Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2014

Pétain et la dissolution de la Franc-maçonnerie sous Vichy !

Faites-vous votre propre opinion sur les décisions prises par Pétain de dissoudre la Franc-maçonnerie sioniste par la Loi du 13 août 1940. Traître ou patriote Pétain ? 

Encore une fois nous ne faisons aucun amalgame entre les sionistes et les juifs qui sont les victimes de ces criminels qui se servent d'eux comme des boucliers humains pour faire avancer leurs plans diaboliques !

Les plans sont là et ils les poursuivent.
A télécharger : les_protocoles_des_sages_de_sion_nilus.pdf

A rapprocher de cet article pour voir combien ils nous aiment tous :

« SCOOP EXCLUSIF : le rapport classé top secret de la dernière réunion des Bilderberg… »

 

En quatre ans, Vichy parvient à briser la franc-maçonnerie

 

« Un juif n’est jamais responsable de ses origines. Un franc-maçon l’est toujours de ses choix », répète le maréchal Pétain. Orchestrée par Vichy avec le soutien des Allemands, la répression contre les francs-maçons est redoutable. En 1945, la franc-maçonnerie sort brisée des années d’occupation.

 

L’Etat français n’a guère qu’un mois d’existence lorsqu’il interdit la franc-maçonnerie. La loi du 13 août 1940 dissout les « sociétés secrètes » et, quelques jours plus tard, sont déclarées nulles les associations dites de la « Grande Loge de France », et du « Grand Orient » en métropole et dans l’Empire. Quels sont les auteurs de cette loi ? A quelles motivations obéissent-ils ? L’ensemble du gouvernement du maréchal Pétain est associé à la décision puisque le projet de loi a été présenté au Conseil des ministres, à Vichy. Une discussion s’est même engagée à propos du terme de « sociétés secrètes ». Le ministre du Travail, René Belin, souligna l’intérêt d’une formule large qui permettrait de toucher en même temps les groupes de pression du patronat comme le Comité des forges. Le garde des Sceaux, ministre de la Justice, Raphaël Alibert a éprouvé de la satisfaction à rédiger cette loi. Disciple de Charles Maurras, porté à attribuer ses échecs électoraux sous la IIIe République à des manœuvres déloyales, Alibert déploie une grande activité répressive et antirépublicaine. Il pourchasse comme traîtres tous les amis de la Grande-Bretagne qu’ils soient révélés, comme le Général de Gaulle qu’il fait condamner à mort par un conseil de guerre, ou potentiels comme les francs-maçons. Le maréchal Pétain est subjugué par la fougue entraînante de son garde des Sceaux. Alibert a su réveiller le souvenir amer de l’affaire des fiches que Pétain en son temps avait réprouvé. En juillet 1940, le maréchal reçoit Camille Chautemps qui l’a beaucoup aidé, comme vice-président du Conseil, à imposer la solution de l’armistice, le 16 juin 1940.  Conseille à ce radical, haut dignitaire de la franc-maçonnerie (prince du royal secret) de démissionner de la société de pensée. Chautemps décline la proposition et demande au maréchal Pétain quels reproches lui inspire la franc-maçonnerie. Pétain lui répond vaguement : « Je sais seulement que c’est une société dont tout le monde me dit qu’elle fait beaucoup de mal à mon pays. »

