Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2015

Opération russe en Syrie: 819 sites djihadistes détruits

Le lien du dossier pour suivre l’évolution des Frappes russes :

Syrie: frappes aériennes russes contre l'EI

Compte rendu du 22 octobre 2015

Syrie: les avions russes ont détruit 72 sites terroristes en 53 missions

16:10 22.10.2015

Les frappes aérienne russe en Syrie

En 24 heures, l'aviation russe a frappé 72 sites du groupe djihadiste Etat islamique dans les provinces syriennes d'Hama, d'Idleb, de Lattaquié, d'Alep, de Damas et de Deir ez-Zor.

 

Compte rendu depuis le début des opérations en Syrie.

Opération russe en Syrie: 819 sites djihadistes détruits

19:19 22.10.2015 (mis à jour 19:44 22.10.2015)

Pilote russe pendant une mission de combat en Syrie

Le groupe des Forces aérospatiales de Russie poursuit des frappes contre l'infrastructure terroriste de l'Etat islamique et du Front al-Nosra en Syrie, alors que l'armée syrienne continue son offensive contre les djihadistes, en libérant des agglomérations.

Depuis le début de l'opération en Syrie le 30 septembre dernier, les avions russes ont effectué 934 sorties, détruisant 819 sites des terroristes de l'Etat islamique (EI), a annoncé jeudi aux journalistes à Moscou le chef du service Opérations de l'Etat-major général russe Andreï Kartapolov. 

"En tout, depuis le début de l'opération, 934 vols ont été effectués, lors desquels 819 sites des terroristes ont été détruits", a déclaré le général. 

Selon M.Kartapolov, rien qu'au cours de la semaine dernière, 363 sites des djihadistes ont été anéantis, y compris 71 postes de commandement et de liaison, 10 usines et ateliers de production d'explosif, 30 dépôts de lubrifiants et de munitions en tous genres, 252 points d'appui, fortifications et camps d'entraînement de terroristes.

Le groupe des Forces aérospatiales de Russie poursuit des frappes contre l'infrastructure terroriste de l'Etat islamique et du Front al-Nusra en Syrie, alors que l'armée syrienne continue son offensive contre les djihadistes, en libérant des agglomérations.

La mission principale de l'opération russe en Syrie consiste à écraser l'EI et à ramener la situation dans le cadre politique.

Selon différentes données, l'EI compte actuellement entre 30.000 et 80.000 combattants. D'après l'Etat-major général russe, les unités de l'EI sont fortes de 40.000 à 50.000 hommes.

La Russie mène depuis le 30 septembre une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustible appartenant à l'EI. Le 7 octobre, quatre navires de la Flottille russe de la mer Caspienne ont aussi tiré des missiles contre des sites de l'EI.

Les terroristes essuient des pertes considérables et changent de tactique en se réfugiant dans les habitations. Ils ont perdu la plupart de leurs armes et matériels sur la ligne de contact avec les troupes syriennes. Plusieurs groupes faisant partie de l'EI sont déjà prêts à quitter la zone des hostilités.

22/10/2015

Poutine: "Je suis fier de nos pilotes qui combattent #Daesh en #Syrie"

Poutine a dit publiquement lors de son intervention au Club Valdaï,  qu'il était fier des pilotes russes qui effectuent des frappes en Syrie et il peut l'être, et nous aussi !

Moscou propose la réunion du Quartet pour régler la crise au Moyen-Orient

Encore un test de Moscou pour voir si la coalition criminelle et illégale s'alliera à la cause russe qui devrait être commune pour lutter contre le "terrorisme" !

Moscou propose la réunion du Quartet pour régler la crise au Moyen-Orient

http://media.ws.irib.ir/image/4bhi7809ee6dbd17dx_800C450.jpg

Oct 22, 2015 05:14 UTC - IRIB- Le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov vient de proposer la tenue d’une réunion du Quartet pour étudier la crise du Moyen-Orient.

Le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé mercredi, dans un communiqué que Sergueï Lavrov a proposé, lors d’une conversation téléphonique avec le secrétaire d’Etat américain John Kerry, une réunion des ministres des Affaires étrangères du Quartet (Russie, Etats-Unis, Union européenne, ONU).

Selon ce communiqué, Lavrov a proposé que cette réunion ait lieu le 23 octobre à Vienne. Les ministres russe et américain des Affaires étrangères se rencontreront jeudi à Vienne.

 

Premier test du bouclier antimissile US en Europe réalisé

Nouvelle agression des USA/UE/OTAN contre la Russie !

Il fallait bien qu’un jour l’OTAN effectue des tests sur les fameux boucliers qu’ils ont mis tant d’années à mettre en place. Ces tests devenaient d’autant plus urgents que les derniers évènements militaires en Syrie risquaient de déprécier encore plus l’image de l’OTAN qui repose, avant tout, sur la communication. Mais, cela ne devrait pas tromper les acteurs majeurs. Ces dernières semaines ont donné au Pentagone quelques années de travail de réflexion et de refonte de stratégie. RI

Premier test du bouclier antimissile US en Europe réalisé

09:43 21.10.2015 (mis à jour 10:42 21.10.2015)

le système Aegis

Les Etats-Unis ont effectué mardi dernier, pour la première fois, des essais dans le cadre du programme de défense antimissile en Europe.

Au cours des premiers essais du système ABM en Europe, le missile cc (SM-3) Block IA a réussi à intercepter un missile balistique tiré depuis les îles de l'archipel des Hébrides, au large de l'Ecosse, rapporte l'US Navy.

"C'était le premier lancement d'un missile guidé Standard-3 (SM-3) Block 1A en dehors du site américain, et la première interception d'un missile balistique dans le théâtre d'opérations européennes", précise l'US Navy, en ajoutant que les tirs ont été effectués depuis le destroyer américain USS Ross.

