Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2015

Attentat ‘’terroriste ‘’ à Paris : Le Mossad a t-il exaucé les voeux de « Charlie Hebdo » ?

N'avions nous pas été prévenus que des attaques auraient lieu en France par Nethanyau, ainsi que les Illuminati, Rothschild porteur de parts dans The economist dont la dernière couverture avait bien visé la France avec le portrait de Napoléon levant une main blanchâtre et qui était franc-maçon de surcroit ?

*- Quand les Illuminati, Rothschild et The economist nous donnent deux dates en "11" à retenir pour 2015 !


Attentat ‘’terroriste ‘’ à Paris : Le Mossad a t-il exaucé les voeux de « Charlie Hebdo » ?

Mercredi 7 Janvier 2015

« Charlie Hebdo » victime d’un acte terroriste ou d’un attentat sous fausse bannière ?

Attentat ‘’terroriste ‘’ à Paris : Le Mossad a t-il exaucé les voeux de « Charlie Hebdo » ?

 

Depuis l'obscure affaire Merah et l’arrestation plus que douteuse de Nemmouche, nous redoutions et mettions en gardes nos lecteurs contre une conspiration sioniste : la préparation d’un attentat de grande ampleur afin de marquer définitivement les esprits et retourner l’opinion française contre les musulmans que l'on ne cesse de stigmatiser depuis le 11 septembre 2001.

Même si l'islamophobie de Charlie Hebdo était patent, Il n’y a aucune justification pour commettre un tel acte criminel.

 Ce magasine satirique avait une certaine récurrence dans la haine et la provocation et n’a eut cesse d’insulter l’Islam et son prophète, espérant un jour  une réponse violente de la part de la communauté musulmane. Mais les insultes répétées n’ayant pas trouvé la réaction ''barbare'' tant espérée, ils ont poussé le vice jusqu’à mettre le feu dans leurs propres locaux en 2011 !

 
Aucun musulman n’avait intérêt à commettre cet acte et certainement pas dans cette hystérie collective d'islamophobie. Si les responsables de cet acte odieux  étaient musulmans comme le laisse croire d’une même voix toute la presse, comment expliquer que des individus qui prétendent venger l’honneur du prophète ne puissent prononcer son nom correctement ?

MAHOMET ou MOHAMMAD ?

 Mohammad : celui qui est loué, louangé, le béni

Mahomet : appellation juive dérivant de « Ma houmid » qui signifie explicitement « le Non Béni » « l’Exécré »

Qui sont les ennemis de la France ?

Comme dans les affaires Merah et Nemmouche, il y a de nombreuses zones d'ombre.

Même si les jours à venir seront certainement pénibles pour les musulmans de France,  il se pourrait que ce dévoile toutes les dimensions de la conspiration. Contrairement aux affaires Merah et Nemmouche, nous assisterons peut-être à un
retournement de situations spectaculaire
. Nous verrons alors les masques tomber et enfin voir qui sont les vrais ennemis de la France. Excepté une infime minorité d’excités, les musulmans sont loyaux envers le pays qui les accueille parce que c'est une obligation morale pour tout croyant sincère.  Au contraire, le crédo des adeptes du talmudisme sioniste est de trahir, mentir, tromper, duper, déposséder...  qui sont les traitres, quelle communauté représente réellement un danger pour ce pays ?

Attendez-vous dans les prochaines heures ou les prochains jours à ce que le nom de trois musulmans soit donné en pâture avant de les trouver ''suicidés'' ou assassinés devant les caméras. 

http://www.alterinfo.net/Attentat-terroriste-a-Paris-Le-Mossad-a-t-il-exauce-les-voeux-de-Charlie-Hebdo_a109415.html
 

 

31/12/2014

Le cadeau de Noël du Gouvernement aux Français : la surveillance !

NOUS SOMMES TOUS DES TERRORISTES !

Nous représentons un grand danger pour les Illuminati/Sionistes/reptiliens, car jusqu'à présent en revendiquant le secret maçonnique, ils pouvaient travailler dans l'ombre et le silence pour tromper les peuples en faisant dériver notre attention vers leurs VRP/pions/espions/collabos/marionnettes, soi-disant élus ! Depuis quelques années déjà, les médias alternatifs les ont mis en plein  jour et dévoilé leurs plans machiavéliques d'instauration du Nouvel Ordre Mondial, et les masses commencent à se réveiller et ne sont plus dupes de leurs mensonges et manipulations mentales. Il faut donc faire taire la Vérité et réprimer la résistance à l'oppression de nos prédateurs. Quoi de mieux que de nous museler sur le net et ailleurs ! Bientôt ils ne tarderont pas à nous instaurer la Loi martiale pour nous empêcher de manifester ! Vous appelez cela comment, si ce n'est de la dictature ? 

Croyez-vous qu'il y ait un seul de ces traîtres/collabos qui conteste cette loi liberticide légalement ?

 

Voir aussi : Surveillance du net : la mainmise de l’État sur vos télécommunications

Le cadeau de Noël du gouvernement aux internautes : la surveillance

 

Le Point.fr - Publié le 26/12/14 à 17h45

Le 24 décembre, Matignon a publié un décret sur une mesure très contestée permettant aux agents de l'État de surveiller le Net français. Habile.

 

Manuel Valls, Premier ministre. Manuel Valls, Premier ministre. Guerric Poncet / Creative Commons by-nc-sa 2.0 via Flickr

 

Par Guerric Poncet

 

C'est un cadeau de Noël dont les internautes et les opérateurs français se seraient bien passés. Le gouvernement a publié mercredi 24 décembre, à la faveur des fêtes de Noël, le décret d'application du très contesté article 20 de la loi de programmation militaire (LPM). Ce texte prévoit un accès très vaste des services de l'État aux télécommunications (téléphone, SMS, Internet, etc.) des Français, et à toutes les informations qui transitent par les réseaux nationaux.

 

La mesure de surveillance, pudiquement nommée "accès administratif aux données de connexion", avait été votée fin 2013 et entrera en vigueur le 1er janvier 2015. Dénichées par notre excellent confrère Next INpact, qui évoque "un décret qui sent le sapin", ce sont les modalités de sa mise en oeuvre, tout aussi importantes, qui ont été dévoilées pour Noël.