L’hostilité affichée de Pétain

Par la suite, Pétain ne se contente plus de partager les sentiments de son entourage, il développe une hostilité marquée. A Gergovie, le 30 août 1942, il la dénonce aux membres de la Légion française des combattants : « Une secte, bafouant les sentiments les plus nobles, poursuit, sous couvert de patriotisme, son œuvre de trahison et de révolte. » En janvier 1943, il encourage le zèle du Service des sociétés secrètes : « Vous ne devez pas hésiter. La franc-maçonnerie est la principale responsable de nos malheurs ; c’est elle qui a menti aux Français et qui leur a donné l’habitude du mensonge. Or, c’est le mensonge et l’habitude du mensonge qui nous ont amenés où nous sommes. » Philippe Pétain a trouvé une formule dont il est assez content pour la répéter à plusieurs interlocuteurs : « Un juif n’est jamais responsable de ses origines ; un franc-maçon l’est toujours de ses choix. » Pierre Laval témoigne de l’animosité du maréchal de France : « Le maréchal Pétain, écrit-il, attribuait à la franc-maçonnerie la responsabilité de nos malheurs et il considérait ses membres comme des malfaiteurs publics. » Ont joué contre les loges, le souvenir de l’affaire Stavisky, l’antiparlementarisme et certainement la pensée catholique, mais les événements politiques immédiats ont aussi leur part. Les responsables et les officiers sont très affectés par la dissidence dans l’Empire. Les chefs de l’armée, le général Weygand, l’amiral Darlan, avaient accepté les très dures conditions que Hitler imposait dans l’armistice parce que la France conservait sa flotte et l’Empire. Or, l’appel de Charles de Gaulle agitait les colonies. Le gouverneur du Tchad, Félix Eboué prit contact avec lui et rallia son pays à la France libre. Félix Eboué était franc-maçon. Or, nombreux étaient les fonctionnaires des colonies appartenant à la franc-maçonnerie. La loi du 13 août 1940 était un bon instrument pour épurer une administration coloniale tentée par les appels de Londres. La lettre de présentation au maréchal Pétain de la loi du 13 août 1940 qui dissout les sociétés secrètes fait état des risques de sabotage de l’œuvre de redressement national qui seraient dus à l’appartenance de fonctionnaires à la franc-maçonnerie : « Leur activité tend trop souvent à fausser les rouages de l’Etat et à paralyser l’action du gouvernement. » La publication de la loi au Journal officiel du 14 août 1940 s’accompagne de deux formulaires à remplir par tous les fonctionnaires, agents des communes, établissements publics de métropole, des colonies et protectorats. Par l’un, le signataire déclare n’avoir jamais appartenu à la franc-maçonnerie et prend l’engagement de ne jamais y appartenir. L’autre modèle de formulaire tient compte de l’intérêt de l’Etat français de ne pas se priver des services d’hommes désabusés par leurs erreurs. Le fonctionnaire y avoue avoir été membre d’une société secrète et précise à quelle date il a rompu toute attache avec la franc-maçonnerie. Il s’engage à ne plus jamais y adhérer. Toute fausse déclaration entraîne la démission d’office de son auteur. La vérification des déclarations eut pour conséquence la création d’organismes spécialisés, police et préfets n’offrant pas toutes les garanties d’efficacité. Peu zélés à réprimer, ils se disaient dépourvus de moyens de contrôle des déclarations. Un idéologue de l’antimaçonnisme apporta, en août 1940, à Raphaël Alibert, la loi portugaise contre les sociétés secrètes ; le vicomte Léon de Poncins, lui avait offert sa documentation en l’avertissant que, sans fichiers, les mesures d’interdiction seraient plus efficaces. Des fichiers et des organismes de surveillance se mettent en place dans une grande discrétion qui masque une lutte pour leur contrôle entre les vichystes et les Allemands. A la fin d’octobre 1940, les scellés sont apposées sur les locaux des obédiences ; documents et archives sont saisis. Le chef de l’Etat charge le nouvel administrateur général de la Bibliothèque nationale, Bernard Faÿ, d’inventorier cette masse d’archives. Son secrétaire, Gueydan de Roussel, organise l’inventaire et l’exploitation des énormes archives tirées des loges et confiées à la BN. Les Allemands s’intéressent aussi à ces trésors. En décembre 1940, ils pillent des caisses venant des obédiences maçonniques de Caen et de Bordeaux. L’état-major spécial de Rosenberg envoie en Allemagne quatre cent soixante-dix caisses de documents provenant des territoires occupés à l’ouest.

