Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2015

Oliver Stone : les États-Unis « ne sont pas menacés. Nous sommes la menace »

Bien vrai et qu'on se le dise, il va falloir éliminer tous les psychopathes qui sur cette planète passent leur temps à aller attaquer les autres pays et qui ensuite viennent gueuler "qu'il faut assurer leur sécurité" y compris lorsqu'ils se trouvent dans les pays qu'ils détruisent et qu'ils colonisent par la force ou à la frontière des autres pays, comme aux frontières de la Russie !

Allez qui sont les deux seuls pays au monde qui gueulent toujours qu'il faut assurer leur sécurité ?

Nous n'en voyons que deux pour notre part : Les USA et Israël !

Oliver Stone : les États-Unis « ne sont pas menacés. Nous sommes la menace »

sept 23, 2015


Alors qu’il lance une nouvelle série documentaire offrant un point de vue critique sur les actions américaines outremer, le réalisateur explique à MEE qu’il n’a pas toujours vu les choses de cette manière .

 

NATIONS UNIES – Les controverses américaines sont le fort d’Oliver Stone. Le réalisateur hollywoodien a braqué ses caméras sur l’assassinat de John F. Kennedy, la guerre du Vietnam et les attentats du 11 septembre 2001.

Lors de la préparation de sa nouvelle série documentaire pour la télévision, The Untold History of the United States (Une Autre histoire de l’Amérique), ce sont les « exploits » américains au Moyen-Orient qui l’ont le plus marqué, a-t-il déclaré à Middle East Eye mercredi dernier.

« En étudiant ces non-dits de l’histoire, une chose qui m’a vraiment beaucoup frappé a été l’histoire de notre implication au Moyen-Orient » a-t-il dit.

« Une implication abjecte. »

Stone retrace l’interventionnisme de Washington dans la région depuis les années 30, indiquant que celui-ci a atteint son apogée lors de l’envoi par l’ancien président George H. W. Bush de centaines de milliers de soldats américains pour libérer le Koweït après son invasion par l’Irak en 1990.

L’Union Soviétique s’était effondrée depuis peu et la porte était alors grande ouverte pour la domination de la région par une unique superpuissance, a-t-il expliqué.

« Nous n’en sommes jamais sortis. Une fois que nous y étions, nous y étions pour toujours. »

« Nous avons déstabilisé toute la région, semé le chaos. Et maintenant, nous accusons l’État islamique du chaos que nous avons nous-même créé »

a-t-il ajouté, en référence à la milice extrémiste qui contrôle désormais de larges pans de la Syrie et de l’Irak.

Stone a préparé et écrit la série et le livre qui l’accompagne en partenariat avec Peter Kuznick, un professeur de l’American University spécialiste de la question des frappes nucléaires américaines sur le Japon qui ont mis fin à la Seconde Guerre Mondiale.

« Tout tourne autour du pétrole. Vous vous souvenez de cet autocollant pour voiture où était écrit : ‘’Qu’est-ce que notre pétrole fait sous leur sable ?” », a demandé Kuznick à MEE.

La soif américaine de l’or noir est au fondement de l’alliance des États-Unis avec l’Arabie Saoudite, du coup contre le Premier ministre iranien Mohammad Mossadegh en 1953, appuyé par la CIA, et du soutien américain aux miliciens religieux qui combattaient les Soviétiques en Afghanistan dans les années 80, a-t-il poursuivi.

« Nous avons créé ces pagailles, et ensuite nous avons élaboré un plan militaire grandiose pour y mettre un terme. Mais les solutions militaires ne marchent tout simplement pas. »

Les opinions de Stone et de Kuznick ne risquent guère de faire froncer les sourcils dans les rues du Caire, de Moscou ou de Paris.

En revanche, aux États-Unis, elles sont loin d’être majoritaires.

Selon Stone, les Américains vivent dans un bulle, influencés par un système éducatif, une classe politique et des médias qui dépeignent les États-Unis comme un symbole de stabilité et une force bienveillante dans le monde.

Un exemple célèbre est la description faite par l’ancien président Ronald Reagan des États-Unis comme d’une « ville scintillante sur une colline ».

