Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2015

Pour la députée Véronique Besse, "la France aide l’Etat islamique" (Vidéo)

Enfin des députés indépendants de l'idéologie politique criminelle ambiante !

A la question de savoir si les députés se devaient d'aller se rendre compte sur place de la situation et de rencontrer Bachar Al-Assad ?

Heureusement que les députés qui sont mis en place par les citoyens français et payés sur les deniers du peuple ont encore la possibilité de se libérer de la pensée unique, de la propagande criminelle du gouvernement, pour reprendre contact avec un Président légitime et se rendre compte sur place de la situation en dehors de la propagande qui nous servie par les merdias aux ordres des lobbies. 

A la question posée par la journaliste à la députée : avez-vous des preuves que la France aide les mercenaires criminels ?

Est-ce que la France n'est pas l'alliée d'une coalition US, illégale qui n'a aucun mandat de l'ONU ni l'aval pour intervenir en Syrie de son président légitime, Bachar Al-Assad, et qui viole le Droit international ?

Qui insiste depuis des années pour rabâcher à qui veut l'entendre que le préalable au règlement de la soi-disant crise en Syrie qui a été fabriquée de toutes de pièces par les US/CIA/MOSSAD et Cie, c'est le départ de Bachar Al-Assad ? Hollande et Fabius, notamment.

Qui insiste pour rabâcher à la Russie qu'il ne faut pas tirer sur l'Armée modérée liée à Al-Qaïda et liée à Daesh, qui est armée par les US et la France, et qui coupe des têtes modérément ?

A cause de sa position criminelle, la France a été écartée tout simplement des débats qui se tiennent à Vienne aujourd'hui, sous la houlette du Ministre des affaires étrangères Russe, Lavrov.

Après l'affaire des Mistrals refusés à la Russie une autre HONTE pour le Peuple Français !

 EN DIRECT : les négociations sur la Syrie se poursuivent à Vienne

Pour la députée Véronique Besse, "la France aide l’Etat islamique"

29/10/2015 à 09h37

Bachar al-Assad et Jean-Frederic Poisson, le 28 octobre 2015, à Damas.

Véronique Besse, accompagnée de deux autres élus, s'est rendue en Syrie en début de semaine pour rencontrer Bachar al-Assad. La députée de Vendée et membre du Mouvement pour la France était l’invitée de RMC ce jeudi matin.

Bien que le gouvernement français désapprouve ce genre d’initiatives, les visites de parlementaires français en Syrie se multiplient. En début de semaine, le député et président du Parti Chrétien-démocrate Jean-Frédéric Poisson, ainsi que les élus Véronique Besse et Xavier Breton se sont rendus en Syrie pour rencontrer Bachar el-Assad.

Véronique Besse, députée (non inscrite) de Vendée et membre du Mouvement pour la France, était l’invitée de RMC ce jeudi matin.

"Nous voulions voir la réalité", a-t-elle expliqué. "Nous voulions voir si ce qu’on nous dit en France est celle que nous voyons sur le terrain. La situation politique, économique et humanitaire, ne correspond pas à ce qu’on nous dit en France. Nous avons vu toutes sortes de personnes: le président du parlement syrien, le président, le grand mufti, des chefs d’entreprise... La réalité politique, c’est que l’Etat et les institutions fonctionnent."

"La France manque son rendez-vous"

Interrogée sur la violence dont ferait preuve el-Assad et les 250.000 morts depuis le début du conflit, Véronique Besse estime qu’il "faut rencontrer tout le monde. La position du gouvernement français n’est pas la bonne. La Syrie est un pays qui est en guerre. La France manque son rendez-vous alors qu’elle est attendue en Syrie. C’est une grosse faute de ne pas collaborer avec l’Etat syrien. On nous a dit là-bas : pourquoi la France nous a lâchés, pourquoi elle nous tourne le dos ?"

"Nous n’avons même plus de représentation diplomatique en Syrie", a-t-elle déploré. "Bachar al-Assad nous a dit qu’il souhaitait que la France retisse des liens avec la Syrie, compte tenu de son rôle culturel qu’elle a eu pendant des siècles. Il voudrait que les liens soient beaucoup plus forts."

"Le choix est simple : c’est Bachar ou Daesh, et mon choix est fait", a martelé la députée. "Il est président d’un Etat et la France devrait être aux côtés de l’armée syrienne."

"Le peuple syrien estime Assad"

Véronique Besse a également déclaré que "la France aide l’Etat islamique en fournissant des armes à des groupes soi-disant modérés proches d’al-Qaïda, et donc proche de l’Etat islamique, comme al-Nostra. C’est ce qu’un certain nombre de personnes bien informées nous ont dit", a-t-elle indiqué, admettant ne pas avoir de preuves. 