 

Comme dans de nombreuses démocraties, le spectre terroriste permet au gouvernement de faire passer des mesures très floues et de tirer pleinement parti des systèmes d'information de plus en plus performants afin de surveiller la population.

 

Qui chapeaute le système ?

 

Le décret du 24 décembre présente "le groupement interministériel de contrôle [...], un service du Premier ministre chargé des interceptions de sécurité et de l'accès administratif aux données de connexion". Ce groupement est chargé de centraliser les demandes des agents et de les transmettre aux opérateurs concernés, en les épurant de toute information sensible.

 

En effet, si les services de l'État doivent justifier leurs requêtes auprès du Premier ministre (qui nomme une "personnalité qualifiée"), il est hors de question de transmettre ces explications aux opérateurs. Les fournisseurs d'accès ne sauront même pas de quel service ou ministère émane une demande, ni à quelle date elle a été formulée.

 

Quelles données sont concernées ?

 

Sans surprise, le décret se réfère à l'article 20 de la LPM, sans vraiment le préciser. Peuvent donc être interceptés les "informations ou documents traités ou conservés par les réseaux ou services de communications électroniques, y compris les données techniques relatives à l'identification des numéros d'abonnement ou de connexion à des services de communications électroniques, au recensement de l'ensemble des numéros d'abonnement ou de connexion d'une personne désignée, à la localisation des équipements terminaux utilisés ainsi qu'aux communications d'un abonné portant sur la liste des numéros appelés et appelants, la durée et la date des communications".

 

On notera l'utilisation de la formule "y compris", qui n'est aucunement exhaustive : difficile de faire plus vaste.

 

Un contrôle démocratique insignifiant

 

Face aux critiques sur l'intrusion dans la vie privée, le gouvernement invoque la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS), un organe très joli sur le papier mais qui n'a jusqu'à présent pas été doté d'un réel pouvoir. Cette commission "dispose d'un accès permanent aux traitements automatisés", et "l'autorité ayant approuvé une demande de recueil d'informations ou de documents fournit à la commission tous les éclaircissements que celle-ci sollicite", promet le décret, plein de bons sentiments.

 

Néanmoins, la CNCIS n'a toujours pas le pouvoir de sanction et ne peut même pas alerter la justice en cas de manquement sur un dossier couvert par le secret de la défense nationale. Habile...

 

Par ailleurs, le gouvernement se protège en supprimant ses archives en un temps record. Si l'on peut saluer la suppression des informations et des fichiers recueillis au bout de trois ans, on ne peut être que surpris par le fait que les registres mentionnant qui a autorisé telle ou telle surveillance soient eux aussi "automatiquement effacés" après trois ans. Le seul contrôle démocratique possible lorsqu'on jongle avec le secret défense, celui qui s'effectue a posteriori, est donc rendu impossible, pour la CNCIS comme pour la justice.

 

À quel prix ?

 

"Les coûts supportés par les opérateurs pour la transmission des informations ou des documents font l'objet d'un remboursement par l'État", précise le décret. Pas un mot sur la grille tarifaire qui sera appliquée, car ils seront définis par les ministères concernés.

 

Qui peut demander les informations ?

 

Trois ministères sont habilités à émettre des demandes. Le décret détaille le nombre impressionnant de services pour lesquels les vannes du Web français sont ouvertes :

 

- Au ministère de l'Intérieur : la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), la Direction générale de la police nationale (unité de coordination de la lutte antiterroriste, Direction centrale de la police judiciaire, Direction centrale de la sécurité publique, Direction centrale de la police aux frontières), la Direction générale de la gendarmerie nationale (sous-direction de la police judiciaire ; sous-direction de l'anticipation opérationnelle ; service technique de recherches judiciaires et de documentation ; sections de recherches), la préfecture de police (Direction du renseignement ; direction régionale de la police judiciaire ; service transversal d'agglomération des événements ; cellule de suivi du plan de lutte contre les bandes ; sûreté régionale des transports ; sûretés territoriales).

 

- Au ministère de la Défense : la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), la Direction de la protection et de la sécurité de la défense, la Direction du renseignement militaire.

 

- Au ministère des Finances et des Comptes publics : la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières, le service de traitement du renseignement et d'action contre les circuits financiers clandestins.

 

Dans tous ces services, seuls les agents et officiers "dûment habilités" par leur directeur pourront réclamer des informations, assure le décret.

 

Des perspectives inquiétantes

La loi de programmation militaire a mis en place un outil de surveillance de la population française qui aurait fait pâlir d'envie les pires dictateurs de l'histoire. Si nous sommes très loin d'un régime totalitaire en France, il n'est pas exclu que des leaders extrémistes disent demain merci au gouvernement Valls pour leur avoir fourni un tel outil clé en main.

 

30/12/2014

Cuba : Nouveau pacte entre le Vatican et Washington

Voilà un article qui nous donne encore raison ainsi qu'à Hugo Chavez, des intentions du Vatican et des USA/Nazisonistes non seulement de nuire à l'Amérique Latine mais aussi à la Russie et à l'Orthodoxie !

Rappelez-vous qu'il faut surveiller le Pape Noir Jésuite/Luciférien dans tous ses déplacements, ses déclarations et interventions géopolitiques, car il est là pour corrompre les autres religions qui ont été inventées de toutes pièces de toutes manières, pour faire avancer les plans du NOM et pour instaurer l'Unique Religion Mondiale qui est la base idéologique de l'instauration du Nouvel Ordre Mondial !


La place du Vatican et des Jésuites Lucifériens dans l'organigramme des élites

Cliquez sur l'image pour zoomer

http://www.lepouvoirmondial.com/media/02/01/2622729428.jpg

 

Quelques liens qui nous démontrent avec qui, pour qui et contre qui travaille le Pape Noir/Jésuite Luciférien :

*- L'armée russe revient à Cuba.

*- Cuba/USA : L’espion US, relâché par Cuba, encadrait la communauté juive et la maçonnerie

*-  La délégation du Patriarcat de Moscou a participé à la rencontre du Pape François avec les représentants des Églises chrétiennes et des religions mondiales

*- Visite historique du Patriarche Cyrille en Chine

*- Le pape François souhaiterait rencontrer le patriarche Cyrille

*- La mémoire vive de la dictature argentine pèse sur le nouveau pape qui n'est décidemment pas un PDG pour les pauvres et les communistes !

