Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2014

Benjamin Fulford : La Cabale se décompose ! Poutine le nouveau Messie avec les BRICS !

Les sionazistes de la FED/Illuminati/Sionistes/Reptiliens et la Cie de Rothschild, Rockefeller, et la clique attendaient leur messie (l'antéchrist) et ils ont eu Poutine avec les BRICS pour les éliminer de la circulation !

Bravo Poutine, le nouveau Messie salvateur de la Planète et de l'Humanité !
Ils ont bien fait d'aller l'attaquer à ses frontières en Ukraine, tiens !

C'était l'occasion rêvée pour Poutine de les contrer une bonne fois pour toutes et Poutine devait déjà les attendre au tournant !

Après la Crimée prise sans verser une seule goutte de sang, les BRICS, les accords avec la Chine et autres pays alliés, les sanctions dont l'Europe ne se relèvera pas si elles durent !

L'hiver arrive et nous allons voir si l'Europe sera chauffée avec le Gaz Russe.

Il ne manquerait plus, pour que le tour soit complet, que Poutine décide de couper le robinet de Gaz, non seulement à l'Ukraine mais aussi à l'Europe pour leur faire passer l'hiver au frais si ce n'est à l'ombre !


mercredi 27 août 2014

Benjamin Fulford : La Cabale se décompose !

La grande offensive d'automne contre les Nazionistes va commencer malgré la persistance de menaces de massacres proférées par la cabale !   

 
Benjamin Fulford le 26 août 2014
 
L'été se termine et les cabalistes adorateurs de Satan tremblent dans la crainte de ce qui va se passer pour eux cet automne, selon la Société du Dragon blanc, la CIA, le gouvernement chinois et d'autres sources. 

Cependant, plutôt qu'un événement dramatique, la cabale se décomposera par une lente implosion produite par la mise en place de nouvelles structures internationales qui vont contourner leurs systèmes de contrôle financier, selon certaines sources.
 
Les ingénieurs de la finance et de l'économie réelle travaillent irrévocablement contre les gouvernements de la cabale aux États-Unis et en Israël, ainsi l'avenir est du côté des BRICS et des 188 nations de l'Alliance. 

Tout comme il est préférable d'attendre qu'un lion malade meurt plutôt que d'essayer de chercher la bagarre avec lui, la fin de la cabale est donc inévitable.

Néanmoins, il pourrait également y avoir quelques actions plus spectaculaires de prévues, mais il est évident qu'elles ne seront pas annoncées à l'avance. 

Nous pouvons dire, cependant, que ces actions prévues tournent autour de l'or, de l'argent, et, pour certains, du plomb (des balles ?). 

La cabale, pour sa part, continue à alimenter un faux alarmisme avec des événements médiatiques, sans arrêt dans un effort pour manipuler les opinions publics, mais le lavage de cerveau prend de moins en moins.
 
À cette fin, la cabale a récemment mis en scène la fausse décapitation d'un journaliste au Moyen-Orient, orchestré des émeutes raciales aux États-Unis, ont tenté de rallumer une guerre froide avec la Russie, tenté de démarrer une pandémie mondiale avec le virus Ébola, menacé de faire sauter Chicago, Los Angeles ou New York,…
 
Les gens qui ont écrit la devise du Mossad "par la tromperie, tu feras la guerre" de toute évidence n'ont jamais lu la parabole de l'enfant qui criait au loup. 

Les mensonges et les faux incidents ne sont plus pris comme argent comptant, par les gens qui sont de mieux en mieux informés, en particulier dans les organisations militaires et de renseignement dans le monde. 
 
Au lieu de créer l'effet désiré dans les directions prédéterminées, les récents événements organisés ont causé un profond dégoût dans l'ensemble des gouvernements du monde entier, des forces armées et d'autres organismes qui ont la possibilité de les combattre réellement le cas échéant.
 

http://www.agenceduvoyageacheval.com/_dyn/_produits/WARRI01/photo.jpg
 
C'est pourquoi les membres supérieurs de la cabale Nazioniste sont frénétiquement à la recherche d'un endroit pour échapper à ce qu'ils considèrent comme une purge inévitable.

L'endroit où ils tentent de fuir actuellement est vers le Sud de l'Argentine. 
 
Les récents procès fait par les hedge funds et les tentatives de la cabale pour faire des chantages financiers contre le gouvernement de l'Argentine sont destinées à faire pression afin de permettre la fuite d'un million ou deux de cabalistes des bases américaines et de mettre en place, un nouveau gouvernement dans les régions côtières de Patagonie, selon un haut responsable de la cabale 
 
L'Argentine, cependant, a rejoint le Japon, Israël, la Corée du Nord, la Chine, la Nouvelle-Zélande et d'autres pays en refusant de permettre qu'un grand groupe de criminels satanistes s'installe dans leur pays.
 
Les cabalistes, en particulier ceux basés aux États-Unis et en Israël, devront faire face à la justice du peuple qu'ils ont si cyniquement exploité.

Certains hauts cabalistes, pour leur part, semblent croire avec arrogance qu'ils ne seront jamais chassés du pouvoir.
 
Lors d'une réunion entre les représentants de la cabale et de la société du Dragon Blanc à New York cet été un haut négociateur de la cabale ne voulait pas de compromis ou de rachat. 

Au contraire, il semblait fonctionner dans l'illusion que la cabale serait en mesure de poursuivre son système financier frauduleux indéfiniment.
 
Ceci peut être lié à des rapports de Neil Keenan qui disent que les trafiquants de drogue Nazionistes  Richard Armitage, Bill Clinton et un membre de la famille impériale japonaise sont en Indonésie et tentent de voler l'or appartenant à la population de la planète.
 
Il a également dit qu'il y avait des tentatives similaires en cours par des agents de la cabale pour voler l'or historique en Corée du Sud.
 
Les Membres de la Société du Dragon blanc au Japon et en Chine n'étaient pas en mesure de confirmer ces rapports d'Indonésie mais peuvent confirmer que le futur gouvernement Indonésien de Joko Widodo, en passe de prendre le pouvoir le 20 Octobre, n'est pas contrôlé par la cabale. 

