Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2015

Moscou : des opérations US au sol en Syrie seraient illégales et auraient des effets imprévisibles

A bon entendeurs salut !

Depuis, la Maison Blanche et de la CIA se sont rétractés :

Voir aussi :

WikiLeaks dévoile un deal entre Obama et la CIA

Moscou: l'allusion du Pentagone sur des actions au sol en Syrie ne signifie pas qu'ils vont le faire

La Maison Blanche a dit ne pas vouloir lancer de vaste opération de terrain en Irak et en Syrie

Directeur de la CIA : les solutions militaires désormais «impossibles» au Moyen-Orient

 

Moscou : des opérations US au sol en Syrie seraient illégales et auraient des effets imprévisibles

© Saad Shalash Source: Reuters

 

Le président de la Commission des Affaires étrangères de la chambre haute du parlement russe, Konstantin Kosatchev a en outre confié à RT que les allégations de frappes russes touchant des civils faisaient partie de la guerre de l’information.

«S’il y a des preuves, elles doivent être présentées et la Russie est définitivement prête mener des enquêtes plus détaillées», a déclaré à RT le président de la Commission des Affaires étrangères de la chambre haute du Parlement russe, Konstantin Kosachev, lors de sa visite à Washington. «Mais aucune preuve n’a été fournie par les experts militaires américains aux experts militaires russes», a poursuivi le parlementaire russe.

Les commentaires de Konstantin Kosachev interviennent après que le ministère russe de la Défense a convoqué les attachés militaires des Etats-membres de l’OTAN et de l’Arabie saoudite en leur demandant de clarifier leurs allégations sur des frappes aériennes russes qui auraient touché des civils en Syrie.

En savoir plus : Moscou convoque les envoyés américains et de l’Otan sur les accusations de morts civiles en Syrie

Le président de la Commission a accusé les médias de «propager délibérément des rumeurs» sur des frappes aériennes russes qui tuent la population civile en Syrie. Les mêmes «rumeurs» étant aussi propagées sur les réseaux sociaux.

«C’est juste une guerre de l’information contre la Russie et rien de plus», a-t-il confié à RT.

Konstantin Kosachev a appelé toutes les nations à rejoindre la coalition contre Daesh en Syrie que dirige la Russie «dans le respect du droit international».

«Nous n’avons aucune intention de rejoindre aucune autre coalition pour la simple raison qu’elles ne conforment pas au droit international», a-t-il indiqué.

«Toutes les opérations, soit aériennes, soit au sol, en Syrie par les forces américaines seront illégales», a encore confié à RT Konstantin Kosachev à propos de l’engagement potentiel des troupes américaines au sol en Irak et en Syrie. Le parlementaire russe a justifié sa position en ajoutant que Damas n’avait pas invité Washington à prendre part à une opération militaire sur son territoire.

En savoir plus : La Maison Blanche a dit ne pas vouloir lancer de vaste opération de terrain en Irak et en Syrie

«Ils seront piégés ils seront impliqués dans une guerre et les conséquences seront absolument imprévisibles», a mis en garde l’homme politique russe en ajoutant que l’envoi de militaires américains en Syrie serait «une faute grave».

En même temps, Konstantin Kosachev a souligné que la Russie n’enverrait pas de troupes au sol en Syrie. «Aucune opération au sol n’est possible, parce que cela impliquera la Russie dans une guerre ouverte», a reconnu Konstantin Kosachev. Au lieu de cela, Moscou essaie de trouver une solution politique en Syrie. «Nous essayons de ne pas intervenir mais de promouvoir un dialogue politique à l’intérieur du pays», a-t-il conclu.

 

EXCLUSIF : en plein désert, une équipe de RT s'est approchée de Palmyre contrôlée par Daesh ( Vidéo)

EXCLUSIF : en plein désert, une équipe de RT s’est approchée de Palmyre contrôlée par Daesh

28 oct. 2015, 17:08

Lizzie Phelan à Palmyre

La correspondante de RT, Lizzie Phelan, est le premier correspondant international à s’être rendue à Palmyre toujours sous le contrôle des terroristes de Daesh depuis mai dernier. Sous les obus, la journaliste fait le point de la situation.


 

EXCLUSIF : Les «chars volants» russes Mi-24 protègent le ciel syrien

EXCLUSIF : Les «chars volants» russes Mi-24 protègent le ciel syrien

28 oct. 2015, 19:19

https://cdn.rt.com/french/images/2015.10/article/56311152c46188962c8b45bb.jpg

Le correspondant de RT Mourad Gazdiev a regardé de près les hélicoptères russes «crocodiles» Mi-24. Ils sont équipés de dizaines de missiles pour patrouiller efficacement autour de la base russe à Lattaquié.

 

 

Directeur de la CIA : les solutions militaires désormais «impossibles» au Moyen-Orient

Après avoir financé les élections d'OBAMA et avoir tenu compte des avertissements de Moscou, le Directeur de la CIA se rétracte lui aussi !

C'est sûr que si la Russie détruit tous les camps de formation, les fortifications, les munitions et coupe tous moyens d'alimenter en armement les mercenaires de la CIA/Mossad en Syrie, il n'est plus possible pour la CIA de continuer ses actions militaires contre l'armée Syrienne et contre Bachar Al-Assad.

