Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2014

UKRAINE/Maïdan : Complot, coup d’État, et escalade guerrière

Maïdan : Complot, coup d’État, et escalade guerrière

5 mars 2014

Maïdan : Complot, coup d’État, et escalade guerrière

 

Création : Latuff

C’est l’histoire d’un conte de fée relaté par la doxa médiatique.

Il était une fois, un grand et méchant dictateur appelé « Ianoukovitch ». L’homme avait déjà volé l’élection en 2004 qui déclencha la Révolution orange, portant au pouvoir le grand démocrate Viktor Iouchtchenko, lui qui avait pris le pouvoir en Ukraine (de manière démocratique) en 2010.

Il refusa la main gracieuse de l’Ouest, la belle idée d’Union Européenne, l’Europe des valeurs et de la démocratie, et préféra se tourner vers l’infâme Vladimir Poutine. Le peuple ukrainien, alors, manifesta pendant trois mois au prix de sa vie. Et le grand, l’illustre, l’inégalable philosophe français Bernard-Henri Lévy se rendit à Kiev pour les soutenir, place Maïdan.

Enfin, le 22 février 2014, le méchant Ianoukovitch fut renversé, fuyant vers son allié russe. Ovation, triomphe de la Liberté et de la Démocratie. Les États-Unis et l’Europe applaudirent des deux mains. Un gouvernement de transition fut nommé, des élections seront anticipées.

On aurait envie d’y croire, mais ayant déjà lu les contes de la guerre d’Irak de 2003 (avec les armes de destruction massive), de Libye de 2011 (avec l’intervention humanitaire) et de Syrie de 2013 (avec les armes chimiques qu’aurait utilisées le régime – voir le rapport du MIT), nous préférons avoir une autre clé de lecture plutôt que ce récit enfantin.

« La vérité est moins romanesque et plus sinistre », pour reprendre une pseudo journaliste.

L’Ukraine est le théâtre d’un enjeu géostratégique majeur entre les États-Unis et la Russie. Un territoire disputé depuis son indépendance en 1991, après la chute de l’URSS.

Déjà en 2004, où lors de la Révolution orange fomentée par les organisations américaines telles que l’Open Society Institute de George Soros, l’International Republican Institute (IRI), dirigée par John Mc Cain, ou bien la National Endowment for Democracy (NED), l’Ukraine avait été sous le feu des projecteurs.

Voir le documentaire Les États-Unis à la conquête de l’Est de Manon Loizeau, publié en 2005.

Documentaire Les États-Unis à La Conquête de L'Est

http://www.youtube.com/watch?v=VJBO_f2J-cQ

Cette tentative de basculement dans le camp occidental avec les pions de Washington Viktor Iouchtchenko (ancien gouverneur de la banque nationale d’Ukraine) et Ioulia Timochenko (la princesse du gaz) ne durera qu’un temps, jusqu’en 2010, avec l’élection du candidat pro-russe Viktor Ianoukovitch à la présidentielle.

Courtisé par l’Union Européenne, visant à intégrer l’Ukraine dans le partenariat oriental avec son accord de libre-échange, et en même temps par la Russie, avec son Union Eurasienne, visant à rassembler plusieurs républiques d’ex-URSS, Ianoukovitch finit par prendre fait et cause pour la Russie en échange d’une aide financière de 15 milliards de $, un abaissement du tarif sur le gaz, et l’arrêt des négociations avec l’UE.

Dès lors, les premières manifestations de l’opposition s’organisèrent à l’ouest de l’Ukraine pro-européenne, autour de l’entrée en action des groupes d’extrême droite comme Secteur Droit, UNA-UNSO, Comité noir et l’Armée Insurrectionnelle d’Ukraine. Cette branche la plus extrême de la contestation n’hésitera pas a employer la force brutale jusqu’à prendre les armes : fusils, pistolets, armes automatiques (voir vidéo Agence Info Libre). À ce niveau de confrontation entre forces de l’ordre et manifestants armés, la Mort frappa dans chaque camps.

Plusieurs bâtiments administratifs régionaux furent pris d’assaut à l’ouest de l’Ukraine, et à Kiev, la place de l’Indépendance (Maïdan) fut occupée durant 3 mois jusqu’à ce que Ianoukovitch soit poussé vers la sortie par la médiation de l’Union Européenne (France, Pologne, Allemagne) avec un accord sur de nouvelles élections en mai, et le parlement Ukrainien abrogea la Constitution pour y substituer celle de 2004. Ianoukovitch fuit vers la Russie tandis qu’une transition pro-européenne se mit en place.