Alors que Laurent Fabius va participer en fin de semaine aux discussions sur la Syrie à Vienne avec plusieurs ministres des affaires étrangères, le patron du quai d’Orsay souhaite négocier un départ du président syrien avec les partenaires européens, occidentaux et arabes.

Mais Valérie Besse a estimé que "le peuple syrien estime beaucoup al-Assad" et affirme que le rôle de la Russie "est primordiale. Depuis que Moscou est arrivé aux cotés des Syriens. Bachar al-Assad nous a dit qu’il était très heureux que la Russie l’ait rejoint. La position française devrait être beaucoup plus claire autour de la Syrie."

29/10/2015

Victimes de Daesh et de Boko Haram

Ne nous faisons aucune illusion sur ces groupes soi-disant séparés portant des noms différents. Il s'agit toujours des mêmes mercenaires disséminés dans le monde, pour instrumentaliser la terreur partout !

Victimes de Daesh

29 oct. 2015, 11:29



Nigéria : plus de 300 otages de Boko Haram libérés par l'armée gouvernementale

28 oct. 2015

 

La mère d'une victime de Boko Haram trouve du réconfort auprès d'une militante du mouvement "Bring back our girls"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les forces nigérianes ont délivré de nombreuses femmes et enfants qui étaient retenus en otage par le groupe djihadiste, connu pour ses kidnappings, au cours d'une opération qui aurait tué 30 membres de l'organisation.

 

 

Riyad appelle à l'alliance avec "Israël" contre " l'Iran"...

info

info

Oct 29, 2015 09:16 UTC - IRIB- Le prince saoudien, Walid Ben Talal a dissipé tous les doutes : " Dans cette troisième intifada qui oppose les palestiniens à Israël, je soutiens Israël et je demande à ce qu'une alliance militaire Riyad-Tel-Aviv soit formée contre l'Iran"!!

Au cours d'un entretien accordé au journal koxeitien al Qobs, le richissime Talal estime qu'une alliance large des pays arabes avec le régime arabocide d'Israël est " nécessaire pour faire face à l'Iran".

Fidèle au langage officiel de Riyad, Talal accuse l'Iran de tous les maux possibles et imaginables avant de souligner : " Le chaos qui sévit au Moyen Orient a placé Riyad dans un état où il devra choisir entre la vie et la mort. Je sais que les Iraniens cherchent à renverser le régime saoudien en surfant sur la question palestinienne (!!!). Alors je plaide pour qu'une alliance Riyad-Tel-aviv soit formée contre l'Iran et que nos deux pays  se trouvent dans un même front face aux iraniens.

Je me tiendrai aux côtés du peuple juif et de ses ambitions démocratiques pour faire face à l'Intifada de Qods et je ferai tout pour mâter tout mouvement arabe à vocation anti israélienne. Car un accord arabo israélien est une nécessité pour contrer la menace iranienne. ".

Arabie Saoudite, ces faux musulmans, arabocides, alliés des US, de Tel-Aviv et de la France qui pervertissent les valeurs de l'Islam

Un petit tour sur cette engeance qui détruit les valeurs de l'Islam, alimente le terrorisme et provoque le racisme dans le monde.

Vladimir Poutine : «L’idéologie de Daesh est une perversion des valeurs de l’islam»
23 sept. 2015

https://fr.rt.com/french/images/2015.09/thumbnail/56027892c461884e648b4617.jpg

Mercredi, la cérémonie de réouverture de la plus grande mosquée d’Europe à Moscou a été l'occasion pour les dirigeants turc, palestinien et russe d’évoquer les graves problèmes qui secouent le monde musulman, y compris évidemment la menace de Daesh.

Alcool, drogue et prostituées…la police saoudienne «ferme les yeux» sur tout ça !

20 oct. 2015

https://fr.rt.com/french/images/2015.10/thumbnail/5626a806c46188c82a8b465c.jpg

Un expatrié britannique a accusé l’Arabie saoudite d’hypocrisie quand il a appris que les jeunes y buvaient de l’alcool, consommaient des drogues, avaient des rapports sexuels avec des prostituées et que la police fermait les yeux.

Beuveries, drogue et prostituées : le quotidien révélé d'un prince saoudien
24 oct. 2015

Majed ben Abdullah ben Abdoulaziz Al Saoud

Une enquête de la justice californienne a révélé que le prince saoudien Majed ben Abdulaziz Al-Saoud sniffait de la cocaïne et se livrait à des journées entières de beuverie entouré de prostituées et à des actes sadiques sur ses employées féminines.

