Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2015

Poutine à l’ONU sur les révolutions « démocratiques » : Est-ce que vous comprenez ce que vous avez fait ?

Voilà, les mots durs utilisés et les dénonciations graves faites par Poutine à l’ONU !

On se demande du reste si Poutine en faisant ces déclarations publiques à l’ONU ne cherchait pas à se protéger d’un attentat qui aurait pu être fomenté contre lui ! Sans compter toutes les preuves qu'il a dû leur mettre sous le nez en se déplaçant aux USA !

Et maintenant on fait quoi avec çà quand les USA bloquent à l'ONU le projet proposé par la Russie ? 

On va rester les bras croisés en attendant que l’ONU se décide à donner son feu vert ou on leur fonce dans le tas ?

Cela suffit de protéger Israël et les USA criminels !

Le président russe s'est rendu le 28 septembre à New-York pour participer à l'AGNU après 10 ans d'absence. La 70e session risque de prendre l'allure d'un véritable parcours du combattant compte tenu de l'instabilité géopolitique mondiale.

Lors de son intervention, Vladimir Poutine a évoqué les révolutions «démocratiques» au Moyen-Orient et les conséquences qu'on subit dorénavant «sous la forme de vagues de migrants fuyant les régions ravagées par la guerre et cherchant une vie meilleure en Europe». Dans le même temps, les terroristes ont pris de plus en plus de pouvoir dans les pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord. Il a précisé que malgré la Charte de l'ONU «les droits de l'Homme avaient été violés massivement».

http://img.youtube.com/vi/vsHHemo5SAg/0.jpg

«Est-ce que vous comprenez ce que vous avez fait ? Personne n'y répondra. Au lieu du triomphe de la démocratie, nous voyons la violence et le désastre social, personne ne pense aux droits de l'Homme et aux droits à la vie», a-t-il souligné.

«Une politique basée sur l'exceptionnalisme n'a pas été abandonnée»

Le président russe a aussi parlé de l'apparition du terrorisme dans les régions ravagées par la guerre.

«Il est maintenant évident que le vide de pouvoir laissé dans les pays du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord a mené à l'apparition des extrémistes», a conclu Poutine.

«Il est hypocrite de parler de menace terroriste internationale en fermant les yeux sur la manière dont laquelle ces terroristes reçoivent de l'aide», a-t-il souligné en parlant des groupes terroristes qui sèment le chaos à travers le monde.

«Il est également mauvais d'essayer de recruter des groupes dans un but politique et puis se débarrasser d'eux», a-t-il poursuivi.

«Si vous agissez de cette manière, je voudrais vous dire : messieurs, vous traitez avec des gens cruels. Mais ils ne sont pas primitifs ou stupides - ils sont aussi intelligents que vous. Qui manipule qui?»

«La Russie a toujours lutté contre le terrorisme et nous accordons maintenant de l'assistance militaire et technique à l'Irak, à la Syrie et à d'autres pays encore»

Vladimir Poutine a aussi précisé que seules les troupes gouvernementales et les Kurdes «combattaient réellement Daesh». Ainsi, «c'est nous qui ne sommes pas capables de tolérer cet état de choses dans le monde», a-t-il expliqué.

Le président russe a notamment évoqué les actions de la coalition menée par les Etats-Unis et les frappes aériennes de la France annoncées le dimanche 27 septembre. D'après lui, les actions entreprises sans un mandat des Nations Unies pourraient détruire le système des relations internationales. «La Russie est prête à travailler sur la base d'un consensus large pour le développement futur de l'ONU avec tous ses partenaires. Mais nous croyons que les tentatives de gâcher l'autorité et la légitimité de l'ONU sont extrêmement dangereuses. Cela pourrait mener à la faillite de l'architecture entière des relations internationales», a-t-il mis en évidence.

«On ne doit pas jouer avec les mots, les manipuler - tous les termes de la loi internationale doivent être clairs et transparents», a conclu le président russe.