Ce qui est apparu comme une libération ressemble davantage à un coup d’État orchestré par les Américains, avec l’aide des Européens, et comme pions, des groupes d’autodéfense néonazis, ces groupes taguant des croix gammées sur les murs et détruisant les symboles de l’ère soviétique (statue de Lénine, Étoile rouge, etc.). Poutine a certainement vu rouge quand il fut témoin de ces images.

Plusieurs faits montrent l’ingérence atlantiste :

° Les rencontres de l’opposition ukrainienne

Le sénateur John Mc Cain avait rencontré le 15 décembre 2013 les différents partis d’opposition ukrainiens, dont le parti néonazi Svoboda,de même que la représentante des Affaires étrangères de l’Union Européenne, Catherine Asthon, le 4 février 2014 (source : en.svoboda.org.ua), ou encore Victoria Nuland, la secrétaire d’État adjointe américaine pour l’Europe.

John McCain, Chris Murphy, Oleh Tyahnybok

Catherine-Ashton-au-nom-de-l’UE-a-rencontré-l’opposition-ukrainienne.-A-gauche-Oleh-Tyahnybok-le-député-du-parti-néo-nazi-Svoboda.

victoria_nuland_ukrainian_opposition_leaders_20140207_840_560_100

Source : http://www.themalaymailonline.com/images/sized/ez/victori...

Ci-dessus les différents leaders de « l’opposition ukrainienne » : Vitali Klitschko du parti UDAR, Arseni Iatseniouk du parti Batkivshchyna, et Oleh Tyahnybok du parti Svoboda.

Petite anecdote : Victoria Nuland est juive mais rencontrer le leader du parti néonazi Svoboda ne lui poserait aucun problème. Que fait-on du devoir de mémoire et du crime des lumières : la Shoooooah ?!

Que pense le lobby juif très puissant aux États-Unis, l’AIPAC ? (voir le reportage de France 2)

° Les déclarations de Victoria Nuland

La secrétaire d’État adjointe américaine déclarait en décembre 2013 à une tribune : 

« Depuis l’indépendance de l’Ukraine en 1991, les États-Unis ont soutenu les Ukrainiens alors qu’ils devenaient un État démocratique dans les institutions et qu’elle encourageait la participation pacifique dans une bonne gouvernance. Tout ceci comme précondition pour atteindre son aspiration européenne. Nous avons investi 5 milliards de dollars pour l’Ukraine afin qu’elle atteigne ses objectifs et qu’elle puisse s’assurer de devenir une nation sécurisée, prospère et démocratique. » (vidéo Agence Info Libre à 5min50

Décryptage de Croah.fr

« Nous avons tout fait pour que l’Ukraine, indépendante depuis 1991, passe dans notre camp afin d’isoler l’Ours russe. Nous avons sorti assez de pognon pour voir ce pays atteindre cet objectif. Nous exigeons un retour sur investissement ! »

Voici la bande-son d’une conversation téléphonique, mise en ligne sur YouTube le jeudi 6 février 2014, entre Victoria Nuland et l’ambassadeur américain en Ukraine, Geoffrey R. Pyatt, qui œuvraient pour changer le régime et placer un homme à eux au pouvoir. On remarquera la manière avec laquelle Victoria Nuland considère l’Union Européenne en affirmant qu’elle pouvait « aller se faire foutre ».

Ukraine, la manipulation américaine
(audio: Victoria Nuland/G. Pyatt -ambassadeur US en Ukraine-

http://www.youtube.com/watch?v=2-kbw00aqqc

 

°  L’International Police Association

Autre fait, la police ukrainienne avait arrêté, parmi les manifestants de Kiev, un homme de l’International Police Association, la plus grande organisation d’agents de police dans le monde, fondée en Angleterre, avec pour devise « Servo par Amikeco », « Service par l’amitié » en langue espéranto (une langue mondiale).

Ukraine : la police de Kiev a arrêté un agent de l'IPA qu'ils croyaient être un manifestant ! 20/02

°  Bernard-Henri Levy

À lui seul, il est une preuve vivante de l’ingérence ; partout où il passe, la guerre et le chaos s’installent. La guerre en Libye est là pour témoigner de ce semeur de troubles, cet agent de subversion dangereux, cette menace pour la paix qu’est Botul. On remarquera qu’après avoir soutenu les extrémistes djihadistes de Libye et de Syrie, Botul aura soutenu les néonazis ukrainiens.

Un juif soutenant des extrémistes anti-juifs. Il y aurait de quoi écrire un sketch et en rire, tellement cela parait surréaliste.

BHL-Kyiv

°  L’opposant ukrainien Vitali Klitschko, un pur produit euro-atlantiste.

Son parti, UDAR, a pour partenaire, tenez-vous bien, l’International Republican Institute. On retrouve l’IRI, dirigé par John Mc Cain. Comme par hasard ! Lorsque Klitschko a rencontré John Mc Cain, ce n’est peut-être pas seulement le politicien qu’il a rencontré, mais également son sponsor.

