En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.


La réponse des Veterans Today au Show sioniste organisé à Paris ! Zionist Show in Paris-and Netanyahu Will Be There

Sur le show sioniste organisé à Paris !

Traduction Google : ICI 

Zionist Show in Paris–and Netanyahu Will Be There

If Jewish scholar Avner Cohen is right, that "Hamas, to my regret, is Israel's creation," then you can be sure that terrorism was largely created by the Zionists.

by Jonas E. Alexis

"World leaders and politicians scheduled to arrive in Paris for rally on Sunday."

“World leaders and politicians scheduled to arrive in Paris for rally on Sunday.”

Jim W. Dean is probably having a blast over the current news in the media. It has been reported that world leaders are headed to Paris “to attend a ‘silent march’ against terrorism, in memory of the 17 victims of several terror attacks in the French capital over the past few days.”

Surely you can’t make this stuff up.

Netanyahu, arguably one of the greatest political con men in the twentieth century, seized the opportunity to make a Zionist point:

“These attacks in Paris are a direct continuation to extremist Islam’s fight against our culture of freedom and the Western world, actually, against the entire modern world, and also against moderate Arab countries and entire publics in the Muslim world.”

Netanyahu, of course, will be in Paris.

All right. We all got the point: Muslims are responsible for the attack because they are intolerant. They are bad, sad, and mad people. And let us grant Netanyahu the ridiculous notion that the attack is “a direct continuation to extremist Islam’s fight against our culture of freedom and the Western world…”

But let us do some basic math using the Zionist narrative. We are told that 17 people lost their lives in Paris. If this is true, then their families are mourning at this present moment.

Now, let us turn the table around. How many men, women and children lost their lives in Gaza last year alone? Listen to the Guardian:

“In Gaza more than 2,100 people have been killed, most of them civilians, including about 500 children, in the past seven weeks. At least 11,000 people were injured and more than 17,000 homes destroyed or badly damaged.

“Around a third of Gaza’s 1.8 million people have been displaced, many now living in United Nations shelters. Schools, hospitals, factories, farms, mosques and infrastructure such as power and water plants were hit. Reconstruction could take up to 10 years, say analysts.

“On the Israeli side 64 soldiers died along with six civilians including a four-year-old boy. Hundreds of families relocated from homes near the Gaza border to safer areas further north.”[1]

UN Official Breaks Down Over Shelled Gaza School

Reporter Breaks Down while Reporting on Israeli
Killing of Palestinian Children‬ in Gaza

IDF General's Son: If Israel Doesn't Like Rockets,
Decolonize Palestine | Interview with Miko Peled

John Kerry himself made it clear that Israel’s carnage in Gaza was “a hell of a pinpoint operation.”The Huffington Post said, “Kerry [was] apparently unaware he was being recorded.”

Kerry, talking to his aid, continued, “We’ve got to get over there … I think…we ought to go tonight. I think it’s crazy to be sitting around.”[2]

Let us not forget that this is not the first that the Israelis have done this:

Gaza Under Attack. Real Footage !!

Gaza is still a concentration camp. “You cannot keep 1.8 million Palestinian civilians in the Gaza Strip in this huge prison,” said Palestinian U.N. ambassador Riyad Mansour last year. “That is a recipe for disaster. It is inhumane, and it has to be stopped and it has to be lifted.”[3]

The simple question is this: will world leaders head to Gaza and demand that Israel end the occupation? Will they pick up a history book on Israel’s terrorism?[4] Will they discuss the Levon Affair? How about the USS Liberty incident?[5]

If the answer is a resounding no, then you can be sure that if whatever happened or didn’t happen in Paris last week will be in Israel’s favor. Jewish scholar Avner Cohen was right, “Hamas, to my regret, is Israel’s creation.”


[1] Harriet Sherwood and Hazem Balousha, “Gaza ceasefire: Israel and Palestinians agree to halt weeks of fighting,” Guardian, August 27, 2014.

