Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2009

Iran : La fraude électorale télécommandée (1) ?

Quelques articles de la presse non alignée (donc libre) pour vous permettre de vous forger une opinion par vous-mêmes ?

La technique des coups d’État par en bas
La « révolution colorée » échoue en Iran
par Thierry Meyssan*

La « révolution verte » de Téhéran est le dernier avatar des « révolutions colorées » qui ont permis aux États-unis d’imposer des gouvernements à leur solde dans plusieurs pays sans avoir à recourir à la force. Thierry Meyssan, qui a conseillé deux gouvernements face à ces crises, analyse cette méthode et les raisons de son échec en Iran.

1453487-1931949.jpg

Les « révolution colorées » sont aux révolutions ce que le Canada Dry est à la bière. Elles y ressemblent, mais n’en ont pas la saveur. Ce sont des changements de régime ayant l’apparence d’une révolution, en ce qu’ils mobilisent de vastes segments du Peuple, mais relevant du coup d’État, en ce qu’il ne visent pas à changer les structures sociales, mais à substituer une élite à une autre pour conduire une politique économique et étrangère pro-US. La « révolution verte » de Téhéran en est le dernier exemple.

Origine du concept

Ce concept est apparu dans les années 90, mais trouve ses origines dans les débats US des années 70-80. Après les révélations en chaîne sur les coups d’État fomentés par la CIA dans le monde, et le grand déballage des commissions parlementaires Church et Rockefeller [1], l’amiral Stansfield Turner fut chargé par le président Carter de nettoyer l’agence et de cesser tout soutien aux « dictatures maison ». Furieux, les sociaux démocrates états-uniens (SD/USA) quittèrent le Parti démocrate et rejoignirent Ronald Reagan. Il s’agissait de brillants intellectuels trotskistes [2], souvent liés à la revue Commentary. Lorsque Reagan fut élu, il leur confia la tâche de poursuivre l’ingérence US, mais par d’autres moyens. C’est ainsi qu’ils créent en 1982 la National Endowment for Democracy (NED) [3] et, en 1984, l’United States Institute for Peace (USIP). Les deux structures sont organiquement liées : des administrateurs de la NED siègent au conseil d’administration de l’USIP et vice-versa.

Juridiquement, la NED est une association à but non lucratif, de droit US, financée par une subvention annuelle votée par le Congrès à l’intérieur du budget du département d’État. Pour mener ses actions, elle les fait co-financer par l’US Agency for International Development (USAID), elle-même rattachée au département d’État.

En pratique, cette structure juridique n’est qu’un paravent utilisé conjointement par la CIA états-unienne, le MI6 britannique et l’ASIS australien (et occasionnellement par les services canadiens et néo-zélandais).

La NED se présente comme un organe de « promotion de la démocratie ». Elle intervient soit directement ; soit par ses quatre tentacules : l’une destinée à corrompre les syndicats, une seconde chargée de corrompre les patronats, une troisième pour les partis de gauche et une quatrième pour ceux de droite ; soit encore par l’intermédiaire de fondations amies, telles que la Westminster Foundation for Democracy (Royaume-Uni), l’International Center for Human Rights and Democratic Development (Canada), la Fondation Jean-Jaurès et la Fondation Robert-Schuman (France), l’International Liberal Center (Suède), l’Alfred Mozer Foundation (Pays-Bas), la Friedrich Ebert Stiftung, la Friedrich Naunmann Stiftung, la Hans Seidal Stiftung et la Heinrich Boell Stiftung (Allemagne). La NED revendique avoir corrompu ainsi plus de 6 000 organisations dans le monde en une trentaine d’années. Tout ça, bien entendu, étant camouflé sous l’apparence de programmes de formation ou d’assistance.

fr-NED-2.gif

L’USIP, quant à lui, est une institution nationale états-unienne. Il est subventionné annuellement par le Congrès dans le budget du département de la Défense. À la différence de la NED, qui sert de couverture aux services des trois États alliés, l’USIP est exclusivement états-unien. Sous couvert de recherche en sciences politique, il peut salarier des personnalités politiques étrangères.

Dès qu’il a disposé de ressources, l’USIP a financé une nouvelle et discrète structure, l’Albert Einstein Institution [4]. Cette petite association de promotion de la non-violence était initialement chargée d’imaginer une forme de défense civile pour les populations d’Europe de l’Ouest en cas d’invasion par le Pacte de Varsovie. Elle a rapidement pris son autonomie et modélisé les conditions dans lesquelles un pouvoir étatique, de quelque nature qu’il soit, peut perdre son autorité et s’effondrer.

Premières tentatives

La première tentative de « révolution colorée » a échoué en 1989. Il s’agissait de renverser Deng Xiaoping en s’appuyant sur un de ses proches collaborateurs, le secrétaire général du Parti communiste chinois Zhao Ziyang, de manière à ouvrir le marché chinois aux investisseurs états-uniens et à faire entrer la Chine dans l’orbite US. Les jeunes partisans de Zhao envahirent la place Tienanmen [5]. Ils furent présentés par les médias occidentaux comme des étudiants a-politiques se battant pour la liberté face à l’aile traditionnelle du Parti, alors qu’il s’agissait d’une dissidence à l’intérieur du courant de Deng entre nationalistes et pro-US. Après avoir longtemps résisté aux provocations, Deng décida de conclure par la force. La répression fit entre 300 et 1000 morts selon les sources.
20 ans plus tard, la version occidentale de ce coup d’État raté n’a pas variée. Les médias occidentaux qui ont couvert récemment cet anniversaire en le présentant comme une « révolte populaire » se sont étonnés de ce que les Pékinois n’ont pas gardé souvenir de l’événement. C’est qu’une lutte de pouvoir au sein du Parti n’avait rien de « populaire ». Ils ne se sentaient pas concernés.

La première « révolution colorée » réussit en 1990. Alors que l’Union soviétique était en cours de dissolution, le secrétaire d’État James Baker se rendit en Bulgarie pour participer à la campagne électorale du parti pro-US, abondamment financé par la NED [6]. Cependant, malgré les pressions du Royaume-Uni, les Bulgares, effrayés par les conséquences sociales du passage de l’URSS à l’économie de marché, commirent l’impardonnable faute d’élire au Parlement une majorité de post-communistes. Alors que les observateurs de la Communauté européenne certifièrent la bonne tenue du scrutin, l’opposition pro-US hurla à la fraude électorale et descendit dans la rue. Elle installa un campement au centre de Sofia et plongea le pays dans le chaos six mois durant, jusqu’à ce que le Parlement élise le pro-US Zhelyu Zhelev comme président.

La « démocratie » : vendre son pays à des intérêts étrangers à l’insu de sa population

Depuis lors, Washington n’a cessé d’organiser des changements de régime, un peu partout dans le monde, par l’agitation de rue plutôt que par des juntes militaires. Il importe ici de cerner les enjeux.
Au-delà du discours lénifiant sur la « promotion de la démocratie », l’action de Washington vise à l’imposition de régimes qui lui ouvrent sans conditions les marchés intérieurs et s’alignent sur sa politique étrangère. Or, si ces objectifs sont connus des dirigeants des « révolutions colorées », ils ne sont jamais discutés et acceptés par les manifestants qu’ils mobilisent. Et, dans le cas où ces coup d’État réussissent, les citoyens ne tardent pas à se révolter contre les nouvelles politiques qu’on leur impose, même s’il est trop tard pour revenir en arrière.
Par ailleurs, comment peut-on considérer comme « démocratiques » des oppositions qui, pour prendre le pouvoir, vendent leur pays à des intérêts étrangers à l’insu de leur population ?

En 2005, l’opposition kirghize conteste le résultat des élections législatives et amène à Bichkek des manifestants du Sud du pays. Ils renversent le président Askar Akaïev. C’est la « révolution des tulipes ». L’Assemblée nationale élit comme président le pro-US Kourmanbek Bakiev. Ne parvenant pas à maîtriser ses supporters qui pillent la capitale, il déclare avoir chassé le dictateur et feint de vouloir créer un gouvernement d’union nationale. Il fait sortir de prison le général Felix Kulov, ancien maire de Bichkek, et le nomme ministre de l’Intérieur, puis Premier ministre. Lorsque la situation est stabilisée, Bakaiev se débarrasse de Kulov et vend, sans appel d’offre et avec des dessous de table conséquents, les quelques ressources du pays à des sociétés US et installe une base militaire US à Manas. Le niveau de vie de la population n’a jamais été aussi bas. Felix Kulov propose de relever le pays en le fédérant, comme par le passé, à la Russie. Il ne tarde pas à retourner en prison.

Un mal pour un bien ?

On objecte parfois, dans le cas d’États soumis à des régimes répressifs, que si ces « révolutions colorées » n’apportent qu’une démocratie de façade, elles procurent néanmoins un mieux-être aux populations. Or, l’expérience montre que rien n’est moins sûr. Les nouveaux régimes peuvent s’avérer plus répressifs que les anciens.

En 2003, Washington, Londres et Paris [7] organisent la « révolution des roses » en Géorgie [8]. Selon un schéma classique, l’opposition dénonce des fraudes électorales lors des élections législatives et descend dans la rue. Les manifestants contraignent le président Edouard Chevardnadze à fuir et prennent le pouvoir. Son successeur Mikhail Saakachvili ouvre le pays aux intérêts économiques US et rompt avec le voisin russe. L’aide économique promise par Washington pour se substituer à l’aide russe ne vient pas. L’économie, déjà compromise, s’effondre. Pour continuer à satisfaire ses commanditaires, Saakachvili doit imposer une dictature [9] et [9bis]. Il ferme des médias et remplit les prisons, ce qui n’empêche absolument pas la presse occidentale de continuer à le présenter comme « démocrate ». Condamné à la fuite en avant, Saakachvili décide de se refaire une popularité en se lançant dans une aventure militaire. Avec l’aide de l’administration Bush et d’Israël auquel il a loué des bases aériennes, il bombarde la population d’Ossétie du Sud, faisant 1600 morts, dont la plupart ont la double nationalité russe. Moscou riposte. Les conseillers états-uniens et israéliens s’enfuient [10]. La Géorgie est dévastée.

