bà¢clent l’affaire ; et un second tremblement de terre est annoncé…


Dans une vallée perdue de la côte californienne, vit depuis vingt ans une bande de hippies oubliés de tous. Ils ont installé là  un véritable petit paradis sur terre : culture biologique, vignes productives, éducation communautaire… Les vieux préceptes de Mai 68 appliqués pour le bien de tous. Hélas, le paradis est mis en danger par un nouveau projet gouvernemental.


Et le second tremblement de terre a lieu. Avec mort d’hommes. Qui sont ces terrifiants Soldats du Paradis, capables de créer de toutes pièces ce qui, d’habitude, ne relève que de la seule nature ?
Judy Maddox, jeune agente du FBI désavouée par ses supérieurs, et Michael Quercus, un sismologue original, étudient les tracés sur ordinateur de la grande faille de Californie. Ils repèrent les points d’impact susceptibles d’être utilisés par les terroristes : en les frappant à  l’aide d’un vibrateur sismique, ceux-ci peuvent déclencher des chocs en série et créer un séisme.
Or Les Soldats du Paradis envoient un dernier ultimatum…

http://www.teamalexandriz.org/follettken-apocalypse-sur-c...

 

10/12/2012

2013 : L'année des comètes

Il n'y pas à s'inquiéter de l'arrivée de ces deux comètes.

Lorsque l'on connait quels sont les précieux composants et les richesses que contiennent les queues des comètes, nous pouvons penser qu'elles passeront pour ensemencer la Nouvelle Terre de leurs précieux éléments.

L'eau sur terre découlerait probablement des comètes, si ce n'est des astéroïdes

Queue de gaz

La queue de gaz est composée essentiellement des éléments H, O, C et N (Hydrogène, Oxygène, Carbone et Azote), d’eau H2O, de composés des éléments précédents : acide cyanhydrique, monoxyde de carbone, cyanogène, radical OH… Récemment, on a découvert de très nombreuses autres molécules organiques dans les queues de comètes.

Astronomie : Composition chimique de la comète Hale-Bopp

L'eau constitue 75 à 80 % de la matière volatile de la plupart des comètes.. D'autres glaces fréquentes sont le monoxyde de carbone (CO), le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), l'ammoniac (NH3) et le formaldéhyde (H2CO).

 

Voici la liste des molécules qui ont été détectées dans la comète Hale-Bopp, certaines pour la première fois, comme le dioxyde de soufre (SO2), l'acide formique (HCOOH) ou l'acide cyanhydrique deutéré (DCN)

 

(source : ESO Comet Hale-Bopp Update, May 16,1997) :

H2O, OH, H2O+, H3O+,
CO, CO2, CO+, HCO+,
H2S, SO, SO2, H2CS, OCS, CS,
CH3OH, H2CO, HCOOH, CH3OCHO,
HCN, CH3CN, HNC, HC3N, HNCO, CN, NH3, NH2, NH2CHO, NH,
CH4, C2H2, C2H6, CH+, C3, C2,
He, Na, K, O+,
Mg2SiO4

ainsi que les isotopes suivants :

HDO, DCN, H13CN, HC15N, C34S

La plupart des composés organiques de Hale-Bopp ont déjà été identifiés dans les denses nuages moléculaires interstellaires, ce qui renforce le lien entre la matière cométaire et la matière interstellaire, lien mis en évidence lors de l'exploration de la comète de Halley en 1986.

http://www.astro.ulg.ac.be/~demoulin/data.htm

Ensuite, ils viendront nous dire qu'il n'y a pas d'eau dans notre système solaire hormis sur Terre et qu'il n'y a pas d'oxygène dans le cosmos, quand certaines molécules que nous connaissons sur Terre se retrouvent dans les queues des comètes.


dimanche 9 décembre 2012

2013 : L'année des comètes

 Désinformation ou coïncidence ? Alors que le fameux calendrier Maya arrive à son terme, les astronomes annoncent que 2 comètes parmi les plus brillantes de l'histoire feront leur apparition dans le courant de l'année 2013.

 

Les astronomes ont découvert deux nouvelles comètes approchant à grands pas de notre planète et ayant le potentiel d'être de Grandes Comètes. L'une pourra être assez lumineuse pour être vue le jour, l'autre est appelée à devenir l'une des plus brillantes de l'histoire capable éventuellement d'éclipser la lune.


