Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2015

Attentats de Paris Passeport : le retour par Jean-Claude Paye

Attentats de Paris Passeport : le retour par Jean-Claude Paye

| Bruxelles (Belgique) 


Faut-il en rire ou en pleurer : depuis le 11 septembre 2001, il n’est pas d’attentat terroriste sans que les coupables, sensés se cacher, ne se fasse identifier en laissant derrière eux leurs papiers d’identité. Pour le sociologue Jean-Claude Paye, l’apparente stupidité répétitive des terroristes doit être interprétée comme un artifice rhétorique du Pouvoir pour sidérer les citoyens. C’est parce que le récit officiel est absurde qu’on ne peut pas, qu’on ne doit pas le contester.

 

Dans le cadre de l’enquête sur les massacres à Paris, un passeport syrien a été retrouvé près de l’un des kamikazes du Stade de France. Après avoir été désigné comme responsable des attentats par le président Hollande, « l’État islamique », a reconnu être à la base de ces actions. Pour l’Exécutif français qui avait déclaré vouloir intervenir en Syrie contre l’ÉI, en réalité contre la République arabe syrienne et son président constitutionnel Bachar el-Assad qui « doit partir », il s’agit là d’un indice important devant conforter une opération militaire. La procédure du double discours, soutenir une organisation que l’on désigne comme ennemi et nommer comme terroristes des personnes que l’on a préalablement appelés « combattants de la liberté », n’est pas l’apanage du gouvernement français. Produire son ennemi est devenu un axe de la stratégie occidentale, nous confirmant que dans la structure impériale, il n’y a pas de séparation entre intérieur et extérieur, entre le droit et la violence pure, entre le citoyen et l’ennemi.

En Belgique, le prédicateur musulman Jean-Louis Denis est poursuivi « pour avoir incité de jeunes gens à partir faire le djihad armé en Syrie », car il est soupçonné d’avoir eu des contacts avec Sharia4Belgium, un groupement qualifié « terroriste », ce que le prévenu nie. Son avocat a fait ressortir la double pensée de l’accusation dans cette affaire, en lançant devant le tribunal correctionnel de Bruxelles : « On a envoyé des gamins dans les bras de l’État islamique en Syrie et ce sont vos services qui l’ont fait » [1]. Il a appuyé ses accusations en faisant ressortir le rôle dans cette affaire d’un agent infiltrant de la police fédérale.

Le retour du signifiant

Concernant les massacres parisiens, il semblerait qu’une des premières préoccupations des terroristes soit d’être identifiés le plus rapidement possible. Cependant ce paradoxe nous étonne à peine. Un papier d’identité, trouvé miraculeusement et désignant l’auteur des attentats venant d’être commis, est devenu un classique. Il s’agit d’un évènement qui se répète, une compulsion de répétition désignant à chaque fois un coupable appartenant à une « mouvance jihadiste ».

Dans la version officielle du 11 septembre, le FBI affirmait avoir retrouvé le passeport intact de l’un des kamikazes à proximité d’une des deux tours complètement pulvérisées par des explosions, dégageant une température capable de faire fondre l’acier des structures métalliques d’un building, mais préservant intact un document en papier. Le crash du quatrième avion, s’écrasant en rase campagne à Shanksville, a également permis à la police fédérale de retrouver le passeport de l’un des terroristes présumés. Ce document partiellement brûlé permet quand même d’identifier la personne, grâce à la présence de son nom, de son prénom et de sa photo. Cette possibilité est d’autant plus troublante que du crash de l’avion ne subsistait qu’un cratère d’impact, point de morceau de fuselage ou de moteur, seul restait ce passeport partiellement brûlé.

