Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/06/2009

John KENNEDY - Discours sur les Sectes Secrètes et la Conspiration

Le Président qui disait la vérité ..... !
A lire et à écouter absolument jusqu'au bout... !!!


Le discours original prononcé par le
Président Johnn KENNEDY
Waldorf-Astoria Hotel -  New York City,
le 27 avril 1961

Pour télécharger le discours en mp3 128 kbps (17.5 Mo) :
http://web2.millercenter.org/speeches/audio/spe_1961_0427...

Le texte du discours dans sa version originale

The President and the Press: Address before the American Newspaper Publishers Association

President John F. Kennedy
Waldorf-Astoria Hotel
New York City, April 27, 1961

Mr. Chairman, ladies and gentlemen:

I appreciate very much your generous invitation to be here tonight.

You bear heavy responsibilities these days and an article I read some time ago reminded me of how particularly heavily the burdens of present day events bear upon your profession.

You may remember that in 1851 the New York Herald Tribune under the sponsorship and publishing of Horace Greeley, employed as its London correspondent an obscure journalist by the name of Karl Marx.

We are told that foreign correspondent Marx, stone broke, and with a family ill and undernourished, constantly appealed to Greeley and managing editor Charles Dana for an increase in his munificent salary of $5 per installment, a salary which he and Engels ungratefully labeled as the "lousiest petty bourgeois cheating."

But when all his financial appeals were refused, Marx looked around for other means of livelihood and fame, eventually terminating his relationship with the Tribune and devoting his talents full time to the cause that would bequeath the world the seeds of Leninism, Stalinism, revolution and the cold war.

If only this capitalistic New York newspaper had treated him more kindly; if only Marx had remained a foreign correspondent, history might have been different. And I hope all publishers will bear this lesson in mind the next time they receive a poverty-stricken appeal for a small increase in the expense account from an obscure newspaper man.

I have selected as the title of my remarks tonight "The President and the Press." Some may suggest that this would be more naturally worded "The President Versus the Press." But those are not my sentiments tonight.

It is true, however, that when a well-known diplomat from another country demanded recently that our State Department repudiate certain newspaper attacks on his colleague it was unnecessary for us to reply that this Administration was not responsible for the press, for the press had already made it clear that it was not responsible for this Administration.

Nevertheless, my purpose here tonight is not to deliver the usual assault on the so-called one party press. On the contrary, in recent months I have rarely heard any complaints about political bias in the press except from a few Republicans. Nor is it my purpose tonight to discuss or defend the televising of Presidential press conferences. I think it is highly beneficial to have some 20,000,000 Americans regularly sit in on these conferences to observe, if I may say so, the incisive, the intelligent and the courteous qualities displayed by your Washington correspondents.

Nor, finally, are these remarks intended to examine the proper degree of privacy which the press should allow to any President and his family.

If in the last few months your White House reporters and photographers have been attending church services with regularity, that has surely done them no harm.

On the other hand, I realize that your staff and wire service photographers may be complaining that they do not enjoy the same green privileges at the local golf courses that they once did.

It is true that my predecessor did not object as I do to pictures of one's golfing skill in action. But neither on the other hand did he ever bean a Secret Service man.

My topic tonight is a more sober one of concern to publishers as well as editors.

I want to talk about our common responsibilities in the face of a common danger. The events of recent weeks may have helped to illuminate that challenge for some; but the dimensions of its threat have loomed large on the horizon for many years. Whatever our hopes may be for the future--for reducing this threat or living with it--there is no escaping either the gravity or the totality of its challenge to our survival and to our security--a challenge that confronts us in unaccustomed ways in every sphere of human activity.

This deadly challenge imposes upon our society two requirements of direct concern both to the press and to the President--two requirements that may seem almost contradictory in tone, but which must be reconciled and fulfilled if we are to meet this national peril. I refer, first, to the need for a far greater public information; and, second, to the need for far greater official secrecy.

I

The very word "secrecy" is repugnant in a free and open society; and we are as a people inherently and historically opposed to secret societies, to secret oaths and to secret proceedings. We decided long ago that the dangers of excessive and unwarranted concealment of pertinent facts far outweighed the dangers which are cited to justify it. Even today, there is little value in opposing the threat of a closed society by imitating its arbitrary restrictions. Even today, there is little value in insuring the survival of our nation if our traditions do not survive with it. And there is very grave danger that an announced need for increased security will be seized upon by those anxious to expand its meaning to the very limits of official censorship and concealment. That I do not intend to permit to the extent that it is in my control. And no official of my Administration, whether his rank is high or low, civilian or military, should interpret my words here tonight as an excuse to censor the news, to stifle dissent, to cover up our mistakes or to withhold from the press and the public the facts they deserve to know.

