Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2014

Quand le gouvernement craint le peuple, c’est la liberté !

Quand le gouvernement craint le peuple, c’est la liberté.

Quand le peuple craint le gouvernement, c’est la tyrannie.

Thomas Jefferson


La Marseillaise

L'Hymne de la France que nous devons à Rouget de Lisle - Franc-maçon
C'est pourquoi les paroles sont si violentes et si sanguinaires

Francs-maçons apatrides qui nous ont inventé la Révolution Française et leur République maçonnique alors que selon l'histoire de France et l'article 1er du Code Civil, bien que modifié par Chirac en 2004, sans droit ni titre Monarchique,
nous sommes toujours en Monarchie !

http://www.youtube.com/watch?v=221UWotqwdo


12/01/2014

Interdiction de Dieudonné : La France qui dérape n’est pas celle qu’on nous montre du doigt

Une réaction du Dr Christophe OBERLIN, aux interdictions de spectacles de Dieudonné qui se passe de commentaires.

Un grand remerciement pour avoir le courage de remettre les choses à leur  place !


10 janvier 2014 | Thèmes (S.Cattori) : Etat juif d’Israël Lobbies Liberté d’expression Désinformation

 

Dr Christophe Oberlin

Interdiction de Dieudonné : La France qui dérape n’est pas celle qu’on nous montre du doigt

C’est au nom d’un état juif à majorité juive, censé accueillir les juifs du monde entier, que les autochtones, les Palestiniens sont martyrisés depuis soixante ans. Pourtant certains n’hésitent pas à condamner les Palestiniens, les Arabes en général, et tous ceux qui les soutiennent pour un « antisémitisme » supposé. Les Palestiniens devraient déclarer aimer les juifs et insister à tout moment sur la distinction entre juifs et sionistes. C’est évidemment déloyal. En 1942 les Français n’aimaient pas les « boches » et aucune association anti raciste n’a jamais protesté.

Lorsqu’on dit aujourd’hui en France « qu’on n’aime pas les Américains », tout le monde comprend qu’il ne s’agit évidemment pas de tous les Américains en tant qu’individus, mais qu’on désigne par-là la politique et les guerres américaines qui ont fait un million de morts en quelques décennies. Et « ne pas aimer les Américains », ne tombe pas sous le coup de la loi. Quand on dit qu’on n’aime pas les Corses, ce n’est évidemment pas très intelligent, mais tout le monde comprend qu’on entend par là une certaine ambiance xénophobe qui règne en Corse. Ca ne tombe pas sous le coup de la loi.

Quand on dit qu’on n’aime pas les juifs, il est évident que cela désigne ceux qui soutiennent un état raciste dans ses lois et ses actes. Ce qui veut dire qu’on n’aime pas les juifs racistes, rien d’autre. C’est le message de Dieudonné. Et voilà qu’on voudrait faire tomber cela sous le coup de la loi. C’est déloyal et stupide.

J’ai personnellement des gens de ma famille qui sont morts en déportation. Quand Desproges dit « On se demande pourquoi les juifs se précipitaient à Auschwitz ? D’abord parce que c’était gratuit ! » C’est du deuxième degré, ça me fait rire, et ça ne porte en rien atteinte à la mémoire de ma famille. Quand quelqu’un se fait photographier devant Auschwitz en faisant une quenelle, ça ne porte pas atteinte à ma dignité ni à celle de ceux qui sont morts en déportation. Par contre c’est un geste fort à l’encontre de tous ceux qui tentent de masquer les crimes d’Israël derrière les crimes nazis. C’est à eux que ce discours s’adresse.

Et voilà que nos politiques, les plus tristes que la France ait connus depuis longtemps, voudraient expliquer à un humoriste ce qui est drôle et ce qui ne l’est pas ! Et on voudrait nous faire croire que les millions de personnes qui rient sont des idiots ou des antisémites, y compris ceux qui soutiennent les Palestiniens dans leur lutte contre l’apartheid ! C’est méprisant, et aussi effrayant. Et les commentaires à sens unique de nos radios et télévisions nationales donnent le frisson.

Ceux qui condamnent Dieudonné n’ont pas assisté à ses spectacles, et n’ont pas réalisé qui est son public : un public de jeunes, extraordinairement diversifié, qui représente une France fraternelle, fondamentalement antiraciste, la France de demain.

Alors il y a heureusement quelques poches de résistance dans les tribunaux. Et le jugement prononcé à Nantes, cassant l’interdiction d’un spectacle de Dieudonné, rassure. Toutes les barrières n’ont pas cédé.

Et voilà qu’un juge unique du Conseil d’Etat, sur simple convocation du gouvernement, dans un texte d’une pauvreté affligeante, dépourvu du moindre fondement juridique, impose son opinion à toutes les lois existantes, à tous les arrêts précédents français et européens !

La France qui dérape, elle est là.