L’invraisemblable comme mesure du vrai

Dans l’affaire Charlie Hebdo, les enquêteurs ont retrouvé la carte d’identité de l’aîné des frères Kouachi dans la voiture abandonnée dans le nord-est de Paris. À partir de ce document, la police s’aperçoit qu’il s’agit d’individus connus des services antiterroristes, des « pionniers du djihadisme français. » La « traque » peut alors commencer. Comment des tueurs, commettant un attentat avec un sang froid et une maîtrise qualifiés de professionnels, peuvent-ils commettre une telle erreur. Ne pas s’encombrer de ses papiers fait pourtant partie de l’abc du simple cambrioleur.

Depuis le 11-Septembre, l’invraisemblable fait partie de notre quotidienneté. Il est devenu le fondement de la vérité. La Raison est bannie. Il ne s’agit pas de croire ce qui est dit, mais bien d’adhérer à ce que dit la voix qui parle, quelque soit le non sens de l’énonciation. Plus celui-ci est patent, plus la croyance en ce qui est affirmé doit être indéfectible. L’invraisemblable devient ainsi la mesure et la garantie du vrai.

Le discours portant sur les affaires Merah ou Nemouche en atteste. Merah, encerclé par des dizaines de policiers, serait parvenu, en trompant la surveillance des forces spéciales, à sortir de son domicile et ensuite à y retourner, afin de se faire tuer par un « sniper » qui aurait tiré en « légitime défense » avec des « armes non létales ». Il serait sorti de chez lui pour téléphoner d’une cabine publique, afin de « dissimuler son identité », lors de sa reconnaissance de culpabilité à une journaliste de France 24 [2].

Quant à Nemmouche, l’auteur de la tuerie au Musée juif de Bruxelles, il ne se serait pas débarrassé de ses armes, car ce qui comptait pour lui était de les revendre. Pour ce faire, il aurait fait le choix du mode de transport international le plus surveillé, en les transportant dans un bus assurant la liaison Amsterdam, Bruxelles, Marseille. Un « contrôle de douane inopiné » aurait permis de le confondre et de l’arrêter.

La sidération de “l’unité nationale”

Dans tous les cas, le caractère déréalisant de ce qui est présenté nous installe dans la sidération. Tel le regard de la Gorgone, il nous pétrifie. Il nous montre que quelque chose ne va pas dans le discours. Il exhibe une faille qui n’a pas pour effet de nous tromper, mais de nous morceler. Le compte-rendu du déroulement des attentats est une exhibition qui s’impose au spectateur. Elle échappe à toute représentation et a un effet de sidération. Celle-ci ne résulte pas tant du caractère dramatique des faits que de l’impossibilité de déchiffrer le réel. Le spectateur ne peut alors retrouver un semblant d’unité que par un surcroît d’adhésion à ce qui est énoncé. Une fusion s’opère avec celui qui nomme. Il convient de renoncer à se distancier avec le dit et le montré, en posant des questions ou en rétablissant une parole. L’unité nationale, la fusion entre les surveillants et les surveillés, peut alors se mettre en place.

L’exhibition des failles dans le discours du pouvoir concernant tous ces attentats a pour effet d’installer une psychose et de supprimer tout mécanisme de défense, non pas seulement face à des propos ou des actes déterminés, mais vis-à-vis de n’importe quelle action ou déclaration du pouvoir, par exemple face à des lois comme celle sur le renseignement qui rejette la vie privée hors des libertés fondamentales.

