Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2013

Jérôme Cahuzac démissionne. Les laboratoires pharmaceutiques dans le collimateur des Juges !

Dans la série des mises en examens en France par des Juges courageux qui s'émancipent du pouvoir politique !

Ne vous demandez plus pourquoi on veut vous vacciner par la force !

Les campagnes électorales et politiques sont arrosées par les laboratoires pharmaceutiques entre autres banksters !

En contre-partie d'obtenir des contrats et des accords juteux à la clé !

Et qui est-ce qui paie encore la Sécu ? Nous !


Jérôme Cahuzac démissionne

Le parquet de Paris a décidé, mardi, d'ouvrir une information judiciaire visant Jérôme Cahuzac pour « blanchiment de fraude fiscale ». Au terme d'une enquête préliminaire ouverte le 8 janvier, le parquet valide l'ensemble des informations publiées par Mediapart depuis notre premier article, le 4 décembre 2012. Quelques heures plus tard, l'Elysée a annoncé que François Hollande avait « mis fin » aux fonctions de son ministre, « à la demande » de ce dernier. Jérôme Cahuzac est remplacé au budget par Bernard Cazeneuve, auparavant aux affaires européennes. Ce dernier poste revient à Thierry Repentin, jusqu'à présent chargé de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

Dans un communiqué exceptionnellement long et détaillé, diffusé en début d'après-midi, le procureur de Paris François Molins fait état de la nécessité de poursuivre les investigations « dans un cadre procédural plus approprié, au regard de la complexité des investigations à diligenter, notamment la mise en œuvre complète de l'entraide répressive internationale ». L'ouverture d'une information judiciaire et la nomination d'un juge d'instruction permettront de mettre en œuvre des procédures judiciaires d'entraide internationale. 

© Reuters

Les investigations devront se poursuivre au moyen d'une « entraide répressive internationale, en Suisse mais aussi à Singapour », est-il précisé.

Le parquet évoque également des financements venus de laboratoires pharmaceutiques, et notamment dans son dernier paragraphe, demandant l'ouverture d'une information judiciaire pour « perception par un membre d'une profession médicale d'avantages procurés par une entreprise dont les services ou les produits sont pris en charge par la sécurité sociale ».

Concernant l'enregistrement publié par Mediapart et qui date de 2000, dans lequel l'actuel ministre reconnaît détenir un compte non déclaré à l'UBS, le parquet explique qu'il « n'a subi aucune altération ou modification » et que trois témoins ont reconnu la voix de Jérôme Cahuzac. Le parquet précise que les expertises scientifiques faites de cet enregistrement ont conclu que « sur une échelle de -2 à +4, la puissance de l'indice, c'est-à-dire de notre comparaison phonétique et automatique, se situe à +2. Autrement dit le résultat de notre analyse renforce l'hypothèse que Jérôme Cahuzac est le locuteur inconnu ».

En milieu d'après-midi, ni l'Élysée ni Matignon n'avaient réagi à cette décision du procureur de Paris. Jérôme Cahuzac a constamment nié détenir ou avoir détenu un compte non déclaré en Suisse. Il avait annoncé le dépôt d'une plainte en diffamation contre Mediapart, plainte qui ne nous a jamais été signifiée.

Retrouvez ici, tout notre dossier sur l'affaire du compte suisse du ministre du budget et ci-dessous nos principaux articles ainsi que le communiqué intégral du procureur.

Ce que nous écrivions : Le ministre du budget Jérôme Cahuzac (PS) a détenu pendant de longues années et jusqu'en 2010 un compte bancaire non déclaré à l'UBS de Genève, selon une enquête de Mediapart qui s’appuie sur de nombreux témoignages et des éléments documentaires probants.« Je n’ai pas de compte en Suisse et n’en ai jamais eu. Il est clair que si vous publiez ça, j’attaquerai », a réagi M. Cahuzac.

Ce que dit le communiqué du procureur : « Il convient de relever que si une assistance fiscale administrative a été sollicitée par l'administration fiscale française auprès de son homologue suisse, la réponse à cette demande le 31 janvier 2013 -couverte par le secret fiscal- spontanément portée à la connaissance des enquêteurs de la DNIFF par la direction générale des finances publiques, ne constitue, dans le cadre d'une procédure pénale, qu'un simple renseignement.

