Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2015

La Chine ne brigue pas le poste de shérif du monde

La réponse de la Chine à Camerone !


La Chine ne veut pas prendre la place des USA pour créer l’hégémonie mondiale !

Le gouvernement chinois exerce une politique de non-ingérence dans les affaires extérieures d'autres pays et insiste sur le fait que les conflits tant internationaux que locaux doivent être résolus pacifiquement.

"Nous (le gouvernement chinois, ndlr) sommes toujours d'avis que les problèmes d'un pays doivent être traités par son propre peuple, et quant aux problèmes mondiaux, il faut les résoudre par voie de consultations entre les peuples de tous les pays", a mis en exergue le chef d'Etat chinois.

 

La Chine ne brigue pas le poste de shérif du monde

20:45 18.10.2015 (mis à jour 20:56 18.10.2015)

Le drapeaux chinois

 

A la veille de sa visite officielle au Royaume-Uni, le président chinois Xi Jinping a expliqué qu'il ne cherchait en aucun cas à rafler aux USA son rôle de shérif du monde et a annoncé que la Chine resterait une "force motrice" de coopération pour le monde entier.

La Chine n'ambitionne pas d'assumer le rôle de flic mondial et n'aspire pas à l'hégémonie, et elle met l'accent uniquement sur la politique de défense, a déclaré le chef d'Etat chinois dans un entretien à l'agence Reuters.

"La Chine intensifie ses efforts en matière de paix et de développement, non pas parce qu'elle vise à devenir le policier du monde, d'autant plus qu'elle ne veut pas occuper la place de quelqu'un d'autre", a lancé M. Xi.

 Au contraire, la république populaire de Chine "était, et restera la force motrice de la paix universelle, du développement commun et de la coopération internationale", a-t-il précisé.

Le gouvernement chinois exerce une politique de non-ingérence dans les affaires extérieures d'autres pays et insiste sur le fait que les conflits tant internationaux que locaux doivent être résolus pacifiquement.

"Nous (le gouvernement chinois, ndlr) sommes toujours d'avis que les problèmes d'un pays doivent être traités par son propre peuple, et quant aux problèmes mondiaux, il faut les résoudre par voie de consultations entre les peuples de tous les pays", a mis en exergue le chef d'Etat chinois.

La visite du dirigeant chinois au Royaume-Uni sera effectuée à l'invitation de la reine Elisabeth II et est fixée à la semaine prochaine. Dans le cadre de cette visite, on prévoit de discuter de l'intensification des opérations aériennes britanniques en Irak et de leur progression ultérieure en Syrie, ainsi que de nombreux contrats à venir entre les entreprises britanniques et chinoises.

 

Bombardements en Syrie: Londres va demander l'aide de Pékin

C’est sûr est certain que le président Chinois entrera en conflit avec Poutine pour aider la Grande Bretagne à poursuivre ses plans sataniques en Syrie.

M. Cameron envisage de demander à Xi Jinping d'utiliser son influence auprès de Moscou pour convaincre le Kremlin de ne pas mettre d'obstacles à la réalisation des plans britanniques en Syrie. "Le Royaume-Uni ne cible que l'Etat islamique", estime le Sunday Mirror.

Réponse de XI Ping : Le gouvernement chinois exerce une politique de non-ingérence dans les affaires extérieures d'autres pays et insiste sur le fait que les conflits tant internationaux que locaux doivent être résolus pacifiquement.

"Nous (le gouvernement chinois, ndlr) sommes toujours d'avis que les problèmes d'un pays doivent être traités par son propre peuple, et quant aux problèmes mondiaux, il faut les résoudre par voie de consultations entre les peuples de tous les pays", a mis en exergue le chef d'Etat chinois.

 

Il ferait mieux de s’occuper d’éradiquer les réseaux pédophilies qui grouillent en Grande Bretagne au lieu d’aller s’occuper de la Syrie !

Plus de 1400 suspects de pédophilie identifiés en Grande-Bretagne

Bombardements en Syrie: Londres va demander l'aide de Pékin

20:23 18.10.2015

British prime minister David Cameron speaks during a press conference, on the second and final day of an EU summit at the EU Headquarters in Brussels on June 26, 2015

Le Royaume-Uni envisage de demander l'aide de la Chine dans le cadre des bombardements des positions des terroristes en Syrie. Le premier ministre britannique David Cameron s'apprête à évoquer la question avec le président chinois Xi Jinping, selon les médias.

M. Cameron profitera de la visite du dirigeant chinois au Royaume-Uni, qui commence le 19 octobre, pour demander de l'aide dans la lutte contre l'Etat islamique, rapporte le quotidien britannique Sunday Mirror.