Un acte de guerre contre les populations

Votée en juin 2015, la loi sur le renseignement, ce projet vieux de plus d’une année, nous a été présenté comme une réponse aux attentats de Charlie Hebdo. La loi autorise notamment l’installation de « boites noires » chez les fournisseurs d’accès Internet permettant de capturer en temps réel les métadonnées des utilisateurs. Elle permet également la pose de micros, de balises de localisation, l’installation de caméras et de logiciels espions. Sont soumis à ces techniques spéciales de recherche, non les agents d’une puissance étrangère, mais la population française. Cette dernière est ainsi traitée comme ennemie d’un Pouvoir exécutif, auquel il revient la décision et le « contrôle » de ces dispositifs secrets. Sous couvert de lutte contre le terrorisme, cette loi légalise des mesures déjà en place, mettant à la disposition de l’Exécutif un dispositif permanent, clandestin et quasiment illimité de surveillance des citoyens. L’absence de toute efficacité dans la prévention d’attentats nous montre que c’est bien les ressortissants de l’Hexagone qui étaient l’objet de la loi et non les terroristes. En changeant la nature des services de renseignement, du contre-espionnage à la surveillance des citoyens, cette loi est un acte de guerre idéelle contre ceux-ci. Les massacres qui viennent d’avoir lieu à Paris en sont le réel.

[1] Julien Balboni, « Procès de Jean-Louis Denis : ’’Le parquet fédéral a envoyé des jeunes en Syrie" » , DH.be, le 12 novembre 2015.

[2] Lire : Jean-claude Paye et Tülay Umay, « L’affaire Merah (4/4) : Le changement en se taisant : la parole confisquée », Réseau Voltaire, le 30 octobre 2012,

La France aura-t-elle recours à l’article 5 du traité de l’OTAN?!!

 

Lindsay Graham propose à la France de recourir à l'article 5 du traité de l'OTAN

Lindsay Graham propose à la France de recourir à l'article 5 du traité de l'OTAN

Nov 15, 2015 16:00 UTC

IRIB- Un haut sénateur républicain américain et candidat aux élections présidentielles 2016 a souligné que la France devrait avoir recours à l’article 5 du traité de l’OTAN, face aux attaques terroristes de Daech.

Dans la foulée des réactions aux attentats de Paris, Lindsey Graham, haut sénateur républicain des Etats-Unis, a recommandé à la France d’invoquer l’intervention de l’OTAN, pour faire face au groupe terroriste Daech. Dans un entretien avec CNN, Lindsey Graham a averti que si les Etats-Unis ne jouaient pas un rôle pionnier, dans la guerre terrestre contre Daech, un autre 11 septembre serait déclenché aux Etats-Unis.

 

Le Samu a procédé à une simulation d’attaques terroristes le jour même des attentats de Paris

Que de coïncidences !

Le Samu a procédé à une simulation d’attaques terroristes le jour même des attentats de Paris

Par une coïncidence surprenante, le matin du 13 novembre, le Samu et les hôpitaux de Paris ont procédé à un exercice de simulation d’attaques. Quelques heures plus tard, les médecins apportaient leur aide aux vrais blessés.

Les médecins répétaient un scénario basé sur plusieurs attaques simultanées, avec des blessés par balles, armes de guerre et explosions. Cet exercice s’est déroulée quelques heures seulement avant les attaques meurtrières du 13 novembre. Qui pensait que quelques heures plus tard, cette hypothèse du pire allait se transformer en froide réalité ?

Les simulations n’ont pas été vaines. Un responsable médical adjoint du Samu à Garches, Thomas Loeb, a confié au site Challenges.fr que le plan avait bien fonctionné. «Dès que la catastrophe a été annoncée, nous avons mobilisé 7 équipes supplémentaires avec un médecin, un infirmier et un ambulancier en seulement 20 minutes, en plus des équipes habituellement pré-positionnées».

De telles simulations se déroulent assez souvent, particulièrement depuis l’attentat de janvier contre Charlie Hebdo, comme l’a raconté le professeur Pierre Carli, médecin chef du Samu de Paris, au JDD. «Depuis Charlie Hebdo, nous avons redoublé d'énergie. Depuis janvier, nous n'arrêtons pas de nous préparer», a-t-il reconnu.

En savoir plus : L’ambiance a progressivement tourné à la psychose, raconte un témoin des attentats de Paris

 

Attentats de Paris: la France, trahie par Israël!! B. Netanyahu prédit des attentats en France !

Une autre signature comme celle pour des attentats du 11/9/2001 aux USA ?