Les investigations menées dans le cadre de l'enquête préliminaire doivent désormais se poursuivre dans un cadre procédural plus approprié, au regard de la complexité des investigations à diligenter, notamment la mise en œuvre complète de l'entraide répressive internationale, en Suisse mais aussi à Singapour. »


Ce que nous écrivions : Face aux démentis répétés du ministre du budget après nos révélations sur son compte suisse, Mediapart dévoile un enregistrement datant de la fin de l'année 2000 dans lequel Jérôme Cahuzac, alors député, évoque avec un chargé d'affaires son compte caché. « Moi, ce qui m’embête, c’est que j’ai toujours un compte ouvert à l’UBS », affirme le futur ministre du budget. Nos nouvelles révélations.

Ce que dit le communiqué du procureur : 

« - l'enregistrement remis aux enquêteurs par Monsieur Michel GONELLE n'a subi aucune altération ou modification ;

- trois témoins, à qui les enquêteurs ont fait écouter l'enregistrement, ont dit reconnaître la voix de Monsieur Jérôme CAHUZAC et un témoin des "intonations de la voix" ;

- les techniciens du laboratoire de police technique scientifique d'ECULLY requis pour procéder à une comparaison de voix entre celle de l'enregistrement et celle de Monsieur Jérôme CAHUZAC ont conclu dans un rapport remis le 18 mars 2013 :
" Sur une échelle de -2 à +4, la puissance de l'indice, c'est à dire de notre comparaison phonétique et automatique se situe à +2. Autrement dit le résultat de notre analyse renforce l'hypothèse que Jérôme CAHUZAC est le locuteur inconnu." »


Ce que nous écrivions : Il s'appelle Daniel Vial et est depuis plus de vingt ans le lobbyiste le plus influent de l'industrie pharmaceutique. Interrogé par Mediapart, il reconnaît des relations d'affaires avec l'actuel ministre du budget devenu un « ami », assure-t-il. Car dans les années 1990, les activités de « consultant » de Jérôme Cahuzac pour des laboratoires, et en particulier pour le labo français Innothera, expliquent pour partie sa fortune rapide.

Ce que dit le communiqué du procureur : « Les enquêteurs ont auditionné plusieurs témoins. L'un d'entre eux a indiqué qu'il lui avait été rapporté que les sommes versées sur ce supposé compte proviendraient de laboratoires pharmaceutiques. »


Ce que nous écrivions : Le ministre n’a pas dit la vérité aux plus hautes instances de l’État et se trouve aujourd’hui dans une situation politique intenable. Le détenteur de l’enregistrement dans lequel Jérôme Cahuzac parlait fin 2000 de son compte en Suisse a contacté l’Élysée pour certifier son authenticité. Mediapart révèle son identité. Dans des mails consultés par Mediapart, Jerôme Cahuzac ne dément pas l’authenticité de l’enregistrementDes vérifications fiscales sont en cours sur le patrimoine du ministre. Ses déclarations d’ISF laissent apparaître des anomalies.

Ce que dit le communiqué : « Trois témoins, à qui les enquêteurs ont fait écouter l'enregistrement, ont dit reconnaître la voix de Monsieur Jérôme CAHUZAC et un témoin des "intonations de la voix". »

L'intégralité du communiqué du procureur de la République

« Le 8 janvier 2013, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire du chef de blanchiment de fraude fiscale afin d'une part, de vérifier l'authenticité et le contenu d'un enregistrement dans lequel était évoqué -prétendument par Monsieur Jérôme CAHUZAC- l'existence d'un compte qu'il aurait détenu auprès d'une banque suisse, d'autre part de faire procéder à toutes auditions nécessaires.

Les investigations menées dans le cadre de l'enquête préliminaire, confiées à la division nationale des investigations financières et fiscales (DNIFF), ont fait apparaître les éléments suivants:

- l'enregistrement remis aux enquêteurs par Monsieur Michel GONELLE n'a subi aucune altération ou modification ;

- trois témoins, à qui les enquêteurs ont fait écouter l'enregistrement, ont dit reconnaître la voix de Monsieur Jérôme CAHUZAC et un témoin des "intonations de la voix" ;

- les techniciens du laboratoire de police technique scientifique d'ECULLY requis pour procéder à une comparaison de voix entre celle de l'enregistrement et celle de Monsieur Jérôme CAHUZAC ont conclu dans un rapport remis le 18 mars 2013 :
" Sur une échelle de -2 à +4, la puissance de l'indice, c'est à dire de notre comparaison phonétique et automatique se situe à +2. Autrement dit le résultat de notre analyse renforce l'hypothèse que Jérôme CAHUZAC est le locuteur inconnu."