Selon le quotidien, le chef du gouvernement britannique cherche à éviter tout affrontement potentiel entre les chasseurs russes et l'armée de l'air du Royaume-Uni. M. Cameron envisage de demander à Xi Jinping d'utiliser son influence auprès de Moscou pour convaincre le Kremlin de ne pas mettre d'obstacles à la réalisation des plans britanniques en Syrie. "Le Royaume-Uni ne cible que l'Etat islamique", estime le Sunday Mirror.

 En septembre 2014, le parlement britannique a donné son approbation à des frappes aériennes contre les djihadistes en Irak. Ce document ne prévoit pas de bombardements en Syrie.

Plus de deux tiers des Britanniques soutiennent les actions de la Russie en Syrie, selon un sondage réalisé par le quotidien The Daily Express. Le quotidien annonce que 71% des sondés ont répondu par l'affirmative à la question: "Soutenez-vous les frappes russes en Syrie?" posée à plus de 27.000 Britanniques.

 

Autorités syriennes: en 15 jours, Moscou et Damas ont fait plus que Washington en 1 an

Bien évidemment, la Russie intervient pour rétablir la paix et la sécurité dans un pays souverain à la demande de son Président légitime, Bahar AL-Assad, dans le cadre du plus strict respect des lois internationales.

La coalition mafieuse internationale, viole le droit international, commet des crimes de guerre, et pire, elle s’est dévoilée pour persister à vouloir destituer un président légitime, et pour finir elle arme et finance les mercenaires de la CIA/Mossad dans l'objectif de fabriquer le soi-disant terrorisme international musulman.

Autorités syriennes: en 15 jours, Moscou et Damas ont fait plus que Washington en 1 an

 20:57 18.10.2015 (mis à jour 21:01 18.10.2015)

Les frappes aérienne russe en Syrie

Lors de sa rencontre avec la présidente de la chambre haute du parlement russe Valentina Matvienko, le président de l'Assemblée du peuple syrien, Mohamed Djihad Ellaham, a remercié l'aviation russe pour son action, en soulignant que ses performances en l'espace de deux semaines seulement dépassaient celles de la coalition US en 12 mois.

Il a également remercié le gouvernement russe de la part du président syrien Bachar el-Assad "pour la position fondamentale qui est conforme aux normes du droit international et de la Charte des Nations Unies".

 "Grâce à sa position de principe, la Russie a réhabilité les normes du droit international que les États-Unis avaient voulu traîner dans la boue", a souligné M. Ellaham.

D'après le politicien, la position russe met au grand jour la "position mensongère et sournoise" de Washington à l'international.

Il a promis de prendre toutes les mesures pour développer l'amitié russo-syrienne, qui contribue aux intérêts du monde entier, dont notamment la lutte contre le terrorisme, et qui répond aux normes du droit international.

Le 30 septembre, l'Armée de l'air russe a entamé une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustible appartenant à l'EI.

Au total, l'aviation russe a réalisé près de 700 vols en Syrie en effectuant plus de 500 frappes contre les positions de l'EI en Syrie depuis le début de l'opération aérienne le 30 septembre dernier. Les navires de la Flottille russe de la Caspienne ont en outre tiré 26 missiles de croisière Kalibr.

 

Syrie: "la base militaire russe donnera un sentiment de sécurité"

La décision n'a pas encore été prise, mais c'est une excellente idée pour protéger les citoyens Syriens. 

Il faudrait plusieurs bases militaires russes dans tous les pays du Moyen Orient et d’Afrique pour assurer la paix et la sécurité à tous ces pays.

 

Syrie: "la base militaire russe donnera un sentiment de sécurité"
15:32 17.10.2015(mis à jour 15:33 17.10.2015)

Des Syriens disant merci à la Russie, Damas, Syrie

Les autorités de la province syrienne de Lattaquié saluent l'installation éventuelle d'une base militaire russe.

L'installation éventuelle d'une base militaire russe dans la province syrienne de Lattaquié (nord-ouest) permettrait à ses habitants de se sentir plus en sécurité, a déclaré le gouverneur de la province Ibrahim al-Salim dans une interview accordée aux journalistes russes.

M.al-Salim a expliqué que depuis l'arrivée de l'aviation russe, les gens se sentent protégés.

 "Cela leur a donné l'espoir d'une victoire sur les terroristes. Voilà pourquoi nous saluons la création d'une base militaire russe chez nous", a-t-il expliqué tout en remerciant l'aviation russe pour son aide dans la lutte contre les combattants (du groupe djihadiste Etat islamique, ndlr).

