Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2009

Devons-nous nous préparer à la 3ème guerre mondiale ?

Le soutien inconditionnel de SARKOZY aux USA et à Israël mènera-t-il la France vers la 3ème guerre mondiale ?

LIBAN : le contingent français de la FINUL annonce d’importants exercices
Des manœuvres de grande envergure pour faire face à toute éventuelle crise


Mercredi 24 juin 2009 - 15h54, par Chawki Freïha - Beyrouth

Du 2 au 4 juillet prochain, le bataillon français installé à At-Tiri (position 2.45 de l’UN) va mener un exercice de déploiement massif dans la zone dont il est responsable. Ces manœuvres ont pour but de tester les procédures françaises de déploiement militaire en cas d’urgence.

Ces manœuvres interviennent dix jours avant le troisième anniversaire de la guerre entre Israël et le Hezbollah, déclenchée par une opération du parti de Dieu, le 12 juillet 2006 (huit morts, dont deux récupérés par le Hezbollah). Elles mobilisent 400 soldats et 50 véhicules français, qui seront déployés sur le terrain de Dayr Kifa jusqu’à la Ligne Bleue (frontière libano-israélienne). Prévues à partir du 2 juillet à l’aube, elles devraient se dérouler sur deux ou trois jours et permettre de tester et de renforcer les capacités de déploiement et de contrôle des Casques bleus français, sur la totalité de leur zone d’opérations, dans un laps de temps le plus court possible.

Cet exercice ne concerne pas seulement les troupes de combat, mais engage tous les secteurs. Concrètement, tout en augmentant significativement le nombre de patrouilles sur le territoire, le système de défense des sites sera testé, de même que les communications radio, les procédures de dépannage et d’évacuation, le soutien logistique et d’approvisionnement, ainsi que les secours médicaux...

Selon un communiqué du quartier général du contingent français, « la contrainte majeure de ce genre de déploiements est l’obligation d’éviter tout dérangement pour les habitants du Sud Liban. Il est en effet important de ne pas créer un sentiment de rancœur contre la force d’intervention. Les itinéraires et les zones ont été repérées de façon à minimiser les perturbations ».

Interrogée par MediArabe.info à ce sujet, le lieutenant Solenn Olivier affirme que « tous les militaires français seront pratiquement sur le terrain, à l’exception de quelques éléments qui assureront la protection de leurs bases. Cet exercice concerne l’ensemble du matériel disponible. Les militaires seront amenés à dresser des camps et des hôpitaux de campagne, à évacuer, héberger et secourir des victimes... Le tout, pour être prêts à affronter toute éventuelle crise dans la région ». Mais la responsable de la communication dément formellement s’attendre à une dégradation de la situation entre le Liban et Israël. « Nos exercices font partie des entraînements de routine », a-t-elle a insisté.

Chawki Freïha

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info »

Source :
http://mediarabe.info/spip.php?article1725

Israël sera-t-il le déclencheur de la 3ème guerre mondiale ?

Israël sera-t-il le déclencheur de la 3è guerre mondiale ?


Israël a renforcé ses troupes sur la frontière libanaise.


L'armée israélienne a renforcé ses troupes à la frontière Libanaise par le développement de chars et de blindés pour la mise en place de renforts à proximité du Golan occupé et ses fermes de Sheeba.  A indiqué l'agence nationale libanaise.

Tant le Golan comme les Sheeba Farms (14 exploitations) ont subi  la guerre  des Six jours en 1967 et conquis la Syrie, bien que la Syrie, Israël et le Liban aient perdu les Sheeba Farms. Des avions et des hélicoptères israéliens survolent la région de matière intense . (belga/jv) (belga / ms)  25/06/09 21h50

Traduction :

http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=nl&u=http://www.hln.be/hln/nl/1281/Buitenland/article/detail/905307/2009/06/25/Israel-versterkt-troepen-aan-Libanese-grens.dhtml&ei=wBdESqjRL4XH-Qad-oAc&sa=X&oi=translate&resnum=1&ct=result&prev=/search%3Fq%3DIsrael%2Bversterkt%2Btroepen%2Baan%2BLibanese%2Bgrens%26hl%3Dfr%26rls%3DGFRD,GFRD:2009-24,GFRD:fr