Par ailleurs, les enquêteurs ont auditionné plusieurs témoins. L'un d'entre eux a indiqué qu'il lui avait été rapporté que les sommes versées sur ce supposé compte proviendraient de laboratoires pharmaceutiques.

Enfin, une demande d'entraide pénale internationale (DEPI) a été adressée par le parquet de Paris aux autorités judiciaires suisses le 12 mars 2013.

Il convient de relever que si une assistance fiscale administrative a été sollicitée par l'administration fiscale française auprès de son homologue suisse, la réponse à cette demande le 31 janvier 2013 -couverte par le secret fiscal- spontanément portée à la connaissance des enquêteurs de la DNIFF par la direction générale des finances publiques, ne constitue, dans le cadre d'une procédure pénale, qu'un simple renseignement.

Les investigations menées dans le cadre de l'enquête préliminaire doivent désormais se poursuivre dans un cadre procédural plus approprié, au regard de la complexité des investigations à diligenter, notamment la mise en œuvre complète de l'entraide répressive internationale, en Suisse mais aussi à Singapour.

Le parquet de Paris a ainsi requis ce jour l'ouverture d'une information judiciaire contre personne non dénommée des chefs de blanchiment de fraude fiscale, perception par un membre d'une profession médicale d'avantages procurés par une entreprise dont les services ou les produits sont pris en charge par la sécurité sociale, blanchiment et recel de ce délit. »

http://www.mediapart.fr/journal/france/190313/jerome-cahuzac-demissionne

 

Bettencourt: Sarkozy est mis en examen pour abus de faiblesse. Il était temps !

Il ne rigole pas le Juge Jean-Michel Gentil apparemment et persévérant dans ses enquêtes en prime !

Quant à Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA, il est comme tous les politiques, les banksters, les curés, les cardinaux et les Papes : Il n'est jamais coupable de rien !

Tous des saints et pourtant tous des menteurs comme des arracheurs de dents !
Cela vaudrait bien sa démission du Conseil Constitutionnel, non ?

Dans ce contexte, le "suicide" récent de l'avocat de la famille BETTENCOURT à quelques jours de la mise en examen de Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA, peut paraître suspect, Non ?


L'avocat pénaliste Me Olivier Metzner retrouvé mort au large de son île en Bretagne

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/l-av...



Bettencourt: Sarkozy est mis en examen pour abus de faiblesse

Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour abus de faiblesse dans l'affaire Bettencourt, a annoncé jeudi soir son avocat Thierry Herzog, cité par l'AFP. L'ex-président de la République a quitté le palais de justice de Bordeaux dans la soirée, après plusieurs heures d'audition par le juge Jean-Michel Gentil qui l'a confronté à au moins quatre anciens membres du personnel de Liliane Bettencourt, l'héritière de l'Oréal. L'avocat de l'ancien président a dénoncé une décision «incohérente sur le plan juridique, et injuste» et annoncé vouloir «former immédiatement un recours». Un communiqué du parquet de Bordeaux précise que cette mise en examen pour abus de faiblesse concerne non seulement un rendez-vous de février 2007 mais l'ensemble de cette année d'élection présidentielle. Il a été établi que Liliane Bettencourt n'a plus toutes ses facultés depuis septembre 2006.

L'ancien président a notamment été confronté à Pascal Bonnefoy, l'ex-majordome de Liliane Bettencourt et auteur des enregistrements pirates à l'origine du scandale révélé en juin 2010 par Mediapart. La confrontation, organisée par le juge d'instruction Jean-Michel Gentil à Bordeaux, devait permettre à la justice de vérifier combien de fois Nicolas Sarkozy s'est rendu chez l'héritière du groupe L'Oréal pendant la campagne présidentielle de 2007. Il s'agissait ensuite d'établir s'il l'avait rencontrée et si des remises d'argent liquide ont été effectuées lors de ces rendez-vous.

© Reuters

Déjà convoqué, puis placé sous le statut de témoin assisté le 22 novembre 2012, à l'issue de douze heures d'audition, Nicolas Sarkozy n'avait reconnu s'être rendu qu'une seule et unique fois pendant la campagne, le 24 février 2007, au domicile des Bettencourt, où il aurait rencontré rapidement André Bettencourt, aujourd'hui décédé.