« Être américain est très confortable », a avancé Stone. « Vous avez le sentiment d’être en sécurité et de jouir de la prospérité des biens matériels. Mais en même temps, vous pensez que vous avez des ennemis partout – en Russie, en Chine, en Iran, en Corée du Nord.

« Vous habitez dans ce cocon qu’est ce grand pays entouré de deux océans, mais avec l’impression de vivre toujours sous la menace. »

Oliver Stone a déclaré comprendre ce sentiment pour l’avoir lui-même vécu.

Stone est né à New York, d’un père républicain exerçant la profession d’agent de change, Louis Stone. Oliver a toujours été créatif – il écrivait souvent de courtes pièces de théâtre pour amuser sa famille – mais n’avait jamais remis en question la manière dont ses professeurs d’histoire enjolivaient les actes des États-Unis, a-t-il raconté.

« J’avais toujours entendu une seule partie de l’histoire, celle qui met en valeur l’exceptionnalisme américain, qui présente l’Amérique comme un pays altruiste et bénéfique pour le reste du monde. »

En 1967, Stone se porta volontaire pour aller combattre dans l’armée américaine au Vietnam. Il fut blessé deux fois et, à son retour, il fut décoré de l’Étoile de bronze de l’héroïsme et d’un Purple Heart, une médaille accordée aux personnes blessées ou tuées au service de l’armée américaine.

« Je suis revenu du Vietnam perplexe, complètement désorienté vis-à-vis de ce qui s’y passait.

« J’avais été soumis à une lourde dose de langue de bois, de langage militaire. »

Il a commencé à poser des questions et à lire les travaux d’« historiens progressistes », tout en étudiant la réalisation de films à l’université de New York avec Martin Scorsese et d’autres enseignants.

Ces idées ont inspiré les films à caractère politique qu’il a produits dans les années 80.

Ainsi, l’un de ses premiers films, Salvador (1986), se déroule dans le contexte d’une guerre en Amérique centrale dans les années 80. Platoon (1986), l’opus qui l’a rendu célèbre, met en scène un jeune soldat, interprété par Charlie Sheen, servant au Vietnam. Il a continué à enquêter sur cette guerre dans Né un 4 juilet (1989), avec Tom Cruise.

Puis en 1991, il a réalisé JFK, un film qui expose ses théories sur l’assassinat de l’ancien président, et qui sera suivi par deux autres portraits de commandants en chef des États-Unis, Nixon (1995) et W (2008).

Quant à son dernier film sur le lanceur d’alerte de la NSA Edward Snowden, sa sortie a été ajournée à 2016, a-t-il indiqué.

Oliver Stone a également à son palmarès des interviews de chefs d’État étrangers ayant défié Washington – du révolutionnaire cubain Fidel Castro au président russe Vladimir Poutine, en passant par le président ukrainien déchu Viktor Ianoukovytch.

The Untold History of the United States, une série documentaire en dix parties et un livre de 750 pages, offre aux Américains une version alternative de l’histoire de leur pays depuis la Seconde Guerre Mondiale jusqu’à nos jours.

Oliver Stone a affirmé que l’un de ses objectifs était de combattre le « crime éducatif » consistant à tromper les écoliers américains.

« Nos programmes scolaires doivent être débarrassés de l’exceptionnalisme américain », a-t-il insisté.

« Nous ne sommes pas menacés. Nous sommes la menace. »

Bonus : l’intégralité « Une autre histoire de l’Amérique, par Oliver Stone » disponible sur news360x : http://news360x.fr/category/web-tv/une-autre-histoire-de-...

 

 

 

27/08/2015

La délégation du Conseil de la Fédération de Russie annule sa visite aux USA

Scandaleux !