Assez !

Le mécanisme principal des « révolutions colorées » consiste à focaliser le mécontentement populaire sur la cible que l’on veut abattre. Il s’agit d’un phénomène de psychologie des masses qui balaye tout sur son passage et auquel aucun obstacle raisonnable ne peut être opposé. Le bouc-émissaire est accusé de tous les maux qui accablent le pays depuis au moins une génération. Plus il résiste, plus la colère de la foule croît. Lorsqu’il cède ou qu’il esquive, la population retrouve ses esprits, les clivages raisonnables entre ses partisans et ses opposants réapparaissent.

En 2005, dans les heures qui suivent l’assassinat de l’ex-Premier ministre Rafik Hariri, la rumeur se répand au Liban qu’il a été tué par « les Syriens ». L’armée syrienne, qui —en vertu de l’Accord de Taëf— maintient l’ordre depuis la fin de la guerre civile, est conspuée. Le président syrien, Bachar el-Assad, est personnellement mis en cause par les autorités états-uniennes, ce qui tient lieu de preuve pour l’opinion publique. À ceux qui font remarquer que —malgré des moments orageux— Rafik Hariri a toujours été utile à la Syrie et que sa mort prive Damas d’un collaborateur essentiel, on rétorque que le « régime syrien » est si mauvais en soi qu’il ne peut s’empêcher de tuer même ses amis. Les Libanais appellent de leurs vœux un débarquement des GI’s pour chasser les Syriens. Mais, à la surprise générale, Bachar el-Assad, considérant que son armée n’est plus la bienvenue au Liban alors que son déploiement lui coûte cher, retire ses hommes. Des élections législatives sont organisées qui voient le triomphe de la coalition « anti-syrienne ». C’est la « révolution du cèdre ». Lorsque la situation se stabilise, chacun se rend compte et que, si des généraux syriens ont par le passé pillé le pays, le départ de l’armée syrienne ne change rien économiquement. Surtout, le pays est en danger, il n’a plus les moyens de se défendre face à l’expansionnisme du voisin israélien. Le principal leader « anti-syrien », le général Michel Aoun, se ravise et passe dans l’opposition. Furieux, Washington multiplie les projets pour l’assassiner. Michel Aoun s’allie au Hezbollah autour d’une plate-forme patriotique. Il était temps : Israël attaque.

Dans tous les cas, Washington prépare à l’avance le gouvernement « démocratique », ce qui confirme bien qu’il s’agit d’un coup d’État déguisé. La composition de la nouvelle équipe est gardée secrète le plus longtemps possible. C’est pourquoi la désignation du bouc-émissaire se fait sans jamais évoquer d’alternative politique.

En Serbie, les jeunes « révolutionnaires » pro-US ont choisi un logo appartenant à l’imaginaire communiste (le poing levé) pour masquer leur subordination aux États-Unis. Ils ont pris comme slogan « Il est fini ! », fédérant ainsi les mécontents contre la personnalité de Slobodan Milosevic qu’ils ont rendu responsable des bombardements du pays pourtant effectués par l’OTAN. Ce modèle a été dupliqué en nombre, par exemple le groupe Pora ! en Ukraine, ou Zubr en Biélorussie.

Une non-violence de façade

Les communicants du département d’État veillent à l’image non-violente des « révolutions colorées ». Toutes mettent en avant les théories de Gene Sharp, fondateur de l’Albert Einstein Institution. Or, la non-violence est une méthode de combat destinée à convaincre le pouvoir de changer de politique. Pour qu’une minorité s’empare du pouvoir et l’exerce, il lui faut toujours, à un moment ou à un autre, utiliser la violence. Et toutes les « révolutions colorées » l’ont fait.

JPEG - 5.4 ko

Srdja Popovic (à gauche),
leader serbe du mouvement
Otpor, Gene Sharp,fondateur
de l’Albert Einstein Institution
(au centre)et son adjoint le
colonel Robert Helvey,
doyen de l’École de formation
des attachés militaires
d’ambassade.

En 2000, alors que le mandat du président Slobodan Milosevic courait encore pour un an, il convoqua des élections anticipées. Lui-même et son principal opposant, Vojislav Koštunica, se retrouvèrent en ballotage. Sans attendre le second tour de scrutin, l’opposition cria à la fraude et descendit dans la rue. Des milliers de manifestants affluèrent vers la capitale, dont les mineurs de Kolubara. Leurs journées de travail étaient indirectement payées par la NED, sans qu’ils aient conscience d’être rémunérés par les États-Unis. La pression de la manifestation étant insuffisante, les mineurs attaquèrent des bâtiments publics avec des bulldozers qu’ils avaient acheminé avec eux, d’où le nom de « révolution des bulldozers ».

Dans le cas où la tension s’éternise et que des contre-manifestations s’organisent, la seule solution pour Washington est de plonger le pays dans le chaos. Des agents provocateurs sont alors postés dans les deux camps qui tirent sur la foule. Chaque partie peut constater que ceux d’en face ont tiré alors qu’ils s’avançaient pacifiquement. L’affrontement se généralise.

En 2002, la bourgeoisie de Caracas descend dans la rue pour conspuer la politique sociale du président Hugo Chavez [11]. Par d’habiles montages, les télévisions privées donnent l’impression d’une marée humaine. Ils sont 50 000 selon les observateurs, 1 million d’après la presse et le département d’État. Survient alors l’incident du pont Llaguno. Les télévisions montrent clairement des pro-chavistes armes à la main tirant sur la foule. Dans une conférence de presse, le général de la Garde nationale et vice-ministre de la sécurité intérieure confirme que les « milices chavistes » ont tiré sur le peuple faisant 19 morts. Il démissionne et appelle au renversement de la dictature. Le président ne tarde pas à être arrêté par des militaires insurgés. Mais le Peuple par millions descend dans la capitale et rétablit l’ordre constitutionnel.
Une enquête journalistique ultérieure reconstituera en détail la tuerie du pont Llaguno. Elle mettra en évidence un montage fallacieux des images, dont l’ordre chronologique a été falsifié comme l’attestent les cadrans des montres des protagonistes. En réalité, ce sont les chavistes qui étaient agressés et qui, après s’être repliés, tentaient de se dégager en utilisant des armes à feu. Les agents provocateurs étaient des policiers locaux formés par une agence US [12].

En 2006, la NED réorganise l’opposition au président kenyan Mwai Kibaki. Elle finance la création du Parti orange de Raila Odinga. Celui-ci reçoit le soutien du sénateur Barack Obama, accompagné de spécialistes de la déstabilisation (Mark Lippert, actuel chef de cabinet du conseiller de sécurité nationale, et le général Jonathan S. Gration, actuel envoyé spécial du président US pour le Soudan). Participant à un meeting d’Odinga, le sénateur de l’Illinois s’invente un vague lien de parenté avec le candidat pro-US. Cependant Odinga perd les élections législatives de 2007. Soutenu par le sénateur John McCain, en sa qualité de président de l’IRI (le pseudopode républicain de la NED), il conteste la sincérité du scrutin et appelle ses partisans à descendre dans la rue.
C’est alors que des messages SMS anonymes sont diffusés en masse aux électeurs de l’ethnie Luo. « Chers Kenyans, les Kikuyu ont volé l’avenir de nos enfants…nous devons les traiter de la seule manière qu’ils comprennent… la violence ». Le pays, pourtant un des plus stables d’Afrique, s’embrase soudainement. Après des journées d’émeutes, le président Kibaki est contraint d’accepter la médiation de Madeleine Albright, en sa qualité de présidente du NDI (le pseudopode démocrate de la NED). Un poste de Premier ministre est créé qui revient à Odinga. Les SMS de la haine n’ayant pas été envoyés depuis des installations kenyanes, on se demande quelle puissance étrangère a pu les expédier.

La mobilisation de l’opinion publique internationale

Au cours des dernières années, Washington a eu l’occasion de lancer des « révolutions colorées » avec la conviction qu’elles échoueraient à prendre le pouvoir mais qu’elle permettrait de manipuler l’opinion publique et les institutions internationales.

En 2007, de nombreux Birmans s’insurgent contre l’augmentation des prix du fuel domestique. Les manifestations dégénèrent. Les moines bouddhistes prennent la tête de la contestation. C’est la « révolution safran » [13]. En réalité, Washington n’a que faire du régime de Rangoon ; ce qui l’intéresse, c’est d’instrumenter le Peuple birman pour faire pression sur la Chine qui a des intérêts stratégiques en Birmanie (pipelines et base militaire de renseignement électronique). Dès lors, l’important est de mettre en scène la réalité. Des images prises par des téléphones portables apparaissent sur YouTube. Elles sont anonymes, invérifiables et hors contexte. Précisément, leur apparente spontanéité leur donne autorité. La Maison-Blanche peut imposer son interprétation des vidéos.