Cela signifie que la cabale a une forte incitation à tout faire en son pouvoir pour mettre la main sur l'or d'Indonésie avant que le changement de pouvoir lors des prochaines élections.
 
Les sources confirment les efforts en cours pour voler l'or historique sud-coréen. 

Ceci est lié à la visite du Pape François en Corée du Sud qui a pris fin la semaine dernière.
 
La visite a été motivée par les efforts continus du Vatican, liés à la loge maçonnique P2, pour obtenir l'accès à l'or asiatique et afin de soutenir un nouveau système financier contrôlé par eux.
 
Dans ce qui pourrait être lié à cela, le pape Francis, lors de sa visite la Corée du Sud, a laissé entendre qu'il pourrait démissionner ou mourir dans les trois ans. 

Peu de temps après avoir dit cela, trois membres de sa famille sont morts dans un accident de voiture suspect en Argentine.
 

http://m2.paperblog.com/i/231/2310166/monaco-ndrangheta-colpisce-helene-pastor-L-QnZjIw.jpeg
 
Suite à cela, Kevin Annett du Tribunal international sur les crimes de l'Église et des État, qui dit que François est un criminel, a annoncé qu'il avait reçu des menaces de mort de la mafia italienne Ngdrangheta. 
 
Le sataniste Leo Zagami m'a dit qu'il avait été menacé aussi une fois par le Ngdrangheta.
 
En parlant de Annett, j'ai visité des communautés des Premières nations et fait des recherches au Canada cet été afin de déterminer la véracité de ses nombreuses allégations de génocide contre elles par le gouvernement canadien et les églises.
 
Une Commission pour la véritéetRéconciliation composée de membres des Premières Nations, a conclu que près de 4000 enfants sont morts dans les écoles au cours du siècle dans lesquelles ils travaillaient, principalement en raison d'un incendie, pas 50.000 tués, comme le dit Annett.
 
 
Le gouvernement canadien a présenté ses excuses et indemnisé les victimes de ces écoles. 
 
Toutefois, dans les cas où ont été commis des crimes, les responsables doivent être traduits en justice 
Dans tous les cas, il y a des menaces de mort et des tensions extrêmes aux niveaux élevés pour le contrôle du système financier mondial, et à travers lui, le statut de la première puissance mondiale.
 
Le Japon reste un champ de bataille clé dans la bataille pour mettre fin au contrôle de la cabale et de la finance mondiale. C'est pourquoi Armitage, ses collègues gangsters Nazionistes et leurs politiciens soumis japonais luttent désespérément pour garder le Japon comme un pays tributaire des Nazionistes. 

Cependant, ils sont déjà en train de piller le Japon d'une manière non durable et la faible rançon payée par le gouvernement esclave japonais ne sera pas suffisante pour les maintenir à flot beaucoup plus longtemps.
 
Des Sources du MI5 en Angleterre disent que les cabalistes Nazionistes, après avoir ruiné la Grèce afin d'acheter les actifs physiques de la Grèce à des prix défiant toute concurrence, comptent désormais sur la reconstitution de leurs trésors de guerre en faisant la même chose avec les actifs d'autres pays européens, à commencer par l'Ukraine et la France.
 
Pour éviter cela, les Allemands, les Français et les Britanniques font déjà des préparatifs pour abandonner les États-Unis et Israël, pour rejoindre l'alliance des BRICS, selon des sources de la CIA et du MI6 en Europe.
 
Pour tenter de maintenir l'Europe sous leur emprise, la cabale Nazioniste a adopté une stratégie d'utilisation des armées de mercenaires pour couper les points de passage de l'énergie alimentant l'Europe à partir du Moyen-Orient et de l'Ukraine. 
 
Des sources du Pentagone confirment maintenant que l'État soi-disant islamique ou ISIS est dirigée par un agent du Mossad sous le nom de Simon Elliot qui exécute le côté du Moyen-Orient de cette stratégie. 
 
Elliot suit également le plan de la cabale en cours pour créer une religion mondiale en attisant les tensions entre musulmans et chrétiens.

http://liesidotorg.files.wordpress.com/2011/12/pantins-marionnettes.jpg
Ce que les cabalistes ne semblent pas comprendre, c'est que le monde est malade et fatigué de ce gang de criminels internationaux qui envahissent les pays, volant les ressources, et, grâce à une gestion incompétente de la planète, qui entraînera la plus grande extinction de masse sur la terre depuis que les dinosaures ont été anéantis, il y a 65 millions d'années. 
 
Même s'ils parviennent à voler un peu plus d'or et de pétrole, ils seront rejetés comme des parias.
 
Pensez-y une minute, les soi-disant dirigeants de l'Occident que nous avons maintenant ne sont pas des visionnaires qui tentent de transformer les rêves d'un avenir idéal dans la réalité. 
 
Au contraire, ils sont des gangsters meurtriers qui mettent en scène de faux événements dans le but de manipuler l'opinion publique, pour déclencher des guerres et voler les ressources. 

Les politiciens que nous voyons sur la scène publique dans l'Ouest ne sont que leurs marionnettes.
 
Traduction : Filibert  pour Le Grand Changement 
 

17/08/2014

Petit florilège de contre-vérités anti-russe, où un exemple de propagande à la française

Petit florilège de contre-vérités anti-russe, où un exemple de propagande à la française

 "Petit florilège de contre-vérités anti-russe, où un exemple de propagande à la française"

Il faut taper sur la Russie, et chaque action de sa part, chaque mouvement, chaque décision doit être critiquée puisqu’elle représente l’ennemie de la démocratie, de la paix, du monde en général, et bien plus encore… Ça, c’est ce que nous sommes censés penser suivant les médias ou les politiques. Une des attaques contre Poutine et la Russie a eu lieu récemment dans Le Figaro, et comme les autres, elle est relativement aisée à démonter, il suffit de chercher un peu, de s’informer, même si certains des arguments présentés ici peuvent paraître plus ou moins discutables… Quand aux principaux critiques que sont les USA et l’UE vis-à-vis de la Russie, c’est quand même l’hôpital qui se fout de la charité…

« La Russie a une économie plus libre que la France sur deux points : le droit du travail et la fiscalité. C’est sans doute pour cela que le chômage russe est deux fois plus faible que le taux de chômage français ! »
Le 1er avril est au Portugal le jour du mensonge. Mais Pierre Avril pratique le mensonge par action et par omission toute l’année lorsqu’il s’agit de la Russie. Dans son article du Figaro du 8 juillet, « Poutine et les patriotes russes », nous avons repéré les contre-vérités qui suivent.