Source : http://www.hln.be/hln/nl/1281/Buitenland/article/detail/905307/2009/06/25/Israel-versterkt-troepen-aan-Libanese-grens.dhtml

Déjà au début du mois de juin Israël se préparait à la guerre sur tous les fronts


Israël se prépare à la guerre sur tous les fronts

par Serge Dumont


Mondialisation.ca, Le 1 juin 2009
Le Temps

« Turning point 3 ». Tel est le nom de l’exercice de cinq jours qui mobilisera à partir de dimanche l’ensemble de la population et de l’armée israélienne contre les risques d’une attaque de grande ampleur.

Selon le scénario mis au point pour l’occasion, le déclenchement de nouvelles violences dans la bande de Gaza provoquerait l’insurrection de la population arabe israélienne puis le soulèvement des Palestiniens de Cisjordanie. S’ensuivrait une forte tension à la frontière nord de l’Etat hébreu qui déboucherait sur une guerre avec le Hezbollah, avec la Syrie et bien sûr avec l’Iran. Dans ce cadre, des roquettes palestiniennes Qassam, des roquettes iraniennes Fajr tirées à partir du Liban et de la Syrie ainsi que les nouveaux missiles iraniens s’abattraient sur l’ensemble de l’Etat hébreu.

Irréaliste ? En tout cas, de nombreux réservistes de la défense passive sont conviés à l’exercice. Mais d’autres manœuvres – beaucoup plus discrètes celles-là – sont d’ores et déjà en cours. Ces dernières semaines, des servants de batteries de missiles antimissiles Patriot ont ainsi été mobilisés pour une remise à niveau. Dans la foulée, des essais secrets d’un nouveau missile antimissile de fabrication israélienne ont été effectués. Avec succès, semble-t-il.

Quant à l’armée de l’air, elle a organisé durant trois jours des exercices de combat aérien censés opposer ses F-16 à de faux Mig 29 syriens. Enfin, des agents de l’Unité spéciale de sécurité de l’information (une branche des renseignements miliaires) ont simulé des tentatives d’effraction dans les bases les plus secrètes de l’armée afin de détecter les failles des procédures de sécurité.

L’opération « Turnig point 3 » est sans conteste la plus importante de l’histoire de l’Etat hébreu. La plus coûteuse aussi. A partir de dimanche, elle mobilisera 252 centres de crise répartis sur l’ensemble du territoire national ainsi que les administrations, les écoles et les hôpitaux. Le cabinet restreint de la sécurité siégera de manière permanente et dans un endroit gardé secret.

Le moment le plus sensible de « Turning point 3 » se déroulera mardi. Ce jour-là, au gré des alertes, les différents sièges du gouvernement et de la Knesset, l’état-major de l’armée et même le cabinet du premier ministre Benyamin Netanyahou seront évacués. Les élèves des écoles se précipiteront aux abris et la vie s’interrompra dans les villes où résonneront les sirènes.

Selon Benyamin Netanyahou, ces manœuvres ne seraient « qu’un exercice de routine prévu de longue date, annoncé dans la presse et visant à mieux coordonner les services d’alerte civils et militaires ». Mais pour le vice-ministre de la Défense, Matan Vilnaï, « Turning point 3 » est tout à fait réaliste. « Cet exercice se base sur la réalité, pas sur la fiction, a-t-il déclaré au début de la semaine. Nous ne voulons effrayer personne, mais devons nous préparer à un événement inéluctable. »

De fait, dans la perspective de ces manœuvres, les troupes israéliennes basées le long de la « ligne bleue » (la frontière avec le Liban) ont été placées en état de pré-alerte. Parce que le leader du Hezbollah Hassan Nasrallah a estimé dans un discours télévisé que « Turning point 3 » servirait, selon lui, à « préparer une nouvelle agression contre le Liban ». Et parce que l’organisation chiite vient de déployer de nouvelles batteries de missiles de moyenne portée susceptibles de frapper le cœur de l’Etat hébreu, ce qui constitue précisément le thème de « Turning point 3 ».