Plus récemment, en 2008, des manifestations estudiantines paralysent la Grèce à la suite du meurtre d’un jeune homme de 15 ans par un policier. Rapidement des casseurs font leur apparition. Ils ont été recrutés au Kosovo voisin et acheminés par autobus. Les centre-villes sont saccagés. Washington cherche à faire fuir les capitaux vers d’autres cieux et à se réserver le monopole des investissements dans les terminaux gaziers en construction. Une campagne de presse va donc faire passer le poussif gouvernement Karamanlis pour celui des colonels. Facebook et Twittter sont utilisés pour mobiliser la diaspora grecque. Les manifestations s’étendent à Istanbul, Nicosie, Dublin, Londres, Amsterdam, La Haye, Copenhague, Francfort, Paris, Rome, Madrid, Barcelone, etc.

La révolution verte

L’opération conduite en 2009 en Iran s’inscrit dans cette longue liste de pseudos révolutions. En premier lieu, le Congrès vote en 2007 une enveloppe de 400 millions de dollars pour « changer le régime » en Iran. Celle-ci s’ajoute aux budgets ad hoc de la NED, de l’USAID, de la CIA et tutti quanti. On ignore comment cet argent est utilisé, mais trois groupes principaux en sont destinataires : la famille Rafsandjani, la famille Pahlevi, et les Moudjahidines du peuple.

L’administration Bush prend la décision de commanditer une « révolution colorée » en Iran après avoir confirmé la décision de l’état-major de ne pas attaquer militairement ce pays. Ce choix est validé par l’administration Obama. Par défaut, on rouvre donc le dossier de « révolution colorée », préparé en 2002 avec Israël au sein de l’American Enterprise Institute. À l’époque j’avais publié un article sur ce dispositif [14]. Il suffit de s’y reporter pour identifier les protagonistes actuels : il a été peu modifié. Une partie libanaise a été ajoutée prévoyant un soulèvement à Beyrouth en cas de victoire de la coalition patriotique (Hezbollah, Aoun) aux élections législatives, mais elle a été annulée.

Le scénario prévoyait un soutien massif au candidat choisi par l’ayatollah Rafsandjani, la contestation des résultats de l’élection présidentielle, des attentats tous azimuts, le renversement du président Ahmadinejad et du guide suprême l’ayatollah Khamenei, l’installation d’un gouvernement de transition dirigé par Mousavi, puis la restauration de la monarchie et l’installation d’un gouvernement dirigé par Sohrab Sobhani.

Comme imaginé en 2002, l’opération a été supervisée par Morris Amitay et Michael Ledeen. Elle a mobilisé en Iran les réseaux de l’Irangate.
Ici un petit rappel historique est nécessaire. L’Irangate est une vente d’armes illicite : la Maison-Blanche souhaitait approvisionner en armes les Contras nicaraguayens (pour lutter contre les sandinistes) d’une part et l’Iran d’autre part (pour faire durer jusqu’à épuisement la guerre Iran-Irak), mais en était interdit par le Congrès. Les Israéliens proposèrent alors de sous-traiter les deux opérations à la fois. Ledeen, qui est double national États-unien/Israélien sert d’agent de liaison à Washington, tandis que Mahmoud Rafsandjani (le frère de l’ayatollah) est son correspondant à Téhéran. Le tout sur fond de corruption généralisée. Lorsque le scandale éclate aux États-Unis, une commission d’enquête indépendante est dirigée par le sénateur Tower et le général Brent Scowcroft (le mentor de Robert Gates).
Michael Ledeen est un vieux briscard des opérations secrètes. On le trouve à Rome lors de l’assassinat d’Aldo Moro, on le retrouve dans l’invention de la piste bulgare lors de la tentaive d’assassinat de Jean-Paul II, ou plus récemment dans l’invention de l’approvisionnement de Saddam Hussein en uranium nigérian. Il travaille aujourd’hui à l’American Enterprise Institute [15] (aux côtés de Richard Perle et Paul Wolfowitz) et à la Foundation for the Defense of Democracies [16].
Morris Amitay est ancien directeur de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC). Il est aujourd’hui vice-président du Jewish Institute for National Security Affairs (JINSA) et directeur d’un cabinet conseil pour de grandes firmes d’armement.

Le 27 avril dernier, Morris et Ledeen organisaient un séminaire sur l’Iran à l’American Enterprise Institute à propos des élections iraniennes, autour du sénateur Joseph Lieberman. Le 15 mai dernier, nouveau séminaire. La partie publique consistait en une table ronde animée par l’ambassadeur John Bolton à propos du « grand marchandage » : Moscou accepterait-il de laisser tomber Téhéran en échange du renoncement de Washington au bouclier anti-missile en Europe centrale ? L’expert français Bernard Hourcade participait à ces échanges. Simultanément, l’Institut lançait un site internet destiné à la presse dans la crise à venir : IranTracker.org. Le site inclut une rubrique sur les élections libanaises.

En Iran, il appartenait à l’ayatollah Rafsandjani de renverser son vieux rival, l’ayatollah Khamenei. Issu d’une famille d’agriculteurs, Hachemi Rafsandjani a fait fortune dans la spéculation immobilière sous le Chah. Il est devenu le principal grossiste en pistaches du pays et a arrondi sa fortune durant l’Irangate. Ses avoirs sont évalués à plusieurs milliards de dollars. Devenu l’homme le plus riche d’Iran, il a été successivement président du parlement, président de la République et aujourd’hui président du Conseil de discernement (instance d’arbitrage entre le parlement et le Conseil des gardiens de la constitution). Il représente les intérêts du bazar, c’est-à-dire des commerçants de Téhéran.
Durant la campagne électorale, Rafsandjani avait fait promettre à son ex-adversaire devenu son poulain, Mirhossein Mousavi, de privatiser le secteur pétrolier.

Sans connexion aucune avec Rafsandjani, Washington a fait appel aux Moudjahidines du peuple [17]. Cette organisation protégée par le Pentagone est considérée comme terroriste par le département d’État et l’a été par l’Union européenne. Elle a effectivement mené de terribles opérations dans les années 80, dont un méga-attentat qui coûta la vie à l’ayatollah Behechti ainsi qu’à quatre ministre, six ministres adjoints et le quart du groupe parlementaire du Parti de la république islamique. L’organisation est commandée par Massoud Rajavi, qui épouse en première noces la fille du président Bani Sadr, puis la cruelle Myriam en seconde noces. Son siège est installé en région parisienne et ses bases militaires en Irak, d’abord sous la protection de Saddam Husein, puis aujourd’hui sous celle du département de la Défense. Ce sont les Moudjahidines qui ont assuré la logistique des attentats à la bombe durant la campagne électorale [18]. C’est à eux qu’il revenait de provoquer des accrochages entre militants pro et anti-Ahmadinejad, ce qu’ils ont probablement fait.

Dans le cas où le chaos se serait installé, le Guide suprême aurait pu être renversé. Un gouvernement de transition, dirigé par Mirhussein Mousavi aurait privatisé le secteur pétrolier et rétabli la monarchie. Le fils de l’ancien Shah, Reza Cyrus Pahlavi, serait remonté sur le trône et aurait désigné Sohrab Sobhani comme Premier ministre.

Dans cette perspective, Reza Pahlavi a publié en février un livre d’entretiens avec le journaliste français Michel Taubmann. Celui-ci est directeur du bureau d’information parisien d’Arte et préside le Cercle de l’Observatoire, le club des néo-conservateurs français.

On se souvient que Washington avait prévu identiquement le rétablissement de la monarchie en Afghanistan. Mohammed Zaher Shah devait reprendre son trône à Kaboul et Hamid Karzai devait être son Premier ministre. Malheureusement, à 88 ans, le prétendant était devenu sénile. Karzai devint donc président de la République. Comme Karzai, Sobhani est double national états-unien. Comme lui, il travaille dans le secteur pétrolier de la Caspienne.

Côté propagande, le dispositif initial était confié au cabinet Benador Associates. Mais il a évolué sous l’influence de l’assistante du secrétaire d’État pour l’Éducation et la Culture, Goli Ameri. Cette iranienne-états-unienne est une ancienne collaboratrice de John Bolton. Spécialiste des nouveaux médias, elle a mis en place des programmes d’équipement et de formation à l’internet pour les amis de Rafsandjani. Elle a aussi développé des radios et télévisions en langue farsi pour la propagande du département d’État et en coordination avec la BBC britannique.

La déstabilisation de l’Iran a échoué parce que le principal ressort des « révolutions colorées » n’a pas été correctement activé. MirHussein Mousavi n’est pas parvenu à cristalliser les mécontentements sur la personne de Mahmoud Ahmadinejad. Le Peuple iranien ne s’est pas trompé, il n’a pas rendu le président sortant responsables des conséquences des sanctions économiques états-uniennes sur le pays. Dès lors, la contestation s’est limitée à la bourgeoisie des quartiers nord de Téhéran. Le pouvoir s’est abstenu d’opposer des manifestations les unes contre les autres et a laissé les comploteurs se découvrir.
Cependant, il faut admettre que l’intoxication des médias occidentaux a fonctionné. L’opinion publique étrangère a réellement cru que deux millions d’Iraniens étaient descendus dans la rue, lorsque le chiffre réel est au moins dix fois inférieur. Le maintien en résidence des correspondants de presse a facilité ces exagérations en les dispensant de fournir les preuves de leurs imputations.

Ayant renoncé à la guerre et échoué à renverser le régime, quelle carte reste-t-il dans les mains de Barack Obama ?

 Thierry Meyssan

Analyste politique, fondateur du Réseau Voltaire. Dernier ouvrage paru : L’Effroyable imposture 2 (le remodelage du Proche-Orient et la guerre israélienne contre le Liban).

[1] Les multiples rapports et documents publiés par ces commissions sont disponibles en ligne sur le site The Assassination Archives and Research Center. Les principaux extraits des rapports ont été traduits en français sous le titre Les Complots de la CIA, manipulations et assassinats, Stock, 1976, 608 pp.