*- Un mois avant le conclave, un insider du Vatican révélait l'identité du pape. Amérique Latine prochaine cible des USA

*- Pour Chavez, les États-Unis peuvent «inoculer le cancer». Amérique Latine la nouvelle cible des USA et du Vatican !

*- Les Jésuites lucifériens, espions et assassins du Vatican

*- Satanisme au Vatican: Intronisation de Satan au Vatican le 29 juin 1963, qu'ils disent !

*- De retour de Turquie, le pape François demande aux musulmans “une condamnation mondiale“ du terrorisme.


Cuba : Nouveau pacte entre le Vatican et Washington

Région : Amérique latine & Caraïbe, États-Unis, Europe
Obama Pape

 

Le rétablissement des relations diplomatiques entre Cuba et les Etats-Unis d’Amérique via la médiation du Vatican recouvre une trajectoire historique sinueuse entre deux pactes secrets qui ont changé la face du monde.

Quatre personnages représentatifs de deux Etats agissant à deux époques différentes, deux murs politiques qui s’effondrent à plusieurs années d’intervalle, le Mur de Berlin en 1989 et celui des Caraïbes en 2014, deux philosophies politiques distinctes qui dessinent des réalités sans aucun élément commun, le rétablissement des relations diplomatiques entre Cuba et les Etats-Unis d’Amérique via la médiation du Vatican recouvre une trajectoire historique sinueuse entre deux pactes secrets qui ont changé la face du monde. Trente ans séparent les deux pactes. Leurs objectifs, leur nature et leurs intentions vont de l’obscurité à la lumière, de la manipulation à la clarté, de l’entêtement au réalisme réfléchi.

Le premier a été scellé le 7 juin 1982 dans la bibliothèque du Vatican entre l’ex président étasunien Ronald Reagan et le pape de l’époque Jean Paul II. Le second a été négocié fin mars 2014, également au Vatican, entre le président des Etats-Unis Barack Obama et le pape François. Le premier, connu sous le nom de « Sainte Alliance » doit son existence à l’un des personnages les plus sombres de la diplomatie du Vatican : Pio Laghi, ex Nonce Apostolique en Argentine (1974-1980) et artisan, dans les années 80, de la reprise des relations diplomatiques entre le Saint Siège et Washington. Laghi était un homme de robe, ambigu et à la main de fer, ami et protecteur de la Junte Militaire argentine, réactionnaire et aveuglé par le spectre du communisme. Le pacte Reagan/ Jean Paul II avait un seul objectif : fomenter une cabale pour renverser le communisme, à n’importe quel prix. Richard Allen, premier conseiller de Reagan à la Sécurité Nationale, dira qu’il s’agissait de « l’une des alliances les plus secrètes de tous les temps ».

Et ses développements comme ses résultats sont proprement hallucinants. Le pacte Obama/François a emporté le dernier bastion du Mur mais sans la participation des acteurs, c’est à dire Cuba, il n’est pas animé par la même morale ou les mêmes objectifs géopolitiques, pas plus qu’il ne s’accompagne d’assassinats ou de financements occultes.

La Sainte Alliance conduisit à un montage financier frauduleux organisé par le Vatican pour épauler clandestinement le syndicat polonais Solidarnosc, dont le leader de l’époque, Lech Walesa, deviendra président de la Pologne après la chute du Mur de Berlin. Ronald Reagan et Jean-Paul II étaient habités par la même obsession. Le juge William P. Clark, autre conseiller de Reagan à la sécurité nationale (et aussi le plus influent), dira également que tous deux « partageaient les mêmes choix spirituels et la même vision de l’empire soviétique : le bien et le droit triompheraient selon les plans divins » (The Judge : William P. Clark, Ronald Reagan’s Top Hand, de Paul Kengor et Patricia Clarck Doerne, Ignatius Press 2007). Quant à l’utilité du Vatican dans cette croisade anticommuniste, le secrétaire d’Etat de Reagan, Alexandre Haig, l’a très bien résumée : « Le réseau d’information du Vatican était meilleur et plus rapide que le nôtre ». Pour l’Amérique Latine, cette Sainte Alliance fut synonyme d’un véritable bain de sang, de guerres et de répression. Le Saint Siège poursuivit de façon inhumaine tout ce que le continent comptait de progressistes en soutane. S’appuyant, pour ce faire, sur les secteurs les plus réactionnaires de l’Eglise et du pouvoir politique local et avec la participation de la Maison Blanche, c’est sans aucune hésitation, non plus, qu’il s’est accoquiné avec des congrégations et des personnages impliqués dans des agressions sur mineurs ou des vols en tout genre, comme ce fut le cas avec « Les légionnaires du Christ », de Marcial Maciel, que Jean-Paul II éleva à des hauteurs incroyables alors même que ses escroqueries et abus sexuels étaient de notoriété publique. De nombreux adeptes de la « Théologie de la Libération » payèrent de leur vie une telle persécution.

La complicité entre le Vatican et Washington est parfaitement documentée, et reflétée jusque dans les discours officiels de Ronald Reagan :

« L’Amérique latine est une zone pour laquelle nous éprouvons une préoccupation commune. Nous voulons y travailler en étroite collaboration pour promouvoir la paix, la justice sociale, les réformes et empêcher la propagation de la répression et des réimes tyranniques athées. »
(Ronald Reagan, Jack Nelson, « Reagan, Pope Join in Urgent Plea for Peace », Los Angeles Times, June 8, 1982).

