Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2014

Face aux faiseurs de guerre, nous, l’armée des ombres, nous vaincrons !

Contre les faiseurs de guerres Illuminati/sionistes/reptiliens/satanistes, grands promoteurs du Nouvel Ordre Mondial et de l'Unique Gouvernement Mondial de dictature, NOUS L'ARMEE DES OMBRES en révélant au grand public leurs projets criminels et cyniques,  NOUS VAINCRONS en éveillant les consciences en mettant TOUT EN LUMIERE !


Si vous lisez ceci, c'est que vous êtes la résistance !

VOUS ETES L'ARMEE DES OMBRES ! AGISSEZ AVEC NOUS ! 

28 Juillet 2014

Face aux faiseurs de guerre, nous, l’armée des ombres, nous vaincrons

 

Face aux faiseurs de guerre, nous, l’armée des ombres, nous vaincrons

 

Ce titre fait  bien évidemment référence à ce merveilleux film de Melville, d’après un roman de Kessel, décrivant ces « soldats inconnus » de la résistance, qui ont donné leur vie, pour  la liberté et qui ont combattu l’occupation.

Aujourd’hui, la France et l’Europe ne sont pas officiellement en guerre.  La Guerre au sens conventionnel du terme se trouve ailleurs: guerres civiles en Irak, en Lybie, en Syrie,en Ukraine, guerre d’Israël contre les Palestiniens.

Mais il y a d’autres formes de guerre: monétaires, économiques, énergétiques et bien souvent les motifs des secondes se transforment en guerres conventionnelles par ceux qui veulent conquérir, coloniser, contrôler, garder le pouvoir: ceux que l’on peut appeler « les faiseurs de guerre ».

Pour pouvoir passer d’une guerre non conventionnelle à une guerre conventionnelle, il  faut un prétexte et il faut que ce prétexte soit crédible dans les opinions publiques; et là, nous entrons dans la Guerre de l’information. Il faut un mensonge, et plus le mensonge est gros, plus l’exploitation de ce mensonge est rapide, plus il a de chances d’être crû. Nos démocraties essayant encore de passer  pour des démocraties, tiennent compte de leur opinion publique. Il est donc essentiel que ces opinions publiques soient convaincues de la nécessité de la guerre, et c’est  le prétexte, bien souvent mensonger qui doit servir de déclencheur.

C’est ce qui s’est passé avec l’Irak en particulier, ou l’invasion de l’Irak s’est faite  sur un mensonge, avoué par la suite,  mensonge dont on attend toujours la sanction, car question de violation du droit international, celui-là était quand même énorme (armes de destruction massives qui n’existaient pas) avec le film malheureusement réel  et devenu célèbre d’une fiole agitée à l’ONU Pour prouver la nécessité absolue d’envahir l’Irak de toute urgence, ce qui fut fait)(1) .

Depuis il y a eu des  prétextes, comme celui du massacre de Ghouta (Syrie), sur lesquels curieusement, les médias occidentaux se sont tus soudainement, lorsqu’il est apparu que les soi-disant preuves de culpabilité n’étaient pas aussi évidentes que le prétendaient les « faiseurs de guerre ». 

1°) Un retour sur l’Ukraine

Quand le Gouvernement actuel de l’Ukraine a pris le pouvoir à la suite d’un putsch organisé avec le soutien des Européens et des Américains, en faisant en sorte qu’un Président élu soit destitué avec un début de guerre civile (Maidan),  les médias occidentaux se sont félicités du résultat de cette révolution  contre des oligarques corrompus en essayant de dissimuler le fait que le nouveau gouvernement n’avait vraiment rien de très modéré et encore moins de démocratique vu les partis qui avaient accédé au pouvoir.

Lorsque l’or de la Banque Centrale Ukrainienne a pris un avion pour les US, les médias se sont tus ( 2)

Lorsque le Russe a été interdit comme langue officielle en Ukraine, les médias se sont tus.

