Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2009

Israël/Iran : Israël avait planifié d'assassiner le président Mahmoud Ahmadinejad ?

Téhéran accuse Israël d'avoir voulu tuer Ahmadinejad

Samedi 18 Juillet

Téhéran accuse Israël d'avoir voulu tuer Ahmadinejad


Le ministre iranien des Renseignements, Gholamhossein Mohseni Ejeie a affirmé vendredi qu'Israël avait planifié d'assassiner le président Mahmoud Ahmadinejad durant la période de l'élection présidentielle du 12 juin.

Selon l'agence Fars, qui rapporte ses propos, des responsables israéliens ont rencontré des membres des Moudjahidine du peuple, principal groupe de l'opposition armée pour préparer leur plan.

"Des responsables du régime sioniste ont rencontré des membres des hypocrites (terme désignant les Moudjahidine) à Charm el-Cheikh (Egypte) et à Paris pour préparer ce plan", a déclaré le ministre.

Selon lui, les Moudjahidin
e ont demandé en contrepartie que leur nom soit enlevé de la "liste des groupes terroristes des Etats-Unis et d'autres pays".

Il a ajouté que les "ennemis" avaient aussi pris contact avec les rebelles sunnites qui combattent le gouvernement central, notamment dans la province du Sistan-Baloutchistan (sud-est), frontalière du Pakistan et de l'Afghanistan.

L'Iran ne reconnaît pas l'Etat d'Israël, qui considère l'Iran comme son pire ennemi, à cause son soutien aux groupes de résistance palestiniens et libanais.

Le président Ahmadinejad, réélu avec 63% des voix, avait déclaré à plusieurs reprises ces dernières années qu'il prévoyait la fin de l'entité sioniste. Il a aussi mis en doute l'Holocauste, déplorant qu'il ait servi de prétexte par les Occidentaux pour soutenir la création de l'entité sioniste au cœur du monde arabo-musulman .

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb

Source : Alterinfo

17/07/2009

L’Iran dans le colimateur des Dauphins

War Game en Mer Rouge

L’Iran dans le colimateur des Dauphins par Manlio Dinucci

15 juillet 200- - Depuis Rome (Italie)

Le Dauphin a émergé de l’eau face aux baigneurs en villégiature à Eilat, le port israélien dans le golfe d’Aqabah en Mer Rouge. Ce n’était cependant pas un cétacée, mais un Dolphin, un des sous-marins israéliens armés de missiles nucléaires. La nouvelle a fait sensation. Ce n’est pourtant pas un mystère que les Dolphin croisent en Mer Rouge pour tenir l’Iran sous leur ligne de feu : nous l’avons écrit il y a sept ans. Les trois premiers sous-marins de cette classe, dotés des systèmes de navigation et de combat les plus sophistiqués, ont été fournis à Israël par l’Allemagne, dans les années 90, deux sous forme de don. Sur requête israélienne, aux six tubes de lancement de 533 mm, adaptés aux missiles de croisière à courte portée, on a ajouté dans chaque sous-marin quatre tubes de 650 mm, pour le lancement de missiles de croisière nucléaires à longue portée : les Popeye Turbo, qui peuvent atteindre un objectif à 1 500 kms. Ce sont des missiles dérivés des missiles états-uniens, dont la société israélienne Raphaël et Lokheed-Martin ont réalisé aussi, conjointement, une version pour avions.

En 2010, aux trois sous-marins lanceurs d’engins nucléaires s’en ajouteront deux autres, toujours fournis par l’Allemagne. Ils sont construits par les chantiers Howaldtswerke-Deutsche Werft AG pour 1,27 milliards de dollars, dont un tiers financé par le gouvernement allemand. Le Jérusalem Post confirme que les deux nouveaux sous-marins aussi, dont le sigle est U-212, sont construits selon les “spécificités israéliennes” : ils ont une plus grande vitesse (20 nœuds) et un plus grand rayon d’action (4 500 km) et sont plus silencieux pour pouvoir s’approcher des objectifs sans être identifiés.

