Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2011

La vérité sort de la bouche d'un perroquet : SARKOZY POURRI

Excellent !

La vérité sort de la bouche d'un perroquet :
SARKOZY POURRI

http://www.youtube.com/watch?v=ntyA-3nBgls&NR=1&f...

21/04/2011

Nucléaire : Risque d'effondrement des structures de l'atoll de Moruroa en Polynésie


Et voilà comment ils nous détruisent la planète !

Ensuite ils viendront nous dire que c'est l'homme qui est responsable de sa destruction et du réchauffement ! Et ils vont faire quoi pour les habitants de Mururoa ?

 

Nucléaire : Risque d'effondrement des structures de l'atoll de Moruroa en Polynésie

21 avril 2011 09:49


Array. Array. Risque d'effondrement des structures de l'atoll de Moruroa en Polynésie - LMOUS

M. André Vantomme attire l'attention de M. le ministre d'État, ministre de la défense et des anciens combattants, sur les conséquences du risque d'effondrement des structures de l'atoll de Moruroa en Polynésie.

Entre 1975 et 1996, la France a effectué 137 essais nucléaires souterrains sous Moruroa. Ces tirs sous la couronne corallienne ont particulièrement ébranlé les structures géologiques de l'atoll. Fragilisé pas ces essais, l'atoll de Moruroa pourrait provoquer un tsunami en cas d'effondrement d'une partie de sa structure.


[Article complet : senat.fr]

Conséquences du risque d'effondrement des structures de l'atoll de Moruroa en Polynésie

13 ème législature

Question écrite n° 17197 de M. André Vantomme (Oise - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 17/02/2011 - page 375

M. André Vantomme attire l'attention de M. le ministre d'État, ministre de la défense et des anciens combattants, sur les conséquences du risque d'effondrement des structures de l'atoll de Moruroa en Polynésie.

Entre 1975 et 1996, la France a effectué 137 essais nucléaires souterrains sous Moruroa. Ces tirs sous la couronne corallienne ont particulièrement ébranlé les structures géologiques de l'atoll. Fragilisé pas ces essais, l'atoll de Moruroa pourrait provoquer un tsunami en cas d'effondrement d'une partie de sa structure.
Selon un rapport du délégué à la sûreté nucléaire et à la radioprotection pour les activités et installations intéressant la défense (DSND), remis aux autorités polynésiennes au mois de janvier dernier, le risque réside dans l'éventuel effondrement d'une partie immergée du corail, dite carbonate.

Deux types d'effondrement sont identifiés : la chute d'un pan ou celui d'une loupe. Le glissement d'une loupe aurait des conséquences sur l'atoll de Tureia : ce type de glissement de 600 millions de m3 conduirait à une vague dont l'amplitude pourrait atteindre 20 mètres de haut à proximité de l'effondrement et atteindrait 2 à 5 mètres de hauteur sur la partie de l'atoll de Tureia.

Cet évènement engendrerait une succession de vagues océaniques dont la vitesse de propagation serait de l'ordre de 600km/h, ce tsunami atteindrait Tureia en dix à treize minutes. Rappelons ici que Tureia est peuplé de plus de 300 habitants, regroupés à Fakamaru, dans l'extrême nord de l'atoll.

Les analyses de ce rapport suscitent une vive émotion en Polynésie, surtout à Tureia. Une pétition a été lancée par l'association polynésienne Moruroa e tatou pour sensibiliser l'opinion et qu'une mission d'expertise géologique et radiologique indépendante soit diligentée sur les atolls nucléaires.

Il lui demande de bien vouloir se prononcer sur cette situation et quelles mesures de précaution et de préservation sont prises face à cette catastrophe écologique prévisible.

En attente de réponse du Ministère de la défense En attente d'une réponse ministérielle

http://www.senat.fr/questions/base/2011/qSEQ110217197.html


A lire également :

* Essais nucléaires français : 45 morts en 2010
* Des soldats français ont-ils servi de cobaye lors des essais nucléaires ?
* Indemnisation des victimes d'essais nucléaires... à hauteur de la franchise médicale

http://www.lesmotsontunsens.com/risque-d-effondrement-des...