[2] « Les New York Intellectuals et l’invention du néo-conservatisme », par Denis Boneau, Réseau Voltaire, 26 novembre 2004.

[3] « La NED, nébuleuse de l’ingérence démocratique », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 22 janvier 2004.

[4] « L’Albert Einstein Institution : la non-violence version CIA », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 4 janvier 2005.

[5] « Tienanmen, 20 ans après », par le professeur Domenico Losurdo, Réseau Voltaire, 9 juin 2009.

[6] À l’époque, la NED s’appuie en Europe orientale sur la Free Congress Foundation (FCF), animée par des républicains. Par la suite, cette organisation disparaît et cède la place à la Soros Foundation, animée par des démocrates, avec laquelle la NED fomente de nouveaux « changements de régime ».

[7] Soucieux d’apaiser les relations franco-US après la crise irakienne, le président Jacques Chirac tente de se rapprocher de l’administration bush sur le dos des Géorgiens, d’autant que la France a des intérêts économiques en Géorgie. Salomé Zourabichvili, n°2 des services secrets français, est nommée ambassadrice à Tbilissi, puis change de nationalité et devient ministre des Affaires étrangères de la « révolution des roses ».

[8] « Les dessous du coup d’État en Géorgie », par Paul Labarique, Réseau Voltaire, 7 janvier 2004.

[9] « Géorgie : Saakachvili jette son opposition en prison » et « Manifestations à Tbilissi contre la dictature des roses », Réseau Voltaire, 12 septembre 2006 et 30 septembre 2007.

[10] L’administration Bush espérait que ce conflit ferait diversion. Les bombardiers israéliens devaient simultanément décoller de Géorgie pour frapper l’Iran voisin. Mais, avant même d’attaquer les installations militaires géorgiennes, la Russie bombarde les aéroports loués à Israël et cloue ses avions au sol.

[11] « Opération manquée au Venezuela », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 18 mai 2002.

[12] Llaguno Bridge. Keys to a Massacre. Documentaire d’Angel Palacios, Panafilms 2005.

[13] « Birmanie : la sollicitude intéressée des États-Unis », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 5 novembre 2007.

[14] « Les bonnes raisons d’intervenir en Iran », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 12 février 2004.

[15] « L’Institut américain de l’entreprise à la Maison-Blanche », Réseau Voltaire, 21 juin 2004.

[16] « Les trucages de la Foundation for the Defense of Democracies », Réseau Voltaire, 2 février 2005.

[17] « Les Moudjahidin perdus », par Paul Labarique, Réseau Voltaire, 17 février 2004.

[18] « Le Jundallah revendique des actions armées aux côtés des Moudjahidines du Peuple », Réseau Voltaire, 13 juin 2009.

 

L'article original avec tous les liens actifs, ici : Voltaire net


 

Que recherche Israël au Liban ?

Nous sommes sans doute idiots, mais, nous nous posons la question légitime de savoir, ce que recherche Israël par le déploiement de ses forces militaires organisées depuis quelques jours aux frontières du Liban et pas seulement, par des survols en masse de chasseurs israéliens. Le fait constituant une nouvelle violation de l’espace aérien libanais et en même temps de la résolution 1701 du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Les provocations commenceraient-elles, en sachant qu'au travers de celles-ci c'est l'Iran qu'Israël chercherait à provoquer pour son soutien au Hezbollah ?

Mais, car il y un mais....... ce n'est pas le Hezbollah soutenu par l'Iran qui a gagné les élections présidentielles Libanaises  mais la coalition pro-occidentale soutenue par les USA et les Saoudiens, même si le Hezbollah a conservé une majorité de blocage.

Cherchons l'erreur ?

Un autre silence qui nous interpelle...? Celui des médias français et occidentaux sur ces questions....!!!!

Censure de la presse ?


Déploiement en masse de troupes israéliennes à proximité de la frontière libanaise
Vendredi, 26 Juin 2009 09:06


Beyrouth, le 26 juin – Des troupes de l’armée israélienne sont déployées en masse au niveau de la frontière au Sud Liban. Dans le cadre d’une activité militaire non usuelle, les forces israéliennes ont déployé des tanks de type Merkava ainsi que des transporteurs de troupes et d’autres véhicules militaires armés tout le long de la barrière de fils barbelés séparant les fermes de Chebaa des territoires libanais libérés, selon une dépêche de l’ANI. Des tirs sporadiques sont également entendus à ce niveau.

Des survols en masse des chasseurs israéliens renforcent ce déploiement, constituant une nouvelle violation de l’espace aérien libanais et en même temps de la résolution 1701 du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Les avions israéliens ont survolé les hameaux de Chebaa, les villages d’Al-Arkoub, asbaya, Marjeyoun, la Beqaa Ouest ainsi qu’Iklim el-Touffah.

A la périphérie de la localité d’Al-Abassiyé, les troupes de Tsahal ont érigé des fortifications et des barricardes dans le cadre de leur activité militaire aux alentours du poste d’Al-Douhayra, et des machines lourdes ainsi que des bulldozers et de larges grues sont également employés. Une activité similaire a lieu également près du poste de Jabal el-Cheikh.
Libnanews


Source : Libnanews

Que cherche Israël au Liban ?

Extrait d'un article :

22/06/2009 15:25:02 - Jeune Afrique- Par : Financial Times et Jeune Afrique 2009 -

On prend les mêmes...

La coalition pro-occidentale emmenée par Saad Hariri remporte contre toute attente les législatives. Mais le Hezbollah et ses alliés conservent une minorité de blocage.

Les élections libanaises du 7 juin vont sans doute déboucher sur la formation d’un gouvernement d’union nationale et sur un Parlement divisé. La coalition pro-occidentale emmenée par le Mouvement du futur de Saad Hariri l’a emporté contre toute attente (71 sièges).
Mais l’alliance conduite par le Hezbollah maintient ses positions et détient toujours une minorité de blocage au sein du gouvernement (57 sièges). En dépit d’une campagne extrêmement tendue, pas grand-chose ne devrait changer – il en aurait probablement été de même si le résultat avait été différent. Les contraintes sectaires liant la myriade de partis en une complexe équation de partage du pouvoir rendent très difficile toute modification du schéma politique.

Saad Hariri, le fils de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, assassiné en 2005 après une rupture officielle avec la Syrie, a néanmoins remporté une victoire remarquable. Le soutien des États-Unis et des Saoudiens, soucieux de circonvenir le Hezbollah, soutenu par l’Iran, n’a pas été de trop.

La suite ici : Jeune Afrique

 

 

Israël-Liban : rappel des faits

Pour comprendre ce qui se passe actuellement aux frontières du Liban avec le renforcement des armées Israéliennes, sous la houlette de la FINUL, forces françaises intérimaires. Il convient de rappeler que le 7 juin 2009 avaient lieu les élections présidentielles au Liban.

Ne trouvez-vous pas curieux que des troubles surviennent dans les pays musulmans à chaque occasion d'élections présidentielles ?

Ce fut le cas pour la Palestine en décembre 2008, puis pour les élections iraniennes du 12 juin 2009, et c'est encore le cas pour finir avec le Liban qui est encore actuellement en voie de constituer son gouvernement.

Israël avait proféré des menaces à l'encontre du Liban si le Hezbollah, soutenu par l'Iran, passait une nouvelle fois aux élections présidentielles.

Faudrait-il que les musulmans votent pour les partis qu'Israël et ses alliés occidentaux leur impose ?
Ensuite les pays occidentaux prétendront vouloir imposer par la force et la guerre : la démocratie ?


Petit rappel des faits :

Les perspectives israéliennes après les élections libanaises du 7 juin
http://www.lepouvoirmondial.com/archive/2009/06/26/les-pe...

LIBAN : le contingent français de la FINUL annonce d’importants exercices
http://www.lepouvoirmondial.com/archive/2009/06/26/devons...

Liban: Israël met la pression


AFP
08/06/2009 | Mise à jour : 10:00 | Commentaires 14 | Ajouter à ma sélection
Le prochain gouvernement libanais, issu des législatives tenues dimanche dans le pays, devra empêcher toute attaque anti-israélienne depuis son territoire, a déclaré aujourd'hui dans un communiqué le ministère israélien des Affaires étrangères.

"Il est du devoir de tout gouvernement formé à Beyrouth de s'assurer que le Liban ne sera pas utilisé comme une base de violence contre l'Etat d'Israël et les Israéliens", a affirmé le ministère dans ce communiqué.

"Israël considère le gouvernement libanais responsable de toute activité militaire ou hostile de quelque manière que ce soit émanant de son territoire", a-t-il ajouté.

"Le gouvernement du Liban doit agir pour renforcer la stabilité et la sécurité du pays, arrêter le trafic d'armes vers son territoire et appliquer les résolutions appropriées du Conseil de sécurité, principalement les résolutions 1559 et 1701", a-t-il poursuivi.

La coalition appuyée par l'Occident a remporté les législatives libanaises de dimanche face à l'alliance menée par le Hezbollah chiite.

Selon la chaîne de télévision Future TV de Saad Hariri, fils de l'ancien dirigeant assassiné Rafic Hariri, sa coalition devrait obtenir 71 sièges au Parlement qui en compte 128, soit la majorité absolue.Réagissant plus tôt à la défaite annoncée du Hezbollah, le ministre israélien des Transports, Israël Katz, avait affirmé que la milice chiite devait "maintenant être désarmée conformément aux accords conclus dans le passé".

Israël s'était ouvertement inquiété d'une victoire lors des législatives du Hezbollah, contre lequel il a mené une guerre de plus d'un mois à l'été 2006.