Nous retrouvons aussile National Democratic Institute (NDI), une organisation américaine financée par le gouvernement US via le biais de la National Endowment for Democracy (NED) elle même faisant partie du Département d’État américain. Tout se relie, le vaste puzzle prend forme !

Attends, attends, attends, attends, c’est pas fini ! On retrouve également comme partenaire le parti allemand CDU, celui d’Angela Merkel. Le fait que Klitschko ait vécu plusieurs années en Allemagne l’a beaucoup marqué, au point de déclarer : « L’Allemagne m’a adopté, j’aime vraiment l’Allemagne, mais je ne suis pas Allemand ». En effet : l’Allemagne l’a adopté au point que la CDU est maintenant l’associée de son parti !

Source : http://klichko.org/en/about/partners

Source : http://klichko.org/en/about/partners

° La US-Ukraine Foundation

us ukraine 1

En octobre 2011, Vitali Klitschko a été approché par la U.S.-Ukraine Foundation, (voir leur site : http://www.usukraine.org/). Une fondation ukraino-américaine chargée, sous couvert de démocratie et de droits de l’Homme, d’intégrer l’Ukraine dans le giron atlantiste ; « organisme d’ingérence et de subversion » serait un terme plus approprié.

us ukraine 3

Source (page 8 du rapport) : http://www.usukraine.org/pdf/2012-Annual-Report-rev-1.pdf

La présidente de cette fondation se nomme Nadia K. McConnell. Elle reçu le 8 février 2011 une distinction : le National Grantee of Merit Award de l’Open World Leadership Center, dont le président du conseil d’administration n’est autre que James Hadley Billington, membre du think tank américain Council on Foreign Relations (CFR). Ce centre ayant également accueilli la fondatrice du mouvement FEMEN en 2007, Anna Hutsol.

<< Voir l’article Les Femen : leurs liens avec l’extrême droite ukrainienne et les think tanks américains >>

OPEN

Source : http://www.usukraine.org/openworld.shtml

Source : http://www.usukraine.org/openworld.shtml

Source : http://www.usukraine.org/openworld.shtml

Lors du vingtième anniversaire de l’indépendance de l’Ukraine, un gala était organisé à lOmni Shoream Hotel, à Washington DC, pour célébrer celles et ceux qui ont contribué à l’intégration de l’Ukraine du côté atlantiste. Parmi les membres « honorables », on retrouve George H.W. Bush, l’ancien président des USA ; Olexander Motsyk, ambassadeur d’Ukraine aux Etats-Unis ; des membres du Congrès américains ; Morgan Williams, président de l’U.S.-Ukraine Business Council (USUBC) ; sans oublier Nadia McConnell, présidente de l’U.S.-Ukraine Foundation (USUF).

Parmi les organisations présentes, pour en citer quelques-unes : Center for U.S. Ukrainian Relations (CUSUR) ; Ukrainian American Coordinating Council (UACC) ; U.S.-Ukraine Foundation (USUF) ; The Washington Group (TWG) ; International Republican Institute (IRI) et le National Democratic Institute (NDI). C’est à croire qu’on retrouve les mêmes, comme par hasard ! 

Source (page 11 du rapport) : http://www.usukraine.org/pdf/2012-Annual-Report-rev-1.pdf

Source (page 11 du rapport) : http://www.usukraine.org/pdf/2012-Annual-Report-rev-1.pdf

 

Parmi les sponsors du gala, nous relevons : Coca-Cola, ExxonMobil (Rockefeller), LouisDreyfus Commodities, le groupe pharmaceutique Eli Lilly (10e au niveau mondial), le cabinet d’avocat international Baker & McKenzie (là où a travaillé Christine Lagarde, la patronne du FMI), la société américaine de production d’électricité AES Corporation, ou encore la marque de cosmétique Mary Kay.

Bref, que du gratin sur un plateau d’argent !

Source (page 13 du rapport) : http://www.usukraine.org/pdf/2012-Annual-Report-rev-1.pdf

Source (page 13 du rapport) : http://www.usukraine.org/pdf/2012-Annual-Report-rev-1.pdf

° LA COMMISSION TRILATÉRALE

ukr-trilaterale-642x426

Enfin, la dernière pierre de l’édifice, le nouveau Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk est un membre de la Commission Trilatérale. Une organisation privée regroupant entre 300 à 400 des personnalités les plus influentes (politiques, intellectuels, financiers, etc.) des 3 pôles économiques : Amérique du Nord, Europe et Asie Pacifique.