 

Les astronomes ont découvert deux nouvelles comètes approchant à grands pas de notre planète et ayant le potentiel d'être de Grandes Comètes. L'une pourra être assez lumineuse pour être vue le jour, l'autre est appelée à devenir l'une des plus brillantes de l'histoire capable éventuellement d'éclipser la lune.

 

La première comète, nommée C/2011 L4 (PANSTARRS), devrait faire son arrivée en Mars 2013. Selon les astronomes, elle sera "potentiellement visible à l'œil nu bas sur l'horizon ouest juste après le coucher du soleil  et a également le potentiel d'être visible pendant la journée.

Richard Wainscoat, un astronome de l'Université d'Hawaii qui a co-découvert la comète, affirme qu'il n'y a aucun danger de collision avec la Terre, mais admet «puisque nous n'avons pas beaucoup de données à ce sujet, pour le moment nous ne connaissons pas vraiment l'orbite. "

La seconde comète, celle qui pourrait éclipser la lune, a été découverte en Septembre 2012. Elle est appelée S1 (ISON). Les astronomes prédisent que les prévisions orbitales actuelles indiquent que la comète sera a son maximum de luminosité dans les semaines qui suivent son passage au point le plus proche du soleil, le 28 Novembre 2013."

La comète ISON pourra être visible les deux derniers mois de l'année, ainsi que début 2014 et c'est celle des deux qui s'annonce être la plus spectaculaire.



Selon l' astronome Raminder Singh Samra, la comète est déjà remarquablement brillante, étant donné sa distance par rapport au soleil. Qui plus est, 2012 S1 semble suivre la même trajectoire que la Grande Comète de 1680, considérée comme l'une des plus spectaculaires jamais observée depuis la Terre.

 

«Si c'est à la hauteur des attentes, cette comète pourrait être l'une des plus brillantes de l'histoire», a déclaré Samra, du HR MacMillan Space Center de Vancouver.

Cette comète est considérée comme ayant une taille de plus de 3 kilomètres. Elle aussi pourra être visible pendant la journée.



La dernière Grande Comète très visible depuis la Terre, Hale-Bopp, est arrivée il y a 16 ans en 1997. Donc, nous sommes en retard compte tenu de la moyenne d'une par décennie.
Les astronomes font attention à ne pas faire des prédictions au sujet des approches de comètes et préviennent toujours qu'ils ne savent pas vraiment comment elles vont se comporter quand elles se rapprochent du soleil. Pourtant, cela semble assez curieux que l'année 2013 verra le passage de deux Grandes Comètes.



Est-ce que l'une d'elles serait annonciatrice de désastres et de périodes sombres ? Alors que l'effervescence gagne le monde à propos de la fin du calendrier maya, ces comètes ne font qu'ajouter plus d'ampleur aux théories conspirationnistes.



Les autorités et les médias minimisent les thèses de "fin du monde", ce qui est probablement la chose responsable à faire pour éviter la panique. Cependant, il est difficile de savoir où trouver la vérité. Et la NASA n'est pas exactement connue pour son honnêteté..


Mais même si nous n'allons pas obtenir une réponse claire de la NASA, nous devons suivre les conseils qu'elle a donnés à son personnel et se préparer à survivre à de possibles situations d'urgence :


NASA Emails ALL Employees to PREPARE! June 10, 2011
http://www.youtube.com/watch?v=BZUPGw7p9I0&feature=player_embedded

 

Source en anglais : http://www.activistpost.com/2012/12/2013-year-of-comets.h...

Traduction :
http://leschroniquesderorschach.blogspot.com/

 

http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2012/12/2013-lannee-des-cometes.html

 

08/12/2012

De l'eau sous les pôles de Mercure. Le gros scoop de l'année 2012 !

Nous avons arrêté de nous demander si la NASA et ses acolytes ne nous prenaient pas tous pour des imbéciles.

La vérité est celle qu'ils nous prennent pour des débiles mentaux incapables de se former, de s'éduquer et de s'instruire.

Et là, ça fini vraiment par être lassant voire insupportable de se laisser manipuler encore longtemps avec leurs soi-disant scoops et supposées découvertes pour émerveiller les ignorants et les naïfs !

Maintenant ils auraient la prétention de nous apprendre qu'il a de l'eau sur Mercure, comme il y en a toujours eu sur toutes les planètes et dans tout l'Univers.