- « L’économie russe est au bord de la récession. » Mais l’auteur se garde bien de dire que c’est à cause de l’Europe en récession, principal partenaire commercial de la Russie. Il ment par omission en ne disant pas à son lecteur que le niveau de vie a plus que doublé en dix ans !

- « Chaque semaine, le code pénal s’enrichit de nouvelles lois répressives. » Mais l’auteur se garde bien de les nommer : chaque semaine ? J’ai été 13 ans parlementaire et cela me paraît impossible de faire voter un changement de code pénal chaque semaine à un parlement, quel que soit le pays. C’est se moquer du lecteur que d’écrire cela !

- « Le pays reste toujours plus dépendant de ses matières premières. » Des chiffres ! Où sont-ils ? Selon l’ONU, pas spécialement poutinienne, le poids du pétrole et du gaz dans le produit national russe serait de 15% (contre 40% pour l’Arabie Saoudite) : on est dans l’exagération « marseillaise » !

- « La corruption s’épanouit. » Elle existe (mais en France aussi !) ; sur quoi affirmer qu’elle s’épanouit ? Je pense qu’elle est moins forte que sous Eltsine. Pas un mot sur la législation anti-corruption votée grâce à Poutine à la Douma !

- « Les tares d’un système créé par Poutine. » Poutine a tout créé ? Je pensais que, comme tout chef d’État, il avait hérité de la situation laissée par son prédécesseur !

- « 86% de Russes approuvent Poutine. » L’auteur suggère que ce sont 86% de crétins atteints de « bouffées d’optimisme ». Monsieur Avril, lui seul, est lucide : bonjour l’humilité !

- « La société russe, très conservatrice, a salué la loi punissant la propagande de l’homosexualité. » M. Avril oublie exprès de dire que cela vise la propagande auprès des enfants uniquement ! Belle malhonnêteté, une fois encore !

- « Dans la plus pure tradition soviétique, des figures autrefois réputées pour leur indépendance comme le cinéaste Pavel Louguine ont signé des lettres de soutien au chef du Kremlin. » M. Avril veut absolument faire croire que la Russie de Poutine continue l’Union soviétique ! Les quelque 2000 entrepreneurs français qui travaillent en Russie pourraient attester du contraire !

- Les Russes se disent «patriotes». Où est le crime ? Mon père, officier de marine qui a commencé sa carrière sous la IIIe République, membre du Parti radical et résistant du réseau Combat, était patriote ! Et alors ? M. Avril aurait certes pu lui reprocher d’avoir été l’allié de Staline puisqu’il combattait Hitler !

- « L’ambiance de ce banquet patriotique était surréaliste. Dans les vapeurs d’alcool alternaient parades militaires et spectacles pop ou kitch. » On voit bien le mépris du peuple pour l’oligarque qu’est M. Avril ! Vapeurs d’alcool ? Vous croyez qu’on ne buvait pas de vin dans les banquets républicains français ?

- « Les résultats des sondages (pro Poutine) témoignent du fait que notre société est malade », juge l’écrivain anti-soviétique Lev Rubinstein cité avec admiration par Pierre Avril. Ce monsieur voudrait envoyer le peuple russe tout entier dans des asiles psychiatriques ?

- « Le vocabulaire évoque les sombres heures de l’ère stalinienne » puisqu’on parle de « traîtres à la patrie » : Avec ce genre d’amalgames, les discours de Clemenceau et de la IIIe République étaient tous staliniens, ceux de De Gaulle en tête !

- « Les gens se soumettront à cette cure de patriotisme forcé tant que les gamelles seront pleines. » L’auteur ment car où est le côté « forcé » sinon dans ses fantasmes ? De plus, il ignore l’histoire, car en période de pauvreté le patriotisme est plus fort que lorsque la richesse coule à flots : « Les pauvres n’ont que la patrie », disait justement Jean Jaurès !

- « Derrière le patriote russe se cache le contribuable de plus en plus réticent. » On croit rêver ! Le total des prélèvements obligatoires en Russie atteint 35% du PNB contre plus de 50% en France ! L’impôt sur le revenu est une flat tax (impôt à taux unique) de 13%. La très peu poutinienne « Heritage Foundation » de Washington établit chaque année un classement des pays avec un index des libertés ; selon elle, la Russie a une économie plus libre que la France sur deux points : le droit du travail et la fiscalité. C’est sans doute pour cela que le chômage russe est deux fois plus faible que le taux de chômage français !

Avril à Moscou, ce n’est pas « Tintin au pays des Soviets » car il n’y a plus d’Union soviétique mais c’est plutôt Philippe Henriot (secrétaire d’État à la propagande sous Vichy) au bord de la Moskova ! La propagande anti-russe bat son plein et nous rappelle en effet des pages sombres de notre histoire !

Source: Polémia via Sott.net

 

Des nouvelles positives pour l'Humanité émanant de l'Ukraine et d'Israël !

Avez-vous vu quelques nouvelles négatives à l'égard de l'Ukraine et d'Israël hier matin et aujourd'hui ?

On dirait que les Hiérarchies Angéliques exécutent un travail complexe mais positif pour l'humanité !

Continuons à les appeler pour faire le ménage à notre place !


EN UKRAINE:

Après nous avoir souligné que l'armée ukrainienne était en pleine déchéance ! Une attaque terroriste contre le convoi russe humanitaire a été déjouée !


