Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2009

GrippeA/H1N1 : Vaccination obligatoire pour les enfants

Communiqué vidéo de Sos Justice & Droits de l'Homme

GrippeA/H1N1 : vaccination obligatoire pour les enfants dans les écoles

Parents et grands-parents, MOBILISEZ-VOUS !

Des enfants vaccinés par surprise et pucés par le biais des vaccins !

Est-ce que c'est ce que vous voulez ?


GrippeA-H1N1| Enfants Vaccination Obligatoire|Mobilisez-vous
envoyé par sos-justice. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

 

Lire attentivement l'article paru dans le Nice Matin du 16 octobre 2009

Nice - le vaccin est prêt.pdf

 

Extraits de l'article de Nice Matin
du 16 octobre 2009


Des unités mobiles iront bien dans les établissements scolaires !

vaccination obligatoire1.jpg

Sur la traçabilité des personnes vaccinées
(la puce RFID dans les vaccins)

Pour tout le monde, la traçabilité est imposée, seule façon de savoir qui à reçu quoi, mais aussi, pour le cas où une puce est injectée, et pour suivre les effets secondaires, et encore, pour savoir qui n'est pas vacciné (les "récalcitrants", comme "ils" disent)

Le parcours type du patient dans un centre de vaccination

!cid_83A23BE95542406F9A84DC3E80948F8B@ArtemisiaPaltz.jpg

Pourraient-ils nous dire comment un enfant de 2 ans, en maternelle, et les plus grands, qui seront vaccinés d'autorité, pourront-ils répondre au questionnaire médical et faire part aux médecins vaccinateurs de ses contre-indications médicales hors la présence de leurs parents ?

Depuis quand l'Etat a-t-il des titres de propriété sur nous et sur nos enfants ?

Pour quelles raisons légitimes les pédiatres et les médecins de famille sont-ils écartés de la vaccination ?

Des élèves équipés de puces pour pister le virus H1N1

Quelques infos sur un site détruit par une action criminelle

Plan de vaccination des personnels civil et militaire de la Gendarmerie et de leur famille

Voir le plan: ICI

 

07/10/2009

Pétition en faveur de Roman Polanski : Tous les signataires

Il semblerait que le crime de pédophilie ne soit pas bien compris !

"Ces signataires seraient-ils pour une justice à deux vitesses ?"

"Selon que vous soyez puissant ou misérable, les juges de la cour vous rendront blanc ou noir".
Jean de la Fontaine.
 

Les animaux malades de la peste

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste [puisqu'il faut l'appeler par son nom]
Capable d'enrichir en un jour l'Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :
On n'en voyait point d'occupés
A chercher le soutien d'une mourante vie ;
Nul mets n'excitait leur envie ;
Ni Loups ni Renards n'épiaient
La douce et l'innocente proie.
Les Tourterelles se fuyaient :
Plus d'amour, partant plus de joie.
Le Lion tint conseil, et dit : Mes chers amis,
Je crois que le Ciel a permis
Pour nos péchés cette infortune ;
Que le plus coupable de nous
Se sacrifie aux traits du céleste courroux,
Peut-être il obtiendra la guérison commune.
L'histoire nous apprend qu'en de tels accidents
On fait de pareils dévouements :
Ne nous flattons donc point ; voyons sans indulgence
L'état de notre conscience.
Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons
J'ai dévoré force moutons.
Que m'avaient-ils fait ? Nulle offense :
Même il m'est arrivé quelquefois de manger
Le Berger.
Je me dévouerai donc, s'il le faut ; mais je pense
Qu'il est bon que chacun s'accuse ainsi que moi :
Car on doit souhaiter selon toute justice
Que le plus coupable périsse.
- Sire, dit le Renard, vous êtes trop bon Roi ;
Vos scrupules font voir trop de délicatesse ;
Et bien, manger moutons, canaille, sotte espèce,
Est-ce un péché ? Non, non. Vous leur fîtes Seigneur
En les croquant beaucoup d'honneur.
Et quant au Berger l'on peut dire
Qu'il était digne de tous maux,
Etant de ces gens-là qui sur les animaux
Se font un chimérique empire.
Ainsi dit le Renard, et flatteurs d'applaudir.
On n'osa trop approfondir
Du Tigre, ni de l'Ours, ni des autres puissances,
Les moins pardonnables offenses.
Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples mâtins,
Au dire de chacun, étaient de petits saints.
L'Ane vint à son tour et dit : J'ai souvenance
Qu'en un pré de Moines passant,
La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et je pense
Quelque diable aussi me poussant,
Je tondis de ce pré la largeur de ma langue.
Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net.
A ces mots on cria haro sur le baudet.
Un Loup quelque peu clerc prouva par sa harangue
Qu'il fallait dévouer ce maudit animal,
Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal.
Sa peccadille fut jugée un cas pendable