Une quantité de services

Le lieutenant S.D. Moritz est chargé du service antimaçonnique allemand. Il se tient au courant des activités des bureaux français car Bernard Faÿ n’est plus seul. Se sont créés : un service de renseignements, rue Greffulhe, dirigé par Jean Marquès-Rivière ; un service de la Préfecture de police, 4, square Rapp (à l’emplacement de l’ancienne Société théosophique), dirigé par le commissaire Moerschel ; et enfin un centre de documentation, 8, rue de Puteaux (siège de la Grande Loge de France) où officie Henry Coston. L’amiral Darlan s’inquiète de ce foisonnement et crée, à son tour, en mai 1941, le Service de police des sociétés secrète confié au capitaine de frégate Robert Labat, venu du 2e Bureau de la marine qui constitue son réseau de renseignements en zone sud.

Une seconde offensive contre la franc-maçonnerie se déclenche au cours de l’été 1941. Raphaël Alibert n’est plus ministre et la volonté répressive de l’amiral Darlan, vice-président du Conseil, a de quoi surprendre ceux qui connaissent ses amitiés maçonniques. Il s’est toujours défendu d’appartenir à la maçonnerie et a signé, sans hésitation, le serment écrit que Pétain exigea un jour des ministres réunis en conseil. Il affirme au garde des Sceaux, Joseph Barthélemy : « Je ne suis pas franc-maçon, mais mon père l’a été pour deux. » L’origine du durcissement vient de la situation générale. L’offensive contre l’URSS a rendu les Allemands plus vigilants et plus exigeants. Goering rappelle que la « lutte contre les juifs, les francs-maçons et autres puissances "idéologique" opposées à l’Allemagne est une tâche toujours urgente du parti et de l’armée. » La France vient de perdre le Levant après d’éprouvants combats contre les Français libres, situation qui conduit à rechercher des « traites ». La politique germanophile de Darlan est contestée jusqu’au cœur du pouvoir, en particulier par le général Weygand. Les amis, de ce dernier font courir le bruit de son appartenance à la « synarchie », société secrète protéiforme. Il lui est donc utile de jouer les vertueux.