Lorsque de nombreux Ukrainiens ont réclamé une consultation démocratique, permettant aux régions de conserver une certaine autonomie, et se sont vus refuser cette consultation électorale sur la fédéralisation, les médias se sont tus.

Lorsqu’une centaine de personne se sont fait brûler dans des conditions inimaginables dans la ville d’Odessa, les médias se sont encore tus. Bien que cet épisode puisse être tout à fait comparé à un autre massacre, en France, du nom d’Oradour Sur Glane.

Lorsque les Populations Ukrainiennes ont voté pour leur sécession et leur indépendance, et en particulier le rattachement de la Crimée à  la Russie , les médias se sont indignés de cette  outrecuidance du peuple Ukrainien, dont certaines régions refusaient d’être rattachées au  Gouvernement de Kiev et à ses nouvelles manières de gouverner, imposant des mesures D’austérité décidées par le FMI,  et mettant les populations à la merci de groupuscules sanguinaires et incontrôlables.

Les médias ont juste oublié  qu’un peuple pouvait et devait se révolter contre la dictature, même si cette dictature prenait le masque d’une fausse démocratie. 

Tous les médias ? Non, justement, pas tous…  Les blogs de réinformation ont commencé à surgir, ce qu’on appelle les médias alternatifs, qui s’étaient déjà montré très actifs lors de l’épisode Syrien sur le massacre de  Ghouta, évoqué  précédemment. Ils ont réagi, apporté des informations, diffusé, relayé une multiplicité de déclarations, meurtres, exactions en tous genres,  en provenance de toute l’Europe, de tous les pays  et bien sûr de l’Ukraine elle-même, montrant que les séparatistes  aujourd’hui dénommé Terroristes étaient des gens comme vous, comme moi, civils pour la plupart,   et qu’ils n’avaient aucune confiance dans le nouveau gouvernement pour leur assurer le développement, la prospérité et la paix civile indispensable à un pays.

2°) Le plan Bzrezinski

Ce qu’il y a d’encore plus extraordinaire dans cette guerre de l’information, c’est que les plans des faiseurs de guerre étaient déjà connus et écrits. Ecrits non pas par des « conspirationnistes »  mais par ceux-là même qui les avaient conçus. Et là, il faut arriver au livre de Bzrezinski Le  Grand Echiquier  écrit en 1997 (3)(4).

Dans son livre, Bzrezsinki, fasciné par le concept d’empire, explique la stratégie de la nouvelle Rome impériale américaine, les moyens qu’elle s’est donnée pour  parvenir au contrôle,  et ceux qu’elle a l’intention de déployer pour conserver son hégémonie  sur toute la planète.

Et en particulier la conquête et le contrôle de l’Eurasie. Mais pour cela, il faut  absolument neutraliser le développement de la Russie  et de la Chine.

« Le but de ce livre est donc de formuler une politique géostratégique cohérente pour l’Amérique sur le Continent Eurasien . (page 25) »

Pour l’auteur, L’Amérique est le seul pays capable d’assumer le rôle de super puissance Globale  pour le bien de l’humanité  et son modèle  de culture et de développement économique doit se déverser  partout. Il n’y a point d’autre vérité que le libre-échange et la concurrence sans limites et sans entraves.

Ce qu’il y a d’ailleurs d’assez intéressant dans cet écrit, c’est également son obsession pour la notion d’élite supérieure: « L’empire britannique puise une bonne part de sa stabilité dans l’acceptation de la supériorité culturelle britannique »  (page 45)

Les outils de domination  de l’Empire Américain sont économiques,  monétaires,  militaires,  énergétiques,  et idéologiques. Et c’est là où nous en arrivons à quelque chose de fascinant: La notion de supériorité culturelle, raciale ou religieuse, qui est assez mal vue en Europe pour des raisons historiques qui tiennent autant aux guerres de religion ou à l’impérialisme religieux qu’à l’idéologie politique qui peut produire les pires des totalitarismes. Les Européens sont assez réfractaires aux dogmatismes d’empire, qu’ils soient religieux ou politiques. Et quelque part, ils sont encore plus réfractaires aux totalitarismes car ils en ont vécu un certain nombre. Les Etats Unis n’ont pas cette histoire.