Monter ce dispositif anti communiste éleva Jean-Paul II au rang d’interlocuteur privilégié des membres de la CIA et d’autres personnages de la sécurité nationale américaine qui allaient à Rome grâce à Pio Laghi. A partir du milieu 1981, une sorte de « navette de renseignements » ( intelligence shuttle) s’instaura entre Washington et le Saint Siège. L’un des visiteurs régulier de cette époque est aussi de triste mémoire pour l’Amérique latine, le général Vernon Walters, ambassadeur itinérant de l’administration Reagan, ex directeur adjoint de la CIA à l’époque du Coup d’Etat contre Salvador Allende. Dans son livre « The Mighty and the Meek » (St Ermin’s Press, 2001), le général Walters révèle les dessous de ses entretiens papaux. « L’administration avait conscience de la collusion d’intérêts entre l’Eglise Catholique et les Etats-Unis dans leurs efforts pour contenir l’expansion communiste. Je devais, en accord avec les ordres reçus, exposer les faits en m’appuyant sur les meilleures sources d’information disponibles. C’est ainsi qu’ont débuté les allers-retours réguliers au Vatican, deux ou trois fois par an. (…) Je faisais au Pape le compte-rendu des menaces engendrées par les missiles, les forces terrestres conventionnelles, l’aviation et la marine soviétiques ». Mais les sujets de discussion allaient bien au-delà. Aux dires des journalistes Carl Bernstein et Marco Politi (« His Holiness : John Paul II and the Hidden History of Our Time », Doubleday, 1996), les entretiens avec le Souverain Pontife portaient aussi sur l’Amérique Centrale, région, à cette époque, durement touchée par la guerre au Salvador, au Guatemala et au Nicaragua sandiniste, où Washington apportait son aide militaire aux « contras ». Pio Laghi, lors de sa mission en tant que délégué Apostolique aux Etats-Unis (1980), assistait régulièrement aux réunions de sécurité et rencontrait fréquemment le directeur de la CIA, William Casey, qui était catholique. Beaucoup de choses ont changé entre ces deux pactes, bien que les scénarii soient les mêmes, à commencer par le Vatican. En juin 1982, alors que Reagan et Jean-Paul II célébraient leur Sainte Alliance, dans les sphères pontificales proches du secrétaire d’Etat du Saint Siège, Agostino Casaroli,et l’archevêque Achille Silvestrini, négociaient avec le secrétaire d’Etat US Alexandre Haig et avec le juge William Clark.

En 2014, ce sont les secrétaires d’Etat, respectivement John Kerry et Pietro Parolin, avec le sénateur démocrate Patrick Leahy, qui ont jeté les bases de l’accord entre Obama et Bergoglio.

« Le monde doit écouter la voix du Pape », dit Obama au sortir de son entretien avec François. Le rapprochement était en marche depuis 2009, mais tout récemment en juin 2013, il est devenu plus effectif, en partie grâce aux positions adoptées par Bergoglio et Obama. Les personnages de cette saga diplomatique des temps modernes n’ont pas grand-chose à voir avec les membres du sinistre dispositif mis en place par Reagan et Jean-Paul II dans les années 80. Les diplomates expérimentés de Rome conjuguent dorénavant leurs efforts de négociations secrètes avec les envoyés spéciaux de Cuba et divers conseillers de la nouvelle génération venus tout droit de Washington. Le spectre du communisme ne poursuit plus personne. La jeunesse a été également un allié de poids. Voici l’exemple de l’un des hommes clés de ce cercle restreint, Ricardo Zúñiga, nommé par Obama en 2012 conseiller aux Affaires Latinoaméricaines à la place de Dan Restrepo. Né au Honduras, en 1970, Zúñiga émigre aux Etats-Unis à l’âge de quatre ans. L’autre pilier central est Ben Rhodes, viceconseiller à la Sécurité Nationale pour les Communications Stratégiques et l’Ecriture de Discours, lui aussi jeune (il est né en 1977). Leurs interlocuteurs ont été des hommes expérimentés et plus âgés, comme par exemple le secrétaire d’Etat du Vatican, Pietro Parolin, qui avait été nonce au Vénézuela de 2009 à 2013.

L’entretien Obama-Bergoglio de cette année préfigure la ligne d’arrivée. En octobre 2014, La Havane et Washington ont conclu au Vatican même, les accords finalisant les négociations sur l’échange de prisonniers entre Cuba et les Etats-Unis.

Eduardo Febbro

Article original : Nuevo pacto entre el Vaticano y Washington, Página 12. Buenos Aires, 21 décembre 2014

Photo : EFE

Traduit de l’espagnol pour El Correo par : Florence Olier-Robine.

21/12/2014

Le rapport du Congrès sur la torture confirme qu’al-Qaïda n’est pas impliqué dans les attentats du 11-Septembre

Comme cela nous avons les preuves :

 

1 - que les attentats du 9/11/2001 ont bien été fomentés de l'intérieur des USA avec l'aide de leurs complices,

2 -  que le terrorisme international n'est qu'un mythe de plus,

3 - que ce sont les Nazisionistes qui fabriquent et financent les groupements dits terroristes pour leurs propres profits,

4 - que des millions d'innocents sont morts sur la base de mensonges éhontés,

5 - que le monde entier a été mis sous la coupe des US/Nazisionistes sous couvert de lutter contre le mythe du terrorisme international !

 

*- Des soldats américains ont transmis les valeurs de la démocratie à des jeunes Irakiens sodomisés devant leurs mères

 

Le rapport du Congrès sur la torture confirme qu’al-Qaïda n’est pas impliqué dans les attentats du 11-Septembre par Thierry Meyssan

 

15 décembre 2014

Les extraits rendus publics du rapport de la Commission sénatoriale sur le programme secret de torture de la CIA font apparaître une vaste organisation criminelle. Thierry Meyssan a lu pour vous les 525 pages de ce document. Il y a trouvé la preuve de ce qu’il avance depuis des années.

 

JPEG - 19.8 ko

Dianne Feinstein, présidente de la Commission sénatoriale du Renseignement, a rendu public, le 9 décembre 2014, un extrait de son rapport classifié sur le programme secret de torture par la CIA [1].

Présentation du rapport

La partie déclassifiée ne correspond qu’à un douzième du rapport initial.

Le rapport lui-même ne porte pas sur le vaste système d’enlèvement et de séquestration que l’US Navy a mis en place durant les mandats du président George W. Bush ; un programme qui a conduit à enlever partout dans le monde et à séquestrer plus de 80 000 personnes sur 17 bateaux à fond plat stationnés en eaux internationales (ces navires sont : USS Bataan, USS Peleliu, USS Ashland, USNS Stockham, USNS Watson, USNS Watkins, USNS Sister, USNS Charlton, USNS Pomeroy, USNS Red Cloud, USNS Soderman, USNS Dahl, MV PFC William B Baugh, MV Alex Bonnyman, MV Franklin J Phillips, MV Louis J Huage Jr, MV James Anderson Jr.). Il se contente d’étudier 119 cas de cobayes humains soumis à des expérimentations psychologiques à Guantánamo et dans une cinquantaine de prisons secrètes, de 2002 à fin 2009, soit un an après l’élection de Barack Obama.