26/02/2011

2011-2012: la fin d’un rêve


Article très intéressant extrait du blog : Les moutons enragés

Je vais tenter d’éviter l’article sans fin pour ne pas rivaliser avec le scénario complet des « feux de l’amour » (plus de 9500 épisodes à ce jour, 39ème année d’existence), je vais résumer au mieux la réalité des choses, que tous puissent ouvrir un peu les yeux, ne serait-ce qu’un petit peu…

Toute notre vie dans cette société dite évoluée, on nous a enseigné que nous étions au coeur d’une manne, nous permettant d’accéder à toujours plus de richesses, de technologies, de confort de vie, jamais le discours n’a failli, nous étions censés vivre dans une société idéale et croire en celle-ci. Actuellement la télévision suit toujours cette ligne guide, nous gargarisant de divertissements gnan-gnan et peu enclin à nous faire évoluer, les JT traditionnels nous parlant des vacances dans la France magnifique, le politiquement correct nous envoyant une image faussée et dépassée, mais marre de voir ce rideau de fumée alors que derrière celui-ci se cache le pire des spectacle! Nous vivons la fin d’une ère, d’une société telle que nous ‘avons connue et pour ne pas nous effrayer, peu d’informations filtrent officiellement, un petit bilan s’impose, regardons le monde tel qu’il est!

Je ne vous propose pas une vision complète de la situation, il y en aurait trop à dire, juste le principal, ce qu’il faut pour vous montrer que l’image qui nous est donnée de cette société est erronée, dépassée, et que de gré ou de force, nous allons devoir passer à autre chose.

 Le pétrole:

Le sujet est complètement d’actualité, mais le pétrole risque de finir un jour, et celui-ci est bien plus proche que ce que nous disent les discours rassurants des spécialistes et des politiciens. Le pétrole sera bientôt un souvenir des années « voitures et joyeuse pollution ».  Si la situation n’était pas aussi catastrophique:

  • Pourquoi souhaitent-ils autant les biocarburants qui sont responsables de famines et de déforestations à travers la planète? Par écologie? Mais l’écologie n’est pas une valeur capitaliste, elle ne rapporte rien!
  • Pourquoi tenter des forages de très grande profondeur comme « Deep water » qui a eu pour conséquence la pire marée noire qui ait jamais eu lieu? Sans parler de ce qui en a découlé, empoisonnement des populations (également ici) et de l’environnement au dispersant Corexit, le-dit dispersant étant suspecté d’être à l’origine de l’hécatombe d’animaux à travers la planète en suivant le Gulf Stream. Et pourquoi relancer les autorisations de forage malgré les risques?
  • Pourquoi accepter des forages en Arctique malgré les risques de dévastation de cette région encore vierge? Les matériaux utilisés n’étant de toute manière pas assez sécurisés et les personnels pas prêts en cas de catastrophe (voir ce sujet) ?
  • Pourquoi redouter un baril à 200$ si le pétrole ne devait pas manquer un jour? Quand tout va bien, cela n’augmente pas…
  • Pourquoi insister autant sur le gaz de schiste et ces « nouveaux forages » abominables? Et en enterrant les scandales autour, faire fi des populations qui elles aussi sont victimes de la cupidité des autres.

http://s1.e-monsite.com/2009/02/07/12/47451019petrole-1188472077-1208918359-jpg.jpg

L’argent

Coluche nous disait que « les gens ont deux problème dans ce monde, le cul et le fric, sachant que tout le monde à un cul, on peut s’occuper du fric! » Là aussi, on risque d’avoir des surprises…L’économie est finie, terminée, trop d’argent tue l’argent, la spéculation et la folie de certains ont mené le monde au chaos, l’explosion n’a pas encore eu lieue mais elle ne saurait tarder. Aux USA des états et des villes n’ont plus d’argent, Détroit en est un bel exemple, et si l’implosion survient aux USA, alors le reste suivra, nous avons d’ailleurs des preuves de l’imminence….

