Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2011

La chine conseille aux chinois d'épargner en lingot d'argent accusant les banquiers d'escrocs

http://www.lepouvoirmondial.com/media/00/01/259016370.jpg

 

La Chine a interdit par décret l'exportation d'argent métal. C'était un scud contre les grosses banques du cartel anglo-américain qui manipulent les cours sur les marchés à terme. En interdisant l'exportation d'argent, ce sont 154 millions d'once (4800 tonnes) que la Chine retire du marché mondial, soit le tiers de la consommation industrielles d'argent en 2008  ( 447 millions d'onces) ou près de 20% de la demande globale.
Le gouvernement chinois autorise et encourage la population à épargner en lingots d'argent, il y a eu des campagnes officielles engagées par les médias du pays : dans les journaux télévisés, dans les spots publicitaires, etc..!

( Les communistes conseillent utilement leurs citoyens tandis que les politiciens du monde libre entretiennent le mensonge sur la plus grande crise économique de l'Histoire qui se profile).

En septembre 2009, la Chine a officiellement annoncé qu'elle autorisait ses sociétés à faire défaut sur les marchés des  "produits dérivés" sur les matières premières  (sans toutefois préciser s'il s'agissait de pétrole ou d'argent métal).


La Chine a laissé entendre qu'elle considérait ces "dérivés" financiers comme frauduleux et les banques émettrices comme des escrocs.


Selon le rapport de la BRI (Banque des Réglements Internationaux) la production minière a été vendue 45 fois sous la forme de produits dérivés.  Deux à trois grosses banques anglo-saxonnes, impliquées dans cette affaire, sont aujourd'hui INCAPABLES de livrer de telles quantités.


lingot_tigre


Les multinationales bancaires JP Morgan et HSBC totalisent une position de vente d'argent à découvert, qu'elles devraient livrer physiquement un jour, de 500 millions d'onces, soit 66 % de la production minière actuelle. La situation est tellement catastrophique pour ces deux grosses banques (elles détiennent 95% des positions vendeuses sur l'argent métal) que leurs positions sur ce marché ne sont plus publiées ! Normal puisqu'elles ne disposent plus de sources d'approvisionnements tangibles.


Le même phénomène existe sur le marché de l'or physique où des banques occidentales sont vendeurs à découvert (donc obligation de rachat) de 60 000 tonnes d'or.

La Chine et quelques autres pays alliés peuvent à tout moment faire sauter le système bancaire américain..!

Londres passera probablement à la trappe avant New-York..!

silverchinaimport

On comprend pourquoi les Rothschild ont quitté le marché des métaux précieux de Londres... voué au mieux à la fermeture.

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2011/02/21/20449...

 

18/01/2011

Wall Street et l'argent dans le monde : L'indispensable Commission Pecora,

Intéressant à écouter et à voir pour voir qui mène le monde à sa ruine et où passe notre argent !

L'indispensable Commission Pecora

http://www.dailymotion.com/video/x8vhac_l-indispensable-c...

 



20/12/2010

Vous voulez comprendre pourquoi il y a eu le 11 septembre ?

 

Et le pourquoi de toutes les guerres qui défigurent notre planète, engendrent souffrances et famines, et coûtent des milliards alors que l'austérité va s'abattre sur nous ?

Mais vraiment cette fois ? La vraie raison ?

15 minutes pour sortir vos têtes du sable...

Michael Ruppert - Le grand échiquier de Zbigniew Brzezinski




"Michael Ruppert est éditeur et rédacteur en chef de "From the Wilderness" ["En direct de la Jungle"], un journal américain paraissant sur Internet qui est lu par plus de 16 000 abonnés dans une quarantaine de pays. Ancien inspecteur des "stups" du "Los Angeles Police Department" (LAPD), il est aujourd’hui largement connu aux Etats-Unis et ailleurs pour ses articles fracassants sur l’implication des E-U dans le commerce de la drogue, le pic pétrolier, et le 11 Septembre."

Dans cette conférence, Michael Ruppert propose un décryptage du livre de Zbigniew Brzezinski, intitulé "Le grand échiquier", paru en 1997. En effet, Brzezinksi y affirmait qu'un nouveau "Pearl Harbour" serait nécessaire aux USA pour justifier aurpès de l'opinion publique les projets militaires et impérialistes américains.

Pour en savoir plus :
http://www.reopen911.info/livres/franchir-le-rubicon-tome...

Wikileaks / Anonymous - 100 millions de $ détournés le 11/9 + l'influence croissante du crime organisé isra élien

Voilà ce que l'on apprend par Wikileaks !


Wikileaks / Anonymous - 100 millions de $ détournés le 11/9

 http://www.dailymotion.com/video/xg3cea



Dans les heures précédant les attentats du 11/9 et même après que les avions aient percuté les tours du WTC, les ordinateurs installés dans les tours ont enregistré un flux de transactions anormalement élevé en taille et en volume. Plus de 100 millions de $ selon l'évaluation de l'expert Richard Wagner, de Convar.

