Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2015

Les Etats-Unis auraient fourni 50 tonnes de munitions aux rebelles syriens «modérés»

Une provocation claire à la guerre des USA contre la Russie !

 

Les Etats-Unis auraient fourni 50 tonnes de munitions aux rebelles syriens «modérés»

12 oct. 2015, 14:24

Avion américain C-17

Selon la chaîne de télévision américaine CNN, les Etats-Unis auraient acheminé cette nuit 50 tonnes de munitions à destination de l’opposition «modérée» en Syrie au moyen d’avions cargos américains.

Le président américain Barack Obama aurait lancé la première étape de programme du soutien urgent aux rebelles syriens «modérés», soit les opposants au régime de Bachar el-Assad qui ne sont pas terroristes. Dans la nuit du 11 au 12 octobre, 112 palettes de munitions pesant un total d’au moins 50 tonnes auraient été parachutées au nord de la Syrie.

Les détails de cette mission auraient été confirmés par un représentant officiel des Etats-Unis qui n’avait pas le droit d’en parler publiquement, rapporte CNN.

11/10/2015

Irak: découverte des équipements américains dans la raffinerie de Baïji

Facile, on met ses mercenaires en place pour terroriser le peuple, pour occuper l'armée et les dirigeants en place, et on exploite le pétrole que l'on exporte vers les USA et Israël qui deviennent du coup deux pays exportateurs de pétrole !

Irak: découverte des équipements américains dans la raffinerie de Baïji

Oct 10, 2015 10:33 UTC

IRIB- Les forces de l’armée et les unités populaires irakiennes ont poursuivi le processus de nettoyage des zones septentrionales de la ville de Baïji où ils ont découvert une quantité d’équipements américains dans des localités sous contrôle des terroristes.

Simultanément au nettoyage zone par zone de la raffinerie de Baïji et la débandade des terroristes de Daesh, les forces de l’armée et les unités populaires volontaires (Al-Hached al-Chaabi) ont découvert et confisqué une quantité importante d’équipements et de munitions, largués pour les terroristes de Daech, par les avions de combats et les hélicoptères de la coalition arabo-occidentale, menée par les Etats-Unis.


Selon ce rapport, depuis plus d’un an, l’administration américaine prétend que son objectif dans la création de la coalition arabo-occidentale était de viser les positions de Daech, mais au cours des derniers mois, les unités populaires et l’armée irakiennes ont fait état de l’envoi des aides militaires de cette coalition à destination des éléments terroristes de Daech.

Comment le Général Soleimani a préparé les frappes russes en Syrie ?

C'est là que l'on reconnaît encore le génie de Poutine !

La décision d'intervenir en Syrie et de créer la coalition entre l'Iran, l'Irak, la Syrie et la Russie était déjà prise depuis quelques mois avec l'appui du Général Iranien Soleimani quand Poutine s'est présenté à l'ONU, le 28 septembre 2015 pour tester les USA et la coalition internationale illégale et leur demander de s'allier pour le combat commun contre le "terrorisme", et ce qu'il continue de faire encore aujourd'hui. Nous savons désormais quelles étaient et quelles sont les réelles intentions de ladite coalition criminelle.

Poutine rentre de l'ONU et boum, déjà le 30 septembre, soit 2 jours après son retour des USA, les premières frappes russes ont lieu sur le sol Syrien !

Et la meilleure, c'est que personne n'a vu arriver les avions et les militaires en Syrie ! MDR !!!

Les USA peuvent désormais enquêter sur l'inefficacité de la CIA et de ses services de renseignements !

Comment le général Soleimani a préparé les frappes russes en Syrie
 Récit OLJ/Reuters /08/10/2015

http://www.lorientlejour.com/storage/attachments/949/p011-3_105012_283022_large.jpg

Le général iranien Qassem Soleimani. Photo AFP

Lors d'une réunion à Moscou en juillet, le général iranien Qassem Soleimani, commandant de la force d'élite al-Qods, a déployé une carte de la Syrie et expliqué à ses hôtes russes comment les revers du président Bachar el-Assad pouvaient être transformés en victoire – avec l'aide de la Russie.