Outre les Etats-Unis qui ont déployé leurs destroyers à la base navale espagnole de Rota, l'Allemagne, le Canada, l'Espagne, la France, l'Italie, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et l'Australie ont aussi pris part aux exercices.

 La mise en place d'un système de défense antimissile appelé à protéger le territoire des Etats-Unis contre les missiles balistiques constitue un problème épineux dans les rapports russo-américains. Les Etats-Unis affirment que ce système de défense ne sera pas dirigé contre la Russie mais visera à contrer la menace balistique iranienne. Pourtant, le problème du nucléaire iranien est résolu positivement, mais Washington semble ne pas prendre cela en considération.

Moscou dit néanmoins craindre que l'approche dite adaptative sur le déploiement du système de défense antimissile américain en Europe constitue en quelque sorte une menace pour les forces stratégiques russes et contribue à affaiblir leur force de dissuasion nucléaire.


 

 

Le commentateur de Fox News qui se faisait passer pour un ex-agent de la CIA

Sans commentaire, n'est-ce pas ?

La fabrique à mensonges, comme d'habitude !

Le commentateur de Fox News qui se faisait passer pour un ex-agent de la CIA

Wayne Simmons, "ancien agent de la CIA" sur Fox News en septembre 2007.

 

Wayne Simmons, "ancien agent de la CIA" sur Fox News en septembre 2007.

Agent de la CIA pendant près de 30 ans, spécialiste des opérations paramilitaires, expérience dans la lutte contre les cartels de narcotrafiquants parmi les plus dangereux au monde... avec un tel CV, rien d'étonnant à ce que Wayne Simmons officie comme consultant auprès de l'armée américaine et apparaisse sur la chaîne Fox News en tant que spécialiste du terrorisme et du renseignement.

Sauf que ce passé était complètement bidon. La justice américaine a très peu goûté les mensonges de cet homme de 62 ans, arrêté jeudi et inculpé pour fraudes et fausses déclarations.

Tissu de mensonges

Selon le bureau du procureur du district est de Virginie,  département de la justice, l'homme se faisait passer à tort pour un "agent d'opérations spéciales paramilitaires extérieures" de la CIA, l'agence centrale du renseignement américain, en service de 1973 à 2000. De fausses déclarations avec lesquelles il est accusé d'avoir trompé le gouvernement pour obtenir une habilitation de niveau "confidentiel" et de s'être fait embaucher à l'étranger comme expert en renseignement auprès de l'armée américaine.

Le tissu de mensonges de Wayne Simmons ne s'arrête pas là : condamné par le passé, notamment pour possession illégale d'arme à feu, il a prétendu, sur des formulaires officiels, que ses soucis judiciaires étaient directement liés à son activité d'agent secret. On lui reproche enfin d'avoir extorqué 125 000 dollars (110 000 euros) à un particulier par le biais d'un faux montage immobilier, utilisant sa prétendue carrière à la CIA pour gagner la confiance de sa victime.

Wayne Simmons risque gros, jusqu'à 20 ans de prison pour les faits de fraude. Ce n'est pas la première fois qu'un Américain est poursuivi pour s'être fait passer pour un agent de la CIA. En 2013, John C. Beale avait reconnu avoir détourné près de 900 000 dollars (793 000 euros) d'argent public en prétendant travailler pour l'agence.

"La sécurité nationale...le futur de l'Amérique", clame le site de Wayne Simmons.

"La sécurité nationale...l'avenir de l'Amérique", clame le site de Wayne Simmons.

Où l'on reparle de Donald Rumsfeld

La biographie figurant sur la page d'accueil de son site affirmait que Wayne Simmons avait tout simplement été l'un des "premiers agents du renseignement" à se rendre dans la prison de Guantanamo en 2005  et avait "eu l'honneur de servir comme consultant à la Maison Blanche" sous la présidence de George W. Bush, ce qui s'avère, bien sûr, être faux.

Wayne Simmons est allé jusqu'à coécrire un roman d'espionnage, The Naranz Directive, en laissant entendre qu'il était inspiré, en partie, de son passé d'agent. Un livre que Donald Rumsfeld, secrétaire à la défense sous George Bush et artisan de la guerre en Irak, aurait lu et apprécié, selon le site personnel de l'imposteur. Il lui attribue notamment cette critique :

"Wayne Simmons ne fait pas qu'écrire, il a vécu les situations, et c'est pourquoi (son co-auteur) et lui ont pu rendre ce thriller d'espionnage si captivant".

Citation réelle ou apocryphe ? La question reste en suspens : un porte-parole de M. Rumsfeld interrogé à ce sujet par le Washington Post n'a pu apporter de réponse dans l'immédiat.

L'ironie de l'histoire... 

Éclaboussée par les mensonges, Fox News s'est empressée, elle, de minimiser ses liens avec le faux espion déchu. D'après une porte-parole de la chaîne d'informations, l'homme, qui intervenait sur son antenne depuis 2002, était un simple invité ponctuel, non rémunéré et en aucun cas un collaborateur.

Ironie de l'histoire, en 2007, Wayne Simmons avait justement été invité sur Fox News pour commenter une affaire impliquant une ex-agente du FBI et de la CIA, jugée coupable d'obtention frauduleuse de la nationalité américaine et d'utilisation non-autorisée d'un ordinateur du FBI. Et d'affirmer devant les caméras, bloquant sans doute de toutes ses forces son surmoi :

"(Cette affaire) montre que sans vérification des antécédents, sans connaître qui nous embauchons et à qui nous demandons de protéger notre nation, nous courons de gros, gros problèmes."