Les frères sont assimilés aux juifs

Dans cette recherche des boucs émissaires responsables de l’échec de la révolution nationale, le maréchal Pétain prononce, le 12 août 1941, le discours du « vent mauvais » où il montre que la lenteur de la rénovation vient de l’opposition de ceux qui privilégient leur intérêt avant les intérêts de l’Etat : les trusts, les anciens partis politiques et la franc-maçonnerie. Il annonce des mesures sévères. L’amiral Darlan et son ministre de l’Intérieur, Pierre Pucheu, constatent que les mesures de 1940 interdisent l’activité et le recrutement de nouveaux membres des sociétés secrètes mais sont incapables de briser l’étroite solidarité qui subsiste entre les dignitaires en même temps qu’elles ne permettent pas d’éprouver la sincérité du ralliement des fonctionnaires francs-maçons au régime. Une nouvelle loi (11 août 1941) interdit donc aux anciens dignitaires et hauts gradés de la franc-maçonnerie l’exercice des fonctions publiques énumérées à l’article 2 du statut des juifs du 2 juin 1941 (on note la volonté d’assimilation des catégories d’exclus). Les fonctionnaires et militaires concernés sont déclarés démissionnaires d’office. Ils sont nombreux dans ce cas car la qualification de « hauts gradés » s’applique dès le troisième degré (maître) et concerne donc la très grande majorité des francs-maçons en France. La loi prévoit surtout une disposition qui se veut infamante et cherche à impliquer la population française : le Journal officiel publie, dès le 12 août 1941, les noms des dignitaires et hauts gradés. En quelques mois sont exposés à la curiosité du public les noms de dix-huit mille dignitaires francs-maçons. Plus de trois mille fonctionnaires sont renvoyés. Si les Français découvrent la confirmation d’appartenance largement dénoncées par la presse en 1933-1934, ils s’étonnent de certaines absences et ne voient pas toujours l’intérêt de publier autant de noms de postiers et d’instituteurs, exacts serviteurs du public par ailleurs. La Légion française des combattants se réjouit. Jusque-là privée d’un accès aux dossiers individuels par les préfets, elle dispose enfin de listes à pointer pour obtenir le renvoi des fonctionnaires suspects. Le ministre des Communications, Jean Berthelot, envoie à Alger un haut responsable franc-maçon de la SNCF, au poste de chef des services financiers du Méditerranée-Niger. La Légion repère son nom sur les listes et s’indigne auprès du maréchal : « L’Algérie n’est pas la terre de refuge des fonctionnaires indésirables en France. » Le retour au pouvoir de Pierre Laval, en avril 1942, est marqué par une distance par rapport à la politique de Darlan-Pucheu. Plus politique, il prête l’oreille aux protestants de Marcel Déat qui, dans L’œuvre, est devenu l’avocat des francs-maçons persécutés. Sa position est un retour à la politique de 1940 : écarter les nostalgiques de l’ancien régime mais ne pas inquiéter les francs-maçons dévoués au bien public. Il explique ses intentions aux préfets de la zone libre, le 25 septembre 1942 : « Le maire de Rouen est franc-maçon et il remplit son devoir d’une manière magnifique sous les bombes. Il fait figure de grand Français et je ferais figure de petit français si je l’écartais. Le maire de Vitry-le-François est franc-maçon. Il a eu sa ville détruite deux fois. Il est encore là pour servir ses compatriotes. Je serais un mauvais Français si je lui faisais du mal. » Il soulignera, lors de son procès, dans un but plus intéressé, que la question de la répression antimaçonnique l’opposait au maréchal Pétain. Au demeurant, Pierre Laval ne touche pas à la législation existante mais il accorde plus largement les dérogations qu’elle prévoyait (Marcel Peyrouton, ministre de l’Intérieur, en a bénéficié lorsqu’il devint ambassadeur en Argentine). Il recommande à Maurice Reclus, un conseiller d’Etat qu’il nomme à la tête de la Commission des dérogations, de protéger les faux déclarants, d’accorder largement des dérogations et de faciliter la réintégration des fonctionnaires francs-maçons (mais il les fait surveiller étroitement). L’Etat français a beaucoup dépensé pour la propagande. De cette manne, l’antimaçonnisme a bien profité. Des affiches dénoncent l’emprise des francs-maçons sur les républicains, leur collusion avec les Anglo-Saxons, leurs liens avec les juifs. Causeries à la radio et conférences répètent ces reproches. Bernard Faÿ a publié pendant quatre ans une revue mensuelle Les documents maçonniques où voisinent des études historiques (La Révolution, L’affaire des fiches, La SDN, Les parlementaires), des dossiers sur le rôle de la maçonnerie dans la société et des articles de propagande plus élémentaires. En octobre-novembre 1940, le Petit Palais abrite une exposition préparée par Jacques de Lesdain, le directeur politique de L’illustration, « La franc-maçonnerie dévoilée ». Les organisateurs annoncent un million de visiteurs à Paris, chiffre à prendre avec les précautions d’usage. L’exposition est montrée à Nancy, Bordeaux, Rouen, avant d’être présentée à Berlin en 1942.

Alger protège les francs-maçons

Il fallut attendre l’arrivée du général de Gaulle à Alger en 1943 pour que les fonctionnaires révoqués – maçons ou non – soient réintégrés. En novembre 1943, le Grand Maître Dumesnil de Gramont arrive à Alger pour siéger au nom du mouvement de résistance Libération-Sud à l’assemblée consultative. Il s’emploie à ce que les travaux des loges puissent reprendre en toute légalité. Jacques Soustelle et Georges Gorse demandent à de Gaulle de répondre à ce souhait. La présence d’Henri Queuille, un radical, à la vice-présidence du Comité français de libération nationale (CFLN), favorise les démarches. A l’assemblée consultative, le général de Gaulle répond à Yvon Morandat : « Nous n’avons jamais reconnu les lois d’exception de Vichy, en conséquence la franc-maçonnerie n’a jamais cessé d’exister en France. » Enfin, le 15 décembre 1943, une ordonnance du CFLN porte annulation de la loi du 13 août 1940 et des dispositions relatives aux sociétés secrètes. Après la Libération, l’ordonnance du 31 mars 1945 rétablit la légalité républicaine et rend exécutoire en métropole l’ordonnance d’Alger du 15 décembre 1943.