Si vraiment cela allait bien:

Pierre Jovanovic a raison, il l’a prouvé à de multiples reprises, l’argent est mouru!

Le mas de Cocagne débité en petits morceaux…

Molière nous l’avait dit: « Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger », l’opulence n’est plus, les émeutes de la faim vont se généraliser, les prix des matières premières montent de plus en plus poussé par les désastres récents sur la planète mais également la spéculation des banquiers. Enfin, parler de nourriture avec ce qui nous est imposé…OGM, acides gras trans, additifs de toutes sortes, huile de palme, le cancer n’est pas loin…Mais rassurez-vous braves gens, vous aurez toujours à manger dans votre assiette, enfin…..L’espoir fait vivre! Il suffit de regarder:

Et je ne parle ici que des plus gros producteurs mais le phénomène est général, quand au prix des matières premières, n’en parlons pas, cela sera suffisamment éloquent sur votre note de caisse d’ici peu, cela a déjà commencé…

Le paradis terrestre

Certains pensaient vivre dans un paradis terrestre, pour d’autres cette vie est un cauchemar, ceux qui récoltent nos déchets technologies en premier plan et qui en ont marre d’être « la poubelle de la planète », je les comprends, mais le paradis est voué à se transformer en zone à risque, il suffit juste de regarder les deux premiers mois de l’année 2011 pour s’en rendre compte:

Pour rappel: les catastrophes naturelles ont été particulièrement dévastatrices en 2010, avec 295.000 morts et 130 milliards de dollars de dégâts, bien davantage que la moyenne des 30 dernières années.

http://www.agirpourlaplanete.com/images/articles/actu-ecolo/200704111785_zoom.jpg

Il m’a suffit de prendre toutes mes revues de presse de l’année 2011 pour arriver à cette liste qui n’est surement pas exhaustive, c’est loin d’être encourageant, et j’ai passé sur les inquiétudes en ce qui concerne Yellowtstone.

A tout cela, il faut ajouter la dégénérescence de la situation au Maghreb qui risque de se répandre dans d’autres pays, le soleil qui fait des siennes, l’hécatombe d’animaux qui ne cesse toujours pas à travers la planète, la paupérisation des populations, la pollution toujours croissante, une nouvelle guerre qui se prépare et qui risque d’être colossale, et tant d’autres choses encore…

Nous sommes à un tournant décisif de notre histoire, tout va changer d’ici peu car cela doit changer, que nous soyons prêts ou non, pas de fin de l’humanité ni de fin des temps comme certains le prétendent, juste la fin d’un cycle, une remise à zéro des compteurs, reste à savoir si vous allez faire partie des acteurs ou des spectateurs, et si vous comptez vous battre pour assister à la suite.

Je ne peux que rappeler cette règle de Gibbs (Jethro de son prénom): « Ne croyez jamais ce qu’on vous dit, vérifiez tout », même ce qu’on vous dit ici, vérifiez-le, allez toujours plus loin, ne vous contentez pas de ce qui vous est dit sans preuves, et même si je ne suis pas croyant, je me permet ce dernier mot: « Que Dieu vous garde ».

http://lesmoutonsenrages.wordpress.com/2011/02/25/2011-20...

 

Un atoll voisin de Mururoa sous la menace d’un tsunami

Toute action entraine une réaction, un atoll Français risque de payer le prix fort, des essais nucléaires que la France a effectué de 1966 à 1995! la population est inquiète (à juste titre) car rien n’est prévu pour eux, à part une sirène.

L'atoll de Tureia en Polynésie française. (crédits photo : Nasa)

Les essais nucléaires français ont fragilisé le sous-sol polynésien. Un glissement souterrain de roches, très probable à moyen terme, provoquerait un raz-de-marée dévastateur pour l’île de Tureia.