Manger l'herbe d'autrui ! quel crime abominable !
Rien que la mort n'était capable
D'expier son forfait : on le lui fit bien voir.
Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

Jean de la Fontaine

 
 

 

TRAITÉ DE LISBONNE : Vaclav Klaus, ce président tchèque qui fait trembler l'Union européenne

Publié le 06/10/2009 à 19:14 - Modifié le 07/10/2009 à 11:26 Le Point.fr

TRAITÉ DE LISBONNE

Vaclav Klaus, ce président tchèque qui fait trembler l'Union européenne

Par Cyriel Martin

Vaclav Klaus, ce président tchèque qui fait trembler l'Union européenne

Le président tchèque Vaclav Klaus, eurosceptique notoire, va-t-il se résigner à signer le traité de Lisbonne ? © KATIE FALKENBERG / MAXPPP

On prête au président tchèque Vaclav Klaus un esprit machiavélique. Son terrain de bataille favori : l'avenir institutionnel de l'Union européenne. Alors que cet eurosceptique notoire s'était résolu à ratifier le traité de Lisbonne en cas de victoire du "oui" au référendum irlandais, il serait désormais décidé à faire traîner les choses. " Ce n'est pas à l'ordre du jour ", a lancé froidement celui qui, avec son homologue polonais Lech Kaczynski , est le dernier chef d'État européen à ne pas encore avoir apposé sa signature au bas du texte après l'adoption du texte par Dublin . "Je ne peux rien signer avant la décision de la Cour constitutionnelle", a-t-il prévenu, faisant référence à un recours habilement déposé quelques jours avant le scrutin irlandais par un groupe de sénateurs libéraux devant la plus haute juridiction tchèque. La plainte, qui a été rejetée in extremis mardi soir, car "apparemment infondée", aurait pu provoquer un nouveau retard de plusieurs mois dans l'adoption du traité, avec pour conséquence de renforcer le débat autour du traité de Lisbonne... en Grande-Bretagne. Les conservateurs eurosceptiques britanniques, dont le retour au pouvoir est attendu au printemps 2010, ont promis d'organiser un référendum sur le traité de Lisbonne , pourtant déjà adopté par l'actuel gouvernement, ce qui le condamnerait.

"Il est peu probable que Vaclav Klaus arrive à ses fins de cette manière", estime au point.fr Fabio Liberti, responsable des questions européennes à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). Pour lui, le président tchèque "sera soumis à une pression effroyable" de la part des autres pays européens. Dès mercredi, le Premier ministre tchèque Jan Fischer, accompagné de son ministre des Affaires européennes Stefan Füle, est appelé à s'entretenir avec le président de la Commission José Manuel Barroso et le président en exercice de l'UE, le Premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt. Dans la foulée, le président polonais du Parlement européen, Jerzy Buzek, ainsi que la ministre suédoise des Affaires européennes vont se rendre à Prague. "Et ce n'est que le début", prévient le chercheur de l'IRIS. Des mesures de rétorsion auraient en effet été concoctées dans les couloirs de Bruxelles si Vaclav Klaus persistait dans son refus. Baisse de subventions, suppression de postes clefs dévolus à des Tchèques... "Les diplomates songeraient aussi à retirer à la République tchèque son commissaire européen", explique Fabio Liberti.