La visite du général à Moscou a été la première étape préparant l'intervention militaire russe qui a rebattu les cartes dans la guerre en Syrie et donné naissance à une nouvelle alliance russo-iranienne en soutien au président Assad.

L'aviation russe a mené ses premières frappes en Syrie mercredi dernier à partir d'une base aérienne à Lattaquié, tandis qu'une offensive au sol des forces progouvernementales syriennes et de leurs alliés iraniens et du Hezbollah semble avoir commencé.

En ligne directe avec l'ayatollah Khamenei

Qassem Soleimani est le commandant de la force al-Qods, la force spéciale chargée des opérations extérieures des pasdaran, les gardiens de la révolution islamique. Il reçoit ses ordres directement du guide suprême de la révolution islamique, l'ayatollah Ali Khamenei. Ce militaire d'élite né en 1957 aurait accédé au commandement de la force al-Qods en 1997 ou 1998, selon une biographie diffusée par l'American Enterprise Institute.


Dans nombre de capitales arabes sunnites, qu'inquiète l'influence croissante de Téhéran en Irak, en Syrie, au Liban ou au Yémen, il incarne les aspirations à un nouvel empire perse et représente le bras armé d'une confrontation engagée entre la principale puissance chiite et les pays de l'islam sunnite.


Des sources dans la région indiquent que le général Soleimani a déjà supervisé des opérations au sol contre des insurgés en Syrie et qu'il est maintenant au cœur des préparatifs pour la nouvelle offensive soutenue par la Russie et l'Iran. En Irak, il a aussi coordonné les offensives menées par des milices chiites soutenues par Téhéran contre les jihadistes sunnites de l'État islamique (EI), notamment à Tikrit au printemps dernier. Son rôle dans la région comme commandant opérationnel s'en trouve accru.


Soleimani a mis « la carte de la Syrie sur la table »


Le général Soleimani est arrivé à Moscou alors que la situation se détériorait en Syrie : l'avancée des rebelles vers la côte constituait un danger pour le bastion des alaouites, la branche chiite à laquelle appartient la famille Assad. C'est aussi le secteur où se trouve, à Tartous, la seule base navale de la Russie dans toute la Méditerranée.


« Soleimani a mis la carte de la Syrie sur la table. Les Russes étaient très inquiets et ont eu le sentiment que les choses étaient en net déclin et qu'il y avait un réel danger pour le régime. Les Iraniens leur ont affirmé qu'il était encore possible de reprendre l'initiative », raconte un haut responsable régional.


Selon trois hauts responsables dans la région, le voyage de Soleimani en juillet a été précédé par des contacts à haut niveau entre Russes et Iraniens qui ont été d'accord sur la nécessité de renouveler le soutien à un Assad en mauvaise posture.

D'après le récit de ces trois personnes, la planification de l'intervention était dans l'air depuis plusieurs mois. Cela veut dire que pendant que les Occidentaux notaient ce qui leur semblait être une nouvelle souplesse de Moscou sur l'avenir du président syrien, Téhéran et Moscou discutaient de la manière de renforcer Assad.

La décision d'un effort russo-iranien conjoint en Syrie a été prise lors d'une réunion entre le ministre russe de Affaires étrangères Sergueï Lavrov et l'ayatollah Khamenei il y a quelques mois, explique un haut responsable d'un pays de la région, versé dans les questions de sécurité.


« Soleimani, chargé par Khamenei de diriger la partie iranienne de l'opération, s'est rendu à Moscou pour discuter des modalités. Et il s'est aussi rendu en Syrie plusieurs fois depuis », a dit ce responsable. 

« OK, nous interviendrons. Envoyez Soleimani », dit Poutine

Le gouvernement russe affirme que son déploiement en Syrie s'est fait à la demande d'Assad, qui a lui-même présenté sans ambages les problèmes auxquels était confrontée l'armée syrienne, notamment en termes d'effectifs.