Voir aussi :

 

 

 

 

 

 

 

 

Alerte : France/Attaque nucléaire en cours ? Des têtes nucléaires placées sous les réacteurs nucléaires ?

Relions les points car avec tous ces psychopathes nous devons nous attendre à tout !

Il semblerait que les drones qui ont survolé les 7 centrales nucléaires soient à la recherche de têtes nucléaires qui auraient pu être placées sous les réacteurs nucléaires. Ce n'est pas un hasard si l'armée française n'a pas voulu donner le type de l'avion supersonique qui a survolé la Bretagne, région de France où se trouve des centrales nucléaires.


 Illustration – La France compte 58 réacteurs nucléaires répartis sur 19 sites

Déficitaire en électricité, la Bretagne adopte EcoWatt pour éviter la panne

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Il est fait référence dans l'article d'Islamic Intelligence de têtes nucléaires qui auraient été volées par l'entité sioniste avec la complicité de Bush et qui sont disséminées un peu de partout dans le monde. Ce que les Veteran Today avaient révélé aussi, dans leur article destiné à révéler que les attentats du 11/09/2001 aux USA avaient été des attentats nucléaires commis avec des têtes nucléaires volées par l'entité sioniste avec la complicité de BUSH.

Révélations choc sur le 11 septembre. La Russie ouvre ses dossiers sur le 11 Septembre nucléaire et la prolifération israélienne.

C'est ainsi un moyen d'exercer un chantage sur les dirigeants qui résistent à l'empire satanique ! Rappelons-nous Tchernobyl et Fukushima. Qui nous fera croire qu'il ne s'agissait pas d'attentats nucléaires dirigés contre la Russie et le Japon ?

 

MISE A JOUR, 30 Octobre 2014, 07H54 GMT:
 

Vous pensez que ce conflit viendra en France demande la sioniste Haim... Qui veut prendre le contrôle du pétrole et du gaz au Kurdistan. C'est Tel Aviv, sheytanyahu annonce que le terrorisme est déjà ... en Afrique du Nord dans cette vidéo. Ceci est une opération franco-algero-israélienne des réseaux bouteflika-DGSE, avec la signature de Tartag, issu du DRS. C'est une déclaration de guerre contre les populations Musulmanes qui s'émancipent très rapidement. L'état francais aux mains de Netanyahu veut génocider les Musulmans pour perpétuer le vol du gaz, du pétrole. Des deux côtes de la rive, il faut agir maintenant et frapper de toutes nos forces l'ennemi pour l'éradiquer à Paris une bonne fois pour toutes... L'armée francaise sera défaite comme les américains le sont en Iraq, en Afghanistan, en Somalie, il n'y aura pas d'annexion à l'Europe, encore moins à l'entité sioniste

Netanyahu après le 11 septembre 2001: ' C'est très bien! C'est pas bon, mais cela va générer une sympathie immédiate envers Israël'. Netanyahu a été insulté par Washington, il a immédiatement liquidé Glick  à Jérusalem pour débuter la seconde phase du plan israélien d'expansion de ses frontières. Isolé et quasi-ejecté par Brzezinsky, Netanyahu, Hollande, Cameron et Merkel peuvent faire sauter l'Europe dans un remake du 11 septembre.

 
 
 
Pax talmudica: 11 septembre nucléaire-chimique français: Selon nos informations, des équipes américaines spécialisées dans la détection de signaux radio-nucléaires sont en position en France, au Maroc, en Mauritanie et en Algérie, à  la recherche de têtes nucléaires américaines volées par les israéliens via la famille Bush, Charles Pasqua et Victor Bout. L'essentiel des têtes nucléaires, environ 300 ont été acheminées dans l'entité sioniste. Le survol des drones ultra-perfectionnés sont destinés selon les équipes américaines à détecter la présence de bombes sous les réacteurs.