Arseni Iatseniouk, a participé le 27 octobre2013 au Cracovie Hôtel Sheraton en Pologne, dans la région de Cracovie, lors à la 37e réunion du groupe européen dont le président de la conférence était nul autre que Jean-Claude Trichet, ancien président de la Banque Centrale Européenne (BCE) etmembre du Groupe Bilderberg.

Lorsque Iatseniouk était en fonction, à la fois comme ministre de l’Économie et ministre des Affaires étrangères, il a tout fait pour rapprocher son pays de l’Union Européenne et de Washington. Un pro-européen convaincu, le parfait homme de main.

Autres figures de la conférence : Peter Sutherland, président de Goldman Sachs International ; Mario Monti, ancien président du conseil des ministres italien ; Kurt Lauk, président du conseil économique de la CDU, Elisabeth Guigou, membre du Parti Socialiste et présidente de la commission des Affaires étrangères (France) ; Michael Fuchs, membre du Bundestag allemand et vice-président du groupe parlementaire CDU/CSU ; Vladimir Dlouhy, conseiller international de Goldman Sachs, ancien ministre tchécoslovaque de l’Économie, ancien ministre tchèque de l’Industrie et du Commerce ; Leon Brittan, membre de la Chambre des Lords, vice-président de l’UBS Investment Bank (Royaume-Uni), etc.

Que du haut de gamme !

Source Journal du  Siècle : http://lejournaldusiecle.com/2014/02/27/ukraine-arseni-iatseniouk-membre-de-la-commission-trilaterale-est-nomme-premier-ministre/

Source : site Commission Trilatérale : http://www.trilateral.org/go.cfm?do=File.View&fid=176
Capture d’écran Journal du Siècle : http://lejournaldusiecle.com/2014/02/27/ukraine-arseni-ia...

Les fondateurs de la Commission Trilatérale ne sont ni plus ni moins que des hautes pointures du mondialisme (partisans de la gouvernance mondiale au détriment des nations) : 

– Henry Kinssinger, ancien secrétaire d’état sous la présidence Richard Nixon et Gérald Ford ; ancien conseiller à la Sécurité Nationale U.S ;

– Zbigniew Brzezinski, ancien conseiller à la Sécurité Nationale U.S sous la présidence de Jimmy Carter et artisan majeur de la politique étrangère de Washington ;

– David Rockefellerancien banquier de la Chase Manhattan Bank, malthusien milliardaire, fondateur du groupe Bilderberg, et membre du Council on Foreign Relations (CFR).

L’Ukraine, un enjeu majeur : 

Zbigniew Brzezinski a écrit en 1997 The Grand Chessboard (ISBN 0-465-02726-1) ou Le grand Échiquier,  un livre consacré à la suprématie des États-Unis sur le monde. En page 74-75 du livre (disponible en PDF) voici ce qu’il écrit sur l’Ukraine.

le grand echiquier 1

le grand echiquier 2

Pour Brzezinski, sans l’Ukraine, la Russie perd sa notion d’empire, et donc de force concurrente à l’Empire américain (qui ne dit pas son nom). L’Ukraine est donc un enjeu géopolitique majeur. Un pays à intégrer à tout prix à l’Union Européenne (sous influence américaine) et à l’OTAN. On comprend mieux pourquoi Vladimir Poutine n’a pas l’intention de lâcher l’Ukraine. Les Russes sont connus pour leur passion des Échecs. 

Si la pièce ukrainienne tombe, la Russie sera « mise en échec » sur l’échiquier géopolitique mondial. Mais la partie est loin d’être terminée car après le coup d’État atlantiste à Kiev, c’est au tour de Poutine de jouer son coup : son intervention en Crimée.

Propagande de guerre

La Crimée, à majorité russophone, est la première à se soulever contre les nouvelles autorités de Kiev avec la création d’une assemblée citoyenne proclamant l’autonomie de la Crimée et à terme leur rattachement à la Fédération de Russie au travers d’un référendum. Des soldats russes se déploient dans toute la presqu’île pour s’assurer le contrôle de ce carrefour stratégique, avec ses bases navales russes, sans qu’il n’y ait eu de bain de sang.

Les nouvelles autorités ukrainiennes condamnent cette invasion. Même son de cloche en Europe et aux États-Unis. Haro sur la Russie ! Le mot d’ordre est lancé par la doxa médiatique.

Qui est le plus responsable dans cette histoire ? Le coup d’État orchestré par les Occidentaux ayant renversé un président élu, ou bien l’occupation militaire pacifique d’une partie du territoire, qui n’est que la conséquence du coup d’État ?

