Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2010

Le phantasme du bouclier antimissile

Le phantasme du bouclier antimissile 1/3
Le bouclier de l’invincibilité
par Nicolas Ténèze*

http://www.voltairenet.org/article164401.html

Le phantasme du bouclier antimissile 2/3
Du combat contre l’« Empire du Mal » à celui contre l’« Axe du Mal »
par Nicolas Ténèze*

http://www.voltairenet.org/article164568.html

Le phantasme du bouclier antimissile 3/3
La débâcle du laser tactique à haute énergie
par Nicolas Ténèze*

http://www.voltairenet.org/article164569.html

Petite banniere 400x50

 

01:19 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

23/03/2010

« Les pays n’ont pas d’amis, mais des intérêts »

Chahutée depuis de longs mois, la Suisse a-t-elle encore des amis? Après avoir interrogé des personnalités suisses et européennes, le quotidien suisse «Le Temps» donnait il y a quelques jours la parole à Christoph Blocher, fondateur du parti d’extrême droite suisse Union Démocratique du Centre (UDC) et ex Conseiller fédéral.

blocher

Après les témoignages de personnalités européennes dans notre édition de samedi (LT du 13.03.2010), l’ancien conseiller fédéral Christoph Blocher livre au Temps sa vision de la Suisse dans le monde.

Le Temps: L’UDC s’est prononcée pour le maintien du secret bancaire et la distinction entre fraude et évasion fiscales. Ne devrait-on pas être honnête avec les citoyens et dire que le secret bancaire est mort, que c’est l’UBS qui l’a tué aux Etats-Unis?

Christoph Blocher: Le secret bancaire en faveur du client doit être maintenu. C’est notre stratégie, respectueuse du droit suisse. Que ce soit face aux Etats étrangers ou face aux autorités suisses, il doit être préservé. C’est une valeur de la Suisse. De même que la double incrimination – le délit doit être poursuivi dans les deux pays – comme condition de l’octroi de l’entraide administrative à des Etats étrangers. Il existe déjà une «stratégie de l’argent propre». C’est l’interdiction faite aux banques d’inciter leurs clients à frauder le fisc. Si elles le veulent, les banques peuvent parfaitement exiger de leurs clients une attestation fiscale. Mais c’est leur libre choix, l’Etat n’a pas à contrôler les affaires bancaires, sauf en cas d’actions criminelles.

– Toutes les banques suisses n’ont pas été respectueuses de la loi…

– On a vu malheureusement quelques banques qui n’ont pas respecté ces règles. Elles doivent en assumer les conséquences. Mais le secret en faveur des clients doit être maintenu pour protéger les bonnes relations entre l’Etat et les citoyens. Ce n’est pas la première fois qu’on nous demande d’abolir le secret bancaire. Si on veut modifier ces lois, l’UDC lancera un référendum.

– Le Conseil fédéral a pourtant proposé d’abandonner la différence entre fraude et évasion fiscales vis-à-vis de l’étranger pour accorder l’entraide administrative…

– C’est totalement contraire aux principes suisses. A l’UDC, nous y sommes opposés. Il est très dangereux pour un petit pays de céder sur les principes à la moindre pression. Il ne faut pas oublier que nous sommes dans une guerre économique. Mais nous ne sommes pas dépourvus d’arguments: il existe déjà un impôt anticipé qui sera, après la phase transitoire, de 35% (actuellement 20%) sur les intérêts des avoirs bancaires. C’est dissuasif pour ceux qui voudraient frauder le fisc à l’étranger. C’est cette stratégie de l’impôt libératoire, reversé aux pays d’où proviennent les déposants, que nous voulons développer. Voilà la stratégie que le Conseil fédéral doit mettre en œuvre en négociant avec nos voisins. Mais pas d’échange automatique d’informations, ni, comme les radicaux le proposent, de contraindre les banques à jouer la police fiscale.