But I do ask every publisher, every editor, and every newsman in the nation to reexamine his own standards, and to recognize the nature of our country's peril. In time of war, the government and the press have customarily joined in an effort based largely on self-discipline, to prevent unauthorized disclosures to the enemy. In time of "clear and present danger," the courts have held that even the privileged rights of the First Amendment must yield to the public's need for national security.

Today no war has been declared--and however fierce the struggle may be, it may never be declared in the traditional fashion. Our way of life is under attack. Those who make themselves our enemy are advancing around the globe. The survival of our friends is in danger. And yet no war has been declared, no borders have been crossed by marching troops, no missiles have been fired.

If the press is awaiting a declaration of war before it imposes the self-discipline of combat conditions, then I can only say that no war ever posed a greater threat to our security. If you are awaiting a finding of "clear and present danger," then I can only say that the danger has never been more clear and its presence has never been more imminent.

It requires a change in outlook, a change in tactics, a change in missions--by the government, by the people, by every businessman or labor leader, and by every newspaper. For we are opposed around the world by a monolithic and ruthless conspiracy that relies primarily on covert means for expanding its sphere of influence--on infiltration instead of invasion, on subversion instead of elections, on intimidation instead of free choice, on guerrillas by night instead of armies by day. It is a system which has conscripted vast human and material resources into the building of a tightly knit, highly efficient machine that combines military, diplomatic, intelligence, economic, scientific and political operations.

Its preparations are concealed, not published. Its mistakes are buried, not headlined. Its dissenters are silenced, not praised. No expenditure is questioned, no rumor is printed, no secret is revealed. It conducts the Cold War, in short, with a war-time discipline no democracy would ever hope or wish to match.

Nevertheless, every democracy recognizes the necessary restraints of national security--and the question remains whether those restraints need to be more strictly observed if we are to oppose this kind of attack as well as outright invasion.

For the facts of the matter are that this nation's foes have openly boasted of acquiring through our newspapers information they would otherwise hire agents to acquire through theft, bribery or espionage; that details of this nation's covert preparations to counter the enemy's covert operations have been available to every newspaper reader, friend and foe alike; that the size, the strength, the location and the nature of our forces and weapons, and our plans and strategy for their use, have all been pinpointed in the press and other news media to a degree sufficient to satisfy any foreign power; and that, in at least in one case, the publication of details concerning a secret mechanism whereby satellites were followed required its alteration at the expense of considerable time and money.

The newspapers which printed these stories were loyal, patriotic, responsible and well-meaning. Had we been engaged in open warfare, they undoubtedly would not have published such items. But in the absence of open warfare, they recognized only the tests of journalism and not the tests of national security. And my question tonight is whether additional tests should not now be adopted.

The question is for you alone to answer. No public official should answer it for you. No governmental plan should impose its restraints against your will. But I would be failing in my duty to the nation, in considering all of the responsibilities that we now bear and all of the means at hand to meet those responsibilities, if I did not commend this problem to your attention, and urge its thoughtful consideration.

On many earlier occasions, I have said--and your newspapers have constantly said--that these are times that appeal to every citizen's sense of sacrifice and self-discipline. They call out to every citizen to weigh his rights and comforts against his obligations to the common good. I cannot now believe that those citizens who serve in the newspaper business consider themselves exempt from that appeal.

I have no intention of establishing a new Office of War Information to govern the flow of news. I am not suggesting any new forms of censorship or any new types of security classifications. I have no easy answer to the dilemma that I have posed, and would not seek to impose it if I had one. But I am asking the members of the newspaper profession and the industry in this country to reexamine their own responsibilities, to consider the degree and the nature of the present danger, and to heed the duty of self-restraint which that danger imposes upon us all.

Every newspaper now asks itself, with respect to every story: "Is it news?" All I suggest is that you add the question: "Is it in the interest of the national security?" And I hope that every group in America--unions and businessmen and public officials at every level-- will ask the same question of their endeavors, and subject their actions to the same exacting tests.