Ce culot inouï de la part de ces sempiternels donneurs de leçons et de morale est insurmontable (au-dessus, c’est le soleil). Doit-on citer les escalades guerrières des États-Unis depuis une décennie (avec la participation de l’Europe) en Afghanistan, Irak, Libye, etc ? Souvenez-vous de la fiole de Colin Powell et de l’intervention « humanitaire » en Libye. Ces guerres ont déstabilisé des régions entières et provoqué la mort de plusieurs centaines de milliers de personnes. Quid du million et demi d’enfants irakiens morts dû à l’embargo US suite à la première guerre du Golfe, et dont Madeleine Albright (ambassadrice américaine à l’ONU) dira dans une interview que « ça en valait le prix » (voir la vidéo) ?

Quid des coups d’États de la CIA, validés par l’administration US et reconnus officiellement par les autorités (non, non, ce n’est pas du conspirationnisme, eux-mêmes le disent) : le Guatemala, le Congo, la République dominicaine, le Vietnam, le Brésil, le Chili, sans oublier l’Iran. Et encore, ils n’ont sorti qu’une partie infime de la liste.

En 1954, la CIA a renversé le gouvernement démocratique de Mossadegh car il avait nationalisé le pétrole, pour lui substituer la dictature du Shah d’Iran.

Les grands démocrates devraient fermer leurs gueules une bonne fois pour toute !

On reprochait au président déchu la corruption, le manque de démocratie et ses dérives autoritaires. Quid de la corruption dans les instances européennes, Bruxelles étant le deuxième pôle de lobbying mondial après Washington ? Cette corruption n’est-elle pas pire que celle qui a cours en Ukraine ?

<< Voir le documentaire réalisé par Mathieu Liétaert et Friedrich Moser : The Brussels Business  >>

Quant à la dérive autoritaire, l’Amérique et l’Europe n’ont aucune leçon à donner lorsque le président des États-Unis, Barack Obama, signe le National Defense Authorization Act (NDAA), ou Loi d’autorisation de la défense nationale, permettant à l’armée US de procéder à « la détention militaire illimitée contre qui que ce soit, où que ce soit dans le monde, et pour quelque raison que ce soit » (section 1021).

<< Lire Agoravox – NDAA : Obama élargit la loi d’exception au territoire US au lieu de fermer Guantanamo) >>

Ou encore lorsque des peuples d’Europe refusent l’Union Européenne par référendum (Français, Hollandais et Irlandais) et que les politocards « représentants du peuple » repassent par la voix parlementaire pour faire voter les textes similaires qui avaient été refusés.

La démocratie oui, mais à géométrie variable, comme toujours !

<< Voir la conférence de François Asselineau (UPR) : La construction européenne est-elle encore démocratique ? >>

En sommes, nous vivons en plein dans les 5 principes de la propagande de guerre décrits par le journaliste belge Michel Collon :

1 – Cacher les intérêts (politiques, énergétiques, géostratégiques)

2 – Cacher l’histoire (ingérence américaine et européenne)

3 – Diaboliser l’adversaire (la Russie)

4 – Toujours se présenter comme défendant les victimes (agir au nom de l’humanitaire, la démocratie et les droits de l’Homme)

5 – Monopoliser le débat et empêcher les opinions adverses

Michel Collon - Les 5 principes de propagande de guerre

http://www.youtube.com/watch?v=wR_8ld6BMC4

 

La Crimée, première étape d’une dislocation ?

L’Ukraine est en voie de dislocation. Déjà, les constations dans le sud-est de l’Ukraine se multiplient – manifestations à Odessa, Donetsk, Kharkiv et dans d’autres villes de la partie russophone du pays. Là-bas, on ne reconnaît pas les nouvelles autorités de Kiev et on n’hésite pas à hisser le drapeau russe sur les bâtiments administratifs. La partition du pays n’est pas loin. Progressivement, deux Ukraines se forment : une Ukraine tournée vers l’Ouest et une autre vers l’Est.

Après le coup d’État de Kiev, l’unité du pays ne repose plus que sur une brindille en feu.

Source :

Source : http://www.economicpolicyjournal.com/2014/03/thousands-ra...

L’Ukraine souveraine, unie et indépendante n’est plus qu’un mythe. Soit elle tombe du côté atlantiste, soit elle tombe du côté russe, quitte à ce qu’au final, le pays finisse divisé entre les deux belligérants (USA/Russie). 

Vers une escalade guerrière

Entre temps, les États-Unis menacent de geler les avoirs russes et d’isoler la Russie à l’international si elle ne retire pas ses troupes en Crimée. Les nouvelles autorités ukrainiennes mettent l’armée en état d’alerte face à « l’invasion russe ». La Russie, de son coté, menace de provoquer un krash économique aux États-Unis en cas de sanctions et dénonce le coup d’État anticonstitutionnel de Kiev (voir la vidéo).

Les vieux démons de la guerre froide resurgissent.