Christophe Oberlin
10 Janvier 2014
URL de cet article :
http://www.silviacattori.net/article5272.html


Christophe OBERLIN, né en 1952. est chirurgien des hôpitaux et professeur à la faculté Denis Diderot à Paris ; il enseigne l’anatomie, la chirurgie de la main et la microchirurgie en France et à l’étranger. Parallèlement à son travail hospitalier et universitaire, il participe depuis 30 ans à des activités de chirurgie humanitaire et d’enseignement en Afrique sub-saharienne, notamment dans le domaine de la chirurgie de la lèpre, au Maghreb et en Asie. Depuis 2001, il dirige régulièrement des missions chirurgicales en Palestine, particulièrement dans la bande de Gaza où il a effectué près d’une trentaine de séjours. Il est le coauteur avec Jacques-Marie Bourget de Survivre à Gaza, (éditions Koutoubia, 2009) la biographie de Mohamed al-Rantissi, le chirurgien palestinien frère du dirigeant historique du HAMAS assassiné par l’État d’Israël… Il est également le traducteur du livre Gaza, au carrefour de l’histoire du journaliste anglais Gerald Butt (aux éditions Encre d’Orient).

http://www.silviacattori.net/article5272.html

Voir aussi du même auteur :

Christophe Oberlin : Israël ... est un état mafieux


11/01/2014

Relation avec Julie Gayet : Hollande "déplore" la une de "Closer"

Et voilà à quoi pense Hollande au lieu d'oeuvrer aux intérêts du Peuple Français qui croule sous les dettes, le chômage et les taxes !

La crise et les manifestations ne sont que pour le Peuple comme vous l'aurez compris !


Où est la morale qu'il entend imposer aux autres par la voie du Conseil d'Etat à Dieudonné ?

Relation avec Julie Gayet : Hollande "déplore" la une de "Closer"

La Une de "Closer" (

Relation avec Julie Gayet : Hollande "déplore" la une de "Closer"

Le magazine people consacre un dossier à "l'amour secret du président" avec l'actrice Julie Gayet. Le chef de l'Etat va "examiner les suites judiciaires".

François Hollande a "déploré profondément", vendredi 10 janvier auprès de l'AFP, "les atteintes au respect de la vie privée", et annoncé "examiner les suites, y compris judiciaires" à apporter à la parution du magazine "Closer".

Le magazine people fait état vendredi d'une relation entre le président François Hollande et l'actrice Julie Gayet dans un dossier de 7 pages accompagné de photos. "Closer" affiche ainsi en Une le titre évocateur "L'amour secret du président".

Hollande "examine les suites, y compris judiciaires"

S'exprimant en son nom propre et non pas en tant que président de la République, François Hollande "déplore profondément les atteintes au respect de la vie privée auquel il a droit comme tout citoyen" en ajoutant qu'il "examine les suites, y compris judiciaires, à apporter à cette parution" de "Closer".

"Closer" se base sur plusieurs photos où l'on voit un homme casqué entrer dans un immeuble parisien. "Autour du jour de l'an, le chef de l'Etat, casque sur la tête, rejoint à scooter la comédienne dans son pied-à-terre où le président a pris l'habitude de passer la nuit", écrit le magazine. "Des photos étonnantes", poursuit l'hebdomadaire, "qui posent la question aussi de la sécurité du président. Le chef de l'Etat est accompagné d'un seul garde du corps qui protège le secret de ces rencontres avec la comédienne et apporte même les croissants !" ----------Qui c'est qui paie ce garde du corps et les croissants ?

"C'est un président qui a un coup de coeur"

Pour Laurence Piau, directrice de la rédaction du magazine "Closer", François Hollande "est un président normal, une personne normale. C'est un président qui a un coup de coeur et une histoire. Il faut vraiment dédramatiser autour de ces images", a-t-elle déclaré sur Europe 1.

Décrivant les photos publiées dans un dossier de 7 pages, Laurence Piau a expliqué : "On voit le président qui rentre dans un immeuble, accompagné par son garde du corps. Et Julie Gayet qui rentre, quelques temps après, dans le même immeuble. Et puis, l'un et l'autre qui sortent le lendemain". "Le lendemain, le même motard qui a déposé le président la veille revient le chercher en scooter", a-t-elle ajouté.

A la question de savoir si le magazine avait contacté l'Elysée, Laurence Piau a répondu "absolument pas, non, non. On n'a pas l'habitude de contacter qui que ce soit avant de publier des images".

Plainte de Julie Gayet

Officiellement, le chef de l'Etat a pour compagne la journaliste Valérie Trierweiler, après avoir longtemps vécu avec l'ancienne candidate à la présidentielle Ségolène Royal, avec qui il a quatre enfants.

Julie Gayet, âgée de 41 ans, actuellement à l'affiche du film "Ames de papiers", avait porté plainte fin mars 2013 auprès du parquet de Paris pour identifier les auteurs d'une rumeur diffusée sur internet qui lui prêtait une liaison avec François Hollande. 

Actrice inclassable, elle alterne entre les films d'auteur et à gros budget (elle était à l'affiche de "Quai d'Orsay" de Bertrand Tavernier, mais aussi de "Delphine 1, Yvan 0" de Dominique Farrugia). En 2012, l'actrice avait participé à un clip de campagne de François Hollande où elle qualifiait le candidat à la présidentielle d'homme "humble", "formidable" et "vraiment à l'écoute". (Ah bon ? Et à l'écoute de qui ?).

http://obsession.nouvelobs.com/people/20140110.OBS1919/re...