Selon les experts militaires, un des trois Dolphins fournis par l’Allemagne, est gardé pour la navigation en mer Rouge et dans le Golfe Persique, l’autre en Méditerranée, et le troisième reste en réserve. Avec l’ajout de deux autres, le nombre de ceux qui sont en navigation, prêts à l’attaque nucléaire, pourra être doublé. Et ceci n’est qu’une partie des forces nucléaires israéliennes, dont le potentiel est estimé à 200-400 têtes nucléaires, avec une puissance équivalente à presque 4 mille bombes d’Hiroshima, et dont les vecteurs se montent à plus de 300 chasseurs états-uniens F-16 et F-15, et environ 50 missiles balistiques Jericho II sur rampes de lancement mobiles. Ces armes et d’autres armes nucléaires sont prêtes au lancement 24h sur 24.

Le gouvernement israélien, qui refuse de signer le Traité de non-prolifération, ne reconnaît pas qu’il possède des armes nucléaires (dont l’existence est reconnue par l’Agence internationale pour l’énergie atomique), mais laisse entendre qu’il les a et peut les utiliser. Ainsi s’explique pourquoi le Dolphin est apparu sous les yeux des baigneurs d’Eilat et pourquoi le Jerusalem Post informe qu’il a transité par le Canal de Suez, au retour d’une manœuvre en Mer Rouge. Comme l’écrit ce même journal, c’est “un signal à l’Iran”. En d’autres termes, une façon de faire comprendre à l’Iran et à d’autres pays de la région, lesquels ne possèdent pas d’armes nucléaires, qu’Israël, par contre, en a et est prêt à les utiliser.

Dernier « signal d’avertissement à l’Iran », la nouvelle, rapportée par Haaretz, qu’hier, deux autres navires de guerre israéliens, le Hanit et le Eilat, ont traversé le Canal de Suez en direction de la Mer Rouge. Le Hanit y avait déjà transité en juin avec le sous-marin Dolphin. Ceci implique un accord israélo-égyptien de fonction anti-iranienne. Les sources militaires israéliennes elles-même parlent d’un « changement de politique », qui permet aux unités de la marine de transiter librement par le Canal. C’est ce qu’a confirmé le ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Aboul Gheit, qui a qualifié de « légitime » l’utilisation militaire du Canal de Suez par Israël, établie par « un accord entre Le Caire et Jérusalem ». Il existe donc une liaison stratégique plus étroite entre la Méditerranée, la Mer Rouge et le Golfe Persique.

Et tandis qu’Israël s’exerce à l’attaque nucléaire contre l’Iran, les leaders du G8 (quasiment tous souteneurs actifs du programme nucléaire militaire israélien) dénoncent « les risques de prolifération posés par le programme nucléaire iranien », dans les documents approuvés à L’Aquila le 8 juillet « au cours du dîner ».

Manlio Dinucci

Géographe et géopolitologue. Derniers ouvrages publiés : Geograficamente. Per la Scuola media (3 vol.), Zanichelli (2008) ; Escalation. Anatomia della guerra infinita, DeriveApprodi (2005).


Les articles de cet auteur

Source : http://www.voltairenet.org/article161081.html#nh1


Israël se prépare à frapper les cibles nucléaire iraniennes

Source: Times Online

Traduction réalisée par l’équipe de SpreadTheTruth.fr

Le récent transit de deux navires de guerre israéliens, porteurs de missiles, par le canal de Suez dix jours après le passage d’un sous-marin capable de lancer des missiles nucléaires, s’inscrit, selon le journal londonien “The Times”, dans son édition de ce jeudi, dans le cadre des préparatifs lancés par Israël en vue d’une éventualité de s’attaquer aux équipements nucléaires iraniens.

Le journal qui cite des sources diplomatiques israéliennes et d’autres du ministère de la Défense israélienne, rapporte que l”e déploiement des navires de guerre en mer rouge, constitue un signal clair sur la capacité israélienne de mettre l’Iran en ligne de mire de sa force de frappe, en un laps de temps très court”.

Israël a œuvré, selon le journal londonien, “à renforcer ses relations avec les pays arabes inquiets, à leur tour, du nucléaire iranien, particulièrement avec l’Egypte, avec qui ses relations se sont consolidées d’une manière notable au cours de cette année, dans la mesure où le Caire et Tel-Aviv partagent cette position de méfiance envers l’Iran”, comme le précise un diplomate israélien.