«Les pays musulmans joueront un rôle clé dans la coalition contre Daesh»

«La Russie présidera prochainement le Conseil de Sécurité, et appellera à une rencontre pour négocier et coordonner les efforts entrepris contre Daesh et d'autre groupes terroristes. Nous sommes convaincus d'analyser les menaces, de discuter d'une résolution pour unir toutes les forces contre Daesh. Tous ces efforts seront basés sur la Charte de l'ONU», a déclaré le président Poutine.

«Nous devons unir nos efforts sur la base de la loi internationale et créer une large coalition internationale contre le terrorisme - qui ressemble à la coalition contre le nazisme - nous pourrions rassembler des forces diverses. Les pays musulmans joueront un rôle clé dans cette coalition, comme c'est une région musulmane qui est touchée par Daesh».

Il a aussi précisé que «toutes les décisions prises contre la Charte de l'ONU devaient être rejetées». D'après le président Poutine, dans ce cas, «on n'aura pas besoin de nouveaux camps de réfugiés».

«Nous devons restaurer un gouvernement en Libye, soutenir le gouvernement irakien et accorder une aide réelle au gouvernement légitime de la Syrie», a-t-il poursuivi.

«Une volonté de revenir aux idées de la Guerre froide demeure parmi certains de nos collègues»

«La paix, la stabilité du monde sont des objectifs clés de la communauté internationale et de l'ONU. Néanmoins, une volonté de revenir aux idées de la Guerre froide demeure parmi certains de nos collègues. Ils continuent leur expansion militaire malgré les promesses faites à l'OTAN», a souligné Vladimir Poutine.

Le président russe a aussi évoqué la crise ukrainienne lors de son discours.

«La situation en Ukraine est une crise géopolitique, où le mécontentement face aux autorités a été utilisé pour déclencher une guerre civile. C'est seulement par la mise en œuvre complète et fidèle des accords de Minsk-2 que nous pourrons faire cesser le massacre et sortir de l'impasse. Dans ce cas, l'Ukraine se développera comme un état indépendant, avec la sécurité collective et une coopération économique», a-t-il conclu.

RT

Lavrov a lui  affirmé :  «l’Occident doit apprendre des leçons du passé et respecter l’autorité de l’ONU» (source)

 

Le régime sioniste envoie des armes aux terroristes en Syrie

En lien avec l'article ci-dessous :

Le jouet de l'Empire : ISIS/DAESH/DAECH/EI. création, financement, armement.

Le régime sioniste envoie des armes aux terroristes en Syrie
 

Sep 29, 2015 13:22 UTC

IRIB- Le régime sioniste envoie, par des véhicules et des camions, les armes et les munitions à destination des terroristes, actifs à Quneitra, dans le Golan occupé.

L’artillerie du régime sioniste garantit un soutien appuyé aux groupes terroristes qui entendent s’infiltrer dans les villages et les positions militaires de la Syrie. Le service du renseignement du régime sioniste fournit aux terroristes les renseignements desquels ils profitent pour lancer des opérations. L’armée israélienne et les groupes terroristes détiennent une cellule d’opération conjointe pas loin des zones frontalières et les forces d’occupation assurent la sécurité des chemins et des routes d’approvisionnements par lesquels passent les terroristes. Par ailleurs, l’armée syrienne a libéré la cité d’Al-Salehiya, située en banlieue-Est d’Alep. La libération de cette cité rend le terrain propice à ce que le blocus de l’aéroport militaire de Kavires soit brisé. Les frappes aériennes de l’aviation syrienne ont coûté la vie à un grand nombre de terroristes.

 

 

Selon une ancienne esclave sexuelle yézidie, l'un des chefs de Daesh serait un citoyen américain

Ils sont musulmans ou américains les chefs de Daesh ?

Selon une ancienne esclave sexuelle yézidie, l'un des chefs de Daesh serait un citoyen américain

29 sept. 2015, 17:14

Des femmes yézidies dans un refuge

© Stringer Source: Reuters -Des femmes yézidies dans un refuge

Cette jeune yézidie a affirmé que le djihadiste qui l'a maintenue en esclavage était un américain. Détail troublant, elle affirme également qu'il semblait être un chef de premier rang de l'organisation terroriste.