L'Armée Ukranienne se détruit progressivement avec du matériel très ancien, et des soldats démotivés qui ne comprennent pas cette guerre vont en Russie ou à Donetsk.

samedi, 16 août 2014 16:02



Et récemment, Le ministère ukrainien de la Défense veut renforcer son armée avec des tracteurs!

MDR !!!

 

 

Nous avons toujours compris pourquoi Poutine agissait intelligemment en ne prenant pas part au conflit Ukrainien qui se joue à ses frontières !

Car il sait que l'Ukraine Nazie va tomber avec du matériel militaire désuet mais pas seulement, l'Ukraine est déjà dans le gouffre financier !


EN ISRAEL

Israël va devenir une catastrophe économique !

Déjà on estime que beaucoup d'entreprises et usines risquent de fermer !

Mais pire, des activistes des droits de l'Homme, aux Etats-Unis et au Canada, ont l'intention d'empêcher les cargos du régime sioniste d'accoster dans les ports de l'Ouest!

Imaginez un instant si d'autres pays font la même chose!



Et en politique extérieur et intérieur, la tension monte contre Benjamin Netanyahu et son pays qui font l'objet de vives réclamations!

Un député iranien juif, demande le retrait de l'adhésion d'Israël à l'ONU et au Comité international de la Croix rouge!



Et une députée israélienne appelle à la démission de Benjamin Netanyahu!




Deux nations et régimes criminels qui vont bientôt se disloquer et disparaitre?

Que la force soit avec nous!

 

 

La guerre contre la Russie dans sa dimension idéologique

En résumé de l'article, Poutine et la Russie ainsi que tous les pays du BRICS qui s'allient à Poutine et à la Russie, sont ceux qui mettront un terme définitif à la FED qui détient le monopole mondial du dollar, et qui empêcheront l'instauration du Nouvel Ordre Mondial par les Banksters Illuminati/Sionistes/Reptiliens/Satanistes qui président la FED et qui provoquent et financent les guerres génocidaires en faveur de leur unique projet et au détriment de tous les peuples du monde  !

La guerre contre la Russie dans sa dimension idéologique

http://www.4pt.su/sites/default/files/styles/large/public/main/articles/02a7090f10f912398559e61a1ec_6.jpg

Alexander Dugin

La guerre contre la Russie dans sa dimension idéologique

Une analyse à la lumière de la Quatrième Théorie Politique

La guerre à venir comme concept

La guerre contre la Russie est actuellement la problématique la plus discutée en Occident. Il ne s’agit encore que d’une suggestion et d’une possibilité. Cela peut devenir une réalité en fonction des décisions prises par les différentes parties impliquées dans le conflit ukrainien (Moscou, Washington, Kiev, Bruxelles). Je n’entends pas discuter ici tous les aspects de ce conflit ainsi que son histoire. J’aimerais proposer à la place une analyse de ses racines idéologiques profondes. Ma vision des principaux événements s’appuie sur la Quatrième Théorie Politique dont j’ai exposé les principes dans mon ouvrage du même nom (publié en français aux éditions Ars Magna). Je ne vais ainsi pas étudier la guerre de l’Occident contre la Russie en évaluant ses risques, dangers, problèmes, coûts et conséquences mais plutôt sa signification idéologique à l’échelle du monde. Je vais ainsi réfléchir sur le sens d’une telle guerre et non sur la guerre elle-même (réelle ou virtuelle).

L’essence du libéralisme

L’Occident moderne ne connaît qu’une seule et unique idéologie dominante : le libéralisme. Il en  existe  bien  des  formes  aux  nombreuses  nuances  mais  l’essence  demeure  toujours identique. La structure interne fondamentale du libéralisme est composée des principes axiomatiques suivants :

  • -Individualisme anthropologique (l’individu est la mesure de toute chose) ;
  • -Progressisme (le monde se dirige vers un futur meilleur, le passé est toujours pire que présent) ;
  • -Technocratie  (le  développement  technologique  et  sa  performance  effective  sont  perçus comme les meilleurs outils pour juger de la nature d’une société) ;
  • -Eurocentrisme (les sociétés euro-américaines sont considérées comme l’unité de mesure fondamentale pour le reste de l’humanité) ;
  • -L’économie  comme  destin  (l’économie  basée  sur  le  libre  marché  est  l’unique  modèle économique valable, toutes les autres alternatives sont à réformer ou à détruire) ;
  • -La démocratie comme règne des minorités (qui se défendent contre la majorité qui serait toujours prompte à dégénérer en totalitarisme ou en « populisme ») ;
  • -La  classe  moyenne  est  le  seul  acteur  social  existant  et  devient  la  norme  universelle(indépendamment du fait que la personne ait déjà atteint ce statut ou soit sur le point de l’atteindre) ;
  • -Un monde unique, mondialisme (les êtres humains sont essentiellement identiques. Il ne peut exister  que  des  différences  individuelles.  Le  monde  devrait  être  unifié  sur  une  base individualiste : cosmopolitisme, citoyenneté mondiale).

Telles sont les valeurs centrales du libéralisme, qui n’est qu’une des trois tendances nées de la philosophie des Lumières, aux côtés du communisme et du fascisme, qui ont proposé des interprétations alternatives de l’esprit authentique de la Modernité. Au cours du XXème siècle, le libéralisme a vaincu ses deux rivaux et acquis, après 1991, le rôle d’unique idéologie dominante à l’échelle mondiale. Au Royaume du libéralisme, la seule liberté de choix était entre le libéralisme de gauche ou d’extrême gauche ou bien entre le libéralisme de droite ou d’extrême droite. Le libéralisme agissait ainsi comme le système opérationnel des societies occidentales et de toutes les sociétés placées sous l’influence de l’Occident. Le libéralisme est ainsi devenu à partir d’un certain moment le dénominateur commun à tout discours politiquement correct, le critère permettant de distinguer les discours acceptés par l’idéologie dominante de ceux rejetés dans la marginalité. La sagesse populaire est elle-même devenue libérale.

