Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2014

Docteur Konstantin G. Korotkov Le Photon en Image - Quantiqueplanète Reims 2012

Encore des preuves scientifiques que l'Homme est électrique, relié à l'UNIVERS et à la Terre électriques et un être de lumière, notamment par le biais de ses chakras et de ses cellules électriques. 

Vous connaissez l'effet Kirlian, ces images sombres entourées d'un halo électrisé. Les recherches menées depuis plus de dix ans par le Pr Korotkov ont démontré que cet effet de « couronne » est provoqué par une excitation électrique des gaz diffusés par la peau humaine, ce qui ouvre la voie à un procédé scientifique d'imagerie électro-photonique (EPI). L'équipe du Dr Korotkov à Saint-Pétersbourg a ainsi démontré que les « flammèches » fournissent, par leur forme et leur localisation, des informations importantes à propos de l'état de santé physique et psychologique de la personne testée.

le Pr Korotkov se base sur les récentes théories issues de l'évolution de la physique et de la cosmologie pour montrer que l'univers est de nature non physique et que son émergence peut se faire à partir d'un champ de potentialité plus subtil que l'énergie elle-même, un champ immatériel qui ressemble davantage à un champ de conscience qu'à de la matière.

cliquez ici pour plus d'informations concernant cette image

Le photo ou la particule de lumière

Docteur Konstantin G. Korotkov Le Photon en Image
Quantiqueplanète Reims 2012


International Union of Medical and Applied Bioelectrography

Human Light System

http://iumab.org/index.php/human-light-s-system

http://korotkov.tv/images/stories/74780_421425157891768_812222946_n.jpg

 

http://www.korotkov.eu/

http://korotkov.tv/

http://korotkov.tv/index.php/productions/human-lights-sys...

GDV CAMERA by DrK & Kirlian Techniques

http://gdvcamera.com/

 

 

02/12/2014

Un bouclier invisible protège la Terre des "électrons tueurs". L'invention des électrons tueurs !

Voilà que maintenant on nous invente l'existence "d'électrons Tueurs "!

Il faut bien nous faire peur de l'UNIVERS-DIEU dont nous sommes tous issus ! C'est faire abstraction que l'UNIVERS est électrique, que la Terre est électrique et que l'Homme est électrique ainsi que toutes ses cellules qui participent grâce à leurs électrons à favoriser notamment, la fonction respiratoire des cellules.

Voir la Mitochondrie, l'appareil respiratoire de la cellule : ICI

Et la chaîne respiratoire de la cellule avec les Réactions d'oxydo-réduction - Relation de Nernst - NAD(P)+

Chaîne respiratoire - Théorie chimio-osmotique - Synthèse d'ATP : ICI 

Schema de la respiration cellulaire

On vous parle bien d'examens médicaux tels que : l'électro-encéphalogramme, d'électro-myogramme, d'électro-cardiogramme, et de l'IRMN, Investigation à la résonance magnétique nucléaire (noyau des atomes). C'est bien que nous sommes tous des êtres électriques animés par les électrons.

En revanche, il faudrait surtout que la NASA nous explique comment elle fait depuis des décennies pour passer les ceintures de radiation de VAN ALLEN sans cramer les astronautes et leurs engins spatiaux lorsqu'ils traversent ces ceintures de radiations solaires et comment ils font pour voyager durant des années et pour propulser leurs engins dans l'espace durant 10 ans, comme nous en avons eu un exemple dernièrement avec le robot Philae !

 

* - Espace : L'homme peut-il franchir les ceintures de Van Allen ?

Et à ce propos, depuis le temps qu'ils vont dans l'espace, ils découvrent ce bouclier invisible, juste maintenant ?

Un bouclier invisible protège la Terre des "électrons tueurs". L'invention des électrons tueurs !

Publié le 2 Décembre 2014

Un bouclier invisible protège la Terre des "électrons tueurs"

Des physiciens ont découvert l'existence d'une nouvelle barrière de particules située à quelques 11 000 km d'altitude, qui protège la planète des électrons à haute énergie venus de l'espace.

