Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2009

Israël sera-t-il le déclencheur de la 3ème guerre mondiale ?

Israël sera-t-il le déclencheur de la 3è guerre mondiale ?


Israël a renforcé ses troupes sur la frontière libanaise.


L'armée israélienne a renforcé ses troupes à la frontière Libanaise par le développement de chars et de blindés pour la mise en place de renforts à proximité du Golan occupé et ses fermes de Sheeba.  A indiqué l'agence nationale libanaise.

Tant le Golan comme les Sheeba Farms (14 exploitations) ont subi  la guerre  des Six jours en 1967 et conquis la Syrie, bien que la Syrie, Israël et le Liban aient perdu les Sheeba Farms. Des avions et des hélicoptères israéliens survolent la région de matière intense . (belga/jv) (belga / ms)  25/06/09 21h50

Traduction :

http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=nl&u=http://www.hln.be/hln/nl/1281/Buitenland/article/detail/905307/2009/06/25/Israel-versterkt-troepen-aan-Libanese-grens.dhtml&ei=wBdESqjRL4XH-Qad-oAc&sa=X&oi=translate&resnum=1&ct=result&prev=/search%3Fq%3DIsrael%2Bversterkt%2Btroepen%2Baan%2BLibanese%2Bgrens%26hl%3Dfr%26rls%3DGFRD,GFRD:2009-24,GFRD:fr

Source : http://www.hln.be/hln/nl/1281/Buitenland/article/detail/905307/2009/06/25/Israel-versterkt-troepen-aan-Libanese-grens.dhtml

Déjà au début du mois de juin Israël se préparait à la guerre sur tous les fronts


Israël se prépare à la guerre sur tous les fronts

par Serge Dumont


Mondialisation.ca, Le 1 juin 2009
Le Temps

« Turning point 3 ». Tel est le nom de l’exercice de cinq jours qui mobilisera à partir de dimanche l’ensemble de la population et de l’armée israélienne contre les risques d’une attaque de grande ampleur.

Selon le scénario mis au point pour l’occasion, le déclenchement de nouvelles violences dans la bande de Gaza provoquerait l’insurrection de la population arabe israélienne puis le soulèvement des Palestiniens de Cisjordanie. S’ensuivrait une forte tension à la frontière nord de l’Etat hébreu qui déboucherait sur une guerre avec le Hezbollah, avec la Syrie et bien sûr avec l’Iran. Dans ce cadre, des roquettes palestiniennes Qassam, des roquettes iraniennes Fajr tirées à partir du Liban et de la Syrie ainsi que les nouveaux missiles iraniens s’abattraient sur l’ensemble de l’Etat hébreu.

Irréaliste ? En tout cas, de nombreux réservistes de la défense passive sont conviés à l’exercice. Mais d’autres manœuvres – beaucoup plus discrètes celles-là – sont d’ores et déjà en cours. Ces dernières semaines, des servants de batteries de missiles antimissiles Patriot ont ainsi été mobilisés pour une remise à niveau. Dans la foulée, des essais secrets d’un nouveau missile antimissile de fabrication israélienne ont été effectués. Avec succès, semble-t-il.

Quant à l’armée de l’air, elle a organisé durant trois jours des exercices de combat aérien censés opposer ses F-16 à de faux Mig 29 syriens. Enfin, des agents de l’Unité spéciale de sécurité de l’information (une branche des renseignements miliaires) ont simulé des tentatives d’effraction dans les bases les plus secrètes de l’armée afin de détecter les failles des procédures de sécurité.

L’opération « Turnig point 3 » est sans conteste la plus importante de l’histoire de l’Etat hébreu. La plus coûteuse aussi. A partir de dimanche, elle mobilisera 252 centres de crise répartis sur l’ensemble du territoire national ainsi que les administrations, les écoles et les hôpitaux. Le cabinet restreint de la sécurité siégera de manière permanente et dans un endroit gardé secret.

Le moment le plus sensible de « Turning point 3 » se déroulera mardi. Ce jour-là, au gré des alertes, les différents sièges du gouvernement et de la Knesset, l’état-major de l’armée et même le cabinet du premier ministre Benyamin Netanyahou seront évacués. Les élèves des écoles se précipiteront aux abris et la vie s’interrompra dans les villes où résonneront les sirènes.

