Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2012

Les biophysiciens ont démontré que l'homme est électrique et magnétique ! Sans blague ?

Tarzan qui découvre le phonographe pour la première fois !

Il était temps qu’ils accouchent de ces évidences qui ont déjà été démontrées par le passé, par plusieurs scientifiques, mais ce qui n’arrangerait pas les religions de le reconnaître, dans le cas où l’homme découvrirait qu’il est en lien direct avec l’Univers et la Terre qui sont électriques tout comme toutes les cellules de son corps, et qu’il n’a pas besoin des religions pour être relié directement à sa source créatrice.

 

Si l’homme est électrique et magnétique c’est qu’il est un être qui reçoit des informations de sa source par le biais des supports de l’information que sont l’eau dont il est constitué à 70 % et l’électricité. Même poportion d'eau que pour la Terre qui est constituée de 70 % d'eau. Un hasard de plus ?

Nous sommes donc tous dotés, sans aucune exception, du don du magnétisme et de la capacité de soigner par les soins énergétiques et magnétiques.

Tout comme la pensée est une onde électrique qui voyage dans l'espace temps.


Estein avait déjà prouvé en son temps que les hommes étaient des êtres de lumière et des poussières d’étoiles ou de soleil.

Enlevons-nous le soleil et nous verrons ce que nous deviendrons.
 

Pourquoi E=mc2 ?
http://soins-quantiques.com/videos

A télécharger l'articleci-dessous :

 


Samedi 20 octobre 2012

 

Les biophysiciens ont démontré que l'’homme est électrique et magnétique

72848491.jpg

 

Aucun objet spatial, du plus grand au plus petit, n’échappe à la loi de l’attraction-répulsion, principe de base de l’électromagnétisme.

En outre, l’homme, en découvrant, il y a près de 3000 ans, les aimants naturels, posa, certes de manière empirique et approximative, les lois fondamentales de l’électromagnétisme.

Les Grecs connaissaient les aimants naturels. Il s’agissait de minéraux qu’ils trouvaient dans la région de Magnésie et dont le constituant principal était la magnétite, Fe3 O4 (oxyde de fer).

On sait aujourd’hui que la magnétite est présente sous forme d’oligo-éléments chez tous les êtres vivants, y compris les plantes.

 

La plupart des scientifiques récusent que l’homme ait lui aussi des propriétés et des pouvoirs électromagnétiques cependant peu de scientifiques savent que les cellules de l’être humain renferment des cristaux de magnétite, ce qui a été mis en évidence par deux biologistes américains, les docteurs Gould et Kirschvink.

 

Le magnétisme organique est aujourd’hui un fait scientifique avéré. Les travaux de Gould et Kirschvink et ceux de Baker ont levé tout doute et toute suspicion sur ce sujet.

 

Certains individus possèdent une quantité de ferromagnétite supérieure à la moyenne. Vous pouvez dire que ceux-là sont magnétiseurs, sourciers, radiesthésistes.

 

Sans la ferromagnétite et sans le silicium, la Terre serait une planète morte et muette. Pourquoi ? Tout simplement parce que la ferromagnétite et le silicium sont les catalyseurs qui ont, comme l’oxygène et l’hydrogène, présidé à l’apparition de la vie sur la Terre. Les champs électromagnétiques sont générateurs d’énergie et l’énergie est la force vitale qui anime les planètes et les électrons mais aussi les cellules.

 

Louis-Claude Vincent et le prix Nobel Fröhlich ont tous les deux montré les propriétés diélectriques et électromagnétiques des cellules.

 

Les biophysiciens ont démontré que l’homme est électrique et magnétique :  La biologie moderne a démontré que l’être humain est constitué de millions de réseaux cristallins : système hydrolymphatique, système osseux, système cellulaire, etc.