A plus de 11 000 km au-dessus de nos têtes, un bouclier invisible nous protège des électrons à haute énergie, des particules très énergétiques surnommées "électrons tueurs" en provenance de l'espace, et qui se déplacent à des vitesses proches de celle de la lumière.Telle est la conclusion d'une étude publiée le 26 novembre 2014 dans la revue Nature.

Pour comprendre, il faut d'abord savoir que la Terre possède un bouclier naturel extrêmement efficace contre les particules à haute énergie en provenance de l'espace : la ceinture de Van Allen (du nom de son découvreur James Van Allen, qui a montré leur existence en 1958). La ceinture de Van Allen est une zone contenant une grande densité de particules très énergétiques, et dont la forme ressemble de fait à une ceinture, entourant la Terre autour de l'équateur magnétique.

Or, la Ceinture de Van Allen est en réalité composée de deux parties distinctes : la ceinture intérieure, située entre 700 km et 10 000 km d'altitude, et la ceinture extérieure, qui se trouve entre 13 000 km et 65 000 km.

Et c'est précisément sur la composition de la ceinture extérieure de Van Allen que porte la découverte réalisée par les auteurs de cette nouvelle étude. En effet, ces derniers se sont aperçus que la ceinture extérieure de Van Allen possède une bordure interne qui est une sorte de barrière totalement infranchissable pour les électrons à haute énergie.

En quoi est-ce une surprise ? C'est que jusqu'ici, les chercheurs pensaient que les électrons à haute énergie étaient capable d'entrer dans la haute atmosphère, pour ensuite être détruits par leurs interactions avec les molécules présente dans l'air terrestre. En réalité, tel n'est donc pas le cas : la bordure interne de la ceinture extérieure de Van Allen empêche totalement les électrons à haute d'énergie d'entrer dans la haute atmosphère terrestre.

Pour parvenir à ce résultat, le physicien américain Daniel Baker (Université du Colorado (Etats-Unis) et ses collègues ont utilisé les données fournies par les deux sondes Van Allen, lancées par la NASA en 2012 dans l'objectif d'étudier l'environnement spatial situé autour de la Terre.

Ces travaux ont été publiés le 26 novembre 2014 dans la revue Nature, sous le titre "An impenetrable barrier to ultrarelativistic electrons in the Van Allen radiation belts" .

 

 

 

 

 

Les preuves que la vie sur Terre provient du Cosmos, des comètes, des astéroïdes, des étoiles et de la Voie lactée.

Est-ce qu'ils vont nous emmerder encore longtemps avec leurs baptêmes forcés, leurs religions reptiliennes et leur monothéisme qui sont  des insultes à l'intelligence humaine ?

Faites votre révolution spirituelle et larguez les amarres avec près de 4000 ans d'emprisonnement dans la matrice reptilienne !

Encore des preuves que la vie sur Terre provient de l'UNI-VERS, ce qui n'a rien à voir avec la religion, et l'invention d'un Dieu Unique ou le monothéisme reptilien !

Tournez vos yeux vers la science et vers l'UNI-VERS dont nous sommes tous issus, au lieu d'aller chercher Dieu dans les églises alors que vous l'avez en VOUS et tout autour de VOUS !

DIEU = l'UNI-VERS GLOBAL ou le TOUT !

RECREEZ l'UNITE avec l'UNI-VERS et avec le TOUT !

Le dossier à télécharger : ICI

 

1  - La nature et la composition des queues des comètes et ICI 

2  - Les Molécules des Comètes

3  - Composition chimique de la comète Hale-Bopp

4  - Découverte de deux nouvelles molécules dans la Voie Lactée

5  - Des molécules indispensables à la vie produites par une étoile super géante

6 - Des acides aminés d'origine extra-terrestre découverts sur une comète

7 - Des acides aminés découverts dans des échantillons de comète

8 - Des morceaux d’ADN dans les météorites - Vidéo ICI

9 - Du sucre détecté autour d'étoiles en formation !

10 - L'adénine du premier ADN : une origine extraterrestre ?