Par contre quand L’'US Air Force confirme le déploiement prochain d'’avions F-22 Raptor en Europe, sans demander l'avis des citoyens européens, c'est normal, quand Le secrétaire général de l’'Otan se rend en Géorgie, c'est normal, que des Méga exercice militaire: Swift Response de l'Otan aient lieu en Europe sous le commandement de l'US Army, c'est normal aussi, quand l'OTAN qui prévoit des exercices en Octobre et Novembre 2015, de grande envergure en Europe, avec plus de 230 unités terrestres, aériennes et navales, opérations spéciales de plus de 30 pays alliés et partenaires, 36 000 hommes, plus de 60 navires et 140 avions de guerre..., c'est normal aussi,que l'Onu, aille vers une modification du droit de veto? parce que l'Ukraine nazie est favorable à l’idée de limiter le droit de veto, à la Russie, c'est normal aussi !

 

Il va falloir que les citoyens européens se réveillent s'ils ne veulent pas être entraînés dans les guerres des US/UE/Nazis, et qu'ils fichent tous ces nazis dehors !

 

Par contre on remarque que les nazis de l'US/UE Nazis, font tout pour faire sortir Poutine de Russie, au profit du nazi de Kiev, Format Normandie: pas de date pour la prochaine rencontre. La réunion au format Normandie des quatre dirigeants français, allemand, russe et ukrainien se tiendra à Paris mais la date précise n’a pas encore été déterminée, a déclaré Stéphane le Foll, porte-parole du gouvernement français. Et que Poutine devrait se rendre à la réunion de l'ONU en septembre prochain. Assemblée de l'’ONU: Poutine et Obama seront présents.

 

Il ferait mieux d'annuler sa participation, surtout, car un accident est si vite arrivé, n'est-ce pas ?

 

Chavez en connaissait un rayon sur la question !

 

Hugo Chavez est mort ! Mais comment est-il mort ?


 

La délégation du Conseil de la Fédération de Russie annule sa visite aux USA

22:11 26.08.2015(mis à jour 00:58 27.08.2015)

Валентина Матвиенко на подписании соглашения между корпорацией Intel и правительством Санкт-Петербурга в рамках ПМЭФ
 

La délégation du Conseil de la Fédération de Russie (Sénat russe) annule sa visite à New York, car les USA ont délivré à la présidente du Conseil Valentina Matvienko un visa avec plusieurs restrictions concernant son séjour dans le pays.

 

Les restrictions ont rendu la visite impossible

"Le visa interdit notamment de prendre part aux rencontres et à d'autres évènements liés à l'Union Interparlementaire", a précisé le ministère russe des Affaires étrangères.

"Dans ces conditions, la visite de la délégation russe avec Valentina Matvienko en tête est impossible", explique le ministère.

Les diplomates russes qualifient cette démarche de "tout à fait inacceptable" car elle "représente une grave violation des normes du droit international et vont à l'encontre des obligations des pays accueillant sur leurs territoires des forums multilatéraux", souligne le ministère des Affaires étrangères.

Il ajoute que Washington "bloque la possibilité d'exposer des approches divergeant des priorités et des directives politiques américaines".

"Est-ce que le pays, portant atteinte au pluralisme dans les affaires étrangères de façon éhontée et décidant sans vergogne qui peut et qui ne peut pas prendre part à des événements cruciaux qui ne sont pas, d'ailleurs, organisés par lui, a le droit d'accueillir  de tels événements ultérieurement?", se demande-t-on dans le ministère.

Valentina Matvienko a reçu plus tôt  une invitation officielle à la Conférence mondiale des Présidents de parlement qui aurait lieu à New York du 31 août au 2 septembre. Cet évènement sera précédé par la dixième rencontre des présidentes de parlement le 29-39 août.

La présidente a déjà déclaré qu'elle n'excluait pas que les États-Unis refusent de lui délivrer le visa comme elle figurait sur la liste des sanctions comme celle qui avait supporté le rattachement de la Crimée à la Russie en 2014 par voie de référendum. Mais en ce cas, "les masques seront définitivement tombés", a remarqué Mme Matvienko.