And should the press of America consider and recommend the voluntary assumption of specific new steps or machinery, I can assure you that we will cooperate whole-heartedly with those recommendations.

Perhaps there will be no recommendations. Perhaps there is no answer to the dilemma faced by a free and open society in a cold and secret war. In times of peace, any discussion of this subject, and any action that results, are both painful and without precedent. But this is a time of peace and peril which knows no precedent in history.

II

It is the unprecedented nature of this challenge that also gives rise to your second obligation--an obligation which I share. And that is our obligation to inform and alert the American people--to make certain that they possess all the facts that they need, and understand them as well--the perils, the prospects, the purposes of our program and the choices that we face.

No President should fear public scrutiny of his program. For from that scrutiny comes understanding; and from that understanding comes support or opposition. And both are necessary. I am not asking your newspapers to support the Administration, but I am asking your help in the tremendous task of informing and alerting the American people. For I have complete confidence in the response and dedication of our citizens whenever they are fully informed.

I not only could not stifle controversy among your readers--I welcome it. This Administration intends to be candid about its errors; for as a wise man once said: "An error does not become a mistake until you refuse to correct it." We intend to accept full responsibility for our errors; and we expect you to point them out when we miss them.

Without debate, without criticism, no Administration and no country can succeed--and no republic can survive. That is why the Athenian lawmaker Solon decreed it a crime for any citizen to shrink from controversy. And that is why our press was protected by the First Amendment-- the only business in America specifically protected by the Constitution- -not primarily to amuse and entertain, not to emphasize the trivial and the sentimental, not to simply "give the public what it wants"--but to inform, to arouse, to reflect, to state our dangers and our opportunities, to indicate our crises and our choices, to lead, mold, educate and sometimes even anger public opinion.

This means greater coverage and analysis of international news--for it is no longer far away and foreign but close at hand and local. It means greater attention to improved understanding of the news as well as improved transmission. And it means, finally, that government at all levels, must meet its obligation to provide you with the fullest possible information outside the narrowest limits of national security--and we intend to do it.

III

It was early in the Seventeenth Century that Francis Bacon remarked on three recent inventions already transforming the world: the compass, gunpowder and the printing press. Now the links between the nations first forged by the compass have made us all citizens of the world, the hopes and threats of one becoming the hopes and threats of us all. In that one world's efforts to live together, the evolution of gunpowder to its ultimate limit has warned mankind of the terrible consequences of failure.

And so it is to the printing press--to the recorder of man's deeds, the keeper of his conscience, the courier of his news--that we look for strength and assistance, confident that with your help man will be what he was born to be: free and independent.

 

Source : http://www.jfklibrary.org/Historical+Resources/Archives/Reference+Desk/Speeches/JFK/003POF03NewspaperPublishers04271961.htm

 

Pour écouter le discours vocal :The President and the Press: President Kennedy's Address Before the American Newspaper Publishers Association, April 27, 1961.
Running time: 19:11 minutes


Le Président qui disait la vérité

Extrait du discours de J-F KENNEDY

« Mesdames et Messieurs »,

Le mot « secret » est en lui-même répugnant dans une société libre et ouverte.

Et en tant que peuple par nature et historiquement, nous nous opposons aux sociétés secrètes, aux serments secrets et aux procédures secrètes.

Parce que nous devons faire face tout autour du monde à une conspiration massive et impitoyable qui s'appuie d'abord sur des moyens déguisés permettant le déploiement de leur sphère d'influence basée sur l'infiltration plutôt que l'invasion, utilisant la subversion plutôt que les élections et l'intimidation au lieu du libre-arbitre.

C'est un système qui a nécessité énormément de ressources humaines et matérielles dans la construction d'une machine étroitement soudée et d'une efficacité remarquable. Elle combine des opérations militaires, diplomatiques, de renseignements (CIA, Mossad, etc..), économiques, scientifiques et politiques. Leurs planifications sont occultées et non publiées.

Leurs erreurs sont passées sous silence et non relayées par la presse.

Leurs détracteurs sont réduits au silence, et leur avis n'est pas sollicité.

Aucune dépense n'est remise en question, aucun secret n'est révélé. C'est pourquoi le législateur athénien Solon décréta comme crime tout citoyen de désintéressant du débat.

Je sollicite votre aide dans l'immense tâche qui est d'informer et d'alerter le peuple américain, avec la certitude qu'avec votre aide l'homme deviendra ce pourquoi il est né : Libre et indépendant.