Il est donc indispensable  pour la doctrine Bzrezinski ou ceux qui l’appliquent de trouver des arguments ailleurs que dans cette supériorité  « révélée ». 

L’inféodation de l’Ukraine est un passage incontournable pour contrer le développement de la  Russie ainsi que pour le contrôle de l’Eurasie. Et la guerre de la communication est l’OUTIL  par lequel cette prise de contrôle doit se faire, puisqu’il est hors de question compte tenu de l’histoire des Européens de faire référence aux vraies motivations  écrites par Bzrezinski: la supériorité culturelle et politique du modèle américain !

J’ai parlé au début de l’article de contrôle énergétique. L’Ukraine est également un endroit stratégique par sa situation géographique et son statut de distributeur de gaz en provenance de Russie. Nous en arrivons à une situation bien plus  vaste  également évoquée  par Bzrezinski dans sa volonté de nouvel ordre mondial et planétaire sous l’égide de l’empire…  Il s’agit bien sûr des pays du Proche Orient.

Si l’hégémonie américaine peut  se conserver par les armes ou par la monnaie, l’un de ses plus fidèles alliés au Proche Orient doit bénéficier d’une autre moyen de contrôle: les politiques et les ressources énergétiques. Les choses deviennent claires, les pays du Proche Orient   et cette partie du bassin Méditerranéen sont d’une richesse  extraordinaire  en gisements de gaz et de pétrole.

Le JSS NEWS nous dit (5): Grâce aux gisements gaziers Tamar et Léviathan, la real politique conduira les Etats vers une voie encore trop peu explorée, l’israélisme.

Quel regard portera le monde sur le minuscule état israélien, lorsque celui-ci fera son entrée dans « la cour des grands », en tant qu’état producteur/exportateur de gaz et de pétrole ?

En effet, au-delà de cette indépendance non négligeable, tant espérée de surcroit, se trouve un autre filon à exploiter, et non des moindres, un filon politique et stratégique, véritable levier contre l’anti-israélisme.

On peut rajouter depuis l’écriture de cet article du Jss news, un autre gisement d’une extrême importance, exploitée par une société Palestinienne du  nom de Gaza Marine. L’état palestinien, Gaza Marine devaient signer un contrat avec Gazprom  en Juin 2014. (6)

 

3°)  Les Mensonges et les Manipulations de L’opinion publique

La violence trouve son seul refuge dans le mensonge et le mensonge, son seul soutien dans la violence. Tout homme qui a choisi la violence comme moyen doit inexorablement choisir le mensonge comme règle 

Alexandre Soljenytzine 

Le Cri. Le discours du prix Nobel - L'Express, septembre 1972.

Ces stratégies de domination  et de contrôle absolu ne peuvent être efficaces dans des pays  ayant l’histoire des pays Européens dans lesquels un Torqueimada, pas plus qu’un Hitler ou Pol Pot, n’auraient à nouveau beaucoup de  chances de  faire recette. Il faut  donc impérativement fabriquer des prétextes et des motifs, et passer par un manichéisme binaire dont les américains sont très friands : la désignation d’un bouc émissaire.

Ce bouc émissaire ne peut être aujourd’hui personne d’autre que Vladimir Poutine.

Le modèle américain  qui doit être imposé à l’Ukraine, comporte trois aspects particulièrement importants:

A)La possibilité de masser des troupes dans le Pays alors qu’il ne fait pas partie de l’Otan (possibilité prévue par une surprenante autorisation en cours devant le Congrès des USA. Cette loi allant même jusqu’à  s’ingérer dans les politiques d’autres pays limitrophes de la Russie comme la Georgie et la Moldavie, même si ces derniers n’appartiennent pas à l’Otan 

 Possibilité confirmée par une invraisemblable résolution du Parlement Européen déclarant que  l’annexion de la Crimée  est une  violation du droit international, résolution sans doute destinée à éviter tout procès démocratique pour s’engager dans une guerre contre la Russie  à la demande des Américains, sous prétexte bien sûr de protéger l’Ukraine, ou la Pologne par exemple. On peut d’ailleurs se demander au nom de quelle inégalité une telle résolution n’a pas été votée pour Israël.

