Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2015

Directeur de la CIA : les solutions militaires désormais «impossibles» au Moyen-Orient

Après avoir financé les élections d'OBAMA et avoir tenu compte des avertissements de Moscou, le Directeur de la CIA se rétracte lui aussi !

C'est sûr que si la Russie détruit tous les camps de formation, les fortifications, les munitions et coupe tous moyens d'alimenter en armement les mercenaires de la CIA/Mossad en Syrie, il n'est plus possible pour la CIA de continuer ses actions militaires contre l'armée Syrienne et contre Bachar Al-Assad.

Voir aussi :

WikiLeaks dévoile un deal entre Obama et la CIA

Moscou: l'allusion du Pentagone sur des actions au sol en Syrie ne signifie pas qu'ils vont le faire

La Maison Blanche a dit ne pas vouloir lancer de vaste opération de terrain en Irak et en Syrie

 

Directeur de la CIA : les solutions militaires désormais «impossibles» au Moyen-Orient

Alors que des pays comme la Libye, la Syrie ou l’Irak sont en proie à la violence et l’instabilité, le chef du renseignement américain extérieur, appuyé par son homologue français, a soutenu que la région était arrivée à un point de non-retour.

Bernard Bajolet, patron de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) française et John Brennan, directeur de la CIA, se sont croisés dans une conférence académique donnée à Washington ce mardi, où ils ont défendu une position similaire.

«Le Moyen-Orient que nous avons connu est fini et je doute qu'il revienne», a déclaré le Français. «La Syrie est déjà morcelée, le régime ne contrôle qu'une petite partie, environ un tiers du pays établi après la Seconde guerre mondiale, […] le Nord est contrôlé par les Kurdes et nous avons cette région centrale contrôlée par [le groupe] Etat islamique», a-t-il expliqué, ajoutant que la situation était pareille en Irak.

 

En savoir plus : Diplomatie syrienne : Daesh n’a fait que s’étendre malgré l’intervention de la coalition américaine

John Brennan, patron de la CIA, a lui affirmé : «lorsque je regarde la dévastation en Syrie, en Libye, en Irak, au Yémen, c'est difficile pour moi d'envisager un gouvernement central dans ces pays qui soit capable d'exercer un contrôle ou une autorité sur ces territoires bâtis après la Seconde guerre mondiale». Il a ensuite estimé qu’il était désormais «impossible» d’appliquer une «solution militaire dans chacun de ces pays».

Aller plus loin : «On ne pourra mettre un terme à la guerre en Irak qu’en mettant un terme au militarisme [américain]»

La France soutient les groupes terroristes en Syrie, estime Bachar El-Assad

Les vérités de Bachar Al-Assad.

La France soutient les groupes terroristes en Syrie, estime Bachar el-Assad

Le président syrien lors d'un discours à Damas

© Sana Source: Reuters - Le président syrien lors d'un discours à Damas

Alors qu’une délégation parlementaire française était ce mercredi à Damas pour discuter, en dépit de la réprobation de l’Elysée, avec le président syrien, ce dernier a dénoncé le rôle joué par les autorités françaises dans le conflit.

«De nombreux pays de la région ou occidentaux, dont la France, continuent jusqu'à présent de soutenir le terrorisme en donnant une couverture politique aux groupes terroristes en Syrie et dans la région», a-t-il affirmé à l’agence de presse officielle Sana. Il a par ailleurs estimé que «le terrorisme est la raison principale de la souffrance du peuple syrien [...], ainsi que l'embargo imposé à la Syrie».

Le 27 octobre, une délégation de trois députés français s'est rendue à Damas afin d’y rencontrer Bachar el-Assad. Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate breton, qui était du voyage, a déclaré que la solution au conflit passerait par un dialogue avec le président syrien, «qui est en place et qui est élu par le peuple syrien».

En savoir plus : «Beaucoup de députés français souhaitent qu’on commence à discuter avec Assad», selon Jacques Myard

Cette position est à l’opposé de celle défendue par le gouvernement français. En 2012, le chef de la diplomatie, Laurent Fabius, avait affirmé que «le régime syrien doit être abattu et rapidement» et que «Bachar el-Assad ne mériterait pas d'être sur la terre». La même année, le même Fabius avait déclaré à propos du groupe djihadiste, le Front al-Nosra, combattant aux côtés des rebelles contre le président de la Syrie, que «sur le terrain, ils font un bon boulot», comme l’avait alors rapporté le journal français Le Monde. A la tribune des Nations unies, François Hollande a souligné, concernant le chef de l’Etat syrien qu’«étant le problème, il ne pouvait pas faire partie de la solution».

Ce n’est pas la première fois que la France et ses alliés dans le dossier syrien, se voient accusés de soutenir des groupes terroristes contre Bachar el-Assad. Plus tôt, en octobre, un archevêque syrien avait demandé au Royaume-Uni de stopper son soutien aux islamistes

Lire aussi : Le président syrien Bachar el-Assad se déclare prêt à des élections anticipées

 

28/10/2015

La mort programmée des peuples et des nations par la franc-maçonnerie (Vidéo)

Conférence de Philippe Ploncard d'Assac du samedi 3 octobre 2015 à Paris.

Cercles Nationalistes Français


La mort programmée des peuples et des nations

 

La Syrie a abattu 5 drones des terroristes

 

Oct 27, 2015 16:03 UTC - IRIB- L’armée syrienne a battu 5 petits drones des opposants armés à Rif Nord de Derra.

Et ce alors que lundi les avions de combat russes ont pris pour cible les positions et repaires des terroristes sur les hauteurs stratégiques de Tal al-Hara et de Tal al-Antar, à proximité de la localité d’al-Adas, dans la banlieue Nord de la province de Derra. Ils ont réussi à anéantir nombre de ces positions.