Une autre source de son discours :

"President and the Press" Speech (April 27, 1961) - John Fitzgerald Kennedy
http://millercenter.org/scripps/archive/speeches/detail/3677


Intervention TV du président Dwight D. Eisenhower lors de son discours d'adieu, le 16 Avril 1953
Il met en garde les américains contre l'infiltration et l'influence du complexe militaro-industriel

http://www.dailymotion.com/video/x1qdr_le-complexe-militaro-industriel_news

 

Extrait du discours d'Eisenhower

Intervention TV du président Dwight D. Eisenhower lors de son discours d'adieu, où il met en garde contre ce qu'il appelle le complexe militaro industriel.

 

Bonsoir Chers compatriotes,

 

Ce soir je vous adresse un message d'adieu. Je voudrais partager quelques données avec vous.

Nous avons atteint la 6ème décennie d'un siècle qui a connu 4 conflits mondiaux impliquant de grandes nations. Notre pays a participé à 3 d'entre eux.

 

Nous avons dû développer une vaste industrie de l'armement permanente.

 

3,5 millions d'hommes pour le secteur de la défense. Son influence économique, politique et même morale se ressent dans chaque ville, chaque parlement des Etats, chaque bureau du Gouvernement.

 

Ce développement est certes nécessaire, mais nous devons aussi comprendre la gravité de ses conséquences.

 

Triste constat aujourd'hui.


« Chaque arme fabriquée, chaque guerre déclarée, chaque roquette mise à feu, signifie en fin de compte un vol envers ceux qui ont faim et qui ne sont pas nourris, ceux qui ont froid et qui ne sont pas habillés. »

 

Dans les services du Gouvernement, nous devons nous méfier d'une influence non justifiée, qu'elle soit voulue ou non, par le complexe militaro-industriel.

 

Le risque d'un accroissement funeste des abus de pouvoir existe et persistera.

 

Ne laissons jamais le poids de ce complexe mettre en danger nos libertés ou notre démocratie.

 

Seuls les citoyens vigilants et informés peuvent imposer le bon tissage entre la machine industrielle et militaire de la défense avec nos objectifs pacifistes, pour que la sécurité et la liberté prospèrent ensemble.

 

Président Dwight D. Eisenhower
16 Avril 1953

 

Source : Humanae Libertas

 

 

25/01/2009

Nouvel ordre mondial : "Personne, je dis bien personne, ne pourra s'y opposer"

http://www.lepouvoirmondial.com/media/00/00/507399672.jpg

Ce vendredi 16 janvier 2009, notre président a présenté ses voeux aux corps diplomatiques étrangers, une fois de plus il parla de ce nouvel ordre mondial, mais cette fois, en des termes très durs, presque menaçants : "nous irons ensemble vers le nouvel ordre mondial, et personne, je dis bien personne ne pourra s’y opposer".

Nous sommes à la fin de la première guerre du Golf , George Bush vient de "délivrer" le Koweit en tuant des centaines de milliers de soldats Irakiens, et indirectement des centaine de milliers de civils, qu’il abandonna à Saddam le sanguinaire, après les avoir appelés à se révolter.

Il fait alors un discours où il utilise une expression,"New World Order", qu’il qualifie de cette manière : "We have before us the opportunity to forge for ourselves and for future generations a new world order, a world where the rule of law, not the law of the jungle, governs the conduct of nations. When we are successful, and we will be, we have a real chance at this new world order, an order in which a credible United Nations can use its peace-keeping role to fulfil the promise and vision of the U.N.’s founders."On n’y apprend que ce projet est vieux, qu’il date au minimum des fondateurs de l’ONU, il est curieux que Bush précise que la loi qui gouvernera le nouvel ordre ne sera pas la loi de la jungle, ce qui est somme toute logique venant d’un régime démocratique, on remarque aussi une totale confiance dans la réussite de ce projet mais c’est surtout une expression totalement vide de sens qui est maintenant utilisée par des politiques, des journalistes, des penseurs. Depuis la crise financière, j’ai pu me rendre compte de l’augmentation de l’utilisation de cette expression, tout simplement grâce aux alertes Google, qui sortent bien plus souvent qu’auparavant.

Je ne vais pas critiquer ce NWO, vu que je ne sais pas ce que c’est !