Les Israéliens – dont 80% se déclarent favorables à une frappe sur l’Iran selon les derniers sondages – sont en tout cas persuadés que les manœuvres de la semaine prochaine n’ont pas été déclenchées par hasard. Et qu’elles servent à « chauffer » l’opinion en vue d’une période difficile. Ils le sont d’autant plus que le gouvernement vient d’annoncer la prochaine distribution de masques à gaz à la population civile. Ceux-ci avaient été distribués à l’occasion de la première guerre du Golfe (1991) et récupérés en 2006. Ils ont depuis lors été remis en état et dotés de filtres plus performants.

Articles de Serge Dumont publiés par Mondialisation.ca


Source :
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13809

Analyse d'une publicité pour l'implant sous-cutané Verimed

jeudi 25 juin 2009 - Mouvement "J.A.M.E.H.!"

(Jamais Avec La Manipulation Electronique de l’Humain)

Découvrez le site : http://www.jameh.org/index.htm

L'objet de ce site est d'alerter chacun sur le péril que causerait l'utilisation des micropuces et des implants électroniques à notre intégrité d'Etre Humain et aux Droits Fondamentaux de chacun.

L'intégralité du contenu de ce site n'est pas de la science fiction.Il n'est pas non plus une composition d'un créateur de hoax [canular] .Tout ce que vous découvrirez est véridique et le fruit d'un travail documentaire et d'information d'un certain nombre de citoyens.

Les infos et les illustrations sont vérifiables auprès de leurs sources, connues comme dignes de foi.

Le Mouvement "JAMEH !" Alliance éthique pour la sauvegarde du libre-arbitre

Analyse d'une publicité pour l'implant sous-cutané Verimed

Fichier à télécharger à partir du lien ci-dessous


Analyse d'une publicité pour l'implant sous-cutané Verimed vendu par la société Verichip et visionnable sur la vidéo ci-dessous :

Nous vous invitons à la visionner d'abord avant de poursuivre la lecture de ce document

Cette vidéo fait la promotion de l'implant sous-cutané à visée médicale, et joue sur ce principe :

"quelle personnalité influente en parle positivement pour valoriser le produit et son image ?"

Effectuant un temps d'arrêt à 22 secondes, nous pouvons constater les éléments suggestifs suivants qui apparaissent en arrière plan, mais dont l'attention est détournée par les graphismes mouvants et les logos de Verimed.

On y voit la mention suivante : "There when you need it" : Là quand vous avez besoin de lui !


VERICHIP - VeriMed System Will Guide ER Patient's Therapy
More related videos from Asterpix

Images subliminales dans la vidéo

 

Nouvelle image (2).png


Comité Consultatif National d'Ethique pour les Sciences de la Vie et de la Santé
http://www.jameh.org/pdf/avis098.pdf

 

Brzezinski prévoyait la provocation de l'Iran

Un petit rappel salutaire !

Brzezinski prévoyait en mars 2007 la provocation de l'Iran par les USA en cas d'échec US de la guerre en Irak.

 

25/06/2009

Loi de Programmation Militaire : Ce qui est prévu pour la marine

Quels sont tous ces préparatifs ?
Nous préparait-on à une 3ème guerre mondiale ?
Est-ce pour mettre ces plans en place que Sarkozy a annoncé un emprunt de l'Etat ?

Loi de Programmation Militaire : Ce qui est prévu pour la marine

24/06/2016110.jpg

La frégate Chevalier Paul, du type Horizon
crédits : © PHILIP PLISSON

Il y a une semaine, l'Assemblée nationale adoptait en première lecture le projet de Loi de programmation militaire (LPM ) pour la période 2009-2014, par 313 voix contre 173. La LPM définit les grandes orientations de la Défense en hommes, infrastructures et matériels. Elle a mission de prévoir les moyens des armées pour les six années à venir. Le projet de LPM 2009-2014, décline ainsi les recommandations du Livre blanc sur la Défense et la sécurité nationale. Il prévoit une enveloppe de 185 milliards d'euros au bénéfice de la Défense, dont 101 milliards consacrés à l'équipement des forces armées. L'effort d'équipement des armées s'articulera en deux phases : 2009-2014, correspondant à la LPM qui vient d'être examinée par les députés, puis 2015-2020, sur la LPM suivante. De nombreux programmes concernent la Marine nationale, dont le rôle stratégique a été confirmé par le Livre Blanc. Suivant les recommandations de ce dernier, la France devra être en mesure de déployer une force navale ou aéronavale de combat de 2 à 3 groupes d'intervention.