Source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/06/08/01011-200906...

On appelle cela la démocratie ?

Nette victoire au Liban de la coalition pro-occidentale sortante

BEYROUTH - La coalition pro-occidentale parvenue au pouvoir en 2005 au Liban, dans la foulée du départ de l'armée syrienne précipité par l'assassinat de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri, conserve la majorité absolue à la Chambre des députés, confirment les résultats officiels des législatives de la veille.

Joie des partisans de la coalition anti-syrienne, à Tripoli. Cette coalition menée par Saad Hariri, fils du Premier ministre assassiné Rafic Hariri, a conservé la majorité absolue à la Chambre des députés en devançant la coalition emmenée par le Hezbollah, à l'issue des élections législatives qui se sont déroulées dimanche au Liban. (Reuters/Omar Ibrahim)

Joie des partisans de la coalition anti-syrienne, à Tripoli. Cette coalition menée par Saad Hariri, fils du Premier ministre assassiné Rafic Hariri, a conservé la majorité absolue à la Chambre des députés en devançant la coalition emmenée par le Hezbollah, à l'issue des élections législatives qui se sont déroulées dimanche au Liban. (Reuters/Omar Ibrahim)

Le camp pro-syrien emmené par le Hezbollah, parrainé par l'Iran, et comprenant son alliée, la milice chiite Amal de Nabih Berri, président sortant de la Chambre, ainsi que le Courant patriotique libre de l'ex-général chrétien Michel Aoun, ancien chef de l'armée, a reconnu sa défaite.

Le bloc majoritaire conduit par le Courant du futur (sunnite) de Saad Hariri, fils du Premier ministre assassiné, et composé du Parti socialiste progressiste du leader druze Walid Djoumblatt et de deux mouvements chrétiens, les Forces libanaises et le Parti phalangiste, obtient 71 des 128 sièges en jeu, a annoncé le ministre de l'Intérieur Ziad Baroud.

Donnée comme probable vainqueur avec une étroite marge à la veille des élections, l'alliance d'opposition ne recueille que 57 sièges et, si les vainqueurs lui tendent la main pour qu'elle participe à un nouveau gouvernement d'unité, ils lui dénient cette fois la minorité de blocage qu'elle avait arrachée dans le cabinet d'unité sortant issu d'une médiation qatarie en 2008.

Ce dénouement est une surprise divine pour l'Arabie saoudite, l'Egypte, les Etats-Unis et la France, qui soutenaient le Premier ministre Fouad Siniora, un banquier proche de la famille Hariri, élu dans la ville à majorité sunnite de Saïda, et un camouflet pour la Syrie, qui n'a jamais vraiment renoncé à influer sur la politique de son petit voisin, et pour l'Iran, parrain du Hezbollah.

NABIH BERRI FÉLICITE LES VAINQUEURS

La France, ancienne puissance mandataire du Levant, s'est félicitée du déroulement pacifique et sans accroc majeur de cette élection, surveillée par 200 observateurs occidentaux sous la houlette de l'ex-président américain Jimmy Carter.

La participation a dépassé les 50% - un taux remarquable compte tenu de l'obligation des Libanais de la diaspora de revenir au pays pour pouvoir voter.

Se félicitant de la "vitalité de la démocratie libanaise", le gouvernement français a exprimé l'espoir que le président chrétien Michel Souleïmane serait en mesure de former rapidement un nouveau gouvernement qui conduira le pays sur le chemin des réformes indispensables.

Hariri, chef de file de la communauté sunnite, légèrement plus nombreuse que celle des chiites, pourrait être amené à conduire le prochain gouvernement, marchant ainsi sur les pas de son père, qui avait présidé à la reconstruction du Liban à la suite de la dévastatrice guerre civile de 1975-90.

Dans les zones à forte population chiite comme le Sud, la vallée de la Békaa et la banlieue sud de Beyrouth, le Hezbollah et Amal ont raflé les sièges en jeu mais la piètre performance du Courant patriotique d'Anoun dans des fiefs chrétiens clés comme Zahleh et Achrafieh a privé leur alliance de la victoire prédite.

Nabih Berri, président sortant de la Chambre et proche allié de la Syrie, a félicité le camp vainqueur et déclaré accepter sans réserve le verdict des urnes. "Le Liban a déjoué tous les pronostics de chaos et désordre et a confirmé une nouvelle fois son existence et sa réputation comme pays démocratique", a-t-il dit.

LA QUESTION DES ARMES DU HEZBOLLAH

La formation d'un nouveau gouvernement d'unité pourrait donner lieu à de rudes et longues empoignades, surtout si le Hezbollah insiste à nouveau pour disposer d'un droit de veto.

Mais peu d'observateurs s'attendent à un regain de violence au Liban, où la médiation qatarie de mai 2008 et le récent dégel entre l'Arabie saoudite et la Syrie ont contribué à désamorcer les tensions.

Les ouvertures diplomatiques de la nouvelle administration américaine de Barack Obama envers la Syrie et l'Iran ont, elles aussi, contribué à apaiser le climat régional, dont le petit Liban, qui ne veut plus revivre le cauchemar de sa guerre civile de 1975-90, a trop souvent fait les frais dans le passé.

Ce n'est pas pour autant qu'une confiance aveugle a été restaurée entre les deux protagonistes libanais, d'autant que la question de l'armement du Hezbollah, qui a résisté avec succès à l'été 2006 à 34 jours d'offensive israélienne, reste entière.

Il est la seule milice à avoir pu conserver ses armes depuis 20 ans, au nom de la résistance à l'occupation israélienne. Et cette exception pourrait devenir la principale pomme de discorde au lendemain des législatives. Djoumblatt a attribué le succès électoral de son camp à la fermeté de sa position à ce sujet.

"Il faut intégrer, lentement mais sûrement, les armes du Hezbollah à l'armée libanaise et la décision de guerre ou paix ne saurait être prise que par l'Etat libanais, a-t-il martelé, faisant allusion au coup de main du Hezbollah qui, en juillet 2006, a déclenché les foudres d'Israël contre le Liban.

Source : http://www.lexpress.fr/actualites/2/nette-victoire-au-lib...


L´armée israélienne se regroupe le long de la frontière avec le Liban

Source: French. News. Cn | 06-26-2009 10:06

BEYROUTH, 25 juin (Xinhua) -- L'armée israélienne a créé jeudi un regroupement le long de la frontière avec le Liban, dans un contexte d'intensification des vols de l'armée de l'air israélienne au-dessus des territoires libanais, a rapporté l'agence de presse officielle nationale NNA.

Des chars Merkava et véhicules blindés ont été déployés le long de la barrière métallique qui sépare les Fermes occupées de Shebaa avec les territoires libanais, a indiqué l'agence de presse NNA.

La NNA a qualifié d"'activités militaires inhabituelles" le regroupement de l'armée israélienne pendant que son armée de l'air effectuait plusieurs vols au dessus des régions d'Al-Arqoub, Hasbaya, Marjeyoun, Bekaa de l'Ouest et Ialim al-Toufah au Sud- Liban.
Une délégation de l'armée israélienne a proposé des discussions politiques directes entre le gouvernement libanais et Israël à celle libanaise mercredi au cours d'une réunion organisée par la force des Nations unies au Liban (FINUL), a rapporté jeudi le quotidien local As-Safir.

La partie libanaise a répondu que les instructions du gouvernement libanais étaient limitées à la discussion de l'application de la résolution de l'ONU 1701.

Israël a affronté le groupe armé chiite libanais du Hezbollah en juillet 2006 dans une dévastatrice guerre de 34 jours.

La résolution 1701 a mis fin à la guerre entre le Hezbollah et Israël en 2006, et fixe des limites aux deux parties pour une cessation de tout acte d'hostilité.

Source : http://www.cctv.com/program/journal/20090626/102692.shtml

Israël propose des négociations directes avec le Liban
jeudi 25 juin


Une délégation de l’armée israélienne a proposé des négociations politiques directes entre les gouvernements israélien et libanais, a rapporté jeudi le quotidien libanais As-Safier.

La délégation israélienne de haut niveau a présenté sa proposition lors d’une rencontre mercredi avec la délégation libanaise sous les auspices de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL), a indiqué une source gouvernementale libanaise.

Israël a surpris le Liban en proposant de faire avancer les négociations militaires qui se concentrent sur l’exécution de la résolution 1701 de l’ONU au niveau politique entre les deux gouvernements.

"Si vous acceptez notre proposition, tous les problèmes conflictuels seront réglés en même temps", a indiqué à la partie libanaise le chef de la délégation israélienne, dont le nom n’a pas été précisé par As-Safier.

Le gouvernement libanais a limité les points pouvant être inscrits à l’ordre du jour d’une telle réunion tripartie visant à discuter des questions liées à l’exécution de la résolution 1701, a répondu la délégation libanaise.

La résolution 1701 de l’ONU a mis fin à une guerre de 34 jours en 2006 entre Israël et le Hezbollah, mouvement armé chiite libanais. Plus de 12.000 Casques bleus ont été déployés à la frontière libano-israélienne pour garantir la mise en application de la résolution.