L'ayatollah Khamenei a également envoyé un émissaire spécial à Moscou pour y rencontrer le président Vladimir Poutine, a déclaré un autre responsable régional. « Poutine lui a dit : "OK, nous interviendrons. Envoyez Qassem Soleimani". Il y est allé pour expliquer la carte du théâtre des opérations. »


Début août, la chaîne américaine Fox News avait révélé un récent voyage à Moscou du général iranien, information à l'époque confirmée par des sources des services de sécurité américains. Fox précisait que Soleimani était arrivé en Russie le 24 juillet, dix jours à peine après la conclusion de l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien qui a remis Téhéran dans le jeu diplomatique.


Une source iranienne avait confirmé sous le couvert de l'anonymat que le commandant de la Force al-Qods s'était bien rendu dans la seconde quinzaine de juillet à Moscou. 


Vieille connaissance des Occidentaux

L'intervention militaire en Syrie est décrite dans un accord entre Moscou et Téhéran qui dit que les frappes aériennes russes viendront en soutien aux opérations au sol par les forces iraniennes, syriennes et du Hezbollah, explique un des responsables régionaux interrogés.

L'accord prévoit aussi la fourniture d'armes russes plus sophistiquées à l'armée syrienne et l'établissement de salles d'opérations conjointes, qui regrouperaient ces alliés ainsi que les représentants du gouvernement irakien, qui est allié à la fois à l'Iran et aux États-Unis. Une des salles d'opérations est à Damas et l'autre à Bagdad.

 
« Soleimani habite pratiquement à Damas, ou disons qu'il y va beaucoup. On peut le trouver entre deux réunions avec le président Assad et des visites sur le théâtre des opérations comme n'importe quel soldat », dit l'un des responsables régionaux.


Le général Soleimani est une vieille connaissance des Occidentaux. Dans une interview en mars au Washington Post, David Petraeus, ancien commandant des forces américaines en Irak et en Afghanistan et ex-directeur de la CIA, mentionnait un message que Soleimani lui avait fait remettre au printemps 2008, en pleine offensive des forces irakiennes et de la coalition américaine contre les milices chiites d'Irak. « Général Petraeus, disait ce message, vous devriez avoir conscience que moi, Qassem Soleimani, je contrôle la politique iranienne en Irak, en Syrie, au Liban, à Gaza et en Afghanistan. »

 

Lire aussi
La Turquie d'Erdogan voit ses rêves régionaux s'envoler
L'offensive russe en Syrie au cœur des débats au Liban
La stratégie russe en Syrie : bâtir une forteresse pour Assad
Un « troisième round russo-tchétchène » se déroule-t-il en Syrie ?
Des guerres intestines entravent-elles l'action iranienne en Syrie ?
 

 

09/10/2015

La Russie en Syrie, Israël en enfer…

Il fait moins le cake avec Poutine !

Il n'est pas sans savoir que Poutine a de bonnes relations avec l'Iran qui est aussi son partenaire en Syrie  et qu'il va bénéficier aussi du soutien du Hezbollah libanais.

Alors, il va faire quoi le nazisioniste qui se venge sur les pauvres Palestiniens ?

12143073_10153195852486476_119724230177625926_n.jpg

La Russie en Syrie, Israël en enfer…

Oct 09, 2015 18:10 UTC

 

IRIB- Il est vrai que les relations russo-israéliennes ont connu des progrès considérables, depuis les années 60 et 70, à l'époque où l’ex-URSS fournissait des armes au monde arabe et voyait en le conflit israélo-arabe, un autre front de la guerre froide ; Israël regarde toutefois d’un œil dubitatif les objectifs de Moscou dans la région…

Pourtant, les deux parties ont d’importantes questions à discuter : parmi d’autres l’intervention russe dans le monde arabe, en utilisant des dizaines de chasseurs Soukhoï dans le nord de la Syrie, sans oublier des systèmes anti-aériens et des centaines de soldats, ce qui a déjà fait basculer les équations.
 