Petite banniere 400x50

 

13:50 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique, France/Israël/Elections | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

France : Le niveau de la dette jugé dangereux par la Cour des comptes

Et pendant que Valls et ses sbires du Conseil d'Etat notamment, nous inventent une nouvelle jurisprudence sur le dossier de Dieudonné ainsi que des lois sur la morale qui n'existent pas en Droit et nous imposent leur dictature en France et que Hollande, se roule les pouces, ne pense qu’à taxer le Peuple et qu'à s'occuper de sa Maîtresse Julie Gayet, ce qu'il juge moral sans doute, voilà où nous en sommes de la dette de la France :

50 millions d’euros par an !

Où passe l’argent des Français ?

Dans le financement des guerres de l’état le plus démocratique du Moyen-Orient ?

Comme vous l'aurez compris, l'urgence c'était de s'occuper de mettre à mort  Dieudonné !1503328_1427419834161199_1042108885_n.jpg

Les dangers ne viennent pas des Peuples qui se révoltent mais de ceux qui les dirigent et qui prennent leurs ordres auprès d'officines sionistes de France, d'Europe et d'ailleurs !

Et surtout, ils ne prendront pas la décision de nous faire sortir de l'Europe criminelle car le marché est trop juteux pour les Banksters  !

 

 


Le niveau de la dette jugé dangereux par la Cour des comptes

·         

    • Par Lefigaro.fr avec Reuters

    • Mis à jour le 09/01/2014 à 15:32

    • Publié le 09/01/2014 à 15:29

La France est dans une zone dangereuse en raison de la taille de sa dette publique et les efforts entrepris ces dernières années ne lui ont pas permis d'en sortir, a déclaré jeudi le premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud.

Lors de l'audience solennelle de rentrée de la Cour, il a mis en garde les autorités françaises contre l'impact sur les comptes publics de "la remontée prévisible des taux d'intérêt qui accompagnera tôt ou tard le retour de la croissance". Une hausse d'un point de pourcentage des taux entraînerait un surcoût pour l'Etat de 2 milliards d'euros la première année et 15 milliards d'euros au bout de dix ans, a-t-il souligné. "Le niveau atteint par la dette place notre pays dans une zone dangereuse. Les efforts jusqu'ici engagés ne suffisent pas à nous en dégager", a déclaré Didier Migaud, rappelant que les documents budgétaires prévoient une dette publique équivalente à 93,4% du PIB fin 2013, soit 1.931 milliards d'euros.

Il a qualifié ce constat de "décevant et préoccupant". "Ce qui n'a pas été fait en 2011, 2012 et 2013, c'est autant de chemin supplémentaire à parcourir pour les années à venir. Et cette partie du chemin à parcourir ne sera pas la moins exigeante, tout au contraire", a-t-il poursuivi. Le déficit public de la France devrait être légèrement supérieur à 4% du PIB fin 2013, un niveau que les autorités se sont engagées à réduire sous 3% fin 2015. La dette exprimée en proportion du PIB devrait baisser à partir de 2015, après avoir culminé à 95,1% fin 2014.

La France prévoit cette année un effort de 18 milliards d'euros pour réduire le déficit, concentré sur la maîtrise des dépenses plutôt que sur la hausse des prélèvements. Quinze milliards d'économies sont ainsi prévus par rapport à la croissance tendancielle des dépenses, dont 9 milliards d'euros pour l'Etat et 6 milliards sur la sécurité sociale. "La Cour estime que l'effort doit porter en absolue priorité sur les régimes de sécurité sociale, car la persistance anormale de déficits structurels depuis plus de vingt ans singularise notre pays par rapport à tous ses voisins", a poursuivi Didier Migaud. "La dette sociale qui s'est accumulée est une profonde anomalie" et "les perspectives financières des régimes sociaux sont insoutenables et injustes pour les générations futures", a-t-il ajouté.

Quelques semaines après l'annonce par le Premier ministre d'une "remise à plat" de la fiscalité française, il a estimé que "la réduction de la dépense publique apparaît comme un préalable à une mise à plat réussie de la fiscalité". Malgré des taux d'intérêt historiquement bas ces dernières années, la charge de la dette publique représente quelque 50 milliards d'euros par an.

 

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/01/09/97002-2014010...

 

10/01/2014

La face cachée de Manuel Valls ! Les valeurs de la République selon Valls

Excellente vidéo à voir absolument !

Le seul voile qui devrait être interdit c'est celui de la tromperie gouvernementale.
Ce voile épais déposé délicatement sur les yeux des français à des fins politiques.
Un voile médiatique que le gouvernement français utilise pour cacher les réels soucis du peuple : le chômage, l'insécurité, le pouvoir d'achat des français ...

La face cachée de Manuel Valls !

http://www.youtube.com/watch?v=FE_J7X4v6uk