Mais surtout, Vaclav Klaus, 68 ans, est très fragilisé dans son propre pays. Viscéralement europhobe (l'Europe est un "projet erroné" à ses yeux), le président tchèque est empêtré dans une crise institutionnelle majeure qui paralyse le pays depuis mars 2009. Le gouvernement tchèque avait alors démissionné en pleine présidence de l'Union européenne. De surcroît, sur la question européenne, Vaclav Klaus n'est soutenu ni par la population, ni par la majorité des parlementaires tchèques qui ont ratifié le texte en février dernier. Un élément déterminant pour le spécialiste des questions européennes de l'IRIS. "La République tchèque est un régime parlementaire", explique-t-il. Élu au suffrage indirect, il tire donc toute sa légitimité des deux chambres législatives. Conséquence de ce fonctionnement, à l'instar de celui de l'Italie ou de l'Allemagne, le président de la République tchèque a donc très peu de pouvoirs réels. Il est en théorie obligé de signer un texte adopté par le parlement, et son refus a suscité un "vaste débat juridique" à Prague, selon Fabio Liberti. Débat qui pourrait déboucher sur le retrait pur et simple de cette ultime prérogative présidentielle. Laissant Vaclav Klaus sans voix.
 

03/10/2009

France : Le compteur de la dette française

Le compteur de la dette publique française en Euros

  

 

Le compteur de la dette publique française en Francs


 

GrippeA/H1N1 : La grippe de la Gouvernance Mondiale : L'endettement, bombe à retardement pour imposer le libér alisme et le Nouvel Ordre Mondial

La FED (Fédérale Banque aux USA) est une banque privée constituée de plusieurs cartels bancaires qui appartiennent à Rothschild, Rockefeller, JP Morgan, et leurs cliques de mafieux.
 
Qu'en est-il de la Banque de France chez nous ?
Comment les présidents de la République française qui se sont succédés au Gouvernement ont préparé le génocide de la France et de l'Europe au profit des Banquiers Illuminati en préparation de  l'instauration du Nouvel Ordre Mondial !
 
Les origines de l'endettement de la France.
Les agents du Nouvel Ordre Mondial en France
Les rôles de Pompidou, de Valery Giscard d'Estaing, de Mitterrand, de Chirac et de Sarkozy
 
Georges Pompidou et l'endettement de la France
Bilbiographie de Georges Pompidou - Association Georges Pompidou
 
Georges Pompidou et la Banque Rothschild
 
En 1953, il quitte la fonction publique pour entrer à la banque Rothschild, dont il devient directeur général en 1956.
 
1953 : Il entre à la banque de Rothschild
1954 :  Il est administrateur de nombreuses sociétés du groupe Rothschild (sauf interruption du 1er juin 1958 au 7 janvier 1959), notamment :
- Société anonyme de gérance et d'armement, 1954-1962,
- Compagnie du chemin de fer du Nord, 1955-1962,
- Société Rateau, 1957-1962,
- Compagnie franco-africaine de recherches pétrolières françaises.
 
1956-1962 : Directeur général chez Messieurs de Rothschild frères
 
Loi n°73-7 du 3 janvier 1973 sur la Banque e France - Article 25 de la Loi
Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l'escompte de la Banque de France.
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=08BDC860DCE863811AB7619BFB3AC422.tpdjo12v_3?cidTexte=JORFTEXT000000334815&dateTexte=19931231
 
L'Etat devient un simple citoyen qui s'endette auprès des banques.
 
Les Étapes de l'évolution de la Monnaie ou les étapes historiques de notre esclavage
15 août 1971 : dématérialisation totale de la monnaie. Le président américain Richard Nixon, conseillé par George Shultz (qui sera plus tard le mentor des administrations Bush père et fils), supprime la libre-convertibilité du dollar en or. Ce découplage sera suivi de mesures de dérégulation des marchés permettant des spéculations de plus en plus énormes.