Selon Benyamin Netanyahou, ces manœuvres ne seraient « qu’un exercice de routine prévu de longue date, annoncé dans la presse et visant à mieux coordonner les services d’alerte civils et militaires ». Mais pour le vice-ministre de la Défense, Matan Vilnaï, « Turning point 3 » est tout à fait réaliste. « Cet exercice se base sur la réalité, pas sur la fiction, a-t-il déclaré au début de la semaine. Nous ne voulons effrayer personne, mais devons nous préparer à un événement inéluctable. »

De fait, dans la perspective de ces manœuvres, les troupes israéliennes basées le long de la « ligne bleue » (la frontière avec le Liban) ont été placées en état de pré-alerte. Parce que le leader du Hezbollah Hassan Nasrallah a estimé dans un discours télévisé que « Turning point 3 » servirait, selon lui, à « préparer une nouvelle agression contre le Liban ». Et parce que l’organisation chiite vient de déployer de nouvelles batteries de missiles de moyenne portée susceptibles de frapper le cœur de l’Etat hébreu, ce qui constitue précisément le thème de « Turning point 3 ».

Les Israéliens – dont 80% se déclarent favorables à une frappe sur l’Iran selon les derniers sondages – sont en tout cas persuadés que les manœuvres de la semaine prochaine n’ont pas été déclenchées par hasard. Et qu’elles servent à « chauffer » l’opinion en vue d’une période difficile. Ils le sont d’autant plus que le gouvernement vient d’annoncer la prochaine distribution de masques à gaz à la population civile. Ceux-ci avaient été distribués à l’occasion de la première guerre du Golfe (1991) et récupérés en 2006. Ils ont depuis lors été remis en état et dotés de filtres plus performants.

Articles de Serge Dumont publiés par Mondialisation.ca


Source :
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13809

Brzezinski prévoyait la provocation de l'Iran

Un petit rappel salutaire !

Brzezinski prévoyait en mars 2007 la provocation de l'Iran par les USA en cas d'échec US de la guerre en Irak.

 

21/06/2009

SHOAH : Benoît XVI renoncerait à béatifier le pape Pie XII

Vers une unique religion mondiale ?

SHOAH

Benoît XVI renoncerait à béatifier le pape Pie XII

NOUVELOBS.COM | 20.06.2009 | 08:47

Selon le Vatican, le souverain pontife craint de "compromettre" les relations entre l'Eglise catholique et les juifs, qui reprochent le silence de Pie XII lors de la Shoah

Pie XII (Sipa)

Pie XII (Sipa)

Pie XII ne devrait pas être béatifié. Le pape Benoît XVI ne signera pas en effet le décret de béatification de Pie XII car il craint de "compromettre" les relations entre l'Eglise catholique et les juifs, a reconnu vendredi 19 juin à Rome le père Peter Gumpel, postulateur de la cause du pape Pacelli.

Benoît XVI a été "impressionné" par les prises de position de représentants de la communauté juive contre cette béatification, a expliqué le père Peter Gumpel cité par l'agence Ansa. Le postulateur a en charge au Vatican le dossier de béatification de Pie XII auquel des historiens et la communauté juive reprochent d'avoir gardé le silence sur la Shoah durant la Seconde Guerre mondiale.
Des "représentants des organisations juives ont expliqué clairement (au pape) que s'il faisait quelque chose en faveur du pape Pacelli (Pie XII) les rapports entre l'Eglise catholique et les juifs seraient compromis de façon permanente et définitive", a affirmé le père Gumpel.


Une "unique problématique"

Le pape "n'est absolument pas" contre Pie XII qu'il "admire et estime notamment pour ce qu'il a fait en faveur des juifs" mais "il veut faire le maximum pour améliorer les rapports avec les juifs et cela est tout à fait louable", a ajouté le postulateur.

La béatification de Pie XII est au point mort depuis des années dans l'attente de la signature par Benoît XVI du décret proclamant les "vertus héroïques" du pape défunt, étape indispensable pour la poursuite de la procédure de béatification.
Benoît XVI a régulièrement pris la défense de son prédécesseur jugeant que l'attention s'était "concentrée de manière excessive" et "de façon unilatérale" sur une "unique problématique".