Le plus incroyable dans cette histoire de new world order, qui nous est destiné à nous les habitants de la terre, c’est que personne n’a pris la peine de nous expliquer ce qu’il en est vraiment, parce que pour l’instant c’est juste un terme fourre-tout, et c’est ça le problème, on ne sait pas ce que c’est, en revanche le mouvement vers ce nouvel ordre est bien réel et nos dirigeants nous le rappellent assez souvent.

Je veux juste vous faire part de mon inquiétude, quand les plus puissants sur terre nous promettent un système mondial, sans que nous n’ayons le choix, je me fais du souci, et c’est être sain d’esprit que de réagir de la sorte !

Inquiétude, parce que depuis hier, et les voeux de Sarkozy aux ambassadeurs, nous avons appris, presque à nos dépens et menacés du doigt, que "nous irons ensemble vers le nouvel ordre mondial,et personne, je dis bien personne ne pourra l’empêcher" (vidéo). Au moins cela a le mérite d’être clair ! et le site officiel avec le discours intégral, à écouter.

Je ne peux m’empêcher de penser, que, vu le ton employé, la gestuelle, et le public, des ambassadeurs, il ne fait aucun doute que ce n’est pas de gaieté de coeur que les nations du monde entier vont accepter ce nouvel ordre, sinon pourquoi les menacer ?

La manière dont Sarkozy nous présente le NWO me fait penser au texte de l’éditorialiste du Financial Time, Gideon Rachman, qui a crée la polémique avec son article "
and now, for a world government", qui comme son titre l’indique se fait l’apôtre d’un gouvernement mondial, mais tenez vous bien, non démocratique, parce que sinon ça ne fonctionne pas : "La gouvernance internationale ne tend à être efficace que lorsqu’elle est anti-démocratique", dit-il avant de conclure : "Tant que personne ne cassera ce problème, ce plan de gouvernement mondial restera sous clé aux Nations Unies". On apprend donc, une fois de plus que ce projet, celui d’un système fasciste à l’échelle planétaire existe, les plans sont là !

Sarkozy a dit aux ambassadeurs ce que Gideon Rachman a dit à ses lecteurs, vous n’aurez pas le choix !

Quid de la démocratie, le choix, c’est quand même la base d’un système démocratique, en même temps, quand on voit que deux nations ont rejeté, démocratiquement, le traité constitutionnel, et l’Irlande, le traité de Lisbonne (qui, par référendum aurait été rejeté dans de nombreux pays), mais que le processus continue comme si de rien n’était, on est en droit de se poser des questions sur l’avenir de notre système démocratique.

Je pense que le fait de virer des journalistes, des directeurs de rédaction,
réorganiser le pôle audiovisuel public extérieur, avant la fusion de TV5, France 24 et RFI, nommer le directeur de l’audiovisuel public et donc contrôler l’information publique, signifier la fin des juges d’instruction (la chose la plus grave), devrait nous alerter sur l’orientation générale de la politique en France, ce n’est d’ailleurs pas pour rien que Le Nouvel Observateur, Mediapart, Marianne, Les Inrockuptibles et Rue 89 lancent un appel commun pour la défense de la liberté et du pluralisme de l’information face aux projets du gouvernement, cette suppression de nombreux contre-pouvoirs, de manière réfléchie et organisée, ne peut avoir qu’un but, la préparation médiatique, juridique, politique à un agenda spécifique, sinon pourquoi camisoler les médias, ou rompre l’indépendance de la justice ?

On ne peut pas nier ces phrases, elles existent, ceux qui les prononcent existent et leurs sens aussi, quand on lit dans les mémoire de Rockefeller : "Quelques-uns croient même que nous (la famille Rockefeller) faisons partie d’une cabale secrète travaillant contre les meilleurs intérêts des États-Unis, caractérisant ma famille et moi en tant qu’internationalistes et conspirant avec d’autres autour de la Terre pour construire une politique globale plus intégrée ainsi qu’une structure économique – un seul monde si vous voulez. Si cela est l’accusation, je suis coupable et fier de l’être." David Rockefeller, MEMOIRES, page 405, on ne peut pas détourner la tête et oublier, il faut faire des liens et prendre la mesure des changements en devenir.

Quand on lit cette phrase, quand on pense à l’éditorial de Gideon Rachman, quand on entend Bush, Brown, Obama, Merkel, Zapatero, Berlusconi, utiliser ce terme et maintenant Sarkozy dire que "personne, je dis bien personne ne pourra s’y opposer", et bien, j’ai peur.