Selon un responsable du ministère de la défense israélien, cité par le journal, “ces préparatifs doivent être pris au sérieux. Israël investit du temps pour s’équiper et se préparer à la complexité d’une attaque contre l’Iran”.

Ces manœuvres constituent un message adressé à l’Iran selon lequel Israël persiste et signe dans ses menaces. Le journal ajoute queles sous-marins israéliens équipés de missiles, ainsi que sa flotte d’avions de combat, peuvent être utilisés pour perpétrer des attaques contre plus de 10 cibles ayant un lien avec des matières nucléaires, et situées à 800 miles d’Israël.

“The Times” est revenu sur les déclarations du ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Abou Ghaith, selon lesquelles “le gouvernement égyptien autorise le passage des navires israéliens par le canal de Suez”. Il a également cité un colonel israélien qui confie que “les entraînements se déroulent régulièrement avec une coopération complète avec l’Egypte”.

Israël procédera également à une mise à l’essai d’un missile d’interception de type “Arrow” dans une zone américaine à l’océan pacifique. “C’est un dispositif qui a été conçu pour protéger Israël contre les attaques de missiles, qui peuvent provenir de l’Iran et de la Syrie”. (…).

A en croire “The Times”, les entraînements israéliens interviennent à un moment où les diplomates occidentaux procurent un soutien à Israël pour attaquer l’Iran, en contrepartie de concessions israéliennes pour la création d’un Etat palestinien.

D’après un diplomate britannique, “si un accord à ce sujet venait à être conclu, l’attaque israélienne contre l’Iran serait effective en l’espace d’une année”.

Des diplomates indiquent également qu’Israël a fait des concessions en matière de politique d’implantations, et de ses relations avec ses voisins arabes, pour faciliter une attaque contre l’Iran.

Un diplomate européen a estimé à cet effet, qu’”Israël a préféré accorder de l’importance aux menaces iraniennes, au détriment de ses implantations”.

Source : http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=1887

 

15/07/2009

Guerre de Gaza : des soldats accablent Tsahal

Monde 15/07/2009 à 06h51

Israël. Une association a rassemblé des témoignages sur les exactions.

JÉRUSALEM, de notre correspondante DELPHINE MATTHIEUSSENT

Mépris pour la vie des civils palestiniens, usage sans restriction de la force, destructions massives et vandalisme : pour la première fois depuis l’opération militaire israélienne à Gaza, en décembre et janvier, une organisation regroupant des soldats israéliens fait écho aux accusations palestiniennes et internationales. Dans un rapport de plus de 100 pages, regroupant les témoignages de 26 soldats, Shovrim Shtika («Rompre le silence») revient en détail sur la conduite de l’armée israélienne lors de l’offensive de près de trois semaines contre le Hamas, qui avait fait plus de 1 300 morts et des milliers de blessés palestiniens.

Des témoignages de soldats faisant état d’exactions contre des civils palestiniens avaient déjà été publiés dans la presse israélienne en mars. Mais leur fiabilité avait été contestée car ils avaient été reconstitués à partir de discussions informelles organisées au sein d’une académie militaire.

Cette fois, Shovrim Shtika, une organisation qui s’était jusque-là attachée à recueillir les témoignages de soldats servant dans les territoires palestiniens, retranscrit de façon systématique des entretiens avec des conscrits et des soldats de réserve, sous couvert de l’anonymat. Des extraits de son rapport sont publiés aujourd’hui dans le quotidien israélien de gauche Haaretz.

Phosphore. Des enquêtes de l’ONU et de différentes organisations de défense des droits de l’homme avaient déjà fait le tour des principaux chefs d’accusation qui pèsent sur Tsahal : utilisation de civils comme boucliers humains, tirs injustifiés contre des civils, usage de bombes au phosphore blanc dans des zones habitées. Tous ces éléments figurent là encore dans les témoignages des soldats. Mais c’est le laxisme des règles d’engagement, voire leur absence, qui est l’élément le plus troublant du rapport. Ainsi le témoignage d’un des soldats : «Si nous détectons quoi que soit qui ne doit pas être là, nous avons ordre de tirer. On nous explique que de toute façon l’armée de l’air a lâché des prospectus pour dire à tous les habitants de partir, et que plus personne ne doit être là. J’entends des histoires d’autres unités qui tirent sur des gens distants de deux kilomètres. Ils essaient de les tuer. Ce sont de jeunes soldats, qui veulent marquer des points. Comme si c’était cool d’avoir un tel pouvoir sans personne pour vous freiner.»