Or les enquêteurs s'intéressent à un possible autre rendez-vous évoqué dans le journal intime de François-Marie Banier, confident de Liliane Bettencourt. A la date du 26 avril 2007, celui-ci rapportait des propos tenus devant lui par la milliardaire : « De Maistre m’a dit que Sarkozy avait encore demandé de l’argent. J’ai dit oui. » Mais, toujours selon l'AFP, le juge a depuis multiplié les auditions avec le personnel de la milliardaire, dont plusieurs membres ont déclaré avoir vu Nicolas Sarkozy à plusieurs reprises pendant cette période, et qu'il avait rencontré Liliane Bettencourt à ces occasions.

Patrice de Maistre, l'ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, est de fait au cœur des investigations. Mis en examen dans le dossier, il est aujourd'hui soupçonné d’avoir été la cheville ouvrière, pour le compte des Bettencourt, d’un « système de “mise à disposition d’espèces par compensation” du 5 février 2007 au 7 décembre 2009 pour des montants considérables de 4 millions d’euros », selon une ordonnance du 22 mars 2012 signée par le juge Gentil. 

Les résultats d’une commission rogatoire internationale ont permis d'établir que deux retraits d’espèces de 400.000 euros chacun ont eu lieu en 2007, en pleine campagne présidentielle, à des dates tout sauf anodines au regard des indices déjà récoltés par la justice. Ainsi, un premier retrait a eu lieu le 5 février 2007, deux jours avant un rendez-vous entre Patrice de Maistre et un autre mis en examen du dossier, Eric Woerth, ancien trésorier de la campagne présidentielle de M. Sarkozy.

Les investigations bancaires en Suisse ont montré qu’un deuxième retrait avait eu lieu en Suisse le 26 avril 2007, soit la date figurant dans le journal intime de Banier. M. Banier avait expliqué il y a un peu plus d'un an aux policiers de la brigade financière, qui avaient saisi son journal intime lors d’une perquisition, que ces écrits constituaient des « observations de vies minuscules et de vice majuscule ». « Cela correspond aussi à ma réalité vécue », avait-il ajouté, tout en essayant de minimiser, sans convaincre, l’importance de ses notes sur Nicolas Sarkozy. Le juge Gentil, de son côté, n'exclut plus l'hypothèse d' « une remise(d'argent - ndlr) à titre personnel en faveur de M. Sarkozy », comme le montrent certains procès-verbaux d'audition.

Claire Thibout
Claire Thibout© Reuters

« En quoi cela me concerne ? »

Le 16 juillet 2010, dans le cabinet d’une juge de Nanterre, Isabelle Prévost-Desprez, qui s’est occupée (brièvement) d’une partie de l’affaire Bettencourt, Claire Thibout avait notamment présenté à la magistrate son agenda de 2007 dans lequel il était justement indiqué à la date du 18 janvier : « Rendez-vous de Mme Bettencourt pour donner enveloppe qui donnera à Patrice. » Or, l’enquête judiciaire a pu établir que dès le lendemain de ce rendez-vous, le 19 janvier 2007, MM. Woerth et de Maistre se sont rencontrés pour un café, à côté du siège de campagne de Nicolas Sarkozy.

L. Bettencourt

L. Bettencourt© Reuters

Les “carnets de caisse” de la comptable, récupérés par les enquêteurs, montrent par ailleurs que fin 2006/début 2007 de nombreuses sorties d’argent en espèces inexpliquées étaient demandées par les Bettencourt à Claire Thibout. « Liliane Bettencourt laissait parfois échapper de petites choses sur les destinataires de ces enveloppes », a expliqué Mme Thibout à la justice.

Dans son « ordonnance » du 22 mars 2012, le juge Gentil précise encore que plusieurs « témoins attestent d’une visite du ministre de l’intérieur Nicolas Sarkozy au domicile des Bettencourt pendant la campagne électorale des 2007 ». Le magistrat affirme que des «investigations sont donc nécessaires s’agissant de ces premières remises de 2007», qui visent ouvertement la campagne présidentielle de 2007 de l'ancien président. 

Deux employés de la maison Bettencourt, un ancien majordome et une secrétaire particulière, avaient évoqué devant les policiers l’existence d’un ballet d’enveloppes remplies d’espèces pour des hommes politiques. Selon l’un de ces témoins, Chantal Trovel, les destinataires des enveloppes étaient essentiellement « des candidats qui cherchaient à financer leur campagne ».