[2] “John Kerry’s Hot Mic Reaction To Gaza: ‘Hell Of A Pinpoint Operation,’” Huffington Post, July 7, 2014.

[3] Yousef Al-Helou, Jennifer Collins and John Bacon, “Holiday brings no respite from death in Gaza, Israel,” USA Today, July 29, 2014.

[4] See for example Ami Pedahzur and Arie Perlinger, Jewish Terrorism in Israel (New York: Columbia University Press, 2009).

[5] I’ve had the opportunity to contact one of the men onboard the ship and he declared that the Israelis did it deliberately.  Readers are encouraged to check out his book. James M. Ennes, Jr., Assault on the Liberty: The True Story of How the Israelis Attack on an American Intelligence Ship (New York: Random, 1979).

Jonas E. Alexis

Jonas E. Alexis studied mathematics and philosophy as an undergraduate at Palm Beach Atlantic University and has a master's degree in education from Grand Canyon University.

Some of his main interests include the history of Christianity, U.S. foreign policy, the history of the Israel/Palestine conflict, and the history of ideas. He is the author of the new book ,
Christianity & Rabbinic Judaism: A History of Conflict Between Christianity and Rabbinic Judaism from the first Century to the Twenty-first Century.

He is currently teaching mathematics in South Korea. He plays soccer and basketball in his spare time. He is also a cyclist. He is currently writing a book tentatively titled Zionism and the West.

Alexis welcomes comments, letters, and queries in order to advance, explain, and expound rational and logical discussion on issues such as the Israel/Palestine conflict, the history of Christianity, and the history of ideas.

In the interest of maintaining a civil forum, Alexis asks that all queries be appropriately respectful and maintain a level of civility. As the saying goes, “iron sharpens iron,” and the best way to sharpen one’s mind is through constructive criticism, good and bad.

However, Alexis has no patience with name-calling and ad hominem attack. He has deliberately ignored many queries and irrational individuals in the past for this specific reason—and he will continue to abide by this policy.



Chemtrails : la guerre secrète

Tout est bon pour nous empoissonner et pour nous éliminer !

En septembre 2014, Jacques Daidié est parti à la rencontre, en Italie de Rosario Marciano, militant connu contre la géo-ingénierie, créateur du site www.tankerenemy.com, et de sa famille. Le présent travail est né de cette rencontre. L'association Ciel voilé remercie Rosario Marciano pour son autorisation de sous-titrage du documentaire italien dont il est le producteur :"Chemtrails : la guerre secrète". Nous remercions aussi chaleureusement tous ceux qui ont contribué à la traduction : Jacques, Dominique d'Avignon, Marie de Monteux, Sébastien de St Firmin en Valgaudemard et Danielle de Gap.

Documentaire de www.tankerenemy.com
Sous-titré en français par l'association : www.cielvoile.fr.

4 Articles de Tankerenemy traduits par Ciel voilé :





Document cité : "Owning the weather in 2025"



Comprendre l'immigration clandestine en Europe en une carte

Conclusions : si les nazisionistes cessaient d'aller les massacrer chez eux pour leur voler leurs richesses, fabriquer des coups d'état pour placer leurs pions et instaurer leur Nouvel Ordre Mondial, les immigrés n'auraient pas besoin de fuir de chez eux !

Depuis la création de l'Union européenne, et alors même que le renforcement des frontières extérieures n'a pas cessé, la question du contrôle de la migration clandestine fait débat. Pourtant, ces dernières années, le nombre de traversées illégales détectées aux frontières européennes a plutôt tendance à baisser, selon l'organisme européen Frontex. Explication cartographiée.



Un journaliste américain explose un confrère sur la responsabilité des États-Unis au Moyen-Orient

La scène s’est déroulée en 2013 et curieusement, nous n’avons vu aucun de nos prestigieux collègues s’en faire le relai, à l’époque. Pour rétablir ce petit oubli, nous vous la proposons en ce début d’année 2015.

2013 - Le journaliste Glenn Greenwald ne fait pas dans le détail face à son *con-frère Bill Maher qui propage sans complexe ses aspirations suprémacistes.