Source : NoubelObs

21/05/2009

Obama répond aux attentes

Jamais un président américain n’a atteint ces sommets. Pourtant le chômage continue de grimper, la crise s’approfondit et les perspectives ne sont pas claires. Mais l’homme a un discours de vérité qui séduit, une méthode qui rassure. Non seulement son capital confiance n’est pas affecté, mais au contraire il s’est renforcé.

Sur le plan international, le charme opère également. Obama a rompu avec l’aspect le plus hideux de la politique de W. Bush : l’agressivité. Il a réussi, en moins de quatre mois, à donner une nouvelle image de l’Amérique et à réconcilier ce pays avec le reste du monde. Sa gestion du dossier iranien, où il allie fermeté et esprit d’ouverture, la fermeture de Guantanamo, le retrait annoncé d’Irak, la détente avec la Russie et la Chine sont des décisions propices à un nouveau climat dans les relations internationales. Et c’est effectivement le cas ! Barack Obama répond aux attentes suscitées par son accession à la présidence de la première puissance mondiale parce qu’il a su imprimer à sa politique une grande dose d’humilité et un humanisme certain.

C’est une nouvelle donne de la politique internationale, qu’on ne peut que saluer, même si l’on sait que les USA défendent leurs intérêts et que, stratégiquement, ceux-ci n’ont pas changé. Obama a réussi à défaire l’image catastrophique qu’il a héritée de Bush, mais il a fait plus. Il a donné une sérieuse impulsion à une politique de détente qui peut changer la donne.

Il lui restera à marquer le conflit du Proche-Orient face à un gouvernement israélien de droite peu soucieux des accords de paix déjà signés par ses prédécesseurs. Washington devra user de toutes ses capacités de persuasion pour amener Netanyahu à la table des négociations.

Dans le nouveau contexte, où Obama tente d’établir des relations apaisées avec le monde arabo-musulman, il sait que ce conflit est un point de fixation, un abcès. S’il réussit à faire revivre le processus de paix, nul doute que sa présidence marquera l’Histoire.

 

La sécurité d’Israël ne se confond plus avec la sécurité des USA

La rencontre BHO-Netanayahou confirme qu’on n’estime plus à Washington que la sécurité d’Israël et la sécurité des USA ne font qu’une et que le statut d’Israël d’“allié privilégié” des USA est en question, de façon fondamentale et pressante. Ces deux prolongements ouvrent la voie à des relations pleines d’acrimonie, de chausse-trappes et de tension, parce que la stratégie de Netanyahou, la seule stratégie possible pour sa coalition de la droite dure traditionnellement belliciste, nécessite le préalable du soutien inconditionnel des USA, “à-la-Bush”, et qu’il ne l’a plus. Selon la perception de cette composante de droite dure israélienne, le problème d’Israël, par rapport à la position qu’il a occupée vis-à-vis des USA pendant huit ans évoluant vers celle qui se dessine aujourd’hui, est qu’il va se trouver dans une position où il a beaucoup à perdre et vraiment très peu à gagner.

Sources  DeDefensa

Source : http://contreinfo.info/breve.php3?id_breve=6756

 

Round d’observation

19 mai 2009 — D’une façon générale, la rencontre entre Obama et Netanyahou à Washington (première du genre) s’est passée assez moyennement, sans éclat exceptionnel et sans chaleur extraordinaire. Un fait pourtant assez peu ordinaire: elle a duré quatre heures, ce qui est exceptionnellement long, pour accoucher de résultats maigrelets et du constat, à peine in fine et parfois presque exprimée, de la confirmation qu’il existe de sérieux points de désaccord. La durée de la rencontre et la maigreur du résultat montrent que le propos n’a pas dû être amène et d’une entente parfaite. Si ce n’est pas une surprise, – la position critique de l’administration Obama de la ligne israélienne est maintenant un fait avéré, – c’est dans tous les cas l’officialisation d’une réelle distance installée entre les USA et Israël. Ce n’est pas un mince événement.

Pour définir la rencontre, on dira que ce fut donc un round d’observation. Cela implique évidemment qu’il y a un combat engagé…

The Independent du 19 mai 2009, qui fait le rapport de la rencontre, signale notamment quelques passages assez “francs” de la conférence de presse de clôture, de la part d’Obama. Considérant la situation d’où l’on vient dans les rapports de Bush avec Israël, on retiendra moins le contenu de ce qui s’est dit que le ton, essentiellement de la part d’Obama, de ce qui a été dit.