Elle répond au nom de Nada et a été capturée dans la ville de Tal-Afar, située au nord de l'Irak en août 2014. Le groupe terroriste avait à l'époque enlevé plus de 500 femmes et jeunes filles Yézidies. Puis l'adolescente fut emmenée à Manbij, une ville au nord de la Syrie et qui a été surnommée le «Petit Londres» en raison du nombre élevé de djihadistes britanniques qui y vivent.

Nada fût alors achetée par un dirigeant local de Daesh lors d'une vente d'esclaves dans ce qui est devenu la capitale informelle de l'État islamique, la ville syrienne de Raqqa en Syrie. Elle fut ensuite menée dans une maison lourdement protégée située à Alep. Elle y vivait avec une autre jeune femme yézidie et le fils de cette dernière. Elle serait devenue l'esclave sexuelle d'un djihadiste.

En savoir plus: Une Yézidie tue le commandant de Daesh qui l’a forcée à l’esclavage sexuel

Selon le MailOnline, Nada, 19 ans rapporte que ce citoyen américain portait le nom de Abu Abdullah al-Amriki (Ndlr: l'Américain en arabe) et qu'il était âgé de 23 ans. Cet homme gardait constamment une fiole de poison sur lui, pour l'utiliser en cas de capture.

Elle décrit sa vie d'esclave auprès de cet homme qui aurait été, selon elle, une figure importante de l'organisation Etat islamique. Des personnes armées et vêtues de cagoules venaient, selon elle, régulièrement lui rendre visite: des cartes étaient alors dessinées, des conseils sur les combat donnés par cet homme qui portait toujours sur lui un AK47 et un pistolet. 

En savoir plus: Ces femmes yézidies qui terrorisent à leur tour Daesh

Cet homme aurait également mené certaines attaques du groupe terroriste. Un groupe de quatre hommes toujours masqués auraient également régulièrement eu des contacts avec Abu Abdullah afin de lui remettre des lettres d'Abou Bakr al-Baghdadi, le leader de Daesh.

Abu Abdullah, qui s'était converti à l'islam quatre ans auparavant, aurait eu de nombreuses identités différentes. Il prétendait également, selon Nada, se rendre régulièrement aux États-Unis pour voir sa famille.  Pendant les 20 jours de captivité de Nada, le djihadiste américain lui aurait montré des photos de filles américaines qui, selon lui, devaient rejoindre les rangs syriens de Daesh. 

En savoir plus: Comment Daesh crée une véritable «théologie» du viol

Alors que Abu Abdullah et ses gardes étaient engagés dans une bataille dans le nord de l'Irak, Nada avait volé son téléphone et s'était réfugiée dans une autre maison de Manbij. Elle fût ensuite secourue par la Assayish, la police du gouvernement régional kurde (KRG). 

Réfugiée désormais aux Etats-Unis, Nada, qui se fait  appeler Bazi, souhaite témoigner contre son bourreau américain et espère que le FBI enquêtera sur lui.

Son témoignage a été recueilli par les fonctionnaires du gouvernement américain qui lui ont montré aussi les photos d'un autre djihadiste américain dont le nom de guerre est Abou Zeid. Nada l'a reconnu comme faisant partie des hommes qui visitait la maison où elle était enfermée.

Daesh considère la religion des Yézidis, qui mêle des éléments du christianisme et de l'islam, comme un culte diabolique. Les extrémistes font des femmes leurs esclaves sexuelles personnelles et exécutent les hommes qui ne se convertissent pas à leur vision dévoyée de l'Islam.

 

 

L'initiative russe concernant la Syrie, soutenue par Dominique de Villepin

Enfin, un homme politique sensé parmi les mafieux qui gouvernent la France !

Les Français ne sont pas idiots non plus, ni des criminels.

Lutte contre l’EI: 93% des Français pour une coalition avec la Russie?

13:35 29.09.2015(mis à jour 15:31 29.09.2015)

93% des lecteurs du Figaro se sont dits favorables à une nouvelle coalition avec la Russie et l'Iran pour lutter contre l'Etat islamique.
Le Figaro a proposé à ses lecteurs le sondage: "Etes-vous favorable à une nouvelle coalition avec la Russie et l'Iran pour lutter contre Daech en Syrie?" Les résultats sont encourageants pour les partisans de la coopération avec Moscou et d'une lutte antiterroriste concertée.