– Mais vous savez bien qu’aucun pays européen ne veut de cet impôt libératoire. Les gouvernements sont poussés par leur opinion qui veut la transparence et la justice fiscales. «Vous avez quelque chose à cacher et vous pensez qu’il suffit de payer», disent-ils à la Suisse…

– Il n’y a pas de raison de s’incliner juste parce que les autres font un peu pression. C’est une question de volonté. Vous savez, à Berne, on a constamment peur d’être sur une liste noire et on change chaque jour d’avis. Les gouvernements voisins vont d’abord refuser, mais cela peut changer. L’Italie, par exemple, serait prête à en discuter. Si on a une stratégie claire et une décision ferme du Conseil fédéral, on peut y arriver.

– Vous êtes dur avec vos anciens collègues du Conseil fédéral…

– Le Conseil fédéral n’a pas de stratégie. Nous ne sommes pas dirigés pour le moment. Ce n’est pas comme cela qu’on conduit un pays.

– Le problème, c’est que la Suisse n’a pas d’allié. Elle est en difficultés avec tous ses voisins…

– Arrêtons d’avoir peur. Les pays n’ont pas d’amis. Ils ont des intérêts. La Suisse doit défendre ses intérêts et ses droits. Elle n’est pas isolée. Nous avons par exemple un problème avec le secret bancaire. Mais d’autres pays cherchent des alliés pour résoudre d’autres questions. Comme par exemple le transit nord-sud ou la libre circulation des personnes. Ou les Etats-Unis dans les affaires de terrorisme. Nous pouvons souvent offrir une solution. Il faut lier ensemble les différents intérêts. Echanger une aide contre une autre. Mais le Conseil fédéral refuse de le faire. Chaque département conduit ses propres dossiers indépendamment des autres.

– La Suisse n’est pas isolée, puisque son économie est intégrée à plus de 80% dans celle de l’UE, la moitié de nos lois sont eurocompatibles. Nous faisons partie de Schengen, de la libre circulation, etc. Pourquoi ne pas franchir le dernier pas?

– Vous avez raison, nous sommes totalement européens. Une personnalité européenne m’avait dit: «La Suisse n’a pas besoin d’adhérer à l’UE, elle y est déjà si liée.» Mais les Suisses veulent décider librement de leur futur par le biais de la démocratie directe. Et c’est pourquoi le taux de TVA en Suisse n’est que la moitié de celui de nos voisins. Ici, les citoyens décident de leurs impôts. Autre exemple, le peuple n’aurait pas pu voter contre les minarets dans l’UE.

– Vous en êtes certain?

– Oui, car en Europe les règles sont les mêmes pour tous les pays et décidées par des fonctionnaires à Bruxelles. L’ancien président allemand Roman Herzog avait dit à l’époque déjà que 80% des lois allemandes sont élaborées à Bruxelles.

– Mais en Suisse, plus de la moitié de nos lois sont alignées sur les directives européennes sans même que nous ayons un droit de codécision…

– Oui. Berne, s’aligne avant même que l’Europe demande quelque chose. C’est une bêtise. Le Conseil fédéral entend quelque chose de Bruxelles, aussitôt il veut adapter le droit suisse. Mais l’essentiel, c’est que la moitié des lois, les plus importantes, est décidée de manière indépendante en Suisse. C’est la démocratie directe, la TVA, la justice, etc. Pour le reste, que la signalisation des routes nationales soit la même que dans le reste de l’Europe, cela ne me gêne pas. Mais la démocratie directe n’est pas compatible avec l’UE. Et il y a le franc suisse. Nous défendons l’indépendance monétaire. C’est un élément central de notre souveraineté.

– Les membres de l’UE ne sont pas tous dans la zone euro…

– Les anciens, oui, comme la Grande-Bretagne. Mais comme nouveau membre, nous y serions contraints. Comme non-membre, nous avons aussi le droit de mettre fin à l’accord sur la libre circulation, si nous le voulons, ou dicter nos conditions pour le trafic nord-sud. Je ne dis pas qu’il faut le faire, mais cela reste une possibilité si les pays de l’UE font trop pression sur nous. Je ne redoute pas les conséquences. Nous sommes le troisième partenaire économique de l’Europe. On ne maltraite pas un bon client comme la Suisse.