«There was no mistaking the pressure that Mr Obama was applying to his Israeli guest with such bluntly spoken words delivered before the cameras. “We have seen progress stalled on this front, and I suggested to the Prime Minister that he has a historic opportunity to get a serious movement on this issue during his tenure,” President Obama said. “That means all the parties involved have to take seriously obligations that they have previously agreed to.” He was also blunt on the illegality of new Israeli settlements. “The settlements have to be stopped,” he said.»

Donald McIntyre, dans le même Independent de ce même 19 mai 2009, met en évidence les facteurs constitutifs de l’enjeu des relations USA-Israël tels qu’ils sont apparus, notamment le “lien” (linkage) entre le dossier palestinien et le dossier iranien.

«There is no disguising the potential differences between the two men. They include the issue of Iran and its linkage to the Israeli-Palestinian question. Mr Netanyahu thinks US plans for dialogue with Tehran may fatally delay the application of the necessary pressure to stop it acquiring nuclear weapons. President Obama worries that Israel could launch a unilateral strike on Iran, which is why he dispatched the CIA chief Leon Panetta last month to warn Mr Netanyahu against “surprising” the US by doing just that.

Mr Netanyahu has been sceptical about a “grand bargain” in which he moves towards a deal with the Palestinians in return for an alliance including Arab countries against Iran's perceived ambitions to be a nuclear military power. But the President went a long way to endorsing that scenario last night, pointing out that peace with the Palestinians would reduce the threat posed to Israel by Iranian-backed Hizbollah and Hamas. Mr Netanyahu, who had up to last night indicated that Iran must come first, went no further than conceding the two could go together.

»That said, there is a very long way to go. Mr Netanyahu's insistence, repeated last night, that the Palestinians recognise Israel as a Jewish state, will be seen by many in Washington as a delaying tactic. Just how serious the US President is about achieving the Israel-Palestinian peace which has eluded his predecessors for 40 years may become more apparent in Cairo on 4 June. Either way, there is already what Zalman Shoval, an adviser to Mr Netanyahu, called an “an unavoidable landmine” relating to Jewish settlements in the occupied West Bank. The US wants a complete freeze: while promising no "new" settlements, Israel sees nothing wrong with continued building in the West Bank and East Jerusalem.»

La sécurité d’Israël ne se confond plus avec la sécurité des USA

Le point important qui apparaît à l’occasion de cette rencontre, outre la confirmation officielle d’un climat plutôt morose entre les deux pays, sans qu’aucun effort réel n’ait été fait pour dissiper ce malaise, ou, dans tous les cas, l’apparence de ce malaise, c’est certainement cette affaire de “linkage” entre les deux questions, palestinienne et iranienne. C’est la nature du “lien” qui a changé, profondément et décisivement.

Les deux questions n’étaient jusqu’ici liées qu’à l’avantage d’Israël parce que la question iranienne n’était examinée entre les deux pays, USA et Israël, que du point de vue prioritaire de la sécurité d’Israël. Ce n'est plus le cas. Cette évolution vient du fait que les USA considèrent désormais la crise iranienne dans toutes ses implications (sécurité nucléaire de la zone, influence de l’Iran dans la zone, action éventuelle de l’Iran en Afghanistan, etc.), et non plus en fonction d’un élément privilégié (sécurité d’Israël). C’est un exemple type d’une évolution “extension-contraction” d’une crise: le territoire de la crise englobant les deux questions s’est élargie mais l’intensité qu’avait cette crise sur le point où elle s'exacerbait jusqu’alors s’est contactée.

Il y a désormais un enchaînement logique qui conduit, du point de vue US, à considérer la sécurité d’Israël comme un aspect parmi d’autres de la question iranienne. Dans cet enchaînement et de la même façon, la question iranienne devient un facteur plus large de la question palestinienne, et non plus un facteur considéré seulement dans son rapport avec la sécurité israélienne. Lorsque les USA font miroiter aux Israéliens qu’en faisant des concessions sur la question israélienne, ils s’attireront la reconnaissance des pays arabes et arriveront à former une coalition anti-iranienne, ils mettent objectivement Israël devant l’obligation de concessions concrètes à faire sans délai alors que les prolongements intéressants qu’ils lui promettent ne sont pour l’instant que spéculations avantageuses. Il n’y a plus, comme dans la politique Bush, un tabou intangible, – la sécurité israélienne, – et le reste pouvant varier; la sécurité israélienne est devenue une variable comme un autre.