Pas une peur irrationnelle, mais une peur provenant d’analyse, de comparaison et de prospective.

Ce n’est pas un complot imaginaire, c’est une réalité tangible et aisément vérifiable, une oligarchie occidentale veut, depuis longtemps, créer un monde unifié, globalisé à tous les niveaux et incontournable. Je dis que ce n’est pas un complot, car c’est public, tout est public, les citations, le passage en force du traité de Lisbonne, le Patriot Act et autre arsenal législatif d’exception existe également, comme la concentration de médias et leurs connivences avec le pouvoir, tout est là, devant nous.

Protestation contre le Traité de Lisbonne
http://fr.youtube.com/watch?v=vCBIst10H-k

Quelques citations d’hommes politiques :

Gary Hart,directeur du CFR
Gary Hart exposes the NEW WORLD ORDER plan of Sr. & W. Bush
http://fr.youtube.com/watch?v=HTOCRa9lTZc

Clinton sur le N.O.M.
http://www.dailymotion.com/video/x2t3kb_clinton-sur-le-nom_news

Gordon Brown est le premier ministre de la Grande Bretagne qui remplace Tony Blair, depuis le 20 Juin 2007. Cette vidéo date du 1er Mai 2007 (d’après la source), et donc il n’était pas premier ministre à l’époque mais bon… Donc ce qui est intéressant ici, c’est le 1er Mai. Si vous avez étudiez l’origine de la fête du 1er mai, des Illuminatis, de la révolution d’indépendance des USA le 1er mai (n’hésitez pas à lire l’article sur le billet de 1 dollar pour comprendre un peu plus cette histoire de 1er Mai)… Cela ne m’étonne pas qu’un “loup du nouvel ordre mondial” fasse un discours pareil le 1er mai… Préparez vous à un Nouvel Ordre Mondial les amis, un monde où le terrorisme va devenir la top priorité des gouvernements du monde, ou même de ce gouvernement mondial qui est prévu pour bientôt… Le terrorisme n’est juste qu’un outil des Maîtres du Monde

De Villepin parle du nouvel ordre mondial
http://www.dailymotion.com/video/x7c53k_de-villepin-parle-du-nouvel-ordre-m_news

Source : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=50561

24/01/2009

USA : Liberté surveillée ? Sous Obama, la CIA va espionner l'Europe

Tout va changer sous Obama ?
Attention aux chants des sirènes !



Sous Obama, la CIA va espionner l'Europe

Le futur patron du renseignement américain, l'amiral Dennis Blair, a été auditionné hier par la commission ad hoc du sénat, et ce en vue de sa confirmation.

Il faut lire le texte de cette audition (il est ici en anglais).

http://globe.blogs.nouvelobs.com/media/00/02/598505607.pdf

Il est particulièrement instructif et, comment dire?, transparent.

L'amiral Blair déclare en effet sans ambages que la CIA et les autres services d'espionnage des Etats-Unis (la NSA, par exemple) vont espionner les "amis" et "alliés" de l'Amérique en Europe -ou plus précisément continuer de le faire.

Sur deux thèmes au moins.

1/ La politique russe des Européens.

Voici en effet ce qu'il a dit:

"Tandis que les Etats-Unis doivent comprendre les plans et les ambitions militaires de la Russie dans ce qu'elle appelle son "étranger proche", la communauté du renseignement doit aussi aider les décideurs politiques à comprendre la dynamique des problèmes de sécurité européenne y compris les actions de nos alliés et amis, de façon à bâtir une politique qui soutiendra les objectifs américains."

De façon moins alambiquée, cela veut dire que les espions américains devront connaître à l'avance:

- les projets d'accords gaziers entre les Européens, la Russie et les pays limitrophes de la mer caspienne;

- la position des Européens sur les candidatures de la Géorgie et de l'Ukraine à l'Otan (celle de Merkel et Sarkozy, en particulier).

- l'évolution des discussions entre Moscou, Paris ou Berlin sur la nouvelle architecture de sécurité militaire en Europe réclamée par Medvedev (et soutenue par Sarkozy) et en particulier sur l'avenir de l'OSCE.

2/ L'identification des pro-américains dans l'élite européenne.