"Ces cinq dernières années, la Syrie lutte contre le groupe terroriste le plus grand dans le monde. Le peuple syrien et l'armée résistent avec courage aux terroristes armés. L'aide de la Russie dans cette lutte, l'assistance aux troupes d'infanterie syriennes effectuée depuis les airs est très importante pour nous", a annoncé Ibrahim al-Salim aux journalistes.

"Je suis sûr que le soutien fourni par l'Armée de l'air russe et les actions de l'infanterie et de la flotte syriennes aboutiront à la victoire définitive sur ce fléau et à la libération de la patrie. Cela donnera de nouvelles possibilités du développement à tous les pays du monde", a-t-il ajouté.

Selon lui, près de 1.500.000 personnes déplacées des autres régions de la Syrie, notamment des provinces de Raqqa, d'Idleb, d'Alep et de Deir ez-Zor, résident actuellement dans la province de Lattaquié.

"Nous avons essayé de les loger, de leur donner la possibilité de travailler ou d'étudier pour leurs enfants", a fait savoir Ibrahim al-Salim.

 Vendredi le vice-chef de l'état-major de l'armée russe, Andreï Kartapolov, a déclaré que l'état-major de l'armée russe n'excluait pas la possibilité d'installer une base militaire en Syrie comprenant un corps d'infanterie et des forces navale et aérienne à Lattaquié.

Le 30 septembre, l'Armée de l'air russe a entamé une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustible appartenant à l'EI.

Le 7 octobre, des missiles russes ont également été tirés sur les sites de l'EI depuis des navires en mer Caspienne.

Au total, l'aviation russe a réalisé près de 700 vols en Syrie en effectuant plus de 500 frappes contre les positions de l'EI en Syrie depuis le début de l'opération aérienne le 30 septembre dernier. Les navires de la Flottille russe de la Caspienne ont en outre tiré 26 missiles de croisière Kalibr.

 

 

Des armes américaines "perdues" retrouvées chez Daech

Pas perdues pour tout le monde, puisqu'ils continuent à armer leurs mercenaires de l'EI, CIA/Mossad !

Des armes américaines "perdues" retrouvées chez Daech

19:43 16.10.2015 (mis à jour 20:14 16.10.2015)

 

Les forces de sécurité irakiennes affichent un drapeau d`État islamique et des munitions confisquées

 

Des armes et des munitions "perdues" par les Américains ont été retrouvées par des soldats irakiens dans les régions débarrassées des terroristes de l'Etat islamique.

Lors d'une opération visant à libérer les territoires occupés par l'Etat islamique (Daech), des militaires irakiens ont découvert un hangar rempli d'armes américaines, rapporte le magazine en ligne Alles Schall und Rauch (ASuR).

Et bien que le Pentagone affirme que ces armes "ont disparu l'année dernière", personne, semble-t-il, n'accorde foi à cette allégation, souligne le magazine.

"Le Pentagone a confirmé lundi que l'armée irakienne avait découvert un vaste entrepôt appartenant à Daech et contenant un grand nombre de munitions américaines, ainsi que des roquettes antichars sophistiqués TOW-2. Cette cache d'armes a été découverte au moment où les militaires irakiennes ont repris des régions auparavant contrôlées par l'Etat islamique", indique l'ASuR.

"Interrogé par les journalistes, le porte-parole du Pentagone a reconnu qu'il s'agissait d'armes «disparues» l'année dernière, mais a nié que les Etats-Unis les avaient délibérément livrées à Daech", constate le magazine.

Les médias irakiens rapportent toutefois que les munitions et les roquettes avaient été parachutées par les Américains. Les porte-paroles de l'US Army nient cette information et la qualifient de "propagande", affirme l'ASuR.

"Oui, oui, niez tout et faites comme si vous étiez innocents. Personne ne vous croira", écrit le magazine, ajoutant que le stock découvert atteste que les Etats-Unis fournissaient à Daech non seulement des armes et des munitions, mais aussi des médicaments et même des denrées alimentaires.

En réalité, Washington combat aux côtés de l'Etat islamique. Quant aux Russes, on les traite de "méchants", car ils mènent une lutte efficace contre les terroristes. Le magazine considère la politique médiatique américaine comme une "déformation complète des faits".

"Washington et l'Occident en général montrent chaque jour qu'ils sont du côté des terroristes de l'Etat islamique. Un exemple? Les Etats-Unis et leurs laquais européens ont refusé de soutenir la déclaration du Conseil de sécurité de l'Onu dans laquelle le bombardement de l'ambassade de Russie à Damas était qualifié d'acte terroriste", rappelle l'ASuR.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a commenté ce comportement dans les termes suivants: "Il est dommage que nos collègues américains ne se mettent pas du côté de ceux qui se battent contre le terrorisme et qui condamnent les attaques terroristes. Deux poids deux mesures! Nous devons malheureusement le constater de nouveau".