Une escalade militaire sur le continent européen serait une pure folie. Elle plongerait le monde dans des heures plus ténébreuses que celles du passé.

Le hasard de l’histoire voulu que la Crimée soit exactement l’endroit où était signé les accords de Yalta où les 3 grandes puissances (USA,Angleterre, et URSS) se repartissaient le monde. Le destin est revanchard.

À qui profiterait une telle escalade ?

Il se trouve que les États-Unis traversent la crise la plus importante de leur histoire :

Une dette colossale et irremboursable avec plus de 60 000 milliards de $ de dettes (voir la dette US en temps réel : http://www.usdebtclock.org/).

En 2013, 47,6 millions d’Américains (chiffre officiel, soit 15 % de la population) vivent avec des tickets de rationnement du Supplemental Nutrition Assistance Program (Programme d’Aide à la Nutrition Supplémentaire). Non, on n’est pas dans un pays du tiers-monde mais aux États-Unis, première puissance économique mondiale).

Le dollar ne repose que sur une planche à billets n’ayant plus aucun rapport avec la richesse réelle, « grâce » au Quantitative Easing 4 (QE4) de la Réserve Fédérale.

Le traficotage des chiffres du chômage américain nous font croire qu’il est de 6,6%, alors qu’en réalité il est au moins de 20 %, selon Olivier Delamarche (voir la vidéo BFMTV).

Quand les banquiers des différentes firmes américaines commencent à se suicider, la reprise économique peut se faire attendre (voir vidéo sur Egalité et Réconciliation)

En bref, le système est au bord de l’effondrement !

Oncle Sam serait-il prêt à relancer l’économie par la guerre ?

La solution a déjà été employée durant la Seconde Guerre mondiale, suite à la crise de 1929. Une relance économique qui aura coûté 50 millions de morts

http://croah.fr/a-la-une/maidan-complot-coup-detat-et-esc...

 

06/03/2014

UKRAINE/RUSSIE : Quand deux sionistes patentés, Fabius et BHL reconnaissent avoir participé au coup monté co ntre l'Ukraine et Poutine

Quand deux sionistes patentés, agents des USA, du Mossad et de l’Etat sioniste d’Israël, se permettent pour Fabius d’avouer avoir préparé le coup monté contre le Président Ianoukovitch et le Peuple Ukrainien avec l’aide de l’Allemagne et de la Pologne, et que pour l’autre BHL qui se permet publiquement (et on se demande à quel titre, il intervient pour la France) de clamer que : « Nous pouvons user contre Poutine des mêmes méthodes que contre Ianoukovitch », nous n’avons plus aucun doute sur l’origine du coup monté par les sionistes contre le président Ukrainien, Poutine et la Russie. Tout le reste n’est que magistrale comédie et propagande contre Poutine et la Russie !

A noter en surplus que le Président Ianoukovitch qui a été la victime du coup d’Etat organisé par La France (Fabius), l’UE, l’Allemagne et la Pologne, refusait ainsi que son peuple de faire adhérer l’Ukraine à l’OTAN, voir l’article : ICI, ce qui n’a pas plu aux fascistes qui souhaitent s’accaparer le monde et déstabiliser par la même occasion, après l’Afrique, le Venezuela, et les pays arabes, la Russie et la Chine dans un esprit de conquête et d’instauration du Nouvel Ordre Mondial par les Illuminati-Sionistes !

Quelques preuves du complot, ci-dessous :

Opposition "derrière" les snipers de Kiev: l'Estonie confirme l'entretien

Un enregistrement pirate sur l'Ukraine met les USA dans l'embarras

Emeutes de Kiev en Ukraine : Nouvelle vidéo complète, censurée par tous les médias pro-européens (vidéo)

Voir aussi : Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens

Et comme par hasard comme nous savons que la Russie est opposée au bouclier Antimissile US à ses frontières que se passe-t-il ?  Ils préparent la guerre contre la Russie à ses portes avec la complicité de la Pologne et financent les groupuscules néo-nazis en  Ukraine , avec notre argent bien sûr pour le plus grand plaisir et profit des lobbies financiers mondiaux  !

Les USA élargiront leur coopération militaire avec la Pologne et les pays Baltes

Pologne: la base antimissile US sera déployée à temps (Pentagone)

Dossier: Bouclier antimissile américain en Europe

Pays baltes: le Pentagone accroît le nombre de ses chasseurs

Ukraine: l'UE prête à débourser 11 mds EUR d'aide

Les USA prêts à financer la sortie de l'Ukraine de la crise

Mais qui est derrière l'UE ?

Le Parlement Juif Européen et le financier Soros partie prenante au Parlement Juif Européen !