Commencées dans la nuit du 10 au 11 septembre 2001, ces opérations se sont intensifiées le matin du 11 et se sont poursuivies alors même que les tours en flammes étaient sur le point de s'effondrer.

ANONYMOUS - OPERATION LEAKSPIN - Un Appel à l'Action
http://www.dailymotion.com/video/xg3ann


 L'Opération Payback change de nature et devient l'Opération Leakspin, "jeu de mot", qui appelle aux membres d'Anonymous de publier ces informations embarrassantes partout où ils le peuvent.

Comment réagiront les Sarkozy, Obama, Bush, Merkel, Cameron, Brown, Karzaï, Hu Jintao, Shimon Peres, Netanyahou, Medvedev, Poutine, Erdoğan, Benoît XVI, Chavez, Abbas, l'ONU, le Vatican, le FMI et bien d'autres encore, à la diffusion de ces révélations ?

Wikileaks révèle l'influence croissante du crime organisé israélien (Antiwar.com)
http://www.legrandsoir.info/Wikileaks-revele-l-influence-...

Un peu plus sur la genèse de Wikikeaks, qui sont-ils, qui sont leurs amis: vidéos en anglais
http://media.ccc.de/browse/congress/2008/25c3-2916-en-wikileaks.html

  

18/07/2010

Le plan d’aide de 750 milliards servira à recapitaliser les banques européennes

Article placé le 17 juil 2010, par Spencer Delane (Genève)

Le plan d’aide de 750 milliards d’euro mis en place en mai dernier avait pour but de venir en aide aux États de la zone euro en difficultés. L’Eurogroupe vient de décider qu’il servira a recapitaliser les banques qui ont échoué aux « stress-tests ».

stresstest

Décidé en mai dernier par l’Eurogroupe, en lien avec le Fonds monétaire international (FMI), sans aucune consultation du Parlement européen, le plan d’urgence de 750 milliards d’euros était la réponse aux attaques des marchés à l’encontre des pays de la zone euro, et avait pour but de couvrir les obligations d’États de ces pays en difficultés. La mise en place de ce mécanisme s’appuyait sur l’article 122-2 du Traité Lisbonne, qui permet de venir en aide à un État membre confronté à de « graves difficultés ».

Réuni jeudi soir, l’Eurogroupe a décidé qu’il en serait autrement, et que ces 750 milliards serviront a recapitaliser les banques dont le résultat des « stress-tests » aura démontré que leur ratio de solvabilité, appelé Tier one, est inférieur au minimum de 4% fixé par les régulateurs internationaux.

Le commissaire européen des Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, a également confirmé que, « si ces tests révélaient des difficultés pour une banque, elles pourraient avoir recours aux aides et aux mécanismes de protection nationaux, la Commission s’engageant à se saisir du dossier rapidement pour donner son indispensable feu vert, et faire appel au fonds d’aide d’urgence en cours de création, financé à hauteur de 60 milliards d’euros par le budget communautaire et capable de mobiliser, au total 750 milliards d’euros avec le soutien du FMI. » (1)

Les « stress-tests » ont pour but de déterminer le seuil de résistance des banques sans la perfusion permanente de la Banque centrale européenne (BCE). Les résultats seront publiés le 23 juillet, après une réunion extraordinaire des principaux intéressés (91 banques européennes) organisée deux jours plus tôt à Francfort par la BCE.

Dans un entretien accordé hier au journal autrichien Kurier (2), Jean-Claude Juncker, patron le l’Eurogroupe, a tenté de rassurer en indiquant que ces tests ne devraient pas mener à de « grosses catastrophes ». Néanmoins, après l’expiration d’un emprunt géant fait par le BCE il y a 10 jours, force est de constater que les banques de la zone euro continuent à se méfier les unes des autres, et que les flux des marchés interbancaires sont au point mort, obligeant hier la BCE à décidé à rouvrir ses guichets aux banques pour deux opérations dites de refinancement.

Comme nous l’avions indiqué en mai dernier (3), les 750 milliards du plan d’urgence seront donc affectés à la recapitalisation des fonds propres des banques, sur le compte des contribuables et de deux générations futures. Le FMI profitera de son engagement dans le processus pour augmenter encore la pression sur les États membres afin qu’ils accentuent les mesures d’austérité déjà misent en place ou en cours de réalisation.

Mais il sera impossible de sauver de la faillite les petites banques, comme les caisse d’épargne espagnoles, qui ont totalement perdu l’accès au marché interbancaire fin mai. Ces petites banques ne survivront pas à l’accentuation de la crise des États sur la dette espagnole. En plus de payer la crise, les contribuables des pays en difficultés pourraient voir leurs économies disparaitre. Mais qui s’en préoccupe ?

Spencer Delane, pour Mecanopolis

Notes :

1. Article des Echos

2. Article du Kurier

3. Lire Et maintenant, l’euro-dollar ?