Rappelez -vous que Netanyahu avait prédit des attentats en France. Voir la vidéo de rappel ci-dessous :

https://38.media.tumblr.com/487dad16c00921d64e4711b292ada954/tumblr_nwhvb4DSCc1qhpsl4o1_400.gif

Attentats de Paris: la France, trahie par Israël!!

Selon les médias, la communauté des Juifs de France était bien au courant des attentats, qui ont frappé, dans la nuit de vendredi et samedi, six localités de la capitale.

A en croire le journaliste français, Jonathan Simon Salem, résidant en Israël, « les Juifs de France avaient été informés des attentats qui devaient frapper Paris.

« Times of Israel » souligne que les Juifs de France s’attendaient à ce que quelques petites attaques visent la France.

Bfm TV, chaine de tv pro-israélienne de France, s’est livrée, aujourd’hui et, pour la première fois, à une analyse étrange de la situation post-attentat. Interrogeant Dominique Rizette, expert des questions militaires, la chaîne a prétendu que ce qui s’est produit, en France, se produit, depuis 20 ans, en Israël!!

La salle de spectacle du Bataclan appartient à un Juif français.

source:

B. Netanyahu prédit des attentats en France

Benjamin Netanyahu prédit des attentats en France si le pays ne soutient pas Israël le 07/08/14 sur itélé :


Le Bataclan, vendu le 11 septembre par son détenteur parti en Israël

Que de coïncidences !

Le Bataclan, vendu le 11 septembre par son détenteur parti en Israël

La famille Touitou possédait le Bataclan depuis 1976. Le 11 septembre 2015, la salle de spectacle -transformée vendredi en scène de carnage- fut cédée au groupe Lagardère par ses ex-propriétaires engagés en faveur d'Israël.

Le 15.11.2015 à 9h11

L'information provient de sources qu'il sera difficile de qualfier d'"antisémite" ou de "complotiste"  : The Times of Israel et l'Agence télégraphique juive.

Les deux organes de presse rapportent des propos tenus par les frères Laloux (Pascal et Joël) et accordés à la seconde chaîne de télévision israélienne : ces deux hommes affirment avoir vendu le Bataclan le 11 septembre dernier (au groupe Lagardère qui a choisi de conserver ses gérants Jules Frutos et Olivier Poubelle) en raison de la récente émigration de l'un d'entre eux (Joël) en Israël.

Soit deux mois avant la prise d'otages du 13 novembre qui causa la mort de plus de 89 spectateurs (sur la centaine de victimes fauchées au total par les attentats).

Rappel : Michel Emsalem, propriétaire de l'Hyper Cacher, avait vendu son magasin la veille de l'acte terroriste au cours duquel quatre personnes -enterrées par la suite en Israël- ont été retrouvées mortes.

Originaire de Tunisie et enterré (en 2000) à Jérusalem, le père des frères Laloux, dénommé Elie Touitou et surnommé Kahlaoui Tounsi, était un célèbre chanteur dans les années 60. En 1976, cet ex-associé d'Enrico Macias avait acquis la prestigieuse salle de spectacle du Bataclan. 

Dès les années 80, ses deux fils se sont répartis la gestion du lieu : le management pour Pascal et la programmation pour Joël.

Si ce dernier est désormais installé en Israël, son frère Pascal est également investi dans le régime de Tel Aviv, notamment en raison d'"obligations professionnelles" (non précisées) selon un article du Parisien paru le 21 décembre.

pascalaloux

Et il suffit de consulter le compte Facebook semi-public de Pascal Laloux, président du club ultra-sioniste de football UJA Maccabi, pour y découvrir son soutien politique envers Gil Taïeb (figure emblématique de la communauté juive, vice-président du Crif, ancien militant du Bétar aujourd'hui proche de la LDJ, fondateur de "l'association du bien-être des soldats israéliens" et époux de l'élue PS Karen Taïeb).