 

Les transformateurs et les lignes à haute tension créent un phénomène connu sous le nom d’effet corona:

 

L’effet corona prend naissance à proximité des lignes à haute tension, c’est-à-dire à partir de 400 000 volts. Une telle puissance électrique crée des champs magnétiques qui ionisent l’air ambiant dans un périmètre de plusieurs centaines de mètres au point de créer des troubles, des malaises et, dans certains cas, des maladies mortelles. E.D.F. est au courant de ces effets secondaires des lignes à haute tension mais n’a, jusqu’à présent, jamais pris de mesures pour les neutraliser. Les ondes électromagnétiques sont comme les ondes radio-actives : à petites doses elles stimulent et soignent ; à fortes et hautes doses, elles tuent.

 

Extrait d'une interview du Professeur Yves Rocard « Comment douter que l’homme soit un être magnétique ? »

 

Interview du Professeur Yves Rocard

« Comment douter que l’homme soit un être magnétique ? »


Jean-Pierre Perraud a rencontré le professeur Yves Rocard à trois reprises, entre1984 et 1989. Il a bien voulu rassembler les notes qu’il a prises au cours de ces trois entrevues et les synthétiser sous la forme de l’interview suivante. Il s’agit donc d’une publication posthume de propos tenus par le professeur de son vivant. Comme on le verra, les déclarations du professeur, qui sont recoupées par divers ouvrages et articles qu’il a publiés de son vivant, constituent une validation scientifique sans réserve du magnétisme.

Pour lire l'interview:

http://www.francaise-bio-energetique.com/rocard%20interview.htm

 Voici une série de textes à propos de Yves Rocard en rapport avec le magnétisme, la radiesthésie et la géobiologie

  • Le point de vue des Scientifiques sur la Géobiologie :

http://www.retrouversonnord.be/ReconnaissanceScientifiqueGeobiologie.htm

http://www.arsitra.org/yacs/articles/view.php/467/171-comment-douter-que-l-8217-homme-soit-un-234-tre-magn-233-tique-187-interview-du-professeur-yves-rocard

 
Le danger potentiel résultant de l'exposition régulière aux radiations électromagnétiques, même de faible puissance entraine cancers, leucémies, dépressions, allergies, ces maladies étant déclenchées ou aggravées par la plupart de nos systèmes électriques.

Les personnes électro-sensibles sont les mieux placées pour alerter sur les dangers des ondes électromagnétiques:

 

Les symptômes pouvant être ressentis:

 

- si j'utilise un portable, j'ai aussitôt une sensation de chaleur au niveau de l'oreille et si je continu, j'ai mal à la tête.

 

- si je suis dans une pièce soumise aux ondes, j'entends des bourdonnements au niveau de mes oreilles qui me signale le danger.

 

- si je dors dans une pièce ou des ondes sont présentes, je me réveille avec un mal de tête qui est difficile à faire passer, car il est proportionnel aux nombres heures passées à dormir.

 

- si je passe sous une ligne à haute tension, j'ai l'impression que quelque chose touche mes cheveux d'avant en arrière à la même vitesse que je passe sous les fils.

 

http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-les-bioph...

 

http://www.retrouversonnord.be...Geobiologie.htm

 

 

 



18/10/2012

La vie après la mort : "Faux Départ" de Sonia Barkallah

"Faux Départ" de Sonia Barkallah

Synopsis:

Trente années se sont écoulées depuis que le Dr Raymond Moody a recueilli les premiers témoignages de ceux qui ont frôlé la mort. Ils sont des millions à travers le monde à nous raconter la même histoire troublante, comme la sensation de se détacher de son corps, assister à sa propre réanimation, entendre les chirurgiens parler entre eux, puis traverser un tunnel au bout duquel se trouve une extraordinaire lumière. Cette expérience a bouleversé leur vie, au point qu’'ils ne craignent plus la mort.

Longtemps considéré comme obscur et assujetti aux railleries, le phénomène intéresse aujourd’hui de nombreux scientifiques, qui s'’interrogent : Comment ces personnes ont-elles pu percevoir et mémoriser des scènes de leur réanimation alors qu’'elles étaient inconscientes, dans le coma et parfois déclarées morte cliniquement ?