La position US

Le représentant de l'ambassade américaine en Russie a rappelé que les États-Unis avaient le droit de limiter la viabilité du visa uniquement aux événements à l'ONU, car les États-Unis avaient l'accord avec l'ONU qui exigeaient de laisser entrer tous les invités aux événements menés par l'organisation internationale. L'ambassade a souligné que L'Union Interparlementaire "n'est pas l'organe de l'ONU et par conséquent les obligations du pays hôte ne s'étendent pas à ces événements" bien que l'événement ait lieu dans le bâtiment de l'ONU à New York.  

Début août, les représentants du Congrès des États-Unis  ont soutenu la position du président de la commission des affaires internationales du Conseil de la Fédération Konstantin Kossatchev sur l'inadmissibilité des refus possibles des visas pour des membres de la chambre haute du parlement russe censés prendre part à la Conférence mondiale des Présidents de parlement qui aurait lieu à New York.

21/12/2014

Poutine: personne n'arrivera à intimider la Russie

 Enfin, "UN", qui résiste à l'empire NAZI !

Prenons exemple sur lui pour sortir de l'esclavagisme des US/Nazionistes !

Poutine: personne n'arrivera à intimider la Russie

 
Vladimir Poutine

MOSCOU, 20 décembre - RIA Novosti

Personne n'arrivera à intimider, à contenir ou à isoler la Russie, a déclaré samedi le président russe Vladimir Poutine au Kremlin lors d'une soirée solennelle consacrée à la Journée du travailleur des organes de sécurité.

Le chef de l'Etat a attiré l'attention de l'assistance sur les déclarations de plus en plus fréquentes selon lesquelles la Russie "doit payer cher pour sa position indépendante, pour le soutien qu'elle apporte aux Russes vivant à l'étranger, pour la Crimée, Sébastopol et, semble-t-il parfois, pour le simple fait d'exister".

"Il est évident que personne n'arrivera à nous intimider, à contenir et à isoler la Russie", a déclaré le président.

"Néanmoins, nous devons être prêts à affronter certaines difficultés et à donner toujours une réponse adéquate à toute menace pesant sur notre souveraineté, sur la stabilité et l'unité de notre société", a indiqué Vladimir Poutine.

Selon lui, la situation internationale est actuellement loin d'être stable.

"Le nombre de menaces et de risques ne cesse d'augmenter, les normes du droit international sont ignorées, tous les moyens sont mis en œuvre: chantage, provocations, pressions économiques et médiatiques, utilisation d'éléments radicaux et de groupes nationalistes, tentatives de déstabilisation visant à établir un contrôle sur des pays entiers", a constaté le président russe.

 

12/10/2014

Terre creuse et l'Amiral BYRD, ET & OVNIS, Bases nazies, Denver, les raisons du Vatican d'entretenir le secret sur l'existence des ET et des Ovnis

Pour trouver les références collectées depuis des années sur notre blog, concernant l'article précédent :

Sur Hitler, les OVNIS, la Terre creuse, les bases nazies et le voyage sur Mars en 1945

Hitler avait déjà fait le voyage sur Mars en 1945.
Ils vont dire aussi qu'ils ne le savent pas ?

Sur la Terre Creuse précisément :

Sur le Paradis occulté en Arctique

Sur ce que nous cachent la Nasa et les USA

Sur les raisons religieuses et notamment celles du Vatican en 1ère place pour freiner la divulgation

Quand le Vatican s'oppose à la révélation sur l'existence des extraterrestres et pour causes. Il perdrait tout contrôle sur les masses naïves et ignorantes et ce serait l'écroulement de tous leurs faux dogmes religieux dans le cas où nous pourrions apprendre que les religions ont bien été inventées par les hommes.

Sur l'aéroport de DENVER et sa région

Interview de l'ex ministre de la défense Canadien sur les ovnis et les extraterrestres

Ex ministre de la défense Canadien sur les ovnis et les extraterrestres

Documents Russes déclassifiés montrant des Ovnis pris en chasse par des Migs

La terre creuse, Le journal de L'Amiral Byrd!!!

Source : Depuis l’aube des temps.com

Voici la plus grande expédition de toute l’histoire humaine, mais aussi la plus censurée.