Les extraits du rapport n’indiquent pas sur quels critères ces cobayes humains ont été choisis. Ils se contentent d’indiquer que chaque prisonnier dénonçait le suivant, tout en indiquant que ces aveux n’ont pas été extorqués, mais appris. En d’autres termes, la CIA a veillé à justifier ses choix en fabriquant des dénonciations a posteriori.

Dans le rapport initial, les noms des agents et des contractants de la CIA impliqués ont été remplacés par des pseudonymes. En outre, les extraits déclassifiés ont été très largement censurés, principalement pour effacer les noms des complices étrangers de la CIA.

Le contenu du rapport

JPEG - 10.6 ko

J’ai lu en entier les 525 pages des extraits publics du rapport. Cependant, je suis loin d’en avoir tiré toutes les informations car de nombreuses recherches sont nécessaires pour interpréter les passages caviardés.

Les séances de conditionnement étaient effectuées dans une cinquantaine de prisons secrètes sous la responsabilité d’« Alec Station », l’unité de la CIA chargée de suivre Oussama Ben Laden. Les infrastructures, le personnel et les transports étaient sous la responsabilité du « Groupe de reddition et de détention » de la CIA. Les séances étaient conçues et réalisées sous la supervision de deux psychologues contractants qui se constituèrent en 2005 en société. Les autorisations d’utilisation des techniques de conditionnement étaient données au plus haut niveau, sans spécifier que ces tortures avaient pour but de conditionner et non d’extorquer des informations.

Le vice-président Dick Cheney, la conseillère de sécurité nationale Condoleezza Rice, le secrétaire à la Justice, John Ashcroft, le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld, le secrétaire d’État Colin Powell et le directeur de la CIA George Tenet ont participé à des réunions à ce sujet à la Maison-Blanche. Ils ont assisté à des simulations à la Maison-Blanche et ont visionné des enregistrements de certaines séances ; enregistrements qui ont été ultérieurement et illégalement détruits. Ces réunions avaient évidemment pour but de « mouiller » ces personnalités, mais il n’est pas possible d’établir lesquelles d’entre elles savaient à quoi étaient utilisé ces techniques.

Cependant, en juin 2007, Condoleezza Rice fut personnellement briefée par le contractant de la CIA qui supervisait les expériences. La conseillère de sécurité nationale autorisa la poursuite des expériences, mais diminua le nombre de tortures autorisées.

Les extraits publics du rapport contiennent une analyse détaillée de la manière dont la CIA a menti aux autres branches de l’administration Bush, aux médias et au Congrès.

JPEG - 21.7 ko
James Mitchell et Bruce Jensen, superviseurs du programme de conditionnement de la CIA. Mitchell avait été désigné en 2012 évêque mormon, mais il fut contraint de démissionner lorsque l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours apprit son activité.

Les expériences du professeur Martin Seligman

L’extrait public du rapport confirme que la CIA a mené des expériences basées sur les travaux du professeur Martin Seligman (théorie de « l’impuissance apprise »). Elles n’avaient pas pour but d’obtenir des aveux ou des renseignements, mais bien d’inculquer un discours ou un comportement aux sujets.

La plupart des citations que la presse a faite des extraits du rapport prête à confusion. En effet, la CIA parle des « méthodes de conditionnement » sous l’appellation de « méthodes non-standard d’interrogatoire » (non-standard means of interrogation). Hors contexte, on peut donc penser que le terme « interrogatoire » désigne la recherche d’information alors qu’il désigne des séances de conditionnement des sujets.

Tous les noms des tortionnaires ont été censurés dans l’extrait déclassifié du rapport. Cependant, on reconnaît Bruce Jessen sous le pseudonyme de “Grayson Swigert” et James Mitchell sous celui d’ “Hammond Dunbar”. À partir du 12 avril 2002, les deux hommes supervisèrent le programme. Ils étaient physiquement présents dans des prisons secrètes. En 2005, ils se constituèrent en société commerciale, Mitchell, Jessen & Associates (désignée comme “Company Y” dans le rapport). De 2005 à 2010, leur firme fut payée 81 millions de dollars. Par la suite, ils furent employés par l’Armée de Terre pour conduire un programme comportemental sur 1,1 million de soldats états-uniens.

En mai 2003, un officier senior de la CIA a saisit l’inspecteur général de l’Agence en faisant valoir que les travaux du professeur Seligman étaient fondés sur les tortures pratiquées par le Nord-Vietnam pour obtenir des « confessions à des fins de propagande ». L’officier mettait en cause le programme de conditionnement. Sa notification ne fut pas suivie d’effet. Au demeurant, il commettait une petite erreur en citant le Nord-Vietnam, les recherches de Seligman étaient basées, comme les pratiques des Nord-Vietnamiens, sur des travaux coréens.

La manière dont les tortionnaires se sont protégés

Selon la Commission sénatoriale, le programme de torture de la CIA a été ordonné par le président George W. Bush, le 17 septembre 2001, soit six jours après les attentats. Il avait pour unique but de donner des moyens extraordinaires à l’enquête sur les attentats du 11 septembre 2001. Cependant, ce programme a été immédiatement développé en violation de certaines instructions du président. Par conséquent, dès les attentats commis, la CIA, à l’insu de la Maison-Blanche, s’est efforcée de fabriquer de faux témoignages attestant mensongèrement de la culpabilité d’al-Qaïda.

Le président George Bush et les parlementaires ont été trompés par la CIA qui
- a obtenu des autorisations de pratique de certaines tortures en masquant leur finalité véritable
- et a faussement présenté des aveux inculqués comme s’ils avaient été extorqués sous la torture.