Comme à Tchernobyl, les bombes sont placées sous les réacteurs par les services franco-israéliens. Nous avons révélé que le Tricastin était la cible israélienne en France. Suite à ces révélations, et celles sur l'attaque d'Ottawa, entièrement pilotée par les commanditaires du meurtres des moines de Tibhirines, tous sont liés a Tel Aviv, ont provoqué un séisme.
 

Nous avons été contactés par des sources, ayant travaillé pour le ministère de la défense, à un très haut niveau, nous confirmant la présence de têtes nucléaires US sur le sol français, transportées par les réseaux mafieux proches de Tel Aviv, au sein de l'état français. Nous avons exposé les calculs et les trajets qu'un avion similaire au MH370 aurait pu prendre depuis le Sud-Ouest vers Marseille ou une cible nucléaire, pétro-chimique. Nos calculs de trajectoire se sont révélés exacts selon les plans de défense formulés dans les années 1990 dans cette zone. Nous révélons que ces drones survolent l'Allemagne et l'Angleterre également car ces pays sont sous contrôle de Netanyahu, comme l'Elysée. Nous avons encore frappé lourdement nos ennemis à Paris, cette frappe doit normalement aboutir à la fin du règne du CRIF-likud. Lire ici 

- Mehdi Ben Barka, piégé par le Mossad en plein Paris
- Nazisme talmudique francais: Kemi Seba sort de prison. Lire ici

 

- Guerre en Libye : les vérités qui dérangent d’un homme de l’ombre

- Nazisme talmudique français au Burkina Fasso: Après Alger ou Said bouteflika, Sellal, Ouyahia, Hamel et Azoulay se terrent comme des rats, l'africom-DRS renverse la DGSE-mossad à Ouagadougou. Bajolet n'a plus aucune couverture dans le cadre de l'opération AH 5017. Lire ici

- Qui est l’extrémiste Glick ?

- Le Hamas salue la tentative d’assassinat de l’extrémiste Yehuda Glick

- Suite à la tentative d’assassinat de Glick, un état d’alerte à Jérusalem et appels à la vengeance

 
L'entité sioniste purifie ethniquement toute la Palestine


- Pax Talmudica: Ceci ressemble à un false flag. La racaille juifiste de Glick a été liquidée par le shabbak israelien. Celui-ci est le fer de lance des nazis talmudistes voulant la destruction de toutes les mosquées en terre sainte et la construction du temple de l'antéchrist. Ceci est une opération menée par shetanyahu, appuyée par ses relais occidentaux.

- Les forces israéliennes assassinent un ex-prisonnier libéré soupçonné d'avoir tiré sur Glick


Al Aqsa: Un terroriste juif sioniste talmudiste de la pire espèce, un nazi du niveau de Cukierman a échappé à une frappe contre lui. L'entité sioniste veut étendre ses frontières et prendre le contrôle du gaz et du pétrole  des Musulmans à la source avant la fin des quatre lunes sataniques talmudiques de sang et s'emparer de la mosquée d'Al Aqsa.  Lire ici.

 

- Abou Arar avertit de l'explosion de la situation en raison de la démolition des mosquées

- L'armée égyptienne commence a créé une zone tampon avec Gaza

- Pourquoi Israël a permis à Hamdallah de visiter la Mosquée al-Aqsa ?

- Les colons prennent d'assaut la Mosquée Al-Aqsa

- Rafah/Egypte : Des milliers de familles sommées d'évacuer leurs maisons par l'armée égyptienne


- Pax talmudica: Nous avons appris que Londres, Paris et Berlin sont passés en mode attaque  depuis 24 heures. Suites aux insultes proférées par l'administration Brzeiznsky contre shetanyahu. Celui-ci a immédiatement répliqué en tuant la racaille talmudiste de Glick, un opposant direct à son règne sur le likud et l'extrême droite. Provoquant une guerre entre les juifs sionistes d'occident contre les Musulmans.