L’amiral Richard Evelyn BYRD, Grand Chancelier de l’Ordre de la Fayette et de la Croix du Mérite, secrétaire perpétuel de l’Académie Fédérale de la Marine et des Sciences

Chaque planète est vivante et apporte au système en fonction de ses aptitudes, chaque planète étant comme un organe à l’intérieur d’un corps qui est le système solaire dont le soleil est le cœur.

Voici son expédition:

“Je dois tenir ce journal en cachette et dans le secret le plus absolu. Il concerne mon vol antarctique du 19 Février 1947. Un temps viendra où la rationalité des hommes devra se dissoudre dans le néant, et où l’inéluctabilité de la Vérité devra alors être acceptée. Je n’ai pas la liberté de diffuser la documentation qui suit ; peut-être, ne verra-t-elle jamais la lumière ; cependant, je dois faire mon devoir : la rapporter, ici, avec l’espérance qu’un jour tous puissent la lire, dans un monde où l’égoïsme et l’avidité de certains hommes ne pourront plus mettre la Lumière sous le boisseau.”.

…”Sur les étendues de glace et de neige en dessous de nous, on remarque des colorations jaunâtres aux dessins linéaires. La vitesse de croisière est ralentie en vue d’un meilleur examen de ces configurations colorées. On relève aussi des colorations violacées et rosées”.

…”Aussi bien la boussole magnétique que le gyrocompas commencent à tourner, puis à osciller ; il n’est pas possible de maintenir notre route à l’aide des instruments. Nous relevons la direction avec le compas solaire ; tout semble encore être en ordre. Les contrôles semblent lents à répondre et à fonctionner ; cependant, nous ne relevons pas d’indication de congélation”.

…”29 minutes de vol se sont écoulées depuis le premier repérage de montagnes, Non, il ne s’agit pas d’une hallucination : une petite chaîne de montagnes se dresse là ; jamais, auparavant, nous ne l’avions remarquée”.

…”Outre les montagnes, une vallée semble être façonnée par un petit fleuve, ou ruisseau, qui coule vers la partie centrale. Aucune vallée verte ne devrait se trouver ici, en dessous de nous ! Décidément, Il y a quelque chose d’étrange et d’anormal ici ! Nous ne devrions survoler que neige et glace ! Sur la gauche, les pentes des montagnes se parent de grandes forêts. Nos instruments de navigation oscillent, comme fous”.

…”Je limite l’altitude à 1.400 pieds, puis j’exécute un virage en rase-motte, à 180° sur la droite, afin de mieux examiner la vallée située au-dessous. Mousse et herbe très fine lui confèrent une coloration verte. Ici, la lumière semble différente. Je ne parviens plus à voir le Soleil. Je vire à nouveau, cette fois sur la gauche, afin de faire un second tour. Nous apercevons un animal énorme qui ressemble à un éléphant ! NON ! C’est un mammouth ! Cela est incroyable ! Pourtant, il en est bien ainsi ! Nous descendons à 1.000 pieds d’altitude ; j’utilise les jumelles pour mieux observer l’animal. Je le confirme, il s’agit bien d’un animal semblable à un mammouth”.

…”Nous rencontrons d’autres collines verdoyantes. L’indicateur de température extérieure marque 24 degrés centigrades. Nous maintenons le cap. A présent, les instruments de bord semblent réagir normalement. Je demeure perplexe quant à leurs réactions. Je tente de contacter la base. La radio ne fonctionne pas !”.

…”Le paysage alentour parait nivelé et normal. Devant nous, nous repérons… une ville !!! Cela est impossible ! L’avion semble léger et très flottant. Les contrôles refusent de répondre ! Mon Dieu !! A notre droite et à notre gauche, des appareils d’un type étrange nous escortent. Ils s’approchent : quelque chose rayonne de ces appareils. Désormais, ils sont suffisamment proches pour nous permettre de voir leurs armoiries. Il s’agit d’un symbole étrange. Où sommes-nous ? Que s’est-il passé ? Une fois encore, je tire les manettes avec décision. Les commandes ne répondent pas ! Nous sommes solidement maintenus par une sorte d’étau d’acier invisible”.