L’atoll polynésien de Tureia pourrait bien être anéanti. Situé à une centaine de kilomètres de Mururoa, ce petit bout de terre est sous la menace directe d’un tsunami de grande ampleur. A Mururoa, le sous-sol fragilisé par les 138 essais nucléaires français, menés entre 1966 et 1995, menace en effet de céder à tout moment, notamment au nord-est de l’atoll.Or une importante rupture provoquerait un long train de vagues en direction de Tureia, selon les dernières simulations du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) rendues publiques en janvier. Ces dernières montrent que les lames de fond espacées d’un kilomètre chacune se dirigeraient à une vitesse de 600 kilomètres par heure vers le nord-est. Elles feraient entre 2 et 3 mètres au moment de déferler sur les 227 habitants de Tureia où elles détruiraient presque tout sur leur passage. Seul le nord de l’atoll serait en partie préservé, abrité par les terre du sud-ouest.

Ce scénario correspond à l’hypothèse la plus pessimiste retenue par la rédactrice du rapport, Mireille Flouzat, celle d’un glissement souterrain de 670 millions de mètres cube de roches carbonatées. Une hypothèse loin d’être improbable. Le rapport Fairhurst* aboutissait déjà en 1998 à cette même conclusion. Il évoquait un affaissement souterrain « prévisible » à court terme géologique (soit un à deux siècles) d’un volume de 600 millions de mètres cube de roche. Depuis cette époque, toutes les données de terrain semblent confirmer la grande fragilité des côtes. Le nombre de fractures et d’effondrements mineurs a par exemple doublé entre 1997 et 2007, d’après les données du système de surveillance Telsite mis en place et géré par le CEA sur le nord-est de l’atoll.

D’immenses risques radioactifs

Venu présenter fin janvier les dernières prévisions du CEA, le délégué à la sûreté nucléaire Nicolas Jurien de la Gravière a d’ailleurs pu constater l’inquiétude grandissante des Polynésiens qui ont rédigé une pétition. Ces derniers s’alarment notamment de l’absence de procédures d’évacuation adaptées ou de dispositifs anti-tsunami (murs, plateformes surélevées, etc). « L’État a fixé des sirènes sur la mairie [de Tureia] (…), c’est pour nous prévenir que nous allons tous crever », s’énerve Maoake Brander qui dénonce ce manque de préparation. Pour le moment, les données de Telsite sont envoyées directement en métropole. Paradoxalement, les rapports d’activité n’arrivent à Mururoa qu’avec plusieurs mois de retard. Le système Telsite ne pouvant prévoir l’imminence d’un effondrement qu’avec quelques jours d’avance, les plans de prévention et procédures d’alerte associés doivent impérativement êtres modifiés.

Les habitants du Mururoa s’inquiètent par ailleurs des conséquences radioactives qu’auraient de tels mouvements géologiques. Au nord-est de l’atoll, 28 ogives ont été tirées dans le sous-sol, pour une puissance totale équivalente à 15 fois celle de la bombe d’Hiroshima. Cette radioactivité reste globalement confinée dans le sous-sol. Mais une importante rupture géologique pourrait déchirer « la peau imperméable extérieure protectrice », prévenait le rapport Fairhurst* en 1998. Et aucune simulation n’a été effectuée pour évaluer les impacts sur les populations et sur le milieu biologique d’un tel événement.

*commandité par le gouvernement français et réalisé par la Commission géomécanique internationale sous l’égide du Pr Fairhurst.

article source Tristan Vey pour le figaro.fr

 

» DOCUMENT - Surveillance géomécanique de l'atoll de Mururoa (bilan 2007)

» DOCUMENT - Conséquences d'un glissement de terrain de grande ampleur

http://lesmoutonsenrages.wordpress.com/2011/02/25/un-atol...

25/02/2011

France : Jugement de Tom et Léa : quand l'état s'acharne sur les plus pauvres.

Non, vous ne rêvez pas, ça se passe en France !

Et l'état français il fait quoi pour les pauvres au lieu de s'occuper d'aller voir ce qui se passe ailleurs ?  Il n'envoie pas aussi les forces de police s'attaquer à des innocents et à des pacifistes ?