L'Univers étant fractal, nous pouvons dire que tout ce qui existe en bas est comme ce qui existe en haut.

C'est-à-dire que le macrocosme (l'univers) a été construit comme le microcosme (la cellule). Et s'il y a de l'eau sur Terre et dans nos cellules, c'est qu'il y a de l'eau partout dans l'Univers. Tout comme s'il y a de l'oxygène chez nous, il y en a aussi dans tout l'Univers. Idem pour tous les composants chimiques de nos cellules et de notre environnement tant terrestre que cosmique, énergétique et électrique.


Voici 2 âneries et contradictions que nous livre le
CNRS sur la présence de l'eau dans tout l'univers :

1 : L’eau est présente dans tout le cosmos, sous forme de glace ou de vapeur. Elle est même relativement courante à l’état de vapeur. Mais d’eau liquide, point, en dehors du système solaire où notre chère planète est la seule à jouir, au grand jour, du charme de l’eau liquide.


Il n'y pas un souci sur ces phrases ?

Parce que le premier des débiles mentaux sait qu'avant d'y avoir de la glace ou de la vapeur d'eau, à la base il faut de l'eau pour créer de la glace ou de la vapeur d'eau.

Ce n'est pas parce qu'ils n'en ont pas encore identifié la source que l'eau liquide n'existe pas dans l'Univers.

2 - qu'en savent-ils que l'eau n'existe pas en dehors du système solaire ? Y sont-ils allés ? Depuis quand ? Et quel est le besoin d'aller chercher de l'eau sur d'autres planètes s'ils savent déjà que l'eau existe dans tout l'Univers ?


Par ailleurs vous avez sans doute remarqué que n'avons pas abondé dans le sens de la NASA avec leurs supposées découvertes sur la planète MARS.

Là aussi, ils se moquent encore de nous, car ceux qui ont recherché dans l'histoire de la conquête spatiale, savent qu'Hitler était déjà allé sur Mars en 1945, et que c'est aussi à partir de la planète Mars qu'existe la connexion reptilienne qui nous pourrit la vie depuis 13 000 ans.

Donc, là aussi, nous ne voyons pas où se situent leurs scoops ?

Qu'ils nous parlent des reptiliens plutôt et de ce qui sont allés faire sur Mars surtout !


100 milliards de tonnes d’eau sous les pôles de Mercure

 

Ice_Mercury.jpg

Vue du pôle Nord de Mercure à laquelle est superposée une carte (incomplète) des régions perpétuellement à l'ombre (en rouge) et une autre des dépôts brillants en radio (jaune). Crédit: NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Ca

Les mesures de la sonde Messenger, sur orbite autour de Mercure, ne laissent plus guère de doute : la planète la plus proche du Soleil recèle de la glace d'eau en grande quantité. Une couche d'eau pure « Les dépôts brillants vus au pôle Nord de Mercure contiennent une couche riche en hydrogène, de plusieurs dizaines de centimètres. Cela doit être de l'eau pure », précisent le chercheur américain David J. Lawrence et ses collègues, dans l'article paru dans Science Express. Dès 1992, des images obtenues avec le radiotélescope d'Arecibo (Porto Rico) avaient suggéré la présence d'eau près des pôles de Mercure, vue comme un dépôt réfléchissant les ondes radar.

Plus récemment, les planétologues de la mission Messenger avaient réalisé que les zones brillantes en radar correspondaient aux flancs perpétuellement à l'ombre des cratères polaires de la planète. L'héritage des comètes Les mesures de l'altimètre laser de la sonde montrent que les zones les plus brillantes en radio sont aussi les plus sombres dans le domaine infrarouge. Autrement dit, la couche de glace doit être enfouie, « à environ 10 cm de profondeur », sous un matériau sombre qui pourrait être enrichi en hydrocarbures.

La couche de glace fait « au moins plusieurs dizaines de centimètres » selon les données radar. Si son épaisseur est de 50 cm à 20m, il y a entre 20 milliards et 1400 milliards de tonnes d'eau sous les pôles de Mercure, estiment les auteurs de l'étude. Cette masse d'eau, enfouie il y a 18 à 53 millions d'années, résulterait d'une accumulation liée à l'impact de comètes et d'astéroïdes primitifs pendant plus de trois milliards d'années.

David Fossé, le 3 décembre 2012

http://www.cieletespace.fr/node/9872