Sources Xinhua http://contreinfo.info/breve.php3?id_breve=7142

 

26/06/2009

Les perspectives israéliennes après les élections libanaises du 7 juin

Pour comprendre où sont les intérêts actuels du Liban et d'Israël

La démocratie libanaise et sa lingua franca confessionnelle : les limites de la représentation et les déficiences de la légitimité
Les perspectives israéliennes après les élections libanaises du 7 juin

4 juin 2009
Par Romain Lalanne, collaborateur à la chaire Raoul Dandurand

Dans quelques jours se tiendront au Liban des élections législatives dont l’issue jouera pour partie sur le difficile processus de stabilisation du pays. Si les médias israéliens occultent quelque peu la campagne électorale libanaise au profit d’un traitement des premiers mois du gouvernement Netanyahou et du dossier nucléaire iranien, les résultats devraient être particulièrement suivis par les décideurs politiques et militaires israéliens en raison de la percée annoncée du Hezbollah (1). Mais surtout, ces élections interviennent alors que différentes annonces ont pu lever le voile sur les activités secrètes conduites aussi bien par Israël que le Hezbollah.

Depuis plusieurs semaines maintenant, les autorités libanaises sont en effet parvenues à démanteler plusieurs réseaux d’espionnage conduits par des Libanais au profit d’Israël, tandis que le Hezbollah a reconnu apporter « tout type de soutien » au Hamas après que la police égyptienne ait révélé avoir arrêté dans le Sinaï plusieurs agents du mouvement chiite suspectés d’alimenter le trafic d’armes à destination de la bande de Gaza.

Or ces événements sont des coups durs aussi bien pour Israël que le Hezbollah.
Avec l’arrestation de ses agents libanais, le Mossad (2) va devoir se priver de précieuses informations en ce qui concerne l’emplacement des infrastructures et les intentions éventuelles du Hezbollah. Mais surtout, ces arrestations risquent de mettre à jour une partie des techniques et de l’architecture de l’espionnage israélien. Quant au Hezbollah, son activisme en Égypte pourrait renforcer l’animosité des États arabes à son égard, mais aussi celle d’une partie de l’opinion publique libanaise qui pourrait considérer que les intérêts du Liban sont bradés au profit d’un suivisme de l’agenda régional iranien.

Dernier événement en date : le quotidien allemand Der Spiegel publiait dans son édition du 23 mai dernier, une information selon laquelle le Hezbollah serait responsable de l’assassinat de Rafic Hariri en février 2005 (3). Si l’information a rendu les Libanais plus que sceptiques, elle a été largement reprise par les autorités israéliennes afin de stigmatiser le mouvement chiite. Naturellement, le Hezbollah a nié l’information en précisant que « ce sont des affabulations qui ont pour objectif d’influencer la campagne électorale et faire oublier les informations sur le démantèlement des réseaux d’espionnage travaillant pour le compte d’Israël (4) ».

Espionnage israélien au Liban, présence du Hezbollah sur la frontière sud d’Israël, « révélations » sur l’assassinat de Rafic Hariri : tout indique que quelque chose se passe actuellement, Israël n’étant pas parvenu à encaisser son échec de l’été 2006 et craignant l’issue du 7 juin, tandis que le Hezbollah n’aurait toujours pas renoncé à sa lutte contre Israël. À ce sujet, il ne faut pas écarter la possibilité que la ligne stratégique suivie par le Hezbollah viserait à venger l’assassinat l’année dernière à Damas d’un de ses dirigeants (5). Dans ces conditions, l’issue des élections du 7 juin représente un point de focalisation quant à l’avenir des relations israélo-libanaises.

Or si un fait inquiète Israël, c’est la perspective que l’avancée politique du Hezbollah et l’accroissement démographique chiite au Liban aillent de pair avec une remise en cause du confessionnalisme et de son corollaire : le partage du pouvoir avec les maronites et les sunnites (6). En Israël, certains analystes avancent d’ailleurs que l’objectif ultime du Hezbollah serait d’établir un État islamique qui ancrerait clairement le Liban dans une ligne pro-iranienne (7). Outre qu’elle est exagérée — l’ensemble des forces politiques libanaises s’entendant sur la nécessité d’alléger le confessionnalisme —, cette thèse écarte l’hypothèse qu’une percée du Hezbollah lors du scrutin du 7 juin prochain engendrerait à terme un mouvement de normalisation, même timide, des relations israélo-libanaises. Si l’on invoque la théorie de la rationalité des acteurs, les responsabilités gouvernementales apparaissent comme un vecteur d’adoucissement politique d’autant plus puissant que la force du système politique libanais est justement de créer des contre-pouvoirs qui poussent à la recherche du compromis. Le Hezbollah cherchant par ailleurs à gagner des soutiens en décloisonnant son spectre politique, on ne peut écarter la possibilité que sa direction fasse le choix d’exister dans le jeu politique libanais plutôt que dans un argumentaire militaire de lutte contre Israël qui, depuis le désengagement israélien du Sud-Liban en 2000, a considérablement perdu en raison d’être. À cela s’ajoute la question globalement résolue des prisonniers du Hezbollah détenus en Israël. A contrario, l’occupation des fermes de Chabaa par Israël — une zone qui constitue actuellement le dernier différend entre les deux pays — reste un puissant argument pour le Hezbollah. Mais en raison des ressources en eau dont elle dispose, cette zone représente un territoire d’importance stratégique pour Israël. Le statu quo semble donc l’emporter sur ce dossier, ce qui pourrait maintenir la tension existante sur la frontière.

Restent deux inconnues : les élections présidentielles en Iran le 12 juin prochain et la politique étrangère américaine. Celle-ci a fait preuve d’une volonté de rapprochement aussi bien avec la Syrie qu’avec l’Iran depuis l’accession au pouvoir du Président Obama. Or sans présumer d’une totale dépendance du Hezbollah à ces deux pays, il est clair que l’issue de ces deux dossiers jouera également sur l’avenir des relations israélo-libanaises.


(1)Le Hezbollah détient actuellement 14 des 128 sièges que comptent le Parlement libanais.
(2) Service de renseignement extérieur israélien.
(3) Eric Follath, « New Evidence Points to Hezbollah in Hariri Murder », Der Spiegel, 23 mai 2009, disponible au : www.spiegel.de/international/world/0,1518,626412,00.html
(4) « Le Hezbollah dénonce les affabulations du Der Spiegel et la classe politique met en garde contre les semeurs de discorde », L’Orient-Le Jour, 25 mai 2009, disponible au : www.lorientlejour.com/article/619327/Le_Hezbollah_dnonce_les_affabulations_du_Der_Spiegel_et_la_classe_politique_met_en_garde_contre_les_semeurs_de_discorde.html
(5) Imad Moughniyeh a été tué le 12 février 2008 à Damas par l’explosion d’une voiture piégée. Voyant dans cet acte la main d’Israël, le Hezbollah ne cache pas son intention de se venger tandis que Jérusalem rejette toute responsabilité.
(6) Le système politique libanais repose sur une forme de démocratie caractéristique des sociétés constituées de multiples minorités (ethniques et/ou religieuses, ce qui est précisément le cas du Liban). Dans ces sociétés, l’application des principes de la démocratie majoritaire reviendrait à écarter un grand nombre de minorités de l’accès au pouvoir, avec le risque de dérive vers une dictature minoritaire. Aussi l’ensemble des groupes sont-ils intégrés en institutionnalisant l’accès de tous au pouvoir sur la base du partage.
(7)Shimon Shapira et Yair Minzili, « Hizbullah’s Struggle to Change the Lebanese Regime », Jerusalem Viewpoints, Jerusalem Centre for Public Affairs, numéro 571, mai-juin 2009.


Observatoire dirigé par Barah Mikaïl, chercheur à l’IRIS.

Source : http://www.affaires-strategiques.info/spip.php?article1388

Dé-dollarisation : le démantèlement de l'empire militaire et financier américain

Le chute de l'impéralisme financier et guerrier et de ses fidèles alliés !

L'axe du Bien qui finance son économie intérieure par le commerce des guerres incessantes finalement financées par les Pays étrangers !

Un bon moyen d'avoir la Paix dans le monde, lorsque l'on constate notamment que l'économie américaine ne fonctionne sur l'organisanisation de guerres à l'étranger et que ce sont les Pays étrangers qui finissent par financer l'économie américaine et leurs guerres incessantes !

Les Pays étrangers ne sont pas dupes de leurs manoeuvres et prennent les USA et leurs alliés à leur propre piège : L'ARGENT !

Dé-dollarisation : le démantèlement de l'empire militaire et financier américain


Mondialisation.ca, Le 25 juin 2009

La ville Russe de Iekaterinbourg, la plus importante à l'est de l'Oural, pourrait désormais être connue comme le lieu où sont morts non seulement les tsars mais aussi l'hégémonie américaine. Non pas uniquement l'endroit où le pilote américain Gary Powers a été abattu en 1960, mais aussi celui où l'ordre financier international dominé par les USA a été mis à bas.

La remise en cause de l'Amérique sera le thème principal des réunions élargies de Iekaterinbourg, en Russie (ex-Sverdlovsk) des 15 et 16 Juin rassemblant le président chinois Hu Jintao, le président russe Dmitri Medvedev et les représentant les six pays de l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS). Cette alliance regroupe la Russie, la Chine, le Kazakhstan, le Tadjikistan, le Kirghizstan et l'Ouzbékistan. L'Iran, l'Inde, le Pakistan et la Mongolie y ont le statut d'observateurs. Mardi le Brésil s'y joindra pour les discussions commerciales entre les pays du BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine).

Les participants ont assuré à des diplomates américains que leur objectif n'était pas le démantèlement de l'empire financier et militaire des États-Unis. Ils veulent simplement discuter de l'aide mutuelle, indépendamment du rôle des États-Unis, de l'OTAN ou du dollar américain en tant que support du commerce international. Les diplomates américains se demandent ce que cela signifie vraiment, si ce n'est une étape visant à rendre l'hégémonie américaine obsolète. C'est ce que signifie « monde multipolaire », après tout. Pour commencer, en 2005, l'OCS avait demandé à Washington d'établir un calendrier de retrait de ses bases militaires en Asie centrale. Deux ans plus tard, les pays de l'OCS se sont ralliés officiellement à la position des ex-républiques de la CEI appartenant à l'Organisation du Traité de Sécurité Collective (OTSC), qui avait été fondée en 2002 en tant que contrepoids à l'OTAN.