 


Le SNLE Le Terrible (© DCNS)


Renouvellement de la force de dissuasion

Le Livre Blanc maintient la dissuasion comme garantie ultime de la sécurité et de l'indépendance de la France. A côté des deux escadrons spécialisés de l'Armée de l'Air (40 appareils), l'essentiel de cette capacité est assurée par la Marine nationale au sein de la Force Océanique Stratégique (FOST) et du groupe aérien embarqué sur porte-avions, au travers des Super Etendard Modernisés (SEM) puis les Rafale. La permanence de la composante océanique sera assurée par quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE). Ils seront progressivement armés, à partir de 2010, de missiles intercontinentaux M51 équipés de têtes nucléaires TN75 (jusqu'à 6 par missile) et dont la portée est donnée à 9000 kilomètres. Ces têtes seront remplacées à partir de 2015 par les têtes nucléaires océaniques (TNO) adaptées à de plus longues portées.



Rafale Marine doté d'un ASMPA (© DASSAULT AVIATION)


Le renouvellement de la flotte des sous-marins de la composante océanique s'achèvera en 2010 avec la livraison du quatrième SNLE de nouvelle génération, Le Terrible, en version M51. À partir de 2010, les trois premiers bâtiments de la série seront à leur tour adaptés au M51. Des efforts de modernisation seront entrepris pour assurer la sûreté de la composante océanique. Le renouvellement des SNA et des frégates anti-sous-marines, ainsi que le maintien des capacités des avions de patrouille maritime constitueront à cet égard une priorité, précise la LPM.
Concernant la composante aéroportée, celle-ci bénéficiera de la mise en service du Rafale et de missiles air-sol moyenne portée améliorés (ASMPA) équipés d'une nouvelle tête nucléaire aéroportée (TNA). Les Mirage 2000 N K3 et les Rafale porteurs de l'ASMPA rentreront progressivement en service à partir de 2009. Le premier escadron Rafale à capacité nucléaire sera opérationnel en 2010 mais le porte-avions Charles De Gaulle pourra mettre en oeuvre l'ASMPA dès cette année.



SNA du type Barracuda (© DCNS)


Les sous-marins nucléaires d'attaque

Le renouvellement des sous-marins nucléaires d'attaque est affiché comme une priorité. Ces bâtiments apportent une contribution essentielle à la sûreté de la FOST et à la protection du groupe aéronaval. Ils participent également aux opérations spéciales, aux frappes dans la profondeur et à la maîtrise de l'espace aéro-maritime.
Le programme des 6 SNA du type Barracuda verra la livraison de la tête de série, le Suffren, en 2017. Confié à DCNS, qui réalise les sous-marins à Cherbourg, ce programme permettra le remplacement des SNA du type Rubis, entrés en service entre 1983 et 1993. Les Barracuda seront livrés à un rythme moyen d'une unité tous les deux ans. Ils mettront en oeuvre la nouvelle torpille lourde F21, le missile de croisière Scalp naval et un moyen de mise en oeuvre de nageurs de combat.



FREMM (© DCNS)