Saisie record de drogue à l'aéroport de Beyrouth, un prince saoudien impliqué
26 oct. 2015

Le captagon

Selon les autorités libanaises, le prince Abdel Mohsen Ibn Walid Ibn Abdelaziz et quatre autres personnes ont été arrêtées alors qu'ils embarquaient pour Riyad dans un avion privé avec près de deux tonnes de pilules de Captagon et de la cocaïne.

Сaptagon, la drogue des djihadistes qui refait parler d'elle
27 oct. 2015

L'amphétamine joue un rôle très important dans le conflit syrien. Par ses effets, mais également par l'argent qu'elle rapporte.

L’immobilisation du jet privé du prince saoudien Abdel Mohsen avec deux tonnes de captagon à son bord a relancé les interrogations sur l’amphétamine préférée des terroristes.

Arabie saoudite : vers une éviction du roi Salmane ?

24 oct. 2015

https://fr.rt.com/french/images/2015.10/thumbnail/562b22e6c461884c5b8b45d8.jpg

Selon un prince dissident, le clergé du Royaume, l'establishment religieux ainsi que huit des douze fils de l'ancien roi Saoud, fondateur de l'Arabie saoudite et déposé en 1964, souhaitent renverser l'actuel roi Salmane.

 

Moscou : des opérations US au sol en Syrie seraient illégales et auraient des effets imprévisibles

A bon entendeurs salut !

Depuis, la Maison Blanche et de la CIA se sont rétractés :

Voir aussi :

WikiLeaks dévoile un deal entre Obama et la CIA

Moscou: l'allusion du Pentagone sur des actions au sol en Syrie ne signifie pas qu'ils vont le faire

La Maison Blanche a dit ne pas vouloir lancer de vaste opération de terrain en Irak et en Syrie

Directeur de la CIA : les solutions militaires désormais «impossibles» au Moyen-Orient

 

Moscou : des opérations US au sol en Syrie seraient illégales et auraient des effets imprévisibles

© Saad Shalash Source: Reuters

 

Le président de la Commission des Affaires étrangères de la chambre haute du parlement russe, Konstantin Kosatchev a en outre confié à RT que les allégations de frappes russes touchant des civils faisaient partie de la guerre de l’information.

«S’il y a des preuves, elles doivent être présentées et la Russie est définitivement prête mener des enquêtes plus détaillées», a déclaré à RT le président de la Commission des Affaires étrangères de la chambre haute du Parlement russe, Konstantin Kosachev, lors de sa visite à Washington. «Mais aucune preuve n’a été fournie par les experts militaires américains aux experts militaires russes», a poursuivi le parlementaire russe.

Les commentaires de Konstantin Kosachev interviennent après que le ministère russe de la Défense a convoqué les attachés militaires des Etats-membres de l’OTAN et de l’Arabie saoudite en leur demandant de clarifier leurs allégations sur des frappes aériennes russes qui auraient touché des civils en Syrie.

En savoir plus : Moscou convoque les envoyés américains et de l’Otan sur les accusations de morts civiles en Syrie

Le président de la Commission a accusé les médias de «propager délibérément des rumeurs» sur des frappes aériennes russes qui tuent la population civile en Syrie. Les mêmes «rumeurs» étant aussi propagées sur les réseaux sociaux.

«C’est juste une guerre de l’information contre la Russie et rien de plus», a-t-il confié à RT.

Konstantin Kosachev a appelé toutes les nations à rejoindre la coalition contre Daesh en Syrie que dirige la Russie «dans le respect du droit international».

«Nous n’avons aucune intention de rejoindre aucune autre coalition pour la simple raison qu’elles ne conforment pas au droit international», a-t-il indiqué.

«Toutes les opérations, soit aériennes, soit au sol, en Syrie par les forces américaines seront illégales», a encore confié à RT Konstantin Kosachev à propos de l’engagement potentiel des troupes américaines au sol en Irak et en Syrie. Le parlementaire russe a justifié sa position en ajoutant que Damas n’avait pas invité Washington à prendre part à une opération militaire sur son territoire.

En savoir plus : La Maison Blanche a dit ne pas vouloir lancer de vaste opération de terrain en Irak et en Syrie

«Ils seront piégés ils seront impliqués dans une guerre et les conséquences seront absolument imprévisibles», a mis en garde l’homme politique russe en ajoutant que l’envoi de militaires américains en Syrie serait «une faute grave».

En même temps, Konstantin Kosachev a souligné que la Russie n’enverrait pas de troupes au sol en Syrie. «Aucune opération au sol n’est possible, parce que cela impliquera la Russie dans une guerre ouverte», a reconnu Konstantin Kosachev. Au lieu de cela, Moscou essaie de trouver une solution politique en Syrie. «Nous essayons de ne pas intervenir mais de promouvoir un dialogue politique à l’intérieur du pays», a-t-il conclu.