B)La privatisation de ses secteurs stratégiques  et leur braderie totale dans la pire des situations qui soient (7), le plan  venant d’être enclenché et le fils du Vice-Président Américain Joe Biden, semble en être un des heureux bénéficiaires (8)

 

C)La mise sous coupe par le FMI dont le prêt ne sera accordé que si l’Ukraine récupère les territoires de l’Est dont les Séparatistes ont voté l’indépendance.

 

Nous sommes totalement dans le concept de guerre préventive, inaugurée par les USA, mais qui n’est destinée qu’à  s’assurer du contrôle sur des ressources énergétiques et des territoires, ainsi que le maintien de l’hégémonie américaine mise en péril par des décisions très récentes des Brics, sur la création d’une nouvelle architecture financière indépendante du système financier occidental,  et ce fameux réseau de maillage décrit par Bzrezinski destiné à contrôler le bon comportement des vassaux, le FMI étant l’un des fer de lance  de ces organisations.

 

4°) L’armée des Ombres

Et c’est là où j’en viens  à la quatrième partie  de cet article: l’armée des ombres.

Le prétexte  du Crash de l’avion Malaysien  n’a visiblement pas fonctionné comme il aurait dû.  La culpabilité de la Russie, ni même celle des séparatistes Ukrainiens étant impossible à établir,  il devient essentiel dans le discours médiatique Européen de désigner le mal absolu,  lui donner forme  et visage, et nous sommes en train d’assister à une diabolisation médiatique de Vladimir Poutine comme rarement vue, sans doute également destinée à  influencer l’opinion publique Russe pour chercher une déstabilisation de l’intérieur.

Sur le crash en lui-même, comme sur Ghouta, nous n’aurons sans doute jamais de vérité officielle.

Il s’est produit  là aussi quelque chose de très important.

Une armée de fourmis internautes, dans tous les pays,  Ukraine incluse, se sont mises à se poser des questions, ont cherché ensemble, échangé sur les blogs participatifs, se sont envoyées des informations,  les ont fait traduire. Cette gigantesque intelligence collective qui n’a que faire d’une quelconque supériorité culturelle, raciale ou religieuse, d’un clivage politique ou confessionnel, s’est mise à  essayer par tous les moyens d’apporter sa brindille à la recherche de la vérité.  Et elle a tellement bien réussi ce formidable enjeu médiatique, que malgré  la paresse (pour ne pas parler de veulerie des médias mainstream habituels),  elle a  réussi à mobiliser l’opinion publique et à attirer son attention sur le fait que la vérité était peut être très éloignée de la version officielle.

En France, le site qu’il faut absolument signaler pour sa couverture des évènements Ukrainiens depuis la destitution de Ianoukovitch jusqu’au crash du Boeing MH17, est celui d’Olivier Berruyer qui a fourni  un travail de titan sur ces sujets.

http://www.les-crises.fr/

Ces relais multiples ont permis à quelques personnalités médiatiques en vue, de chercher une autre vérité et de le clamer haut et fort.  Je pense notamment à Oliver Stone ou aux articles de Robert Parry, journaliste d’investigation très renommé aux USA, ou encore Paul Craig Roberts, ancien sous-secrétaire d’état au Trésor américain.

Ces fourmis permettent d’établir des liens, de s’étonner de la synchronicité d’un bon nombre d’évènements, d’apporter de nouvelles informations, de les relier entre elles, de faire ressortir celles qui devraient rester cachées.

Les réseaux sociaux  et les médias alternatifs  deviennent des acteurs majeurs de cette guerre de l’information, par leur recherche de la vérité, de la compréhension du pourquoi, devant ces avalanches de mensonges et de désinformations.