– Quand vous étiez ministre de la Justice, avez-vous fait diminuer le rythme des adaptations au droit européen?

– Oui. Enfin, j’ai fait plutôt des adaptations qualitatives, avec davantage de liberté. Il faut préserver notre souveraineté, même s’il y a quelques désavantages.

– En mars 2008, vous aviez déclaré être opposé à de nouveaux accords bilatéraux avec l’UE, car «plus aucune question essentielle n’est ouverte s’agissant de la défense des intérêts de la Suisse». Or, précisément, la Suisse aimerait rejoindre REACH, la nouvelle législation européenne pour l’homologation des produits chimiques. Cela concerne votre entreprise Ems-Chemie…

Je ne connais pas la réglementation REACH. Mais je ne suis pas systématiquement contre les accords bilatéraux. Peut-être un tel accord est-il intéressant. Je suis contre les conventions qui diminuent la marge de manœuvre de la Suisse. Comme par exemple dans la libre circulation des personnes. Cela a abouti à ce que des gens s’installent en Suisse, font venir leur famille et après quelques mois y restent même si elles sont sans travail et profitent de l’assistance sociale. On ne peut plus les renvoyer. Nous ne devons pas signer des accords comme si nous étions membres de l’UE. Il faut des engagements que nous puissions modifier ou alors limités dans le temps. Pas de texte qui nous oblige à reprendre l’évolution du droit européen.

– Faut-il changer le gouvernement de consensus qui ne permet plus de faire face aux crises et aux défis?

– Il ne faut pas changer le système de consensus. Par contre, l’UDC a proposé d’élire le Conseil fédéral par le peuple. Cela améliorerait sa responsabilité face aux citoyens. Je crois que la crise vient surtout du fait que l’administration, l’élite, ne s’engage plus pour la Suisse. La Suisse est devenue trop petite pour eux. Ils rêvent d’UE. Ils ne pensent plus qu’être un petit Etat est notre sort, mais notre faute. La Suisse est plus menacée de l’intérieur que de l’extérieur.

– On vous voit revenir sur le devant de la scène politique. Vous êtes toujours le vrai leader de l’UDC. Pourquoi ne pas en reprendre la présidence?

– Le président Toni Brunner fait très bien son travail. Il faut assurer une relève des jeunes. Pour ma part, je m’occupe de la stratégie de l’UDC. Le parti zurichois aimerait que je me porte candidat aux élections nationales de 2011. J’y réfléchis. Mais je ne serai plus candidat au Conseil fédéral.

– Vous pensez que la Suisse restera à l’avenir un Sonderfall, un cas particulier?

– Oui, si nous en avons la volonté. C’est possible, je le souhaite, parce que c’est notre chance.

Entretien réalisé par Le Temps (Suisse)

MECANOPOLIS

 

La démocratie qui plaît à Washington

Pour faire bénéficier les peuples de la liberté que permet la démocratie, les États-Unis et leurs alliés investissent annuellement des centaines de milliards de dollars, sacrifient la vie de milliers de leurs soldats, absorbent des dizaines de milliers de blessés sans compter les centaines de milliers de civils, femmes, enfants et hommes qui deviennent des victimes innocentes de ces guerres. Il n’est donc pas superflu de regarder de plus près cette « démocratie » pour laquelle autant de sang y est versé et autant d’argent y est investi.

democracy

Dans notre Occident nous avons développé une démocratie qui trouve tout son sens dans le vote des citoyens et citoyennes qui élisent, tous les 4, 5 ou 6 ans, leurs représentants et représentantes pour diriger les destinées de l’État. À première vue nous pourrions penser que là où il y a vote, il y a démocratie et que là où il n’y a pas de vote, il n’y a pas de démocratie.

