Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2015

Crash de l'A321 russe : la bombe placée sous un siège passager

Selon les experts, le crash aurait été provoqué par un explosif de forte puissance fabriqué en usine, donc identifiable sur ses origines.

Voir aussi :


Crash de l’A321: la bombe placée sous un siège passager

08:49 18.11.2015 (mis à jour 09:31 18.11.2015)

 

des débris de l`avion A321

La bombe ayant causé le crash de l’Airbus russe A321 aurait été placée sous un siège passager situé près d’un hublot.

D'après le journal russe Kommersant, les experts du Service fédéral de sécurité (FSB, services secrets russes), chargés d'enquêter sur le crash, ont découvert une partie du fuselage dont le revêtement était percé d'un trou d'environ un mètre de diamètre aux bords courbés vers l'extérieur. Selon les experts, il aurait été provoqué par un explosif de forte puissance fabriqué en usine.

"L'épicentre de l'explosion serait concentré au fond de la cabine. Selon l'enquête préliminaire, la bombe a été mise sous un siège passager situé près d'un hublot. Ainsi, son explosion a provoqué la destruction de l'empennage et la dépressurisation presque instantanée de la soute", écrit le journal.

Suite à l'explosion, l'Airbus "s'est désagrégé dans les airs et tous les passagers ont péri presque instantanément à cause d'une forte baisse de la pression".

Le journal a également ajouté que le comité d'enquête de la Fédération de Russie envisageait de lancer des poursuites pénales en lien avec l'attentat, dont les auteurs présumés sont des djihadistes de l'Etat islamique basés dans le Sinaï égyptien.

Un Airbus A-321 de la compagnie aérienne russe Metrojet (connue également sous le nom de Kogalymavia) s'est écrasé dans le Sinaï samedi 31 octobre peu après le décollage de l'aéroport de Charm el-Cheikh (Egypte). Aucune des 224 personnes se trouvant à bord de l'avion n'a survécu. Il s'agit de la catastrophe la plus grave dans l'histoire de l'aviation russe et soviétique.

 

Sommet du G20 : la conférence de presse de Vladimir Poutine sur le terrorisme

Au sommet du G20, qui s’est tenu du 14 au 16 novembre en Turquie, le président russe a souligné que la Russie avait présenté des exemples de financement des terroristes par des personnes physiques venant de 40 pays, y compris des pays-membres du G20.


Poutine : «Nous trouverons les terroristes, où qu’ils soient sur la planète et les châtierons»

Poutine en Chef de guerre déterminé : calme et déterminé, pas comme certains excités ! 

 

Poutine : «Nous trouverons les terroristes, où qu’ils soient sur la planète et les châtierons»


17/11/2015

«Il faut les buter jusque dans les chiottes», la célèbre phrase de Poutine revient, 16 ans après

«Il faut les buter jusque dans les chiottes», la célèbre phrase de Poutine revient, 16 ans après

 

«Nous poursuivrons les terroristes partout […]. Si on les prend dans les toilettes, eh bien, excusez-moi, on les butera dans les chiottes», avait promis Vladimir Poutine, qui occupait le poste de Premier Ministre de Boris Elstine à ce moment-là, lors d’une conférence de presse d’Astana.


Cette phrase datée de septembre 1999, a été prononcée après le déclenchement de la seconde guerre de Tchétchénie. La guerre a débuté le 7 août par l’intervention de l’armée russe au Daguestan pour déloger un groupe extrémiste tchétchène. Ce à quoi il y a eu une réponse, des attentats attribués aux indépendantistes tchétchènes s’étalant à Moscou d’août à septembre, faisant au total 214 morts.

"Il faut aller buter ces connards jusque dans les chiottes" Comme dirait #Poutine #Paris #ÉtatDurgence

Cette déclaration, qui a heurté la sensibilité de certains dirigeants occidentaux à l’époque, a refait surface, et a été vivement partagée sur le réseau social après le drame qui a ébranlé la France.

 

La Russie aurait frappé le fief de Daesh par des missiles de croisière tirés depuis la mer

La Russie aurait frappé le fief de Daesh par des missiles de croisière tirés depuis la mer

Moscou a perpétré un nombre important de frappes en Syrie en utilisant des missiles de croisière tirés depuis la mer et des bombardiers à très longue portée, a fait savoir à Reuters une source au sein du gouvernement des Etats-Unis. Il a ajouté que la Russie a prévenu Washington de ces frappes, conformément à l’accord bilatéral sur la sécurité aérienne en Syrie.

Il s’agit de la deuxième salve de frappes russes sur Daesh effectuée depuis la mer. La première attaque de la sorte a été lancée en octobre de cette année, lorsque des navires de combat russes ont tiré des missiles de croisière depuis la mer Caspienne sur plusieurs positions terroristes en Syrie.

La Russie a entamé son opération aérienne en Syrie le 30 septembre, suite à la demande du président du pays Bachar el-Assad. D’après les données du Kremlin, depuis le début de l’opération, les frappes russes ont détruit plus de 2 milles cibles terroristes.

Dans le même temps, l’aviation française a effectué un nouveau raid aérien contre Rakka, comme l’a annoncé mardi matin le ministère de la Défense.

Dix chasseurs français ont largué 16 bombes sur le fief de l’EI, en détruisant un centre de commandement et un centre d'entraînement, d’après l'état-major des armées françaises. Le raid, «conduit en coordination avec les forces américaines», a été effectué à 2h30 (heure locale) et a mobilisé dix avions de chasse, des Rafale et des Mirage 2000.

Il s’agit du deuxième raid français à Rakka ces dernières 24 heures. Dimanche soir, des chasseurs français avaient déjà largué 20 bombes sur cette «capitale» de Daesh.

La France a annoncé le début de ses frappes aériennes contre les positions de l’Etat islamique en septembre. Ses opérations ont été intensifiées depuis les attentats meurtriers du 13 novembre, qui ont été revendiquées par les combattants de Daesh.