Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2015

Il y a deux manière de conquérir une nation ....

ob_1e9fb4_europe.jpg

Syrie: 86 positions de l'EI bombardées par la Russie en 24 heures

De quoi faire enrager l'Union Européenne qui a eu le culot de demander à Moscou de cesser ses frappes en Syrie ! De quoi ont-ils peur ?

Syrie: l'UE appelle Moscou à cesser ses frappes
Par Le Figaro.fr avec AFP
Mis à jour le 12/10/2015 à 15:02 Publié le 12/10/2015 à 14:54

L'UE a appelé aujourd'hui la Russie à «cesser immédiatement» les frappes qui visent l'opposition modérée en Syrie et estimé qu'il «ne peut y avoir de paix durable avec les dirigeants actuels» alors que Moscou défend le président Bachar al-Assad.

La réaction de la Syrie au communiqué de l’UE

Oct 13, 2015 17:34 UTC : IRIB- Le gouvernement syrien a condamné le communiqué de l’UE, sur l’arrêt des opérations anti-terroristes russes, en Syrie. L’UE européenne a demandé, hier, lundi, l’arrêt immédiat des opérations aériennes russes contre les positions des terroristes, qu’elle a appelé «les opposants "modérés" syriens».

 

Syrie: 86 positions de l'EI bombardées par la Russie en 24 heures

13:35 13.10.2015(mis à jour 15:10 13.10.2015)

avion russe,Syrie

Les forces aériennes russes ont frappé 86 positions de l'Etat islamique en Syrie ces dernières 24 heures, a annoncé mardi le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

Au total, les avions russes ont réalisé 88 sorties depuis la base syrienne de Hmeimim et détruit des objets d'infrastructure de l'EI dans les provinces de Raqqa, de Hama, d'Idleb, de Lattaquié et d'Alep, a précisé le porte-parole.

Parmi les objets visés par des frappes russes figuraient des centres de commandement, des dépôts de munitions, des véhicules de combat, des usines de substances explosives et des bases arrières des terroristes.




 

1018797026.png

 

 

 

13/10/2015

"Non, la France n'est pas en état de légitime défense" lorsqu'elle frappe la Syrie

De temps en temps il y a des journalistes qui cherchent à comprendre, mais là, ils mettent la Russie dans le même panier que la coalition internationale criminelle qui agresse un pays souverain : la Syrie.

Sauf que la Russie intervient en Syrie, à la demande de son Président légitime ASSAD et qu'elle est l'unique pays au monde à pouvoir le faire dans la légalité ! C'est bien ce qui désole, la coalition internationale criminelle qui n'a que pour seuls objectifs:

1 - celui de déchoir Assad de son poste de président ou pratiquer la technique du grand remplacement dès qu'un chef d'état entrave leurs projets,

2 - de permettre à l'état sioniste de s'annexer la Syrie dans l'objectif de s'attaquer ensuite à l'Iran et ainsi de suite, jusqu'à finir par créer le Grand Israël.

3 - de poursuivre leur projet d'instauration du Nouvel Ordre Mondial, une fois qu'ils se seront annexé tous les pays où qu'ils y auront placé leur pion sioniste, comme tel est le cas en Ukraine depuis février 2014 et depuis la création de l'UE.

Qui a donc intérêt à créer Daech, l'EI, ISIS et Cie ? En sachant qu'Israël est un état privé appartenant à Rothschild !

Rothschild : « J'ai créé cette colonie (Israël) moi seul. Par conséquent, ni les colons, ni aucune organisation n'a le droit d'interférer avec mes plans ! »

 

"Non, la France n'est pas en état de légitime défense" lorsqu'elle frappe la Syrie

Le Premier ministre Manuel Valls a prévenu que la France continuera à frapper en Syrie quelles que soient les nationalités alors que six djihadistes français auraient été tués. Il a également répété dimanche que la France agissait en "légitime défense". Deux positions qui posent problème selon Olivier Ravanello. D'une part, la légitime défense est un principe de droit international qui ne peut s'appliquer qu'entre des Etats et qui ne concerne donc pas le cas de la France, qui vise une organisation terroriste en Syrie. S'il y a sans aucun doute une nécessité d'intervenir enSyrie, le cadre légal invoqué par le Premier ministre ne tient pas. Ainsi, selon Olivier Ravanello, l'intervention française s'apparente à une "guerre préventive" car "elle frappe avant qu'on l'attaque". Par ailleurs, il faut une résolution de l'ONU pour légitimer des frappes préventives, ce qui n'existe pas pour la Syrie.

Le mot est apparu depuis quelques semaines "La France intervient en Syrie dans le cadre de la légitime défense puisque des attentats y sont préparés contre nous". Légitime défense. Mais d’où vient ce terme de cowboy pour justifier notre action à l’étranger ?

Techniquement, le mot fait référence à l’article 51 de la charte des nations unie. Il stipule qu’un Etat peut faire la guerre en cas d’agression. Il riposte à une attaque ; c’est de la légitime défense qualifiée "de droit naturel d’un état" par l’ONU.

Est-ce pour autant le cas de la France en Syrie ? Non. D’abord parce que la charte régit les relations entre états. Dans l’esprit des nations unies il s’agit d’une agression d’un état contre un autre état. En 1945 date de la rédaction de la charte, la notion de terrorisme est encore relativement neuve. On n’imaginait pas qu’un jour on devrait lever une coalition internationale, envoyer des avions de chasse, des porte-avions pour faire la guerre à une organisation non étatique. D’autant que lorsque l’on qualifie DAESH d’Etat islamique, le poil de nos gouvernants se hérisse... Difficile d’invoquer l’article 51.