Sur un plan géopolitique, le libéralisme s’est inscrit dans un modèle américano-centré où les anglo-saxons constituaient le coeur et où l’OTAN, le partenariat atlantiste entre l’Europe et l’Amérique, représentait le noyau stratégique du système de sécurité mondiale. La sécurité du monde était assimilée à la sécurité de l’Occident et, en dernière instance, à la sécurité de l’Amérique. Le libéralisme n’est ainsi pas qu’un pouvoir idéologique mais également un pouvoir politique, militaire et stratégique. L’OTAN est profondément libéral. Il défend les sociétés libérales. Il combat pour le libéralisme.

Le libéralisme comme nihilisme

Un élément de l’idéologie libérale est responsable de sa crise actuelle. Le libéralisme est profondément nihiliste dans ses fondements mêmes. L’ensemble des valeurs défendues par le libéralisme est lié à l’idée centrale de liberté, de libération. Cependant, la liberté dans la vision libérale est essentiellement une catégorie négative : on exige d’être libre par rapport à (John Suart Mill), et non pas d’être libre pour. Cela n’est pas un point secondaire, il s’agit de l’essence même du libéralisme.

Le libéralisme est une lutte contre toute forme d’identité collective, contre tout type de valeurs, projets, stratégies, buts et fins qui s’établiraient sur une base collectiviste, ou à tout le moins non-individualiste. C’est la raison pour laquelle l’un des plus importants théoriciens du libéralisme, Karl Popper (suivant Friedrich van Hayek), affirme dans son important livre « La société ouverte et ses ennemis » (considéré par George Soros comme sa bible personnel) que les libéraux doivent combattre toute idéologie ou philosophie politique (de Platon et Aristoteà  Hegel  et  Marx)  qui  proposerait  aux  sociétés  humaines  un  but  commun,  une  valeur commune, un sens commun. Tout but, toute valeur, tout sens doit être, dans la société libérale (la « société ouverte »), strictement individuel. Les ennemis de la « société ouverte » (toute la société occidentale post-guerre froide qui est considérée comme la norme de référence pour le reste du monde est précisément ce modèle libéral de société ouverte) sont ainsi faciles à identifier. Les ennemis principaux sont le communisme et le fascisme qui sont tous deux issus de la philosophie des Lumières et basés sur un concept fondateur non-individuel : la classe dans le marxisme, la race dans le national-socialisme, l’Etat national dans le fascisme. Le sens du combat libéral contre les alternatives modernes (fascisme ou communisme) est par ailleurs assez évident. Les libéraux prétendent libérer la société du fascisme et du communisme, des deux versions majeures du totalitarisme (explicitement non-individualiste). Le combat du libéralisme pour la liquidation des sociétés non-libérales est assez significatif : le libéralisme acquiert son sens par l’existence même d’idéologies qui se refusent à admettre l’individu comme valeur suprême. Il apparaît clairement contre quoi le combat a lieu, de quoi il faut se libérer. Le fait que la liberté telle que la conçoivent les libéraux est essentiellement une catégorie négative n’est ici pas clairement perçu. L’ennemi est ici et maintenant. Ce fait réel donne au libéralisme son contenu concret. Il est des sociétés « non ouvertes » et leur existence même suffit à justifier le processus de libération.

La période unipolaire : la menace d’implosion

En 1991, la chute de l’URSS, le dernier opposant au libéralisme occidental, a amené certains idéologues occidentaux à proclamer la fin de l’Histoire (p. ex : Francis Fukuyama). Assez logiquement : il n’y avait plus d’ennemi direct de la « société ouverte » et donc plus d’histoire au sens de la modernité, à savoir une lutte entre trois idéologies politiques (libéralisme, communisme, fascisme) pour l’héritage des Lumières. En termes stratégiques, ce fut le moment unipolaire (Charles Krauthammer). Cette période (1991-2014, avec en point d’orgue les attaques de Ben Laden sur le World Trade Center) fut réellement la période de domination mondiale du libéralisme. Les axiomes du libéralisme étaient acceptés par les principaux acteurs  géopolitiques,  y  compris  la  Chine  (dans  son  économie)  et  la  Russie  (dans  son idéologie, son économie et son système politique). Il y avait alors des libéraux, des libéraux en devenir, des « pas assez » libéraux et ainsi de suite. Les exceptions réelles et explicites étaient rares (Iran, Corée du Nord). Le monde devint libéral par ses axiomes idéologiques.

Cela a été précisément le moment le plus important dans l’histoire du libéralisme. Il a vaincu ses ennemis mais les a en même temps perdus. Le libéralisme est essentiellement une libération, une lutte contre ce qui n’est (pas encore ou pas du tout) libéral. Le libéralisme a ainsi acquis son contenu, sa signification réelle par ses ennemis. Lorsque le choix porte entre la  non-liberté  (représentée  par  une  société  totalitaire  donnée)  et  la  liberté,  beaucoup choisissent la liberté sans se demander sur quoi porte cette liberté. Lorsque des sociétés non- libérales existent, le libéralisme est positif. Il commence à manifester son essence négative qu’après sa victoire.

Après sa victoire en 1991, le libéralisme est entré dans sa phase implosive. Il est resté seul, sans ennemi à combattre, après avoir vaincu le communisme et le fascisme. Ce fut alors le moment pour débuter une lutte interne, une purge au sein même des sociétés libérales pour les débarrasser de tout élément non-libéral (le sexisme et les inégalités entre les sexes, le politiquement incorrect, toute dimension non-libérale qui imprègne des institutions comme l’Etat, l’Eglise et ainsi de suite). Le libéralisme a un besoin permanent d’ennemis pour s’en libérer. Autrement, il perd son contenu, son nihilisme implicite devient trop évident. Le triomphe absolu du libéralisme est sa mort.

C’est tout le sens idéologique de la crise financière du début des années 2000 et de 2008. Les succès et non les échecs de cette nouvelle économie totalement financiarisée (le turbocapitalisme selon G. Lytwak) sont responsable de son effondrement. La liberté de faire tout ce qu’il vous plaît – mais uniquement au niveau individuel – provoque l’implosion de la personnalité. L’humain passe dans le monde de l’infra-humain, dans le domaine infra- individuel. Il rencontre là la virtualité. Être libéré de tout est un rêve infra-individuel ; c’est l’évaporation de l’humain. L’Empire du Néant est le dernier mot de la victoire totale du libéralisme. Le post-modernisme prépare le terrain de ce cycle infini de non-sens auto- référencé et post-historique.