Éric Zemmour sur l’Ukraine, George Soros et BHL

Dimanche 2 mars 2014

Ukraine : Laurent Fabius avoue le coup d'Etat monté avec l'Allemagne et la Pologne

Ukraine : Laurent Fabius avoue le coup d'Etat monté avec l'Allemagne et la Pologne

 

Laurent-Fabius-avoue-850x434.jpg

 

Laurent Fabius avoue (25-02-2014) qu’il a fourni les élément avec l’Allemagne, la Pologne et l’UE pour un véritable coup d’Etat contre le président Ianoukovitch et sa majorité parlementaire. A noter que Fabius n’ose même plus prononcé le nom du président ukrainien berné qui est pourtant celui qui a signé l’accord du 21-02-2014 soutenu par l’UE avec une opposition qui savait qu’elle ne le respecterait pas.

UKRAINE Laurent Fabius avoue le coup d'Etat monté avec l'Allemagne et la Pologne

http://www.youtube.com/watch?v=8FV2sh6Tyes     

 

BHL menace Poutine : « Nous pouvons user contre Poutine des mêmes méthodes que contre Ianoukovitch »

04/03/2014 – VIDÉO - Bernard-Henri Lévy (BHL), surnommé « petit télégraphiste de l’empire », a pris une nouvelle fois la parole dimanche 2 mars 2014 sur la place Maidan de Kiev (Ukraine), épicentre de la crise politique qui secoue le pays depuis des mois. « Et si les Européens n’avaient qu’une fraction du courage que vous avez eu ici sur le Maidan. Vous n’avez pas peur, et les Européens auraient peur ? Vous vous êtes dressés devant Poutine, et nous nous coucherions devant Poutine ? Cela n’est pas concevable », a lancé l’homme à la chemise blanche.

http://www.youtube.com/watch?v=a19e7KkSMnY


Pour aller plus loin

Jonathan Steele du Guardian de Londres : Kerry et l’OTAN doivent se calmer

jonathon-steele


Jonathan Steele du Guardian de Londres : Kerry et l’OTAN doivent se calmer


Le chroniqueur Jonathan Steele du Guardian de Londres a écrit un article dénonçant sans ambiguïté l’administration Obama et l’OTAN pour avoir provoqué une crise totalement artificielle sur la question de l’Ukraine. Sa suggestion, telle que formulée dans le titre de son article, est : « John Kerry et l’OTAN doivent se calmer et reculer. » Extrait :

L’empressement de Kerry pour punir la Russie, ainsi que la décision de l’OTAN de répondre à l’appel de Kiev en tenant une réunion des ambassadeurs des Etats membres à Bruxelles aujourd’hui, ont été des erreurs. L’Ukraine n’est pas membre de l’alliance : par conséquent aucune des obligations de défense commune n’entre en jeu ici. L’OTAN devrait se retenir d’intervenir en Ukraine, tant par les mots que par les actes. Le fait qu’elle insiste pour s’engager révèle le véritable sujet tabou : sous la crise en Crimée et la résistance intense des Russes à tout changement potentiel se trouvent l’ambition mal dissimulée de l’OTAN de poursuivre sa politique expansionniste des deux dernières décennies, dans ce qu’elle avait l’habitude d’appeler l’ « espace post-soviétique »…

Depuis l’indépendance, tous les sondages en Ukraine ont montré que la majorité des citoyens était opposée à l’adhésion de leur pays à l’OTAN : et pourtant les élites qui se sont succédées au pouvoir jusqu’en 2010, et qui sont maintenant de retour aux affaires, ont ignoré la volonté populaire. Séduites par les largesses de l’OTAN et par le sentiment d’appartenir à un club high-tech global, elles ont pris part aux exercices militaires conjoints et ont même envoyé des troupes en Irak et en Afghanistan. »

Steele ajoute que malgré tout ce qui a pu être dit du président élu Viktor Ianoukovitch, il « était le premier président à s’opposer à l’adhésion à l’OTAN dans sa campagne électorale, et a ensuite persuadé le Parlement de faire du non-alignement la pierre de touche de la stratégie du pays en matière de sécurité, suivant l’exemple de la Finlande, de l’Irlande et de la Suède.

Mais, écrit-il, l’OTAN a refusé d’accepter cela, et « Anders Fogh Rasmussen, le secrétaire-général de l’effort pour la construction de l’empire [l’OTAN], a déclaré à la Conférence sur la sécurité de Munich [en février de cette année] : ’’l’Ukraine doit avoir la liberté de choisir sa propre voie sans pression de l’extérieur.’’ L’implication était claire : si ce n’était pas que pour ces bêtes russes, l’Ukraine serait des nôtres. »

Steele appelle ensuite à une désescalade de la part de l’Occident et demande que l’Ukraine rétablisse immédiatement la Loi sur les langues officielles, dont le Russe à l’Est du pays, et « s’attache fermement à empêcher que des groupes armés de nationalistes anti-russes menacent les immeubles publics dans cette région ».