Ensuite, on viendra vous parler des droits de l'homme et de démocratie, et les gouvernants auront le culot de critiquer les autres dictateurs !

Il vaut mieux continuer à comploter avec ceux qui ruinent la France et les pays Européens, que de soutenir le peuple et les pauvres qui ont le droit à la vie comme nous tous !


Jugement de Tom et Léa : quand l’état s’acharne sur les plus pauvres…

Léa et Tom ont été CONDAMNES par l’ÉTAT devant le Tribunal Correctionnel de Foix à la DESTRUCTION DE LEUR HABITAT, une amende de 600€ et 10€ par jour de PÉNALITÉS de retard.

Leur DÉLIT : avoir choisi d’habiter une tente (une yourte) plutôt que de crever de froid dehors ! Ils ont comparu en première instance le 9 février 2010 suite à une plainte de la DDEA* (un service public !), sur le fondement d’articles du code de l’urbanisme pour infraction au permis de construire. Ils font APPEL et réclament la RELAXE et le droit à un habitat MODESTE ÉCOLOGIQUE ET CHOISI ! le droit de vivre, le droit de travailler localement !

Voici un récit de ce qui s’est passé lors de l’audience censée être publique mais où le public était maintenu à l’extérieur…

Je voudrais témoigner de l’agression policière que j’ai vécue jeudi, lors du rassemblement de soutien pour le procès de Tom et Léa à la cour d’appel de Toulouse.

On nous a tout d’abord interdit l’entrée d’une audience publique.

Puis, alors que nous étions rassemblés pacifiquement devant les grilles du tribunal, sur ordre du commissaire, nous nous sommes fait chargés par la compagnie de CRS qui bloquait l’entrée. Ils ont entrepris de s’occuper de manifestants à coups de matraque.

À ce moment, nous nous sommes assis au sol, à l’image de notre pacifisme et de notre non-violence, l’état d’esprit dans lequel nous étions venu soutenir Tom et Léa.
Les CRS ont quand même lancé une grenade à déflagration et deux lacrymos.
Je tiens à signaler que des enfants, même des nourrissons, étaient présents et jouaient tranquillement pendant ce rassemblement pacifiste. Notamment les deux filles d’un couple d’amis avec qui nous étions venus.

Je reste très choquée d’avoir vu ces enfants terrorisés par la violence de la scène, de les avoir vu pleurer en demandant pourquoi ? De voir des parents essayer d’expliquer à leurs enfants que la peur a changé de camp.

Depuis quand s’en prend-on à des enfants ?

Peut-être depuis que les forces de l’ordre se permettent de passer leurs nerfs sur le peuple.

Frustration mal gérée ou manœuvre planifiée visant à inverser les rôles en troublant l’ordre public ? Et faire pencher la balance d’un jugement…

Violences policières au procés de Léa et Tom / Toulouse
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
 


La situation du logement en Ariège est catastrophique ; impossible de trouver des locations dans le département ; alors que les zones rurales se désertifient, les touristes dont beaucoup de touristes fortunés, font main basse sur l’immobilier. Des jeunes qui travaillent, intégrés socialement ! Des jeunes qui ont choisi de vivre en milieu rural, donc qui revitalisent les campagnes ! Des jeunes fortement impliqués dans une démarche d’habitat écologique et de préservation de la nature !

Faute de trouver un logement, Léa et Tom qui VIVENT et TRAVAILLENT en Ariège décident en 2007 de s’installer sous une tente, une yourte. Un propriétaire toulousain leur prête son terrain en friches au milieu des bois en échange du défrichage et de l’entretien de la parcelle. Ils fabriquent une tente toute ronde, une yourte en laine et en bois ; ils confectionnent le feutre à la filature de Belvès en Dordogne ; les perches de châtaignier sont locales ; un maître menuisier façonne le cercle de toit, pièce maîtresse… Outre l’entretien de la parcelle, ils mettent en valeur le lieu, créant des terrasses pour cultiver un potager et un jardin d’agrément… Cela a représenté un long travail de plusieurs mois avec un bilan plus que positif : la création d’un habitat bien intégré au paysage, avec un impact écologique nul ou quasi-nul sur un site dont la biodiversité a été recréée (les orchidées repoussent sur le terrain !).