Encore une preuve qu'il reste des gens doués de raison qui parviennent à faire entendre la vérité même au coeur de la meute.

A voir sur Youtube


Petite banniere 400x50


20:03 Publié dans Crimes contre l'humanité, Eugénisme, USA, Israël | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!


Cuba : Nouveau pacte entre le Vatican et Washington

Voilà un article qui nous donne encore raison ainsi qu'à Hugo Chavez, des intentions du Vatican et des USA/Nazisonistes non seulement de nuire à l'Amérique Latine mais aussi à la Russie et à l'Orthodoxie !

Rappelez-vous qu'il faut surveiller le Pape Noir Jésuite/Luciférien dans tous ses déplacements, ses déclarations et interventions géopolitiques, car il est là pour corrompre les autres religions qui ont été inventées de toutes pièces de toutes manières, pour faire avancer les plans du NOM et pour instaurer l'Unique Religion Mondiale qui est la base idéologique de l'instauration du Nouvel Ordre Mondial !

La place du Vatican et des Jésuites Lucifériens dans l'organigramme des élites

Cliquez sur l'image pour zoomer



Quelques liens qui nous démontrent avec qui, pour qui et contre qui travaille le Pape Noir/Jésuite Luciférien :

*- L'armée russe revient à Cuba.

*- Cuba/USA : L’espion US, relâché par Cuba, encadrait la communauté juive et la maçonnerie

*-  La délégation du Patriarcat de Moscou a participé à la rencontre du Pape François avec les représentants des Églises chrétiennes et des religions mondiales

*- Visite historique du Patriarche Cyrille en Chine

*- Le pape François souhaiterait rencontrer le patriarche Cyrille

*- La mémoire vive de la dictature argentine pèse sur le nouveau pape qui n'est décidemment pas un PDG pour les pauvres et les communistes !

*- Un mois avant le conclave, un insider du Vatican révélait l'identité du pape. Amérique Latine prochaine cible des USA

*- Pour Chavez, les États-Unis peuvent «inoculer le cancer». Amérique Latine la nouvelle cible des USA et du Vatican !

*- Les Jésuites lucifériens, espions et assassins du Vatican

*- Satanisme au Vatican: Intronisation de Satan au Vatican le 29 juin 1963, qu'ils disent !

*- De retour de Turquie, le pape François demande aux musulmans “une condamnation mondiale“ du terrorisme.

Cuba : Nouveau pacte entre le Vatican et Washington

Région : Amérique latine & Caraïbe, États-Unis, Europe
Obama Pape


Le rétablissement des relations diplomatiques entre Cuba et les Etats-Unis d’Amérique via la médiation du Vatican recouvre une trajectoire historique sinueuse entre deux pactes secrets qui ont changé la face du monde.

Quatre personnages représentatifs de deux Etats agissant à deux époques différentes, deux murs politiques qui s’effondrent à plusieurs années d’intervalle, le Mur de Berlin en 1989 et celui des Caraïbes en 2014, deux philosophies politiques distinctes qui dessinent des réalités sans aucun élément commun, le rétablissement des relations diplomatiques entre Cuba et les Etats-Unis d’Amérique via la médiation du Vatican recouvre une trajectoire historique sinueuse entre deux pactes secrets qui ont changé la face du monde. Trente ans séparent les deux pactes. Leurs objectifs, leur nature et leurs intentions vont de l’obscurité à la lumière, de la manipulation à la clarté, de l’entêtement au réalisme réfléchi.