Dennis Blair a déclaré: "Tandis que des amis traditionnels des Etats-Unis sont en désaccord avec certaines politiques américaines concernant des sujets et des pays spécifiques, la communauté du renseignement peut aider les décideurs politiques à identifier les nombreux membres de gouvernement et influents leaders privés - en Europe, en Asie et ailleurs- qui partagent les ambitions américaines pour le futur et qui veulent travailler ensemble pour le bien commun."

Bref, comme par le passé, la CIA va continuer de rédiger des biographies de membres des establishments européens - y compris donc français.                       

Tout cela n'est finalement pas très surprenant.

Les archives américaines sont remplies de ces rapports de la CIA sur les Européens et les opérations d'espionnage sur le Vieux Continent.

Mais aujourd'hui tout cela est assumé publiquement avec une incroyable candeur.

C'est aussi cela, donc, l'ère Obama.

Source : http://globe.blogs.nouvelobs.com:80/archive/2009/01/23/sous-obama-la-cia-va-espionner-l-europe.html

28/12/2008

Le 11 septembre revisité - Communiqué : Conférence le Samedi 10 janvier 2009 à 18h30


                                                                                          Ceux-là, quand la liberté serait entièrement perdue
et toute hors du monde, l'imaginent et la sentent en leur esprit,
et encore la savourent; et la servitude n'est pas de leur goût,
pour tant bien qu'on l'accoutre.
                                                                                                                                    Etienne de La Boétie
                                                                                                                                                                        LA SERVITUDE VOLONTAIRE
   Madame, Monsieur,
  
   Sans l'avoir spécialement cherché, je crois être devenu LE spécialiste français du 11-septembre, c'est-à-dire des attentats aux Etats-Unis qui portent ce nom. Sinon bien sûr le seul spécialiste, du moins le seul qui s'exprime clairement et résolument sur la Toile, en argumentant factuellement, pour dénoncer la conspiration politico-médiatique du silence sur une vérité qui n'est évidemment pas la vérité officielle.
   Si je ne prétends pas avoir une connaissance complète de la chose - et qui d'autre que les hautes sphères du complot l'a ? - je crois en avoir acquis, au fil des années, grâce à l'Internet et à tous ceux qui se sont voués dans le monde à la quête de la vérité, une connaissance extensive qui me permet d'argumenter définitivement contre n'importe qui soutenant l'odieuse, mensongère et absurde << version officielle >>.
   Voici un diaporama, en cinq parties, fruit d'un long et difficile travail, que je vous livre pour vous convaincre de ne plus céder à la tentation prudente du << Y a doute qu'ils savaient, mais c'est pas possible que ce soit un complot intérieur américain >>. Si, il n'y a aucun doute : c'est un complot intérieur. Visionnez ce diaporama sans préjugés et concluez. Forcez-vous à regarder en face cette terrible vérité qui terrorise et que tant d'entre vous ne veulent pas voir - et c'est bien d'un << terrorisme international >> dont il s'agit, mais il n'est pas, lui, inventé de toutes pièces, comme l'autre, pour les besoins de la cause !
     Le samedi 10 janvier prochain, je donnerai une conférence à Paris dans le VIIè arrondissement, à l'invitation d'une association culturelle. Cette présentation me permettra de projeter en les commentant les extraits de vidéos mentionnés dans le présent diaporama. Je le crois très sincèrement : celui qui, étant de bonne volonté, ne sortira pas de cette conférence aussi convaincu que je le suis, est atteint d'un trouble de la perception intellectuelle dont l'origine est dans son incapacité à raisonner sur des faits évidents. Si vous souhaitez assister à cette conférence, écrivez-moi : j.kotou@wanadoo.fr     
   Le 11-septembre n'est pas seulement ce qu'il est factuellement. La portée de cet évènement est planétaire et c'est la question des questions de la sphère publique. 
   Merci de l'attention que vous accorderez à ma démonstration.
   Dr Jacques Kotoujansky              
                                                                                 
P.S. : Pour ceux qui viendraient au dernier moment
(entrée libre dans la limite des places disponibles !),
le lieu et la date de cette conférence sont :
Samedi 10 janvier 2009 à 18h30
ASIEM (Association Immobilière de l'Ecole Militaire)
6, rue Albert de Lapparent
75007 PARIS
(Metro Ségur)
Prix d'entrée : 7 euros 
 
Télécharger les diaporamas