Les choses ne sont pas aussi simples. Notre Occident démocratique, pendant qu’il s’accommode parfois de gouvernements dictatoriaux comme ce fut le cas avec les nombreuses dictatures latino-américaines, il lui arrive de plus en plus souvent de s’opposer avec acharnement à certaines « démocraties » où les citoyens et citoyennes votent, pourtant, pour élire leurs dirigeants et dirigeantes. Le commun des mortels peut penser qu’il y a là une contradiction, mais qu’il s’en garde bien.

Augusto Pinochet, ce dictateur qui a renversé par la force des armes le gouvernement démocratique de Salvador Allende et s’est imposé comme Président du Chili, définissait son gouvernement comme une « démocratie autoritaire ». Tout récemment, au Honduras, le gouvernement légitimement élu a été renversé par un coup d’État militaire sous prétexte de sauver la « démocratie ». Un simulacre d’élection a consacré le nouveau président en la personne de Porfirio Lobo que félicite, sur la présente photo, la Secrétaire d’État des États-Unis, Hilary Clinton. En 2002, au Venezuela, il y a eu un coup d’État militaire qui n’aura duré que quelques heures, mais dont l’objectif était, là encore, de « sauver la démocratie ». Dans ce dernier cas ce fut le peuple qui a décidé de « sauver sa démocratie ».

Ces exemples nous obligent à repenser un peu plus notre définition de la démocratie et surtout à mieux comprendre la démocratie pour laquelle nos soldats combattent. Le vote des citoyens et citoyennes ne semblent plus être l’élément le plus important. Si c’était le cas, la majorité des conflits que nous retrouvons en Amérique Latine et ailleurs dans le monde n’existerait tout simplement pas. Alors qu’a-t-elle de particulière cette démocratie, celle à laquelle l’Occident tient tellement?

Une bonne question et pas simple à répondre. Toutefois, pour aller à l’essentiel, certaines constantes permettent d’en circonscrire les principales caractéristiques. Ces constantes se ramènent principalement à quatre.

La première est que les intérêts et la sécurité nationale des États-Unis ont primauté sur toutes les autres valeurs : la vie, les droits de la personne, le droit des peuples, la Charte des Nations Unies, le droit international, les libertés fondamentales. Ces intérêts et cette sécurité nationale sont définis par l’élite dirigeante qui se garde bien d’en faire connaître les avenants et aboutissants. Il suffit de dire, pour justifier toute intervention, qu’il s’agit de l’intérêt et de la sécurité nationale des États-Unis.

La seconde est que le bloc des pays développés, y compris le Vatican, se retrouvent en partie dans ces intérêts et cette sécurité. En ce sens, les États-Unis peuvent compter sur leurs solidarités et leurs engagements dans les conflits qu’ils provoquent là où ils le décident. Ils sont comme tricotés serrés à l’intérieur d’un même système.

La troisième est l’effort déployé, dans chaque cas, pour mettre à contribution le Conseil de sécurité des Nations Unies. Cette couverture revêt une grande importance devant la communauté internationale. Toutes les initiatives, pouvant la favoriser, seront prises, mais si elles n’aboutissent pas, ils iront tout de même de l’avant, comme ce fut le cas en Irak et dans d’autres parties du monde.

La quatrième est que ces interventions doivent se réaliser, autant faire se peut, sous des vocables qui rejoignent la grande majorité des citoyens et citoyennes qui sont autant d’électeurs et d’électrices. Pour se faire, ils comptent d’une part sur un réseau exceptionnel qui met à contribution tous les moyens de communication et d’autre part sur les meilleurs spécialistes capables de transformer le vrai en faux, le noir en blanc, et de faire ressortir qu’à travers tous ces conflits c’est la lutte pour la « démocratie », la « liberté », le « respect des droits humains ». Les adversaires deviendront des « monstres » aux ambitions illimitées et leurs actions seront autant de crimes contre l’humanité.