«Terroriste». Un autre soldat explique comment, une nuit, un Palestinien s’est approché de la maison occupée par son unité, dans le quartier de Zeitoun, dans la périphérie de la ville de Gaza. Malgré les demandes répétées de ses soldats, le commandant refuse qu’ils le dissuadent de continuer dans leur direction en tirant. Le civil est abattu. «Plus tard, des soldats ont demandé au commandant pourquoi il ne nous avait pas laissé avertir le Palestinien. A chaque fois il répondait que c’était parce que c’était la nuit et qu’il s’agissait d’un terroriste, même si aucune arme n’avait été retrouvée sur lui. L’impression générale était qu’on était ici pour tuer et que cela ne perturbait personne», relate-t-il.

«Il y a des bavures et des dérapages dans toutes les guerres, mais ce qui nous trouble, c’est de voir que, lors de son opération à Gaza, l’armée israélienne semble avoir changé ses concepts éthiques sans nous le dire. L’utilisation de tactiques de guerre contre les civils palestiniens est injustifiable», commente Yehuda Shaul, directeur de Shovrim Shtika.

Avant même leur publication, l’armée israélienne a remis en question la fiabilité de ces témoignages. Pour Asa Kasher, professeur de philosophie à l’université de Tel-Aviv, auteur du code d’éthique de l’armée,«cette organisation [Shovrim Shtika] se targue de défendre des valeurs morales alors qu’elle a en fait un agenda politique : aller dans le sens des accusations palestiniennes.» Il ajoute : «Quand les soldats disent qu’ils pouvaient tirer à volonté : soit ils ont agi de leur plein gré et c’est condamnable, soit ils n’ont pas refusé les ordres de leur supérieur, ce qui est également condamnable. Les soldats ont l’obligation légale de refuser des ordres illégaux, de tirer sur des innocents. […] C’est très facile, des mois après les faits, de jeter la pierre à l’armée en prenant les médias à témoin

Source : Libération

Juste une question : Pourquoi la presse internationale a été et est toujours interdite à Gaza par Israël ? Idem pour l'Irak où Bush a fait interdire la presse internationale pour cause de danger pour les journalistes. Cherchons l'erreur.

 

11/07/2009

Gaza : la démocratie et les droits de l'homme selon Israël

07/07/2009 20:00

Christophe Oberlin : « Nous attendons que les Israéliens nous laissent traverser »

Une équipe de chirurgiens français est empêchée depuis dimanche 5 juillet d’entrer dans la bande de Gaza. Joint au téléphone, Christophe Oberlin, l’un des responsables de cette mission, raconte

Quand devait débuter votre mission dans la bande de Gaza ?

Christophe Oberlin : Nous sommes partis de France samedi 4 juillet. On devait passer dimanche le check-point israélien d’Erez, qui permet d’entrer dans la bande de Gaza. Mais cela fait trois jours que nous sommes bloqués et que nous attendons que les Israéliens nous laissent traverser. Nous sommes neuf chirurgiens, français, anglais et espagnol, mandatés par le ministère français des affaires étrangères, dans le cadre de la mission humanitaire de formation de chirurgie et d’enseignement que l’on mène depuis 2002, à raison de trois à quatre missions par an à Gaza.

Quelles raisons invoquent les Israéliens pour vous empêcher de passer ?

Aucune. Arrivés à Erez, on a montré nos papiers, notre ordre de mission et on nous a dit que nous ne passerions pas. Au cours des 25 missions que j’ai effectuées, on a souvent eu des ennuis avec les Israéliens. Tantôt, ils laissaient passer cinq personnes de l’équipe, et pas les autres. Certains ont été bloqués cinq jours, d’autres définitivement. Une fois, l’un d’entre nous a été remis dans l’avion de manière arbitraire. Jamais l’équipe entière n’a été bloquée pendant toute la durée de la mission.

Que dit le ministère des affaires étrangères français ?