Ils sont Cardiologues, Neurologues, Anesthésistes-Réanimateurs, Médecins ou Psychologues, certains conduisent une étude, d’autres ont vécu eux-mêmes une expérience de mort imminente. Ils témoignent sans complexe pour lever un tabou qui se révèle être une mine de connaissance pour la science et pour l'’Homme. Le colloque sur les EMI organisé en juin 2006 à Martigues a permis de franchir un nouveau pas. Pour la première fois en France, deux centres hospitaliers ont débuté une recherche.

Une nouvelle page de l’'histoire des sciences s’'écrit depuis une dizaine d’'années suite à de nombreuses études menées à l’'étranger et qui abandonnent définitivement l'’hypothèse de l’'hallucination pour s’'orienter vers une possible délocalisation de notre conscience : l'’ombre d'’un nouveau paradigme se profile. Source

BANDE ANNONCE "Faux Départ" Sonia Barkallah
http://www.youtube.com/watch?v=_ZegH1jznEY

 


Film disponible en DVD. Source
Différentes dates de projection du film à venir ici ainsi que des dates de conférence de Sonia BARKALLAH .

"Au-delà : Quand nos croyances basculent" !

 

 
Afterlife, La Vie après la Vie,
Réalisé par Paul Perry
Jupiter Communications (Octobre 2012)
 
 
 
 
 
Au-delà :

Quand nos croyances basculent
 
Pourquoi certaines personnes ayant frôlé la mort parlent aussi assurément d'un « Au-delà » ? Qu’en pense le corps médical ? Deux spécialistes dans ce domaine apportent des réponses à ces questions dans le documentaire « After Life ».
 
© Jupiter-Films
Dans notre société, parler de la mort n’'est pas facile. Envisager qu(’il puisse y avoir une fin, se préparer à « perdre » un être cher et à vivre « sans » sont autant d'’éventualités effrayantes auxquelles la plupart d’'entre nous refusent de penser. Pourtant, une question, vieille comme le monde, nous a tous traversé l’'esprit un jour : que se passe t'’il une fois que l’'on meurt ? « Je crois que quand on meurt, c'’est comme une bougie qui s’'éteint, les gens décèdent et l'’esprit ne peut survivre hors du corps. » Interrogées au hasard dans la rue au sujet de la mort et de l’'au-delà, plusieurs personnes témoignent dans le documentaire « After Life » et font part de leurs croyances personnelles. Il y a celles pour qui ne rien pouvoir envisager après la vie est difficilement concevable : « Je pense que notre âme est une force puissante, chargée d’'émotions, et je ne peux pas croire que quand nous mourons, tout est terminé. » Pour d'’autres personnes, en revanche, l'’idée même d'’un au-delà semble inimaginable : « Je crois qu'’il n’'y a rien. Les gens meurent et après c'’est fini. Je ne pense pas qu'’il y ait d’ascension mystique... ». Comment savoir ce qui nous attend ?


L’'au-delà, la preuve par l’'expérience ?


Si les nombreuses références religieuses évoquant les notions de Paradis et de réincarnation font partie de notre culture et de notre système de croyances, d’'autres éléments beaucoup plus troublants persuadent définitivement certaines personnes de l'’existence d'un au-delà, comme les expériences de mort imminente (EMI). Ce phénomène peut survenir lorsqu’'une personne frôle la mort comme lors d'’un accident de voiture, d'’une opération, d'’une maladie grave, d’'un arrêt cardiaque, mais pas seulement. Un danger psychique ou physique, une chute ou une peur conséquente n’'entraînant pas de conséquence physique peuvent également déclencher une EMI.