11 - Comètes: des corps "chevelus" de mieux en mieux compris

12 - Une molécule inattendue découverte dans l'espace interstellaire

 

18/11/2014

La vie : origine et distribution possible dans l'univers par André Brack - Astrobiologiste

BRACK André

Astrobiologiste

Spécialiste en exobiologie

 

Sa biographie sur Futura Sciences : ICI

 

Il y a environ 4 milliards d'années, se développèrent dans l'eau terrestre des structures capables de se reproduire et d'évoluer. L'omniprésence de la cellule dans tous les systèmes vivants suggère un ancêtre commun de type cellulaire. Dans la mesure où la formation des ARN/ADN porteurs de la mémoire cellulaire apparaît comme peu probable dans l'eau de la Terre primitive, on peut penser que la vie primitive émergea de structures plus simples que la cellule et l'ARN. La simplicité de ces structures suggère qu'elles ont de réelles chances d'apparaître et de se développer chaque fois que sont réunies les conditions qui ont contribué à l'apparition de la vie terrestre : eau liquide, atmosphère, micrométéorites et/ou sources hydrothermales sous-marines. Ces conditions existaient vraisemblablement sur Mars il y a 4 milliards d'années et existent peut-être encore aujourd'hui sous la calotte glaciaire d'Europe, l'une des lunes de Jupiter. Les 83 molécules organiques détectées dans le milieu interstellaire par radioastronomie et la découverte d'une vingtaine de planètes extrasolaires permettent d'envisager la présence de vie au-delà du système solaire.
 

 

http://www.canal-u.tv/video/universite_de_tous_les_savoir...

 

07/11/2014

Comètes : des corps "chevelus" de mieux en mieux compris et contribuant à l'apparition de la vie sur la planète bleue.

Une preuve de plus que notre vie sur terre est d'origine extraterrestre. Les comètes, l'un des éléments nourriciers de notre planète.

Comètes : des corps "chevelus" de mieux en mieux compris

AFP le 07/11/2014 à 11:44

a3165607c470597199ad83525b08d5b6-0-628-517-4118083.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La comète 67P/Churyumov-Gerasimenko prise en photo quand Rosetta était à 28,6 km d'elle ( ESA/ROSETTA/NAVCAM/AFP/Archives / )

Les comètes ont longtemps fait peur: on les pensait annonciatrices de catastrophes (éruptions volcaniques, épidémies, guerres, famines). Mais elles suscitent désormais un véritable engouement populaire à mesure que les sondes spatiales leur donnent un visage.

Le mot comète vient du grec Komê qui signifie chevelure.

Une comète est un petit corps du système solaire constitué d'un noyau fait de glace, de matériaux organiques et de roches, et entouré de poussières et de gaz. On dit souvent que la comète ressemble à une "boule de neige sale".

Sa trajectoire souvent fortement elliptique passe périodiquement à proximité du Soleil, comme c'est le cas de Tchourioumov-Guérassimenko actuellement.

Lorsque la comète approche de l'astre, les glaces se transforment en gaz et les molécules gazeuses s’échappent du noyau sous forme de jets, explique à l'AFP l'astrophysicien Francis Rocard, responsable du programme Rosetta au CNES (Centre national d'études spatiales), l'agence spatiale française.

Ces jets puissants entraînent des grains de poussières conduisant à la formation d'un nuage de poussières et de gaz (la fameuse "chevelure" ou "coma").

Les molécules sont ensuite cassées et ionisées et sont alors entraînées par le vent solaire produisant une traînée lumineuse, la "queue d’ions".

"La pression de radiation induite par les photons du Soleil, pousse les petits grains de poussière, produisant une deuxième queue constituée de poussières", poursuit M. Rocard.

Les comètes captivent les scientifiques parce qu'ils pensent qu'elles ont pu apporter de l'eau et des molécules carbonées sur la Terre, contribuant ainsi à l'apparition de la vie sur la planète bleue.

En’86, six sondes spatiales ont survolé la célèbre comète de Halley. La sonde européenne Giotto a révélé que sa surface était plus noire que le charbon.

Depuis, d'autres comètes ont été survolées et "cartographiées": Borrely (2001), Wild 2 (2004), Tempel 1 (2005 et 2011) et enfin Hartley 2 (2010).

La comète 67P Tchourioumov-Guérassimenko est la sixième à livrer une partie de ses secrets.