Toutes les vexations que nous connaissons aujourd’hui sont le quotidien des diplomates du consulat de France à Jérusalem. Le premier adjoint du consulat s’est fait refouler à Erez, avant-hier. Un véhicule du consulat de France a été fouillé récemment alors que c’est illégal. C’est l’ambassade de France qui maintenant se charge du dossier et son premier secrétaire appelle régulièrement l’armée, en vain pour l’instant.

Quel est le but de votre mission ?

Cette semaine, nous devions donner trente heures de cours à des chirurgiens palestiniens qui suivent sur deux ans une formation en microchirurgie et chirurgie réparatrice. Nous devions voir aussi en consultation chirurgicale 70 patients qui souffrent de séquelles de blessures de guerre, paralysie, chirurgie nerveuse, reconstruction cutanée. Par la même occasion, nous soignons aussi les enfants atteints de tumeur ou victimes d’accidents d’autres origines. Depuis le début de cette mission, on a opéré entre 700 à 800 patients, dont 45 % sont des enfants.

Combien de chirurgiens formez-vous à Gaza ?

C’est une formation en deux ans. Sept Palestiniens ont été diplômés dans la première promotion sortie il y a deux ans. Cette année, dans la deuxième promotion, en fin de première année, ils sont huit. On devait faire passer les examens pour le passage de première en deuxième année. Si les Israéliens ne nous laissent pas passer, la formation de ces chirurgiens palestiniens est fichue pour cette année.

À chaque mission, nous voyons quatre fois plus de patients que nous ne pouvons opérer. C’est pourquoi nous sommes passés à la formation car il y a un besoin aigu. Le premier de nos élèves formés, Mohamed Al Rantissi, fait 100 interventions chirurgicales par an, ce que nous faisons en un an avec quatre déplacements. Une personne sur place est aussi efficace que la totalité des missions. Avec les diplômés et ceux à venir, d’ici à cinq ans, on devrait couvrir les besoins de la population de Gaza dans ce type de chirurgie spécialisée. Ces formations évitent des évacuations sanitaires et permettent de créer des centres chirurgicaux localement.

Recueilli par Agnès ROTIVEL

(1) Auteur avec Jacques-Marie Bourget de Survivre à Gaza, un portrait de Mohamed Al-Rantissi, Éd. Koutoubia, 198 p., 18,90 €.

Source : http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2381209&a...

Le Pr. Oberlin est entré dans la bande de Gaza !

vendredi 10 juillet

Quand le Pr. Christophe Oberlin estime être dans son droit, difficile, même pour les Israéliens, de se mettre en travers de sa route. Après 4 jours de refus consécutifs de la part du gouvernement israélien, le chirurgien de renommée internationale est entré ce matin dans la bande de Gaza et s’est aussitôt mis au travail à l’hôpital Khan Younès avec 3 autres médecins de son équipe.

Il a fini par rentrer jeudi à 11 H 30 dans la Bande de gaza, après avoir squatté pendant 4 jours devant le poste frontière d’Erez et avoir appelé la terre entière pour réussir à tenir ses engagements.
Dès cet après-midi, il était au travail, aux côtés du Dr. Mohamed Rantissi, pour une longue série de consultations, qui ont pris du retard, et qui seront suivies d’interventions chirurgicales liées à des blessures infligées par l’armée israélienne à la population palestinienne pendant l’opération élégamment nommée "plomb durci".
Il dispensera ensuite aux médecins palestiniens un enseignement dans sa spécialité, comme il le fait à chacune de ses missions.

Il a fallu notamment l’intervention de Me Gilles Devers, qui a engagé des procédures, déposant plainte auprès du ministre français des affaires étrangères, pour que le gouvernement israélien soit obligé de céder. Tandis que le journal La Croix et la radio France Info faisaient état de la situation de cette équipe chirurgico-médicale bloquée par l’armée israélienne au poste frontière d’Erez, l’ambasseur d’Israël appelait Frédéric Barrère à France Inter, pour demander qu’il renonce à traiter cette information !

Source : http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?breve112

 

Lettre du Pr. Christophe Oberlin à la ministre de l’Intérieur

Mercredi, 9 avril 2008 :: Christophe Oberlin ::
Lettre du Pr. Christophe Oberlin à la ministre de l’Intérieur

Madame la ministre,

J’ai appris que le sous préfet Bruno Guigue était menacé d’exclusion de la fonction publique à la suite de propos qu’il aurait tenus dans un article. Il aurait déclaré que des soldats israéliens assassinent des enfants sur le chemin de l’école, et que la torture est pratiquée dans les prisons israéliennes.