Pendant quelques instants, ces personnes accèdent à un autre monde, une autre réalité. C'’est ce qui est arrivé à Martha. En 1974, au cours d’'une sortie en ski nautique, s'’étant accroché le bras à la corde, Martha a été traînée sous l'’eau et a bien failli se noyer « Je me suis retrouvée dans un tunnel obscur. Il y avait des fleurs magnifiques et des couleurs que l’'on ne voit pas sur Terre. J’'avais toujours un corps, mais ce n’'était pas mon corps physique. C’'était comme un corps de lumière. Je me suis retrouvée dans l’'Univers au milieu des étoiles et des galaxies et cela m’'a paru normal, comme si j’'étais chez moi. Et puis, je me suis retrouvée dans mon corps. Je n'’ai pas eu de discussion, ni d'’argument avec qui que ce soit. Je n’'ai pas eu le choix. Je ne savais pas du tout comment réagir à cette expérience. Cela s'’est passé un an avant que ne soient publiés les premiers ouvrages sur les EMI. Je ne savais pas ce que c'’était et quand je l’'ai dit à ma famille, ils ont refusé de croire que j'’avais vécu ça. Ça leur faisait peur et ils ne voulaient pas l’'entendre. » Cette expérience, profondément marquante, modifie souvent la façon de percevoir la mort et les croyances à son sujet. Comme l'’explique Martha : « Ce qui ressort de mon expérience d’'EMI, c'’est que, depuis, je me sens beaucoup plus en phase avec ce qu'’il y a de l’'autre côté, avec le ciel, avec cette énergie là. Je n'’ai absolument plus peur de la mort. » Plusieurs études indiquent qu’'en moyenne, 4% de la population vivrait ce genre d’'expériences. Pour la France, cela concernerait environ 2, 5 millions de personnes. Qui sont-elles ? Comment les croire et surtout quels éléments permettent de penser que ces expériences ne sont pas le fruit d’'hallucinations ?


Quand le corps médical se confronte à la question


Des médecins s'’intéressent au sujet depuis de nombreuses années, à l’'image du Dr Jeffrey Long, co-auteur du livre « preuve d’'une vie après la mort » et à l’'initiative de la création de la fondation sur les expériences de mort imminente. Il a recueilli des milliers de témoignages à travers le monde et dans toutes cultures afin de les analyser et de noter leurs similitudes. Les personnes qui vivent une expérience de mort imminente évoquent généralement les mêmes souvenirs : le tunnel, la lumière, le sentiment de calme et de paix, la rencontre avec des êtres chers décédés et/ou avec des guides spirituels, la sensation de baigner dans un amour absolu, la vision de paysages magnifiques, le passage en revue de la vie. Chaque expérience est différente et ne comporte pas forcément l’'ensemble de ces éléments. Pour le Dr Jeffrey Long « Depuis des milliers d'’années, les grandes religions, ou d'’autres cultes ou philosophies nous ont dit d'’avoir foi en la vie éternelle, de croire qu'’il y a autre chose que ce que l'’on voit et que ce que l’'on vit durant notre expérience terrestre, que l’'on est plus que cela, que l’'on est des êtres magnifiques, que l’'on continue à vivre après la mort. Le plus incroyable, c’'est que ce message de foi spirituelle, affirmé dans d’'innombrables cultures depuis des milliers d’années peut être prouvé.»

D'’après ce médecin, l’'un des éléments les plus flagrant prouvant qu'’il existe une vie après la mort, est la sortie hors du corps vécue par près de la moitié de ceux et celles qui vivent un expérience de mort imminente. Alors qu'’ils sont entre la vie et la mort, ils voient et entendent tout ce qu’'il se passe au-dessus de leur corps et sont capables, une fois revenus à la vie, de restituer chaque parole prononcée par les chirurgiens et infirmières. C'’est ce qui est arrivé à Lupita Kirckland. Après avoir traversé une baie vitrée qu’'elle n’avait pas vu, elle s'’est retrouvée avec de multiples coupures sur tout le corps et avec de nombreuses veines sectionnées : « J'’ai compris que j’allais mourir. J'’ai vu mon corps de loin, je flottais dans la pièce et j'’ai vu ma mère aller chercher le médecin. Elle hurlait, elle pleurait et elle m’'a fait de la peine. Je voulais la consoler, lui dire que j’'allais bien. Même si j’'ai eu peur au début quand je me suis détachée de mon corps, une sensation incroyable de paix m'’a envahi. Et j'’ai su que tout irait bien et que je retournais dans un endroit qui était chez moi. Je voulais partager tout cela avec mes parents, leur dire que tout allait bien, mais je ne pouvais plus leur parler et je voyais mon cadavre sur le lit. C'’est là que le médecin est arrivé, je me souviens qu'’il a dit Oh mon Dieu, elle va y passer. J’'ai vu le tunnel, il semblait être fait de nuages sombres. Au bout du tunnel, il y avait de la lumière et dans cette lumière, j'’ai vu l'’image de ce que j’'ai pensé être la Vierge Marie. J’'ai revu ma vie avec elle. On a parlé de ma mission dans cette vie. Ensuite, on a décidé qu'’il fallait que je revienne. J’'ai compris que je n'’avais pas rempli ma mission. J'’ai été aspirée comme ça. En tout cas, j’'ai senti que mon âme rentrait dans mon corps avec force. J'’ai compris que le médecin m'’opérait. J'’ai senti une douleur intense dans la poitrine. Toute cette douleur physique est revenue dans mon corps. J'’essayais d’'aspirer le plus d’'air possible dans mes poumons. Il me fallait de plus en plus d'’air. Puis le médecin a dit Elle est sauvée ! Elle est sauvée !