3 janvier 1973 :
loi Pompidou-Giscard d'Estaing par laquelle la Banque de France abandonne son rôle de service public. Article 25 : « Le Trésor public ne peut plus présenter de ses propres effets à l'escompte de la Banque de France. » Dès lors, sous prétexte de lutte anti-inflationniste, le recours au crédit productif public est interdit.

Mars 1973 : régime des changes internationaux flottants. Il n'y a plus de contrepartie métallique à la monnaie émise, seulement de la dette. Les spéculateurs peuvent s'en donner à coeur joie avec des produits financiers dérivés, en particulier sur les taux de change entre monnaies (on parie plusieurs fois sa mise, avec un effet de levier, moyennant des informations obtenues sur les pressions politiques exercées sur telle ou telle devise d'Etat).

1987 : Alan Greenspan combat l'effondrement des bourses mondiales par l'émission pratiquement illimitée de monnaie-crédit en faveur des marchés.

1992 : Traité de Maastricht. Prélude à un euro découplé de l'autorité des Etats. Abdication de fait des souverainetés nationales par privation des moyens de les exercer.
Son article 104, § 1, « interdit en effet à la BCE et aux banques centrales des Etats membres, si après dénommées "banques centrales nationales", d'accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions ou organes de la Communauté, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des Etats membres ; l'acquisition directe, auprès d'eux, par la BCE, ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite. »

4 août 1993 : loi Mitterrand-Balladur donnant son indépendance à la Banque de France.
Son article 3 lui interdit d'autoriser des découverts ou d'accorder tout autre type de crédit au Trésor public ou à tout autre organisme ou entreprise publique, de même que l'acquisition de titres de leur dette.

Juin 1997 : Jacques Cheminade et Christophe Lavernhe rédigent Un plan de relance par le crédit productif, ou la nécessaire transformation de la monnaie en capital, expliquant comment les monnaies nationales sont prises en otage par les intérêts financiers depuis le renoncement de 1973 en France et le Traité de Maastricht à l'échelle européenne. Rejet de la proposition d'avances par la banque de France au Trésor public pour un plan de relance économique, faite par un groupe parlementaire français, jugée contraire au Traité de Maastricht et au choix effectué en 1973.

12 mai 1998 : loi Chirac-Jospin, intégrant la Banque de France au Système européen de banques centrales (SEBC) et à la BCE. Le Traité de Maastricht prévoyant déjà que « l'objectif principal du SEBC est de maintenir la stabilité des prix ».

1999 : vote aux Etats-Unis du Gramm-Leach-Bliley Act, qui annule le Glass-Steagall Act voté sous la présidence Roosevelt. Désormais, il n'y a plus de séparation aux Etats-Unis entre banques de dépôt et banques d'affaires, et les banques sont autorisées à fusionner avec des sociétés d'assurance. Chute de la « muraille de feu » prudentielle. L'Europe, elle aussi, déréglemente.

Mai 2005 : rejet par le peuple français du Traité constitutionnel européen qui, dans son article III-181, aurait « constitutionnalisé » l'article 104, § 1 du Traité de Maastricht.

2007-2008 : le Traité de Lisbonne reprend (article 123 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne) l'article 104, §1 du Traité de Maastricht. L'objectif est bel et bien d'abandonner la création monétaire aux banques privées, dans un contexte de mondialisation financière sans limites.
 
 
L'endettement, bombe à retardement pour imposer le libéralisme et le Nouvel Ordre Mondial
 
En complément :
 
Réforme des statuts de la Banque de France : Les réponses de Valéry Giscard d'Estaing ! Membre de la Trilatérale commission
 
Les Illuminati, le Nouvel Ordre Mondial et le Conseil des 13 : Comment est constitué le Conseil Général de la Banque de France ?
 
Le conseil général comprend le gouverneur (1), les sous-gouverneurs (2) et dix conseillers, (10)  tous de nationalité française. Un censeur et son suppléant assistent aux séances du conseil général ; ils sont nommés par le ministre de l'économie et des finances.