Lorsque le président Bush a reconnu, le 6 septembre 2006, l’existence du programme de tortures secrètes de la CIA, il a défendu cette pratique en arguant qu’elle avait permis d’obtenir des renseignements qui sauvèrent des vies. Il se fondait sur les rapports mensongers de la CIA et ignorait que celle-ci fabriquait des preuves au lieu d’en chercher. Dès lors, la presse atlantiste a sombré dans la barbarie et a débattu du bien-fondé ou non de la torture en la présentant comme un mal pour un bien.

Les tortionnaires ont veillé à se couvrir juridiquement. Ainsi ont-ils demandé l’autorisation de pratiquer au département de la Justice. Mais celui-ci ne s’est prononcé que sur la légalité des méthodes employées (isolation, enfermement dans une petite boite, mise en scène d’enterrement, utilisation d’insectes, etc) et non pas sur le programme dans son ensemble. La plupart des juristes n’autorisaient que des postures particulières en ignorant leurs conséquences psychiques une fois combinées. Toutes les autorisations ont été réunies en août 2002.

Les dirigeants de la CIA qui ont autorisé ces expérimentations ont spécifié par écrit que les cobayes humains devaient être incinérés s’ils succombaient durant le conditionnement ou qu’ils devraient rester enfermés à vie s’ils survivaient.

Des « aveux » fabriqués

JPEG - 30.3 ko

Que l’on comprenne bien : la Commission sénatoriale ne dit pas que les aveux des détenus de la CIA sont légalement incorrects parce qu’obtenus sous la torture, elle expose que la CIA n’a pas interrogé ces détenus, mais qu’elle les a conditionnés pour qu’ils revendiquent des situations et des actes qui leurs sont étrangers. La Commission précise que les agents de la CIA n’ont pas même cherché à savoir ce que les détenus avaient avoué lors d’interrogatoires précédents aux autorités qui les ont arrêtés. En d’autres termes, non seulement la CIA n’a pas cherché à savoir si al-Qaïda était impliqué ou non dans les attentats, mais son action n’a eu d’autre but que de fabriquer de faux témoignages attestant mensongèrement de l’implication d’al-Qaïda dans les attentats du 11-Septembre.

La Commission sénatoriale ne discute pas de savoir si les aveux des cobayes humains ont été extorqués ou inculqués, mais après avoir expliqué que les superviseurs étaient des experts du conditionnement et pas des interrogatoires, elle détaille longuement le fait qu’aucun de ces « aveux » n’a permis d’anticiper quoi que ce soit. Elle démontre que la CIA a menti en prétendant qu’ils avaient permis d’empêcher d’autres attentats. La Commission n’écrit pas que les informations sur al-Qaïda contenus dans ces aveux sont des fabrications, mais elle note que tout ce qui était vérifiable était faux. Ce faisant, la Commission dément explicitement les arguments qui furent utilisés pour justifier la torture et annule implicitement les témoignages qui furent utilisés pour relier al-Qaïda aux attentats du 11-Septembre.

Ce rapport confirme, de manière officielle, plusieurs informations que nous avions présentées à nos lecteurs et qui contredisent et invalident les travaux des thinks tanks atlantistes, des universités et de la presse depuis le 11-Septembre, aussi bien en ce qui concerne les attentats de 2001 eux-mêmes qu’en ce qui concerne al-Qaïda.

À la suite de la publication des extraits de ce rapport, il apparaît que tous les témoignages cités dans le rapport de la Commission présidentielle d’enquête sur le 11-Septembre reliant ces attentats à al-Qaïda sont des faux. Il n’existe plus à ce jour le moindre indice permettant d’attribuer ces attentats à al-Qaïda : il n’existe aucune preuve que les 19 personnes accusées d’être les pirates de l’air se soient trouvées ce jour-là dans l’un de ces quatre avions, et aucun des témoignages d’anciens membres d’al-Qaïda revendiquant les attentats n’est authentique [2] .

JPEG - 16 ko
Martin Seligman, concepteur du programme de conditionnement de la CIA.

Le rapport confirme ce que nous révélions en 2009

En octobre 2009, j’avais publié une étude sur ce sujet dans la revue russe Odnako [3]. J’y affirmait que Guantánamo n’était pas un centre d’interrogatoire, mais de conditionnement. En outre je mettais en cause personnellement le professeur Seligman. Un an plus tard, l’article ayant été traduit en anglais, des psychologues états-uniens menèrent campagne pour demander à Martin Seligman de s’expliquer. Pour toute réponse, celui-ci nia son rôle de tortionnaire et lança une procédure judiciaire contre moi et le Réseau Voltaire à la fois en France et au Liban où je résidais. En définitive, le professeur Seligman donnait instruction à ses avocats de cesser les procédures après que nous ayons publié une de ses lettres suivie d’une explication de texte [4]. Martin Seligman poursuivit identiquement tous ceux qui traitèrent ce sujet, comme Bryant Weich du Hunffington Post [5].

JPEG - 18.6 ko
John O. Brennan fut directeur adjoint de la CIA (2001-05) et à ce titre directeur du Centre national anti-terroriste. Il fut le principal artisan du programme secret de fabrication d’aveux sous la torture. En 2009, il devint conseiller du président Barack Obama sur les questions de Sécurité de la Patrie. Il a été nommé directeur de la CIA en 2013.

Et maintenant

La sénatrice Diane Feinstein est courageusement parvenue à publier une partie de son rapport, malgré l’opposition de l’actuel directeur de la CIA, John Brennan, jadis chargé de contrôler ce programme de torture.

Le président Barack Obama a annoncé qu’il ne poursuivrait aucun des responsables de ces crimes, tandis que des défenseurs des Droits de l’homme se battent pour que les tortionnaires soient traduits en justice. C’est le moins que l’on puisse faire.

Cependant, les vraies questions sont ailleurs : pourquoi la CIA a-t-elle commis de tels crimes ? Pourquoi a-t-elle fabriqué des aveux permettant de relier artificiellement al-Qaïda aux attentats du 11-Septembre ? Et par conséquent, al-Qaïda n’ayant aucun rapport avec les attentats du 11-Septembre, qui donc la CIA a-t-elle cherché à protéger ?

Enfin, le programme de la CIA ne concernait que 119 cobayes humains, que sait-on des 80 000 prisonniers secrets de l’US Navy ?