En toute logique, Pascal Laloux affiche également sur le réseau social son "goût" pour l'armée israélienne.

Nulle surprise, dès lors, à ce qu'un tel propriétaire du Bataclan ait organisé (avec l'association Migdal) des galas en faveur de cette armée d'occupation comme le dénoncèrent, le 13 janvier 2008, des militants propalestiniens non-violents.

Signalons ici que la vidéo ci-dessus n'a pas bénéficié de la même exposition médiatique qu'un autre document audiovisuel, capturé le 20 décembre 2008 et particulièrement relayé depuis hier pour illustrer la "dangerosité" de certains militants propalestiniens (curieusement masqués) à l'encontre du Bataclan.


Le 10 octobre, la salle accueillait d'ailleurs un évènement digne du folklore politique d'outre-Atlantique : le "concert des amis chrétiens d'Israël".

Sans oublier le groupe rock-punk qui entama un morceau dédié amoureusement au "diable" lorsque débuta le massacre du vendredi 13 : Eagles of death metal. En juillet, de passage à Tel Aviv pour un concert, le chanteur faisait ainsi savoir (à 0'45) qu'il était un "fervent supporter" d'Israël.


Coïncidence : le zèle passé du Bataclan en faveur de l'armée israélienne est partagé par un lieu qui fit -discrètement- partie de l'affaire Charlie. Il s'agit du local situé dans un quartier où vit la plus importante communauté juive de France et devant lequel les terroristes avaient abandonné leur voiture avant de disparaître dans la nature. Extrait d'un article de Panamza publié le 31 janvier :

Patistory est l'un des sept "points de vente" -dans toute la France- à destination d'un gala annuel dédié à l'armée israélienne et organisé par l'association française Migdal

Enfin, cette première immersion de Panamza dans les tréfonds de ce sanglant 13 novembre ne serait pas complète sans le signalement de cette curieuse synchronicité. Dans la matinée se sont déroulés deux faits singuliers : 

* sous la direction de son chef Pierre Carli (décoré en avril du titre de commandeur de la Légion d'honneur), le Samu de Paris était en exercice sur une thématique dénommée "Attentats multi sites".


* au même moment, ce vendredi matin, les responsables de la sécurité au sein de la communauté juive auraient appris "l'imminence d'une large attaque terroriste" selon The Times of Israël. L'auteur de cette confidence : le bien informé Jonathan Simon-Sellem, extrémiste franco-israélien de la cause sioniste et grand ami de Meyer Habib.

Habib? 

Souvenez-vous : il s'agit de cet influent député ultra-sioniste, ancien vice-président du Crif et ami intime (depuis 1991) de Benyamin Netanyahou, qui avait été étrangement présent dans le sillage de Manuel Valls lors de la visite du Premier ministre dans les locaux dévastés de Charlie Hebdo.

L'émotion suscitée par l'effroyable carnage de vendredi ne doit pas empêcher de démêler le vrai du faux dans le torrent d'informations à venir sur les assaillants, leurs complices et les commanditaires.

Rien n'exclut, à ce jour, l'hypothèse -déjà présentée comme une vérité incontestable par la classe politique et médiatique- d'une série d'attentats réalisés, en amont comme en aval, par la mouvance djihadiste affiliée à Daesh.

Mais au regard de l'histoire du terrorisme occidental, rien ne permet, non plus, d'évacuer d'emblée la thèse de l'instrumentalisation de délinquants psychotiques par des forces étatiques et souterraines.

Un fait demeure certain : dans un régime dont le président vient de décréter l'état d'urgence, s'arrogeant ainsi le droit de "contrôler la presse et des publications de toute nature", ne comptez guère sur les médias traditionnels pour espérer connaître les ramifications d'opérations imputées exclusivement à une cellule islamiste activée un vendredi 13, au début du shabbat.

HICHAM HAMZA