– Question des policiers : « Sous quelle forme se présentaient ces aides ? »

– Réponse : « Il s’agissait d’argent liquide. »

Le maître d’hôtel, Pascal Bonnefoy, l’auteur des enregistrements clandestins qui lanceront l’affaire, a quant à lui assuré aux enquêteurs : « Ces enveloppes, elles existent, j’en ai d’ailleurs vu une. »

Ironie, alors que l'enquête porte sur un abus de faiblesse de Liliane Bettencourt, Nicolas Sarkozy s'était retranché derrière ce même état de la milliardaire pour mettre en doute le rendez-vous du 26 avril 2007, lors de son audition en novembre : « Ces propos supposés sont du 26 avril 2007 ? Or, aux dires des cinq experts que vous avez désignés, l'état de grande confusion de Liliane Bettencourt remonte à 2006. À supposer qu'elle les ait tenus, ils ne peuvent être retenus contre moi de la part d'une personne qui n'a pas toute sa tête. »

« Que Liliane Bettencourt ait parlé d'argent avec Patrice de Maistre ou qu'elle ait fait venir de l'argent de Suisse, en quoi cela me concerne ? », avait ajouté Nicolas Sarkozy.

Lire aussi

http://www.mediapart.fr/journal/france/210313/bettencourt...

 

 

21/02/2013

Manifestations en France le 13 avril 2013 : Nous ne payerons plus pour leur crise ! Ce n'est pas une crise c'est un holp-up !

MERCI DE DIFFUSER LARGEMENT AUTOUR DE VOUS !

Ce n'est plus une crise c'est un hold-up ! Nous ne payerons plus pour leur crise !


Des manifestations se préparent dans toute la France le 13 avril 2013 à 14 heures pour cesser de renflouer les Banksters !


Faites-en autant dans tous les pays et les villes d'Europe !


Voir ci-dessous sur Facebook les villes qui organisent les manifestations et créez un évènement sur votre compte Facebook pour organiser la manifestation dans votre ville ou dans votre village. Et signez la pétition ! ICI 


#13Avril 2013 : Nous ne payerons plus leur crise !

Les banksters et les politiciens mafieux à leur solde vont bientôt devoir rendre des comptes !

STOP À L’IMPOSTURE FINANCIÈRE DES BANQUES :

samedi 13 avril 2013 14 Heures


Nous ne voulons plus payer ce système de dettes odieuses privées et publiques qui nous asservit, entraîne des destructions écologiques, lamine les principes démocratiques et les droits sociaux, entretient les communautarismes, provoque les conflits militaires et conduit aux guerres civiles.

Nous ne voulons plus payer ni la corruption des États ni le totalitarisme des marchés boursiers qui répondent à la contestation par la coercition, avec des politiques dites sécuritaires (en réalité de surveillance et de répression policières) et appuyées de discours de plus en plus déshumanisants, ouvertement xénophobes, racistes et fascistes, à travers les bandes armées et les milices mafieuses qu’ils favorisent.

Nous disons NON !…

… Car nous voulons bâtir avec nos propres moyens une société répondant à nos aspirations légitimes, contre les gouvernements à la botte du commerce international.
Dès maintenant nous construisons des solidarités concrètes, nous ré-inventons, découvrons et renforçons des modes d’échanges équitables et horizontaux.


STOP AUX DETTES ILLÉGITIMES SIGNÉES PAR NOS POUVOIRS CORROMPUS

Nous refusons de payer pour les droits inaliénables, qui n’ont par conséquent aucune raison légitime d’être marchandisés et payés.

Nous refusons de payer pour l’accès aux biens communs et aux services publics élémentaires (logement, éducation, santé, communications, culture, transports, eau, chauffage, électricité, etc.).

Nous refusons de payer pour des politiques de grands projets inutiles qui démantèlent les droits sociaux gagnés grâce aux luttes menées par nos aînés.


OUI À UN SYSTÈME SOLIDAIRE ET COOPÉRATIF ENTRE TOUS LES HUMAINS

Nous disons NON pour sortir de l’isolement : OUI nos refus individuels se conjuguent !
Chacun de nous est rejoint par d’autres, ce qui nous conduit à s’organiser et à nous rassembler dans un réseau toujours plus large, plus efficace, dans une intelligence collective.

Nos situations sont différentes, nos raisons de ne plus payer le sont également : certains s’engageront à ne pas payer les transports, d’autres les frais de santé, d’autres les crédits, d’autres les loyers, d’autres un peu tout cela à la fois… avec le soutien de tous ici, et avec le réseau de ceux qui refusent de payer l’inacceptable.


NOUS N’AVONS PLUS BESOIN D’EUX !

Nous nous passons de leurs logiques de profits injustes et de conflits désastreux. Nous sommes prêts à construire ensemble un autre monde, pacifique, ouvert, responsable.