Ils sont cette armée des ombres, armée de fourmis résistantes, qui en permettant  de démasquer les mensonges feront peut-être en sorte que cette nouvelle guerre voulue par les USA  n’ait pas lieu.

Et leur (notre) action est d’autant plus importante et d’autant plus urgente que les récentes déclarations du Président Obama (10), comme celle de son chef d’état-major (9) , le Général Dempsey, montrent que ces faiseurs de guerre sont plus que pressés (11 et 12).

« “Les attaques russes transforment le paysage politique de la sécurité en Europe”

Nous sommes l’armée des ombres et je pense que pour beaucoup d’entre nous, nous ne voulons pas de cette guerre, alors sachons faire en sorte qu’elle n’ait pas lieu par la réinformation que nous pouvons apporter.

Sachons à nouveau susciter cette prise de conscience des masses Européennes que déplorait Bzrezinski à la conférence de l'EFNI en 2012, car elle les avait empêché d'atteindre les objectifs qui étaient les leurs! (13) 

Une fourmi anonyme 

 

---------------------

NOTES:

(1)http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/20130308.OBS1260/l-incroyable-histoire-du-mensonge-qui-a-permis-la-guerre-en-irak.html

(2)http://egotusum.wordpress.com/2014/03/10/alerte-les-usa-font-main-basse-sur-lor-ukrainien-355-tonnes/

(3) Le Grand échiquier version PDF https://docs.google.com/file/d/0B2_kPhcc1PYdTVJ5dURnenk0MFU/edit?pli=1

(4) http://ae-editions.eklablog.com/brzezinski-le-grand-echiquier-a58273885

(5)http://jssnews.com/2012/05/25/les-hydrocarbures-israeliens-seront-le-plus-puissant-des-leviers-diplomatiques/

(6)http://blogs.mediapart.fr/blog/ivan-villa/240714/gaza-le-gaz-dans-le-viseur

(7)Ukraine à vendre : http://french.ruvr.ru/2014_07_21/LUkraine-a-vendre-5150/

(8)http://www.zerohedge.com/news/2014-07-25/company-which-joe-bidens-son-director-prepares-drill-shale-gas-east-ukraine

(9)http://defence.pk/threads/stepping-on-the-path-of-open-hostility-%E2%80%93-us-to-create-new-military-alliance-against-russia.325330/

http://www.lalibre.be/actu/international/washington-publie-des-images-prouvant-que-la-russie-tire-sur-l-ukraine-53d5206d3570667a638e61d0

(10)http://www.defense.gov/news/newsarticle.aspx?id=122751

déclaration du chef d’état major américain  sur le nouvel environnement sécuritaire européen , traduite par Olivier Berruyer dans cet article :

(11)http://www.les-crises.fr/le-chef-detat-major-des-armees-us-les-attaques-russes-transforment-le-paysage-politique-de-la-securite-en-europe/#comment-155761

(12)Déclaration du Président Obama sur  les tirs Russes sur l’Ukraine .

http://www.lalibre.be/actu/international/washington-publie-des-images-prouvant-que-la-russie-tire-sur-l-ukraine-53d5206d3570667a638e61d0

       (13)  http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=bHknL5z8f6k

Source : http://www.wikistrike.com/2014/07/face-aux-faiseurs-de-guerre-nous-l-armee-des-ombres-nous-vaincrons.html

26/07/2014

Leçon de "CHOSES". Vidéo: Vladimir Poutine fait la leçon à Barack Obama et ses alliés

Nous rappelons au passage que Vladimir Poutine a une formation de Juriste.

 

Posted on juil 25, 2014 @ 10:17

poutine force

Dans une conférence de presse tenue le 17 juillet dernier, le président russe revient sur ce qui marque l’actualité du monde, tout particulièrement en Ukraine. Il parle des sanctions américaines à l’encontre de la Russie, fustigeant le manque de professionnalisme des autorités américaines. 