L’Occident en quête de l’Ennemi

Vous  pourriez  vous  demander  maintenant :  mais  en  quoi  tout  ceci  concerne  la  guerre (présumée) à venir contre la Russie ? Je suis à présent prêt à répondre.

Le libéralisme l’a emporté au niveau mondial. C’est un fait depuis 1991. Et il a commencé immédiatement à imploser. Il est arrivé à son stade terminal et a commencé à se liquider lui- même. L’immigration de masse, le choc des cultures et des civilisations, la crise financière, le terrorisme virtuel, la montée de l’ethnisme sont les marques d’un chaos qui s’approche. Ce chaos met en danger l’ordre, n’importe quel type d’ordre dont l’ordre libéral lui-même. Plus le libéralisme s’impose, plus il s’approche de sa fin, et donc de la fin du monde présent. Nous avons ici affaire à l’essence nihiliste de la philosophie libérale, où le néant apparaît comme le principe ontologique interne à la « liberté par rapport à ». L’anthropologue allemand Arnold Gehlen a justement défini l’homme comme une créature déficiente (Mängelwesen). L’homme en lui-même n’est rien. Tout ce qui compose son identité est issu de la société, de l’histoire, du peuple, de la politique. L’homme serait confronté au néant s’il retournait à sa pure essence. Cet abîme est dissimulé derrière des débris fragmentés de sentiments, des pensées vagues, des désirs obscurs. Derrière le voile fin de la virtualité des émotions infra-humaines ne se trouve qu’une pure obscurité. Ainsi, la découverte explicite du fondement nihiliste de la nature humaine  est  la  dernière  réalisation  du  libéralisme,  mais  aussi  son  ultime.  Cela  signifie également la fin pour ceux qui utilisent le libéralisme dans leur propre intérêt, qui sont les bénéficiaires   de   l’expansion   libérale,   les   maîtres   de   la   mondialisation.   Tout   ordre s’effondrerait devant un nihilisme aussi impérieux. L’ordre libéral également.

Les bénéficiaires du libéralisme ont ainsi besoin de prendre un certain recul afin de sauver leur domination. Le libéralisme doit acquérir son sens en affrontant à nouveau une société non-libérale. Faire un pas en arrière est l’unique façon de sauver les restes de l’ordre, de sauver le libéralisme de lui-même. La Russie de Poutine apparaît alors à l’horizon. Ni antilibérale, ni totalitaire, ni nationaliste, ni communiste, mais plutôt pas encore assez libérale, pas totalement libéral-démocrate, insuffisamment cosmopolite, pas assez radicalement anti- communiste. Mais sur la voie de devenir libérale, pas à pas, dans un processus gramscien d’ajustement de l’hégémonie (Transformismo). Dans l’agenda mondial du libéralisme (USA, OTAN), il y a un besoin d’un nouvel acteur, d’une Russie qui justifierait l’ordre dans le camp libéral, qui aiderait à mobiliser l’Occident en train de s’effondrer en raison de ses problèmes internes, qui repousserait l’irruption inévitable du nihilisme interne du libéralisme, le sauvant ainsi de sa logique fin apocalyptique. C’est pourquoi tous ces gens ont un besoin impérieux de Poutine, de la Russie, de la guerre. C’est la seule manière de prévenir le chaos en Occident et de sauver les restes de son ordre. Le rôle idéologique de la Russie est de justifier l’existence du libéralisme, car la Russie est l’ennemi qui donne un sens au combat pour la « société ouverte », qui l’aide à se consolider et à s’affirmer.

L’Islam radical (Al-Qaeda) était l’autre candidat pour ce rôle mais un tel ennemi manquait d’envergure.  Il  a  été  utilisé  à  un  niveau  uniquement  local.  Il  a  permis  de  justifier l’intervention en Afghanistan, l’occupation de l’Irak, le renversement de Kadhafi, et la provocation de la guerre civile en Syrie. L’islam radical était cependant trop faible et idéologiquement primitif pour constituer le défi réel dont les libéraux ont besoin. La Russie – ennemi géopolitique traditionnel des anglo-saxons – est un adversaire bien plus sérieux. Elle répond correctement à toutes les exigences : l’histoire et la mémoire de la guerre froide sont encore présentes dans les esprits et la haine de la Russie peut se susciter à l’aide de moyens relativement faibles. Pour cette raison, je pense que la guerre contre la Russie est possible. Elle est idéologiquement nécessaire en tant que moyen ultime de repousser l’implosion finale de l’Occident libéral. Un pas en arrière.

Sauver l’ordre libéral

En regardant les différents niveaux du concept de « guerre contre la Russie », je suis à même de soulever différents points.

1) La guerre contre la Russie aide à différer le désordre général au niveau mondial. La majorité  des  pays  participant  à  l’économie  libérale,  qui  partagent  les  axiomes  et  les institutions de la démocratie libérale et qui dépendent ou sous directement contrôlés par les Etats-Unis ou l’OTAN pourront une nouvelle fois s’unir sous la bannière de l’Occident libéral dans son combat contre le non-libéral Poutine. Cette guerre servira à réaffirmer le libéralisme comme une identité positive au moment même où cette identité se dissout en raison de son essence nihiliste.

2) La guerre contre la Russie renforcera l’OTAN et surtout ses membres européens qui seront obligés encore une fois de considérer que l’hyperpuissance américaine est positive et utile plutôt que d’y voir un reste obsolète de la guerre froide. Dans la peur de l’arrivée des méchants Russes, les Européens se sentiront à nouveau loyaux envers leur sauveur états- unien. Le rôle des Etats-Unis au sein de l’OTAN en sera d’autant plus renforcé.

3) L’UE est en train de s’effondrer. La menace générale représentée par la Russie pourrait prévenir une éventuelle scission en mobilisant les peuples pour leur faire défendre encore une fois leurs libertés et leurs valeurs menacées par l’Empire de Poutine.