Le Dr Raymond Moody, médecin et docteur en philosophie est mondialement connu pour être le premier à avoir étudié en détail les témoignages de personnes ayant vécu une expérience de mort imminente. Dans le documentaire « After Life », il aborde une des autres similitudes fréquemment citées : « Bon nombre de personnes qui sont passées par ces expériences en reviennent profondément transformées, le changement le plus flagrant s'’observe chez ceux qui ont recherché toute leur vie la connaissance, la célébrité, le pouvoir ou l'’argent et tout ce genre de choses. Lorsqu'’ils reviennent, ils déclarent qu'’à leurs yeux, la chose la plus importante est d'’apprendre à aimer. » Lupita Kirckland, déclare par exemple : « Quand je suis revenue, je n’'étais plus la même. J’'étais quelqu'’un d’'autre, plus spirituelle, avec plus de compassion pour les autres. J'’étais plus à l’'écoute des autres et j’'avais plus d’'amour à donner. » Lorsqu'’elle était adolescente, Jenny Somers a fait une chute de quatre mètres. Son expérience de mort imminente a profondément modifié sa façon de voir la vie « Il s'’agit de se reconnecter avec la personne que l’'on est vraiment. Il faut se reconnecter à un esprit universel qui est là. Mais nous sommes souvent séparés de notre source. Alors on essaie de se connecter à d'’autres gens, aux objets. Cette personne là va me rendre heureuse, cette voiture là va me combler. Nous essayons de nous ressourcer auprès des autres dans cette dimension ci. Mais si, on se reconnecte à la source, là on est épanoui. Maintenant, je réalise que je n’'avais pas besoin de toutes ces choses extérieures, mais que je peux être cette lumière, cette mémoire, cette énergie qui nous rappelle de ne pas nous connecter entre nous, mais à la source elle-même. »

Enfin la plupart des personnes témoignant de leur expérience évoquent également le fait de ne plus avoir peur de la mort. Pour le Dr Raymond Moody : « Nous pouvons affirmer aux gens qu'’ils n’ont plus de raison d'’avoir peur de la mort. Nous pouvons travailler sur cette peur grâce aux informations solides dont nous disposons, qui sont porteuses d'’espoir pour les gens qui ont perdu des proches. Perdre un être aimé est l’'une des expériences les plus douloureuses de la vie terrestre, et c'’est un réconfort de savoir qu’'il y a un autre monde dans l'’au-delà, dans lequel nous retrouvons les êtres aimés et continuons la relation avec eux. »

S'’il est difficile de prouver scientifiquement qu’'il existe une vie après la mort, ces personnes ayant vécu une expérience de mort imminente nous interrogent sur nos modèles de croyance. Et si ces questions sur la mort et sur l'au-delà nous invitaient finalement à vivre différemment, ici et maintenant ?


Le DVD du documentaire After Life est disponible sur le site Jupiter-Films »
et sera également en vente dans les réseaux de distribution classiques dès le 5 février 2013.
 