13 personnes constituent le Conseil Général de la Banque de France. Ce qui correspond au Conseil des 13 druides et au Tribunal de Rothschild.

http://www.scribd.com/doc/19828356/Le-Conseil-Des-13-Et-Le-Tribunal-de-Rothschild

Pour vérification de la constitution de ce conseil :

Loi n°93-980 du 4 août 1993 relative au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit
Section II : Conseil général de la Banque.
Article 13 (abrogé au 1 janvier 1994) En savoir plus sur cet article...

Le conseil général comprend le gouverneur (1), les sous-gouverneurs (2) et dix conseillers, (10)  tous de nationalité française. Un censeur et son suppléant assistent aux séances du conseil général ; ils sont nommés par le ministre de l'économie et des finances.

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=7D0EF35AE2DBF60D0A97E8BA465F04C5.tpdjo12v_3?cidTexte=JORFTEXT000000180850&idArticle=LEGIARTI000006697421&dateTexte=19930806&categorieLien=id

Parution au JO
 
Organigramme de la banque de France
 

Sarkozy veut imposer le Nouvel Ordre Mondial
http://www.dailymotion.com/video/x86i7k_sarkozy-veut-imposer-le-nouvel-ordr_news

 Sarkozy veut imposer le NOUVEL ORDRE MONDIAL
envoyé par o-r-i-o-n. - L'actualité du moment en vidéo.

Transcription de la vidéo :

 2009 peut être l'année de naissance d'un nouveau capitalisme, d'un Nouvel Ordre Mondial. Et j'en appelle à tous les gouvernements : aucun d'entre nous n'en sortira en faisant sa propre politique dans son coin, isolé de ce que font les autres.

 On ira ensemble vers ce Nouvel Ordre Mondial. Et personne, je dis bien personne ne pourra s'y opposer. Car, à travers le monde, les forces au service du changement sont considérablement plus fortes que les conservatismes et les immobilismes.

 

- Cette crise marquera sans doute pour l'histoire, le commencement véritable du 21ème siècle.

Le moment où tout le monde aura compris qu’il était temps de changer, temps de donner un nouveau visage à la mondialisation, temps de construire un Nouvel Ordre Mondial politique, économique, social assis sur de nouveaux principes et de nouvelles règles.

 Le sommet mondial pour refonder le capitalisme, c'est l'Europe qui l'a proposé. Le Nouvel Ordre Mondial c'est autour des propositions de l'Europe qu'il se construira. Plus que jamais, l'Europe prend conscience qu'elle a besoin d'un véritable gouvernement économique dont elle vient d'expérimenter ce qu'il pourrait être et l'utilité qu'il pourrait avoir.

Ce gouvernement économique, c'est tout naturellement l'Euro-groupe qui doit en être le cadre.

Peut ( ? ) arrive ce qui sera l'antidote à la dangereuse tentation du protectionnisme, de l'anticapitalisme, du dirigisme bureaucratique que les désordres actuels vont immanquablement mûrir et le doute grandira si les français ont le sentiment qu'on leur cache quelque chose.

-  C'est la 1ère fois que je m'exprime au nom de la France à cette tribune.

Il s'agit pour moi d'un instant solennel, d'un instant émouvant. C'est un véritable new deal à l'échelle planétaire qui est nécessaire, un new deal écologique et économique. Au nom de la France, j'en appelle à tous les Etats à se réunir pour fonder le Nouvel Ordre Mondial du 21ème siècle sur cette idée forte que les biens communs de l'Humanité doivent être placés sous la responsabilité de l'Humanité toute entière. (C'est-à-dire, que les biens communs de l'Humanité doivent être remis entre les mains de ses grands copains des Banquiers Illuminati : Rothschild, Rockefeller, JP Morgan, La couronne d'Angleterre, Monsanto, Bill Gates, etc.)

- Et personne, je dis bien personne ne pourra s'y opposer.

Nicolas Sarkozy 

Remercions la GrippeA/H1N1 d'avoir été fabriquée de toutes pièces juste à temps par les Illuminati et leurs agents, afin de permettre de créer la mort et la chaos sur la planète, prélude à l'instauration du Nouvel Ordre Mondial.