Me rendant moi même régulièrement dans les territoires palestiniens occupés pour y soigner des blessés, je ne peux malheureusement qu’attester avoir vu des blessés, parfois très gravement handicapés, qui m’ont dit avoir été torturés dans les prisons israéliennes.

J’ai rencontré des familles dont un ou plusieurs enfants ont été assassinés. L’un des mes élèves, le Dr Samir El Jazy, a été assassiné par un tireur israélien, à Rafah, chez lui, alors qu’il était en train de coucher sa fille.

Tous ces faits sont malheureusement avérés, et Bruno Guigue n’a fait qu’énoncer une triste vérité. Par ailleurs il ne l’a pas fait, à ma connaissance, dans l’exercice de ses fonctions, et invoquer le « devoir de réserve»  est pour le moins curieux. Est-il interdit de parler ou d’écrire, même en dehors de ses fonctions ? J’ai lu l’un des livres de Bruno Guigue sur le conflit israélo-palestinien : c’est un livre d’universitaire et d’historien, dont rien n’est attaquable. Le livre en question en est d’ailleurs à sa deuxième édition… Un limogeage sans motivation et sans jugement, voilà qui ne nous fait pas honneur.

Je suis moi-même membre de la fonction publique. Va-t-on me limoger parce que je décris également ces réalités ?

Source : http://www.geostrategie.com/671/lettre-du-pr-christophe-oberlin-a-la-ministre-de-l%E2%80%99interieur

 

 

Survivre à Gaza: le Pr Christophe Oberlin témoigne (vidéo)

oberlin Pr Christophe Oberlin* est connu pour son engagement en tant que médecin dans l’action humanitaire. Il intervient dans les parties du monde ravagées par les conflits armés. Il a effectué plusieurs séjours à Gaza et se trouvait dans cette ville assiégée durant les trois semaines de bombardements israéliens. Il est revenu à Paris avec des témoignages, un nouvel éclairage sur la situation dans la région, notamment à travers « Survivre à Gaza« , un livre d’entretiens avec son ami le chirurgien Gazaoui Mohamed Al-Rantissi, le frère d’Abdelazziz Al Rantissi,l’un des fondateurs du Hamas, assassiné par Israël en 2004.


algerie-focus.com . Gaza. Le Pr Christophe Oberlin témoigne


Entretien :

1- Vous êtes un témoin de l’intérieur, puisque vous vous trouviez à Gaza durant les bombardements israéliens. Comment avez-vous vécu votre séjour sous les bombes, et quelle est l’image la plus marquante que vous gardez de cette expérience ?

L’image la plus marquante est celle d’un  garçon de 14 ans que nous avons reçus à l’hôpital de Rafah moins d’une demi heure après notre entrée à Gaza. Une bombe est tombée sur le la place du marché à la nuit. Quinze blessés ont été amenés instantanément. Parmi eux ce jeune homme, qui avait pris un éclat d’obus dans la colonne vertébrale et qui est maintenant paraplégique à vie.

Une autre image, plus gaie, est celle des douze chirurgiens égyptiens qui nous avaient précédés à l’hopital de Khan Younis, certains passés par des tunnels, et qui travaillaient si bien et en si bonne entente avec nos amis palestiniens. Cette solidarité à la fois chirurgicale et culturelle, pour ne pas dire religieuse, m’a beaucoup touchée.

2- Tsahal, relayée par des médias occidentaux, accuse le Hamas d’avoir utilisé la population civile comme bouclier humain, notamment dans les écoles et les hôpitaux de Gaza, et ce afin de justifier son lourd bilan en perte de vies humaines innocentes palestiniennes dont beaucoup de femmes et d’enfants. Est-ce que cet argument est crédible ?

Cet argument est un stéréotype raciste classique: l’arabe, pour Israël, est naturellement peureux (il se cache) et lâche (parmi les civils). La vérité est qu’un combat si inégal justifie de s’adapter, ce que fait la résistance palestinienne, dans la mesure de ses moyens.