Pourtant, la réunion n'a suscité que le désintérêt collectif de la presse aux États-Unis et même en Europe, bien que l' ordre du jour y soit de remplacer le standard mondial du dollar par un nouveau système financier, ainsi qu'un nouveau système de coopération pour la défense. Un porte-parole du Conseil des Relations Extérieures (Un institut d'études géopolitiques américain, ndt) a déclaré qu'il pouvait difficilement imaginer que la Russie et la Chine puissent surmonter leurs rivalités géopolitiques [1], suggérant que l'Amérique peut pratiquer le « diviser pour régner » que la Grande-Bretagne a si habilement utilisé durant de nombreux siècles pour fragmenter les opposition dans son propre empire. Mais George W. Bush ( qui déclarait « Je suis un rassembleur, non un diviseur ») s'est placé dans la continuité de l'administration Clinton pour pousser la Russie, la Chine et leurs voisins à trouver un terrain d'entente, lorsqu'il s'agit de trouver une alternative au dollar, et du même coup à la possibilité pour les Etats-Unis de prolonger indéfiniment leur déficit de la balance des paiements.

Cette séquence, qui pourrait représenter les dernières manifestations de l'hégémonie américaine, a débuté dès le mois d'avril lors de la conférence du G-20, et est devenue encore plus explicite à Saint-Pétersbourg au Forum économique international du 5 Juin, lorsque M. Medvedev a demandé à la Chine, la Russie et l'Inde de « construire un ordre mondial de plus en plus multipolaire. » Ce qui signifie en clair : nous avons atteint nos limites en ce qui concerne les subventions à l'encerclement militaire de l'Eurasie par les Etats-Unis, tout en les laissant s'approprier nos exportations, nos entreprises, les actifs et les biens immobiliers en échange d'une monnaie de papier de valeur douteuse.

« Le système unipolaire maintenu artificiellement » dont a parlé M. Medvedev [2], est fondé sur « un seul grand centre de consommation, financé par un déficit croissant, et donc de plus en plus de dettes, une monnaie de réserve jadis forte et une domination dans le système de l'évaluation des actifs et des risques. » A la racine de la crise financière mondiale, a t-il conclu, il y a le fait que les États-Unis produisent trop peu et dépensent trop. Leurs dépenses militaires sont particulièrement choquantes, comme par exemple le renforcement de l'aide militaire américaine à la Géorgie annoncé la semaine dernière, le bouclier de l'OTAN en Europe de l'Est, et la mainmise des États-Unis dans les régions riches en pétrole comme le Moyen-Orient et l'Asie centrale.

Le point de friction avec tous ces pays est celui de la capacité qu'ont les États-Unis de faire fonctionner indéfiniment la planche à billets. Le surplus de dépenses d'importations des consommateurs américains par rapport aux exportations, les rachats par les USA de quantités de sociétés étrangères et de biens immobiliers, les dépenses que le Pentagone effectue à l'étranger : tous ces dollars aboutissent dans les banques centrales étrangères. Elles sont ensuite confrontées à un choix difficile : soit recycler ces dollars aux États-Unis en achetant des bons du trésor américains, soit laisser le « marché libre » déterminer le cours de leur monnaie par rapport au dollar - et par là même à déterminer le prix de leurs exportations sur les marchés mondiaux, créant ainsi du chômage et provoquant la faillite d'entreprises.

Lorsque la Chine et d'autres pays recyclent leurs flux de dollar US en achetant des bons du Trésor pour « investir » aux États-Unis, cette accumulation n'est pas vraiment volontaire. Cela ne reflète pas une foi en l'économie américaine qui rémunèrerait l'épargne des banques centrales, ni une quelconque préférence d'investissement, mais tout simplement un manque d'alternatives. Les « marchés libres » à la mode des USA piègent les pays dans un système qui les obligent à accepter indéfiniment des dollars. Mais désormais, ils veulent en sortir.

Cela implique la création d'une nouvelle alternative. Plutôt que de faire simplement « des changements cosmétiques comme certains pays et peut-être les organisations financières internationales pourraient le vouloir », comme l'a dit M. Medvedev à Saint-Pétersbourg : « ce dont nous avons besoin, ce sont des institutions financières d'un type tout à fait nouveau, où ne domineraient ni les problèmes politiques et les motivations [sous-jacentes], ni aucun pays en particulier. »

Lorsque les dépenses militaires à l'étranger ont provoqué le déficit la balance des paiements US et ont conduit les Etats-Unis à abandonner l'étalon or en 1971, les banques centrales se sont trouvées démunies de cet actif traditionnellement utilisé pour solder les déséquilibres des paiements. La solution par défaut a consisté à investir les flux issus des paiements ultérieurs en obligations du Trésor américain, comme si celles-ci étaient « aussi fiables que l'or ». Les banques centrales détiennent maintenant pour 4 000 milliards de dollars de ces obligations dans leurs réserves internationales. Ces prêts ont également financé la plupart des déficits budgétaires du gouvernement américain depuis maintenant plus de trois décennies ! Etant donné que la moitié environ des dépenses discrétionnaires du gouvernement américain est consacrée aux opérations militaires - dont plus de 750 bases militaires à l'étranger et dans des opérations de plus en plus coûteuses dans les pays producteurs de pétrole et ceux qui permettent son transit - le système financier international est organisé de manière à financer le Pentagone, ainsi que les rachats par les États-Unis d'actifs étrangers censés rapporter beaucoup plus que les bons du Trésor que les banques centrales étrangères détiennent.

La principale question à laquelle sont confrontées les banques centrales mondiales est donc de savoir comment éviter d'ajouter encore plus de dollars US à leurs réserves et, par conséquent, de financer encore plus les dépenses qui creusent le déficit des États-Unis - y compris les dépenses militaires à leurs propres frontières ?

Pour commencer, les six pays de SCO et les pays du BRIC ont l'intention de commercer dans leurs propres monnaies afin de bénéficier mutuellement du crédit que les États-Unis avait monopolisé jusqu'à présent à son profit. À cette fin, la Chine a passé des accords bilatéraux avec l'Argentine et le Brésil pour effectuer leur échanges commerciaux en renminbi, la monnaie chinoise, plutôt qu'en dollar, en livre sterling ou en euros [3] . Il y a deux semaines, la Chine a également conclu un accord avec la Malaisie pour que les deux pays commercent en renminbi [4]. L'ancien Premier ministre, le Dr. Tun Mahathir Mohamad, m'a expliqué en janvier qu'en tant que pays musulman la Malaisie voulait éviter de faire tout ce qui pourrait faciliter l'action militaire américaine contre les pays islamiques, y compris la Palestine. La nation a trop d'actifs en dollars, ont expliqué ses collègues. Le gouverneur de la Banque centrale chinoise, Zhou Xiaochuan, a écrit officiellement sur son site Internet que l'objectif est maintenant de créer une monnaie de réserve « indépendante d'une nation particulière » [5]. C'est l'objet des discussions à Iekaterinbourg.

En plus d'éviter de financer la prise de contrôle par les États-Unis de leur propre industrie et l'encerclement militaire américain de la planète, la Chine, la Russie et d'autres pays voudraient certainement se développer comme l'Amérique l'a fait. En fait, ils considèrent les États-Unis comme une nation hors-la-loi, financièrement et militairement. Comment caractériser autrement une nation qui promulgue un ensemble de lois pour les autres - sur la guerre, le remboursement de la dette et le traitement des détenus - mais n'en tient pas compte elle-même ? Les États-Unis sont maintenant le plus grand débiteur mais ont évité la punition des « ajustements structurels » imposés à d'autres pays endettés. Les taux d'intérêt US et les réductions d'impôt, alors les déficits commerciaux et budgétaires explosent, sont considérés comme le comble de l'hypocrisie, lorsqu'ils sont comparés à l'austérité que les programmes de Washington imposent aux autres pays par le biais du FMI et des officines de Washington.

Les États-Unis demandent aux pays endettés de vendre leurs services publics et leurs ressources naturelles, d'augmenter leurs taux d'intérêts et d'augmenter les impôts au détriment de la paix sociale pour dégager un maximum d'argent et payer les créanciers.

Et aux USA, le Congrès a empêché la société Chinoise CNOOK d'acheter Unocal pour des raisons de sécurité nationale, tout comme il a empêché Dubaï d'acquérir des exploitations portuaires américaines et empêché des fonds souverains d'acheter des infrastructures clés. Les étrangers sont invités à imiter les japonais qui avaient investi dans des « éléphants blancs » comme le Rockfeller Center, sur lequel les investisseurs ont rapidement perdu un milliard de dollars puis ont fini par se retirer.

À cet égard, les États-Unis n'ont pas vraiment laissé à la Chine et aux autres pays en situation d'excédent de la balance des paiements d'autres choix que de devoir trouver un moyen d'éviter de nouvelles accumulations de dollars. À ce jour, la Chine tente de diversifier ses avoirs en dollars ailleurs qu'en bons du Trésor US, qui ne se sont pas révélés très fructueux. Hank Paulson, qui venait de la banque Goldman Sachs, avait conseillé à la banque centrale chinoise d'investir dans les titres à haut rendement émis par Fannie Mae et Freddie Mac, en expliquant que ceux-ci étaient de facto des obligations publiques. Ces titres se sont effondrés en 2008, mais au moins, le gouvernement américain a repris ces deux organismes de prêt hypothécaire, augmentant de facto de 5 200 milliards de dollars la dette nationale. En fait, ce renflouement a été rendu nécessaire en grande partie à cause des investissements effectués par les Etats étrangers.