Le premier a été scellé le 7 juin 1982 dans la bibliothèque du Vatican entre l’ex président étasunien Ronald Reagan et le pape de l’époque Jean Paul II. Le second a été négocié fin mars 2014, également au Vatican, entre le président des Etats-Unis Barack Obama et le pape François. Le premier, connu sous le nom de « Sainte Alliance » doit son existence à l’un des personnages les plus sombres de la diplomatie du Vatican : Pio Laghi, ex Nonce Apostolique en Argentine (1974-1980) et artisan, dans les années 80, de la reprise des relations diplomatiques entre le Saint Siège et Washington. Laghi était un homme de robe, ambigu et à la main de fer, ami et protecteur de la Junte Militaire argentine, réactionnaire et aveuglé par le spectre du communisme. Le pacte Reagan/ Jean Paul II avait un seul objectif : fomenter une cabale pour renverser le communisme, à n’importe quel prix. Richard Allen, premier conseiller de Reagan à la Sécurité Nationale, dira qu’il s’agissait de « l’une des alliances les plus secrètes de tous les temps ».

Et ses développements comme ses résultats sont proprement hallucinants. Le pacte Obama/François a emporté le dernier bastion du Mur mais sans la participation des acteurs, c’est à dire Cuba, il n’est pas animé par la même morale ou les mêmes objectifs géopolitiques, pas plus qu’il ne s’accompagne d’assassinats ou de financements occultes.

La Sainte Alliance conduisit à un montage financier frauduleux organisé par le Vatican pour épauler clandestinement le syndicat polonais Solidarnosc, dont le leader de l’époque, Lech Walesa, deviendra président de la Pologne après la chute du Mur de Berlin. Ronald Reagan et Jean-Paul II étaient habités par la même obsession. Le juge William P. Clark, autre conseiller de Reagan à la sécurité nationale (et aussi le plus influent), dira également que tous deux « partageaient les mêmes choix spirituels et la même vision de l’empire soviétique : le bien et le droit triompheraient selon les plans divins » (The Judge : William P. Clark, Ronald Reagan’s Top Hand, de Paul Kengor et Patricia Clarck Doerne, Ignatius Press 2007). Quant à l’utilité du Vatican dans cette croisade anticommuniste, le secrétaire d’Etat de Reagan, Alexandre Haig, l’a très bien résumée : « Le réseau d’information du Vatican était meilleur et plus rapide que le nôtre ». Pour l’Amérique Latine, cette Sainte Alliance fut synonyme d’un véritable bain de sang, de guerres et de répression. Le Saint Siège poursuivit de façon inhumaine tout ce que le continent comptait de progressistes en soutane. S’appuyant, pour ce faire, sur les secteurs les plus réactionnaires de l’Eglise et du pouvoir politique local et avec la participation de la Maison Blanche, c’est sans aucune hésitation, non plus, qu’il s’est accoquiné avec des congrégations et des personnages impliqués dans des agressions sur mineurs ou des vols en tout genre, comme ce fut le cas avec « Les légionnaires du Christ », de Marcial Maciel, que Jean-Paul II éleva à des hauteurs incroyables alors même que ses escroqueries et abus sexuels étaient de notoriété publique. De nombreux adeptes de la « Théologie de la Libération » payèrent de leur vie une telle persécution.

La complicité entre le Vatican et Washington est parfaitement documentée, et reflétée jusque dans les discours officiels de Ronald Reagan :

« L’Amérique latine est une zone pour laquelle nous éprouvons une préoccupation commune. Nous voulons y travailler en étroite collaboration pour promouvoir la paix, la justice sociale, les réformes et empêcher la propagation de la répression et des réimes tyranniques athées. »
(Ronald Reagan, Jack Nelson, « Reagan, Pope Join in Urgent Plea for Peace », Los Angeles Times, June 8, 1982).