3- Ces même commentateurs décrivent le Hamas comme une force brutale qui opprime et tient en otages les Gazaouis ?

Je n’ai jamais rien constaté ni entendu de tel. Bien au contraire la « cote » des résistants et en particulier du Hamas, me semble encore plus élevée à la suite de cette guerre. Des élections le démontreraient aisément.

4- Souscrivez-vous à ce discours et comment décririez-vous, vous le Hamas étant donné que vous avez rencontré personnellement ses dirigeants sur place ?

J’ai rencontré à de multiples reprises les dirigeants du Hamas, et leur discours m’a toujours semblé raisonnable et démocratique. Je note d’ailleurs que cette opinion que j’ai émise de multiples fois depuis plusieurs années, a été reprise il y a quelques mois par un diplomate français, Mr De La Messuzière , et ces jours ci par le vice président de la commission des affaires étrangères du Sénat, Jean François-Poncet.

5- A ce propos, de votre dernier voyage à Gaza est né «  Survivre à Gaza », un livre d’entretiens avec Mohamed Al-Rantissi, chirurgien Gazaoui et frère de Abdelaziz Al-Rantissi, l’un des fondateurs du Hamas. Pouvez-vous nous dire un mot sur ce livre ?

6- Dans le livre Mohamed Al-Rantissi, accuse plusieurs dirigeants du Fatah, y compris Mahmoud Abbas, de collaborer avec Israël et conclut que seule la résistance islamique du Hamas est à même de faire plier l’Etat hébreu et d’aboutir à la création d’un Etat Palestinien. Êtes-vous d’accord avec cette position du Hamas ?

Je suis d’accord avec l’idée que le Fatah, du fait de l’absence de résultats positifs pour les palestiniens depuis la mort d’Arafat, est à bout de souffle, et ne travaille plus efficacement pour les palestiniens. La conséquence en est d’ailleurs le succès électoral du Hamas, qui dépasse nettement les sympathisants directs.

7- L’Union européenne et les Etats-Unis posent trois conditions au dialogue avec le Hamas : qu’il reconnaisse l’Etat d’Israël ; qu’il renonce à la violence ; qu’il reconnaisse les accords d’Oslo. Qu’en pensez-vous; est-ce que le Hamas accepterait ces conditions ?

Aucune de ces conditions ne peut être remplie avant la négociation. S’y accrocher revient à prolonger délibérément la guerre. La position du Hamas est claire et n’a jamais changé: négociations immédiates, directes, avec les représentants élus des palestiniens (y compris le fatah) sans préalables, sur le fond.

8- D’aucuns s’accordent à dire que la situation humanitaire est dramatique à Gaza. Vous en tant que médecin quel est votre constat ?

La situation économique, alimentaire est dramatique. Sur le plan médical, l’essentiel est assuré, notamment les urgences, mais certains traitements font cruellement défaut,  en particulier les traitement anti cancéreux.

9- Benyamin Netanyahou, réclame une nouvelle offensive contre Gaza, pour « terminer le travail et faire disparaître la menace » ( ndrl, le Hamas et le Hezbollah). A quoi devons-nous s’attendre, si jamais cette menace venait-elle à être mise à exécution ?

Ce serait une folie, un crime épouvantable que les USA et l’Europe ne l’en dissuadent pas. Et cela ne déboucherait sur aucun accord politique

Entretien réalisé par Fayçal Anseur
Pour algerie-focus.com et www.lefinancier-dz.com

(*)Christophe Oberlin – Médecin – FRANCE

Chirurgien spécialisé dans la microchirurgie et la chirurgie de la main. Responsable de missions de chirurgie réparatrice des paralysies auprès des blessés palestiniens depuis décembre 2001 (une quinzaine de missions au total). Professeur des Universités. Une centaine de publications, deux livres traduits en anglais, et en chinois. Responsable de deux Diplômes d’Université. A effectué une vingtaine de missions humanitaires de chirurgie réparatrice (lèpre, ulcère du Buruli) entre 1981 et 1995 (Centrafrique, Bénin, Congo, Côte d’Ivoire).
Sympathisant(e) ou membre de : Coordination des Appels pour une Paix Juste au PO,

Source : http://www.algerie-focus.com/2009/02/07/gaza-temoignage-d...