Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2009

Gaza : Les dégâts du phospore blanc d'Israël !

Les dégâts du phospore blanc d'Israël !
 

Gaza : Pour Roland Dumas, Nicolas Sarkozy est complice du « nettoyage ethnique » organisé par Israël

Roland Dumas, ancien ministre des Affaires étrangères et ancien Président du Conseil constitutionnel de la République Française (1), était interrogé par « Radio-Orient », ce jeudi 8 janvier 2009.

Au micro de Marie-Jo Sader, il a dénoncé la politique française au Proche-Orient, affirmant que « Nicolas Sarkozy et Hosni Moubarak ont manoeuvré avec leurs va-et-vient pour laisser le temps à l'armée israélienne de commettre le nettoyage humain à Gaza. C'est une terrible catastrophe quand on voit les résultats des massacres intervenus (..) sans qu'il y a une révolte autre que verbale (..). Des gens qui ne voulaient absolument pas arrêter le conflit immédiatement et qui laissaient le temps à Israël de faire son massacre (..). L'attitude de Monsieur Moubarak avec son complice, le président de la République française consiste à laisser le temps de la discussion, par des allers-retours, à l'armée israélienne de faire son travail, comme elle a l'habitude de le faire tous les deux ou trois ans, c'est-à-dire le nettoyage ethnique et inadmissible, je trouve que c'est amuser la galerie pour rien (..). La diplomatie est complice de l'administration américaine et de l'administration égyptienne. ».

Mecanopolis

Sources : Radio-Orient et Médiarabe.info

(1) Son père, Georges Dumas, a été une des grandes figures de la Résistance française. Membre du Parti socialiste clandestin et de l'Armée secrète, il sera dénoncé à la Gestapo, puis fusillé fin mars 1944.

Source : http://www.alterinfo.net/Pour-Roland-Dumas,-Nicolas-Sarko...

Roland Dumas : « Sarkozy est le complice d'Israël »
http://www.dailymotion.com/video/x7z05t_roland-dumas-sark...

17/01/2009

Gaza : le prétexte à l'ouverture de la 3ème guerre mondiale ?

Voilà comment on nous prépare à la 3ème guerre mondiale, à l'instauration du Nouvel Ordre Mondial et au puçage de l'humanité ?

Toutes les précédentes guerres commençaient par une crise financière mondiale savamment orchestrées par les banques mondiales.
1 - Création d'une crise financière mondiale,
2 - Création d'une crise économique mondiale,
3 - Fabrication de guerres pour des intérêts politiques, géopolitiques et financiers, sous couvert de guerres de religions,
4 - Asservissement et destruction des peuples.

 
Relier les points :

Crise financière mondiale et l'Apocalypse
Tout cela, jeux de banquiers internationaux, jeux de financiers spéculateurs, jeux de voleurs. Et pire encore, jeux de contrôleurs des vies humaines, jeux de dictateurs, de tyrans des peuples.
 
La suite ici : http://www.emarrakech.info/index.php?action=forum&subaction=message&id_sujet=35430&id_message=163951

La Guerre à Gaza : Cette guerre n'est pas une guerre entre différentes cultures ou religions, mais simplement une guerre politique, géopolitique et conflits d'intérêts financiers.

La guerre et le gaz naturel : l'invasion israélienne et les gisements de Gaza en mer


L'invasion militaire de la Bande de Gaza par les Forces israéliennes, est directement liée à la possession et au contrôle de réserves stratégiques de gaz en mer.
Il s'agit d'une guerre de conquête: on a découvert de vastes réserves de gaz au large du littoral de Gaza en 2002.
Dans un accord signé en novembre 1999, l'autorité palestinienne (AP) a garanti des droits de prospection de gaz et de pétrole d’une durée de 25 à British Gas (BG Group) et son partenaire situé à Athène Consolidated Contractors International Company (CCC), une propriété des familles libanaises Sabbagh et Koury.
Ces droits sur les gisements de gaz en mer sont de 60 % pour British Gas, de 30 % pour Consolidated Contractors, et de 10 % pour le Fonds d’investissement palestinien. (Haaretz, 21 octobre 2007)
 

La suite ici : http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=11756


Les États-Unis et Israël projettent-ils d'étendre la guerre au Moyen-Orient ?
Envoi d'armes des États-Unis d'une ampleur exceptionnelle en Israël

La suite ici :
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=viewArticle&code=CHO20090114&articleId=11795

Le programme nucléaire iranien "n'a aucune finalité civile", selon Sarkozy (contrairement aux vérifications faites sur le terrain par les experts de l'ONU. Il en était de même pour l'Irak où aucune arme massive n'a jamais été découverte, et pourtant..... Quid pour l'Afghanistan ? L'intérêt pour l'Opium et les drogues ?)

Lors de ces voeux au corps diplomatique, le chef de l'Etat a accusé l'Iran d'enrichir son uranium sans "aucune finalité civile". Par ailleurs, il a appelé les pays développés à "tendre la main aux pays producteurs de pétrole".


La suite ici :
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090116.OBS9996/le_programme_nucleaire_iranien_na_aucune_finalite_civil.html

La finalité recherchée par toutes ces manoeuvres ?
L'instauration du Nouvel Ordre Mondial,
le puçage de l'humanité et la perte de la démocratie dans le monde ?