Cameron, Hollande sont deux agents israéliens susceptibles de frapper les populations en France et en Angleterre dans le cadre de cet agenda. Les Musulmans ont donc l'autorisation de tuer pour se défendre à la moindre occasion. Ceci quel que soit le contexte. Ceci constitue la seconde phase d'attaque apres l'échec de Gaza, qui devait expulser la population de la bande vers le Sinaï. Cette seconde phase du plan consiste a expulser la présence Arabe sur Al Aqsa/Jerusalem, et prendre le contrôle entier de toute le Cisjordanie. Lors de la premiere phase le shabbak avait liquidé trois colons et blâme le Hamas afin de déclencher les opérations sur la bande de Gaza qui furent un échec total, malgre l'aide de l'Egypte qui menace de couper la bande du reste du monde. Sissi ayant débute ce plan, après l'échec militaire strategique sioniste. 
Lire ici



- Pax talmudica: Encore plus de preuves que l'opération d'Ottawa est un false flag franco-canado-israélien. La DCRI/DGSI possédant plusieurs réseaux de mercenaires de la filière Mossad/Pasqua, dont plusieurs ont été pris aà Ain Amenas, Oujda-tlemcen. Lire ici


- Pax talmudica: MH17: Accusations ouvertes contre la France et Israël. Lire ici


- Pax talmudica: Voici pour les mythomanes qui racontent n'importe quoi sur la propagation du virus Ebola. Celui-ci a débuté à la même époque ou la France-Israël souhaitait faire sauter la ville de Marseille, Operation MH370. Lorsque la Guinée refusâ à des israéliens les droits d'exploiter des mines de chrome, de fer. Ceux-ci se vengèrent et attaquèrent le pays en y relâchant le virus qui était alors testé par une firme contractant pour le Pentagone, dans des essais cliniques. Exactement selon le mode de propagation du virus H1N1 lors d'un essai clinique réalisé par la firme israélienne Teva au Mexique. Sanofi débuta ses essais cliniques à Bangkok à la même époque. Voir ici

 
 
 

30/10/2014

Insolite. Le grand "Boum" était un avion supersonique !

L'armée serait-elle en train de faire la chasse aux drones qui ont survolé les 7 centrales nucléaires françaises au cours du mois d'octobre en cours.

France : Des drones ont survolé 7 centrales nucléaires !!!

L'armée est censée assurer la sécurité des sites nucléaires et elle a refusé de dire de quel avion il s'agissait !

Insolite. Le grand "Boum" était un avion supersonique !

 

Une importante déflagration a été entendue ce matin sur une partie de la Bretagne Nord. Il s'agissait d'un vol supersonique conduit dans le cadre d'un exercice.

"Bang", à un endroit. "Boum", à un autre. Une importante déflagration a été entendue ce mercredi matin vers 10h en de nombreux endroits des Côtes-d'Armor ainsi qu'en périphérie rennaise. Il s'agit en réalité du passage d'un avion de chasse de l'armée de l'air. "Un vol supersonique prévu et autorisé sur un axe Saint-Brieuc Le Mans dans le cadre d'une mission d'entraînement", confirme le service d'information de l'Armée de l'air (Sirpa Air).

Dans la matinée, les interrogations ont fusé sur les réseaux sociaux.

 "Des vitres qui tremblent"

 Dans plusieurs communes des Côtes-d'Armor, il a été fait état de "vitres qui tremblent". Du côté de Trégueux, ville voisine de Saint-Brieuc, plusieurs habitants ont cru à une explosion dans une carrière située à proximité. Plusieurs appels ont été enregistrés au centre d'appel du Service départemental d'incendie et de secours (Sdis 22).

 Le vol a été conduit au-dessus des 40 000 pieds - 17 000 m environ - dans le cadre d'un entraînement aux missions (surveillance, interception, aide)  susceptibles d'être confiés à ces chasseurs dont l'armée a refusé de communiquer le type.

 

 

Insolite. Un grand "boum" entendu en Bretagne !

Soyez attentifs à ce qu'il se passe dans le ciel français !

Il se pourrait qu'il y ait du sport dans l'air avec les drones qui ont survolé les 7 centrales nucléaires à plusieurs reprises au cours du mois d'octobre.