Thierry Meyssan

[1] “Study of the CIA’s Detention and Interrogation Program - Foreword, Findings and Conclusions, and Executive Summary”, US Senate Select Committee on Intelligence, 9 décembre 2014.

[2] Cf. L’Effroyable imposture, suivi de Le Pentagate, par Thierry Meyssan, préface du général Leonid Ivashov, Demi-Lune éd.

[3] « Le secret de Guantánamo », par Thierry Meyssan, Оdnako (Russie), Réseau Voltaire, 28 octobre 2009.

[4] « Une lettre de Martin Seligman », par Martin Seligman, Réseau Voltaire, 20 juin 2010.

[5] “Fort Hood : A Harbinger of Things to Come ?”, Bryant Welch, Hunffington Post, 18 mars 2010. Et le droit de réponse : “A Response to Bryant Welch”, Martin Seligman.

 

 

10/11/2014

Alerte ! Drones et attaques nucléaires en France le 18 novembre 2014 ?

http://1.bp.blogspot.com/-PtI3bPr-P7k/UqSMuHLfIhI/AAAAAAAAAUo/HhYc11fxpbE/s1600/972_israeli-mossad+cowards+and+assassins.....jpg

Si vous ne l'avez pas encore compris, depuis des millénaires, l'humanité est en guerre contre ses prédateurs Illuminati/Sionistes/Reptiliens, et plus particulièrement en France depuis la soi-disant révolution française. La seule différence entre les autres pays en guerre et nous, c'est qu'ils ne nous attaquent pas avec des bombes, mais grâce à leurs VRP/Complices/Espions, placés au sein  des gouverne-MENT, des institutions, des armées et des grands groupes énergétiques, pharmaceutiques, médicaux et agroalimentaires, ils nous tiennent de l'intérieur, nous emprisonnent, nous vendent et nous massacrent par les guerres financières et économiques, en créant le chaos partout dans le monde. Ils iront donc jusqu'au bout s'ils doivent nous éliminer parce qu'ils considèrent que nous sommes trop nombreux et que nous représentons des bouches inutiles à nourrir. Les descendants des AN-NUNAKIS nous font donc subir leurs 7 plaies d'Egypte, en orchestrant dans le monde, la misère, la famine, les guerres dans le monde, les bouleversements climatiques avec leurs armes chimique et  scalaires, et en répandant les épidémies par le biais de leurs vaccins tueurs fabriqués dans leurs laboratoires qui ne sont que des armes biologiques dirigées contre nous tous.

 Après avoir écouté la vidéo qui prévoit la paralysie totale de l'économie française en cas d'attaques répétées sur les transformateurs électriques, ce qui veut dire des mois à attendre sans électricité, sans chauffage, sans essence et sans nourriture, sans téléphone, sans soins dans les cliniques et les hôpitaux, le temps de reconstruire les transformateurs électriques, vous lirez les articles qui se trouvent ci-dessous, notamment les avertissements donnés par le site d'Islamic Intelligence dans sa mise à jour du 10 novembre 2014.

Rappelons que depuis la mort du PGD de Total, les 4 groupes énergétiques français sont passés aux mains des sionistes qui ont désormais le contrôle sur tout, en France.

Vous avez intérêt à faire des provisions de nourriture, d'essence et de gaz, parce qu'avec tous ces psychopathes qui nous gouvernent, il faut s'attendre à tout !

A rapprocher de ces articles :

* MISE A JOUR, 10 NOVEMBRE 2014, 08H22 GMT:

11 septembre nucléaire-chimique français: Oh les mytos ! Si tu frappes les transformateurs, on a vu à Fukushima que le réacteur peut s'emballer. Mais t'as juste à frapper les nœuds des transformateurs et même pas dans les centrales, si tu veux saboter le tout et les réseaux électriques. Or ici tu as donné la réponse, les caméras des drones volent de nuit, car elles détectent le rayonnement beaucoup mieux la nuit que le jour, tu vois de quel rayonnement et de quelle signature nucléaire on parle l'israélien! Les satellites militaires sont floutés aussi et les drones qui survolent à de très hautes altitudes, ils sont floutés aussi ? Vous êtes une bande de sale race corrompue de mythomanes criminels! On vous tient tous bande de rats de Tel Aviv. Bourdin, c'est le haut parleur de la DGSI ce type ne réfléchit même pas aux âneries qu'il débite! On t'y reprend comme dans l'opération Merah et tes mensonges, mais combien ils vous paient ces juifs d'Algérie à Levallois-Perret? 

La transition énergétique-émancipation de la tutelle américano-occidentale de Tel Aviv, la gueoula de Hollande, et la main mise israélienne du CRIF-Likoud sur le secteur énergétique français de TOTAL à EDF en passant par AREVA, GDF-Suez, ALSTHOM, VEOLIA, au Maghreb-Sahel, se fait depuis Paris, Londres, en Iraq-Syrie et en Algérie-Libye. Ou Saïd Bouteflika, le larbin de Bernard Bajolet, fournit secrètement du gaz algérien à Tel Aviv et souhaite construire un pipeline liant Ain Amenas-Benghazi-el Arish-Asdod. Les Bouteflika-DGSE sont des israélites déguisés en Musulmans, ce sont les pires des traitres, avec le glaoui de Marrakech et son chikour André Azoulay, Sebsi et ses ministres juifistes et les tribus juives sionistes de Benghazi, Misrata, al Baydah en Libye. Cette carte représente les plans israéliens d'alimentation énergétique de l'Europe par l'entité sioniste aidée par ses relais, français, anglais, allemands, ukrainiens. Elle parle d'elle-même, une destruction totale de toute la région MENA est prévue, son annexion suite à une invasion militaire, déclenchée après un 11 septembre sur le sol français, à l'image de ce qui est fait en ce moment en Iraq. 

carte gaz.jpg

Pax talmudica: 11 septembre nucléaire-chimique français lié à la présence franco-israélienne au Maghreb-Sahel et aux plans sionistes d'émancipation, via une transition énergétique, déclenchée, par un nouvel 11 septembre sur le sol français. La France est le pays qui a le plus de Musulmans en Europe, 10 millions. C'est de là que Tel Aviv veut relancer sa guerre messianique pour la venue de son machiah-antéchrist-Djalal. L'armée « française n'est plus », les services franco-israéliens sont aux abois et à la rue.