…”Notre radio grésille : une voix nous parvient, qui s’exprime en anglais avec un accent plutôt nordique ou allemand ! Le message est le suivant : – Bienvenue sur notre territoire, Amiral. Nous vous ferons atterrir exactement d’ici à sept minutes. Relaxez-vous, Amiral, vous êtes en bonnes mains. – Je réalise que les moteurs de notre avion sont éteints. L’appareil est sous un contrôle étrange ; maintenant, il vire de lui-même”.

…”Nous recevons un autre message radio. Nous sommes sur le point d’amorcer la procédure d’atterrissage ; rapidement, l’avion vibre légèrement ; il commence à descendre, comme soutenu par un ascenseur énorme et invisible”.

…”A pieds, quelques hommes s’approchent de l’appareil. lis sont grands ; leurs cheveux sont blonds. Au loin, une grande ville scintille ; elle vibre des couleurs de l’arc-en-ciel. Je ne sais pas ce qui va se passer désormais. Toutefois, je ne remarque aucune trace d’armes sur ceux qui s’approchent de nous. J’entend une voix qui, m’appelant par mon nom, m’ordonne d’ouvrir la porte. J’exécute”.

Après ces notes, extraites du ’journal de bord’, l’Amiral annote ce qui s’est passé ensuite :

…”A partir de là, je décris les événements en faisant appel à ma mémoire. Les faits frôlent l’imaginaire ; leur description pourrait être tenue comme relevant de la folie s’ils ne s’étaient pas réellement produits. Une fois extraits de l’appareil, mon mécanicien et moi, nous fûmes accueillis de façon cordiale. Puis, nous fûmes embarqués à bord d’un petit appareil de transport semblable à une plate-forme, mais sans roues ! Il nous conduisit à grande vitesse vers la ville scintillante. A mesure de notre approche, la ville apparaissait faite de cristal. En peu de temps, nous parvînmes à un grand édifice, d’un genre encore jamais vu. Il semblait sortir des dessins de Frank Liloyd Wright ou, peut-être plus précisément, d’une scène de Buck Regers !

Une boisson chaude à la saveur inconnue nous fut offerte. Elle était délicieuse. Environ 10 minutes après, deux de nos hôtes étonnants entrèrent dans notre cabine. lis m’invitèrent à les suivre. Je n’avais pas d’autre choix que celui d’obéir. Je laissai mon mécanicien-radio. Nous marchâmes jusqu’à ce qui me paraissait être un ascenseur. Nous descendîmes durant quelques instants, puis l’ascenseur s’arrêta ; la porte glissa silencieusement vers le haut. Nous allâmes au long d’un couloir éclairé par une lumière rose qui semblait émaner des murs ! L’un des êtres nous fit signe de nous arrêter devant une grande porte, surmontée d’un écriteau que je n’étais pas en mesure de lire. La grande porte disparut sans bruit. Je fus convié à m’avancer. L’un des hôtes dit : – N’ayez pas peur, Amiral, vous allez avoir un entretien avec le Maître. – J’entrai. Mes yeux s’adaptèrent lentement à la coloration merveilleuse qui semblait envahir complètement la pièce. Alors, je commençai à entrevoir ce qui m’entourait. Ce qui s’offrit à mes yeux était la vision la plus extraordinaire de toute ma vie. Elle était trop magnifique pour être décrite. Elle était merveilleuse. Je ne pense pas qu’il existe des termes humains à même de la décrire avec justesse dans tous ses détails. Mes pensées furent doucement interrompues par une voix chaude et mélodieuse : “Bienvenue sur notre territoire, Amiral”. Je vis un homme aux traits délicats qui portait les signes de l’âge sur son visage. Il était assis à une grande table. Il m’invita à m’asseoir sur une chaise. Dès que je fus assis, il unit les bouts de ses doigts, puis il sourit. Il s’exprima à nouveau avec douceur : – Nous vous avons laissé entrer ici parce que vous êtes d’un caractère noble, et aussi parce que vous êtes bien connu dans le monde de surface, Amiral ! – Monde de surface ! Je restai sans souffle !