Le président russe accuse les Etats-Unis de pousser Kiev à la guerre et évoque leurs différents échecs en Afghanistan, en Irak ou en Libye. Une façon de leur dire qu’ils ne retiennent jamais les leçons du passé. Que dire du FMI qui donne de l’argent à Kiev alors que le pays est en guerre, ce qui est proscrit dans ses statuts ? Du grand art.

Vladimir Poutine sur l'Ukraine et les nouvelles sanctions US

https://www.youtube.com/watch?v=wPGNcYEA5ak

 

http://allainjules.com/2014/07/25/lecon-de-choses-video-v...

 

24/07/2014

Poutine : Israël n'a d'autre choix que de se soumettre au cessez-le-feu

Jeudi, 24 juillet 2014 11:16

Poutine : Israël n'a d'autre choix que de se soumettre au cessez-le-feu

IRIB- « la poursuite des opérations militaires aggravera davantage la situation humanitaire à Gaza »
a déclaré, le Président russe, Vladimir Poutine, lors d'un entretien téléphonique, avec le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu. « la poursuite des opérations militaires aboutira à la mort de davantage de civils » a-t-il précisé.
 
« Israël n'a d'autre choix que d'accepter le cessez-le-feu et de résoudre la crise actuelle par des voies politiques » a-t-il indiqué. « La Russie est, toujours, prête à mener des efforts de la médiation et contribuer à l'application des ententes entre les deux parties, ainsi que les plans pacifiques dans le cadre de l'ONU » a-t-il ajouté.

 

 

 

 


 

Poutine, le temps de la revanche est venu

Poutine, le temps de la revanche est venu

Par M. K. Bhadrakumar
India Punchline, le 24 juillet 2014

article original : "Putin, it's your payback time"


Le premier sur le terrain remporte la mise et une personne comme le président Barack Obama qui a grandi sous les tropiques d'Hawaï et d'Indonésie devrait le savoir bien mieux que son homologue russe, Vladimir Poutine de Leningrad. L'empressement avec lequel Obama s'est rué pour prendre très tôt la tête de la guerre de propagande sur l'Ukraine par rapport à Moscou donne presque l'impression qu'il espérait qu'une telle tragédie se produise. Jusqu'à présent, il n'a eu aucune conversation téléphonique avec Poutine - pas même pour établir certains faits avant toute chose.

C'est tout le contraire pour la Chancelière allemande Angela Merkel et les deux chefs d'Etats les plus affectés par la tragédie de ce malheureux avion malais - le Premier ministre néerlandais Mark Rutt et le Premier ministre malais Najib Razak. En fait, Rutt a déjà discuté à deux reprises de cette tragédie avec Poutine et ils se sont mis d'accord sur la suggestion de ce dernier d'une ouvrir une « enquête indépendante et équitable » sur le tragique événement de Donetsk, menée par l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale avec la participation de « toutes les parties concernées », et, dans l'attente, d'exiger « un cessez-le-feu inconditionnel et immédiat » en Ukraine de l'Est.

Obama acceptera-t-il une telle approche ? Merkel et Razak ont tout deux été immédiatement d'accord avec Poutine. Or, un cessez-le-feu en Ukraine est la dernière chose qu'Obama a en tête, avec le vive-président Joe Biden qui presse constamment le Président Petro Porochenko à aller de l'avant dans la répression militaire contre la région rétive et rebelle de Donetsk, afin que d'une manière ou d'une autre un point de non-retour soit atteint dans les relations entre la Russie et l'Europe, dont l'équilibre est pour le moins délicat.

Certes, Moscou a perdu la guerre de propagande vis-à-vis de Washington. On en revient à la période de la Guerre Froide. Les USA ont toujours eu des kilomètres d'avance sur l'Union Soviétique en matière d'opportunisme - que ce soit durant la crise des missiles à Cuba, en Afghanistan ou le Dr Jivago de Boris Pasternak.

