Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/10/2014

Pétrole: Riyad et Washington suspectés de complot contre la Russie

Et voilà ! Ils ne savent plus quoi faire pour ruiner la Russie et l'Iran !

Et Moscou s'en fout, la preuve, pas de troubles majeurs et Moscou se paie encore le luxe d'imposer de nouvelles sanctions à l'UE.

 

Pétrole: Riyad et Washington suspectés de complot contre la Russie

Nezavissimaïa gazeta
11:32 20/10/2014
MOSCOU, 20 octobre - RIA Novosti

Selon la presse chinoise, l'administration américaine et les Saoudiens comptent réduire les cours pétroliers jusqu'à 50-60 dollars le baril pour faire pression sur la Russie et l'Iran, écrit lundi 20 octobre le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Le président russe Vladimir Poutine pense que le baril ne sera pas inférieur à 80 dollars. Alors que les experts indépendants s'abstiennent de prédire la profondeur de la chute des tarifs pétroliers.

Vladimir Poutine est convaincu que le cours pétrolier se redressera prochainement, car aucun acteur du marché ne souhaite qu'il descende en-dessous de 80 dollars. Tandis que la presse chinoise estime que le baril à 80 dollars est tout à fait acceptable pour l'Arabie saoudite et les USA. Un ancien haut fonctionnaire de la Maison blanche a noté que même une baisse de cours jusqu'à 80 dollars le baril ne provoquerait que des pertes mineures pour l'Arabie saoudite. Et si le tarif du pétrole brut aux USA tombait jusqu'à 85 dollars, les compagnies américaines qui produisent également de l'huile de schiste pourront quand même faire du bénéfice.

L'analyste sud-coréen publié par la presse chinoise partage la théorie d'un complot tarifaire antirusse des USA et de certains pays de l'Opep. "L'Iran et la Russie sont considérés comme des ennemis, c'est pourquoi les pays occidentaux et l'Opep ont pris le contrôle du marché du pétrole brut et ont commencé à agir ensemble. La chute du cours pétrolier a un triple effet: la stimulation de la croissance économique, une attaque contre la Russie et l'assouplissement de la pression excessive entre l'offre et la demande", écrit l'auteur. De plus, d'après des études plus antérieures, les USA et l'Arabie saoudite comptent vendre du pétrole en Asie et en Amérique du Nord pour 50-60 dollars le baril.

Le quotidien chinois Renmin Ribao rappelle que la moitié des revenus de la Russie proviennent des ventes d'hydrocarbures, et si le prix du baril chutait réellement jusqu'à 60 dollars le baril, l'économie russe se retrouverait dans une position difficile.

Mais les experts interrogés ne croient pas que les cours puissent descendre jusqu'à 60 dollars le baril. Selon eux, le fond a été atteint ou n'est pas loin. "Nous pourrions même voir le baril à 75 dollars. Mais personne ne songe sérieusement au tarif de 60 dollars", déclare l'analyste de la Sberbank Investment Research Valeri Nesterov.

Roustam Tankaev de l'Union des producteurs pétroliers et gaziers de Russie pense que la ferme intention de l'Arabie saoudite de ne pas réduire la production pourrait changer prochainement. "L'Arabie saoudite s'oppose à l'augmentation des tarifs, mais dans le pays l'opposition croît, car il existe déjà des problèmes pour remplir les programmes sociaux à cause du cours actuel. Du coup, bien que l'Arabie saoudite annonce officiellement qu'elle ne participerait pas à la basse des quotas pour la production et ait même réussi à persuader l'Iran et le Venezuela à en faire de même, le royaume s'est tout de même divisé en deux camps. On ignore donc pour l'instant ce qui se passera à la session de l'Opep", explique l'expert. Il a également indiqué que le succès de l'opération américaine contre l'Etat islamique pourrait faire monter les tarifs dans le monde si les Américains parvenaient à stopper les exportations pétrolières de la région contrôlée par les islamistes.

 

19/10/2014

La chute - désobéissance

Excellent !

Les recettes pour mettre nos dictateurs à la porte !

Savez-vous de quoi ont-ils peur ?