Frégates européennes multi-missions

Prévue initialement pour comprendre 17 unités, le programme des frégates européennes multi-missions (FREMM), a été ramené, dans un premier temps, à 9 exemplaires. Les 8 autres, qui devaient succéder aux avisos du type A69, ne verront pas le jour. Les FREMM maintenues remplaceront, nombre pour nombre, les 9 frégates de lutte anti-sous-marine des types F67 (Tourville) et F70 ASM (Georges Leygues). Construites par DCNS à Lorient, les FREMM voient le rythme de production considérablement réduit par rapport au schéma initial. La tête de série, l'Aquitaine, sera livrée en 2012 et la seconde frégate, la Normandie, ne le sera qu'en 2014. La dernière devrait entrer en flotte en 2022.
Les FREMM embarqueront le Scalp Naval à partir de 2013 (16 munitions), le missile surface-air Aster 15 (16 munitions), le missile antinavire Exocet MM40 Block3 (8 munitions), la torpille anti-sous-marine MU90 (19 munitions) et l'hélicoptère de combat anti-sous-marin NH 90.
La construction de deux frégates de défense aériennes supplémentaires du type Horizon ayant été jugé trop onéreux, deux FREMM supplémentaires, en version antiaérienne, seront commandées. Les FREDA remplaceront les Cassard et Jean Bart vers 2020.
La série comprendra donc, au total, 11 frégates, ce qui permettra d'atteindre, en 2023, le format de 18 frégates de premier rang fixé par le Livre Blanc (2 Horizon, 11 FREMM, 5 La Fayette).



Le BPC Mistral (© JEAN-LOUIS VENNE)


La capacité amphibie

Après la livraison des bâtiments de projection et de commandement Mistral et Tonnerre, en 2006 et 2007, un troisième BPC a été notifié en avril 2009 au titre du plan de relance de l'économie. Ce navire sera en service en 2012. La protection des BPC sera améliorée, probablement avec l'ajout de canons de 30mm. Pour équiper les bâtiments de projection et de commandement, ainsi que les transports de chalands de débarquement (TCD), de nouveaux engins de débarquement amphibies rapides (EDA-R) vont remplacer l'actuelle batellerie. Quatre EDA-R ont été commandés à CNIM, quatre autres devant l'être ultérieurement. Le premier doit être livré au premier semestre 2011. En outre, des véhicules amphibies seront livrés dans le cadre du programme de véhicules de haute mobilité (VHM) dont les premières livraisons interviendront en 2011.
En matière de transport de fret et de matériels au profit des armées, un contrat de partenariat avec l'État portera sur la mise à disposition d'une capacité de transport maritime composée de 5 navires à partir de 2013 (contre 3 depuis 2008).



Torpilles MU90 (© MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)


Mise à niveau des stocks de munitions et sûreté d'approvisionnement

L'approvisionnement en munitions sera adapté aux besoins des opérations et, le cas échéant, à ceux de montée en puissance face à un conflit majeur. Ceci concerne l'ensemble des munitions, y compris celles de petit calibre, précise le projet de LPM.
300 torpilles légères MU 90 auront été livrées d'ici 2011 sur frégates, hélicoptères de combat et avions de patrouille maritime. La famille Exocet restera à moyen terme l'armement missile antinavires, les missiles bénéficiant d'une rénovation.
Les capacités de frappe de précision seront privilégiées, soit pour des actions dans la profondeur, soit pour l'appui des forces au contact. Le missile de croisière naval sera livré à partir de 2013 avec un objectif de 60 unités sur la durée de la programmation, et une cible totale de 200 missiles.
Du côté des avions de combat (air et marine), la version métrique de l'armement air-sol modulaire (AASM), capable de traiter avec une grande précision des objectifs, de jour comme de nuit et à distance de sécurité, sera opérationnelle en 2009. 1540 kits décamétriques et métriques seront livrés d'ici 2014 et 2350 d'ici 2017. La capacité de frappe par tout temps sera également améliorée à très court terme par la mise en service de munitions de précision à guidage dual (laser et GPS).



Le BSR Elan (© MARINE NATIONALE)


Sauvegarde maritime

La sauvegarde maritime participe à la fonction protection et aux missions d'action de l'État en mer. Elle s'appuie sur un ensemble de moyens armés par la marine et par la gendarmerie maritime. Huit nouveaux bâtiments de soutien et d'assistance hauturiers (BSAH) remplaceront à partir de 2014 la flotte actuelle. Selon le projet de LPM, leur caractère dual permet d'envisager un contrat de partenariat avec l'État. Les BSAH remplaceront les bâtiments de soutien de région (BSR), les remorqueurs de haute mer (RHM), les remorqueurs ravitailleurs (RR) et les bâtiments de soutient, d'assistance et de lutte contre la pollution (BSAD). Onze de ces unités sont actuellement en service.