 
Afterlife, La Vie après la Vie,
Réalisé par Paul Perry
Jupiter Communications (Octobre 2012)
 
 
 
 
 
 
 

http://www.inrees.com/articles/Au-dela-Quand-nos-croyances-basculent/

La vie après la mort : quand les scientifiques s'en mêlent ! Le Programme des 2ème rencontres internationl as sur les expériences de mort imminente à Marseille.

De quoi nous débarrasser de la peur de la mort et de mettre le haut-là aux élites qui instrumentalisent la peur contre nous depuis des millénaires.

 

Curieuses toutes ces révélations des scientifiques dans la période de l'expansion de conscience de l'Humanité ?

 
LE PROGRAMME DES 2EMES RENCONTRES INTERNATIONALES SUR LES EXPÉRIENCES DE MORT IMMINENTES A MARSEILLE
 

LE PROGRAMME DES 2EMES RENCONTRES INTERNATIONALES SUR LES EXP

 

La preuve du paradis ? Le récit du neurochirurgien qui ne croyait pas à la vie après la mort avant d'en fair e l'expérience

Encore un témoignage scientifique de l'existence de la vie après la mort et témoignage donné par un neurochirurgien.

Paradis

Publié le 11 octobre 2012
 
Le magazine Newsweek évoque le cas d'Eben Alexander, ce neurochirurgien qui ne croyait pas à la vie après la mort avant d'en faire l'expérience.

Le magazine Newsweek évoque le cas d'Eben Alexander, ce neurochirurgien qui ne croyait pas à la vie après la mort avant d'en faire l'expérience. Crédit DR

Il a vu la lumière, et bien plus… C'est l'histoire incroyable d'un grand neurochirurgien américain, Eben Alexander, pour qui tous les récits de vie après la mort racontés par des personnes sorties d'un coma plus ou moins long ne sont que des bêtises, des balivernes.  Mais son monde bascule un jour de novembre 2008 comme il l'explique dans son livre Proof of Heaven ("Preuve du paradis") mais également dans un article publié dans l'hebdomadaire américain Newsweek.

Alors qu'il se lève comme tous les matins à 4 heures 30 pour se préparer à aller au travail, Eben Alexander, qui a passé quinze ans à enseigner la neurologie à la prestigieuse université d'Harvard mais aussi à l'Université de Virginie, est pris soudainement d'une intense douleur au bas du dos. A peine une quinzaine de minutes plus tard, il est paralysé de douleur et a du mal à se mouvoir.  Sa femme accourt à son secours puis appelle les urgences alors que son mari est pris de convulsion. Et là, le trou noir.

Victime d'une forme très rare de méningite foudroyante, Eben Alexander se retrouve en effet dans le coma. Après une semaine passée dans cet état, le neurochirurgien âgé de 58 ans se réveille finalement à l'hôpital. Si sa femme et ses enfants n'ont pas changé, lui, en revanche n'est plus du tout le même.

Pendant que son cerveau ne montrait quasiment aucun signe d'activité, l'homme qui n'avait jamais cru à la vie après la mort, a en effet vécu une "odyssée lumineuse et parfaitement cohérente" comme il l'explique. Et le neurochirurgien de décrire un monde qui ressemble beaucoup aux clichés du paradis véhiculés par les livres et les films. "Au début de mon odyssée, je me suis retrouvé dans un endroit rempli de gros nuages roses et blancs […]. Bien au-dessus de ces nuages, des êtres chatoyants se déplaçaient en arc de cercle dans le ciel, laissant de longues trainées derrière eux. Des oiseaux ? Des anges ? […] Aucun de ces termes ne fait vraiment justice à ces êtres qui étaient différents de tous ce que j'avais pu voir sur terre. Ils étaient plus avancés. Des êtres supérieurs".