De notre éveil et de notre prise de conscience, et surtout de la "conscience collective" que nous avons développée au travers d'Internet qui nous permet de les identifier et de les dénoncer dans le monde entier, car Internet n'a pas de frontières, et qu'en unissant toutes nos énergies nous mettons entrave à leurs projets !

Pas étonnant qu'ils aient pris la peine de pondre une seconde loi anti-terroriste.

Il ne nous manque plus pour nous terroriser que de nous inventer des attentats terroristes en France et ailleurs !

La chute - désobéissance

http://www.youtube.com/watch?v=HbdSSSdauII&feature=sh...


France à vendre ! Hollande réunit de grands patrons étrangers à l'Elysée pour plancher sur l'attractivité de la France !

Au lieu de sortir de l'Europe et d'arrêter de jouer les caniches des US/Sionistes, il vaut mieux vendre la France aux étrangers dont aux Qataris ! Et manoeuvres dirigées par qui, le pion des Rothschild, Macron !

France à vendre ! Hollande réunit de grands patrons étrangers à l'Elysée

Paris, 19 oct 2014

Hollande réunit de grands patrons étrangers à l'Elysée pour plancher sur l'attractivité de la France

Par AFP, publié le 19/10/2014 à  13:57, mis à jour à  13:57

Paris, 19 oct 2014 - François Hollande reçoit dimanche après-midi à l'Elysée 25 patrons de grandes entreprises étrangères pour plancher sur "l'attractivité" de la France, sur fond de grandes manoeuvres du gouvernement pour libérer l'économie française de ses blocages.

Il s'agit du deuxième "conseil stratégique de l'attractivité" qui se tient à l'Elysée, après un premier le 17 février. Les dirigeants d'AB Volvo, Adecco, Samsung Electronics, Nestlé, ou encore du Fonds qatari, Qatar Investment Authority, seront notamment présents. 

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron interviendra à 15h00 pour ouvrir cette rencontre, qui se déroulera entièrement à huis-clos. La journée se terminera par un dîner et une allocution du président François Hollande. 

Mercredi, M. Macron a annoncé une série de réformes pour doper l'économie hexagonale sur fond de dérapage du budget français qui pourrait être sanctionné par Bruxelles. 

Tout au long de l'après-midi, se succèderont ateliers et tables-rondes pour échanger sur la politique économique et le fonctionnement du marché du travail français sous la houlette notamment de M. Macron et des ministres des Finances et du Travail, Michel Sapin et François Rebsamen. 

Dans un troisième temps, les participants plancheront sur l'image de la France. 

"Il s'agit d'avoir un échange extrêmement ouvert avec les grands patrons étrangers pour avoir leur perception de ce qui fonctionne ou pas en France et des pistes d'amélioration", a indiqué Muriel Penicaud, président de l'Agence française pour les investissements internationaux (AFII), notant que "la perception de la France est très souvent plus négative que la réalité". 

Au total, souligne-t-elle, "20.000 entreprises étrangères sont installées en France, représentant 2 millions d'emplois (dans les filiales françaises d'entreprises étrangères), 28% de notre Recherche et développement et le tiers des exportations". 

Selon l'Elysée, les entreprises présentes dimanche représentent, à elles seules, quelque 80.000 emplois dans l'hexagone. 

Dans la foulée de cette journée, le chef de l'Etat dînera lundi avec des investisseurs institutionnels étrangers, réunis à Paris pour l'installation du siège d'Institutional Investors roundtable, un organisme qui regroupe des fonds souverains et des fonds de pensions mondiaux ainsi que de grandes institutions similaires à la Caisse des dépôts française. 

Mercredi, Emmanuel Macron et le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius feront une communication en Conseil des ministres sur l'attractivité de la France. 


Source :  http://lentreprise.lexpress.fr/actualites/1/actualites/hollande-reunit-de-grands-patrons-etrangers-a-l-elysee-pour-plancher-sur-l-attractivite-de-la-france_1613191.html#cV3ppg71Q5mgPSZg.99

La mauvaise blague du jour de l'état major US: "la Russie est aux portes de l'OTAN"

 Si ça continue, les nazis vont venir nous dire que les Russes occupent illégalement la Russie !