La plupart des moyens de surveillance et d'intervention maritime devant être retirés du service dans les années à venir (notamment les P400), la capacité sera maintenue grâce à la conversion en patrouilleurs hauturiers, en 2009, des 9 avisos du type A69 et à la conversion en avions de surveillance maritime de 4 Atlantique 2. Quatre avions Falcon 50, retirés de la flotte à usage gouvernemental, viendront compléter les 4 Falcon M déjà en service.
À plus longue échéance, de nouveaux patrouilleurs hauturiers seront livrés à partir de 2017. Le renouvellement des capacités aériennes de surveillance et d'intervention maritime est prévu à partir de 2018.

Le système SPATIONAV, qui fédère et redistribue les informations des senseurs, est en cours de déploiement sur l'ensemble des façades maritimes métropolitaines ainsi qu'aux Antilles-Guyane. La version suivante, mise en service à partir de 2011, intégrera de nouveaux capteurs et sera interconnectable avec les systèmes équivalents européens.




Le projet PA2, tel qu'étudié jusqu'en 2008 (© DCNS)


La seconde phase du renouvellement sur la période 2015-2020

Durant la seconde phase (2015-2020), l'accent sera porté principalement sur les opérations aéromaritimes et aériennes. On assistera, notamment, à l'accélération du renouvellement de la flotte de surface.
Un choix important interviendra sur la permanence du groupe aéronaval. La décision concernant la construction du deuxième porte-avions sera prise en 2011/2012. Des études d'architecture, en particulier sur la propulsion (nucléaire ou classique), se poursuivront d'ici là. En parallèle, précise le projet de loi, une initiative d'interopérabilité aéronavale européenne (IIAE) visera à accroître la capacité d'action de l'Europe dans ce domaine.
Sur la seconde LPM, le programme des frégates européennes multi-missions (FREMM) sera poursuivi, les livraisons s'échelonnant jusqu'en 2022, y compris les deux FREDA, adaptée à la mission de défense aérienne et anti-missiles de zone au profit d'un groupe naval.
En matière de guerre des mines, le système de lutte anti-mines futur (SLAMF) reposera sur des drones de surface et sous marins, et sur des bâtiments bases. Ce projet fait l'objet d'une recherche de coopération au sein de l'agence européenne de défense (AED). La livraison d'une première capacité est prévue vers 2018.
Dans le domaine amphibie, la réalisation du quatrième et dernier BPC est prévue, pour une mise en service à l'horizon 2020. Les BPC 3 et 4 doivent remplacer les deux TCD du type Foudre, opérationnels depuis 1990 et 1998. On notera que, si le planning est maintenu, la livraison du quatrième BPC interviendrait 14 ans après celle de la tête de série.



Les bâtiments de ravitaillement Marne et Var (© MARINE NATIONALE)


La succession de la flotte logistique est également prévue. Celle-ci doit pouvoir soutenir simultanément un groupe aéronaval et un groupe amphibie ou une force d'action navale sur deux théâtres d'opérations distincts. Selon le projet de LPM, un parc de quatre pétroliers ravitailleurs demeure nécessaire pour le soutien en carburants, vivres, munitions de ces groupes et pour le ravitaillement d'une opération aéroterrestre. Quatre navires seront livrés entre 2017 et 2020.
Dans le domaine des armements, un missile antinavire léger (ANL) pour hélicoptère destiné au combat en zone littorale et au combat asymétrique sera acquis à l'horizon 2018. Sur la période de la seconde LPM, les SNA et les SNLE seront équipés de la nouvelle torpille lourde (à partir de 2015). Le missile air-air à longue portée Météor, conçu par MBDA et devant équiper le Rafale, doit également entrer en service. Les efforts se poursuivront en parallèle pour développer des drones, notamment navals, et les intégrer dans les forces.
Enfin, concernant les avions de patrouille maritime, 22 Atlantique 2 seront rénovés, 4 voyant leur utilisation limitée aux missions de surveillance.

Source : http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=110633