Il conclut :

La majorité russophone dans la région est autant en colère à l’égard de la corruption des élites, du chômage et des inégalités économiques que les Ukrainiens de l’Ouest. Mais elle se sent assiégée et provoquée, son héritage culturel se trouvant menacé. Les seuls responsables en mesure de répondre à ces préoccupations ne sont pas à Washington, à Bruxelles ou à Moscou, mais uniquement à Kiev.

http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/article...

De la CIA aux néo-nazis, la face cachée de la crise Ukrainienne

http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/de-la-ci...

UKRAINE. La fin de l’arnaque nommée ONU, et son Conseil de sécurité caduque

http://allainjules.com/2014/03/01/ukraine-la-fin-de-larna...

Nouvel Ordre Mondial : Le Coup d’État Américano-Sioniste en Ukraine et comment ça pourrait dégénérer

http://www.nouvelordremondial.cc/2014/03/02/nouvel-ordre-mondial-le-coup-detat-americano-sioniste-en-ukraine-et-comment-ca-pourrait-degenerer/

 

 

 

 

 

 

 

10/02/2014

Fin de l'empire Illuminati, Fin des mensonges et des manipulations ?

 

IlluminatisManipulations.jpg

Il serait temps que les Illuminati/Sionistes/Reptiliens/Satanistes, promoteurs du Nouvel Ordre Mondial, dégagent du milieu, non ? A quand la fin de la partie ?

Les grandes orientations du Nouvel Ordre Mondial des Illuminati ?

illuminati-dollar.jpg

Nesta Webster, dans son ouvrage "World Revolution" (Révolution Mondiale), dresse la liste des six buts des Illuminati :

  • Abolir la monarchie et toutes les structures gouvernementales.
  • Abolir la propriété privée.
  • Abolir tout système d’héritage.
  • Abolir le patriotisme.
  • Abolir la famille, le mariage, la moralité ; les enfants doivent être élevés par l’Etat.
  • Abolir la religion.

La suite ici : Théorie influences sur le pouvoir : le plan secret des illuminatis

1796658_10151969961296482_292553801_n.jpg

31/01/2014

Que s'est-il vraiment passé dimanche 26 janvier au Jour de Colère sur deux vidéos ?

Encore une fois la presse-tituée prise en flagrant délit de mensonges sur ce qui se serait passé lors de la manifestation "Jour de colère"  qui a été curieusement organisée par des personnes qui ont souhaité conserver l'anonymat qui officiaient à partir d'une société écran domiciliée au Panama ! Ce sur quoi nous reviendrons dans un autre article !

Voici pour l'heure la version des merdias aux ordres!

Paris : 262 interpellations et 250 gardes à vue après la manifestation Jour de colère

Extrait de: metrofrance.info   janvier 27, 2014


SOCIETE - Entre 17 000 et 160 000 personnes selon les sources ont défilé dimanche dans les rues de Paris à l'occasion de la manifestation Jour de Colère, manifestation ouvertement anti-Hollande. Dans la soirée, de violents affrontements ont éclaté entre manifestants et forces de l'ordre. 19 policiers ont été blessés et 262 personnes interpellées.

http://www.actualite24h.com/actualites/paris-262-interpel...

Maintenant, voici la vraie version sur deux vidéos enregistrées par la Presse Info Libre !

Que s’est-il vraiment passé dimanche 26 janvier au Jour de Colère ?

Nous aurions aimé pouvoir vous communiquer le reportage du Jour de Colère plus tôt, mais le fait que trois membres de notre équipe aient été emmenés en garde à vue nous a quelque peu retardé… Ainsi nous vous proposons de découvrir tout d’abord la première partie, qui retrace la manifestation de son départ à Bastille jusqu’à l’évacuation de la place Vauban. La seconde partie montre les affrontements entre les CRS et les manifestants, ainsi que les arrestations et la détention des personnes se trouvant sur la place au moment où les forces de l’ordre encerclèrent la place Vauban.

Partie 1 :

http://www.youtube.com/watch?v=Rr49e7jzglo

Partie 2 :

http://www.youtube.com/watch?v=3HbOkcfdwbA


http://www.agenceinfolibre.fr/que-sest-il-vraiment-passe-...

 

Attention anarque ! Faux site de soutien à Dieudonné !

Dieudonné a signalé sur son compte Twitter que le site http://soutenons-dieudo.org/ est un fake et qu'il n'a rien à voir avec lui !

 

Petite banniere 400x50

 

04:45 Publié dans Arnaques, Mensonges, Propagande, Quenelle Dieudonné 2013/14 | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!