Monter ce dispositif anti communiste éleva Jean-Paul II au rang d’interlocuteur privilégié des membres de la CIA et d’autres personnages de la sécurité nationale américaine qui allaient à Rome grâce à Pio Laghi. A partir du milieu 1981, une sorte de « navette de renseignements » ( intelligence shuttle) s’instaura entre Washington et le Saint Siège. L’un des visiteurs régulier de cette époque est aussi de triste mémoire pour l’Amérique latine, le général Vernon Walters, ambassadeur itinérant de l’administration Reagan, ex directeur adjoint de la CIA à l’époque du Coup d’Etat contre Salvador Allende. Dans son livre « The Mighty and the Meek » (St Ermin’s Press, 2001), le général Walters révèle les dessous de ses entretiens papaux. « L’administration avait conscience de la collusion d’intérêts entre l’Eglise Catholique et les Etats-Unis dans leurs efforts pour contenir l’expansion communiste. Je devais, en accord avec les ordres reçus, exposer les faits en m’appuyant sur les meilleures sources d’information disponibles. C’est ainsi qu’ont débuté les allers-retours réguliers au Vatican, deux ou trois fois par an. (…) Je faisais au Pape le compte-rendu des menaces engendrées par les missiles, les forces terrestres conventionnelles, l’aviation et la marine soviétiques ». Mais les sujets de discussion allaient bien au-delà. Aux dires des journalistes Carl Bernstein et Marco Politi (« His Holiness : John Paul II and the Hidden History of Our Time », Doubleday, 1996), les entretiens avec le Souverain Pontife portaient aussi sur l’Amérique Centrale, région, à cette époque, durement touchée par la guerre au Salvador, au Guatemala et au Nicaragua sandiniste, où Washington apportait son aide militaire aux « contras ». Pio Laghi, lors de sa mission en tant que délégué Apostolique aux Etats-Unis (1980), assistait régulièrement aux réunions de sécurité et rencontrait fréquemment le directeur de la CIA, William Casey, qui était catholique. Beaucoup de choses ont changé entre ces deux pactes, bien que les scénarii soient les mêmes, à commencer par le Vatican. En juin 1982, alors que Reagan et Jean-Paul II célébraient leur Sainte Alliance, dans les sphères pontificales proches du secrétaire d’Etat du Saint Siège, Agostino Casaroli,et l’archevêque Achille Silvestrini, négociaient avec le secrétaire d’Etat US Alexandre Haig et avec le juge William Clark.

En 2014, ce sont les secrétaires d’Etat, respectivement John Kerry et Pietro Parolin, avec le sénateur démocrate Patrick Leahy, qui ont jeté les bases de l’accord entre Obama et Bergoglio.

« Le monde doit écouter la voix du Pape », dit Obama au sortir de son entretien avec François. Le rapprochement était en marche depuis 2009, mais tout récemment en juin 2013, il est devenu plus effectif, en partie grâce aux positions adoptées par Bergoglio et Obama. Les personnages de cette saga diplomatique des temps modernes n’ont pas grand-chose à voir avec les membres du sinistre dispositif mis en place par Reagan et Jean-Paul II dans les années 80. Les diplomates expérimentés de Rome conjuguent dorénavant leurs efforts de négociations secrètes avec les envoyés spéciaux de Cuba et divers conseillers de la nouvelle génération venus tout droit de Washington. Le spectre du communisme ne poursuit plus personne. La jeunesse a été également un allié de poids. Voici l’exemple de l’un des hommes clés de ce cercle restreint, Ricardo Zúñiga, nommé par Obama en 2012 conseiller aux Affaires Latinoaméricaines à la place de Dan Restrepo. Né au Honduras, en 1970, Zúñiga émigre aux Etats-Unis à l’âge de quatre ans. L’autre pilier central est Ben Rhodes, viceconseiller à la Sécurité Nationale pour les Communications Stratégiques et l’Ecriture de Discours, lui aussi jeune (il est né en 1977). Leurs interlocuteurs ont été des hommes expérimentés et plus âgés, comme par exemple le secrétaire d’Etat du Vatican, Pietro Parolin, qui avait été nonce au Vénézuela de 2009 à 2013.

L’entretien Obama-Bergoglio de cette année préfigure la ligne d’arrivée. En octobre 2014, La Havane et Washington ont conclu au Vatican même, les accords finalisant les négociations sur l’échange de prisonniers entre Cuba et les Etats-Unis.

Eduardo Febbro

Article original : Nuevo pacto entre el Vaticano y Washington, Página 12. Buenos Aires, 21 décembre 2014

Photo : EFE

Traduit de l’espagnol pour El Correo par : Florence Olier-Robine.