En effet, 93% des votants (parmi 54.251 participants) ont choisi la réponse "oui".

L’initiative russe concernant la Syrie, soutenue

Dominique de Villepin souligne l'initiative de la Russie, pour la Syrie

Dominique de Villepin souligne l'initiative de la Russie, pour la Syrie

Sep 29, 2015 15:21 UTC

IRIB- L‘ancien Premier ministre français a apporté, à la tribune des Nations Unies, son soutien à l’initiative russe concernant la Syrie.

L’ancien chef du gouvernement français, Dominique de Villepin, a estimé, ce mardi matin, sur BFM TV, qu'il n'y "a pas de solution militaire, en Syrie".


"Le rôle de la France n'est pas d'entrer dans la énième coalition militaire, ce n'est pas le rôle de la France de participer à ces frappes", a estimé l'ancien Premier ministre, qui s'était opposé à une intervention française, en Irak, en 2003.


Dominique de Villepin estime que la France doit plutôt travailler à un règlement politique.


"On ne gagnera pas la bataille contre le terrorisme, à coup de bombes", a-t-il martelé. "La France et les Etats-Unis sont sur la défensive, leur message est brouillé, car la France n'est pas dans son rôle. Retrouvons l'esprit d'une diplomatie conquérante".


Pour M. de Villepin, la solution militaire "contribue à renforcer, chaque jour", les Talibans, en Afghanistan, les terroristes, en Irak. "Elle conduit à une radicalisation. Le piège que nous tend Daech, c'est celui d'une confrontation entre l'Occident et l'Islam", a-t-il poursuivi.

 

Nous participerons aux opérations aériennes en Syrie avec le feu vert de l'ONU (Poutine)

Une bonne leçon de Droit International pour les criminels qui se permettent d’aller faire des frappes sur des états souverains sans aucun mandat de l’ONU ! Bien évidemment le régime sioniste n'est pas en reste pour se permettre d'aller faire frappes illégales sur la Syrie d'après les déclarations de Poutine.

Nous rappelons que Poutine a fait des études en Droit à Leningrad.

Le cursus universitaire, politique et sécuritaire de Vladimir Poutine.

En 1975, diplômé de la Faculté de droit de l'Université d'Etat de Leningrad.

 

Nous participerons aux opérations aériennes en Syrie avec le feu vert de l'ONU (Poutine)

 Sep 29, 2015 13:15 UTC

http://media.ws.irib.ir/image/4bhha640401e6110oc_800C450.jpg

IRIB- « Moscou est en train d’examiner l’adhésion à la Coalition internationale et aux frappes aériennes contre Daech, en Syrie», a annoncé Vladimir Poutine, le Président russe.

Poutine a tenu ces déclarations hier lundi à l’issue de sa rencontre avec son homologue américain, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies. « Certes, la rencontre entre Poutine et Obama ainsi que les interventions des chefs d’Etat des pays à l’Assemblée générale des Nations unies témoignent de fortes divergences entre les deux pays et les autres pays sur les récentes évolutions en Syrie », a rapporté BBC.


Les Etats-Unis et la France ont de nouveau affirmé que Bachar al-Assad devait se retirer du pouvoir. «Aucun d’entre eux (les Etats-Unis et la France) ne sont pas un citoyen syrien par conséquent ils ne doivent pas s’ingérer dans l’élection du Président de la Syrie », a réagi le Président russe.


« La Russie rejoindra les raids aériens contre Daech en Syrie en cas du feu vert des Nations unies », a-t-il ajouté.


Poutine a également rejeté l’éventualité de la participation des forces militaires de son pays aux opérations terrestres, en Syrie.


Barak Obama et Vladimir Poutine, se sont rencontrés, en marge de la 70ème session de l’Assemblée générale des Nations unies.

Cette rencontre a porté, semble-t-il, sur la situation en Syrie et en Ukraine. Apparemment, Poutine a exprimé, lors de sa rencontre avec son homologue, son inquiétude quant aux offensives aériennes du régime sioniste contre la Syrie.