Cette distance prise par les USA vis-à-vis de ce point, – jusqu’ici, l’état d’esprit US autant que certains discours présentaient la sécurité US et la sécurité d’Israël comme indissolublement liées, voire confondues, – se marque dans les déclarations d’Obama à Newsweek (reproduites par le Jerusalem Post du 17 mai 2009). BHO dit comprendre la perception d’Israël de l’Iran comme “une menace existentielle”, l’évaluation d’Israël du risque stratégique que l’Iran fait courir, – mais ajoute cette phrase qui semble éventuellement flatteuse mais qui peut également apparaître comme ambiguë, et comme une sorte de défausse: ce n’est pas à lui de déterminer “pour les Israéliens ce que sont leurs besoins de sécurité”. Dans les termes les plus conciliants, voire très démagogiques, il s’agit tout de même de dire que les affaires d’Israël sont très compréhensibles mais qu’elles sont et restent les affaires d’Israël seul (donc, qu’elles n’engagent pas les USA).

«“I understand very clearly that Israel considers Iran an existential threat, and given some of the statements that have been made by [Iranian] President [Mahmoud] Ahmadinejad, you can understand why,” Obama said in an interview with Newsweek, which was published on its Web site and will appear in print in the magazine's May 25 issue. With respect to concerns Israel might carry out an air strike against Iranian nuclear facilities, the US president said that since Israel is “right there in the range” of Iranian missiles, “their calculation of costs and benefits are going to be more acute.” Obama remarked that he did not think it was his place to “determine for the Israelis what their security needs are.”»

Patrick Buchanan termine un commentaire (ce 19 mai 2009, sur Antiwar.com) sur la question palestinienne par ce propos, en passant, sur la question iranienne: «Netanyahu wants Obama to commit to go to war if necessary to denuclearize Iran, but he cannot force Obama to fight a war he cannot want…» En élargissant la crise iranienne par sa multipolarisation, notamment en mélangeant tous ses aspects sans donner la priorité à l’un sur les autres au nom d’une préférence idéologique, BHO prive la sécurité israélienne du statut de tabou inviolable de la politique US au Moyen-Orient que lui réservait l’administration GW Bush. Il fait intervenir diverses variables sur leurs valeurs propres, et il en arrive à confronter la variable “intérêts américains” à toutes les autres, pour constater qu’elle est différente de la variable “sécurité d’Israël”, qu’elle mérite toute sa considération, et qu’elle implique évidemment et impérativement qu’il est hors de question, pour une foule de raisons qui sont bien connues, de songer à un conflit pour régler la question iranienne (le remarque de Buchanan). A partir de là, avec Israël privé de son statut de primus inter pares parmi les composants de la crise, la voie d’un arrangement avec l’Iran devient extrêmement intéressante pour les USA, jusques et y compris la composante extrême d’une zone dénucléarisée touchant autant Israël que l’Iran, – avec tous les tabous qui vont avec.

La rencontre BHO-Netanayahou confirme qu’on n’estime plus à Washington que la sécurité d’Israël et la sécurité des USA ne font qu’une et que le statut d'Israël d’“allié privilégié” des USA est en question, de façon fondamentale et pressante. Ces deux prolongements ouvrent la voie à des relations pleines d’acrimonie, de chausse-trappes et de tension, parce que la stratégie de Netanyahou, la seule stratégie possible pour sa coalition de la droite dure traditionnellement belliciste, nécessite le préalable du soutien inconditionnel des USA, “à-la-Bush”, et qu’il ne l’a plus. Selon la perception de cette composante de droite dure israélienne, le problème d’Israël, par rapport à la position qu’il a occupée vis-à-vis des USA pendant huit ans évoluant vers celle qui se dessine aujourd’hui, est qu’il va se trouver dans une position où il a beaucoup à perdre et vraiment très peu à gagner.

Source : http://www.dedefensa.org/article-round_d_observation_19_05_2009.html