Ils feraient mieux de se regarder en face, parce que les USA ne leur appartiennent pas, ils appartiennent aux Indiens et la Palestine aux Palestiniens !

samedi 18 octobre 2014

La mauvaise blague du jour de l'état major US: "la Russie est aux portes de l'OTAN"

 

L'idiocratie en marche.

Un certain John Kirby, un "amiral arrière" (amiral de l'arrière garde sans doute) représente l'armée pour répondre à la presse à la place de la lumineuse Jen Psaki.


Le reporter d'Associated Press Matt Lee l'interroge sur la dernière déclaration farfelue en date du secrétaire états-unien à la guerre Chuck Hagel comme quoi l'armée russe se trouverait maintenant "aux portes de l'OTAN" !

Dialogue de sourds entre l'état major US et la presse


http://fawkes-news.blogspot.fr/2014/10/la-mauvaise-blague...

 

 

 

Russie : Lavrov accuse Washington de mener une politique impérialiste. Sanctions: l'Occident ne cherche pas à régler la crise en Ukraine (Lavrov)

Là, les nazis US/UE/Sionistes, commencent à sérieusement chauffer les oreilles des autorités Russes ! Faudrait pas qu'ils s'amusent trop longtemps pour ne pas faire réagir l'Ours Russe ! Voilà de quoi les russes sont accusés par les nazis  ! 

Par contre, c'est normal que la Russie doivent assumer, à cause des nazis, l'assistance et l'hébergement de plus de 219.000 Ukrainiens qui ont demandé le statut de réfugié ou l'asile temporaire en Russie depuis le début du conflit dans le sud-est de l'Ukraine. Actuellement, 835.000 Ukrainiens entrés en urgence sur le territoire de la Russie continuent d'y séjourner. 931 centres d'accueil sont déployés en Russie, qui abritent plus de 48.300 réfugiés en provenance de l'Ukraine, dont plus de 15.000 enfants.

Lavrov accuse Washington de mener une politique impérialiste

Lavrov accuse Washington de mener une politique impérialiste

13:57 19/10/2014

MOSCOU, 19 octobre - RIA Novosti

Washington adopte une "approche consommateur" et "impérialiste" en matière de relations internationales, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dans une interview accordée à la chaîne de télévision NTV.

 

"C'est en fait un trait caractéristique des Américains, cette approche consommateur aux relations internationales. Ils croient qu'ils ont le droit de punir les pays qui agissent de façon indésirable pour Washington dans telle ou telle situation, et de demander leur coopération dans des questions vitales pour les intérêts des Etats-Unis et ceux de leurs alliés", a indiqué le chef de la diplomatie russe.

Selon le ministre, cette approche est "éronnée" et elle sera "inévitablement" revisée et modifiée.

Sur le même sujet

Sanctions: l'Occident ne cherche pas à régler la crise en Ukraine (Lavrov)

Dossier: Sanctions contre la Russie

Sergueï Lavrov
13:21 19/10/2014
MOSCOU, 19 octobre - RIA Novosti
Les sanctions occidentales contre Moscou visent à pousser la Russie à changer sa politique et non à régler la crise ukrainienne, estime le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

"Nos partenaires, qui ont décrété des sanctions, ne cachent pas le fait que ces mesures ne visent pas à régler la situation en Ukraine. Leurs déclarations et leurs démarches laissent clairement entendre que l'objectif réel de ces restrictions consiste à remodeler la Russie, à modifier son approche aux questions principales et à la pousser à accepter la position de l'Occident", a déclaré le chef de la diplomatie russe dans une interview accordée à la chaîne de télévision NTV.

Selon M.Lavrov, un tel comportement témoigne d'une vision du monde caractéristique de "l'époque coloniale".

Les relations entre Moscou et l'Occident se sont dégradées en raison de la crise en Ukraine et du rattachement de la péninsule de Crimée à la Fédération de Russie, considérée comme une annexion par les autorités de Kiev.

Fin juillet, les Etats-Unis et l'Union européenne ont décrété des sanctions contre plusieurs personnalités politiques, des hommes d'affaires et des secteurs entiers de l'économie russe.

Début août, Moscou a riposté en imposant un embargo sur les denrées alimentaires provenant des Etats-Unis, de l'Union européenne, de l'Australie, du Canada et de la Norvège.

© RIA Novosti.