Les frappes aériennes russes contre les rebelles peuvent mettre en danger les priorités stratégiques d’Israël en Syrie et adoucir les lignes rouges tracées par Israël pour plusieurs acteurs des conflits en Syrie. En tout cas, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu ne s’est pas encore exprimé sur l’intervention russe en Syrie ; il s’est même gardé de prendre une position critique semblable à celle des Etats-Unis ou de l’OTAN vis-à-vis des démarches militaires russes en Syrie.
 
Netanyahu a laissé suggérer qu’il ne souhaitait pas voir les deux parties revenir à l’époque d’hostilité et de confrontation !!
 
Il n’a pas toutefois oublié d’indiquer qu’Israël agirait « si quelqu’un veut utiliser le sol syrien pour faire parvenir des armes atomiques au Hezbollah ».

Tout cela ne signifie pas, néanmoins, qu’Israël a opté pour une position ambivalente envers l’intervention russe en Syrie. Tel-Aviv a annoncé que deux facteurs pourraient inciter ce régime à intervenir dans la guerre en Syrie : si la souveraineté de ce régime était mise en danger en raison des attaques menées depuis l’intérieur de la Syrie, d’une part et de l’autre, s’il constate des agissements dans le sens de la livraison des armes sophistiqués au Hezbollah libanais.

Il ne semble pas pourtant qu’Israël procède à une intervention en Syrie car il craint que les forces du Hezbollah ou les forces d’Assad soient mises par les Ruses au courant de leur intention avant même qu’il ne lance une attaque.
 
Or, le meilleur scénario est, pour Netanyahu, la poursuite de la guerre d’usure qui occupe, d’ailleurs, les ennemis d’Israël dans une confrontation les uns contre les autres.
 
Nombreux sont les analystes militaires israéliens qui estiment que les frappes aériennes russes sont beaucoup plus audacieuses par rapport aux raids aériens de la coalition dirigée par les Etats-Unis.
 
En tout état de cause, Israël ne semble pas s’inquiéter dans la mesure où les Russes aident seulement Assad à stabiliser ses lignes militaires. Mais si la coopération Russie/Iran se renforce, se transformant en une contre-attaque qui permettrait au gouvernement Assad de reprendre le contrôle d’importantes zones occupées par les terroristes, une évolution surgira, une évolution qu’Israël ne pourrait pas négliger si simplement.
 
 

08/10/2015

Iran: le guide suprême interdit toute négociation avec les USA

Voilà, une homme averti !

Selon Ali Khamenei, l'Iran n'est pas contre des négociations avec d'autres pays, y compris avec les Européens, mais n'admet pas de négocier avec les Américains qui "coordonnent toujours leurs faits et gestes avec le régime sioniste antihumain".

Iran: le guide suprême interdit toute négociation avec les USA

20:46 07.10.2015 (mis à jour 20:47 07.10.2015)

Le guide suprême de la Révolution islamique, l’ayatollah Ali Khamenei

 

Le guide suprême de la Révolution islamique interdit de "négocier avec l’Amérique" qui cherche, selon lui, à ébranler les croyances religieuses et politiques de la nation iranienne.

Le guide suprême de la Révolution islamique, l’ayatollah Ali Khamenei, a formellement interdit mercredi toutes les négociations avec les Etats-Unis qui "entrainent des dégâts innombrables et sont inutiles", rapportent les médias internationaux.

"Les Etats-Unis cherchent à s’infiltrer en Iran via les négociations pour imposer leurs politiques à la nation iranienne", a déclaré le guide suprême, en s’exprimant devant les commandants du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (Pasdaran).

L’ayatollah a mis en garde contre les tentatives des Etats-Unis de manipuler les pensées révolutionnaires et religieuses du peuple iranien.

"Les Américains ont  tenté d’ouvrir via les négociations nucléaires une brèche pour s’infiltrer en Iran dans les domaines économique, politique, culturel, sécuritaire et financier, fort heureusement la partie iranienne a été bien vigilante à cet égard", s'est-il félicité.
 
Selon Ali Khamenei, l'Iran n'est pas contre des négociations avec d'autres pays, y compris avec les Européens, mais n'admet pas de négocier avec les Américains qui "coordonnent toujours leurs faits et gestes avec le régime sioniste antihumain".