Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2010

On ne pourra pas sauver le « soldat euro »…

Il y a quinze jours, le banquier suisse Alexandre Wohlwend annonçait avec fracas la fin de l’euro dans les médias suisses, et accusait les États-Unis d’avoir “contaminé l’Europe avec leur concept de mondialisation et de profit maximum à court terme”. Pour la revue Flash, notre camarade Clovis Casadue a rencontré ce financier qui ne pratique pas la langue de bois.

arabesque

Dans un récent entretien accordé au quotidien suisse la “Tribune de Genève, vous avez annoncé la fin de l’euro, rompant ainsi avec le discours feutré auquel vos banquiers nous ont habitués.

Je dois préciser que je n’appartiens à aucun parti politique, que je n’ai pas de tendance politique et que je suis viscéralement Suisse, donc neutre en ce domaine. Je ne suis pas non plus un donneur de leçons. Mon analyse est donc fondée sur une profonde réflexion. Je pense que l’euro est réellement malade, il n’y a rien de subversif dans tout cela, mais cette monnaie, par son essence plurinationale, et en raison des déséquilibres des pays la partageant, est vouée à disparaitre.

Et la fin de la devise européenne, ce serait pour quand ?

Je ne veux pas me hasarder dans un pronostic chiffré, mais cela pourrait être assez rapide. J’estime qu’avant cinq ans, les pays européens auront largement commencé à se retirer de la zone euro pour revenir à leur monnaie nationale. La fin de l’euro s’effectuera par paliers.

Cette monnaie restera un certain temps entre 1,20 et 1,26 dollar, puis viendra une période où elle s’échangera entre 1,12 et 1,14. Enfin, si la “ligne de flottaison” historique à 1,08 dollar est rompue… Ce sera alors le plongeon final…

Les pays de la zone euro pourraient-ils récupérer leur monnaie nationale ?

Je crois que cela est inexorable. C’est d’ailleurs le seul plan de sauvetage possible. L’euro tel qu’il a été conçu n’est qu’un leurre. Nous sommes entrés dans la seconde phase d’une crise mondiale. Une crise qui est structurelle et systémique.

On a voulu fabriquer une Europe sur le modèle des États-Unis et cela n’est absolument pas viable. Ce qui se passe aujourd’hui avec la Grèce est le premier symptôme du dysfonctionnement.

Quand un État connaît une évolution sociale, financière et salariale qui le met en porte-à-faux par rapport à ses pays partenaires en matière de commerce ou vis-à-vis d’une monnaie commune, on parle alors de “choc asymétrique”. Quand un pays est souverain, il peut régler ce problème par un réajustement, par une dépréciation ou une dévaluation de sa monnaie. Dans le cas présent c’est impossible.

Mais le pouvoir européen voudrait placer les pays de la zone euro – et les Allemands l’ensemble de l’Union européenne – sous tutelle, justement pour en ajuster les économies…

Cette harmonisation fiscale et salariale est impossible. C’est-à-dire placer tout le monde au même niveau pour liquider ce choc asymétrique. La Grande-Bretagne refuse catégoriquement. Les pays de l’Est ne sont pas entrés dans l’Union pour cela, et pour tous les autres, on risque de se retrouver avec une situation de révolte semblable à celle de Mai 68.

En ce moment, l’Europe est euphorique parce qu’elle est droguée à l’endettement. Or cette “solution” ne fait qu’augmenter la dose de drogue en créant encore plus de dettes !

On peut éventuellement créer une embellie temporaire sur les marchés boursiers mais on ne pourra pas sauver “le soldat euro” de cette façon. Tout cet argent sera finalement ponctionné auprès des contribuables. On va aller vers une paupérisation grandissante des peuples européens, ce qui risque d’entraîner une crise sociale importante. On le voit déjà aujourd’hui : les pays qui s’en sortent le mieux sont ceux qui, comme le nôtre (la Suisse, Ndlr), ont conservé leur monnaie.

Quel est votre intérêt à vous exprimer dans les médias ?

Depuis l’article de La Tribune de Genève, je n’ai pris que des coups. J’essaie simplement de faire passer, dans le débat démocratique, un autre avis que celui qui est formulé par le consensus financier.

Mon combat est celui de la vérité et de l’honneur. Beaucoup de gens partagent mon opinion.

Parfois, le progrès, c’est de savoir revenir en arrière.

Propos recueillis par Clovis Casadue pour la revue Flash

Publié en exclusivité sur Mecanopolis, avec l’aimable autorisation de Jean-Emile Néaumet, directeur de la rédaction

Télécharger l’article de la revue au format pdf

Reproduction libre avec indication des sources


Sommaire de FLASH n°41 :

• Contre la mondialisation : vive le vin français ! Entretien exclusif avec l’œnologue Alexandre Rougé, part en guerre contre le pinard Mc World !

• La basilique de Saint-Denis en ruine ? Karim Ouchikh vole au secours des tombeaux des rois de France. Flash relaie la pétition des Manants du Roi en page 7

• Bhoutan : le pays où l’immigration est interdite. L’Île de Sercq, du droit féodal aux prédateurs capitalistes… Les révélations de Christian Bouchet en pages 8 et 9

• Délinquances : Alain Soral fait le tri en page 11

• Les bois sculptés de Jean de Villiers, artisan français : Marie-Claire Roy les a vus pour vous en page 14

• Contre le fléau Lady Gaga, Nicolas Gauthier a trouvé l’antidote en page 15. C’est Corinne Bailey Rae !