Insolite. Un grand "boum" entendu en Bretagne

Côtes-d'Armor - 29 Octobre

  • Le "Boom" ou le "Bang", aété entendu dans les Côtes-d'Armor et en Ille-et-Vilaine Le "Boom" ou le "Bang", aété entendu dans les Côtes-d'Armor et en Ille-et-Vilaine
    Crédit photo : Thierry Creux.

François GRÉGOIRE

Un gros "bang" ou "boum" a été entendu ce mercredi matin sur une bonne partie des Côtes-d'Armor. Il a également été entendu du côté de Rennes.

Un grand « boum » a été entendu ce matin vers 10 h dans les Côtes-d'Armor. Les témoignages en font état à Guingamp, Plédran, Gouarec, Bourbriac, mais aussi du côté de Saint-Brieuc, Plérin, Ploufragan, Hénon, Plœuc-sur-Lié.

Le phénomène n'a pas tardé à trouver de l'écho dans un autre ciel, celui des réseaux sociaux, de nombreux twittos s'interrogeant sur la provenance de bruit.

 

Plusieurs appels ont déjà convergé vers le Centre opérationnel départemental d'incendie et de secours (Codis) pour s'enquérir autour de ce "boum". " Plusieurs mairies nous ont appelés pour venir aux nouvelles, mais nous n'avons pas de réponse à leur fournir, confirme un sapeur-régulateur. Aucune explosion nous a été signalée. Ça fait penser à un avion. "

"Boum" pour les uns, "bang" pour les autres, il a aussi été entendu du côté de Rennes.

 

 Le phénomène rappelle celui de juin 2008 lorsqu'un avion rafale survolant les Côtes-d'Armor avait suscité le même questionnement. Contactée, la base aéronautique navale de Landivisiau dit ne pas avoir fait décoller d'avion ce matin.

Du côté de l'aviation civile, on explique que " les vols commerciaux ne vont pas à des vitesses engendrant de telles déflagrations ".

 

 

Livre : La franc-maçonnerie en France des origines à 1815 de Gustave BORD

Un livre important à télécharger ICI en PDF avec des extraits et images édifiantes en bas de l'article.

 
La franc-maçonnerie en France des origines à 1815
par Gustave Bord.
www.barruel.com

Le livre dont vous allez pouvoir lire la préface, est un ouvrage de référence dans les livres d'historiens francs-maçons sérieux... comme Paul Naudon, Marius Lepage, Pierre Mariel, Fred Zeller... entre autres auteurs... sérieux... pour ne citer que ces quelques noms.
La préface est reproduite dans son intégralité, puis à la suite, vous lirez quelques passages du livre reproduits en images...
Les quelques lignes de ce texte sont reproduites à titre d'information... pour tous ainsi que pour tous les "profs"... d'histoire... qui ont bien souvent tendance à raconter n'importe quoi... à leurs élèves...
De la déformation nationale des cervelles...
Monsieur Bord, historien, a surtout étudié le coté philosophique de la franc-maçonnerie et il est à "compléter" par la lecture d'autres auteurs comme Barruel, Deschamps, Delassus, Poncins, Coston, Virion, Lombard, Bordiot, Wirth (F-M), Gaïta (F-M), Lévi (F-M), Papus (F-M), Lepage (F-M), Mariel (F-M), Marquès Rivière, Copin Albancelli, Doinel, Margiotta, Léti (F-M)... et bien d'autres encore sans parler des auteurs... sérieux... étrangers tels que Pike (F-M), Gould (F-M), Robinson, Allen, Webster, Queenborough, Carr et bien sur... Antony Sutton... entre autres...
Vous trouverez un "petit" complément d'auteurs et de titres dans la
bibliographie... incomplète...
Sachant que la secte religieuse nommée franc-maçonnerie, toutes versions confondues, par ses membres, et son influence, gouverne... la France... et impose une véritable dictature sur tout un peuple... pour ne parler que de la France...


 

Ce livre a été édité en 1908.
Depuis... combien de guerres et de révolutions... dans le monde grâce à ces... fous ???
Et de nos jours... tout va bien ???
Non
?

Lire la deuxième partie ci-dessous

Lire la suite