Infliger des pertes aux investisseurs gouvernementaux étrangers aurait quelque peu atteint la réputation des bons du Trésor, non seulement en détruisant la crédibilité des États-Unis, mais aussi parce que les émissions d'obligations par le gouvernement étaient insuffisantes pour absorber les dollars qui coulaient à flot dans l'économie mondiale avec la montée en flèche du solde déficitaire de la balance des paiements des États-Unis.

En recherchant de nouveaux actifs pour protéger la valeur de leurs avoirs en dollars alors que la bulle de crédit de la Réserve fédérale se traduisait par une baisse des taux d'intérêt, les fonds souverains chinois ont cherché à se diversifier à la fin de 2007. La Chine a pris des participations dans les fonds d'investissement Blackstone et Morgan Stanley à Wall Street, Barclays en Grande-Bretagne, dans la Standard Bank d'Afrique du Sud (qui fut affiliée à la Chase Manhattan du temps de l'apartheid dans les années 1960) et dans le conglomérat financier belge Fortis proche de l'effondrement. Mais le secteur financier américain s'écroulait sous le poids de sa dette phénoménale, la valeur des actions des banques et des firmes d'investissement a plongé dans le monde entier.

Les étrangers voient le FMI, la Banque mondiale et l'Organisation Mondiale du Commerce comme les représentants de Washington dans un système financier soutenu par les bases militaires américaines et les porte-avions qui entourent la planète.Mais cette domination militaire est un vestige d'un empire américain qui n'est plus en mesure de régner par sa force économique. La puissance militaire américaine est basée davantage sur des armes atomiques et les frappes aériennes à longue distance que sur les opérations au sol, qu'il est devenu politiquement trop impopulaire de monter sur une grande échelle.

Sur le front économique, on ne voit pas comment les États-Unis pourraient trouver les 4 000 milliards de dollars qu'ils doivent aux gouvernements étrangers, à leurs banques centrales et aux fonds souverains mis en place pour écluser la surabondance de dollars. L'Amérique est devenue un mauvais payeur et de fait, une mauvais payeur agressif sur le plan militaire, car elle cherche à conserver le pouvoir sans pareil jadis gagné sur le plan économique. La question qui se pose est de savoir comment peser sur son comportement. Yu Yongding, un ancien conseiller de la banque centrale de Chine désormais membre de l'Académie des Sciences chinoise, a proposé de faire remarquer au secrétaire américain au Trésor Tim Geithner que les États-Unis devraient « épargner » d'abord et avant tout en pratiquant une réduction de leur budget militaire. « Les recettes fiscales des Etats-Unis ne sont pas susceptibles d'augmenter à court terme en raison de la faible croissance économique, de la rigidité des dépenses et du coût de mener deux guerres. » [6]

À l'heure actuelle, c'est l'épargne étrangère, et non pas celle des américains, qui finance le déficit budgétaire américain en achetant la plupart des bons du Trésor. Cela se traduit par un impôt levé sans la contrepartie d'une représentation des électeurs étrangers sur la manière dont le gouvernement des États-Unis utilise leur épargne forcée. Pour les « diplomates » du système financier , il est donc nécessaire d'élargir le champ d'application de leurs politiques, au-delà du seul marché de secteur privé. Les taux de change sont déterminés par de nombreux facteurs, en plus de celui des « consommateurs brandissant des cartes de crédit » , pour reprendre l'euphémisme habituel qu'utilisent les médias américains à propos du déficit de la balance des paiements. Depuis le 13ème siècle, la guerre a été un facteur dominant dans la balance des paiements des grandes nations - et de leurs dettes. Les obligations d'Etat financent essentiellement des dettes de guerre, dans la mesure ou en temps de paix les budgets ont tendance à être équilibrés. Ceci relie directement le budget de la guerre à la balance des paiements et aux taux de change.

Les pays étrangers se voient encombrés de reconnaissances de dette qui ne seront pas honorées - dans des conditions telles que s'ils agissent afin de mettre fin au festin américain, le dollar va plonger et leurs avoirs en dollars vont chuter par rapport à leur monnaie nationale et aux autres devises. Si la monnaie chinoise s'apprécie de 10% par rapport au dollar, sa banque centrale enregistrera l'équivalent de 200 milliards de dollars de pertes sur ses 2 000 milliards de dollars.

Cela explique pourquoi, quand les agences de notation envisagent que les titres du Trésor des États-Unis puissent perdre leur notation AAA, elles ne veulent pas signifier que le gouvernement ne serait pas en mesure d'imprimer des dollars papier pour honorer ses dettes. Elles indiquent plutôt que la valeur du dollar va se déprécier internationalement. Et c'est exactement ce qui se passe en ce moment. Lorsque M. Geithner prit un visage grave pour déclarer devant un auditoire à l'Université de Pékin au début du mois de Juin qu'il croyait en un « dollar fort » et que les investissements de la Chine aux États-Unis étaient sûrs, il a été accueilli par des rires sarcastiques [7].

L'anticipation d'une hausse des taux de change de la Chine incite les spéculateurs à chercher à emprunter des dollars pour acheter du renminbi et bénéficier de la hausse. Pour la Chine, le problème est que ce flux spéculatif deviendrait une prophétie auto-réalisatrice en faisant grimper sa monnaie. De ce fait, le problème des réserves est intrinsèquement lié à celui des contrôles de capitaux. Pourquoi la Chine devrait-elle voir ses compagnies rentables vendues pour des dollars fraîchement créés, que la banque centrale doit utiliser pour acheter à faible taux des bons du trésor américain ou perdre encore plus d'argent à Wall Street ? Pour éviter ce dilemme, il est nécessaire d'inverser la philosophie de l'ouverture des marchés de capitaux que le monde a adopté depuis Bretton Woods en 1944.

A l'occasion de la visite de M. Geithner en Chine, « Zhou Xiaochuan, directeur de la Banque populaire de Chine, la banque centrale du pays, a déclaré que c'était la première fois depuis que les pourparlers semestriels ont commencé en 2006, que la Chine avait besoin d'apprendre des erreurs de l'Amérique tout comme de ses succès » lorsqu'il fut question de la déréglementation des marchés de capitaux et du démantèlement des contrôles.

Une ère est donc arrivée à son terme. Face à des dépenses démesurées des Etats-Unis, la dé-dollarisation menace de forcer les pays à revenir aux doubles taux de change, qui furent fréquents entre les deux guerres mondiales : un taux de change pour le commerce des produits, un autre pour les mouvements de capitaux et les investissements, tout au moins pour les économies de la zone dollar [8].

Même sans contrôle des capitaux, les pays réunis à Iekaterinbourg prennent des mesures pour éviter de recevoir involontairement de plus en plus de dollars. Voyant que l'hégémonie globale des États-Unis ne peut pas se poursuivre en l'absence du pouvoir d'achat qu'ils leur procurent eux-mêmes, ces gouvernements cherchent à hâter ce que Chalmers Johnson a nommé dans son ouvrage « les douleurs de l'empire » : la faillite de l'Ordre mondial financier et militaire américain. Si la Chine, la Russie et leurs alliés non-alignés suivent leur propre chemin, les États-Unis ne pourront plus vivre grâce à l'épargne des autres (sous la forme de leurs propres dollars recyclés), ni disposer de cet argent pour financer des dépenses militaires illimitées.

Des responsables américains voulaient assister à la réunion de Iekaterinbourg en tant qu'observateurs. On leur a répondu : non. C'est un mot que les américains vont entendre beaucoup plus souvent à l'avenir.


Article original en anglais, De-Dollarization: Dismantling America's Financial-Military Empire, The Yekaterinburg Turning Point, publié le 13 juin 2009.

Traduction Madeleine Chevassus pour Contre Info.


Notes

 

[1] Andrew Scheineson, The Shanghai Cooperation Organization, Council on Foreign Relations, Updated : March 24, 2009 : While some experts say the organization has emerged as a powerful anti-U.S. bulwark in Central Asia, others believe frictions between its two largest members, Russia and China, effectively preclude a strong, unified SCO.

[2] Kremlin.ru, June 5, 2009, in Johnson's Russia List, June 8, 2009, #8.

[3] Jamil Anderlini and Javier Blas, China reveals big rise in gold reserves, Financial Times, April 24, 2009. See also Chinese political advisors propose making yuan an intl currency. Beijing, March 7, 2009 (Xinhua). The key to financial reform is to make the yuan an international currency, said [Peter Kwong Ching] Woo [chairman of the Hong Kong-based Wharf (Holdings) Limited] in a speech to the Second Session of the 11th National Committee of the Chinese People's Political Consultative Conference (CPPCC), the country's top political advisory body. That means using the Chinese currency to settle international trade payments ...

[4] Shai Oster, Malaysia, China Consider Ending Trade in Dollars, Wall Street Journal, June 4, 2009.

[5] Jonathan Wheatley, Brazil and China in plan to axe dollar,vFinancial Times, May 19, 2009.

[6] Another Dollar Crisis inevitable unless U.S. starts Saving - China central bank adviser. Global Crisis "Inevitable" Unless U.S. Starts Saving, Yu Says, Bloomberg News, June 1, 2009.

[7] Kathrin Hille, Lesson in friendship draws blushes, Financial Times, June 2, 2009.

[8] Steven R. Weisman, U.S. Tells China Subprime Woes Are No Reason to Keep Markets Closed, The New York Times, June 18, 2008.

Source : http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=14089