4) L’Ukraine et la junte de Kiev ont besoin de la guerre pour justifier et couvrir toutes les forfaitures commises au niveau juridique et constitutionnel, pour suspendre la démocratie (qui entraverait leur domination dans les districts du sud-est majoritairement pro-russes) et pour installer un ordre nationaliste par des moyens extrêmes.

Le seul pays qui ne souhaite pas la guerre est la Russie. Cependant, Poutine ne peut laisser un gouvernement radicalement anti-russe gouverner un pays dont la moitié de la population est russe et qui est composé de nombreuses zones pro-russes. S’il laissait faire, il en serait fini de lui sur la scène internationale comme sur la scène de la politique intérieure. Il accepte donc la guerre à contrecœur. Une fois entrée en guerre, il n’y aura d’autre solution pour la Russie que la victoire. Je n’aime pas spéculer sur les aspects stratégiques de la guerre. Je laisse ça à des experts qualifiés. Je voudrais formuler plusieurs idées concernant la dimension idéologique de cette guerre.

La représentation de Poutine

Cette guerre contre la Russie est le dernier effort pour sauver le libéralisme de l’implosion. En ce sens, les libéraux doivent définir idéologiquement la Russie de Poutine comme l’ennemie de  la  société  ouverte.  Il  n’existe  que  trois  entrées  dans  le  dictionnaire  des  idéologies modernes : le libéralisme, le communisme et le fascisme (nazisme). Il est assez clair que le libéralisme est représenté partout sauf la Russie (Etats-Unis, OTAN, Euromaïdan, la junte de Kiev).  Il  reste  donc  le  communisme  et  le  fascisme.  Ainsi  Poutine  est  un  Soviet,  un communiste  du  KGB.  Cette  image  sera  vendue  à  la  frange  la  plus  stupide  du  public occidental. Certains aspects de la réaction patriotique de la population ukrainienne pro-russe et anti-banderiste pourront cependant confirmer cette idée (défense des monuments de Lénine, des portraits de Staline et de la mémoire de la seconde guerre mondiale). Le nazisme et le fascisme sont trop éloignés de Poutine et de la Russie moderne,s mais le nationalisme et l’impérialisme russes seront invoqués dans la construction de l’image du grand Satan. Ainsi Poutine est nationaliste, fasciste et impérialiste. Cela fonctionnera sur d’autres occidentaux. Poutine peut aussi être les deux à la fois, communiste et fasciste en même temps, il sera ainsi dépeint comme un national-bolcheviste (mais cela sera un peu compliqué à vendre au public occidental post-moderne complètement ignorant). En réalité, il est évident que Poutine n’est rien de tout cela, ni communiste, ni fasciste, ni les deux. Il est politiquement réaliste (au sens que ce terme a dans les relations internationales, c’est pourquoi il apprécie Kissinger et que Kissinger l’apprécie en retour). Il n’a aucune idéologie d’aucune sorte. Mais il sera obligé de composer avec sa représentation idéologique. Il n’a pas le choix car telles sont les règles du jeu. Au cours de la guerre, Poutine fera l’objet de représentations et c’est là l’aspect le plus intéressant et passionné de la situation.

Les  libéraux  vont  principalement  tenter  de  définir  Poutine  idéologiquement  comme  une ombre du passé, un vampire « qui parfois revient ». C’est la véritable raison du recul visant à prévenir l’implosion finale du libéralisme. Le message principal sera que le libéralisme est réellement en vie et plein de force car il y a encore quelque chose dans le monde dont nous devons  nous  libérer.  La  Russie  deviendra  l’objet  de  la  libération.  Le  but  est  de  libérer l’Ukraine (et l’Europe, voire l’humanité) de la Russie et à la fin de libérer la Russie elle- même de son identité non-libérale. Ainsi nous avons l’Ennemi. Un tel ennemi donne au libéralisme une raison d’exister encore. La Russie est ainsi le défi que le passé pré-libéral jette au présent libéral. Sans un tel défi, il n’y a plus de vie dans le libéralisme, plus d’ordre dans le monde, tout se dissout et implose. Avec un tel défi, le géant décadent du mondialisme acquiert une vigueur nouvelle. La Russie est là pour sauver les libéraux.

A cette fin, la Russie doit idéologiquement être représentée comme quelque chose de pré- libérale. Il doit s’agir d’une Russie communiste, fasciste ou au moins national-bolcheviste. C’est la règle idéologique. Au-delà de combattre la Russie ou de juste considérer la possibilité de la combattre, il existe une tâche plus profonde qui consiste à qualifier idéologiquement la Russie. Cela se fera de l’intérieur et de l’extérieur. Ils essaieront de contraindre la Russie à accepter le communisme ou le nationalisme ou bien traiteront la Russie comme si elle était communiste ou nationaliste. C’est le jeu de la représentation.

La Russie post-libérale : la première guerre de la Quatrième Théorie Politique

En conclusion, je propose ce qui suit.

Nous devons consciencieusement combattre toute tentative visant à représenter la Russie comme une puissance pré-libérale. Nous ne devons pas laisser les libéraux se sauver de leur fin qui s’approche fatalement. Nous ne devons pas retarder cette fin mais l’accélérer. A cette fin, nous devons présenter la Russie non comme une entité pré-libérale mais comme une force révolutionnaire post-libérale combattant en faveur d’un futur alternatif pour tous les peuples de la planète. La guerre russe ne se fera pas pour les intérêts nationaux russes mais pour le monde multipolaire juste, pour la dignité authentique et la véritable liberté positive, non pas la liberté « par rapport à » mais la liberté « pour ». Dans cette guerre, la Russie deviendra le modèle de la défense de la Tradition, des valeurs conservatrices organiques et de la libération réelle de la société ouverte et de ses bénéficiaires : l’oligarchie financière mondiale. Cette guerre n’est pas contre les Ukrainiens ou une partie des Ukrainiens, ni contre l’Europe. C’est une guerre contre le (dés)ordre libéral mondial et nous n’allons pas sauver le libéralisme mais l’abattre une fois pour toutes. La Modernité était fausse pour l’essentiel. Nous sommes au stade terminal de la Modernité. Cela signifie la fin réelle de ceux qui ont fait de la Modernité leur propre destin ou qui l’ont inconsciemment laissé faire. En revanche, cela sera un nouveau commencement pour ceux qui sont du côté de la vérité éternelle de la Tradition, de la Foi, de l’essence humaine spirituelle et immortelle.