La marque de la Bête de l'apocalypse
La suite ici :
http://www.lepost.fr/article/2008/06/17/1209375_la-marque-de-la-bete-de-l-apocalypse.html

A rapprocher des Protocoles de Toronto qui sont suivis à la lettre et du Projet Bleu Beam

Les protocoles de Toronto

Le projet Bleu Beam

Gaza : le prétexte pour ouvrir la guerre contre l'Iran ?

Décidemment SARKOZY veut la guerre contre l'Iran et l'instauration du Nouvel Ordre Mondial !!!

Le chef de l'État présentait vendredi ses voeux au corps diplomatique. L'occasion de revenir sur les grands axes de sa politique étrangère.

«Ce qu'on ne fait pas en 2009 sera plus difficile à faire en 2010» : Nicolas Sarkozy a placé sous le sceau de l'urgence ses voeux aux ambassadeurs étrangers réunis vendredi à l'Élysée. Cette année «sera sans doute l'une des plus difficiles depuis des décennies», une année «décisive», a-t-il insisté. «Le temps joue contre nous», a poursuivi le chef de l'État, usant d'une certaine dramatisation pour souligner l'ampleur des défis à relever et mettre en exergue le volontarisme qui lui sied entre tous les rôles.

L'actualité, celle du Proche-Orient notamment, est venue illustrer ses propos et peut-être aussi en montrer la limite. Dix jours après sa tournée dans la région et tandis que Gaza était toujours sous les bombes vendredi, Nicolas Sarkozy n'a pas caché son impatience en déclarant que l'intervention d'Israël dans le territoire palestinien «ne renforce pas sa sécurité». «À l'arrivée», a-t-il estimé, il y a d'un côté «un gouvernement israélien accusé partout dans le monde alors qu'Israël a besoin de sécurité» et de l'autre «un monde arabe divisé et des dirigeants modérés fragilisés». Afin de hâter la concrétisation d'un plan de paix «à portée de main» mais que les protagonistes tardent à accepter, le chef de l'État est prêt à retourner au Proche-Orient «si nécessaire», indique-t-on à l'Elysée . «Que personne ne pense qu'il gagnera du temps en en perdant», a-t-il lancé en souhaitant notamment que le premier ministre israélien Ehoud Olmert «prenne des risques» pour la paix.

L'année 2009 sera également «décisive» pour l'Iran, a déclaré le chef de l'État. «Le moment approche où un choix devra être fait par les dirigeants iraniens : soit ils provoquent une grave confrontation avec la communauté internationale, soit, ce que la France souhaite, on arrive enfin à une solution dans la négociation», a-t-il dit en affirmant que le programme d'enrichissement nucléaire mis en œuvre par Téhéran «n'a aucune finalité civile».

Au diapason

Mais 2009 «peut aussi être une année fondatrice», a expliqué Nicolas Sarkozy, en évoquant la refonte du capitalisme et les négociations sur le climat censées aboutir à un accord global à Copenhague, en décembre prochain. «Nous n'avons pas le choix, le sommet de Londres doit être un succès», a lancé le chef de l'État à propos de la rencontre des dirigeants du G20 prévu le 2 avril dans la capitale britannique. Un rendez-vous où, selon lui, «l'Europe doit s'exprimer d'une seule voix». «Ou bien nous voulons subir la crise, ou nous voulons rebondir grâce à la crise», a-t-il encore estimé, ajoutant qu'«on ira ensemble vers ce nouvel ordre mondial et personne ne pourra s'y opposer».
Barack Obama et la nouvelle donne américaine étaient finalement peu présents dans ce discours de voeux. Mais le président élu, qui sera investi mardi prochain, focalise des attentes pressantes. Ainsi sur le climat, autre dossier pour lequel «le temps est compté», Nicolas Sarkozy attend des États-Unis «qu'ils nous disent s'ils sont prêts» à des efforts comparables à ceux de l'Europe. «J'ai été content d'entendre les paroles d'Obama», a relevé le président de la République, estimant que «les États-Unis doivent être au rendez-vous» de Copenhague.

Sur un autre front de tension, celui de la crise gazière entre la Russie et l'Ukraine, le chef de l'État n'a pas mâché ses mots. «L'Ukraine ne doit pas prendre en otage un conflit énergétique qui concerne des millions d'Européens qui attendent mieux. C'est la crédibilité de l'Ukraine qui est en jeu», a-t-il déclaré. «Quant à la Russie, a-t-il poursuivi, je suis de ceux qui pensent que l'Europe doit avoir un accord structurel, stratégique, de long terme avec les Russes (…) Mais la Russie doit aussi faire le clair. Quand on fournit les deux tiers du gaz dont l'Europe a besoin, on respecte ses clients, comme les clients doivent respecter le fournisseur. C'est un problème de respectabilité et d'image.»

Au diapason de l'agacement croissant des Européens devant cette crise qui se prolonge, l'Élysée a indiqué vendredi que Nicolas Sarkozy ne se rendrait pas à Moscou où les autorités russes souhaitaient organiser aujourd'hui même un sommet sur la crise gazière.

Source : http://www.lefigaro.fr/international/2009/01/17/01003-20090117ARTFIG00231-nicolas-sarkozy-face-aux-defis-de-annee-decisive-.php
 

13/01/2009

De Gaulle, les juifs et les sionistes

De Gaulle antisémite ou visionnaire  ?
 
Conférence de presse du Général De Gaulle le 27 novembre 1967. Il évoque la situation israélo-paestinienne en parlant des juifs, des sionistes, et de la politique de la France vis-à-vis des différentes parties.

Transcription du discours ici: http://www.france-palestine.org/article6723.html