• Clermont-Ferrand, champion de France de rugby ? Gabriel Fouquet salue l’exploit de cette équipe pas comme les autres en page 16…

Pour vous abonner en ligne et en toute sécurité : www.flashmagazine.fr

flash41

07/06/2010

Citations sur les banques

Radio Ici et maintenant


Tiré d'une émission de mars 2009
http://www.dailymotion.com/Ici_Et_Maintenant

L'Argent Dette de Paul Grignon (FR intégral):http://www.dailymotion.com/video/x75e0k_largent-dette-de-...

L'Argent Dette 2 : Promesses Chimériques 2010 FR:http://www.dailymotion.com/video/xbqww7_largent-dette-2-p...


http://www.dailymotion.com/video/xbzjq3_citations-sur-les-banques-ici-et-ma_webcam



Les assassins économiques

John Perkins : La corporatocratie est ce groupe d'individus qui administre nos plus grosses corporations et ils agissent réellement comme les empereurs de cet empire. Ils contrôlent nos médias, soit par la possession directe ou par la publicité. Ils contrôlent la plupart de nos politiciens car ils financent leurs campagnes, soit au travers des corporations ou par des contributions personnelles qui émergent des corporations. Ils ne sont pas élus, ils ne remplissent pas un mandat, ils ne rendent de compte à personne, et, au sommet de la corporatocratie, vous ne pouvez distinguer si la personne travaille pour une société privée ou le gouvernement car ils font toujours un mouvement de va-et-vient. Donc, vous avez un type qui est, un moment, le président d'une grosse société en bâtiment, comme Halliburton, et, le moment suivant, il est le vice-président des États-Unis, ou le président qui était dans les affaires pétrolières.


Les assassins économiques - 1/2

http://www.dailymotion.com/video/xc4n0n_les-assassins-eco...

 


John Perkins : Nous, assassins économiques, sommes les réels responsables dans la création du premier véritable empire global et nous travaillons de plusieurs façons différentes. Mais, peut-être que la plus commune est que nous identifions un pays détenant des ressources, comme le pétrole. Alors, nous arrangeons un énorme prêt pour ce pays auprès de la banque mondiale ou l'une de ses organisations sœurs mais l'argent ne va jamais réellement au pays. Il est plutôt utilisé par nos grosses corporations pour construire des projets d'infrastructure dans ce pays. Centrales énergétiques, parcs industriels, ports... Des choses qui profitent à quelques personnes riches de ce pays, en plus de nos propres corporations, mais certainement pas à la majorité des gens du tout. Dans tous les cas, les gens, l'ensemble du pays conserve une dette énorme. C'est tellement une grosse dette qu'ils ne peuvent payer, et ça fait parti du plan... Ils ne peuvent pas la rembourser!


Les assassins économiques - 2/2

http://www.dailymotion.com/video/xc4n67_les-assassins-economiques-2-2_webcam



06/06/2010

Bilderberg dénoncé au Parlement Européen


Conférence non-intégrale. Le coût de la dernière réunion des bilderberg a couté plus de 600 000 euros de fonds PUBLICS....

Bilderberg dénoncé au Parlement Européen (1er Juin 2010)

http://www.dailymotion.com/video/xdkj37_bilderberg-denonc...



Le BILDERBERG 2010 en ce moment à Barcelone (manifestation)

Des manifestants protestent contre la réunion (surprotégée) du Bilderberg.




04/06/2010

Allemagne : le débat sur le retour au mark progresse

Quand quitterons-nous l'Euro et l'Europe ?


Brèves /
Allemagne : le débat sur le retour au mark progresse
2 juin 2010 - 09:37

2 juin 2010 (Nouvelle Solidarité) – Après les prises de position d’Ansgar Belke, directeur de recherche du très officieux Deutsche Institut für Wirtschaftforschung (DIW, Institut allemand de recherche économique) de Berlin, c’est le tour à la presse financière d’ouvrir le débat sur le retour au mark.

Un article du quotidien financier Handelsblatt du 25 mai rapporte que des directeurs de hedge funds conseillent à leurs clients d’abandonner leurs positions en euros, car la monnaie unique ne peut plus tenir.

Le même jour, le Frankfurter Allgemeine Zeitung, le quotidien de la communauté bancaire de Francfort, citait le chef de la Fondation Ludwig Erhard, qui estime que « l’Europe des Etats sous le toit d’une union monétaire est une erreur depuis le début ». Pour lui, ce renflouement colossal a infligé un « coup mortel » à l’union monétaire.

Pour sa part, Wirtschaftswoche, l’hebdomadaire de référence du monde des affaires, a fait de la crise de l’euro son dossier principal dans la semaine du 27 mai. Il écrit que le plan de sauvetage de l’UE, sur le dos des contribuables allemands, augmente la pression en faveur du retour au mark. « Une telle sortie serait faisable, conclut le dossier. La Bundesbank pourrait tout de suite fournir aux banques accréditées des liquidités, puisqu’elle s’occupe de toute façon des affaires du marché ouvert. En outre, elle a accès à des réserves en devises fortes se montant à environ 142 milliards d’euros, composées de monnaies étrangères, d’obligations et d’or. En attenant la mise en circulation des billets de marks fraîchement imprimés, les billets d’euros imprimés ici peuvent servir de monnaie nationale. Les notes imprimées en Allemagne comportent un X avant le numéro de série. Et les pièces (…) ont au verso un symbole national, comme l’aigle. »

Un mark restauré serait sans doute réévalué, après la sortie de l’euro, estime le WiWo, mais cela ne pénaliserait pas trop les exportations, car d’un côté, l’industrie allemande bénéficierait de l’importation meilleur marché de matières premières et de produits semi-finis, et de l’autre, les exportations allemandes dépendent davantage de leur qualité que du taux de change.

Précisons que tout retour aux monnaies nationales ne pourraient que se faire que dans le cadre d’une Glass-Steagall global et d’un plan de relance de l’économie physique mondiale comme le réclame Lyndon LaRouche.