Le combat le plus important actuellement est le combat pour la Quatrième Théorie Politique. C’est l’arme qui nous permettra d’empêcher que l’on représente Poutine comme les libéraux le voudraient. A l’aide de cette arme, nous pourrons réaffirmer que la Russie est la première puissance idéologique post-libérale combattant contre le libéralisme nihiliste pour le salut d’un futur ouvert, multipolaire et réellement libre.

http://www.4pt.su/fr/content/la-guerre-contre-la-russie-d...

 

16/08/2014

La Russie et la Chine évinceront le dollar en menant les transactions en monnaies nationales

La mort du dollar et de la FED des banksters, se précise entre la Russie et la Chine !

Fin du monopole du dollar pour très bientôt !!

Aujourd'hui, 13:46

La Russie et la Chine évinceront le dollar en menant les transactions en monnaies nationales

La Russie et la Chine évinceront le dollar en menant les transactions en monnaies nationales

Par La Voix de la Russie | Moscou et Pékin facilitent les relations commerciales mutuelles sur le fond des sanctions économiques. La Banque centrale de Russie et la Banque populaire de Chine se sont mises d’accord sur l’organisation des échanges financiers (des swaps) en roubles et en yuans. Il s’agit des transactions qui prévoient simultanément l’achat et la vente d’une monnaie en échange de la monnaie d’un autre pays.

Le projet d'accord sur les swaps a enfin été coordonné par les gouvernements des deux pays. Cependant la Banque centrale de Russie et la Banque populaire de la RPC n’ont fait aucun commentaire sur le volume éventuel des swaps en monnaies nationales. Et elles n’ont pas donné la date du lancement de ce programme. Pourtant, ce qui est évident, c’est que les deux pays vont faire tout leur possible pour ne pas s’entraîner dans des procédures formelles trop longues avant la signature de l’accord. Car les régulateurs ont déjà donné leur feu vert, ce qui permettra aux sociétés russes d’avoir l’accès au renminbi (yuan chinois). Quant à leurs partenaires chinois, ils auront également un accès direct au rouble russe.

Cet accord entre les régulateurs russe et chinois est également un signal pour les Etats-Unis, qui montre que la Russie et la Chine construisent un nouveau modèle de collaboration sur le fond des sanctions, et ce modèle leur permettra de se passer du dollar américain.

« Le renforcement de la pression de la part des pays occidentaux sur la Russie suscite naturellement l’élargissement des relations financières et commerciales de Moscou avec d’autres pays, et en premier lieu avec les pays d’Asie », analyse Sergueï Khestanov, administrateur délégué du groupe de société Alor. « Un accord pour une durée de 30 ans sur la livraison du gaz russe en Chine a été conclu en mai dernier. Et après la signature de ce contrat, il est devenu évident que le vecteur des intérêts économiques de la Russie est en train de se déplacer progressivement des pays occidentaux vers les pays orientaux. Cela ne peut ne pas déplaire aux pays occidentaux ».

Les sanctions des pays occidentaux contre la Russie avec sa position sur l’Ukraine ont déjà fait remonter le pouvoir financier du yuan chinois auprès des sociétés russes, alors que la monnaie chinoise bénéficiait d’une grande confiance sur le marché financier. En juillet, le volume des transactions « yuan-rouble » a fait un bond de 52% comparé au mois de juin. Et le 31 juillet dernier le binôme yuan-rouble a montré le meilleur résultat de toute son histoire des cotations à la Bourse de Moscou. Selon le chercheur de l’Institut de l’économie mondiale et des relations internationales (IMEMO) de l’Académie des sciences de Russie Alexandre Salitski, cette tendance ne fera que s’atténuer à l’avenir.

« Nous allons devenir de plus en plus dépendants de la Chine », explique-t-il. « Il s'agit d'une tendance objective dans le développement de l'économie mondiale. La Chine est déjà une grande nation commerciale. Et la part des marchandises que nous allons acheter en Chine va inévitablement augmenter. En conséquence, notre part dans l'exportation des marchandises vers la Chine va augmenter aussi, notamment grâce aux contrats sur les hydrocarbures que nous avons signés. Il est donc important de prévoir que nos sociétés du complexe pétrolier et gazier puissent accepter les yuans pour les transactions commerciales réalisées avec la RPC. Peut-être que l'un des moyens d'accroître leur intérêt pour ce genre de transactions pourrait être la présence croissante de nos sociétés sur le marché intérieur chinois. Cela permettra d'accroître considérablement le volume des transactions en yuans et en roubles, faisant sortir de la circulation le dollar dans ce secteur d’économie ».

Les experts soulignent que pour les États-Unis, les événements en Ukraine ne sont qu’un prétexte pour imposer les sanctions sur les livraisons de l’équipement gazier et pétrolier vers la Russie. Leur objectif – c’est de redessiner la carte mondiale de l'énergie, où la Russie joue actuellement un rôle dominant. Mais Moscou peut répondre à ces sanctions en évinçant progressivement le dollar de ses transactions avec les hydrocarbures. Le règlement des ventes du gaz et de pétrole en monnaies nationales avec la Chine, l'Inde, l'Iran, la Turquie, et en roubles et euros avec l'Union européenne, priverait les Etats-Unis de ce levier monétaire qui leur permettait jusqu’à présent de faire pression sur la Russie. Et ce nouvel accord créera une nouvelle marge de manœuvre permettant de se débarrasser de l'hégémonie du dollar dans le monde.


Source :  http://french.ruvr.ru/2014_08_16/La-Russie-et-la-Chine-ev...