Ca va péter le 18 Novembre 2014 selon des sources au Moyen Orient et américaines après la victoire de Netanyahu au congrès à Washington. Toutes les conditions pour un début de guerre ouverte, totale sont réunies désormais. Tel Aviv et le CRIF-Likoud vont frapper et irradier le sud de la France.

Le CRIF-Likoud pensait qu'avec MH370, la France-Israël et ses réseaux de la France-Israël-Afrique pourraient encore régner sur le Maghreb-Sahel jusqu'en 2030, assurant ainsi une domination israélienne sur toute la région MENA

- Nous rappelons ici aux israélites du ministère de l'intérieur que les drones sont capables de porter des charges explosives, contrairement à ce que la mafia de la France-Israël-Afrique décrit dans le journal 'le monde' de ce jour! Et alors Cukierman, toutes tes lois 'anti-terroristes', elles te servent à quoi maintenant que nous te tenons et que toutes les cameras de la planète sont braquées sur la France? Vas-tu reconnaitre ta défaite et quitter l'Europe? Une seule révélation majeure va entrainer le massacre de la communauté juive sioniste française impliquée dans le terrorisme international, c'est pour cela que les Chauprade et Zemmour font dans leurs pantalons. C'est de cela que l'on parle ici! Qui dirige la France Cukierman? Réponds au public... Mort à la France-Israël-Afrique! Lire ici

- Nazisme talmudique français: Après le vote de la loi 'anti-internet' par le 'grand Israël au CRIFISTAN. Celui-ci bloque l'accès du blog depuis la France selon plusieurs lecteurs, pas tous. Généralement ceux qui sont surveillés n'ont pas de problème car Calvar veut savoir qui lit, mais certains lecteurs n'accèdent plus du tout au blog depuis 48 heures. Nous vous conseillons de vous protéger car Paris, Tel Aviv, Bruxelles, Londres, Berlin scannent le blog et tentent d'identifier les sources possibles. Bajolet a dépensé 45 millions d'euros depuis Alger pour identifier nos sources à Alger. On a mis un sacré foutoir depuis le MH370 et nous arrivons à la fin, avec le renversement logique et normal de l'état terroriste français. Nous vous conseillons de passer au VPN, certains ont reçu un email avec les détails à suivre. Nous vous conseillons également de crypter toutes vos données, communications, afin de déstabiliser encore plus nos ennemis juifs sionistes séfarades du ministère de l'intérieur et du CRIF-Likoud et sa gestapo de la DGSI, et leurs relais en Europe. Remarquez qu'ils sont aux abois et que leurs mensonges ne passent plus! Quelle humiliation en mondovision. Tu ne peux pas savoir comment on va te manger Cukierman. Utilisez cyberghost par exemple, c'est gratuit et des services mails en ligne cryptés. Dans chaque email mettez en PS, les mots qui rendent fous Big Brother et vous allez voir le vrai visage de la mafia juive sioniste française en action dans les rues de France. Nous passons en mode 100% cryptage. 


- Nazisme talmudique français en Algérie: Bouteflika senior se trouve au Val de Grâce à Paris depuis quelques jours, selon certains de ses proches qui utilisent des téléphones satellites pour communiquer vers les Emirats. Le type est dans un sale état, et la drogue que les médecins de la DGSE lui fournissent à de quoi le tuer plus rapidement que prévu. Saïd Bouteflika étant un âne absolu comme Hollande ou Bajolet car, dès que ça parle et que cela vient des ambassades américaines ou chancelleries occidentales, la DGSE doit le montrer vivant, et ils le tuent donc plus rapidement car les cocktails de drogues fournis sont les mêmes que ceux donnés à François Mitterrand qui finit par mourir de ce cocktail empoisonné. Après la chute de Ouagadougou et l'affaiblissement du dispositif terroriste militaire franco-israélien au Mali-Niger, l'Elysée craint un renversement, surtout après lesrévélations sur les projets de 11 septembre français visant des centrales nucléaires, et est donc allé négocier sa tête avec les américains. Brzezinsky ayant démontré sa détermination à prendre le pouvoir complet à Paris depuis Moscou.  Couper l'Algérie de la France est salutaire, les Musulmans n'en seront que beaucoup plus puissants. Que les BHL, Finkelkraut, Chauprade, Zemmour, Cukierman, Sarkozy, Hollande et la clique juive sioniste quittent les lieux ou qu'ils assument leurs implications directes dans le terrorisme international et paient la facture ! Mort à la France-Israël-Afrique !

Nazisme talmudique français en Syrie: Assassinat de 5 ingénieurs spécialises dans la recherche nucléaire près de Damas, l'œuvre des services franco-israéliens, à l'image de ce qui s'est fait en Iraq depuis 2003 où tous les scientifiques ont été assassinés. Lire ici

- Pax talmudica: Sissi confirme qu'il est de mèche avec Netanyahu dans le Sinaï comme ancien gouverneur militaire de la zone et que son projet est de diviser l'Egypte en 5 régions, donner le Sinaï. Sissi a liquidé les 30 militaires égyptiens pour finir de génocider les populations de Gaza,  et il vient d’affirmer que ses escadrons de la mort prêtent allégeance à DAESH, créés par Netanyahu avec l'aide de la DGSI/DGSE et du MI6, une partie du pentagone pro-israélien. Mais où étaient-ils lors de l'invasion sur Gaza et où sont-ils lors de l'attaque sur al Aqsa? Sissi va détruire l'Egypte avant la fin 2015, c'est un israélite marocain comme les Bouteflika-DGSE dont le travail consiste à capter les ressources naturelles des peuples Musulmans pour les donner à Tel Aviv lors de la transition énergétique/émancipation/délivrance finale de l'entité sioniste qui doit s'accomplir lors de l'une des 4 lunes de sang satano-talmudistes.  Lire ici

- Pax talmudica: Tel Aviv menace de tout faire sauter... Lire ici

SEE TODAY’S NEWS STORY SOURCES AND THEIR LINKS BELOW:
Israeli False Flags http://noliesradio.org/archives/91218


http://islamic-intelligence.blogspot.fr/