Pour moi, la Russie est à la faute ici. C'est ce qui arrive à une maison divisée. Tout observateur chevronné a pu s'apercevoir que Moscou a été tiraillé dans des directions opposées par ceux que l'on appelle les « occidentalistes » et ceux que l'on appelle les « orientalistes », ces derniers étant en retrait. La crise ukrainienne devrait être un signal d'alarme. Le fait est que l'histoire n'est pas finie et que la Russie ne pourra jamais faire partie du monde occidental. Elle est trop grande, trop différente, trop puissante et ingérable. La présence de la Russie dans la maison européenne serait un défi au leadership transatlantique des Etats-Unis et remettrait en cause la raison d'être de l'Otan, et avec elle l'euro-atlantisme comme leitmotiv des stratégies mondiales des USA.

Il est grand temps que les « occidentalistes » au sein des élites moscovites réalisent que ce à quoi ils s'accrochent n'est qu'une chimère. Il n'y a aucun précédent dans l'Histoire où les USA ont jamais traité un autre pays - y compris la Grande-Bretagne - sur un pied d'égalité. Par conséquent, le destin de la Russie est dicté par le besoin de consolider sa position en tant qu'acteur mondial indépendant. Elle a la capacité de le faire, mais, hélas, la volonté et l'intérêt de discerner qui est un allié potentiel et qui ne l'est pas lui fait trop souvent défaut.

Cela fait de l'appel téléphonique, [samedi dernier], du Président iranien Hassan Rouhani à Poutine une chose des plus intéressantes pour un observateur de la Russie. Bien sûr, Rouhani n'a pas abordé l'Ukraine. Il aurait été surprenant qu'il le fasse.

Certes, c'est un moment poignant dans les relations russo-iraniennes. Le Kremlin a dû coopérer avec l'administration Obama dans l'esprit de la (tristement) célèbre « réinitialisation » américano-russe pour faire pression sur l'Iran et isoler ce pays à un moment où Téhéran avait le dos au mur. Bien sûr, c'était à un moment où les « occidentalistes » à Moscou faisaient la loi et qu'ils débordaient de confiance, pensant qu'ils avaient un accord avec Obama, en montrant sans retenue qu'ils partageaient les valeurs américaines. Pour eux le monde entier semblait tourner à l'heure américaine.

A présent, la roue a fait tour un complet. La réinitialisation s'est avérée être une farce macabre que l'administration Obama a jouée à ceux du Kremlin. Et la plus grande ironie de toutes est que la Russie est aujourd'hui traitée avec une avalanche de sanctions par les Etats-Unis, à moins qu'elle n'agisse de façon appropriée vis-à-vis de l'Ukraine, de façon très similaire au traitement subi par l'Iran jusqu'à l'année dernière.

Et pourtant Rouhani n'a pas abordé l'Ukraine avec Poutine. Mais il a laissé à Moscou de quoi réfléchir. Le fait est que la Russie est tout simplement un ami sincère et un partenaire stratégique de l'Iran à ce moment précis où les discussions entre les Etats-Unis et l'Iran sont finalement prêtes à avancer. Moscou peut prendre l'avantage sur les Etats-Unis et rendre des coups aux partisans de la guerre froide à Washington là où ça fait le plus mal.

Il est assez évident que l'avantage américain dans les négociations avec l'Iran faiblit. Un retour en arrière (avant que les pourparlers directs n'aient commencé) est impossible ; une frappe militaire contre l'Iran n'est pas réaliste ; si les pourparlers n'aboutissent pas, Téhéran reprendra son programme nucléaire à pleins gaz. En somme, l'Iran a rompu l'encerclement par les Etats-Unis. C'est la signification de la date limite du 20 juillet pour trouver un accord sur le nucléaire. Il n'y a rien d'autre à dire.

A présent, ce que la Russie peut faire est de faire des confettis avec le régime des sanctions américaines contre l'Iran en procédant simplement à étendre à leur pleine capacité ses relations avec ce pays - que ce soit dans le domaine de l'énergie ou en matière de coopération de défense. Après tout, l'argument de la Russie a tout du long été qu'elle se conforme uniquement aux sanctions des Nations Unies. Pour le dire simplement, mettre en pratique ce que prêche Moscou. Par ailleurs, ce sera également la chose correcte à faire vu sous l'angle des relations d'affaires - être à Téhéran avant les entreprises américaines.