“Oui – ajouta le Maître avec un sourire – vous vous trouvez sur le territoire des Aryens : le monde submergé de la Terre. Je ne retarderai pas longtemps votre mission ; en toute sécurité, vous serez escortés lors de votre retour à la surface, et même un peu plus loin. A présent, Amiral, je vous ferai connaître la raison de votre convocation ici. Notre intérêt débuta tout de suite après l’explosion des premières bombes atomiques lancées par votre race, sur Hiroshima et Nagasaki, au Japon. En ce moment inquiétant, nous avons envoyé nos engins volants, les “Flugelrads”, sur votre monde de surface pour enquêter sur ce que votre race avait fait. D’évidence, il s’agit là d’une histoire ancienne, Amiral ; cependant, permettez-moi de poursuivre. Voyez-vous, jamais, nous ne sommes intervenus avant l’heure dans les guerres et les barbaries de votre race, Pourtant, à présent, nous nous trouvons contraints à le faire, étant donné que vous avez appris à manipuler un type d’énergie, atomique, qui n’est pas du tout fait pour l’homme. Nos émissaires ont déjà remis des messages aux puissances de votre monde. Elles ne s’en sont pas préoccupées. Vous avez été choisi pour être témoin, ici, que notre monde existe. Voyez-vous, notre culture et notre science ont des milliers d’années d’avance sur les vôtres, Amiral”. Je l’interrompis : “Mais qu’est-ce que tout cela a à voir avec moi, Seigneur !”. Les yeux du Maître semblèrent pénétrer profondément mon esprit, Après m’avoir étudié un peu, il répondit : “Votre race a atteint le point de non-retour, parce que certains, parmi vous, détruiraient votre monde tout entier plutôt que de renoncer au pouvoir tel qu’ils le connaissent…”.

J’acquiesçais. Le Maître poursuivit : “Depuis 1945, nous avons tenté d’entrer en contact avec votre race, Nos efforts ont toujours été accueillis avec hostilité : on a tiré sur nos flugelrads. Oui, ils furent même poursuivis avec agressivité et animosité par vos avions de combat. Aussi, vous dirai-je, mon fils, qu’une grande tempête se profile à l’horizon de votre monde : une furie noire qui ne s’épuisera pas des années durant. Vos armes ne serviront aucunement à votre défense ; votre science ne vous garantira aucune sécurité. Cette tempête sévira aussi longtemps que toute fleur de votre culture n’aura pas été piétinée, toute création humaine dispersée dans le chaos. Pour votre race, la récente guerre n’a été que le prélude à ce qui doit encore survenir. Ici, nous pouvons nous en rendre compte plus clairement à chaque heure qui passe… Pensez-vous que je me trompe ?”. “Non – répondis-je – cela est déjà survenu par le passé ; les années obscures viendront ; elles dureront cinq cent ans”. “Oui, mon fils répliqua le Maître – les années obscures qui viennent pour votre race recouvriront la Terre comme une couverture. Toutefois, je crois que certains survivront à la tempête, je ne sais rien d’autre ! Nous voyons, dans un futur lointain, des ruines de votre race, émerger un monde nouveau, à la recherche de ses trésors légendaires perdus ; ils seront en sûreté, mon fils, ici, en notre possession. Lorsque le moment viendra, nous nous avancerons à nouveau pour aider votre culture et votre race à vivre. Alors, peut-être aurez-vous appris la  futilité de la guerre et de ses luttes… Dès lors, une partie de votre culture et de votre science vous sera restituée, afin que votre race puisse recommencer son évolution. Vous, mon fils, vous devez retourner dans le Monde de Surface, porteur de ce message…”. Ces dernières paroles semblaient devoir conclure notre entretien. Un instant, j’eus l’impression de vivre un rêve… pourtant, je le savais, il s’agissait bien de la réalité. Pour quelque étrange raison, je m’inclinais légèrement ; je ne sais si ce fut par respect ou par humilité. Tout à coup, je réalisai que les deux hôtes étonnants qui m’avaient conduit ici se trouvaient de nouveau à mes côtés. “Par ici, Amiral”, m’indiqua l’un d’Eux. Avant de sortir, je me retournai encore une fois ; je regardai le Maître. Un doux sourire se dessinait sur son délicat visage de vieillard. “Adieu, mon Fils”, me dit-il en esquissant un geste très doux de sa main frêle, un geste de paix. Ainsi, prit fin notre rencontre. Nous sortîmes doucement par la grande porte de la pièce où se tenait le Maître, puis nous entrâmes de nouveau dans l’ascenseur. La porte s’abaissa silencieusement ; aussitôt, l’ascenseur s’éleva.