Tom et Léa ont fait le choix de vivre là et de travailler dans la région alentour, modestement, de façon écologique et dans le plus grand respect de la nature. Ils sont bien intégrés localement : accueillis et soutenus par le maire et les habitants de la commune, ils se sont inscrits sur les listes électorales et ont demandé à payer les impôts locaux. Les habitants de la commune les soutiennent depuis le début, une motion pour le droit au logement a même été votée par le conseil municipal en réaction aux injonctions de la DDEA*.

Mais c’est sans doute trop beau ! Il faut s’acharner à détruire ces initiatives (CQFD) ! C’est ce que vont faire les services publics d’État, en l’occurrence la DDEA* qui fonde sa plainte sur le Code de l’urbanisme au prétexte de la nécessité d’un permis de construire alors que la yourte n’est pas une construction, ce n’est pas un immeuble, ce n’est pas un bâtiment en dur avec des fondations ! Il n’y a pas de murs… C’est une TENTE en laine et bois ! Donc un habitat réversible qui ne laisse aucune empreinte durable sur le sol. On ne construit pas une tente, on ne détruit pas une tente : on monte et démonte !

D’ailleurs, il existe un vide juridique concernant cette forme d’habitat qui n’est pas prévue dans ledit code de l’urbanisme. On demeure pantois devant l’acharnement des services publics dans ce dossier, « quand on connaît ce que peuvent être par ailleurs les infractions au code de l’urbanisme » !…

Inouï le sort réservé aux élus locaux des petites communes rurales ! Le jugement rendu ne tient aucun compte de la position du maire de la commune, de son conseil municipal et des habitants. Qu’en est-il de la décentralisation ? Qu’en est-il de la REVITALISATION DES ZONES RURALES ? Qu’en est-il de l’ÉQUITÉ TERRITORIALE !

Ce dossier pose le problème du DROIT AU LOGEMENT, en particulier du droit des personnes aux revenus modestes dans un contexte de crise économique grave. Non seulement le montant des loyers est prohibitif jusqu’à constituer plus de 50 % des revenus des plus modestes d’entre nous mais dans certaines zones dédiées au tourisme comme en Ariège, il est IMPOSSIBLE de trouver à se loger… Qu’en est-il du DROIT AU LOGEMENT ?

Il pose aussi le problème du DROIT AU TRAVAIL, du droit à s’abriter quand on participe à la richesse locale par son travail : comment occuper des emplois, être flexible, mobile… comment créer une activité… si on n’a pas de TOIT pour s’abriter et autour duquel rayonner ?

Des jeunes qui choisissent de vivre en respectant leur devoir en matière d’écologie et de préservation de la nature sont sanctionnés et condamnés par l’État en Correctionnelle comme des délinquants au lieu d’être encouragés pour ces initiatives !

Alors, il faut rappeler à l’État les obligations qu’il a lui-même fixées en matière de DROIT au LOGEMENT et d’ENVIRONNEMENT !

JUSTICE POUR LEA ET TOM EN APPEL, ILS DOIVENT OBTENIR LA RELAXE ! ET LE DROIT DE VIVRE DANS LEUR YOURTE HABITAT CHOISI MODESTE ÉCOLOGIQUE ET CITOYEN

MERCI DE LES SOUTENIR en signant et diffusant largement la pétition ci-dessous.

Quelques informations complémentaires :

Léa et Tom sont condamnés par l’État à devenir des SDF !

http://www.halemfrance.org/spip.php?article55

http://katipik.free.fr/?file=actualite

* DDEA : Direction Départementale de l’Environnement et de l’Agriculture.

Soutiens : associations HALEM (association pour les Habitants de Logements Ephémères et Mobiles), DAL, CHEYEN, Vie et Habitat Choisis, Permis de Vivre, Ma Cabane, Passerelle Eco, Terres de Couleur, et… liste en cours.