Ce texte d'appel existe également sous forme de pétition à signer ici !!
http://stoppaying.wesign.it/




P.S : Merci de créer les évènements pour vos villes.
Liste des rassemblements ( 16 villes ) :

Bordeaux
https://www.facebook.com/events/474867205903951/

Chambéry : https://www.facebook.com/events/149961321821510/
Clermont-Fdhttps://www.facebook.com/events/403192469764782/
Gap : https://www.facebook.com/events/410871332315869/
La Réunion : https://www.facebook.com/events/283862408403619/
Lillehttps://www.facebook.com/events/589420031073218/
Limoges : https://www.facebook.com/events/402353513183259/
Lyon : https//www.facebook.com/events/444824778904781/
Mont-de-Marsan: https//www.facebook.com/events/188270937981203/
Nicehttps://www.facebook.com/events/529871260378712/
Paris : https//www.facebook.com/events/517853368245670/
Perpignan : https://www.facebook.com/events/589651654382745/
Rennes : https://www.facebook.com/events/428815133857583/
Rodez: https//www.facebook.com/events/496305450407789/
St-Etienne : https://www.facebook.com/events/408351435913787/
St-Malo :https://www.facebook.com/events/395706590518312/

 

06/01/2013

Takieddine balance: Les 400 millions d'€ de Khadafi, la guerre en Libye, le rôle du Qatar / ONPC

Dans la série des révélations, en voici d'autres qui vont vous faire plaisir de la part d'un homme courageux malgré tout.

Alcyone nettoie les cerveaux et éveille les consciences apparemment.

Takieddine balance: Les 400 millions d'€ de Khadafi,
la guerre en Libye, le rôle du Qatar / ONPC

http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&am...

11/12/2012

Près de 100 000 foyers ont été privés de courant à Paris

Est-ce un essai pour expérimenter la coupure de Google le 14 décembre 2012  par l'ONU qui entend bâilloner Internet à partir de cette date ?


Près de 100 000 foyers ont été privés de courant à Paris

Paris : le Forum des Halles et la Gare du Nord plongés dans le noir

Mis en ligne le 11 décembre 2012 à 18h16, mis à jour le 11 décembre 2012 à 19h29

Un train (image d'archives)
Un train (image d'archives) / Crédits : TF1/LCI

Une coupure de courant a frappé le centre et le nord de la capitale pendant 15 minutes ce mardi en fin d'après-midi, affectant près de 100.000 foyers. En cause : une coupure sur une ligne à très haute tension.

Parisiens, vérifiez vos réveil numérique en rentrant chez vous. Quelque 95.000 foyers du centre et du nord de Paris ont été privés d'électricité pendant 15 minutes mardi, suite à une coupure sur une ligne à très haute tension, a annoncé l'opérateur de ce réseau, RTE. "Environ 95 000 foyers dans plusieurs arrondissements de Paris (Ier, IIe, IIIe, IVe, IXe, Xe, XVIIIe et XIXe) ont été privés d'électricité, soit totalement soit partiellement" entre 16h39 et 16h54, selon un communiqué.
 
Cette coupure de courant a été causée par "un incident matériel" qui a coupé l'alimentation d'une ligne à très haute tension (225.000 volts) reliant des postes haute tension à Romainville (Seine-Saint-Denis), Crimée (XIXe arrondissement de Paris), Magenta (Xe arrondissement) et Les Halles (Ier arrondissement).

Les boutiques évacuées
 

Sur le réseau social Twitter, de nombreux utilisateurs rapportaient que le centre commercial du Forum des Halles était plongé dans le noir. Le Forum des Halles, l'un des plus grands centres commerciaux français, a en effet été touché, avec une quinzaine de boutiques plongées dans le noir, en pleine période des courses de Noël, a indiqué son directeur Alexis Véron. "Ces boutiques, dont la FNAC et H&M, ont été évacuées et des agents ont été placés devant pour les sécuriser", a-t-il déclaré à l'AFP. Des groupes électrogènes de secours ont permis d'éclairer les couloirs pour permettre aux clients de se diriger avant que le courant ne revienne.

La gare de l'Est a également été touchée, mais seuls les bâtiments ont connu une coupure de courant, sans entraver la circulation des trains, a indiqué de son côté la SNCF.

http://lci.tf1.fr/economie/consommation/paris-100-000-foy...


Petite banniere 400x50

 

21:05 Publié dans France/Israël/Elections, Insolite, Société | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!