Ces constantes permettent de dégager certaines caractéristiques de la démocratie compatible avec les intérêts des États-Unis et avec ceux de ses alliés. Je me permets d’en relever cinq :

1. Elle doit assurer en tout temps la primauté de leur pouvoir sur celui du peuple. Advenant un conflit entre ces deux pouvoirs, celui des États-Unis et de ses alliés devra prédominer.

2. Elle doit donner à ce pouvoir toutes les apparences de la démocratie élective de sorte que le peuple puisse s’y reconnaître comme s’il s’agissait du sien et de ses propres intérêts.

3. Elle doit s’assurer que le néo-libéralisme et le capitalisme règnent en maître sur les destinées du pays.

4. Elle ne doit pas hésiter à réprimer les contestataires en les transformant en terroristes et en criminels de droit commun.

5. Elle doit s’abstenir de liens privilégiés avec ceux et celles qui remettent en question ce système de tutelle et de dépendance.

Il ne s’agit évidemment que d’un survol rapide qui permet toutefois de mieux comprendre ce pourquoi des centaines de milliards $ sont dépensés chaque année et que des centaines de milliers de personnes sont tuées.

Oscar Fortin

Québec, le 13 mars, 2010

Visitez le blog d’Oscar Fortin

MECANOPOLIS

Petite banniere 400x50

 

00:46 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique, USA, Israël | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

Le FMI prévoit une contagion grecque

Les pays développés avec des déficits publics élevés doivent commencer dès aujourd’hui à préparer leurs opinions publiques aux mesures d’austérités qui seront nécessaires à partir de l’an prochain, a estimé dimanche le numéro deux du Fonds monétaire international.

fmi

Selon John Lipsky, directeur général adjoint du FMI, l’ampleur des ajustements qui vont devoir être mis en oeuvre est si vaste qu’ils risquent de se traduire par un recul des allocations santé et retraite, un gel des salaires publics et privés, une réduction des dépenses publiques et une hausse des impôts.

« Relever ce défi budgétaire est une priorité essentielle à court terme car les inquiétudes à propos de la soutenabilité en termes budgétaires pourraient entamer la confiance dans la reprise économique« , souligne John Lipsky dans un discours préparé en vue de son intervention devant le Forum de développement de la Chine.

« Déjà dans plusieurs pays avec des déficits et une dette particulièrement élevés, la prime sur le risque souverain a augmenté fortement, ce qui pèse sur les pays concernés et augmente le risque d’une possible contagion« , ajoute-t-il.

Pour la plupart des économies développées, il est pour l’instant approprié de conserver les mesures de soutien à l’économie mais l’assainissement des finances publiques devra démarrer dès l’an prochain si la reprise économique suit son cours, a expliqué le numéro deux du FMI.

Mecanopolis

USA, OBAMA, réforme sur la santé

Un Procureur général de la Floride va déposer une plainte avec neuf autres procureurs généraux opposés à la législation de la santé adoptée par le Congrès, a dit le lundi un porte-parole.

«La loi de réforme des soins de santé adoptée par la Chambre des représentants américaine hier soir constitue une violation flagrante de la Constitution américaine et empiète sur la souveraineté de chaque Etat, "Florida Attorney General Bill McCollum, un républicain, a déclaré dans un communiqué annonçant une conférence préparée nouvelles.

«Au nom de l'État de la Floride et des procureurs Générale de Caroline du Sud, Nebraska, Texas, Utah, Pennsylvanie, Washington, Dakota du Nord, Dakota du Sud et Alabama, si le Président signe le projet de loi en loi, nous déposerons un procès visant à protéger les droits et les intérêts des citoyens d'Amérique ».


http://www.infowars.com/florida-says-several-states-to-fi...

Petite banniere 400x50

 

00:27 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique, Obama, Trump, USA, Israël | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!