On peut le dire autrement : obliger les Etats-Unis à négocier dans l'urgence avec l'Iran qui a le soutien total de la Russie. Il n'y a aucune confrontation ici avec les Etats-Unis de la part de la Russie, d'autant plus que la Russie ne fera que renforcer et élargir ses relations avec un pays ami.

Le fait est que les Iraniens donneront du fil à retordre aux Américains. Il n'y a aucune chance pour que Téhéran renonce à ses énormes actifs qui représentent des centaines de milliards de dollars, que les Etats-Unis ont confisqués dans le sillage de la chute du Shah ; c'était un vol manifeste. Les Iraniens n'oublieront jamais non plus que les Américains ont délibérément abattu un avion civil iranien en 1988 - sachant parfaitement bien qu'il s'agissait d'un avion civil - tuant 300 personnes à bord.

J'ai commencé à m'occuper de l'Iran pour la première fois en 1989, lorsque j'étais un diplomate de carrière, et je me suis rendu dans ce pays de si nombreuses fois que je suis incapable de dresser toute la liste de mes visites dans ce pays. Si je connais bien l'Iran, je peux aller jusqu'à affirmer : Rouhani est venu en aide à Poutine à un moment capital de la politique mondiale de notre époque.

Lire également : L'ombre de l'Ukraine plane sur les steppes d'Asie Centrale

M K Bhadrakumar a servi en tant que diplomate de carrière dans les services extérieurs indiens pendant plus de 29 ans. Ses affectations incluent l'Union Sovétique, la Corée du Sud, le Sri Lanka, l'Allemagne, l'Afghanistan, le Pakistan, l'Ouzbékistan, le Koweït et la Turquie.

Traduction [JFG-QuestionsCritiques].

Lire également : L'ombre de l'Ukraine plane sur les steppes d'Asie Centrale

http://questionscritiques.free.fr/edito/AsiaTimesOnline/M_K_Bhadrakumar/Poutine_Kiev_USA_revanche_200714.htm

 

18/07/2014

Kiev a communiqué trop vite que le Boeing s'était écrasé (aiguilleur du ciel espagnol)

Assassinat manqué de Poutine ?

Ils sont devenus tous prophètes dans l'état sioniste quand ils ont prédit à l'avance que les 3 jeunes israéliens allaient être enlevés et tués, et maintenant les nazis de KIEV ont communiqué trop vite que le Boeing s'était écrasé alors qu'il s'avère qu'il a été abattu en vol ?

Si ce n'est pas de la préméditation, on peut se demander ce que c'est ?

Il faut dire que Poutine a de quoi agacer les USRAEL/UE, les Rothschild et Cie, en ce moment, en voulant sortir de la main mise du Dollar en ayant créé la Banque du Développement avec les pays des BRICS !

 Les BRICS en route vers l'indépendance financière (Poutine)

Aujourd'hui, 00:51

Kiev a communiqué trop vite que le Boeing s'était écrasé (aiguilleur du ciel espagnol)

Kiev a communiqué trop vite que le Boeing s'était écrasé (aiguilleur du ciel espagnol)

Par La Voix de la Russie | Quelques minutes avant le crash du Boeing malaisien en Ukraine des avions militaires ukrainiens ont été observés dans sa proximité, a communiqué sur son compte Twitter l'aiguilleur du ciel espagnol qui gérait le vol de l'avion de Malaysia Airlines.

Selon lui des avions militaires ont croisé le Boeing 777 trois minutes avant sa disparition des radars.

« Quang le Boeing a disparu, les autorités de Kiev nous ont annoncé qu'il s'était écrasé. Comment pouvaient-elles l'apprendre si vite ? », écrit le contrôleur aérien sur sa page.


Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_07_18/Kiev-a-communique-trop-v...