Voir aussi :

WikiLeaks dévoile un deal entre Obama et la CIA

Moscou: l'allusion du Pentagone sur des actions au sol en Syrie ne signifie pas qu'ils vont le faire

La Maison Blanche a dit ne pas vouloir lancer de vaste opération de terrain en Irak et en Syrie

 

Directeur de la CIA : les solutions militaires désormais «impossibles» au Moyen-Orient

Alors que des pays comme la Libye, la Syrie ou l’Irak sont en proie à la violence et l’instabilité, le chef du renseignement américain extérieur, appuyé par son homologue français, a soutenu que la région était arrivée à un point de non-retour.

Bernard Bajolet, patron de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) française et John Brennan, directeur de la CIA, se sont croisés dans une conférence académique donnée à Washington ce mardi, où ils ont défendu une position similaire.

«Le Moyen-Orient que nous avons connu est fini et je doute qu'il revienne», a déclaré le Français. «La Syrie est déjà morcelée, le régime ne contrôle qu'une petite partie, environ un tiers du pays établi après la Seconde guerre mondiale, […] le Nord est contrôlé par les Kurdes et nous avons cette région centrale contrôlée par [le groupe] Etat islamique», a-t-il expliqué, ajoutant que la situation était pareille en Irak.

 

En savoir plus : Diplomatie syrienne : Daesh n’a fait que s’étendre malgré l’intervention de la coalition américaine

John Brennan, patron de la CIA, a lui affirmé : «lorsque je regarde la dévastation en Syrie, en Libye, en Irak, au Yémen, c'est difficile pour moi d'envisager un gouvernement central dans ces pays qui soit capable d'exercer un contrôle ou une autorité sur ces territoires bâtis après la Seconde guerre mondiale». Il a ensuite estimé qu’il était désormais «impossible» d’appliquer une «solution militaire dans chacun de ces pays».

Aller plus loin : «On ne pourra mettre un terme à la guerre en Irak qu’en mettant un terme au militarisme [américain]»

La Maison Blanche a dit ne pas vouloir lancer de vaste opération de terrain en Irak et en Syrie

Après les avertissements subtiles de Moscou, la Maison blanche se rétracte !

 

Moscou: l'allusion du Pentagone sur des actions au sol en Syrie ne signifie pas qu'ils vont le faire

La Maison Blanche a dit ne pas vouloir lancer de vaste opération de terrain en Irak et en Syrie

27 oct. 2015, 18:21 - Avec AFP

Ashton Carter

Le porte-Parole de la Maison Blanche a quelque peu tempéré les propos tenus plus tôt dans la journée par le secrétaire d’Etat à la Défense Ashton Carter, qui a annoncé qu’une intervention militaire au sol était envisageable pour lutter contre Daesh.

Eric Schultz a déclaré face aux journalistes, qu’il n’était pour le moment pas question de lancer une vaste opération de terrain en Irak et en Syrie contre Daesh, mais que néanmoins, mener «des opérations limitées» avec les partenaires des Etats-Unis restait possible «si les circonstances le permettent», a-t-il conclu, dans une remarque rapportée par l’agence d’information Tass.

Ces propos viennent nuancer les propos d’Ashton Carter qui, plus tôt dans la journée, avait déclaré que : «Nous ne nous abstiendrons pas de soutenir nos partenaires compétents dans leurs attaques opportunistes contre Daesh, ou d’effectuer de telles missions [nous-mêmes] directement depuis les airs ou à travers une action directe sur le sol», a déclaré Carter devant le comité des services armés du Sénat américain.

Le chef du Pentagone a également annoncé l’intention des Etats-Unis d’intensifier leur campagne aérienne contre les terroristes de Daesh. «Cela comprendra davantage de frappes contre des cibles de grande valeur de l'EI à mesure que notre renseignement s'améliore», a précisé le responsable, cité par l’AFP. «Nous avons déjà commencé à augmenter le nombre de nos sorties», a-t-il ajouté. 

En savoir plus : La Russie et les Etats-Unis signent un mémorandum sur la prévention des accidents aériens en Syrie

Les déclarations d’Ashton Carter ont été faites sur fond de pause dans les bombardements de la coalition dirigée par Washington en Syrie, qui n’ont pas frappés depuis trois jours. Le dernier bombardement de la coalition remonte notamment au jeudi 22 octobre, avec une frappe de drone dans la région de Mara (nord de la Syrie).

Le chef du #Pentagone prévient qu’il y aura plus de raids américains contre #Daesh https://t.co/YmZUSZfPyu pic.twitter.com/lqBLzcWf3Q

— RT France (@RTenfrancais) 23 Octobre 2015

Un ralentissement qui contraste vivement avec l’activité de Moscou dans la région, qui a frappé 285 cibles lors des trois derniers jours, comme l’a indiqué lundi le Kremlin.

En savoir plus : Au cours de ces trois derniers jours, les avions russes ont effectué 164 sorties en Syrie

La semaine dernière, un militaire américain engagé dans une opération militaire aux côtés des forces irakiennes a été tué par les combattants de l’Etat islamique en Irak, a fait savoir une source anonyme gouvernementale. Le militaire a péri lors d’une opération de sauvetage de réfugiés, dans le nord du pays.

 

Depuis 2003, et l’engagement américain en Irak, les Etats-Unis ont déjà perdu près de 4 500 soldats au combat.

En savoir plus : «On ne pourra mettre un terme à la guerre en Irak qu’en mettant un terme au militarisme [américain]»