Mais quand bien même il s’agirait de répondre à une attaque terroriste comme le justifient les Etats-Unis depuis le 11 septembre, encore faut-il être précis. L’attaque terroriste menée sur notre sol contre Charlie Hebdo l’a été par des ressortissants nationaux et non pas étrangers, et revendiquée par Al Qaida au Yémen. Pas par Daesh. Si légitime défense il y a, elle nous autoriserait à frapper Al Qaida au Yémen et pas Daesh en Syrie.

Pourtant c’est bien de Syrie que provient le danger, c’est indéniable. En revanche, si l’on cherche a qualifier précisément ce que la France fait en Syrie il faudrait parler de frappes préventives. Mais problème. Le dernier à avoir utilisé ce principe était George W. Bush en Irak. Difficile de s’en prévaloir.

En tout cas, dans le droit international ça ne rentre pas ; la seule instance à pouvoir décider d’une action militaire préventive est le conseil de sécurité de l’ONU avec le vote d’une résolution. Mais sur la Syrie pas de résolution.

Moralité, la France, comme les USA et aujourd’hui la Russie, bombardent en Syrie selon un vieux principe très simple ; mieux vaut les éliminer là-bas et ne pas attendre qu’ils arrivent chez nous. Dans les westerns, ça s’appelle dégainer le premier. C’est efficace, en l’occurrence nécessaire, mais ça ne fait pas une base légale, ni une posture plus digne que les autres.

Olivier Ravanello (@oravanello)

 

12/10/2015

Le mystère des Toyota de l'EI élucidé

Ben oui ! D'un côté ils reconnaissent que la CIA forme et finance leurs mercenaires, avec le budget militaire US et d'un autre côté ils s'étonnent qu'ils soient financés ! Quitte à faire passer Toyota pour un sponsor de l’EI !


Les psychopathes à l'oeuvre du mensonge permanent, de la destruction et du crime organisé dans le monde !

Comme cela nous avons de plus en plus la confirmation du mythe du terrorisme musulman et que leurs plans de destruction de la Syrie était bien prémédité, dans l’objectif d’annexer la Syrie à Israël pour ensuite aller s’attaquer à l’Iran, et créer leur Grand Israël première étape avant la création du Grand Moyen Orient !

Le mystère des Toyota de l'EI élucidé

15:22 12.10.2015(mis à jour 15:29 12.10.2015)

 

Tout-terrain appartenant à l'EI

Plutôt que de demander au constructeur Toyota d'expliquer pourquoi l'État islamique disposait de centaines de nouvelles véhicules tout-terrain, les autorités américaines auraient dû poser la question au Département d'Etat de leur propre pays, qui aurait apparemment doté les rebelles syriens d'un parc automobile complet.

L'homme politique américain et membre du Parti républicain Ronald Paul, ainsi que ses associés, ont tenté de pénétrer le mystère des voitures tout-terrain japonaises mises à la disposition des djihadistes. Tony Cartalucci, observateur et représentant de l'Institut pour la paix et pour la prospérité, de Ronald Paul, a dénoncé le fait qu'en 2013 le Département d'Etat des USA, en coopération avec le gouvernement britannique, avait octroyé des véhicules à l'Armée syrienne libre, la principale force armée opposée au régime de Bachar el-Assad.

En 2014, le Département d'Etat des Etats-Unis a repris les livraisons des voitures aux rebelles syriens, selon M. Cartalucci, faisant référence au réseau de radiodiffusion américain Public Radio International (PRI).

Le Royaume-Uni n'a pas non plus manqué de livrer de l'aide "non létale" aux rebelles de Syrie, entre autres des camions et des véhicules tout-terrain dont le montant est évalué à approximativement huit millions de livres sterlings.

 

 

 

 

 

11/10/2015

Biélorussie: des Ukrainiens armés refoulés à la frontière avant la présidentielle

Encore les nazis de Kiev mandatés sûrement par l'OTAN qui s'apprêtaient à faire un coup d'état en Biélorussie qui est un pays allié de la Russie ?

 Sondage: Loukachenko en tête des élections en Biélorussie

Biélorussie: des Ukrainiens armés refoulés à la frontière avant la présidentielle

09:58 11.10.2015 (mis à jour 10:10 11.10.2015)

Election présidentielle en Biélorussie

Les gardes-frontières biélorusses ont empêché un groupe de près de 200 Ukrainiens, dont certains étaient armés, de pénétrer dans le pays, rapportent les médias locaux.

Selon la chaîne de télévision Belarus 1, deux centaines de ressortissants ukrainiens ont tenté d'entrer en Biélorussie à la veille de l'élection présidentielle en violation de la législation locale. Certains des intéressés étaient vêtus de camouflage et armés de battes et de pistolets traumatiques. La chaîne affirme également que plusieurs d'entre eux étaient visés par un mandat d'arrêt international.

Les interpellés n'ont pas pu expliquer les motifs de leur visite en Biélorussie, indiquent les médias.

La présidentielle biélorusse se déroule dimanche 11 octobre. Le chef d'Etat sortant Alexandre Loukachenko qui dirige le pays depuis 1994 est donné grand favori du scrutin.