L’un de mes hôtes reprit la parole : “Maintenant, nous devons nous dépêcher, Amiral ; en effet, le Maître ne veut pas retarder davantage votre programme ; vous devez retourner parmi votre race avec Son message”. Je ne répondis pas. Tout cela était inconcevable. L’arrêt de l’ascenseur interrompit mes pensées. J’entrai dans la salle où se tenait toujours mon mécanicien radio. L’anxiété marquait son visage. Je m’avançai vers lui en disant : “Tout va bien, Howie, tout va bien”. Les deux êtres nous firent un signe montrant l’appareil en attente. Nous sortîmes pour regagner rapidement notre avion. Les moteurs tournaient au ralenti ; nous embarquâmes immédiatement. Un certain état d’urgence planait dans l’atmosphère. Dès que la porte se fut refermée, une force invisible transporta l’avion vers le haut, jusqu’à une altitude de 2.700 pieds. Deux de leurs appareils nous escortaient à bonne distance. lis nous firent planer sur le chemin du retour. Je dois souligner que le compteur de vitesse n’indiquait rien, bien que nous nous déplacions à grande vitesse.

…Nous reçûmes un message radio : “A présent, nous allons vous quitter, Amiral ; vos contrôles sont libres. Wiedersehen !!!”. Un instant, nous suivîmes du regard les flugelrads, jusqu’à ce qu’ils disparaissent dans un ciel bleu glacier. L’avion sembla capturé par un courant ascensionnel. Immédiatement, nous en reprîmes le contrôle, Nous gardâmes le silence durant un certain temps ; chacun de nous était immergé dans ses propres pensées.

…De nouveau, nous survolâmes des étendues de glace et de neige, à environ 27 minutes de notre base. Nous envoyâmes un message radio. On nous répondit. Nous rapportâmes des conditions normales… normales. Le camp de base exprima un grand soulagement lorsque le contact fut établi de nouveau.

…Nous attirâmes doucement sur la base. J’avais une mission à accomplir.
…11 Mars 1947. Je viens d’avoir un entretien à l’Etat Major du Pentagone. J’ai entièrement rapporté ma découverte ainsi que le message du Maître. Tout fut soigneusement enregistré. Le Président fut mis au courant. Des heures durant (6 heures et 39 minutes, très exactement), je fus soumis à la question. Les Top Security Forces, assistées d’une équipe médicale menèrent un interrogatoire très poussé. Quel calvaire !!! Les forces de la Sécurité Nationale des Etats Unis d’Amérique me placèrent sous contrôle rigoureux. Il me fut rappelé qu’en tant que militaire, j’avais l’obligation d’obéir aux ordres.

Il raconte que des atlantes s’y sont installés il y a un peu plus de 12 000 ans avec leur technologie. De là, ils nous surveillent de très près, usant parfois de leurs véhicules spatiaux pour visiter la surface extérieure. Nous les prenons pour des extraterrestres quand nous les observons.

http://stopmensonges.com/les-reptiliens-histoires-temoign...

 

 

06/04/2013

De l'affaire CAHUZAC au Koweit-Gate ?

Comme vous avez pu le constater dans la presse, toute la classe politique est en émoi, tous partis politiques confondus..

Que craignent-ils ?

Que l'affaire Cahuzac  risque de faire ressurgir une affaire plus grande encore, celle du Kuwait-gate et les énormes rétro-commissions dont ont largement bénéficié les politiques de tout bord.

Une analyse de l'affaire du Koweit-Gate à télécharger en PDF : ICI

Livre Koweit-Gate de 1991