 

 

Le chef de file des francs-maçons français met en garde contre le FN, Florian Philippot riposte

La secte judéo-maçonnique qui a fomenté la Révolution Française et inventé la République maçonnique, se sentirait en danger si le FN était élu en 2017 !

La secte oublie allègrement que jusqu’à preuve du contraire, la France est une Monarchie, certes sans Roi, mais toujours une Monarchie : aucun Roi de France n’ayant jamais annulé la Constitution Monarchique Constitutionnelle promulguée par le Roi Louis XVI en 1791. Dès lors toutes leurs constitutions, ne sont que les constitutions de fait, avec lesquelles ils trompent les français ignorants de l’Histoire de France et du Droit Civil.

La secte Judéo-Maçonnique, n’aime pas le populisme, il paraît !

Ce qui confirme que la Révolution dite française, n’a jamais été voulue par le peuple français et qu’il s’agissait bien d’un coup d’état maçonnique fomenté par la secte judéo-maçonnique contre le Roi Louis XVI !

Nous rappelons au passage que Jean-Marie LE PEN est Royaliste et qu’à ce titre le FN ne peut pas admettre la Révolution dite française et la République maçonnique !

Déclaration de Louis XX

« La question institutionnelle n'a jamais été plus actuelle. Elle constitue un enjeu politique de première importance et tous les Français doivent souhaiter qu'elle soit publiquement débattue, pour ne pas laisser à d'illégitimes oligarchies le soin de trancher pour nous la question de notre avenir national."

Le chef de file des francs-maçons français met en garde contre le FN, Florian Philippot riposte

La plus importante des obédiences maçonniques françaises met en garde contre le Front national. L'état major du parti frontiste répond.

© Wikipedia

La plus importante des obédiences maçonniques françaises met en garde contre le Front national. L'état major du parti frontiste répond.

Dans le Journal du Dimanche (JDD), le grand maître du Grand Orient de France a fait part de ses craintes de voir le Front national mettre en danger la République. Le numéro deux du parti frontiste dénonce «le ridicule» de l’intervention.

Le Grand Orient de France, les francs-maçons, les obédiences… Chaque intervention d’un cadre des loges maçonniques fait réagir. Quand elle concerne le FN, ayant le vent en poupe dans les sondages, elle devient une poudrière, un vaste terrain explosif.

Dans le dernier JDD, Daniel Keller, patron de la  première obédience maçonnique d’Europe, a mis en garde contre un «Front national qui est l’expression d’un bloc qui, finalement, n’a jamais admis la Révolution française, n’a jamais admis la République et dont les racines philosophiques, intellectuelles et politiques sont authentiquement réactionnaires.»

 
Daniel Keller se place en défenseur de Marianne, pour lui «la République reste un combat". "Ce n’est pas un régime acquis définitivement. Si tout le monde baisse les bras, je le dis : la République est en danger.»  Le maître du Grand Orient appelle même les «150 000 à 170 000 maçons de France» à se mobiliser pour faire barrage au FN.

Des maçons qui, selon lui, ont pour rôle de «réapprendre aux gens à se parler, retisser du lien». «Le rôle des maçons c’est d’être les pédagogues de la République, et de rappeler que la République, ce n’est pas le populisme», déclare-t-il.

Les francs-maçons inquiets pour 2017

«On est en train de dérouler le tapis rouge au Front national. Ce qui paraissait impossible devient chaque jour un peu plus vraisemblable s'agissant de la présidentielle de 2017.» Par ces mots, Daniel Keller résume le sentiment de peur grandissant qui touche sa communauté. Il semble d’ailleurs craindre que la France «soit à la veille d'une explosion sociale».

Concernant les élections régionales, Daniel Keller milite pour le front républicain : «Le désistement républicain est, selon moi, le minimum à faire. Il faut éviter au maximum des triangulaires au second tour des régionales. Le désistement, ce n'est pas une magouille. C'est accepter de sacrifier ses propres couleurs pour l'intérêt général.»

Le leader du Grand Orient de France a également un avis sur la crise des migrants. Pour lui, Ils sont «une chance pour l’Europe».

Florian Philippot contre-attaque

A la lecture des propos de Daniel Keller, le sang du numéro deux du FN n’a fait qu’un tour. Florian Philippot critique une volonté de jouer «sur les peurs» et se montre très… très offensif :  «Ces gens là ne se sentent-ils pas ridicules, au bout d'un moment ? La République est en danger. Ecoutez, ils nous ont fait le même coup aux municipales de 2014 en nous expliquant que si le Front national remportait des villes, la République était en danger, que ces villes allaient être noyées sous les sauterelles et que le soleil allait s'arrêter de briller.»

Florian Philippot accuse Daniel Keller de se soustraire du débat, de «refuser la démocratie, de terroriser les gens». Il en profite pour mettre un tacle au leader franc-maçon qui userait d’une méthode «qui ne fonctionne plus parce que les gens n’y croient plus».

Jean-Marie Le Pen aussi

Le patriarche en a profité pour y mettre son grain de sel. Et attaquer, à nouveau, la stratégie de dédiabolisation entreprise par sa fille : «Les propos de Daniel Keller devraient pousser la direction du FN à méditer sur la vacuité de son rêve de dédiabolisation. Ceux qui pensaient que la mise à l'écart de Jean-Marie Le Pen pouvait séduire des milieux qui lui sont structurellement et philosophiquement hostiles reçoivent aujourd'hui un méprisant démenti.»

En tête des sondages dans plusieurs régions, au centre d’un feuilleton politico-médiatico-judiciaire qui n’en fini plus, le FN est sur tous les fronts.