Eben Alexander se rappelle également avoir entendu "un son, en plein essor comme un chant céleste qui venait d'au-dessus" qui lui a procuré beaucoup de joie, et avoir ensuite été accompagné dans son aventure par une femme. "Elle était jeune, je me souviens d'elle dans les moindres détails. Elle avait des pommettes hautes, et des yeux incroyablement bleus ainsi que des tresses châtains qui encadraient son beau visage" explique-t-il  avant d'ajouter qu'ils se déplaçaient tous les deux sur les ailes d'un papillon. "En fait, des millions de papillons nous entouraient […]. C'était comme une rivière de vie et de couleur se mouvant dans les airs".

Un coup de folie ? Trop de morphine ? Eben Alexander se rend bien compte que beaucoup ne le croiront pas. Mais il assure que tout était bien réel et qu'il ne s'agissait pas "d'une fantaisie, éphémère et inconsistante". Difficile pourtant de démêler le vrai du faux. Le pourra-t-on d'ailleurs un jour ? Le neurochirurgien y compte bien puisque il a annoncé vouloir "passer le reste de sa vie à enquêter sur la nature véritable de la conscience, et prouver à ses pairs scientifiques mais aussi au reste du monde que nous sommes bien plus que seulement nos cerveaux". Toujours est-il que l'histoire de ce neurochirurgien qui ne croyait pas à la vie avant la mort avant d'en devenir lui-même témoin a interpellé Newsweek qui en a fait sa une : "Le paradis est bien réel".

http://www.atlantico.fr/decryptage/preuve-paradis-recit-n...


La vie après la mort existe, selon un des meilleurs neurochirurgiens

Dr Eben Alexander, un neurochirurgien ayant étudié à Harvard, est tombé dans le coma pendant sept jours en 2008, suite à une méningite.

Pendant sa maladie, le Dr Alexander raconte que la partie de son cerveau qui contrôle la pensée humaine et les émotions s'est "éteinte" [ndt: "shut down"] et qu'il a expérimenté "quelque chose de profond qui m'a donné une raison scientifique de croire à la conscience après la mort.

Dans un dossier pour le magazine américain Newsweek, pour la promotion de son livre "La Preuve du Paradis" [ndt: "Proof of Heaven"], le Dr Alexander affirme qu'il a rencontré une belle femme aux yeux bleus dans un "lieu fait de gros nuages roses et blancs" et "d'êtres scintillants"

Il continue: "Des oiseaux? des anges? ces mots sont venus plus tard, quand j'écrivais mes souvenirs. Mais aucun de ces mots ne rend justice à ces êtres eux-mêmes. Ils étaient plus avancés; des formes supérieures" [ndt: "Higher forms"]. Le Docteur ajoute: "un glorieux chant tonitruant et immense est descendu d'en haut et je me suis demandé si ces êtres ailés le produisait. Le son était palpable, presque matériel, comme une pluie que vous sentez sur votre peau mais qui ne vous mouille pas".

Le Dr. Alexander raconte qu'il a entendu des histoires de patients qui parlaient d’expériences hors du corps, qu'il les discréditait en parlant "d'espoir secret"[ndt:"Wishful Thinking"] mais qu'aujourd'hui il reconsidère suite à son expérience.

Il ajoute: "Je sais très bien que cela a l'air extraordinaire, et complètement incroyable. Si quelqu'un, même un docteur, m'avait raconté une histoire de ce genre à l'époque, j'aurai été sûr qu'il était sous le coup d'une hallucination. Mais ce qui m'est arrivé, loin d'être hallucinatoire, était réel, plus réel que tous les évènements de ma vie. Y compris mon mariage et la naissance de mes enfants".

"J'ai passé des années en tant que neurochirurgien dans les institutions médicales les plus prestigieuses de notre pays [ndt:la Grande-Bretagne]" poursuit-il "Je sais que de nombreux confrères (dont je faisais partie, avant mon experience), soutiennent la théorie que le cerveau, le cortex en particulier, génère la conscience et que nous vivons dans un univers dépourvu de toute émotion, surtout pas l'amour inconditionnel que Dieu et l'univers nous porte, dont je sais désormais qu'il existe."

"Mais cette théorie, cette croyance, gît désormais à nos pieds. Ce qui m'est arrivé l'a détruite"